Tour seigneuriale de Darnieulles – Apports de la campagne 2013

élévation ouest de la tour

En 2013, le chantier s’est concentré sur l’analyse des élévations extérieures. Le relevé pierre à pierre a été effectué sur 353 m2 de murs. La tour (11,15  x 15,15 m) est conservée sur une hauteur maximale de 12,10 m. L’état de conservation des élévations extérieures est hétérogène, mais suffisant pour comprendre les grands principes de construction qui ont été employés à son édification.

 

Les élévations extérieures

Comme pour l’intérieur, le parement est constitué de moellons calcaires grossièrement taillés, issus des couches du Muschelkalk supérieur (t5). On retrouve ponctuellement dans le parement un calcaire alvéolé et une dolomie. On remarque enfin dans les parties les plus hautes l’emploi de grès vosgien rouge, peut-être le fruit d’un remaniement. Les assises des élévations extérieures sont très régulières. Le gabarit moyen des pierres (20,2 x 8,6 cm) est sensiblement supérieur à celles du parement intérieur (18,6 x 8,3 cm). Les angles du bâtiment sont chainés par du grès à Voltzia (Lg.48 à 63 cm, lg 22 à 42 cm, ht. 26 à 30 cm). Chaque changement de pierre dans la chaine d’angle est souvent l’occasion de réaliser une assise de réglage.

Le parement est très régulier, on observe quelques dédoublements d’assises dans la seconde moitié de l’élévation. Les assises de réglages sont surtout bien visibles dans le blocage. L’analyse du parement et des niveaux de réglages démontre que nous sommes face à un chantier sans standardisation, où la logique de construction est simplement conditionnée à l’arrivage des pierres. En d’autres endroits des élévations, les assises de réglages se remarquent dans le parement soit par l’emploi de pierres plus fines, soit par deux rangs plus gros de part et d’autre du niveau de réglage.

Les trous de boulin observés sur le parement intérieur en 2012 se retrouvent sur le parement extérieur puisqu’ils sont traversant pour l’immense majorité d’entre eux. Plusieurs sont bouchés par une ou plusieurs pierres en façade. Quatre nouveaux trous ont toutefois été comptabilisés, portant le total à 105. Leur section, carrée, avoisine toujours les 10 à 12 cm, et leur ordonnancement reste très régulier.

Les mortiers se composent principalement de sable et de nodules de chaux. À 8 m de hauteur, un négatif de végétaux imprégné dans le mortier témoigne d’un arrêt saisonnier du chantier. Enfin, un pré-enduit a été observé de façon très sporadique.

TOUTES LES UM EXTERIEUR

La tourelle semi-circulaire

La tourelle semi-circulaire accolée à la face sud permettait l’accès à la tour d’habitation.  Elle mesurait 10 m de haut, pour un diamètre de 3,70 m. L’épaisseur des murs oscille entre 90 et 96 cm, ce qui ménage un espace intérieur de 1,80 m. Elle est saillante de 2,40 m. Elle est munie d’un parement intérieur et d’un parement extérieur dont le gabarit des pierres est identique à celui des pierres de la tour seigneuriale. Elle est correctement chainée et ancrée à cette tour, leur construction est donc simultanée. Trois petites fentes donnaient un peu d’éclairage dans la cage d’escalier. La fréquence des assises de réglages varie entre 34 cm et plus de 60 cm. L’étude macroscopique des mortiers permet d’identifier trois liants différents. Les niveaux de réglage sont en corrélation avec l’utilisation de mortiers spécifiques, ce qui implique une réflexion d’ensemble sur les considérations techniques inhérentes à la construction de cette tourelle.

 

Le sondage

Le sondage (3 x 3 m) pratiqué sous la cheminée au sein du bâtiment n’a pas permis de répondre à toutes les interrogations initiales. Nous avons toutefois pu mettre en évidence le niveau de sol composé par une terre rouge indurée relativement plane remplie d’inclusions de charbons de bois et de chaux. Les fondations de la tour présentent un ressaut de 22 cm de large qui se prolonge sur 40 à 50 cm de profondeur jusqu’à atteindre le sol géologique calcaire. Sur les parties hautes du sondage, nous avons retrouvé une couche d’incendie où l’apparence de poutres brulées apparait assez nettement. Mêlées à de nombreuses tuiles plates, il pourrait s’agir des vestiges de la toiture effondrée du bâtiment.

DSC_0240

Le sondage a révélé un mobilier relativement pauvre. Seules les couches de remblais au-dessus du niveau de sol initial ont livré du mobilier archéologique. Nous retenons essentiellement quatre tessons céramiques à pâte grossière, qui s’apparentent à des fragments de pot globulaire ou de cruche à fond lenticulaire, vraisemblablement antérieurs au XIIIe siècle. Un carreau d’arbalète présente une tête à profil pyramidal de section carrée typique des formes en usage aux Xe et XIe siècles. L’immense majorité des tuiles découvertes sont plates. La diversité dans la typologie des trous de fixation, des ergots et du gabarit des tuiles induit réfections et remplacements au cours des siècles. Le sondage n’a livré qu’un seul fragment de tegula, dans une couche d’effondrement.

Carreau arbalète


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *