Équipements architecturaux et rites dans le sanctuaire romain de Mandeure : questions et réflexions

Image 27

Deuxième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 22 septembre 2015 à 18h

Séverine Blin (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède) présentera les résultats des recherches qu’elle conduit dans le sanctuaire romain de Mandeure.

Image 30
Depuis la reprise des fouilles sur le site de Mandeure en 2001 complétée par l’utilisation de méthodes d’explorations géophysiques, nos connaissances sur le grand sanctuaire, qui se développe au sud-ouest de l’agglomération antique, ont été complètement bouleversées. Les limites ainsi que les composantes monumentales du complexe sacré sont aujourd’hui bien identifiés. Une vingtaine d’hectares entre le Doubs et la falaise sur laquelle s’appuie le théâtre sont attribués à ce vaste sanctuaire, mais si l’on ajoute le plateau qui se développe à l’arrière de l’édifice de spectacle, la surface serait portée aux environs de 30 ha. Le complexe mandurien s’inscrit donc désormais dans la série des grands sanctuaires occidentaux à édifices multiples. La présence d’une vaste enceinte de péribole qui circonscrit un espace sacré composé d’une multitude d’édifices évoque des ensembles connus ailleurs, dans des proportions équivalentes pour la capitale helvète d’Avenches, ou dans des proportions plus réduites pour le sanctuaire de l’Altbachtal, dans la capitale trévire. Comme  ailleurs également, le paysage monumental du sanctuaire de Mandeure est largement dominé par un binôme théâtre-temple, autour duquel se développent d’autres temples, aux dimensions plus réduites. Les fouilles récentes apportent par ailleurs de nombreux éléments sur les cérémonies religieuses. Cette archéologie du rituel vise à reconstituer les sacrifices et les banquets, les liturgies et les processions, les grandes cérémonies et les offrandes plus ordinaires, grâce à l’étude de l’ordonnance architecturale bien sûr, mais aussi grâce à la localisation et à l’identification de l’équipement cultuel, ou encore à la répartition et l’identification de l’instrumentum du culte et des vestiges des gestes rituels. Les traces archéologiques abondantes apportent certes beaucoup à la connaissance des modalités du culte en contexte provincial, mais leur interprétation engendre aussi de nombreuses questions que nous aborderons au fil de cette présentation.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_22_Blin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *