Recherches archéologiques dans les sanctuaires du monde égéen : sanctuaires et temples de Kythnos

Image 27

Quatrième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 6 octobre 2015 à 18h

par Alexandros Alexandros Mazarakis-Ainian (université de Thessalie, Volos)

Capture d’écran 2015-10-05 à 13.37.41

Plusieurs sanctuaires de la capitale antique de l’île de Kythnos, dans les Cyclades (Grèce), nous sont connus par la prospection intensive qui fut conduite durant de nombreuses années. Au moins quatre sanctuaires ont été identifiés à l’intérieur de la cité, ainsi qu’un sanctuaire suburbain, à petite distance en dehors des murailles. La plupart semblent avoir été fondés au début de l’époque archaïque (vers 700 av. J.-C.) et tous furent fréquentés au moins jusqu’à la fin de l’époque hellénistique. Au sommet de l’acropole fut identifié un sanctuaire de Déméter, très probablement un Thesmophoreion et lié à l’époque classique au sanctuaire d’Éleusis. Un deuxième complexe religieux est en cours de fouille depuis 2015 en contrebas de l’acropole, qui comprend deux bâtiments monumentaux, celui du Sud comportant deux compartiments distincts et un autel à l’extérieur, alors que le bâtiment Nord pourrait être une stoa. Un troisième sanctuaire devait se trouver au sommet de la colline Nord de la cité antique. À l’extrémité nord du Plateau médian, les fouilles de 2002-2006 ont dégagé dans sa totalité un quatrième sanctuaire qui comprenait un temple bâti sur une terrasse monumentale et deux autels ; seule la petite chambre arrière – l’« adyton » du temple – était bien préservée et était pleine d’offrandes précieuses datant du début du VIIe s. av. J.-C. jusqu’à la fin de l’époque classique et provenant de régions très variées, souvent lointaines, du monde méditerranéen, ce qui suggère un rayonnement important du sanctuaire en question : relevons entre autres une centaine de bijoux en or, une quantité plus grande de bijoux en argent, des centaines d’offrandes en bronze, os ou ivoire, corail, verre, ambre, faïence, pierres semi-précieuses, des dizaines de vases entiers ou presque entiers provenant surtout des îles des Cyclades (notamment Paros), de l’Ionie du Nord, de Corinthe et d’Athènes. Un deuxième groupe d’offrandes semblables et de la même gamme chronologique a été exhumé dans un dépôt votif avoisinant.

Capture d’écran 2015-10-05 à 13.38.02

Alexandros Mazarakis-Ainian présentera les données de la prospection de surface et de la fouille, qui permettent de réviser nos perceptions concernant le sanctuaire grec aux époques archaïque et classique. Le matériel recueilli est d’une richesse exceptionnelle pour un lieu de culte d’une île des Cyclades qui n’était pas renommée durant l’Antiquité pour sa prospérité économique. L’objectif est d’essayer de saisir la nature du culte, le statut et l’identité des dédicants, et quelques-unes des pratiques dédicatoires dans le sanctuaire, afin de le placer dans le contexte des sanctuaires contemporains du monde égéen.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_10_06_Mazarakis-Ainian2

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *