La photographie aérienne à Philippes dans les années 1930 (résumé de conférence)

Résumé de la conférence donnée, le 2 mars 2016, en marge de la présentation de l’exposition « Philippes 1914-2014 : cent ans de recherches de l’École française d’Athènes ».
La récente publication du deuxième volume de la collection « Patrimoine photographique » de l’École française d’Athènes (EfA) consacré au site de Philippes, dont on célébrait en 2014 le centenaire du début des fouilles, invite à souligner un aspect remarquable de cette collection, le grand nombre et la diversité des photographies aériennes anciennes.
Si Antoine Poidebard est généralement célébré comme l’inventeur de l’application de la photographie aérienne à l’archéologie avec ses travaux dans le désert de Syrie, à partir de 1925, il a été rapidement suivi par les archéologues à Philippes : entre 1932 et 1937, presque chaque année, l’EfA obtient de l’aviation royale hellénique des missions de photographie aérienne sur le site. Les clichés, pris à basse altitude, obliques ou verticaux, répondent à plusieurs objectifs, comment le montrent les rapports de fouilles et les échanges épistolaires conservés dans les archives de l’EfA.
Ils couvrent d’abord les fouilles systématiques des grands ensembles monumentaux du centre de la ville, menées alors par Paul Collart sur le forum et Paul Lemerle sur les basiliques paléochrétiennes. Le renouvellement annuel des photographies permet aux archéologues de démontrer les progrès de leur fouille. Elles leur servent aussi à planifier leur développement. Ces missions photographiques acquièrent ainsi rapidement un rôle prospectif : elles contribuent à identifier les secteurs prometteurs du site, en dehors du centre monumental, où l’on conduit ensuite des sondages exploratoires, et éventuellement une fouille systématique. Enfin, ces photographies permettent au topographe de la mission d’enrichir le relevé général du site, qu’il s’agisse du tracé des remparts ou du plan esquissé d’édifices non fouillés mais révélés par les indices de végétation. À cet effet, est réalisée en 1935 une couverture systématique du site en photographie verticale à très basse altitude.
Ces différents usages de la photographie aérienne sont étudiés en rapport avec le rôle plus général de la photographie dans cette mission ancienne de Philippes. L’apport de cette documentation à l’archéologie contemporaine, à la fois pour la réinterprétation des fouilles anciennes et pour la prospection, est également examiné.


Une réflexion au sujet de « La photographie aérienne à Philippes dans les années 1930 (résumé de conférence) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *