Les sources des décors égyptisants sur les verreries et marqueteries Gallé (conférence)

Conférence donnée à l’Association des Amis du Musée de l’École de Nancy, le 2 mai 2016 (résumé).

La découverte du rôle majeur de l’archéologue et historien de l’art Paul Perdrizet dans la direction des Établissements Gallé dès 1910, comme gendre et conseiller d’Henriette Gallé, conduit à réévaluer une partie de la production industrielle de la cristallerie et ébénisterie d’art. L’édition de l’importante correspondance entre Paul Perdrizet et René-Jean, le critique d’art et bibliothécaire de Jacques Doucet à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, à Paris, permet en effet de préciser la chronologie de l’implication croissante de l’universitaire dans l’entreprise familiale. Elle montre aussi que Paul Perdrizet a fait profiter de cette ressource documentaire exceptionnelle les dessinateurs principaux des Établissements Gallé, avec la volonté affichée de renouveler leurs sources d’inspiration. Cette collaboration a eu pour résultat de nombreux projets restés à l’état de simples dessins, mais aussi des vases et des décors de marqueterie qui tranchent effectivement avec la production d’inspiration florale ou paysagère Art Nouveau traditionnelle : le contraste est d’ailleurs si grand, notamment pour les verreries, que ces séries sont souvent mal datées.

Le témoignage d’un ancien décorateur, graveur à l’acide, des Établissements Gallé, René Dézavelle, qui publia ses souvenirs en 1974, dans la Glasfax Newsletter, est pourtant sans équivoque sur le rôle joué par Paul Perdrizet :

Témoignage de René Dézavelle sur le rôle de Paul Perdrizet dans la création de verreries égyptisantes aux Établissements Gallé (© The Glasfax Newsletter)
Témoignage de René Dézavelle sur le rôle de Paul Perdrizet dans la création de verreries égyptisantes aux Établissements Gallé (© The Glasfax Newsletter)

La coupe « fleur de lotus » esquissée par René Dézavelle peut correspondre à plusieurs types de verreries de petite taille (de 10 à 15 cm de haut pour 7 à 10 cm de diamètre maximal) qui se présentent toutes comme des calices de lotus égyptisants, de différentes couleurs. Le premier modèle est représenté par la coupe conservée au Philadelphia Museum of Art. Le second par plusieurs petits vases au profil plus élancé et galbé, dont deux au moins proviennent directement de la collection personnelle de Thérèse Gallé-Bourgogne, la fille aînée d’Émile Gallé, l ‘un rouge, l’autre bleu-vert.

Wallis calices lotus
Deux calices de la XVIIIe dynastie représentés par Henry Wallis.

Les deux types de coupes « fleur de lotus » correspondent aux deux calices égyptiens de la XVIIIe dynastie représentés par le peintre Henry Wallis dans sa publication de la collection McGreggor, en 1898 : Egyptian ceramic art.

1-Coupe Philadelphia Art Museum
© Philadelphia Museum of Art

D’autres vases présentent la même inspiration égyptienne, dont l’un est la réalisation d’un projet signé par Auguste Herbst et conservé au Musée de l’École de Nancy. Il s’agit d’un vase campaniforme qui reprend en fait le profil et le décor stylisé de lotus d’un chapiteau papyriforme de Karnak (voir en tête de cet article), tel qu’il avait été dessiné par Karl Lepsius dans ses Denkmäler aus Aegypten und Aethiopien (Berlin, 1849-1856).

2-Calice à décor de lotus Beaussant-Lefèvre
© Lefèvre-Beaussant 2014

La rareté de ces publications scientifiques en France, l’identité du dessinateur, Auguste Herbst, qui y copia les reproductions archéologiques pour en faire les modèles de vases égyptisants, ainsi que le rôle de Paul Perdrizet dans la constitution des collections égyptologiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, sont autant d’éléments qui conduisent à réviser le témoignage de René Dézavelle : c’est bien Paul Perdrizet qui, dans le contexte général de l’égyptomanie consécutive à la découverte de la tombe de Toutankhamon, encourage les dessinateurs Gallé à réaliser des modèles égyptisants. Mais il le fait en leur donnant accès à la documentation iconographique nécessaire plutôt qu’en leur fournissant des tessons rapportés d’Égypte — en tout cas pour cette série de « fleur de lotus ».

Samuel Provost, UMR 7117 LHSP-AHP / EA 1132 HISCANT-MA.

Citer cet article : Samuel Provost, "Les sources des décors égyptisants sur les verreries et marqueteries Gallé (conférence)," dans ARULA, 02/05/2016, http://arula.hypotheses.org/1530.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *