Séminaire « Apprentissage, travail et création » à Lille 3 (23 janvier)

 

Le séminaire « Apprentissage, travail et création » organisé par l’UMR 8529 IRHIS accueille le lundi 23 janvier 2017 une séance consacrée à Nancy avec deux communications autour de Paul Perdrizet, touchant son enseignement d’une part, et les Établissements Gallé à l’époque où il en exerce la direction, d’autre part.

__________________

Enseigner l’histoire de l’art médiéval à Nancy au début du XXe siècle : Paul Perdrizet et l’héritage d’Émile Mâle

Frédéric Tixier (EA 3945 CRULH, Université de Lorraine)

Au début du XXe siècle, l’histoire de l’art en tant que discipline scientique à part entière s’institu onnalise. Différentes chaires professorales sont alors créées dans les universités ou les grandes écoles et des réflexions sont menées sur des aspects d’ordre méthodologique. À Nancy, Paul Perdrizet marque de son empreinte l’enseignement de l’histoire de l’art et de l’archéologie. Ce grand spécialiste de l’art antique a cependant un second centre d’intérêt puisqu’il soutient en 1908, sous la direction d’Émile Mâle, deux thèses d’État consacrées à des questions d’iconographie médiévale. En parallèle, il dispense plusieurs cours d’histoire de l’art du Moyen Âge (sur les primitifs italiens ou l’art symbolique par exemple) selon une approche très influencée par les écrits d’Émile Mâle, en particulier son ouvrage fondamental sur L’art religieux du XIIIe siècle en France. Étude sur l’iconographie du Moyen Âge et ses sources d’inspiration de 1898. Cette intervention souhaite donc questionner la vision de Paul Perdrizet de l’art médiéval, son apprentissage de la discipline en partie autodidacte et sa manière de transmettre son savoir auprès de ses étudiants et à l’Université populaire de Nancy.

___________________

De La formation à la tentation de l’émancipation
des ouvriers d’art et dessinateurs des Établissements Gallé à Nancy

Samuel Provost (UMR 7117 LHSP-AHP, Université de Lorraine)

La manufacture d’art Émile Gallé à Nancy combine, dans l’ordre de leur création, dans le dernier quart du XXe s., une faïencerie, une ébénisterie et une cristallerie. Elle doit à la renommée artistique de son créateur la nécessité de se doter d’un appareil industriel pour répondre à la demande croissante en meubles et cristaux d’art du style Art nouveau qu’il a contribué à théoriser aussi bien qu’à populariser dans les années 1880-1890. Le recrutement et la formation de la main-d’œuvre sont dès lors des questions cruciales, dans une région où la densité d’implantation des industries verrières entraîne à la fois des opportunités et une concurrence marquée. Bien que les archives de la fabrique soient largement perdues ou détruites, d’autres sources, telles que des témoignages personnels et des correspondances privées, de la direction comme des ouvriers, permettent d’examiner comment Émile Gallé et ses successeurs ont répondu aux besoins croissants de main-d’œuvre qualifiée, notamment pour les ateliers de décor sur verre.

On étudiera ainsi d’abord les modalités de la formation des différents corps de métier concernés et le souci d’Émile Gallé de la développer à l’extérieur de la fabrique, ce qu’il manifeste dans les projets de l’association de l’École de Nancy comme dans son soutien aux réformes de l’enseignement des arts appliqués réclamées par un Victor Prouvé, par exemple. Dans un second temps, on verra comment le développement de cette main-d’œuvre qualifée, dans un contexte de forte croissance de la demande pour les verreries décoratives produites en série, a pu entraîner des tentatives d’essaimage de la part d’ouvriers frustrés de ne pouvoir exprimer leurs talents de créateurs dans le cadre de la fabrique Gallé.

(intervention lue par Frédéric Tixier)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *