Publication : La guerre au Moyen Âge. Engins et techniques de siège

Valérie Serdon, La guerre au Moyen Âge, Engins et techniques de siège, éditions Jean-Paul Gisserot, 2017.

La guerre de siège — si elle joue un rôle vital dans la stratégie militaire au Moyen Âge — est un phénomène ancien ; elle constitue même le ressort dramatique de l’un des premiers récits littéraires connus, l’Iliade, narrant la prise de Troie par les Achéens non par des moyens traditionnels mais par un subterfuge, un cheval de bois (Garlan, 1974). L’art d’assiéger une ville ou une place forte appelé aussi « poliorcétique » — science d’abord développée par les Grecs et ensuite par les techniciens militaires romains — se trouve aussi au cœur de récits historiques et traités didactiques plus tardifs.

Au XIXe siècle, le domaine des techniques de siège est réservé à des chercheurs pourvus d’une solide formation militaire (parfois eux-mêmes officiers ou étroitement liés aux états-majors). Ils ont porté une attention particulière aux machines et procédés d’attaque qui s’inscrivent dans une tradition remontant à l’Antiquité. D’autre part, la pyrotechnie a suscité un véritable engouement ; la révolution qu’elle provoque dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’art de la guerre » a été maintes fois soulignée. Depuis, d’excellents travaux de synthèse sur le siège médiéval sont parus en langue anglaise ; ils témoignent de la diversité des sources utilisées et d’un renouvellement des problématiques scientifiques (Bradbury ; France ; Rogers). Ils s’intéressent aux changements induits dans l’utilisation des machines et à l’adaptation des fortifications aux progrès de la poliorcétique. Au-delà de l’armement, de la tactique, de la logistique opérationnelle, l’approche sociologique dans ce domaine n’a pas été négligée, notamment par les enjeux politiques et les conséquences pour les populations, les efforts financiers et matériels consentis par les villes pour assurer leur défense (Salamagne ; Raynaud ; Butaud ; Toureille).

Différentes sources — écrite, iconographique, archéologique — permettent de cerner le sujet même si de nombreuses zones d’ombre subsistent, en particulier pour le haut Moyen Âge (du milieu du Ve siècle jusqu’à l’an Mil). Les sources financières comme les comptes urbains, textes réglementaires ou législatifs (registres de délibération des villes) complètent les sources littéraires souvent peu intelligibles. Les témoignages sur le vif des chroniqueurs corroborent parfois le contenu des ouvrages des didacticiens et peuvent être relativement précis dans la description des sièges. Les traités militaires musulmans accordent généralement de longs développements à l’art de prendre les places ; une étude approfondie a montré qu’ils mêlent une tradition issue de l’Antiquité et le fruit d’une certaine expérience (Zouache, 2008). Quelques grands principes tactiques apparaissent dans l’œuvre de Végèce, l’Epitoma De re militari (fin du IVe siècle) largement diffusée au Moyen Âge et adaptée dans les « Miroirs au prince » médiévaux, traités d’éthique gouvernementaux qui font de la conduite de la guerre l’une des principales fonctions royales (Toureille et al., 2013). Il est cependant difficile de savoir si ses préceptes sont suivis sur le terrain, maints choix tactiques et stratégiques étant sans doute dictés par le bon sens, les chefs de guerre s’adaptant à la réalité du terrain et à l’adversaire selon leur expérience et la technologie du moment (Boffa, 2004). À la fin du Moyen Âge, Le Livre des Faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pisan (1410) — vaste synthèse associant Végèce et Honoré Bouvet — et le Livre du secret de l’art de l’artillerie et canonnerye (milieu du XVe siècle) traitent des techniques de siège et de l’artillerie en intégrant notamment des conseils de capitaines français. Sous l’impulsion des hommes de terrain, l’art militaire se renouvelle et conserve un caractère de « science ouverte » (Contamine, 1988).

La valeur des sources iconographiques — pour les derniers siècles du Moyen Âge essentiellement — est limitée mais bien réelle. Avec les précautions d’usage, les chercheurs ont utilisé les enluminures des manuscrits pour progresser dans la connaissance de l’armement individuel ou collectif, celle des places fortes et des moyens pour s’en emparer. Plus qu’un document permettant véritablement de dater (l’écart entre usage et représentation a été mis en évidence), elles évoquent la diversité typologique et les circonstances d’utilisation et montrent les défenses annexes en bois, les parties en matériau périssable aujourd’hui disparues de l’artillerie (Raynaud, 2001). Les traités techniques sont surtout révélateurs des connaissances du temps et des idées sur la technique et non du parc d’artillerie véritablement utilisé lors des sièges ; en revanche, ils livrent des renseignements précis sur les modes de transport, de manutention et d’utilisation (Gille, 1978). Par exemple, « L’art de la guerre » ou Bellifortis de Conrad Kyeser (début du XVe siècle) décrit de nombreux engins et préfigure le De machinis libri de Taccola qui rassemble le plus important corpus (artillerie, pont et échelle mobiles, engin de levage…).

Les sources archéologiques s’avèrent particulièrement précieuses et complètent les données de l’iconographie. L’analyse des vestiges maçonnés encore en élévation — des châteaux ou des enceintes urbaines — même remaniés, permet de comprendre la chronologie de la mise en défense, en particulier l’apparition ou l’adaptation des organes défensifs aux armes et aux techniques d’assaut nouvelles (Mesqui ; Durand). L’archéologie expérimentale (menée par des chercheurs issus de la charpenterie ou de l’ingénierie), très en vogue, se donne pour mission de reconstituer des engins et tente de les faire fonctionner en les mettant en situation. Si les résultats doivent être nuancés, les restitutions des pièces d’artillerie montrent que les chroniqueurs n’ont pas toujours exagéré leur efficacité.

Au Moyen Âge, l’état de « guerre permanente » n’est pas une réalité même si le caractère diffus de la violence est patent ; dans sa forme la plus courante, elle est une succession de sièges, d’escarmouches et de dévastations systématiques, un équilibre fondé sur une sorte de « dissuasion préventive » étant plutôt recherché (Contamine, 1980 et 1997). De façon générale, le refus de la bataille rangée (la plupart des souverains ne confiant pas leur fortune au hasard d’une journée) et le « réflexe obsidional » (du latin obsidere, assiéger) — une réaction qui consiste à parer l’attaque en s’enfermant dans des places fortes capables de résister — sont privilégiés. Une défense acharnée des assiégés, une guerre d’usure et une recherche du profit immédiat restent des constantes durant la période médiévale (Gaier, 2004 ; Contamine, 1980). Le rôle des châteaux et des villes fortes apparaît alors en pleine lumière. Pour des raisons essentiellement économiques, les opérations militaires sont limitées dans le temps et dans l’espace et les sièges se concluent rarement par un assaut ; l’usage de la reddition honorable contre promesse de rançon s’impose à la fin du Moyen Âge et réduit sensiblement les pertes matérielles et humaines. Il n’existe pas de « siège idéal » qui permette d’analyser en profondeur les évolutions de la guerre de siège mais une multitude de situations. Le principe général par lequel une place forte peut être prise au Moyen âge n’a cependant pas beaucoup évolué depuis l’Antiquité, que ce soit pour un ouvrage palissadé ou en maçonnerie, mobilisant des troupes et des moyens importants ; pourtant, à la fin de la période plusieurs innovations vont durablement modifier les rapports de force comme le développement balistique de l’artillerie traditionnelle à contrepoids et l’apparition de l’artillerie à poudre (artillerie étant un terme qui désigne l’ensemble des engins de guerre et des munitions ; ce n’est qu’à partir du règne de Louis XI, à la fin du XVe siècle, que le terme est employé dans son sens actuel).

Il paraît hasardeux de se limiter à l’aspect purement technique de la guerre de siège — ainsi que l’on peut souvent le lire — tant il est vrai que d’autres facteurs servent à remporter la victoire ; chaque système de défense et d’attaque doit s’envisager de façon globale en fonction du contexte, de la situation politique, la réussite ou l’échec ne tenant pas forcément uniquement à l’habileté de l’assiégeant. Il s’avère difficile de brosser le tableau de la guerre de siège sur dix siècles, entre l’Antiquité tardive — avec la disparition de l’Empire romain d’Occident, la mise en place des États barbares — et la fin du Moyen âge (premières armées permanentes, artillerie à poudre, fortifications bastionnées) sans faire des choix : dans la chrétienté latine, la France au sens large a été privilégiée avec des incursions à Byzance et en pays d’Islam pour expliquer d’éventuelles influences mutuelles. Certaines périodes sont particulièrement propices à l’émulation en termes de fortification et d’armement : conflit entre Capétiens et Plantagenêts, croisade albigeoise, politique édilitaire de fortification sous Louis IX et Philippe le Bel, période des croisades en Terre Sainte…

Cet ouvrage s’attache d’abord à mettre en lumière les progrès réalisés dans la mise en défense des places fortes par le passage d’une défense passive — la forteresse suffisant à décourager l’adversaire par sa masse pesante — à une parade plus active, exercée par la garnison du château, par l’amélioration en matière de logistique de guerre et de stratégie accompagnant les progrès de l’armement et de l’architecture. Cet essai ne néglige pas les moyens indirects pour prendre une place, en particulier la diplomatie. Les sujets comme la préparation des campagnes militaires, du recrutement des hommes de guerre, du renseignement, de l’espionnage et de la ruse, de l’importance stratégique du ravitaillement pour les assaillants sont évoqués, tout comme l’approvisionnement des arsenaux et l’organisation de la défense depuis la place. Pour qu’un siège ait une chance de réussir, les combattants doivent être nombreux et puissamment équipés, capables d’assurer le blocus, de résister aux sorties mais aussi à l’intervention d’une armée de secours. Multiplier les assauts fait partie de tout siège en règle par l’envoi de projectiles (par des engins ou des armes individuelles) pour éloigner les défenseurs des créneaux, procéder éventuellement à l’échelage et à l’approche par des tours d’assaut et des engins destinés à protéger pionniers et mineurs. Ces ouvrages de charpenterie connaissent des progrès considérables avant l’avènement du canon. De fait, au Moyen Âge, une dialectique s’établit entre l’attaque et la défense, la question de l’efficacité des procédés d’assaut (sape et bombardement en particulier) ayant sensiblement retenu l’attention des constructeurs. Le cheminement de ce livre et les choix opérés marquent la volonté de faire bénéficier des avancées récentes de la recherche au plus grand nombre, sinon de battre en brèche quelques idées reçues sur la guerre de siège.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *