Conférence : « Mourir à Pompéi. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera »

L‘université de Lorraine invite William Van Andringa, archéologue, Professeur d’histoire romaine (histoire des religions dans le
monde romain) à l’université de Lille 3, directeur de la revue Gallia et co-responsable de la revue en ligne ADLFI (Archéologie de la France-Informations) à nous présenter les résultats des recherches dont il a assuré la codirection dans la nécropole de Porta Nocera à Pompéi le 18 décembre 2012.

La fouille d’un quartier funéraire de la nécropole de Porta Nocera à Pompéi donne une idée de l’enjeu des recherches archéologiques récentes. D’abord, le champ d’étude est limité volontairement à quelques enclos funéraires, de manière à pouvoir gérer et prendre en compte l’ensemble de la documentation disponible : cinq mois de fouille ont livré 16 000 pièces de mobilier, céramique, os animaux, métal, etc. qu’il s’agit d’identifier, classer et publier. Sans parler des quelque 60 000 os humains récoltés dans les 64 sépultures étudiées. La méthode suivie est, elle, motivée par la volonté d’observer toute trace anthropique, de manière à restituer les activités humaines organisées autour de la mort à l’époque romaine. L’examen d’une aire de crémation où l’on brûlait les corps donne des informations sur la dynamique d’organisation de ces espaces de présentation et de transformation des morts très particuliers, mais également sur le mort lui-même porté au feu, ainsi que sur l’intervention des vivants qui déposent des offrandes sur la structure. L’ensemble des observations récoltées, consignées et discutées autorise au final une restitution des événements, délivrant le sens donné par les Pompéiens à la mort, définie comme une transformation et un changement de statut. L’archéologie n’est finalement plus très loin de l’anthropologie sociale.

Cette conférence, adossée aux programmes de recherches de l’équipe d’accueil 1132 HISCANT-MA, est présentée dans le cadre de deux enseignements assurés à l’université de Lorraine, le premier en Faculté de médecine (master « Éthique de la santé et médecine légale », M1 – UE3 « Pratiques funéraires et croyances » ; M2 – parcours « Criminalistique et archéologie », ARC2 – Archéologie), le deuxième à l’UFR des Sciences historiques, géographiques, musicologie (licence 3 « Histoire de l’art et archéologie », UE501 « Art antique », archéologie de la mort dans le monde grec antique).

En attendant, donc, la parution du volume : W. Van Andringa, H. Duday, S. Lepetz et alii, Mourir à Pompéi : fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007), Vol. 1, Analyses des contextes archéologiques et synthèses générales ; Vol. 2, Artefacts et écofacts en contexte funéraire : analyses et synthèses par type de matériel archéologique, Collection de l’École française de Rome (sous presse).



Une réflexion au sujet de « Conférence : « Mourir à Pompéi. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *