Tous les articles par Cédric Moulis

Publication : Le Château des fées de Montcy-Notre-Dame. Archéologie d’un site de l’an Mil.

Le projet LAFAM au sein de la MSH Lorraine a pris fin avec la publication d’un second ouvrage, sous la direction de Cédric Moulis et Jean-Pierre Lémant. Cet ouvrage présente les résultats des fouilles et des analyses qui en découlent sur un site aristocratique des boucles de la Meuse ardennaise aux abords de Charleville-Mézières en l’an Mil.

 Livre broché 224 p. ISBN-10 2814302841 ISBN-13 9782814302846 15€
Livre broché
224 p.
ISBN-10 2814302841
ISBN-13 9782814302846
15€

Le Château des fées est édifié sur une motte rocheuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local, à la frontière des diocèses de Reims et de Liège, aux limbes des comtés de Castrice et du Porcien.

Les fouilles dirigées par Jean-Pierre Lémant dans les années 1980-1990 ont permis de redonner à ce site anhistorique toute sa valeur historique et archéologique. Un établissement primitif en bois a d’abord occupé le substrat rocheux. Suite à sa probable destruction en 933 par Richer, évêque de Tongres-Maastricht-Liège, une aula en pierre se substitue au premier ouvrage et une enceinte enserre l’ensemble. La destruction du site intervient vers 1100, suite à un incendie.

Un mobilier bien caractéristique de l’époque a été mis au jour. Les plus belles pièces correspondent à des pièces d’échecs, un fermoir de livre, ou encore de la céramique fine glaçurée importée de la Meuse moyenne. La découverte de fragments de meules en basalte de l’Eifel achève de montrer la prééminence d’une culture matérielle des occupants préférentiellement tournée vers l’est et le nord. L’influence des évêques de Tongres-Maastricht-Liège se reflète très certainement dans l’ensemble de ces orientations.

Les données exhumées des stratigraphies du Château des fées, traitées par différents spécialistes, permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite aristocratie autour de l’an Mil.

Plan de l’ouvrage :
Avant-Propos (André Matthys)
Introduction (Cédric Moulis)
CHAPITRE 1 – Une histoire dans l’ombre
1,1 – Un contexte géologique tourmenté. Frontière naturelle ou carrefour ? (Dominique Harmand)
1,2 – Un contexte historique complexe (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
1,3 – De l’histoire à la légende, de la légende au mythe : naissance du Château des fées (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
CHAPITRE 2 – Les bâtiments et leur évolution
2,1 – Les données des chantiers (Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
2,2 – Les bâtiments (Cédric Moulis)
CHAPITRE 3 – Un mobilier aristocratique
3,1 – La faune (Charlotte Samain)
3,2 – La carpologie (Emmanuelle Bonnaire)
3,3 – La céramique (Sylvie de Longueville)
3,4 – Le verre (Hubert Cabart)
3,5 – Le mobilier métallique (Valérie Serdon-Provost)
3,6 – Les monnaies (Christophe Adam)
3,7 – Le mobilier en matières dures animales (Jean-François Goret)
3,8 – Les meules (Sophie Galland-Créty, Luc Jaccottey)
Conclusion (Cédric Moulis)
Annexes
Bibliographie

L’ouvrage peut être commandé sur le lien suivant : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100686080&fa=details

Poste de Professeur en archéologie médiévale à pourvoir

L’université de Lorraine recrute un Professeur d’archéologie médiévale. La  date limite de candidature est fixée au 31 mars.

Vous trouverez toutes les informations utiles en cliquant sur le lien suivant : https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ListesPostesPublies/ANTEE/2016_1/0542493S/FOPC_0542493S_782.pdf

Colloque International – 11-12 décembre 2015

Fortification et artillerie en Europe autour de 1500. Le temps des ruptures.

12279135_10208479341689369_9140775186834515963_n

Programme des deux jours :

12239544_10208479355929725_4045320335147591185_n

Informations pratiques :
10-11 décembre
Entrée libre
Déjeuners du vendredi 11 et du samedi 12 sur réservation avant le 8 décembre.
Prix : 17 euros.
Possibilité d’hébergement.
Réservations, conditions déjeuner et hébergement : marie-odile.lambert@epinal.fr
Renseignements colloque : contact@vieux-chatel.fr

Avis de Publication : « L’Ardenne. Des frontières en l’an Mil »

couv

L’étude des formations territoriales et des frontières a souvent été utilisée comme prétexte à toutes formes de revendications spatiales et/ou culturelles. Longtemps liée à la seule analyse historique, elle peut être aujourd’hui renouvelée par des apports d’ordre archéologique, en matière d’espace, de comportements sociétaux, d’économie.

C’est dans cet esprit qu’intervient au sein de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine le projet LAFAM (L’Ardenne. Des frontières en l’an Mil) sur les boucles mosanes et l’Ardenne méridionale. Le principal objectif est d’y cerner les conditions d’apparition des diverses limites et frontières – tant politiques que sociales, culturelles, religieuses et économiques – qui divisent ce territoire et d’en comprendre l’organisation dans un contexte de morcellement féodal alors à son maximum autour de l’an Mil.

Pour parvenir à ces résultats, il a fallu entreprendre une démarche historique inédite pour ce secteur. In fine, nous pouvons y entrevoir l’implantation humaine et mieux cerner les frontières et influences de tous ordres qui le composèrent voici mille ans. Ce travail permet à la population actuelle de se réapproprier une histoire, une culture et un passé que les vicissitudes du temps ont fini par transformer ou effacer.

Sommaire :

Bernadette Clasquin – Préface
Cédric Moulis – Introduction
Dominique Harmand – Les boucles de Meuse autour de Montcy-Notre-Dame. Frontière naturelle ou carrefour ?
Sylvain Gouguenheim – Les frontières de l’an Mil. Esquisse de synthèse historiographique
Hérold Pettiau – Un espace frontalier avant l’an Mil : quelques remarques sur la région mosane et le sud de l’Ardenne dans les itinéraires de souverains entre le royaume franc occidental et le regnum Lotharii de 843 à 935
Michel Bur – De Mézières à Bar-le-Duc. La frontière d’Empire autour de l’an Mil
Marc Suttor – La Meuse en l’an Mil, une région stratégique
Jean-Gabriel Harter – La construction féodale au sein du diocèse de Reims et son rapport à la Meuse (Xe-XIe siècles)
Frédéric Chantinne et Philippe Mignot – Châteaux et territoires dans le sud du diocèse de Liège aux Xe-XIe siècles
Patrice Bertrand – Architectures, autour de l’an Mil, autour de la Meuse
Cédric Moulis – Pour une nouvelle lecture des frontières en Ardenne méridionale en l’an Mil

Pour commander l’ouvrage : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100478460&fa=details

Exposition : Le Château des fées en l’an Mil. Une sentinelle aux portes de l’Ardenne

INVIT_Page_1

Lieu de l’exposition : Musée de l’Ardenne – Charleville-Mézières (08)

Le Château des fées est édifié sur une motte schisteuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse au nord de Charleville-Mézières. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local. Un bâtiment primitif en bois a d’abord occupé le socle schisteux. Une aula en pierre de 17,50 x 9,80 m se substitue au premier ouvrage dans la première moitié du Xe siècle. Une enceinte castrale enserrait l’ensemble et accueillait une basse-cour. La destruction du site intervient au tout début du XIIe siècle, suite à un incendie. Les analyses physico-chimiques, les carreaux d’arbalète, les pointes de flèches, les monnaies, la tabletterie et le mobilier céramique exhumés des stratigraphies du Château des fées permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite noblesse autour de l’an Mil.

L’exposition rassemble des panneaux et du mobilier étudié par une dizaine de spécialistes travaillant sur des domaines précis des sciences historiques, géologiques, archéologiques de France et de Belgique. Elle fait la synthèse de fouilles inédites qui présentent un intérêt de comparaison pour les archéologues. Peu de sites sont encore renseignés avec précision sur cette période. Il vient compléter la liste des sites explorés par les collègues belges, de Picardie et de Rhône-Alpes sur la question des résidences aristocratiques des environs de l’an Mil – question sujette à de nombreuses remises en perspectives à chaque nouvelle publication tant le champ d’étude reste vaste.

Appel à contribution – Colloque

« Pierre à pierre » – Économie de la pierre aux périodes historiques en Lorraine et régions limitrophes (Ier siècle av. J.-C. – XVIIe siècle)

affiche pierre_à_pierre

Les travaux de recherche du PCR sur « La pierre en Lorraine aux périodes antiques et médiévales : de l’extraction à la mise en œuvre » trouvera son aboutissement dans une publication, aux Presses Universitaires de Nancy, dont la sortie est prévue en 2015. Dans la continuité, les organisateurs souhaitent poursuivre et diversifier leurs questionnements, en élargissant le champ d’étude aux régions limitrophes (Alsace, Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat, Wallonie) et à des domaines non traités au sein de ce PCR. La diachronie est privilégiée du Ier av. J.-C. au XVIIe siècle.

Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Le traitement technique et technologique de la pierre se décline généralement en trois grandes étapes : l’extraction, la diffusion et la mise en œuvre.

Pour l’extraction, trois sujets encore peu abordés dans nos régions seront privilégiés. Nous ne bénéficions en effet pas encore, pour le nord-est de la France, de typologie – a fortiori de typochronologie – des carrières et lieux d’extraction de la pierre. Les spécificités liées aux sites souterrains ou à ciel ouvert méritent d’être approfondies, en faisant notamment le lien entre les propriétés mécaniques de la roche extraite et la logique d’exploitation constatée. La gestion des déchets est en ce sens un des éléments permettant de mieux cerner ces logiques d’exploitation.

La diffusion de la pierre pourra également être traitée, sous des aspects aussi divers que les aires de diffusion et leur fluctuation dans le temps, les rapports entre volumes extraits et volumes transportés, ou encore le lien entre les infrastructures (réseau routier, bassin hydrographique…) et les moyens de transports employés (charrettes, barques, radeaux…). Les apports méthodologiques sur le rapprochement entre site d’extraction et site de mise en œuvre seront également les bienvenus.

La mise en œuvre de la pierre pourra quant à elle être abordée sous de nombreux aspects, aussi bien techniques (organisation et propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, l’outillage…) que logistiques (le phénomène du remploi, la standardisation du chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, signes lapidaires…).

Les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur la pierre en tant que mobilier ou élément décoratif. En effet, elle se retrouve au cœur de la vie quotidienne domestique (mortier, meule, pierre ollaire, mesure de capacité…), mais elle permet également de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 mn et le poster. Les posters seront présentés à l’occasion de courtes interventions de 5 mn lors d’une session dédiée et seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.

  • Proposition de communication : avant 1er mai 2015
  • Envoi des résumés : avant 1er juillet 2015
  • Colloque : 5-6 novembre 2015
  • Retour des textes finaux : avant 1er mars 2016
  • Publication des Actes : fin 2016

Comité d’organisation

  • K. Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • C. Kraemer, Université de Lorraine, EA 1132
  • C. Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • V. Muller, Université de Lorraine, EA 1132
  • L. Voinson, Université de Lorraine, EA 1132

Comité scientifique

  • Jean-Claude Bessac, CNRS, UMR 5140
  • Karine Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • Ivan Ferraresso, INRAP GEN, associé EA 1132
  • Dominique Heckenbenner, Conservateur du patrimoine honoraire
  • Jean-Denis Laffite, INRAP GEN
  • Cédric Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • Vianney Muller, Université de Lorraine, EA 1132

Contact : lucie.voinson@univ-lorraine.fr

Télécharger la fiche de proposition : FICHE COLLOQUE PIERRE A PIERRE

Tour seigneuriale de Darnieulles (Vosges) : De nouvelles observations

L’étude des élévations de la tour seigneuriale s’est terminée lors d’un chantier de trois semaines en juin 2014. Un sondage a été pratiqué à l’emplacement de la tourelle semi-circulaire. Enfin, l’étude de l’enceinte du XIVe siècle de la maison forte a débuté.

L’élévation extérieure nord
Avec l’élévation est, c’est la moins bien conservée de l’ensemble, mais elle reste observable sur 9,50 m de hauteur et 10 m de longueur. L’analyse parementale a permis de mieux appréhender l’environnement de la tour, dont l’évolution se décline en 4 phases sur ce mur. La phase 1 correspond à l’édification de la tour à la fin du XIe siècle. L’imposante brèche dans la partie gauche du mur rend possible l’idée d’une tourelle chaînée aux maçonneries et similaire à celle de l’élévation sud. Lors de la phase 2, deux trous s’alignant avec plusieurs autres traces ont été percés à près de 6 m du sol. Il pourrait s’agir de la création d’un corps de logis pour l’enceinte du XIVe siècle. Lors de la phase 3, cette maçonnerie en appui est démolie. Un bâtiment (un corps de logis ?) présentant une toiture parallèle à la tour est alors édifié. On remarque deux niveaux d’empochements (un plancher et une charpente ?), espacés les uns des autres d’environ 2,30 m. Il est envisagé que cette configuration soit à mettre en lien avec les vestiges de la porterie des XVIIe-XVIIIe siècles. La phase 4 correspond à l’état actuel, soit à un bâtiment démantelé. Il est fort probable que sa démolition ait engendré des dégradations du parement de la tour.

 

Elévation nord
Elévation nord

Le sondage
Un sondage de 19 m2 contre l’élévation sud de la tour seigneuriale, à l’extérieur, a permis de comprendre l’implantation de la tourelle semi-circulaire et de caractériser son environnement. Malgré la maigreur des indices, il semblerait que le site soit occupé au cours de l’Antiquité (tardive ?) dans une première phase. L’endroit est rendu intéressant par la configuration topographique de la roche calcaire, qui présente un tertre légèrement surélevé par rapport au fond du vallon. Le site cesse d’être ensuite occupé pour des raisons qui nous échappent totalement.
La seconde phase débute à la fin du XIe siècle avec la construction de la tour seigneuriale. Les fondations de la tourelle semi-circulaire, d’aspect tronconique et accolées aux fondations de la tour quadrangulaire, ont une profondeur de 70 cm. Les pierres calcaires, de toutes tailles et formes, qui la constitue sont maçonnées à la chaux, sans organisation particulière. Elles sont dissimulées par le remblai issu du creusement d’un fossé, dont l’amorce est bien reconnue en stratigraphie. En élévation, le parement est conservé sur 53 cm de hauteur et constitué de moellons calcaires de 18 x 7 cm en moyenne. Le piétinement engendré par les travaux et les déchets de matériaux (essentiellement le mortier) créent un premier niveau de sol extérieur compact et dur au pied des maçonneries. Le niveau de sol repéré à l’intérieur de la tourelle est composé d’un lit de mortier épais.

Tourelle semi-circulaire
Tourelle semi-circulaire

Le secteur devient ensuite un lieu de rejet alimentaire. En effet, dans les US en contact avec le niveau de sol, ont été trouvés des tessons de céramique et des restes fauniques en quantité non négligeable. Le mobilier céramique est néanmoins très fragmenté. La pâte, sombre, micacée, et cuite en atmosphère réductrice, est généralement peu épaisse et comporte des inclusions siliceuses fines. Les tessons appartiennent à des formes fermées globulaires montées en technique mixte et sont datables des Xe-XIIIe siècles. Ce mobilier retrouvé à proximité, l’absence de passage permettant d’entrer dans la tourelle et la présence du pendage du fossé semblent démontrer que cette construction semi-circulaire est une latrine à fosse, et non un accès à la tour seigneuriale, comme supposé jusqu’à présent.
Lors de la troisième phase, le profil du fossé, légèrement transformé par son comblement naturel progressif, se fige à nouveau à l’occasion d’une seconde campagne de travaux. Celle-ci peut être certainement rattachée au XIVe siècle, qui voit l’apparition de l’enceinte de la maison forte. Ce nouveau sol reprend toutefois en partie l’altimétrie de l’antérieur. Après 1582, peut-être au XVIIIe siècle, la tourelle perd son intérêt. Elle est alors démantelée, ce qui engendre un nouveau remblai. Le fossé est comblé dans le même temps, ce qui nivelle le secteur. La ruine progressive du site occasionne également de nouveaux remblais. Les sols ont été remués au cours de ces différentes phases, ce qui explique vraisemblablement le degré de fragmentation élevé des mobiliers céramiques et fauniques.

Conférence sur la tour seigneuriale de Darnieulles – 24 mai 2014

Tract APAVA-Conf du 24 mai 14

La tour d’habitation de Darnieulles fut la propriété d’un lignage de chevaliers locaux dont les premières mentions remontent à la fin du XIe siècle. Elle s’insère au sein d’un ensemble plus vaste, une maison forte, qui se développe à partir du XIVe siècle.
L’objectif historique et patrimonial est de replacer cet édifice dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales des XIe-XIIe siècles. L’édifice semble être un subtil compromis entre les grands donjons résidentiels de l’ouest de la France, des petits donjons résidentiels de l’est du pays et des logis seigneuriaux germaniques.
L’objectif archéologique des opérations menées sur le site est de réaliser une couverture analytique complète de la tour afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux ainsi que les éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… Pour ce faire, des relevés d’élévation et des sondages sont pratiqués sur le site. L’étude intègre également un travail de thèse sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles.

Le chantier 2014 se déroule du 2 au 22 juin et sera accessible aux visiteurs lors des Journées Nationales de l’Archéologie des 6, 7 et 8 juin.

http://journees-archeologie.fr/c-2014/fiche-initiative/469/Tour-seigneuriale-de-Darnieulles

Tour seigneuriale de Darnieulles – Apports de la campagne 2013

élévation ouest de la tour

En 2013, le chantier s’est concentré sur l’analyse des élévations extérieures. Le relevé pierre à pierre a été effectué sur 353 m2 de murs. La tour (11,15  x 15,15 m) est conservée sur une hauteur maximale de 12,10 m. L’état de conservation des élévations extérieures est hétérogène, mais suffisant pour comprendre les grands principes de construction qui ont été employés à son édification.

 

Les élévations extérieures

Comme pour l’intérieur, le parement est constitué de moellons calcaires grossièrement taillés, issus des couches du Muschelkalk supérieur (t5). On retrouve ponctuellement dans le parement un calcaire alvéolé et une dolomie. On remarque enfin dans les parties les plus hautes l’emploi de grès vosgien rouge, peut-être le fruit d’un remaniement. Les assises des élévations extérieures sont très régulières. Le gabarit moyen des pierres (20,2 x 8,6 cm) est sensiblement supérieur à celles du parement intérieur (18,6 x 8,3 cm). Les angles du bâtiment sont chainés par du grès à Voltzia (Lg.48 à 63 cm, lg 22 à 42 cm, ht. 26 à 30 cm). Chaque changement de pierre dans la chaine d’angle est souvent l’occasion de réaliser une assise de réglage.

Le parement est très régulier, on observe quelques dédoublements d’assises dans la seconde moitié de l’élévation. Les assises de réglages sont surtout bien visibles dans le blocage. L’analyse du parement et des niveaux de réglages démontre que nous sommes face à un chantier sans standardisation, où la logique de construction est simplement conditionnée à l’arrivage des pierres. En d’autres endroits des élévations, les assises de réglages se remarquent dans le parement soit par l’emploi de pierres plus fines, soit par deux rangs plus gros de part et d’autre du niveau de réglage.

Les trous de boulin observés sur le parement intérieur en 2012 se retrouvent sur le parement extérieur puisqu’ils sont traversant pour l’immense majorité d’entre eux. Plusieurs sont bouchés par une ou plusieurs pierres en façade. Quatre nouveaux trous ont toutefois été comptabilisés, portant le total à 105. Leur section, carrée, avoisine toujours les 10 à 12 cm, et leur ordonnancement reste très régulier.

Les mortiers se composent principalement de sable et de nodules de chaux. À 8 m de hauteur, un négatif de végétaux imprégné dans le mortier témoigne d’un arrêt saisonnier du chantier. Enfin, un pré-enduit a été observé de façon très sporadique.

TOUTES LES UM EXTERIEUR

La tourelle semi-circulaire

La tourelle semi-circulaire accolée à la face sud permettait l’accès à la tour d’habitation.  Elle mesurait 10 m de haut, pour un diamètre de 3,70 m. L’épaisseur des murs oscille entre 90 et 96 cm, ce qui ménage un espace intérieur de 1,80 m. Elle est saillante de 2,40 m. Elle est munie d’un parement intérieur et d’un parement extérieur dont le gabarit des pierres est identique à celui des pierres de la tour seigneuriale. Elle est correctement chainée et ancrée à cette tour, leur construction est donc simultanée. Trois petites fentes donnaient un peu d’éclairage dans la cage d’escalier. La fréquence des assises de réglages varie entre 34 cm et plus de 60 cm. L’étude macroscopique des mortiers permet d’identifier trois liants différents. Les niveaux de réglage sont en corrélation avec l’utilisation de mortiers spécifiques, ce qui implique une réflexion d’ensemble sur les considérations techniques inhérentes à la construction de cette tourelle.

 

Le sondage

Le sondage (3 x 3 m) pratiqué sous la cheminée au sein du bâtiment n’a pas permis de répondre à toutes les interrogations initiales. Nous avons toutefois pu mettre en évidence le niveau de sol composé par une terre rouge indurée relativement plane remplie d’inclusions de charbons de bois et de chaux. Les fondations de la tour présentent un ressaut de 22 cm de large qui se prolonge sur 40 à 50 cm de profondeur jusqu’à atteindre le sol géologique calcaire. Sur les parties hautes du sondage, nous avons retrouvé une couche d’incendie où l’apparence de poutres brulées apparait assez nettement. Mêlées à de nombreuses tuiles plates, il pourrait s’agir des vestiges de la toiture effondrée du bâtiment.

DSC_0240

Le sondage a révélé un mobilier relativement pauvre. Seules les couches de remblais au-dessus du niveau de sol initial ont livré du mobilier archéologique. Nous retenons essentiellement quatre tessons céramiques à pâte grossière, qui s’apparentent à des fragments de pot globulaire ou de cruche à fond lenticulaire, vraisemblablement antérieurs au XIIIe siècle. Un carreau d’arbalète présente une tête à profil pyramidal de section carrée typique des formes en usage aux Xe et XIe siècles. L’immense majorité des tuiles découvertes sont plates. La diversité dans la typologie des trous de fixation, des ergots et du gabarit des tuiles induit réfections et remplacements au cours des siècles. Le sondage n’a livré qu’un seul fragment de tegula, dans une couche d’effondrement.

Carreau arbalète

La céramique domestique du Premier Moyen Âge (VI-XIIe siècles)

Rachel Prouteau vous convie à assister à sa soutenance de thèse qui se déroulera le 16 novembre 2013 à l’université de Lorraine.

Depuis un quart de siècle, l’archéologie préventive a permis de découvrir un nombre considérable de sites d’habitats ruraux et urbains du premier Moyen Âge, riches en céramiques. Ce mobilier entièrement neuf a permis d’entreprendre pour la première fois l’étude de la céramique domestique de la vallée de la Moselle. Alors que l’essentiel des connaissances portait jusqu’à présent sur la céramique funéraire, il devenait possible de réaliser l’étude technique de la céramique domestique.

Si des caractéristiques de l’Antiquité tardive sont encore visibles à travers certains récipients à pâte rugueuse et à pâte fine, les VIe-VIIe siècles se déterminent par la production de formes nouvelles probablement issues du monde franc : vases et écuelles carénés, jattes à paroi évasée, tasses, pots globulaires peu décorés à fond plat avec ou sans oreille de préhension. Ce mobilier est comparable aux productions des grands ateliers de la période mérovingienne comme Mayen, Huy et Maastricht.

A partir du VIIIe siècle, une rupture morphologique intervient dans la céramique domestique. On observe une diversification des formes fermées (pots, pots ansés, pots verseurs, cruchons) et des formes ouvertes (poêlons, jattes/écuelles à base en piédestal, écuelles à paroi arrondie, gobelets tronconiques et couvre-feux). Les pots à oreilles de préhension ou à col perforé évoluent vers des formes plus globulaires avec des fonds bombés. Leurs décors se composent d’ondulations associées ou non à des lignes incisées.

Les courants stylistiques introduits dans la région à partir du VIIIe siècle traduisent une forte influence venue de Belgique, du Luxembourg, des Pays-Bas et de la vallée du Rhin, influence qui peut être mise en rapport avec l’expansion carolingienne qui facilita les échanges.

La période des Xe-XIIe siècles habituellement synonyme de révolution en Europe occidentale surprend par une forte continuité technique et morphologique des différents types de récipients. Le nombre de pots à oreilles de préhension diminue au profit de pots à col perforé de trous de suspension. Les formes ouvertes se réduisent aux jattes, aux écuelles à paroi évasée et aux couvre-feux. Les décors sont rares, présents seulement sur quelques pots et pots ansés. Les productions restent caractéristiques de celles de l’Europe du nord-ouest.

Il faut attendre le début du XIIIe siècle pour rencontrer une véritable révolution céramique et entrer dans une nouvelle aire chrono-culturelle.

Premiers résultats sur la tour d’habitation de Darnieulles

La première campagne d’archéologie du bâti effectuée en août 2012 s’est concentrée sur l’étude des élévations intérieures du bâtiment.

Cette tour d’habitation édifiée par les sires de Darnieulles est datée par la critique historique du début du XIIe siècle. De plan quadrangulaire (15 x 11 m), ses murs font 1,25 m d’épaisseur. La face ouest mesure encore 12 m de hauteur. Le bâtiment présente trois niveaux. Le rez-de-chaussée était aveugle et devait être réservé à une fonction de stockage. Son niveau de sol n’est pas reconnu.

L’étage domestique mesure 12,50 m de long, 8,60 m de large, soit une surface de 110 m2, et présente une hauteur de 4,50 m. Il est doté d’éléments de confort, même si aucune latrine n’est reconnue. La cheminée (lg. 1,05 m) présente un conduit en biais. Les piédroits sont réalisés en grès. La hotte, posée sur consoles, n’existe plus, et nous ne pouvons que spéculer sur sa forme circulaire ou rectangulaire. Cette cheminée est l’une des, sinon la, plus ancienne connue dans l’est de la France. Sept fenêtres en sifflet sont réparties en trois types distincts sur l’ensemble des faces du bâtiment. L’étage était sans doute divisé en deux pièces, éventuellement séparées par une cloison en bois. Ce niveau d’habitation manifeste pourrait ainsi être assimilé à l’aula et à la camera. La porte d’entrée culmine au sommet d’une tour demi-circulaire adossée à la tour d’habitation, et dont il ne reste que les arrachements. On y accédait par un escalier en bois, voire une échelle. La porte présente une ouverture de 0,70 x 1,80 m à l’extérieur et 1,05 x 2,35 m à l’intérieur. Elle se fermait avec une poutre en bois logée dans l’épaisseur de la maçonnerie. À l’extérieur, elle est couronnée d’un linteau monolithe plat, sur lequel repose un second linteau à extrados segmentaire, lui-même couvert par un arc de décharge. Des traces de rubéfaction sur le parement au niveau du plancher laissent imaginer un violent incendie. Ce plancher devait reposer sur une armature en bois supportée en partie par des piliers.

Chéneau d’évacuation des eaux pluviales

L’ensemble était couvert d’une charpente composée de deux entrais, dont les logements sont encore identifiables, supportant une toiture en bâtière. Un chéneau d’écoulement des eaux de pluie a été mis en évidence le long du mur sud. Un parapet maçonné protégeait la toiture, qui restait invisible depuis le sol. Le fragment de tuile creuse très épais et ceux de TCA retrouvés au sein des maçonneries suggèrent que le bâtiment était initialement couvert de tegulae. Les morceaux de TCA retrouvés dans les gravats de la partie sommitale de la face sud montrent que l’édifice a été ensuite couvert de tuiles plates et creuses.

Fragment de tegula retrouvé dans la maçonnerie

L’ensemble de la tour est construit avec un calcaire à entroques issu des couches du Muschelkalk supérieur (t5), sur lequel le bâtiment est assis. Il s’agit de moellons (17 x 8 cm de gabarit moyen), assez finement équarris et bien assisés. L’appareillage présente peu de ruptures, essentiellement une reprise au centre de l’élévation sud, datée par C14 des années 1312-1433. Cette reprise pourrait ainsi être contemporaine de la grande phase d’extension du site et sa transformation en maison forte. Tous les éléments architecturés sont réalisés dans un grès à Voltzia à grains fins dont les nuances varient du rose au gris, issu des couches géologiques du Buntsandstein supérieur, qui affleurent à 2 km au sud. Un moyen appareil, situé au même niveau que les fenêtres, renforce la structure de la tour et donne une cohésion aux différentes faces, ce qui pallie à l’absence de contreforts sur le parement extérieur. Les chaînes d’angle sont également réalisées en grès, dont la hauteur des pierres équivaut à 3, voire 4 assises de moellons calcaire.

Le blocage des murs est constitué de calcaire, disposé à plat ou en épi. Ce dernier cas est un bon marqueur chronologique puisque ce principe est connu des bâtiments lorrains pour les XIe-XIIe siècles. La disposition en épi se présente en petites sections de quelques décimètres à 2 mètres. Les assises de réglages sont observables uniquement dans le blocage, à intervalles relativement réguliers (40 à 50 cm en moyenne). D’une face à l’autre du bâtiment, elles ne sont pas forcément alignées, ce qui montre une gestion non harmonisée du montage de la maçonnerie. Les pierres sont liées par un mortier de chaux et de sable beige, dans lequel on remarque par endroit des inclusions de tuileau. Le parement présente des joints creux, permettant l’accroche du pré-enduit. Sa datation (1019 à 1155 par C14) le fait attribuer à l’édification du bâtiment. Dans le cœur de la maçonnerie, le mortier apparaît plus blanc et avec moins d’inclusions. Il était apparemment très fluide, en témoignent les interstices entre les pierres qu’il a comblé par écoulement. Une vingtaine d’échantillons de mortiers ont été prélevés sur les élévations internes. Leur analyse est en cours.

101 trous de boulins, presque tous maçonnés et traversant, ont été recensés. L’ouverture, carrée, mesure en moyenne 11 cm. La gaine est maçonnée et est couverte de pierres formant linteaux. Les trous sont généralement perpendiculaires au mur, mais certains sont disposés en biais. La plupart du temps, un seul boulin les traversait, mais dans les parties basses, on observe des trous au sein desquels deux boulins pouvaient être reliés. La section des boulins était circulaire. Nous comptabilisons jusqu’à dix niveaux de platelage, espacés de 1 m à 1,20 m. Cette fréquence est destinée à faciliter la tâche des maçons en leur évitant des positions de travail inconfortables. Sur les grands côtés, les boulins sont alignés sur cinq rangées verticales alors que les petits côtés n’en comptent que trois. Les niveaux de platelage, identiques sur l’ensemble des élévations, suggèrent une phase unique de travaux. Quelques décalages dans l’organisation verticale des trous s’expliquent toutefois par la proximité d’une ouverture, un changement de perche, ou un oubli de placer le boulin. Ce principe d’échafaudage à platelage régulier et à un rang de perche est une constante dans les constructions militaires, civiles ou religieuses du XIe siècle.

La tour d’habitation de Darnieulles présente certaines caractéristiques techniques et stylistiques qui se rapprochent de donjons plus imposants, tels Vaudémont (54), Salives (25) ou Langeais (37). Ces comparaisons, les analyses physico-chimiques et la mise en œuvre des matériaux nous autorisent à repenser la période d’édification du bâtiment, en l’élargissant au XIe siècle.

Journée de prospection Lutzelbourg-Ischeid

L’association Nord-Est Archéologie (NEA) et l’Association pour la Recherche Archéologique dans le Pays de Sarrebourg (ARAPS) organisent une journée de prospection sur les sites castraux de Lutzelbourg et Ischeid (Moselle) lundi 24 septembre.

Le château de Lutzelbourg, dont l’existence remonte au XIe siècle, est situé sur un éperon rocheux dominant la Zorn. De nombreux trous de taupes font rejaillir des tessons de céramique sur l’ensemble du site, malheureusement disséminés par les promeneurs. D’où l’idée de collecter ces artefacts, qui vont contribuer ainsi à une meilleure connaissance du site, de ses usages, voire d’en préciser la datation et le phasage. L’ensemble du mobilier recueilli sera déposé pour étude au Pôle Archéologique de l’Université de Lorraine.

Le château d’Ischeid est un site du XIIe siècle qui est intégré au sein du PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ». Le site, sous couvert forestier, est largement détruit. Mais une bonne partie des pierres constituant le donjon sont encore posées en tas au pied de la barre rocheuses sur laquelle il était préalablement assis. Une mesure systématique des moellons permettra de les compareravec ceux retrouvés sur le site de la carrière, à quelques centaines de mètres de là, et fouillée au printemps dernier. Comme à Lutzelbourg, les pentes du château doivent receler un mobilier céramique utile à sa datation.

Les prospections sur ces deux sites ont nécessité les autorisations respectives du Service Régional de l’Archéologie de Lorraine, des Monuments Historiques (le site du Lutzelbourg étant classé), les communes de Lutzelbourg & Abreschwiller, l’Office National des Forêts.

Soutenance de thèse : L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace, Xe-XIIIe siècles

De la fin des invasions magyares, dans le second tiers du Xe siècle, jusqu’en 1300, l’Alsace connut un accroissement continu de chantiers de constructions fortifiées privées. Celui-ci se traduisit par l’édification de dizaines de châteaux dont les ruines jalonnent, du Nord au Sud, le versant oriental du massif vosgien et qui ne manquèrent pas de susciter la curiosité de nombre de chercheurs depuis plus d’un siècle. L’histoire de leur construction, ou « art de bâtir », longtemps reléguée au second plan, a connu de grandes avancées grâce à l’archéologie du bâti. Ces études permettent, grâce à la documentation des phases de constructions, d’aborder les questions relatives au fonctionnement d’un chantier et à la gestion des matériaux. Le massif étant divisé entre une partie gréseuse au Nord et une zone cristallophyllienne, plus diverse, au Sud, l’apport de la géologie ou de la chimie des matériaux ouvrent de nouveaux champs de connaissances (composition des mortiers, sélection de roches pour les parements). Posé sur un sommet bien visible, le château cumulait les fonctions de résidence privée et de protection publique et ses parements furent conçus de façon à répondre au mieux aux exigences militaires et résidentielles.

From the end of the Hungarian invasions, in the second third of the 10th Century, until 1300, a growing number of private fortifications was built in Alsace. This phenomenon was represented by dozens of castles, ruins of which punctuate from North to South the eastern side of the Vosges Mountains and stirred up the curiosity of many archaeologists for more than one century. The history of their construction, or “art of building”, considered as secondary for a long time, improved thanks to the archaeological studies of elevations. These researches enable to show information relating to the organisation of a building-yard and the management of materials, thanks to the documentation of the different stages of building. The Vosges massif being divided into a sandstone part in the North and a granite part in the South, geological or chemical studies open new fields of knowledge (composition of mortars, stone selection for the facing of wall…). Built upon a well visible summit, the castle gathered the functions of private residence and public defence, so its walls were designed to fit military and residential requirements at best.  Keywords : castle, fortified residence, hill sites, enceinte, building, facing of walls, course, mortar, scaffolding.