Tous les articles par Cédric Moulis

Premiers résultats sur la tour d’habitation de Darnieulles

La première campagne d’archéologie du bâti effectuée en août 2012 s’est concentrée sur l’étude des élévations intérieures du bâtiment.

Cette tour d’habitation édifiée par les sires de Darnieulles est datée par la critique historique du début du XIIe siècle. De plan quadrangulaire (15 x 11 m), ses murs font 1,25 m d’épaisseur. La face ouest mesure encore 12 m de hauteur. Le bâtiment présente trois niveaux. Le rez-de-chaussée était aveugle et devait être réservé à une fonction de stockage. Son niveau de sol n’est pas reconnu.

L’étage domestique mesure 12,50 m de long, 8,60 m de large, soit une surface de 110 m2, et présente une hauteur de 4,50 m. Il est doté d’éléments de confort, même si aucune latrine n’est reconnue. La cheminée (lg. 1,05 m) présente un conduit en biais. Les piédroits sont réalisés en grès. La hotte, posée sur consoles, n’existe plus, et nous ne pouvons que spéculer sur sa forme circulaire ou rectangulaire. Cette cheminée est l’une des, sinon la, plus ancienne connue dans l’est de la France. Sept fenêtres en sifflet sont réparties en trois types distincts sur l’ensemble des faces du bâtiment. L’étage était sans doute divisé en deux pièces, éventuellement séparées par une cloison en bois. Ce niveau d’habitation manifeste pourrait ainsi être assimilé à l’aula et à la camera. La porte d’entrée culmine au sommet d’une tour demi-circulaire adossée à la tour d’habitation, et dont il ne reste que les arrachements. On y accédait par un escalier en bois, voire une échelle. La porte présente une ouverture de 0,70 x 1,80 m à l’extérieur et 1,05 x 2,35 m à l’intérieur. Elle se fermait avec une poutre en bois logée dans l’épaisseur de la maçonnerie. À l’extérieur, elle est couronnée d’un linteau monolithe plat, sur lequel repose un second linteau à extrados segmentaire, lui-même couvert par un arc de décharge. Des traces de rubéfaction sur le parement au niveau du plancher laissent imaginer un violent incendie. Ce plancher devait reposer sur une armature en bois supportée en partie par des piliers.

Chéneau d’évacuation des eaux pluviales

L’ensemble était couvert d’une charpente composée de deux entrais, dont les logements sont encore identifiables, supportant une toiture en bâtière. Un chéneau d’écoulement des eaux de pluie a été mis en évidence le long du mur sud. Un parapet maçonné protégeait la toiture, qui restait invisible depuis le sol. Le fragment de tuile creuse très épais et ceux de TCA retrouvés au sein des maçonneries suggèrent que le bâtiment était initialement couvert de tegulae. Les morceaux de TCA retrouvés dans les gravats de la partie sommitale de la face sud montrent que l’édifice a été ensuite couvert de tuiles plates et creuses.

Fragment de tegula retrouvé dans la maçonnerie

L’ensemble de la tour est construit avec un calcaire à entroques issu des couches du Muschelkalk supérieur (t5), sur lequel le bâtiment est assis. Il s’agit de moellons (17 x 8 cm de gabarit moyen), assez finement équarris et bien assisés. L’appareillage présente peu de ruptures, essentiellement une reprise au centre de l’élévation sud, datée par C14 des années 1312-1433. Cette reprise pourrait ainsi être contemporaine de la grande phase d’extension du site et sa transformation en maison forte. Tous les éléments architecturés sont réalisés dans un grès à Voltzia à grains fins dont les nuances varient du rose au gris, issu des couches géologiques du Buntsandstein supérieur, qui affleurent à 2 km au sud. Un moyen appareil, situé au même niveau que les fenêtres, renforce la structure de la tour et donne une cohésion aux différentes faces, ce qui pallie à l’absence de contreforts sur le parement extérieur. Les chaînes d’angle sont également réalisées en grès, dont la hauteur des pierres équivaut à 3, voire 4 assises de moellons calcaire.

Le blocage des murs est constitué de calcaire, disposé à plat ou en épi. Ce dernier cas est un bon marqueur chronologique puisque ce principe est connu des bâtiments lorrains pour les XIe-XIIe siècles. La disposition en épi se présente en petites sections de quelques décimètres à 2 mètres. Les assises de réglages sont observables uniquement dans le blocage, à intervalles relativement réguliers (40 à 50 cm en moyenne). D’une face à l’autre du bâtiment, elles ne sont pas forcément alignées, ce qui montre une gestion non harmonisée du montage de la maçonnerie. Les pierres sont liées par un mortier de chaux et de sable beige, dans lequel on remarque par endroit des inclusions de tuileau. Le parement présente des joints creux, permettant l’accroche du pré-enduit. Sa datation (1019 à 1155 par C14) le fait attribuer à l’édification du bâtiment. Dans le cœur de la maçonnerie, le mortier apparaît plus blanc et avec moins d’inclusions. Il était apparemment très fluide, en témoignent les interstices entre les pierres qu’il a comblé par écoulement. Une vingtaine d’échantillons de mortiers ont été prélevés sur les élévations internes. Leur analyse est en cours.

101 trous de boulins, presque tous maçonnés et traversant, ont été recensés. L’ouverture, carrée, mesure en moyenne 11 cm. La gaine est maçonnée et est couverte de pierres formant linteaux. Les trous sont généralement perpendiculaires au mur, mais certains sont disposés en biais. La plupart du temps, un seul boulin les traversait, mais dans les parties basses, on observe des trous au sein desquels deux boulins pouvaient être reliés. La section des boulins était circulaire. Nous comptabilisons jusqu’à dix niveaux de platelage, espacés de 1 m à 1,20 m. Cette fréquence est destinée à faciliter la tâche des maçons en leur évitant des positions de travail inconfortables. Sur les grands côtés, les boulins sont alignés sur cinq rangées verticales alors que les petits côtés n’en comptent que trois. Les niveaux de platelage, identiques sur l’ensemble des élévations, suggèrent une phase unique de travaux. Quelques décalages dans l’organisation verticale des trous s’expliquent toutefois par la proximité d’une ouverture, un changement de perche, ou un oubli de placer le boulin. Ce principe d’échafaudage à platelage régulier et à un rang de perche est une constante dans les constructions militaires, civiles ou religieuses du XIe siècle.

La tour d’habitation de Darnieulles présente certaines caractéristiques techniques et stylistiques qui se rapprochent de donjons plus imposants, tels Vaudémont (54), Salives (25) ou Langeais (37). Ces comparaisons, les analyses physico-chimiques et la mise en œuvre des matériaux nous autorisent à repenser la période d’édification du bâtiment, en l’élargissant au XIe siècle.

Journée de prospection Lutzelbourg-Ischeid

L’association Nord-Est Archéologie (NEA) et l’Association pour la Recherche Archéologique dans le Pays de Sarrebourg (ARAPS) organisent une journée de prospection sur les sites castraux de Lutzelbourg et Ischeid (Moselle) lundi 24 septembre.

Le château de Lutzelbourg, dont l’existence remonte au XIe siècle, est situé sur un éperon rocheux dominant la Zorn. De nombreux trous de taupes font rejaillir des tessons de céramique sur l’ensemble du site, malheureusement disséminés par les promeneurs. D’où l’idée de collecter ces artefacts, qui vont contribuer ainsi à une meilleure connaissance du site, de ses usages, voire d’en préciser la datation et le phasage. L’ensemble du mobilier recueilli sera déposé pour étude au Pôle Archéologique de l’Université de Lorraine.

Le château d’Ischeid est un site du XIIe siècle qui est intégré au sein du PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ». Le site, sous couvert forestier, est largement détruit. Mais une bonne partie des pierres constituant le donjon sont encore posées en tas au pied de la barre rocheuses sur laquelle il était préalablement assis. Une mesure systématique des moellons permettra de les compareravec ceux retrouvés sur le site de la carrière, à quelques centaines de mètres de là, et fouillée au printemps dernier. Comme à Lutzelbourg, les pentes du château doivent receler un mobilier céramique utile à sa datation.

Les prospections sur ces deux sites ont nécessité les autorisations respectives du Service Régional de l’Archéologie de Lorraine, des Monuments Historiques (le site du Lutzelbourg étant classé), les communes de Lutzelbourg & Abreschwiller, l’Office National des Forêts.

Soutenance de thèse : L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace, Xe-XIIIe siècles

De la fin des invasions magyares, dans le second tiers du Xe siècle, jusqu’en 1300, l’Alsace connut un accroissement continu de chantiers de constructions fortifiées privées. Celui-ci se traduisit par l’édification de dizaines de châteaux dont les ruines jalonnent, du Nord au Sud, le versant oriental du massif vosgien et qui ne manquèrent pas de susciter la curiosité de nombre de chercheurs depuis plus d’un siècle. L’histoire de leur construction, ou « art de bâtir », longtemps reléguée au second plan, a connu de grandes avancées grâce à l’archéologie du bâti. Ces études permettent, grâce à la documentation des phases de constructions, d’aborder les questions relatives au fonctionnement d’un chantier et à la gestion des matériaux. Le massif étant divisé entre une partie gréseuse au Nord et une zone cristallophyllienne, plus diverse, au Sud, l’apport de la géologie ou de la chimie des matériaux ouvrent de nouveaux champs de connaissances (composition des mortiers, sélection de roches pour les parements). Posé sur un sommet bien visible, le château cumulait les fonctions de résidence privée et de protection publique et ses parements furent conçus de façon à répondre au mieux aux exigences militaires et résidentielles.

From the end of the Hungarian invasions, in the second third of the 10th Century, until 1300, a growing number of private fortifications was built in Alsace. This phenomenon was represented by dozens of castles, ruins of which punctuate from North to South the eastern side of the Vosges Mountains and stirred up the curiosity of many archaeologists for more than one century. The history of their construction, or “art of building”, considered as secondary for a long time, improved thanks to the archaeological studies of elevations. These researches enable to show information relating to the organisation of a building-yard and the management of materials, thanks to the documentation of the different stages of building. The Vosges massif being divided into a sandstone part in the North and a granite part in the South, geological or chemical studies open new fields of knowledge (composition of mortars, stone selection for the facing of wall…). Built upon a well visible summit, the castle gathered the functions of private residence and public defence, so its walls were designed to fit military and residential requirements at best.  Keywords : castle, fortified residence, hill sites, enceinte, building, facing of walls, course, mortar, scaffolding.

Chantier d’archéologie du bâti à Darnieulles (Vosges)

Un chantier d’archéologie du bâti se tient du 20 au 31 août sur l’ancienne maison forte de Darnieulles.

Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle
Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle

Cet édifice reste un élément du patrimoine lorrain excessivement peu étudié en regard de l’intérêt que le site revêt. Les premières études historiques concernant les sires de Darnieulles ont été réalisées dans les années 1950 par L. Mathieu mais uniquement publiées dans le Bulletin communal en 1980. Autant dire que ce travail reste confidentiel. Depuis, l’abbé Jacques Choux lui a consacré une notice de quelques lignes dans son Dictionnaire des châteaux de France. Lorraine, paru en 1978. Le seul travail ayant un peu d’envergure à ce jour sur la maison forte de Darnieulles est l’œuvre d’A. Laumond, qui publie en 1998 La tour résidence et la maison forte de Darnieulles. Approches historique et archéologique. Ces 24 pages s’insèrent au sein d’un ouvrage collectif : Archéologie vosgienne. Un patrimoine à redécouvrir, hors-série des Annales de la Société d’Emulation des Vosges. Son approche archéologique se résume à une description architecturale, quoique très précise, des éléments discriminants composant la maison forte. L’analyse historique qu’il fournit permet de brosser l’évolution du site à grands traits.

Darnieulles est une paroisse ancienne, dédiée St-Maurice. Dès les années 1090-1150, un lignage de chevaliers possède le site en alleu. Leur puissance s’affirme alors par leur apparition comme signataires de quelques actes épiscopaux ou ducaux et par des donations aux abbayes de Remiremont et Chaumousey. Elle se matérialise aussi dans la pierre au cours de la première moitié du XIIe siècle, par la construction d’un donjon à vocation résidentielle de 15x11m, d’architecture relativement frustre, mais qui reste un exemple unique dans la région. Les sires de Darnieulles finissent par se vassaliser au duc de Lorraine, à la fin du XIIe siècle ou au cours du XIIIe siècle. Le donjon est incorporé à une vaste enceinte au XIVe siècle. Il faut attendre le XVIe siècle, pour qu’un nouveau corps de logis, au nord du donjon, ne remplace ce dernier dans sa fonction d’habitat. Le donjon devient alors un lieu d’engrangement, d’entrepôt.

Darnieulles est un exemple unique en Lorraine de maison forte pour le XIIe siècle. Par ses dimensions, la tour principale, ou donjon, s’inscrit dans la catégorie des bâtiments à fonction résidentielle. Elle comporte à ce titre des éléments de confort, notamment une cheminée, dont on ne connait qu’un seul autre exemple dans le quart nord-est de la France pour la première moitié du XIIe siècle (thèse de J.-C. Kuhn sur les éléments de chauffage dans le nord-est de la France).

Elle reproduit toutefois des éléments de défense passive encore très marqués : porte à l’étage, accessible par une échelle ou un escalier en bois extérieur, enserré dans une tour semi-circulaire accolée au bâtiment, murs épais, ouvertures étroites.

L’état du bâtiment laisse craindre à terme sa disparition, au moins de certaines parties. En effet, les élévations sont envahies par le lierre, deux des quatre chaînes d’angle sont largement dissociées des maçonneries attenantes, des larges ouvertures ont été pratiquées à la base des murs. La consignation des données archéologiques sur les élévations de ce bâtiment apparait donc comme une priorité.

Elévation interne est. On remarque la cheminée.
Elévation interne est. On remarque la cheminée

L’objectif historique et patrimonial est de replacer ce donjon dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales du XIIe siècle. L’édifice semble être une subtile mixtion des grands donjons résidentiels de l’ouest de la France (toutes proportions gardées), des petits donjons résidentiels de l’est du pays (par les techniques de construction) et des Wohnturm germaniques (par l’espace et le confort). Il convient donc de préciser la ou les influences stylistiques observables sur ce bâtiment.

L’objectif archéologique de cette opération est de réaliser une couverture analytique complète du donjon afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux et éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… (relevés au tachéomètre laser, couverture photo, dessin pierre à pierre, renseignements de fiches UC, métrologie). Le cas échéant, des analyses physico-chimiques (lames minces, DRX, dendrochronologies, C14) sont envisagées sur les matériaux jugés pertinents (pierres, mortiers, bois).

L’étude intègre également une thèse en cours sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles. Le chantier est dirigé par Cédric Moulis, sous l’égide de l’Université de Lorraine (EA 1132 Hiscant-MA) et de Nord-Est Archéologie (NEA). Il encadre une dizaine d’étudiants venus des universités de Nancy, Dijon, Lille, Reims et Lyon. Le financement est assuré par la DRAC de Lorraine et le Conseil Général des Vosges.

Château de Blâmont : retour sur l’histoire d’un monument médiéval

Date : Samedi 16 Juin 2012 – 09:00 – 13:30
Lieu : Blâmont

Partez à la découverte de l’un des vestiges les plus remarquables de l’architecture médiévale en Lorraine. Au carrefour de l’histoire et de l’archéologie, retracez pas à pas la chronologie du château et replongez dans les différentes étapes de sa construction, du XIIe au XIXe siècle. Vous pourrez observer le donjon et les quatre tours encore debout. Les autres éléments de ce puzzle vieux de 700 ans mettront à l’épreuve vos talents d’enquêteurs…

Intervenants : Cédric Moulis, ingénieur d’études au Pôle Archéologique Universitaire & Vianney Muller, doctorant en histoire et archéologie médiévale, (E.A. 1132-Hiscant-MA), Université de Lorraine

> Un bus sera spécialement affrété au départ de Nancy.

Lieu exact précisé lors de la réservation au : 03 54 50 54 70.

Plus d’infos et réservations : Les chercheurs dans l’herbe – balades thématiques grand public

Chantier d’archéologie du bâti à l’abbaye de Droiteval (Vosges)

Abbatiale de DroitevalUn chantier d’archéologie du bâti se déroule du 21 au 25 mai 2012 sur l’ancienne abbaye de Droiteval (Vosges). Située sur la commune de Claudon, cette abbaye cistercienne est fondée dans la première moitié du XIIe siècle. A l’origine, c’est un monastère féminin, qui finit par être transformé en prieuré masculin au XVe siècle.

Ce chantier, composé de 6 personnes, est placé sous la direction de Marie Nique, qui réalise cette étude dans le cadre d’un mémoire de master en histoire et archéologie à l’université de Lorraine sous la direction de Gérard Giuliato, Cédric Moulis et Pierre Sesmat. Les moyens logistiques proviennent de Nord-Est Archéologie (NEA) et du Pôle Archéologique Universitaire de Nancy (EA 1132, Hiscant-MA). Le financement est assuré par la DRAC Lorraine, via le Service Régional de l’Archéologie, et par le Conseil Général des Vosges.

La principale problématique retenue est la caractérisation du chantier de construction de l’abbatiale, la mise en évidence des phasages sur le bâtiment et le relevé des bâtiments anciens présents sur le périmètre de l’espace claustral, à savoir une maison en vis-à-vis du transept, qui présente un phasage intéressant et une cave voûtée possédant des signes lapidaires. Ces deux éléments sont absolument inédits.

http://www.culture.gouv.fr/cgi-bin/fouillestest?region=toute&departement=Vosges&periode=toute&debut=toute&fin=toute

 

L’Université de Lorraine dans le Bois de la discorde

Retrouvez nos équipes en terre mosellane afin d’identifier une carrière :

http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2012/04/22/les-archeologues-explorent-le-bois-de-la-discorde

Ce chantier s’est déroulé du 10 au 20 avril, et a regroupé des membres du Pôle archéologique de l’université de Lorraine (PAU), de l’Association pour la Recherche Archéologique dans le Pays de Sarrebourg (ARAPS) et de Nord-Est Archéologie (NEA).

Les archéologues explorent   Le bois de la discordephoto : Républicain Lorrain

Les carrières à l’honneur en avril

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’EA 1132 Hiscant-MA travaille sur deux carrières ce mois d’avril, dans le cadre du PCR « La pierre en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ».

 

Tout d’abord, un relevé topographique a été réalisé lundi 2 avril sur la carrière du Petit Septfond, sur la commune de Vaucouleurs (Meuse). Cette carrière a exploité un calcaire à Astrates de couleur ocre. Son front s’étend sur 350 mètres de long et atteint parfois plus de 7 mètres de hauteur. Toutefois, aucun front de taille n’est actuellement visible, l’ensemble est caché par une couche de végétation et par le recouvrement. L’arrêt de la carrière semble donc ancien. Elle ne figure pas sur les cartes géologique du BRGM, même à titre d’ancien site carrier. L’étude de ce relevé topographique permettra de comprendre la logique d’exploitation de cette pierre. Les volumes extraits sur le site paraissent importants, et n’ont pu uniquement servir à la construction de la maison forte de Gombervaux au milieu du XIVe siècle, située à 2000 mètres de là. La carrière est installée sur la même isométrie que la maison forte, dont seuls les soubassements sont réalisés avec cette pierre, le reste du bâtiment étant constitué d’un calcaire blanc dit de Saint-Germain, plus fin et plus aisé à la taille. Ce calcaire ocre possède des caractéristiques de résistance qui en font un bon candidat pour l’emploi dans les fondations et les parties soumises aux remontées capillaires.

Carrière du Petit Septfond Carrière du Petit Septfond (cliché J. Guillaume)

 

La carrière du Streitwald (Commune d’Abreschwiller, Moselle) offre quant à elle une typologie fort différente. Elle présente pour l’heure deux ilots d’extraction d’une quinzaine de mètres d’envergure et d’une hauteur ne dépassant pas un mètre. Toutefois, ce site fait l’objet d’un sondage qui se déroule du 10 au 20 avril, sous la direction de Dominique Heckenbenner et son association ARAPS, et auquel prend part le Pôle Archéologique Universitaire, avec le concours de 5 étudiants. Le but est de reconnaitre la puissance du front de taille et de retrouver des indices et artefacs permettant de mieux cerner la datation de ce site, estimé pour l’heure des XIe-XIIIe siècles. Une première synthèse concernant ce site a été livrée au mois de mars.

 

 

Relevé topographique de la motte de Chantereine

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’Hiscant-MA (EA 1132) a réalisé lundi 26 mars le relevé topographique de la motte castrale de Chantereine (08).

Ce site, installé au nord de la commune de Thin le Moutier, au creux de la vallée du Thin, au milieu des marais, fait l’objet depuis quelque temps d’un soin particulier. Nous ne connaissons pas avec certitude la date d’apparition de cette motte. La lecture de l’Historia monasterii mosomensis, rédigé vers 1040, permet toutefois de savoir qu’elle existe en 971, année où les moines du prieuré voisin de Thin sont transférés à l’abbaye de Mouzon, suite aux soucis que leur cause la garnison du château de Cantarana (là où chantent les reinettes, allusion au biotope local). La configuration de ce site, et sa disparition des textes, invite à penser qu’il eut une fonction très limitée dans le temps.

Le site a été peu à peu gagné par une végétation dense, suite à un assèchement partiel des lieux. Dans le même temps, un chapelet d’étangs piscicoles privés ont été creusés à proximité, menaçant l’intégrité de ce vestige et faisant craindre la perte de données scientifiques importantes. Les premières observations de terrain et le sondage palynologique, menés par le professeur Michel Bur dans les années 1970 et 80, n’ont jamais été suivis d’une fouille programmée, hormis les quelques excavations plus ou moins sauvages qui ont dégagé un rang d’assise maçonné sur la partie sommitale du tertre. Conscient de l’intérêt du site, et alerté en cela par Jean-Pierre Lémant, président de la Société Archéologique du sillon mosan, la commune de Thin le Moûtier a décidé de nettoyer le site et de le mettre en valeur. C’est à cette occasion que le Pôle Archéologique Universitaire est intervenu pour en réaliser un relevé précis.

Par ailleurs, la motte de Chantereine est intégrée au programme de recherche LAFAM, porté par l’axe 1 de la MSH Lorraine, sur les frontières en l’an Mil en Ardenne. Son étude permet d’entrevoir des comparaisons avec le site phare de ce projet, le Château des Fées à Montcy-Notre-Dame, mais aussi avec les nombreuses mottes qui émaillent le territoire ardennais (Stonne, Rethel, Château-Porcien, etc…). La thématique des frontières, appliquée au morcellement des territoires contrôlés par de petits sites fortifiés, s’en trouve ainsi enrichie.

La motte présente un diamètre au sol de 55 m. La plateforme sommitale, large de 14 m, est située à 4 m de hauteur. Elle présente sur son flanc nord, à mi-hauteur de la pente, une terrasse intermédiaire large de 5 m. La motte a subi des ablations de matériau en différents endroits, dont une tranchée bien marquée sur la pente est. Elle est entourée par une série de drains qui ont asséché en partie la zone.

 

Bibliographie :

Monumenta Germaniae Historica, SS XIV, p. 604, 611.

Michel Bur, Inventaire des sites archéologiques non monumentaux de Champagne. Tome II, Vestiges d’habitat seigneurial fortifié des Ardennes et de la vallée de l’Aisne, ARERS, Reims, 1980, p. 30-33.

Michel Bur, Recherches sur les plus anciennes mottes castrales de Champagne. Château-Gaillard, IX-X, Caen, 1982, p. 56-57.

Michel Bur, Hervé Richard, Occupation du sol et peuplement dans la vallée du Thin au haut Moyen Âge. Archéologie Médiévale, XVII, Caen, 1987, p. 93-103.

Patrice Bertrand, Cédric Moulis, Conception et matérialité des frontières en l’an mil. in Jean-Luc Deshayes, Didier Francfort (dir.), Du barbelé au pointillé, les frontières au regard des sciences humaines et sociales, PUN, Nancy, 2010, p.55.

 

PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise œuvre ». Rapport d’activité 2011

Responsables du PCR : Karine Boulanger (INRAP) et Cédric Moulis (Université de Lorraine)

Ce PCR, initié en 2008, a pour but de synthétiser des données visant à la compréhension de l’économie de la pierre. Il fédère des chercheurs de l’Université de Lorraine, de l’INRAP et du musée de Sarrebourg, autour de différents sites de l’archéologie préventive ou programmée. Le projet parcourt une chronologie qui va de l’époque gallo-romaine au début de l’Époque moderne, dont une thématique s’articule principalement autour de la pierre des édifices seigneuriaux du Moyen Âge (Xe-XVe siècles).

Quatorze sites médiévaux y sont abordés, en privilégiant la diversité géographique et la répartition chronologique. Seul le bâtiment de prestige de ces sites est généralement pris en compte. Ils sont préférentiellement établis sur des gisements de calcaire ou des bancs de grès et leur  construction recourt soit au grand appareil soit aux moellons.

En 2011, trois nouveaux sites ont fait l’objet d’une étude en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Lorraine.

 

La carrière du Streitwald (57) – Dominique Heckenbenner (ARAPS), Cédric Moulis & Vianney Muller (Université de Lorraine)

Les carrières du Streitwald sont situées légèrement à l’est d’une éminence (483 m) dominant à l’ouest la vallée de Lettenbach, à l’est et au nord la vallée de la Sarre Rouge. Le substrat rocheux est exclusivement constitué par les couches intermédiaires du Buntsandstein, alors que le rebord escarpé du plateau correspond au conglomérat principal.

Les deux carrières, de dimensions modestes (18 m x 12 m pour la première, 11m x 10 m pour la seconde), se trouvent sur une vaste terrasse anthropique de forme rectangulaire. Leur intérêt réside dans la présence de tas constitués de blocs de pierre.

Des sondages ont permis de procéder à une première reconnaissance des fronts de taille, au nettoyage des stocks de pierre et à l’enlèvement d’une partie d’entre eux après leur enregistrement. Dans la carrière 1, le front de taille visible, orienté nord-ouest/sud-est, se présente de manière fragmentée et montre que l’extraction s’est exercée d’une part du nord-est au sud-ouest et de l’est à l’ouest. Des traces d’extraction (emboîtures de coin creusées au pic) ont pu être observées. Dans la carrière 2, la partie supérieure de deux fronts de taille a été identifiée.

Carrière du Streitwald : Front de taille (à gauche) et stock de pierres
Carrière du Streitwald : Front de taille (à gauche) et stock de pierres

Le stock de pierres dans la carrière 1 et 2 comprenait 555 blocs visibles. Les modules des blocs de forme parallélépipédique, sont relativement constants : entre 30 et 40 cm de longueur sur 25 à 35 cm de largeur, et de 10 à 20 cm d’épaisseur. Quelques blocs ont une forme triangulaire et quelques-uns sont de plus grande taille (50 x 40 x 20 cm). Ces dimensions correspondent bien aux traces laissées par l’extraction des blocs sur la roche. Le carrier n’avait donc pas à tailler le bloc après l’avoir sorti de la roche. Cela explique que les blocs ne portent pas de traces de taille, mais uniquement des traces d’extraction.

Aucun indice de datation n’a pour l’instant été mis en évidence. La forme et le module des blocs permettent d’envisager une utilisation probable de moellons de construction. Le site du Vieux-Château, identifié comme le château d’Ischeid (XIe siècle ?), peu éloigné et facilement accessible  pourrait être le site d’utilisation de ces blocs. Bien que le château soit ruiné, et qu’aucune fouille n’ait permis d’en dégager les vestiges, les observations faites sur les parements visibles du donjon ont permis de mettre en évidence la correspondance des moellons du Vieux-Château avec ceux de la carrière, tant pour ce qui concerne les modules utilisés que pour ce qui concerne le type de grès.

Les sondages réalisés en avril 2012 permettront de poursuivre l’étude de ces deux carrières, de réaliser les relevés et les enregistrements des traces d’extraction, des fronts de taille et des blocs extraits.

 

Le donjon de Blâmont (54) – Cédric Moulis (Université de Lorraine)

Le château de Blâmont se situe à la confluence de la Vezouze et de la Voise, à 30 kilomètres à l’est de Lunéville, sur les derniers contreforts du Bassin Parisien. Il se perche à 292 m d’altitude à l’extrémité sud-ouest d’un éperon calcaire du Muschelkalk.

Le donjon, dont il ne reste que trois pans, est établi en barrage de l’éperon, protégé par un fossé sec qui fit office de carrière. Il a une emprise au sol de 11,6 m de côté pour une hauteur de 15,7 m. L’espace intérieur offre pour chacun des niveaux une surface de 49 m2. Les angles extérieurs du bâtiment sont arrondis, caractéristique relativement commune sur les édifices bâtis en moellons calcaires. Il est jusqu’à présent daté de la fin du XIIe ou des toutes premières années du XIIIe siècle.

Le bâtiment s’agence selon trois niveaux : une pièce aveugle au niveau du sol, haute de 6 m, un premier étage muni de deux fenêtres, haut de 3,6 m, et un second étage également percé de deux fenêtres et de la porte d’entrée. Depuis la courtine sud-est, une passerelle en bois donne accès à un petit pont-levis. Deux portes se succèdent ensuite avant d’entrer. Entre ces portes, on remarque une trappe, qu’un plancher amovible rendait opérationnel.

Face nord-est du donjon de Blâmont

Le parement est constitué de moellons grossièrement équarris, dont la hauteur d’assise varie entre 9 et 20 cm, pour une profondeur de 20 à 50 cm et qui sont manipulables par une personne seule. D’autres modules présentent des hauteurs d’assises de 25 à 45 cm. Il faut le concours de plusieurs ouvriers et d’engins de levage pour les manipuler. Le blocage du donjon est principalement constitué de pierres plates disposées en épi, mais ce procédé n’est pas respecté sur l’ensemble de la maçonnerie. À la chaux et au sable du mortier sont adjoints des matériaux grossiers. La face nord-est présente à sa base un enduit où l’on devine des joints tirés au fer, témoins d’un intérêt esthétique notoire.

On dénombre quatre séquences de construction. L’option retenue est de monter parement et blocage simultanément avec des moellons. Cette technique contraint à reprendre l’horizontalité des assises à intervalles rapprochés, tous les 50 cm. Toutefois, tous les deux mètres environ, les niveaux de réglage sont beaucoup plus marqués, notamment par l’utilisation de gabarits plus importants. Cette première séquence fonctionne jusqu’à 6,50 m de hauteur, où un retrait semble traduire un arrêt de chantier. La seconde séquence prolonge ce procédé jusqu’au milieu du premier étage. Pour la troisième séquence, l’augmentation de la hauteur des assises est peut-être due au changement de strate dans la carrière. Cette séquence s’achève au milieu du second étage. On retrouve ensuite une dernière séquence aux caractéristiques identiques à la première.

Blâmont offre les caractéristiques d’un petit donjon résidentiel à défense passive. Son étude met en évidence un chantier d’extraction et de mise en œuvre de la pierre non standardisé. Si des contraintes financières ont pu jouer un rôle, les ressources locales ne permettaient pas l’approvisionnement régulier du chantier en beaux blocs taillés. Les pierres sont alors posées selon leur arrivée sur l’atelier de maçonnerie, en essayant de respecter au maximum les hauteurs d’assises, ce qui est facilité par leur petite taille et des joints gras. On réserve quand même les pierres les plus hautes pour les assises de réglage et pour créer comme un cerclage.

 

Le donjon de Pierre-Percée (54) – Cédric Moulis (Université de Lorraine)

Le château de Pierre-Percée est situé à 495 m d’altitude dans le massif des Vosges. Il contrôle l’un des accès au col du Donon, voie de communication très fréquentée entre Lorraine et Alsace. Les vestiges sont posés sur une plateforme longue de 130 m et large de 18 m au maximum, constituée de grès vosgien du Buntsandstein (t1b), feldspathique et de couleur rose.

Le donjon est construit à l’extrémité ouest de la plateforme. Il surplombe une seconde terrasse qui faisait office de seconde basse-cour, la première étant située sur le flanc nord. Le donjon est un rectangle de 8 x 7,60 m de côté. Les murs présentent une épaisseur qui varie de 1,75 à 2,15 m. L’ensemble repose sur une base légèrement plus large que le reste de l’élévation, séparée par un larmier. Outre le rez-de-chaussée, deux autres niveaux sont décelables, accessibles par des échelles, le plus élevé présentant des ouvertures. Les parements extérieurs possèdent un bossage sur la quasi-totalité des pierres.

La face est, la mieux conservée du donjon, est haute de 14,35 m. Une fenêtre en plein cintre très étroite s’ouvre sur le deuxième étage, et une brèche tardive permet l’accès au rez-de-chaussée. La face sud a une hauteur de 13,90 m. La porte d’entrée voûtée en plein cintre de l’édifice offre un accès direct au second étage. Une coursive en bois le long du mur menait à cette porte depuis l’enceinte castrale. Les élévations présentent très peu d’indices suggérant l’échafaudage du chantier. L’épaisseur des murs laisse suggérer que la circulation des ouvriers et des matériaux se faisait sur ceux-ci.

Donjon de Pierre-Percée, faces sud (avec la porte d'entrée) et est

L’ensemble de l’édifice est constitué de pierres posées en lits réguliers. On ne dénombre que de très rares entorses à cette organisation, la plupart correspondant à des ajustements liés aux chaînes d’angle ou à la couture d’une assise faisant le tour du bâtiment. Nous pouvons estimer que les assises les moins hautes servent à régler la maçonnerie, tant en horizontalité qu’en verticalité. On remarque une nette différence entre les gabarits utilisés pour le parement extérieur (33 x 54 cm) et ceux employés dans le parement interne (28 cm de hauteur maximale). Cela montre bien la logique de construction sur le bâtiment : les gros gabarits sont placés en extérieur pour « prévenir » les mouvements de maçonnerie, alors qu’à l’intérieur, le rôle architectonique étant moindre, on peut donc utiliser des gabarits plus petits et plus maniables. Selon les typochronologies alsaciennes, les modules extérieurs sont datables du premier quart du XIIIe siècle. Cette constatation ne s’accorde pas complètement avec l’analyse historique et doit permettre le réexamen des conditions d’apparition de ce bâtiment.

Les maçonneries sont liées avec un mortier de chaux. La présence de quelques pierres calcaires disposées dans le blocage des murs laisse penser que la fabrication de la chaux se faisait directement sur le chantier.

L’utilisation de ce donjon s’oriente vers la fonction de stockage et de retrait provisoire en cas de conflit. Son exiguïté et les niveaux aveugles permettent de le faire entrer dans la catégorie des Bergfried, donjon-refuges qui sont légion sur le versant alsacien du massif vosgien.

 

projet LAFAM – Rapport d’activité 2011

Si les travaux concernant le château des Fées (Ardennes) ont débuté avec la découverte et la fouille du site dans les années 1980 par Jean-Pierre Lémant (Société Archéologique du Sillon Mosan), l’étude archéologique exhaustive n’a été entreprise qu’à partir de 2009. Suite aux premières réflexions, il est apparu essentiel de replacer l’histoire de ce château dans un contexte élargi et particulièrement marqué par le concept de frontière, aux confins du massif ardennais et du bassin parisien. Une équipe pluridisciplinaire d’une vingtaine de chercheurs s’est ainsi constituée autour de Cédric Moulis (EA 1132 Hiscant-MA, Université de Lorraine) pour former le projet LAFAM : L’Ardenne, des Frontières en l’An Mil.

Dans ce cadre, deux workshops ont été organisés en 2011. Le premier s’est tenu dans les locaux de la MSH Lorraine, à Nancy, le 4 avril. Cette journée a réuni 25 chercheurs et a été l’occasion d’insérer officiellement le projet au sein de l’axe 1 « Frontières, territoires, échanges » de la MSH Lorraine. Quatre communications ont émaillé la journée :

-Michel Bur (Professeur émérite, Université Nancy 2) : Entre Barrois et Porcien, la frontière d’Empire autour de l’an mil.

-Marc Suttor (Maître de conférences, Université d’Artois) : La Meuse en l’an mil, une région stratégique.

-Colette Méchin (Chargée de Recherche, CNRS-Université de Strasbourg) : Les frontières d’usage en France de l’Est ; approche ethnologique.

-Dominique Harmand (Professeur de géographie, CERPA, Université Nancy 2) : Le contexte géomorphologique de la région de Charleville-Mézières : frontière ou carrefour ?

Ces communications de grand qualité ont servi a poser le contexte dans lequel s’inscrit notre projet de recherche. Michel Bur a rappelé l’ensemble des éléments historiques et historiographiques qui positionne notre perception de la question des frontières sur ce secteur. Marc Suttor a rappelé le rôle éminent d’un vecteur de communication tel que la Meuse dans la structuration d’une frontière. Colette Méchin a développé les jalons et la méthodologie à mettre en œuvre pour appréhender les frontières invisibles, celles des cultures et des usages. Enfin, Dominique Harmand a brossé le contexte géologique dans lequel les frontières ardennaises prennent place, introduisant en cela l’importance de la géographie dans le positionnement des frontières. Les participants sont repartis de cette journée convaincus que le sujet est porteur de questions scientifiques nouvelles ou de positions anciennes qu’il convient d’affiner voire de renouveler.

 

Le 12 septembre, un second workshop s’est déroulé au musée de l’Ardenne, à Charleville-Mézières. Quatre communicants se sont succédés à la tribune devant une vingtaine d’auditeurs :

-Sylvain Gouguenheim (Professeur, ENS Lyon) : La construction des principautés et la définition des frontières vers l’an Mil ; essai de synthèse historiographique.

-Herold Pettiau (Laboratoire d’histoire, Université de Luxembourg) : Itinéraires et présences de souverains en Lotharingie (ca. 850-ca. 950). Questions sur la place de la région mosane.

-Frédéric Chantinne et Philippe Mignot (Archéologues, Direction de l’archéologie, Service public de Wallonie, Belgique) : Historiographie des recherches menées sur les centres aristocratiques, les fortifications et les châteaux dans le sud du diocèse de Liège (IXe-XIe siècles).

-Patrice Bertrand (Conservateur du patrimoine, DRAC Champagne-Ardenne) : La question de l’architecture mosane vers l’an Mil dans la vallée de la Meuse française.

Ces communications ont été l’occasion de mieux cerner notre secteur d’étude vis-à-vis des régions environnantes. L’après-midi a été l’occasion de présenter les pièces archéologiques retrouvées lors des fouilles du château des Fées et conservées au musée de l’Ardenne, puis de visiter le site archéologique lui-même.

 

Outre ces deux temps forts du projet, l’année 2011 a été mise à contribution pour faire avancer l’étude du mobilier archéologique du château des Fées. Sylvie de Longueville (SPW, Belgique) a terminé l’étude céramologique. Il s’avère que les éléments les plus intéressants proviennent de secteurs de production très réputés que sont les ateliers mosans proches d’Andenne et à Autelbas. Ceci doit permettre de revoir les courants commerciaux de ces céramiques, plus tournés vers le sud que supposé auparavant, mais surtout ils démontrent encore l’influence culturelle des régions situées au nord de notre site. Toutefois, l’essentiel de la collection est une céramique modelée à pâte coquillier dont la production semble locale.

La recherche carpologique menée au château des Fées par Emmanuelle Bonnaire (EA 3795 Gegenaa, Reims) est une analyse inédite dans ce type de contexte en Champagne-Ardenne et même aux alentours. Les échantillons étudiés proviennent de la couche d’incendie de l’aula et révèlent une quantité importante de céréales. Le seigle est l’espèce majoritaire et est accompagné de blé nu, probablement du blé froment (blé tendre). La première céréale est une espèce dite rustique, tandis que la seconde est plus exigeante pour sa culture. Parmi les légumineuses, la lentille est la principale espèce rencontrée. La proportion du seigle par rapport au blé nu est intéressante à noter : nous sommes sur ce site sur un mode de consommation plutôt à rapprocher de ce qui se pratique en Allemagne. Ces résultats préliminaires nous donnent un premier aperçu de l’économie végétale du site : l’alimentation humaine est indirectement appréhendée, ainsi que l’agriculture et ses pratiques.

Valérie Serdon-Provost (UMR 3945 CRUHL, Université de Lorraine) a complété l’étude des pièces métalliques par l’étude du mobilier domestique. On repère ainsi un matériel classique et des éléments de parure démontrant partiellement un niveau social aristocratique. Les rares comparaisons possibles pour la région et la période ne permettent pas pour l’heure de remarquer une influence quelconque dans l’approvisionnement de ce type de mobilier.

Quelques fragments de creusets laissent entrevoir un artisanat de petits objets de métal, éventuellement des objets de parure. Enfin, à travers l’étude stylistique de la construction mosane aux X-XIIe siècles, et en s’appuyant sur de nombreux exemples, Patrice Bertrand (DRAC Champagne-Ardenne) tente de replacer le château des Fées dans un contexte de construction en pierre particulier, et spécifique à la région. L’ensemble de ces observations amène à considérer les occupants du château des Fées comme issus de la petite aristocratie locale. On pratique le jeu d’échec, on s’adonne à la chasse, on produit des objets de parure et on mange dans une vaisselle importée de qualité, dans des bâtiments vitrés.

Ces nouvelles données archéologiques s’ajoutent donc aux travaux réalisés depuis 2009 sur le château des Fées, à savoir : analyse historique, analyse géologique, analyse de la topographie du site, analyses physico-chimiques (mortiers, C14, dendrochronologies), étude du bâti, étude de la tabletterie, étude des fers de traits, étude du verre plat et creux. Un embryon de synthèse de l’ensemble de ces données a été esquissé lors du colloque « Archéologie des résidences aristocratiques du Xe siècle dans la Francia Media » organisé par Jean-Michel Poisson et Philippe Mignot, qui s’est déroulé les 30 et 31 mai 2011 à Amay (Belgique).

En 2012, l’étude archéozoologique et l’analyse des meules en basalte compléteront les informations archéologiques de ce site.


Chapelle des templiers de Xugney, bilan archéologique 2011

Cette dernière année d’intervention sur la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Xugney (Rugney, Vosges, XIIe siècle) a permis de compléter les données recueillies depuis 2006 sur différents points.

 

Structuration de la nef 

La présence de trous de boulins sur l’élévation sud est très fluctuante d’une travée à l’autre. Ils témoignent ainsi d’une étape de chantier importante, où les maçonneries des trois travées, à l’intérieur comme à l’extérieur, sont mises à niveau. Sur l’élévation nord, nous ne remarquons aucune cohérence dans les niveaux de platelage, mais ils sont quelquefois en concordance avec l’extérieur, notamment sur la travée 3. Ces éléments montrent la complexité du développement du chantier sur ce pan de mur. La base du gouttereau nord présente une série d’assises d’un module semblable aux parties hautes. Le mortier est un liant beige qui s’apparente à celui observé dans les autres parties du bâtiment datées de la seconde moitié du XIIe siècle. Il est associé à un enduit blanc semblable à celui observé sur deux des pans du chevet pentagonal.

 

Armature dans les élévations de la nef

Une prospection radar intra-muros n’ayant pu fournir d’information significative, trois sondages ont été pratiqués au-dessus de la corniche haute. Le premier, dans la première travée du gouttereau nord, a permis la découverte à 28 cm de profondeur d’une poutre en chêne observée sur 83 cm de long et dont la section (12 cm) et l’alignement est identique à celle observée en 2010 dans la seconde travée. L’analyse dendrochronologique effectuée sur ce nouvel élément indique un terminus post quem après 1138. Le second sondage, situé dans la seconde travée du gouttereau sud, ne montre plus que le négatif de la poutre. Le troisième, dans le mur pignon, s’est révélé négatif jusqu’à 53 cm de profondeur. La nef semble donc toutefois armée par une structure ligneuse, posée au niveau de la corniche haute, à la retombée des voûtes du bâtiment. Reliées entre-elles, elles maintiennent les sommiers destinés à recueillir la retombée des arcs formerets, doubleau et des arêtes. Ce renfort est une réponse pour endiguer la poussée de la voûte d’arêtes, ce qui de facto privilégie l’hypothèse d’un voûtement dès l’apparition de la chapelle.

 

Voûtement de la nef

La faible épaisseur des murs, la largeur des travées, et le parement au-dessus des formerets laissaient présager que le bâtiment ne fût jamais voûté. Après analyse fine de la structure, de nombreux arguments militent en faveur d’un voûtement dès la construction de la chapelle : découverte d’un voussoir torique avec une marque de tâcheron identique à celles retrouvées sur la chapelle, chapiteaux des pilastres engagés conçus pour accueillir la retombée en sifflet de voûtes d’arêtes, un probable vestige du remplissage des voutains. Il nous faut toutefois valider l’hypothèse par l’analyse en lame mince des mortiers prélevés.

 

Traces et signes lapidaires

À partir d’exemples observés à Xugney, nous avons réalisé des tests d’archéologie expérimentale sur la mise en place d’un layage et des signes lapidaires afin d’étudier les gestes et microgestes du tailleur de pierre. Nous avons quantifié le nombre d’impacts visibles sur une face travaillée à la laye par rapport au nombre de coups réels porté par le tailleur. Des phénomènes de latéralité ont également été mis en évidence, mais pour la taille brettelée. Pour les signes lapidaires, une fiche spécifique a été créée. La spirale fourchée, présente 17 fois à Xugney, a été analysée. Le sens de giration de la spirale, les à-coups portés au tracé, les stigmates du pivotement du ciseau, permettent de démontrer que ce symbole n’est pas utilisé par un tailleur, mais bien par une équipe. L’ensemble de ces données amène à mieux appréhender le travail du tailleur de pierre, le temps qu’il peut mettre à la réalisation d’un module, et donc l’organisation du chantier.

 

Relevé de la tour d’entrée de la commanderie

La tour sud-est est conservée sur une hauteur 6 m pour un diamètre de 4,50 m, et présente un parement composé de moellons calcaires et dolomitiques assisés dont les couleurs varient du beige au rouge. L’épaisseur des murs ne dépasse pas 65 cm. L’ensemble est lié au mortier de chaux, mais l’édifice a été repris en sous-œuvre, ou rejointoyé, avec un ciment gris. Elle possède trois arquebusières monolithiques au rez-de-chaussée, composées d’une fente verticale de 21 cm de haut au centre de laquelle est percé du trou de 8 cm de diamètre. La niche ne permet pas une large couverture des côtés, le tir est donc essentiellement perpendiculaire à l’ouverture. L’ensemble de cette construction datée des XVI-XVIIe siècles répond selon toute vraisemblance aux impératifs de défense légère face aux troubles liés aux guerres de religion puis à la guerre de Trente ans.

Les industries du feu des abbayes cisterciennes, à l’exclusion de la métallurgie (céramique, verre, chaux et plâtre)

Séminaire d’histoire et d’archéologie des techniques organisé par Danielle Arribet-Deroin et Paul Benoit avec la collaboration de Benoit Rouzeau (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, UMR 8589, Paris 1-CNRS)
Samedi 10 mars 2012 – INHA – 2 rue Vivienne, 75002 Paris

L’université de Lorraine prend part à ce séminaire par la communication suivante :

 

Un atelier de tuiliers original à l’abbaye de Morimond ?                                   par Benoit Rouzeau (docteur, chercheur associé UMR 8589 LAMOP) et Cédric Moulis (ingénieur d’études, Université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)
Les sources écrites morimondaises prouvent l’existence d’une tuilerie monastique entre 1150 et 1250 sans toutefois préciser son emplacement exact, sans doute lié à un problème d’approvisionnement en bois et en argile de qualité. après 1250, la tuilerie disparaît des archives pour plusieurs siècles. Les sources d’époque moderne permettent de suivre la translation de la tuilerie après 1643 vers un nouveau site, bien localisé, où elle fonctionne jusqu’en 1888. Des prospections de terrain ont permis de retrouver et de topographier les argilières, réparties en chapelet le long d’affleurements d’argiles de Levallois du Rhétien supérieur, et d’en tirer des informations quant à leur mode d’exploitation.
Au vu de la quantité de terres cuites livrées par la fouille du quartier de l’hôtellerie de l’abbaye (tuiles, briques et carreaux de pavement), des analyses physico-chimiques ont été tentées pour les rapprocher des argiles prélevées sur les lieux cartographiés. Le matériau des TCA mis au jour provient-il des argilières monastiques ? Peut-on déterminer des zones d’où proviendraient certains types de productions ? Les résultats sont convaincants et laissent apparaître plusieurs groupes de production.

Programme complet de la journée : Seminaire-LAMOP-Cisterciens_10-03-12