Archives de catégorie : Actualité lorraine

Annonces de conférences en Lorraine

L’archéologie aux Journées d’Histoire Régionale

Affiche des 12e journées d’histoire régionale

Samedi 25 et dimanche 26 mars, les Journées d’Histoire Régionale se dérouleront à l’abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson, de 14h à 18h. Elles sont consacrées au thème : Histoire et patrimoine au fil de l’eau.

Parmi la riche programmation (59 expositions, 15 conférences, 6 éditeurs, et des animations et spectacles), signalons plus particulièrement pour l’archéologie quelques expositions et conférences :

} Conférences {

  • Samedi 25 à 14h30 : L’eau symbole de dignité urbaine et signe de l’action civilisatrice de l’Empire romain : fontaine monumentale et thermes sur le centre public de la petite ville de Bliesbruck
    Jean-Paul PETIT, Conservateur en chef, Département de la Moselle & membre de l’Académie Nationale de Metz
  • Samedi 25 à 15h00 : Les cisterciens et l’eau au Moyen Âge
    Paul BENOIT, Professeur émérite, LAMOP – Université Paris 1
  • Samedi à 16h00 : L’eau gênante et l’eau utile dans les mines
    du Thillot aux XVIe et XVIIe siècles
    Francis Pierre, Chercheur associé -LAMOP Université Paris 1 – Société d’études et de sauvegarde des anciennes mines

} Expositions {

 

Et de très nombreuses contributions dans les domaines de l’Histoire, de l’histoire de l’art, et du Patrimoine !

Retrouvez le programme des conférences & animations et le programme complet

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Le Savoir en Objets (28 mars, CLSH)

À l’occasion des Journées Art et Culture dans l’Enseignement Supérieur (JACES), les collections scientifiques de l’Université de Lorraine sont l’objet d’une rencontre de présentation autour de vingt-cinq objets emblématiques de ce patrimoine, le mardi 28 mars 2017, de 16h à 20h, sur le Campus LSHS de Nancy.

Un opuscule de 52 pages réunit par ailleurs ces présentations sous forme de photographies commentées et sera distribué aux premiers visiteurs. [Màj du 30/03/17 : il peut être téléchargé au format pdf ici]

Les collections du département d’histoire de l’art et d’archéologie (UFR SHS-Nancy) y sont tout particulièrement représentées, à travers les collections du musée archéologique, la collection de plaques photographiques pédagogiques anciennes et les archives scientifiques de Paul Perdrizet (photographie ci-dessus).

Programme complet à télécharger.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : Les décors peints de la villa de Saint-Ulrich : ambiance colorée chez un notable gallo-romain

Vendredi 17 mars – 20h30 | Musée du Pays de Sarrebourg

Cette conférence est présentée par l’Araps (association pour la recherche archéologique au Pays de Sarrebourg), en collaboration avec le musée du Pays de Sarrebourg. Elle sera assurée par Dominique Heckenbenner.

Les milliers de fragments de peintures murales découverts lors des fouilles de la villa gallo-romaine de Saint-Ulrich, recomposés patiemment au musée du Pays de Sarrebourg par les membres de l’Araps, évoquent de manière concrète le décor intérieur de cette prestigieuse maison. La villa a été édifiée dans la première moitié du Ier siècle. On mesure à quel point dès cette époque, à travers le décor des pièces de réception (fonds bleus, rouges et noirs, imitations de marbres, représentations figurées), le propriétaire veut marquer de manière ostentatoire son statut social. A la fin du Ier siècle, alors que la villa atteint sa plus grande extension, on est surpris par l’alternance des couleurs rouges et noires des cubicula (chambres à coucher), enchanté par les chèvres, les oiseaux et les motifs végétaux et floraux qui ornent les parois du péristyle et édifié par la taille des venatores (chasseurs) dont ne restent que…les chaussures. C’est la grande mode du candélabre, ce luminaire enrichi d’un nombre incroyable de motifs (vases, oiseaux, dauphins…) que l’on trouve dans tout l’Empire romain. Autre ambiance dans les thermes : le baigneur est accueilli dans un vestiaire aux parois noires, décoré de motifs de bordures ajourées et de cercles à palmettes puis il pénètre dans le frigidarium (salle froide) peint en blanc, et décoré de voûtes et de niches en stucs, rehaussés de bleu de vert et de rouge. Au-delà de l’apport considérable à la connaissance de la villa de Saint-Ulrich, l’étude des enduits peints permet d’aborder le monde des artisans et les circuits commerciaux des matières premières.

 

 

 

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Conférence : Michel Pastoureau, « L’historien de l’art face à la couleur : l’exemple du Moyen Âge » (23 mars, 18h, A 42)

Michel Pastoureau, directeur d’études honoraire à l’Ecole Pratique des Hautes Études viendra donner une conférence sur le campus LSHS de Nancy le jeudi 23 mars 2017 à 18h (Amphi A 42) sur :

« L’historien de l’art face à la couleur : l’exemple du Moyen Âge »

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journées d’études : Liturgie et Architecture (24-25 novembre)

colloque_architecture_2016

La liturgie et l’architecture paraissent entretenir un lien évident, qui peut s’expliciter de la façon suivante : « Dans ce domaine, la principale interrogation demeure celle de la création des formes architecturales déterminées par les pratiques liturgiques ou bien, à l’inverse, celle de l’influence du cadre architectural sur le déroulement de la liturgie». (Eric Palazzo,  Liturgie et société au Moyen Âge, Paris, 2000). En termes plus récents, cette interrogation apparaît comme une variante du vaste débat entre «forme et fonction» qui irrigue encore de nos jours les milieux de l’architecture : à quelle donnée reviendrait la primauté ?

Mais en l’occurrence, la question pourrait paraître se limiter au seul moment du  chantier, de la construction à neuf. Or l’un des deux paramètres de la problématique a pu connaître des évolutions spécifiques ou des nouveautés indépendantes de l’influence de l’autre. Ainsi, au temps de la Renaissance, le vocabulaire et les références de l’architecture religieuse ont changé avant que ne soit entreprise la réforme liturgique du Concile de Trente. De même, l’application de cette dernière s’est souvent faite dans des églises construites au Moyen Âge, auxquelles il a bien fallu s’adapter et qu’aussi on a adaptées. On étudiera donc les différents aménagements et réaménagements intérieurs d’édifices religieux ou encore l’émergence des pratiques liturgiques (par exemple les processions) et leurs implications sur les bâtiments. En fait les interrogations, quand on les veut plus précises, sont multiples. Par exemple, comment s’est faite l’explosion du nombre des autels et des fondations à partir du XVe siècle? Inversement comment en a-t-on réduit le nombre au XVIIIe siècle ? Autre exemple, comment les fidèles ont-ils été cantonnés dans leurs bancs à partir du milieu du XVIIe siècle ? Et du coup, quelle position et quelle attitude adoptaient-ils dans les églises antérieurement ? Sans oublier l’analyse de l’évolution du mobilier liturgique ou sacramentel (confessionnaux, chaires à prêcher…) dont on dit souvent qu’il se transforme et se généralise avec l’esprit tridentin. Surtout il serait vraiment souhaitable de dépasser les généralités déjà connues pour en voir et étudier des applications concrètes ou des exemples particuliers.

Chevauchant les grandes ères imposées par les découpages académiques, une notion semble avoir traversé les siècles : celle du «voir» et du «faire –voir » que Roland  Recht a illustrée pour la seconde partie du Moyen Âge (Le croire et le voir. L’art des cathédrales (XIIe-XVe siècles, 1999) mais qui semble une constante encore valable pour les Temps modernes et la réforme tridentine. La problématique ne pourrait-elle pas alors se concentrer autour des enjeux du «voir» dans les églises, ses exigences, ses conditions et ses contraintes ?

En tout cas, c’est certainement une raison suffisante pour adopter une ampleur chronologique inhabituelle qui conduira les réflexions du XIIIe au XVIIIe siècle et permettra le dialogue de chercheurs trop souvent cantonnés dans leur période.

Géographiquement la «dorsale catholique» ou l’axe lotharingien, de la Belgique à l’Italie, semble un lieu privilégié d’observation de ces changements liturgiques et architecturaux à travers les siècles. On rappellera que c’est à Liège en 1264 que l’évêque Robert de Thourotte instaura la fête du Saint-Sacrement, fête qui fut instituée pour l’Église universelle par le pape Urbain IV, le champenois Jacques Pantaléon qui fut un temps évêque de Verdun. Sur l’autre versant temporel, saint Charles Borromée, saint François de Sales et saint Pierre Fourrier montrèrent tous les trois – avec bien d’autres – le souci de la diffusion de la vie spirituelle chez les fidèles dans le cadre concret de leurs communautés et de leurs églises. C’est avec ces questions et ces intentions en tête que l’ANR LODOCAT–Chrétientés en Lotharingie et Dorsale Catholique (IXe-XVIIIe s.) organisée des journées d’étude le jeudi 24 et le vendredi 25 novembre 2016, à l’université de Lorraine, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy, 23, boulevard Albert 1er (10 mn à pied de la gare SNCF).

Programme des journées d’étude

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Les pratiques de dépôt de mobilier (sanctuaires, nécropoles, habitat) au second âge du Fer

Image 27

Huitième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 17 novembre 2015 à 18h

par Stéphane Marion (SRA Lorraine, UMR 8546 AOROC)

Image 32

Dans les sociétés sans texte, connues uniquement par l’archéologie, l’étude des faits religieux se limite à celle des rites dans leur dimension matérielle. Pour le second âge du Fer, les objets impliqués dans ces pratiques livrent une série d’indices matériels susceptibles d’être décryptés par l’archéologie. En partant des contextes rituels les plus évidents (nécropoles et sanctuaires) nous montrerons que l’étude du mobilier permet de restituer des processus rituels. En se basant sur les contextes, la sélection des objets et les traces laissées sur les objets eux-mêmes, il est possible de mettre en évidence des pratiques spécifiques. Elles se retrouvent également dans des contextes plus ambigus (dépôts isolés et habitat) ce qui permet d’y voir des dépôts de nature rituelle. La présentation portera essentiellement sur les récentes avancées réalisées dans l’étude du mobilier métallique.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_17_Marion

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos

Image 27

Sixième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 3 novembre 2015 à 18h

par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

Image 3

On se souvient de l’engouement polémique suscité à la fin des années
1970 et au début des années 1980 par les publications de M. Détienne, de St. Georgoudi et de J.-P. Vernant sur « la cuisine du sacrifice ». Ces discussions, limitées alors au monde grec, restèrent très historiques et anthropologiques et ne touchèrent pas le monde de l’archéologie. Celui-ci s’avisa du profit qu’on pouvait tirer des analyses archéozoologiques et paléobotaniques que plus tardivement, grâce aux travaux de protohistoriens français, comme J.-L. Brunaux, qui s’associèrent à des spécialistes de la faune ancienne, comme P. Méniel. C’est d’abord J. Scheid, puis W. Van Andringa, qui comprirent tout le profit qu’on pouvait tirer de ces nouvelles approches et initièrent, pour le monde romain, une véritable archéologie des pratiques religieuses. Ils établirent ainsi le lien très étroit entre le sacrifice et la consommation publique ou privée de la viande, prolongeant, d’une certaine manière, les hypothèses de St. Georgoudi et de J.-P. Vernant.

Marc_Thasos_P1010646 - détailAu même moment, la mise au jour d’un macellum, au sud du centre monumental de Thasos, fournissait des bases archéologiques solides à ces réflexions. Si la découverte d’un macellum d’époque impériale, dans le prolongement de l’espace politique et religieux de l’agora, n’apportait rien, en soit, de vraiment nouveau, le fait que celui-ci prolongeait un édifice daté du tout début de l’époque hellénistique, de même plan et probablement de même fonction, repose de manière nouvelle la question de l’origine de ce type monumental.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_03_Marc

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

SÉMINAIRE « ARCHÉOLOGIE DE LA RELIGION ET DU RITE » : programme actualisé

Image 27

Le programme du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » fait l’objet de quelques modifications dans la deuxième moitié du semestre :

03.11.15     Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos, par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

10.11.15     Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, par Marie-Dominique Nenna (CNRS, Centre d’Études Alexandrines, USR 3134)

17.11.15     Les pratiques de dépôt de mobilier (sanctuaires, nécropoles, habitat) au second âge du Fer, par Stéphane Marion (SRA Lorraine, UMR 8546 AOROC)

24.11.15     GD 42 ou le Pythion de Délos, par Agnès Febvey (université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)

01.12.15     Évolution des pratiques funéraires dans les nécropoles de Cumes : de Kymè à Cuma, par Gaël Brkojewitsch (Metz Métropole, Pôle d’archéologie préventive)

08.12.15     Les rituels de la crémation dans le monde romain, par  Henri Duday (CNRS, UMR 5199 PACEA)

Toutes les séances auront lieu en salle A 104, sauf la dernière communication , le 8 décembre, qui aura lieu en salle A 226.

Programme actualisé : Séminaire Archéologie religion_rite_Programme actualisé

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Les grands sanctuaires en Gaule romaine : une réflexion à partir de l’étude du cas de l’agglomération de Senon et du sanctuaire périurbain d’Amel-sur-l’Étang (Meuse)

 


Capture d’écran 2015-09-10 à 18.45.13

La première séance du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine, mardi 15 septembre 2015 à 18h, sera présentée par Simon RITZ, doctorant de l’université de Lorraine, EA 1132 – HISCANT-MA.

Le site de Senon (Meuse) a récemment fait l’objet de sept campagnes de prospections géophysiques, qui ont permis de mettre en évidence les caractères structurels d’une agglomération gallo-romaine d’une trentaine d’hectares. Dans la commune voisine d’Amel-sur-l’Étang, à 1,5 km de Senon, les prospections électriques ont révélé un important sanctuaire périurbain s’étendant sur une vingtaine d’hectares et comprenant cinq temples, un théâtre, des thermes et, vraisemblablement, des structures d’accueil des fidèles. Ces nouvelles données autorisent une réflexion globale sur la structure, les fonctions et la chronologie de cette agglomération, dont le caractère bipolaire reflète un schéma de topographie religieuse tout à fait original, et, plus largement, sur le rôle religieux et politique des grands sanctuaires en Gaule romaine.

Campus Lettres et Sciences humaines 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY : salle A 104

Le séminaire est public

Affiche : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_15_Ritz

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

SÉMINAIRE « ARCHÉOLOGIE DE LA RELIGION ET DU RITE »

Capture d’écran 2015-09-10 à 18.29.39

Les enseignants-chercheurs d’archéologie de l’Université de Lorraine organisent au premier semestre 2015-2016, tous les mardis soir de 18h à 20h, un séminaire intitulé « Archéologie de la religion et du rite ».

Le séminaire rassemble douze chercheurs autour d’un des domaines privilégiés de l’actualité archéologique antique – l’archéologie de la religion et du rite – afin de confronter les méthodes d’approche et les résultats obtenus sous le prisme de trois sociétés antiques majeures : les Grecs, les Celtes et les Romains, entre bassin Égéen, Égypte hellénistique et romaine, péninsule Italique et Gaules. Il s’agit notamment de faire intervenir – en complément des enseignements en archéologie antique dispensés en master par les enseignants-chercheurs titulaires – des archéologues et des spécialistes d’archéosciences (anthropologie funéraire et archéozoologie), dont les noms sont régulièrement cités en cours de licence et master d’archéologie antique et avec lesquels les enseignants-chercheurs en archéologie antique de l’UL travaillent dans le cadre de programme nationaux et internationaux.
Le support de cours dans lequel est organisé le séminaire comporte 12h CM, mais les séances couvriront un créneau horaire de 24h afin de permettre, à l’issue de chacune des interventions, de poursuivre le débat avec les participants au séminaire : étudiants, collègues et acteurs de de la recherche archéologique et antique de la Région Lorraine et au-delà.

Ce séminaire est organisé sous l’égide de l’UFR des sciences humaines et sociales – Nancy de l’université de Lorraine, en collaboration avec la Faculté de médecine de l’université de Lorraine (mention Éthique de la santé et médecine légale, parcours Criminalistique et Archéologie), avec le soutien de l’ADRAL (Association Développement Recherche Archéologique Lorraine) et en adéquation avec les programmes scientifiques de l’HISCANT-MA.

Programme : Séminaire Archéologie religion_rite_Programme

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

La soutenance de ma thèse, intitulée « Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles) », réalisée sous la direction de Gérard Giuliato, se tiendra le samedi 13 juin 2015 à 14h00 sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine, à Nancy, en salle A 226.

Continuer la lecture de Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Conférence : « les fouilles archéologiques à la citadelle haute de Verdun » par V. Serdon-Provost (24 septembre, Verdun)

Conférence_VerdunValérie Serdon-Provost, maître de conférences en histoire et archéologie du Moyen Âge à l’université de Lorraine (Nancy) donnera le mercredi 24 septembre, 18h00, au centre mondial de la paix à Verdun, une conférence intitulée : « les fouilles archéologiques à la citadelle haute de Verdun ».

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence sur la tour seigneuriale de Darnieulles – 24 mai 2014

Tract APAVA-Conf du 24 mai 14

La tour d’habitation de Darnieulles fut la propriété d’un lignage de chevaliers locaux dont les premières mentions remontent à la fin du XIe siècle. Elle s’insère au sein d’un ensemble plus vaste, une maison forte, qui se développe à partir du XIVe siècle.
L’objectif historique et patrimonial est de replacer cet édifice dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales des XIe-XIIe siècles. L’édifice semble être un subtil compromis entre les grands donjons résidentiels de l’ouest de la France, des petits donjons résidentiels de l’est du pays et des logis seigneuriaux germaniques.
L’objectif archéologique des opérations menées sur le site est de réaliser une couverture analytique complète de la tour afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux ainsi que les éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… Pour ce faire, des relevés d’élévation et des sondages sont pratiqués sur le site. L’étude intègre également un travail de thèse sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles.

Le chantier 2014 se déroule du 2 au 22 juin et sera accessible aux visiteurs lors des Journées Nationales de l’Archéologie des 6, 7 et 8 juin.

http://journees-archeologie.fr/c-2014/fiche-initiative/469/Tour-seigneuriale-de-Darnieulles

45e congrès de la SHMESP : « Apprendre, produire, se conduire. Le modèle au Moyen Âge »

Le 45e Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public se tiendra  l’Université de Lorraine du 22 au 25 mai prochain sur le thème : « Apprendre, produire, se conduire. Le modèle au Moyen Âge ». La 4e session (vendredi 23 mai), intitulée « Les savoir-faire et leur transmission » donnera lieu à plusieurs communications sur les pratiques de l’écrit mais également sur l’archéologie des techniques et de l’architecture médiévale :

  • 14h15 : Danielle Arribet-Deroin (Université Paris I Panthéon Sorbonne)

« La transmission des savoir-faire et des pratiques d’une innovation technique : le ‘modèle’ du procédé indirect d’élaboration du fer et son expansion à la fin du Moyen Âge »

  •  14h40 : Maxime L’Héritier (Université Paris VIII-ÉA 1571) et Arnaud Timbert (Université Lille III-IRHIS)

« De la reproduction à la réinterprétation des modèles dans l’architecture : quel usage du métal à l’époque gothique ? »

  •  15h05 : Vianney Muller (jeune chercheur, Université de Lorraine / HISCANT-MA)

« Le patrimoine castral de la famille de Neufchâtel-Bourgogne : quelle place pour les modèles ? »

 

Le programme complet de ce congrès est disponible sur le site de la SHMESP :  http://www.shmesp.fr/spip.php?article344

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website