Archives de catégorie : Actualité lorraine

Annonces de conférences en Lorraine

Journée d’étude : « Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques »


L’université de Lorraine propose à ses étudiants de master en Archéologie une manifestation en trois volets : journée d’étude, exposition et publication, qui leur permettra d’appréhender de manière originale le monde de la recherche et de la gestion muséale en participant à la mise en œuvre des trois étapes. Le projet, mis en œuvre par Sandrine Huber et Pascal Vipard, tourne autour d’une exposition temporaire qui sera inaugurée au musée archéologique de l’université de Lorraine en janvier 2018 et qui déclinera les modalités de fonctionnement pratique d’un autel au cœur d’un lieu de culte dans le monde gréco-romain.

Malgré une très riche bibliographie relative aux sacrifices et autres activités autour de l’autel dans les sociétés gréco-romaines, que peut-on dire sur les aspects pratiques du bûcher qui brûlait sur la table d’autel ? Quel était l’impact du feu sur la structure en tant que telle, selon son matériau, terre ou pierre ? Que brûlait-on réellement sur l’autel ? Quelles températures étaient atteintes ? Toutes les sources documentaires sont convoquées, parmi lesquelles la littérature antique, l’épigraphie, l’archéologie, l’archéozoologie, la paléobotanique, l’anthracologie, la pétrographie, la minéralogie, etc.

Première étape, une journée d’étude rassemblera plusieurs chercheurs spécialistes de la question, venant d’horizons disciplinaires variés et permettra aux étudiants de master de compléter leurs connaissances sur le thème d’étude, afin de préparer les visuels de l’exposition ; étudiants de master et doctorants animeront les débats autour des différents exposés (voir le programme ci-joint). La journée d’étude est ouverte au public intéressé : étudiants, chercheurs, spécialistes.

Deuxième étape, une exposition se déploiera autour de deux objets archéologiques originaux prêtés par le musée Lorrain : deux autels en pierre de grandes dimensions, qui seront assortis d’une borne multimédia, destinée à long terme au public du nouveau musée Lorrain (ouverture en 2023). La borne assurera la présentation interactive d’une base de statue et d’un autel réalisés par des soldats d’une légion romaine (la XIVe Gemina, basée à Mayence), qui ont été découverts dans la carrière romaine de Norroy-lès-Pont-à-Mousson ; la borne permettra de prendre connaissance du travail d’extraction de la roche par des soldats spécialisés pour fabriquer la base de statue et l’autel, de l’inscription latine qui ornait la base de statue et du culte particulier rendu par les carriers – ceux-là même qui ont fabriqué les deux objets – à Hercule Saxsetanus, leur patron. La diffusion, bien connue depuis peu, du calcaire de Norroy (bassins mosellan et rhénan, également outre-Manche) est également présentée.

Enfin, lors d’une troisième étape, étudiants de master et doctorants en Archéologie travailleront, au premier semestre 2018, à l’élaboration de la publication d’un ouvrage consacré à la thématique, ce qui leur permettra de participer, aux côtés des deux porteurs du projet, à toute la chaîne éditoriale d’une publication scientifique.

Le projet est porté par l’UFR SHS-Nancy, en collaboration avec le laboratoire EA 1132 – Hiscant-MA, le musée Lorrain et l’ADRAL (Association pour le Développement de l’Archéologie en Lorraine).

Programme de la journée d’étude : Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques_6_10_2017_UL_Nancy_HD

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Conférence : « Les Établissements Gallé de 1914 à 1919 » (Hôtel départemental, 5 octobre)

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale en Meurthe-et-Moselle, Samuel Provost présentera, le 5 octobre 2017, à 18h00, une conférence à l’hôtel départemental de Meurthe-et-Moselle, avec pour titre :

« Les défis d’une entreprise d’art en temps de guerre : les Établissements Gallé de 1914 à 1919 »

Conseil départemental, 48, esplanade Jacques Baudot, Nancy

Entrée libre

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque : Architecture et urbanisme après la Grande Guerre (Muséum Aquarium de Nancy, 4-7 octobre)

Colloque : Architecture et urbanisme après la Grande Guerre.

La reconstruction en Lorraine et dans le Grand Est

La DRAC Grand Est et l’AMAL (Archives modernes de l’architecture lorraine) organisent un colloque intitulé : « Architecture et urbanisme après la Grande Guerre. La reconstruction en Lorraine et dans le Grand-Est », prévu du 4 au 7 octobre 2017. Les journées des 4 et 6 octobre sont consacrées aux communications. Le 5 octobre, deux parcours de visite sont proposés en Meuse et Meurthe-et-Moselle, accompagnés de commentaires d’historiens, afin de mettre en valeur différentes communes représentatives de Lorraine. La matinée du samedi 7 octobre est organisée autour d’une table ronde « De la connaissance au patrimoine : un nouvel enjeu pour nos territoires ? », en présence d’élus de collectivités territoriales et de professionnels de l’aménagement du territoire.

Continuer la lecture de Colloque : Architecture et urbanisme après la Grande Guerre (Muséum Aquarium de Nancy, 4-7 octobre)

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : D’Attel de Luttange, ce célèbre inconnu (Verdun, 8 septembre)

Le Musée de la Princerie, à Verdun, accueille du 8 septembre au 30 octobre 2017 une exposition intitulée, « D’Attel de Luttange, ce célèbre inconnu »,

L’inauguration de l’exposition, le vendredi 8 septembre, est précédée d’une journée d’études sur le thème : « Jean-François Didier d’Attel de Luttange (1787-1858) savant ou fou littéraire ? », au Centre mondial de la paix de Verdun (entrée libre), dans le cadre du programme de recherche dirigé par Jean-Christophe Blanchard et soutenu par la MSH Lorraine.

Invitation à l’exposition et renseignements :

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

31e Journée des restaurateurs en archéologie (LAM, Jarville-la-Malgrange, 12-13 octobre)

Les 31e Journées des restaurateurs en archéologie sont organisées cette année par le Laboratoire d’archéologie des métaux de Jarville-la-Malgrange, les 12 et 13 octobre.

Les communications seront présentées dans l’amphithéâtre Lucien Cuénot du Museum Aquarium de Nancy.

Pour en savoir plus : programme et bulletin d’ inscription JRA 2017

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

11e Congrès international de la Society for Emblem Studies (3-7 juillet)

Nancy et l’Université de Lorraine accueillent du 3 au 7 juillet 2017 le 11e Congrès international de la Society for Emblem Studies qui intéresse directement l’histoire de l’art. Plusieurs communications concernent la Lorraine, en relation par exemple avec l’exposition du musée de l’École de Nancy, Verreries parlantes d’Émile Gallé. Matière à poésie. Des visites de l’exposition sont d’ailleurs organisées dans le cadre du congrès.

Pour en savoir plus :

Site de la société des Amis des Études Emblémistes en France.

Programme complet du congrès : programme SES 2017.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’archéologie aux Journées d’Histoire Régionale

Affiche des 12e journées d’histoire régionale

Samedi 25 et dimanche 26 mars, les Journées d’Histoire Régionale se dérouleront à l’abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson, de 14h à 18h. Elles sont consacrées au thème : Histoire et patrimoine au fil de l’eau.

Parmi la riche programmation (59 expositions, 15 conférences, 6 éditeurs, et des animations et spectacles), signalons plus particulièrement pour l’archéologie quelques expositions et conférences :

} Conférences {

  • Samedi 25 à 14h30 : L’eau symbole de dignité urbaine et signe de l’action civilisatrice de l’Empire romain : fontaine monumentale et thermes sur le centre public de la petite ville de Bliesbruck
    Jean-Paul PETIT, Conservateur en chef, Département de la Moselle & membre de l’Académie Nationale de Metz
  • Samedi 25 à 15h00 : Les cisterciens et l’eau au Moyen Âge
    Paul BENOIT, Professeur émérite, LAMOP – Université Paris 1
  • Samedi à 16h00 : L’eau gênante et l’eau utile dans les mines
    du Thillot aux XVIe et XVIIe siècles
    Francis Pierre, Chercheur associé -LAMOP Université Paris 1 – Société d’études et de sauvegarde des anciennes mines

} Expositions {

 

Et de très nombreuses contributions dans les domaines de l’Histoire, de l’histoire de l’art, et du Patrimoine !

Retrouvez le programme des conférences & animations et le programme complet

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Le Savoir en Objets (28 mars, CLSH)

À l’occasion des Journées Art et Culture dans l’Enseignement Supérieur (JACES), les collections scientifiques de l’Université de Lorraine sont l’objet d’une rencontre de présentation autour de vingt-cinq objets emblématiques de ce patrimoine, le mardi 28 mars 2017, de 16h à 20h, sur le Campus LSHS de Nancy.

Un opuscule de 52 pages réunit par ailleurs ces présentations sous forme de photographies commentées et sera distribué aux premiers visiteurs. [Màj du 30/03/17 : il peut être téléchargé au format pdf ici]

Les collections du département d’histoire de l’art et d’archéologie (UFR SHS-Nancy) y sont tout particulièrement représentées, à travers les collections du musée archéologique, la collection de plaques photographiques pédagogiques anciennes et les archives scientifiques de Paul Perdrizet (photographie ci-dessus).

Programme complet à télécharger.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : Les décors peints de la villa de Saint-Ulrich : ambiance colorée chez un notable gallo-romain

Vendredi 17 mars – 20h30 | Musée du Pays de Sarrebourg

Cette conférence est présentée par l’Araps (association pour la recherche archéologique au Pays de Sarrebourg), en collaboration avec le musée du Pays de Sarrebourg. Elle sera assurée par Dominique Heckenbenner.

Les milliers de fragments de peintures murales découverts lors des fouilles de la villa gallo-romaine de Saint-Ulrich, recomposés patiemment au musée du Pays de Sarrebourg par les membres de l’Araps, évoquent de manière concrète le décor intérieur de cette prestigieuse maison. La villa a été édifiée dans la première moitié du Ier siècle. On mesure à quel point dès cette époque, à travers le décor des pièces de réception (fonds bleus, rouges et noirs, imitations de marbres, représentations figurées), le propriétaire veut marquer de manière ostentatoire son statut social. A la fin du Ier siècle, alors que la villa atteint sa plus grande extension, on est surpris par l’alternance des couleurs rouges et noires des cubicula (chambres à coucher), enchanté par les chèvres, les oiseaux et les motifs végétaux et floraux qui ornent les parois du péristyle et édifié par la taille des venatores (chasseurs) dont ne restent que…les chaussures. C’est la grande mode du candélabre, ce luminaire enrichi d’un nombre incroyable de motifs (vases, oiseaux, dauphins…) que l’on trouve dans tout l’Empire romain. Autre ambiance dans les thermes : le baigneur est accueilli dans un vestiaire aux parois noires, décoré de motifs de bordures ajourées et de cercles à palmettes puis il pénètre dans le frigidarium (salle froide) peint en blanc, et décoré de voûtes et de niches en stucs, rehaussés de bleu de vert et de rouge. Au-delà de l’apport considérable à la connaissance de la villa de Saint-Ulrich, l’étude des enduits peints permet d’aborder le monde des artisans et les circuits commerciaux des matières premières.

 

 

 

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Conférence : Michel Pastoureau, « L’historien de l’art face à la couleur : l’exemple du Moyen Âge » (23 mars, 18h, A 42)

Michel Pastoureau, directeur d’études honoraire à l’Ecole Pratique des Hautes Études viendra donner une conférence sur le campus LSHS de Nancy le jeudi 23 mars 2017 à 18h (Amphi A 42) sur :

« L’historien de l’art face à la couleur : l’exemple du Moyen Âge »

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journées d’études : Liturgie et Architecture (24-25 novembre)

colloque_architecture_2016

La liturgie et l’architecture paraissent entretenir un lien évident, qui peut s’expliciter de la façon suivante : « Dans ce domaine, la principale interrogation demeure celle de la création des formes architecturales déterminées par les pratiques liturgiques ou bien, à l’inverse, celle de l’influence du cadre architectural sur le déroulement de la liturgie». (Eric Palazzo,  Liturgie et société au Moyen Âge, Paris, 2000). En termes plus récents, cette interrogation apparaît comme une variante du vaste débat entre «forme et fonction» qui irrigue encore de nos jours les milieux de l’architecture : à quelle donnée reviendrait la primauté ?

Mais en l’occurrence, la question pourrait paraître se limiter au seul moment du  chantier, de la construction à neuf. Or l’un des deux paramètres de la problématique a pu connaître des évolutions spécifiques ou des nouveautés indépendantes de l’influence de l’autre. Ainsi, au temps de la Renaissance, le vocabulaire et les références de l’architecture religieuse ont changé avant que ne soit entreprise la réforme liturgique du Concile de Trente. De même, l’application de cette dernière s’est souvent faite dans des églises construites au Moyen Âge, auxquelles il a bien fallu s’adapter et qu’aussi on a adaptées. On étudiera donc les différents aménagements et réaménagements intérieurs d’édifices religieux ou encore l’émergence des pratiques liturgiques (par exemple les processions) et leurs implications sur les bâtiments. En fait les interrogations, quand on les veut plus précises, sont multiples. Par exemple, comment s’est faite l’explosion du nombre des autels et des fondations à partir du XVe siècle? Inversement comment en a-t-on réduit le nombre au XVIIIe siècle ? Autre exemple, comment les fidèles ont-ils été cantonnés dans leurs bancs à partir du milieu du XVIIe siècle ? Et du coup, quelle position et quelle attitude adoptaient-ils dans les églises antérieurement ? Sans oublier l’analyse de l’évolution du mobilier liturgique ou sacramentel (confessionnaux, chaires à prêcher…) dont on dit souvent qu’il se transforme et se généralise avec l’esprit tridentin. Surtout il serait vraiment souhaitable de dépasser les généralités déjà connues pour en voir et étudier des applications concrètes ou des exemples particuliers.

Chevauchant les grandes ères imposées par les découpages académiques, une notion semble avoir traversé les siècles : celle du «voir» et du «faire –voir » que Roland  Recht a illustrée pour la seconde partie du Moyen Âge (Le croire et le voir. L’art des cathédrales (XIIe-XVe siècles, 1999) mais qui semble une constante encore valable pour les Temps modernes et la réforme tridentine. La problématique ne pourrait-elle pas alors se concentrer autour des enjeux du «voir» dans les églises, ses exigences, ses conditions et ses contraintes ?

En tout cas, c’est certainement une raison suffisante pour adopter une ampleur chronologique inhabituelle qui conduira les réflexions du XIIIe au XVIIIe siècle et permettra le dialogue de chercheurs trop souvent cantonnés dans leur période.

Géographiquement la «dorsale catholique» ou l’axe lotharingien, de la Belgique à l’Italie, semble un lieu privilégié d’observation de ces changements liturgiques et architecturaux à travers les siècles. On rappellera que c’est à Liège en 1264 que l’évêque Robert de Thourotte instaura la fête du Saint-Sacrement, fête qui fut instituée pour l’Église universelle par le pape Urbain IV, le champenois Jacques Pantaléon qui fut un temps évêque de Verdun. Sur l’autre versant temporel, saint Charles Borromée, saint François de Sales et saint Pierre Fourrier montrèrent tous les trois – avec bien d’autres – le souci de la diffusion de la vie spirituelle chez les fidèles dans le cadre concret de leurs communautés et de leurs églises. C’est avec ces questions et ces intentions en tête que l’ANR LODOCAT–Chrétientés en Lotharingie et Dorsale Catholique (IXe-XVIIIe s.) organisée des journées d’étude le jeudi 24 et le vendredi 25 novembre 2016, à l’université de Lorraine, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy, 23, boulevard Albert 1er (10 mn à pied de la gare SNCF).

Programme des journées d’étude

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Les pratiques de dépôt de mobilier (sanctuaires, nécropoles, habitat) au second âge du Fer

Image 27

Huitième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 17 novembre 2015 à 18h

par Stéphane Marion (SRA Lorraine, UMR 8546 AOROC)

Image 32

Dans les sociétés sans texte, connues uniquement par l’archéologie, l’étude des faits religieux se limite à celle des rites dans leur dimension matérielle. Pour le second âge du Fer, les objets impliqués dans ces pratiques livrent une série d’indices matériels susceptibles d’être décryptés par l’archéologie. En partant des contextes rituels les plus évidents (nécropoles et sanctuaires) nous montrerons que l’étude du mobilier permet de restituer des processus rituels. En se basant sur les contextes, la sélection des objets et les traces laissées sur les objets eux-mêmes, il est possible de mettre en évidence des pratiques spécifiques. Elles se retrouvent également dans des contextes plus ambigus (dépôts isolés et habitat) ce qui permet d’y voir des dépôts de nature rituelle. La présentation portera essentiellement sur les récentes avancées réalisées dans l’étude du mobilier métallique.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_17_Marion

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos

Image 27

Sixième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 3 novembre 2015 à 18h

par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

Image 3

On se souvient de l’engouement polémique suscité à la fin des années
1970 et au début des années 1980 par les publications de M. Détienne, de St. Georgoudi et de J.-P. Vernant sur « la cuisine du sacrifice ». Ces discussions, limitées alors au monde grec, restèrent très historiques et anthropologiques et ne touchèrent pas le monde de l’archéologie. Celui-ci s’avisa du profit qu’on pouvait tirer des analyses archéozoologiques et paléobotaniques que plus tardivement, grâce aux travaux de protohistoriens français, comme J.-L. Brunaux, qui s’associèrent à des spécialistes de la faune ancienne, comme P. Méniel. C’est d’abord J. Scheid, puis W. Van Andringa, qui comprirent tout le profit qu’on pouvait tirer de ces nouvelles approches et initièrent, pour le monde romain, une véritable archéologie des pratiques religieuses. Ils établirent ainsi le lien très étroit entre le sacrifice et la consommation publique ou privée de la viande, prolongeant, d’une certaine manière, les hypothèses de St. Georgoudi et de J.-P. Vernant.

Marc_Thasos_P1010646 - détailAu même moment, la mise au jour d’un macellum, au sud du centre monumental de Thasos, fournissait des bases archéologiques solides à ces réflexions. Si la découverte d’un macellum d’époque impériale, dans le prolongement de l’espace politique et religieux de l’agora, n’apportait rien, en soit, de vraiment nouveau, le fait que celui-ci prolongeait un édifice daté du tout début de l’époque hellénistique, de même plan et probablement de même fonction, repose de manière nouvelle la question de l’origine de ce type monumental.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_03_Marc

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

SÉMINAIRE « ARCHÉOLOGIE DE LA RELIGION ET DU RITE » : programme actualisé

Image 27

Le programme du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » fait l’objet de quelques modifications dans la deuxième moitié du semestre :

03.11.15     Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos, par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

10.11.15     Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, par Marie-Dominique Nenna (CNRS, Centre d’Études Alexandrines, USR 3134)

17.11.15     Les pratiques de dépôt de mobilier (sanctuaires, nécropoles, habitat) au second âge du Fer, par Stéphane Marion (SRA Lorraine, UMR 8546 AOROC)

24.11.15     GD 42 ou le Pythion de Délos, par Agnès Febvey (université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)

01.12.15     Évolution des pratiques funéraires dans les nécropoles de Cumes : de Kymè à Cuma, par Gaël Brkojewitsch (Metz Métropole, Pôle d’archéologie préventive)

08.12.15     Les rituels de la crémation dans le monde romain, par  Henri Duday (CNRS, UMR 5199 PACEA)

Toutes les séances auront lieu en salle A 104, sauf la dernière communication , le 8 décembre, qui aura lieu en salle A 226.

Programme actualisé : Séminaire Archéologie religion_rite_Programme actualisé

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Les grands sanctuaires en Gaule romaine : une réflexion à partir de l’étude du cas de l’agglomération de Senon et du sanctuaire périurbain d’Amel-sur-l’Étang (Meuse)

 


Capture d’écran 2015-09-10 à 18.45.13

La première séance du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine, mardi 15 septembre 2015 à 18h, sera présentée par Simon RITZ, doctorant de l’université de Lorraine, EA 1132 – HISCANT-MA.

Le site de Senon (Meuse) a récemment fait l’objet de sept campagnes de prospections géophysiques, qui ont permis de mettre en évidence les caractères structurels d’une agglomération gallo-romaine d’une trentaine d’hectares. Dans la commune voisine d’Amel-sur-l’Étang, à 1,5 km de Senon, les prospections électriques ont révélé un important sanctuaire périurbain s’étendant sur une vingtaine d’hectares et comprenant cinq temples, un théâtre, des thermes et, vraisemblablement, des structures d’accueil des fidèles. Ces nouvelles données autorisent une réflexion globale sur la structure, les fonctions et la chronologie de cette agglomération, dont le caractère bipolaire reflète un schéma de topographie religieuse tout à fait original, et, plus largement, sur le rôle religieux et politique des grands sanctuaires en Gaule romaine.

Campus Lettres et Sciences humaines 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY : salle A 104

Le séminaire est public

Affiche : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_15_Ritz

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts