Archives de catégorie : Actualité lorraine

Annonces de conférences en Lorraine

Conférence : « Archéologie de la Grande Guerre » par S. Jacquemot

JHR LorraineArchéologie de la Grande Guerre à l’occasion des 9e journées d’Histoire régionale, le dimanche 5 avril à 9h30 à Saint-Mihiel (salle Mangeot).

Spécialiste de la question, Stéphanie Jacquemot a publié plusieurs ouvrages sur le sujet et a récemment contribué à l’exposition qui se déroule en ce moment (jusqu’au 31 décembre 2014)  au musée archéologique de Strasbourg: « à l’Est, du nouveau. Archéologie de la Grande Guerre en Alsace et en Lorraine « .

Programme détaillé des Journées d’Histoire régionale : http://chr.lorraine.eu/informations/documents/257900.pdf

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Conférence : « les réseaux de voies romaines autour de Châtel-sur-Moselle » par G. Salvigny et K. Boulanger (Châtel-sur-Moselle, 5 avril)

Le cycle des conférences sur la forteresse de Châtel-Sur Moselle accueille une communication de Gilbert Salvigny (archéologue, président du Cercle d’études de Contrexéville) et de Karine Boulanger (archéologue, INRAP) sur le thème des « réseaux de voies romaines autour de Châtel-sur-Moselle », le 5 avril prochain à 17h30 à l’hôtel de Ville de Châtel-sur-Moselle (88330).

Conférence Châtel sur Moselle

Information sur le site www.vieux-chatel.fr et contact : contact@vieux-chatel.fr

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : « Le laser au service de l’archéologie : présentation des recherches sur les vestiges de la forêt de Haye (54) » par Murielle Leroy

Affiche de la conférence
Affiche de la conférence

Le musée du Pays de Sarrebourg accueille vendredi 4 avril à 20h30 une conférence de Murielle GEORGE-LEROY, conservateur régional de l’Archéologie de Lorraine (DRAC Lorraine) intitulée « Le laser au service de l’archéologie : présentation des recherches sur les vestiges de la forêt de Haye (54) ».

Certaines forêts, comme celle de Haye à côté de Nancy, recèlent de véritables trésors archéologiques. Certes peu spectaculaires au premier coup d’oeil (amas de pierres, talus, etc), ils permettent, pour qui sait les lire, d’appréhender un véritable paysage gallo-romain fossilisé. Dans sa quête l’archéologue est maintenant aidé par une technique de détection tout à fait novatrice, le lidar (scanneur laser aéroporté), qui permet d’obtenir un relevé en 3 dimensions de ces vestiges.

Pour ceux qui ne pourraient faire le déplacement, on peut se reporter aux articles de l’auteur sur ce sujet, dont certains accessibles en ligne.

http://rge.revues.org/1931

https://www.cairn.info/revue-archeosciences-2011-1-page-117.htm

 

 

Entrée libre.
Renseignements : 03 87 08 08 68 – com.musee.sarrebourg@wanadoo.fr

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Fouilles de l’abbaye Saint-Vanne (Verdun) : résultats préliminaires de la campagne 2013

Fig. 1 — Plan de l’emprise de la fouille avec positionnement de l’abbaye
Fig. 1 — Plan de l’emprise de la fouille avec positionnement de l’abbaye

La seconde campagne de fouilles s’est déroulée durant le mois de juillet 2013 avec une équipe d’une trentaine de personnes dont plusieurs chercheurs encadrants (université, CNRS, INRAP). Un bilan de la seconde année de recherche a été rédigé et déposé au Service régional de l’Archéologie en décembre 2013 (140 pages environ) pour justifier les choix scientifiques et les dépenses déjà engagées[1].

Comme prévu — et pour respecter les objectifs initiaux — la première campagne s’est concentrée sur la zone de l’ancienne église abbatiale et de ses abords (le long du mur gouttereau côté sud et au niveau de l’emplacement présumé du chevet). Un autre sondage extensif a concerné l’extension de la nécropole, au sud. Cette surface, dégagée en partie à la pelle mécanique, a représenté 1500 m² environ. La seconde campagne s’est particulièrement attachée à préciser la chronologie d’occupation sur une partie des secteurs 1 et 2 (Fig. 1).

Fig. 2 — Vue des ossements tapissant le fond de l’ossuaire dans la structure semi-enterrée
Fig. 2 — Vue des ossements tapissant le fond de l’ossuaire dans la structure semi-enterrée.

Malgré la présence de nombreux réseaux d’adduction d’eau modernes, d’une tranchée de la Première Guerre mondiale et d’une carrière, qui laissait présager de vastes destructions, des acquis notables sont pourtant à mettre au crédit de l’équipe : parmi ceux-ci, on peut souligner l’occupation du haut Moyen Âge confirmée dans une zone proche de ce qui allait devenir l’église abbatiale au cours du bas Moyen Âge. L’aspect le plus remarquable est la découverte de mobilier bien daté dans quelques sépultures privilégiées mérovingiennes qui n’avaient pas été pillées ou seulement en partie. Ces éléments nous permettent de dater les tombes entre 480 et 520 (période MA 1)[2]. La chronologie d’extension de la nécropole a été précisée en 2013, de même que ses liens avec un lieu de culte contemporain présumé. Une sépulture en coffre a été fouillée et le début de ce que l’on croyait être une structure hypogée en 2012 qui s’est révélé être effectivement un bâtiment semi-enterré orienté est-ouest d’environ huit mètres de largeur, à l’origine couvert d’enduit peint et vitré avec une entrée aménagée à l’ouest entre deux bases de colonne ; elle pourrait être une chapelle funéraire réutilisée en ossuaire (Fig. 2). Un surcreusement explique que les niveaux supérieurs d’occupation aient disparu dans ce secteur, notamment le niveau de sol de la nef et le mur gouttereau sud de l’église abbatiale encore en élévation au début du XIXe siècle et que les niveaux mérovingiens affleurent.

La chronologie des étapes de construction du bâtiment religieux a pu être précisée dans sa partie orientale. Le massif maçonné hémicirculaire, construit en partie avec des éléments gothiques en réemploi, est identifié comme étant le chevet de l’abbatiale daté de la seconde moitié du XVe siècle (son relevé topographique correspond d’ailleurs parfaitement avec celui réalisé au XIXe siècle par le Génie, Fig. 1 et 3). Dans un niveau chronologiquement antérieur – qui a conduit en partie au démontage de ce massif –, des négatifs de piliers, associés à un sol en mortier de tuileau, ont été découverts. Ils sont interprétés comme étant les supports d’une crypte[3]. Au-delà des seuls indices stratigraphiques, cette recherche s’appuie sur l’inventaire systématique des éléments architecturaux (fragments de nervures, de colonnettes, de remplages, de décors sculptés).

Fig. 3 — Vue de la maçonnerie du chevet en cours de fouille
Fig. 3 — Vue de la maçonnerie du chevet en cours de fouille

La fouille a révélé une densité assez importante de sépultures à inhumation, à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments de culte. Les tombes ont souvent fait l’objet remaniements, volontaires ou non, et la conservation osseuse est plus que souvent médiocre. Cependant, les observations et les données métriques collectées lors de la fouille nous permettent de restituer une partie des gestes funéraires et de dresser une première carte d’identité biologique des défunts, l’étude étant toujours en cours.

Valérie Serdon-Provost (EA 3945 CRULH – Université de Lorraine)


[1] Le projet a été soutenu financièrement en 2013 par la MSH, le Ministère de la Culture et de la Communication (Service Régional de l’Archéologie), le Conseil Général de la Meuse, l’Université de Lorraine et mon laboratoire de recherche (CRULH) ainsi que l’HISCANT-MA , l’INRAP, la société Maximo à hauteur de 39 000 euros pour l’année 2012. Cet argent a été utilisé pour mener à bien la campagne sur le terrain et pour investir en matériel scientifique. D’autre part, la CODECOM de Verdun a offert un soutien logistique très précieux.

[2] Voir l’étude de Jacques Guillaume dans Serdon et al . 2012.

[3] Peut-être du XIe siècle d’après François Héber-Suffrin, professur émérite en histoire de l’art du Moyen Âge.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Appel à communication : colloque international « Vies d’objets, souvenirs de guerres » (8-10 octobre 2014)

Le Centre de Recherche sur les Médiations (CREM), EA 3476 de l’Université de Lorraine organise un colloque interdisciplinaire et international sur le thème « Vie d’objets, souvenirs de guerre » du 8 au 10 octobre 2014, à l’UFR SHS-Metz de l’Université de Lorraine et au musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte.

Extrait de l’appel à communication :

Les objets du passé : une question d’actualité
Dans l’hebdomadaire Paris Match (Caroline Fontaine, 7-13/11/13), un article titré « 1914-1918. On a retrouvé le soldat Leguay » raconte l’histoire d’un soldat mort en 1915, dont le corps n’avait jamais été retrouvé. C’est en 2012 que quelques ossements, un casque, deux médailles pieuses et une plaque d’identification sont découverts par l’anthropologue Michel Signoli. Outre leur intérêt scientifique, ces trouvailles permirent d’attester du décès d’un homme dont l’État avait reconnu la réalité après l’Armistice, en 1919, mais sans qu’aucune preuve de celle-ci n’ait pu être fournie. Aujourd’hui, le sous- lieutenant Leguay est enterré à la nécropole de Minaucourt (Marne). Mais en sortant de l’oubli, ces objets, décrits comme étant des « reliques sacrées pour les descendants […] et des éléments d’identification pour l’armée », ont également clarifié les circonstances obscures d’une disparition. En effet, le casque du soldat Leguay porte les traces de la pluie d’obus dont il a probablement été victime.
D’une certaine façon, de tels objets qui racontent la fin de vie d’un homme racontent aussi celle de milliers d’autres. À la charnière entre un itinéraire privé et une histoire commune, ils attestent d’un conflit dont la violence perdure après sa fin, beaucoup des corps de ceux qui ont péri n’ayant pas été retrouvés. Objets apportant des preuves, ils sont aussi investis d’une charge affective puisque les descendants du soldat peuvent désormais compléter des pages blanches de l’histoire familiale. Enfin, parce qu’ils sont le fruit d’une découverte dont l’article de Paris Match dépeint, entre autres caractères, la dimension « religieuse », leur portée est aussi symbolique, le sens qui leur est attribué aujourd’hui transcendant la fonction qu’ils remplissaient hier. Ainsi la disparition et réapparition de ces objets en font-elles les relais d’une articulation particulière entre passé et présent.
C’est un questionnement de cet ordre qui est au centre du colloque interdisciplinaire et international « Vies d’objets, souvenirs de guerres ». Précisément, il s’agit de retracer des vies d’objets en les positionnant au sein d’un continuum où se succèdent des investissements politiques, symboliques, affectifs et/ou patrimoniaux. Ceci à partir du moment où un conflit, quels qu’en soient l’époque et le lieu, est investi d’une dimension mémorielle. Un objectif scientifique qui est en lien avec des préoccupations sociales, les objets étant non seulement au centre de plusieurs expositions à dimension historique (voir, par exemple : « 1917 », Centre Pompidou-Metz, 2012 : « Vies d’exil 1954-1962. Des Algériens en France pendant la guerre d’Algérie », Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 9 octobre 2012-19 mai 2013), mais au cœur de parcours muséaux dont celui du nouveau Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion (Gravelotte, Moselle).

Un questionnement à plusieurs entrées
Si des travaux envisagent la dimension sociale des objets selon une perspective qui, d’une part, est celle de la création et/ou de l’innovation et, d’autre part, fait référence aux traces collectives les constituant (Appadurai, dir., 1986 ; Bromberger, Chevallier, dirs, 1999), c’est à la « carrière » privée et/ou publique des objets que le colloque s’attachera. Il le fera en invitant des chercheurs de disciplines différentes à partager leurs points de vue et résultats, non seulement ceux qui, traditionnellement, s’intéressent aux objets (anthropologues, ethnologues, historiens et archéologues, chercheurs en sciences de l’information et de la communication, sociologues…), mais aussi à d’autres (chercheurs en littérature, en sciences de l’art, en sciences du langage…). Ceci pour renouveler les approches et mieux comprendre le rapport que les objets entretiennent au souvenir, au témoignage, à l’histoire et/ou à la médiation mémorielle en tenant compte, à l’instar des carrières professionnelles, des seuils, des étapes, des bifurcations…
Pour autant, si la dimension économique peut croiser ce projet, elle sera abordée comme l’une des manifestations par lesquelles un objet marque sa présence au monde. Il en sera de même des caractères culturels, politiques, esthétiques dont il est attendu qu’ils soient mis en résonance avec des vies d’objets… De ce point de vue, dans The Social Lifes of Things. Commodities in Cultural Perspectives (Appadurai, dir.,1986), il était déjà question de contester et dépasser le clivage ordinaire entre valeur d’usage et valeur d’échange pour montrer la complexité à l’œuvre dans la notion de valeur. Précisément, la valeur est ici autant d’usage que d’échange : elle s’attache à des objets dont les propriétés qui sont celles de leur utilisation en temps de guerre, se sont transfigurées au fur et à mesure de leurs usages/échanges ultérieurs. À l’instar du casque du soldat Leguay, les objets ayant appartenu à une personne connaissent une vie qui transcende la singularité du sujet pour viser le collectif tout en ne la négligeant pas. Si le casque découvert sur un champ de bataille traduit la violence des armes qui ont provoqué la mort de milliers d’hommes, l’interprétation résultant de l’analyse des impacts d’obus permet à la famille de savoir comment un aïeul est mort.
Au vu de ce cadrage, quatre axes de travail sont envisagés. L’un considère ces objets – notamment – à l’aune du modèle d’objet-frontière (Star, 1988 ; Star, Griesemer, 1989) qui permet de mettre en évidence les traits relatifs à la flexibilité interprétative, à la structure matérielle et organisationnelle, aux questions d’échelle et de granularité. Un autre consiste à explorer la dynamique et les processus à l’œuvre dans l’appropriation et les modes de circulation des objets dans le temps et dans l’espace ; un autre encore où les objets sont considérés comme des partenaires à part entière des interactions sociales. Enfin, les objets porteurs de mémoire ou d’histoire ont pour fonction de dire ce à quoi nous tenons. De ce point de vue, ne peut-on avancer qu’ils comptent doublement ? Ce qui est susceptible de faire débat, si ce n’est d’ouvrir des controverses.

La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 15 mars 2014
Voir le texte complet de l’appel à communication et les renseignements pratiques.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

La céramique domestique du Premier Moyen Âge (VI-XIIe siècles)

Rachel Prouteau vous convie à assister à sa soutenance de thèse qui se déroulera le 16 novembre 2013 à l’université de Lorraine.

Depuis un quart de siècle, l’archéologie préventive a permis de découvrir un nombre considérable de sites d’habitats ruraux et urbains du premier Moyen Âge, riches en céramiques. Ce mobilier entièrement neuf a permis d’entreprendre pour la première fois l’étude de la céramique domestique de la vallée de la Moselle. Alors que l’essentiel des connaissances portait jusqu’à présent sur la céramique funéraire, il devenait possible de réaliser l’étude technique de la céramique domestique.

Si des caractéristiques de l’Antiquité tardive sont encore visibles à travers certains récipients à pâte rugueuse et à pâte fine, les VIe-VIIe siècles se déterminent par la production de formes nouvelles probablement issues du monde franc : vases et écuelles carénés, jattes à paroi évasée, tasses, pots globulaires peu décorés à fond plat avec ou sans oreille de préhension. Ce mobilier est comparable aux productions des grands ateliers de la période mérovingienne comme Mayen, Huy et Maastricht.

A partir du VIIIe siècle, une rupture morphologique intervient dans la céramique domestique. On observe une diversification des formes fermées (pots, pots ansés, pots verseurs, cruchons) et des formes ouvertes (poêlons, jattes/écuelles à base en piédestal, écuelles à paroi arrondie, gobelets tronconiques et couvre-feux). Les pots à oreilles de préhension ou à col perforé évoluent vers des formes plus globulaires avec des fonds bombés. Leurs décors se composent d’ondulations associées ou non à des lignes incisées.

Les courants stylistiques introduits dans la région à partir du VIIIe siècle traduisent une forte influence venue de Belgique, du Luxembourg, des Pays-Bas et de la vallée du Rhin, influence qui peut être mise en rapport avec l’expansion carolingienne qui facilita les échanges.

La période des Xe-XIIe siècles habituellement synonyme de révolution en Europe occidentale surprend par une forte continuité technique et morphologique des différents types de récipients. Le nombre de pots à oreilles de préhension diminue au profit de pots à col perforé de trous de suspension. Les formes ouvertes se réduisent aux jattes, aux écuelles à paroi évasée et aux couvre-feux. Les décors sont rares, présents seulement sur quelques pots et pots ansés. Les productions restent caractéristiques de celles de l’Europe du nord-ouest.

Il faut attendre le début du XIIIe siècle pour rencontrer une véritable révolution céramique et entrer dans une nouvelle aire chrono-culturelle.

« Patrimoines et archéologie dans les paysages et les sites de la Guerre de 1914-1918 » à l’université de Lorraine

leomont_2Dans le cadre de l’enseignement en tronc commun (UE 12) du master mention HPEE (Histoire, Patrimoines, Études européennes), les disciplines de la spécialité Patrimoines et Archéologie – Histoire, Arts et Archéologie – de l’université de Lorraine se réunissent autour d’un thème fédérateur et d’actualité : la Grande Guerre, dont nous nous apprêtons à célébrer le centenaire et à propos duquel treize départements français déposent un dossier national sur les paysages culturels de 1914/1918 auprès de l’UNESCO.

Paysages, sites et hommes de la guerre de 1914-1918 seront discutés sous le prisme de diverses disciplines. Seront abordés les critères d’identification des paysages et des sites, la méthodologie patrimoniale spécifique à cet événement historique (inventaire, prospection et détection, protection, valorisation, etc.) et les méthodes de mise au jour des vestiges de la Grande Guerre, entre archéologie et médecine légale.

Télécharger le programme : UE 12_TC_Patrimoine et paysage grande guerre_programme

Le cours est ouvert à toute personne intéressée.

Illustration : le Léomont (copyright J.-P. Puton)

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Chantier d’archéologie du bâti à Faucogney (27 octobre – 2 novembre 2013)

 

Le chantier est corganisé par l’associations Nord-Est-Archéologie en partenariat avec le Pôle Archéologique de l’Université de Lorraine.

S.H.D., Archives du génie, château de Vincennes, atlas 103
S.H.D., Archives du génie, château de Vincennes, atlas 103

Ce chantier porte spécifiquement sur les signes lapidaires de l’enceinte urbaine de Faucogney. Il vise à renseigner le contexte chronologique mais surtout technique et logistique de sa construction. Plus de 300 marques  sont conservées sur les vestiges de l’enceinte et feront l’objet d’observations permettant de mieux les comprendre (type de signe, position sur la pierre, caractéristiques techniques du sillon, gabarit du bloc, traces d’outils associées, etc…).

Une approche comparative, avec les nombreux cas alsaciens voisins notamment, permettra ensuite de préciser la chronologie de ces marques et, par conséquent, l’érection de l’enceinte, probablement bien antérieure à son apparition dans les textes en 1385.

Des examens complémentaires sur l’église paroissiale de Faucogney et la chapelle Saint-Martin qui comptent également des signes lapidaires complétera les observations.

Renseignements et inscriptions : vianney.muller@univ-lorraine.fr

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Journée de rencontres et d’informations archéologiques de l’ADRAL à Verdun (13 octobre)

Logo ADRALA D R A L
JOURNEE DE RENCONTRES ET D’INFORMATIONS ARCHEOLOGIQUES A VERDUN
Dimanche 13 Octobre 2013 à VERDUN (55), Centre Mondial de la Paix, place Monseigneur Ginisty, accueil à partir de 8h 30

Liste des communications :

9h 15 Murielle LEROY Panorama de la recherche archéologique récente en Lorraine
9 h 45 Franck MOUROT Le site de Nasium , des études de terrain à la reconstitution virtuelle
10h 15 J-Claude SZTUKA Etat des connaissances sur le site gallo-romain de Senon et le complexe cultuel d’Amel
10h 45 Claude STOCKER Le gisement magdalénien des Dames de Meuse à St-Mihiel
11h 15 Valérie SERDON, Arnaud LEFEBVRE, Laurent VERMARD Les fouilles de St-Vanne

12h Repas au Centre de la Paix

14h Deborah SEBAG Vestiges du Haut-Empire à Tarquimpol
14h 30 Marc GRIETTE Nouvelles données sur le paléolithique moyen de la vallée de la Moselle en aval de Metz
15h Gael BRKOJEWITSCH Les fouilles gallo-romaines et médiévales de Laquenexy
15h 30 Francis PIERRE Prospections thématiques des mines-fonderies à St-Maurice-Bussang
16h Lonny BOURADA et Sebastien JEANDEMANGE Les fouilles de Pont-à-Mousson
16h 30 Lonny BOURADA Les fouilles de Nancy-Grand-Coeur

Bulletin de participation : Coupon réponse ADRAL

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Contrats doctoraux à l’université de Lorraine : deux sujets d’archéologie au concours

Le concours pour l’attribution des contrats doctoraux de l’université de Lorraine pour l’année 2013/2014 est ouvert. L’école doctorale Langages, Temps et Société propose deux sujets d’archéologie dans la liste des sujets prioritaires, inscrits dans les programmes de recherche de l’EA 1132 – HISCANT-MA, axe 2 « Confins, contacts et transitions du monde antique et médiéval ».

Les thermes du musée de la Cour d’Or à Metz

Contribution à l’étude de l’architecture thermale et du décor dans l’Empire romain

Dir. Prof. Sandrine Huber

Les thermes du musée de la Cour d’Or à Metz sont l’un des plus grands bâtiments thermaux romains de Divodurum Mediomatricorum. L’étude de leur architecture monumentale et de leur décor constitue une référence pour l’architecture d’applique des monuments publics de Divodurum et permet des comparaisons dans l’Empire romain, en particulier en Gaule Belgicae. La thématique est diachronique, avec la réalisation de plans de l’ensemble des vestiges et une restitution en trois dimensions des structures que l’histoire a liées sur le site depuis la période romaine jusqu’à aujourd’hui : les thermes, le couvent des Carmélites, le musée de la Cour d’Or et des habitations modernes. La thématique est donc tant scientifique que muséologique.

 

La céramique antique de l’agglomération secondaire de Grand (Vosges) 

Dir. Prof. Sandrine Huber

La vaisselle en céramique, manipulée dans tous les contextes – quotidien, artisanal, religieux, funéraire – est un marqueur essentiel dans l’étude des sociétés. Elle représente, dans le débat sur la fonction du site antique de Grand, dans la cité des Leuques, un élément majeur presque inexploité jusqu’à présent. L’enjeu est triple : établir un référentiel chrono-typologique cohérent et efficace de la vaisselle céramique pour l’agglomération secondaire de Grand ; étudier des ensembles céramiques recueillis dans les ciuitates voisines de la Gaule de l’Est et au-delà (Centre ou Nord) ; en assurer une mise en perspective avec le débat actuel sur le caractère du site antique de Grand, simple agglomération ou sanctuaire.

Plus d’informations sur le site de l’école doctorale LTS : http://lts.univ-lorraine.fr/?contentId=4521

 

 

 

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Participation de l’Université de Lorraine aux Journées nationales de l’archéologie (7-9 juin)

Capture d’écran 2013-04-23 à 14.54.53L’Université de Lorraine, par le biais du Pôle Archéologique Universitaire de l’EA 1132 HISCANT-MA et du département d’histoire de l’art et d’archéologie, participe aux prochaines Journées nationales de l’archéologie, les 7, 8 et 9 juin 2013 en proposant deux manifestations (gratuites, pour tout public) :

— sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, présentation des activités de recherche, démonstrations des outils et techniques utilisés et visite guidée du musée archéologique universitaire (10h-16h, vendredi 7 et samedi 8 juin) ;

— à Darnieulles, dans les Vosges, visite guidée du chantier archéologique de la maison forte (10h-12h et 14h-17h, vendredi 7 et samedi 8 juin ; 14h-17h, dimanche 9 juin).

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : « La villa gallo-romaine de Damblain (Vosges) : des bains aux décors luxueux » (Sarrebourg, 22 mars)

Conférence BoulangerKarine Boulanger, archéologue à l’INRAP, donnera le vendredi 22 mars à 20h30, au musée du Pays de Sarrebourg une conférence intitulée : « La villa gallo-romaine de Damblain (Vosges) : des bains aux décors luxueux ».

 

En 2008-2009, la fouille archéologique préventive Inrap de Damblain (Vosges), réalisée sur une superficie de 5 ha, a permis de mettre au jour une villa gallo-romaine dans la totalité de son emprise. La cour agricole (pars rustica), entourée de bâtiments annexes, fait face à une résidence luxueuse (pars urbana), ouverte sur un jardin et bordée d’un bassin.
Entre autres découvertes, le bâtiment résidentiel a livré l’heureuse surprise d’un secteur thermal dans un état de conservation exceptionnel. Conçues dans le courant de la seconde moitié du Ier siècle après J.-C., les différentes salles constituant ces bains sont dotées de riches décors d’opus sectile, de placages, d’enduits peints et de mosaïque.
A l’issue de la fouille, la précision des informations archéologiques a permis de réaliser une série de restitutions 3D révélant les élévations des bâtiments et les décors des salles thermales.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée d’étude « Murs et enduits de la maison rurale Lorraine »

Détail du décor géométrique
Décor géométrique brun et bleu de la tour nord de la maison forte de Louvigny réaménagée pendant la première guerre mondiale.

Maisons Paysannes de France et le Comité d’Histoire Régionale de Lorraine proposent le samedi 16 mars à Vaudémont, une journée d’étude consacrée à l’étude des « murs et enduits de la maison rurale Lorraine« .

Le programme de la journée  :

09H00 : Accueil
09H15 : L’usage du mortier de chaux dans le bâti monumental aux XIe-XIIIe siècles en Lorraine par Cédric MOULIS,
ingénieur d’études, Pôle archéologique – Université de Lorraine
10H00 : Le mur médiéval et moderne en contexte domestique, configurations lorraines par Ivan FERRARESSO,
archéologue à l’INRAP
10H45 : Vivre l’architecture en couleur : enduits extérieurs et décors peints. Quelques exemples en Lorraine XVIe-XIXe par Mireille-Bénédicte BOUVET,
directeur du Service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel – Nancy
11H30 : Le torchis, origine de ce matériau, qualités et techniques de mise en œuvre par Gilbert SOMEIL,
entrepreneur en maçonnerie
12H15 : Déjeuner libre, possibilité de déjeuner sur place (18 € par personne hors boisson, à réserver sur le coupon-réponse, à régler sur place)
14H00 : Les matériaux de construction du XXe siècle : l’apport des deux reconstructions par Jean-Yves HENRY, Ingénieur,
Service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel – Nancy
14H45 : Connaissance et restauration des murs, enduits et pierres de taille des maisons rurales lorrainespar Jean-Gabriel MACAIRE,
entrepreneur en maçonnerie
15H30: Visites à Vaudémont par Cédric MOULIS
16H30 : Fin de la rencontre

 

La participation à la journée est gratuite mais sur inscription à faire parvenir avant le 8 mars adresser par mail à chr@lorraine.eu (formulaire_inscription)

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Premiers résultats sur la tour d’habitation de Darnieulles

La première campagne d’archéologie du bâti effectuée en août 2012 s’est concentrée sur l’étude des élévations intérieures du bâtiment.

Cette tour d’habitation édifiée par les sires de Darnieulles est datée par la critique historique du début du XIIe siècle. De plan quadrangulaire (15 x 11 m), ses murs font 1,25 m d’épaisseur. La face ouest mesure encore 12 m de hauteur. Le bâtiment présente trois niveaux. Le rez-de-chaussée était aveugle et devait être réservé à une fonction de stockage. Son niveau de sol n’est pas reconnu.

L’étage domestique mesure 12,50 m de long, 8,60 m de large, soit une surface de 110 m2, et présente une hauteur de 4,50 m. Il est doté d’éléments de confort, même si aucune latrine n’est reconnue. La cheminée (lg. 1,05 m) présente un conduit en biais. Les piédroits sont réalisés en grès. La hotte, posée sur consoles, n’existe plus, et nous ne pouvons que spéculer sur sa forme circulaire ou rectangulaire. Cette cheminée est l’une des, sinon la, plus ancienne connue dans l’est de la France. Sept fenêtres en sifflet sont réparties en trois types distincts sur l’ensemble des faces du bâtiment. L’étage était sans doute divisé en deux pièces, éventuellement séparées par une cloison en bois. Ce niveau d’habitation manifeste pourrait ainsi être assimilé à l’aula et à la camera. La porte d’entrée culmine au sommet d’une tour demi-circulaire adossée à la tour d’habitation, et dont il ne reste que les arrachements. On y accédait par un escalier en bois, voire une échelle. La porte présente une ouverture de 0,70 x 1,80 m à l’extérieur et 1,05 x 2,35 m à l’intérieur. Elle se fermait avec une poutre en bois logée dans l’épaisseur de la maçonnerie. À l’extérieur, elle est couronnée d’un linteau monolithe plat, sur lequel repose un second linteau à extrados segmentaire, lui-même couvert par un arc de décharge. Des traces de rubéfaction sur le parement au niveau du plancher laissent imaginer un violent incendie. Ce plancher devait reposer sur une armature en bois supportée en partie par des piliers.

Chéneau d’évacuation des eaux pluviales

L’ensemble était couvert d’une charpente composée de deux entrais, dont les logements sont encore identifiables, supportant une toiture en bâtière. Un chéneau d’écoulement des eaux de pluie a été mis en évidence le long du mur sud. Un parapet maçonné protégeait la toiture, qui restait invisible depuis le sol. Le fragment de tuile creuse très épais et ceux de TCA retrouvés au sein des maçonneries suggèrent que le bâtiment était initialement couvert de tegulae. Les morceaux de TCA retrouvés dans les gravats de la partie sommitale de la face sud montrent que l’édifice a été ensuite couvert de tuiles plates et creuses.

Fragment de tegula retrouvé dans la maçonnerie

L’ensemble de la tour est construit avec un calcaire à entroques issu des couches du Muschelkalk supérieur (t5), sur lequel le bâtiment est assis. Il s’agit de moellons (17 x 8 cm de gabarit moyen), assez finement équarris et bien assisés. L’appareillage présente peu de ruptures, essentiellement une reprise au centre de l’élévation sud, datée par C14 des années 1312-1433. Cette reprise pourrait ainsi être contemporaine de la grande phase d’extension du site et sa transformation en maison forte. Tous les éléments architecturés sont réalisés dans un grès à Voltzia à grains fins dont les nuances varient du rose au gris, issu des couches géologiques du Buntsandstein supérieur, qui affleurent à 2 km au sud. Un moyen appareil, situé au même niveau que les fenêtres, renforce la structure de la tour et donne une cohésion aux différentes faces, ce qui pallie à l’absence de contreforts sur le parement extérieur. Les chaînes d’angle sont également réalisées en grès, dont la hauteur des pierres équivaut à 3, voire 4 assises de moellons calcaire.

Le blocage des murs est constitué de calcaire, disposé à plat ou en épi. Ce dernier cas est un bon marqueur chronologique puisque ce principe est connu des bâtiments lorrains pour les XIe-XIIe siècles. La disposition en épi se présente en petites sections de quelques décimètres à 2 mètres. Les assises de réglages sont observables uniquement dans le blocage, à intervalles relativement réguliers (40 à 50 cm en moyenne). D’une face à l’autre du bâtiment, elles ne sont pas forcément alignées, ce qui montre une gestion non harmonisée du montage de la maçonnerie. Les pierres sont liées par un mortier de chaux et de sable beige, dans lequel on remarque par endroit des inclusions de tuileau. Le parement présente des joints creux, permettant l’accroche du pré-enduit. Sa datation (1019 à 1155 par C14) le fait attribuer à l’édification du bâtiment. Dans le cœur de la maçonnerie, le mortier apparaît plus blanc et avec moins d’inclusions. Il était apparemment très fluide, en témoignent les interstices entre les pierres qu’il a comblé par écoulement. Une vingtaine d’échantillons de mortiers ont été prélevés sur les élévations internes. Leur analyse est en cours.

101 trous de boulins, presque tous maçonnés et traversant, ont été recensés. L’ouverture, carrée, mesure en moyenne 11 cm. La gaine est maçonnée et est couverte de pierres formant linteaux. Les trous sont généralement perpendiculaires au mur, mais certains sont disposés en biais. La plupart du temps, un seul boulin les traversait, mais dans les parties basses, on observe des trous au sein desquels deux boulins pouvaient être reliés. La section des boulins était circulaire. Nous comptabilisons jusqu’à dix niveaux de platelage, espacés de 1 m à 1,20 m. Cette fréquence est destinée à faciliter la tâche des maçons en leur évitant des positions de travail inconfortables. Sur les grands côtés, les boulins sont alignés sur cinq rangées verticales alors que les petits côtés n’en comptent que trois. Les niveaux de platelage, identiques sur l’ensemble des élévations, suggèrent une phase unique de travaux. Quelques décalages dans l’organisation verticale des trous s’expliquent toutefois par la proximité d’une ouverture, un changement de perche, ou un oubli de placer le boulin. Ce principe d’échafaudage à platelage régulier et à un rang de perche est une constante dans les constructions militaires, civiles ou religieuses du XIe siècle.

La tour d’habitation de Darnieulles présente certaines caractéristiques techniques et stylistiques qui se rapprochent de donjons plus imposants, tels Vaudémont (54), Salives (25) ou Langeais (37). Ces comparaisons, les analyses physico-chimiques et la mise en œuvre des matériaux nous autorisent à repenser la période d’édification du bâtiment, en l’élargissant au XIe siècle.