Archives de catégorie : Actualité lorraine

Annonces de conférences en Lorraine

Les carrières à l’honneur en avril

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’EA 1132 Hiscant-MA travaille sur deux carrières ce mois d’avril, dans le cadre du PCR « La pierre en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ».

 

Tout d’abord, un relevé topographique a été réalisé lundi 2 avril sur la carrière du Petit Septfond, sur la commune de Vaucouleurs (Meuse). Cette carrière a exploité un calcaire à Astrates de couleur ocre. Son front s’étend sur 350 mètres de long et atteint parfois plus de 7 mètres de hauteur. Toutefois, aucun front de taille n’est actuellement visible, l’ensemble est caché par une couche de végétation et par le recouvrement. L’arrêt de la carrière semble donc ancien. Elle ne figure pas sur les cartes géologique du BRGM, même à titre d’ancien site carrier. L’étude de ce relevé topographique permettra de comprendre la logique d’exploitation de cette pierre. Les volumes extraits sur le site paraissent importants, et n’ont pu uniquement servir à la construction de la maison forte de Gombervaux au milieu du XIVe siècle, située à 2000 mètres de là. La carrière est installée sur la même isométrie que la maison forte, dont seuls les soubassements sont réalisés avec cette pierre, le reste du bâtiment étant constitué d’un calcaire blanc dit de Saint-Germain, plus fin et plus aisé à la taille. Ce calcaire ocre possède des caractéristiques de résistance qui en font un bon candidat pour l’emploi dans les fondations et les parties soumises aux remontées capillaires.

Carrière du Petit Septfond Carrière du Petit Septfond (cliché J. Guillaume)

 

La carrière du Streitwald (Commune d’Abreschwiller, Moselle) offre quant à elle une typologie fort différente. Elle présente pour l’heure deux ilots d’extraction d’une quinzaine de mètres d’envergure et d’une hauteur ne dépassant pas un mètre. Toutefois, ce site fait l’objet d’un sondage qui se déroule du 10 au 20 avril, sous la direction de Dominique Heckenbenner et son association ARAPS, et auquel prend part le Pôle Archéologique Universitaire, avec le concours de 5 étudiants. Le but est de reconnaitre la puissance du front de taille et de retrouver des indices et artefacs permettant de mieux cerner la datation de ce site, estimé pour l’heure des XIe-XIIIe siècles. Une première synthèse concernant ce site a été livrée au mois de mars.

 

 

Colloque « De Domremy… à Tokyo : Jeanne d’Arc et la Lorraine » (24-26 mai 2012)

 
A l’occasion de la commémoration du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc, un colloque universitaire international est organisé par l’Université de Lorraine, le conseil général des Vosges, le conseil général de la Meuse et la ville de Vaucouleurs sous la direction de Catherine GUYON (maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Lorraine, Cruhl Nancy-Metz) et de Magali DELAVENNE (directrice du centre d’interprétation de Domremy) les 24, 25 et 26 mai 2012 à Domremy et Vaucouleurs.
25 chercheurs français et étrangers reprendront, à partir des recherches récentes et avec des problématiques nouvelles, le dossier de la naissance, l’enfance et de la jeunesse de Jeanne d’Arc. Ce sera l’occasion de rappeler le contexte politique des marges lorraines au début du XVe siècle et de préciser les cadres géographiques et administratifs complexes de ce secteur mettant en contact royaume de France, duché de Lorraine et Barrois, en s’intéressant plus spécialement au concept de frontière. Les communications porteront sur la famille de Jeanne et ses jeunes années replacées dans leur environnement villageois quotidien (grâce aux apports des textes et de l’archéologie), mais aussi dans leur contexte religieux (les cadres paroissiaux et diocésains en particulier l’officialité, les « voix », le prophétisme, les modèles de sainteté) et social (présentation des villes de Vaucouleurs et de Neufchâteau, habitats de la petite noblesse lorraine au début du XVe siècle). Il sera aussi question du retentissement dans l’espace lorrain et des régions limitrophes de son épopée, des enquêtes menées à Domremy lors des procès, ainsi que de la fausse Jeanne d’Arc, Claude des Armoises, sur laquelle des éléments nouveaux ont été découverts. Les intervenants aborderont enfin les enjeux de cette commémoration et s’interrogeront sur l’image de Jeanne, figure majeure de l’histoire de France, à la fois, enjeu politique, emblème féminin, modèle d’enfance et sainte de l’Eglise. En effet, loin de s’arrêter aux frontières hexagonales, la figure de Jeanne d’Arc a rayonné dans le monde entier, comme  le révèle l’exemple du Japon où elle est très connue du grand public et a constitué une source d’inspiration pour artistes, acteurs de théâtre et écrivains.

Les communications se tiendront de 9 h 30 à 18 h les 24 et 26 mai à l’auditorium du Centre d’Interprétation de Domrémy et le 25 mai à la salle Lyautey de Vaucouleurs. Elles seront entrecoupées de visites guidées des sites johanniques de Domrémy (maison natale, église Saint-Remy,  basilique du Bois-Chenu, chapelle de Bermont) et de Vaucouleurs (fortifications et topographie historique de la ville, chapelle Notre-Dame des Voûtes, musée Jeanne d’Arc).

Présentation du colloque sur le site du CRUHL

Programme du colloque Domremy Tokyo

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence sur des villae romaines en pays médiomatrique (INHA, 11 avril)

M. Reddé annonce que son séminaire de l’EPHE sera le cadre d’une intervention sur des villae fouillées par l’INRAP en Moselle :

« Deux exemples de recherche sur les villae romaines en pays médiomatrique »

Monsieur Jean-Denis Laffite, ingénieur à l’INRAP, présentera de nouvelles recherches associant fouilles, prospections géophysiques et pédestres dans le cadre de mon séminaire de l’EPHE, le 11 avril 2012, de 14h à 16 h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris (salle Walter Benjamin).

Le premier exemple porte sur la villa domaniale et le hameau médiéval de « Larry », à Liéhon (Moselle, site de l’Aéroport Régional Lorraine) dont la pars urbana a été fouillée en 2003 sur 3 ha et le hameau médiéval et la pars rustica étudiés en prospections au sol, magnétiques et électriques en 2005-2009 sur 9 ha .

Jean-Denis Laffite présentera ensuite la villa et le site gaulois et augustéen de « Nalving », à Bassing (Moselle, site de la LGV Lorraine 2e tranche « Tête d’Or ») dont l’établissement gaulois et augustéen ainsi que la pars urbana ont été fouillés en 2010 sur 4 ha tandis que la pars rustica était étudiée en 2011 sur 4 ha grâce à des prospections pédestres et magnétiques.

Via http://archeologie.pour.tous.over-blog.fr/article-conference-a-paris-100867520.html
 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence sur Grand à Bliesbrück (24 mars 2012)

Thierry Dechezleprêtre, conservateur du patrimoine au conseil général des Vosges, donnera une conférence sur Grand le samedi 24 mars à 16h au parc archéologique européen de Bliesbrück-Reinheim, avec pour thème :

« l’agglomération antique de Grand (Vosges) : actualité des recherches »

Source : http://www.cg57.fr/actus/Pages/BLIES_conf_agglo-antique-Grand.aspx

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Une maison de maître du Ier au IIIe siècle à Grand

Bref compte-rendu sur le site de l’INRAP de la fouille de Michel GAZENBEEK à Grand :

Entre juin et octobre 2011, en amont de la création d’un lotissement, une fouille menée à Grand a permis la mise au jour d’une imposante villa au pied du rempart de l’agglomération gallo-romaine. Durant l’Antiquité, Grand est identifié à un sanctuaire des eaux dédié à Apollon Grannus. La découverte d’enduits peints permettent d’en restituer les décors et d’identifier la fonction de ses nombreuses pièces. La fouille d’une villa de cette envergure et de ce luxe dans son intégralité et dans un milieu urbain antique est rarissime.

Lire la suite http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Actualites-des-decouvertes/Les-dernieres-decouvertes/2012-2011/p-14073-Une-maison-de-maitre-du-Ier-au-IIIe-siecle-a-Grand.htm

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus