Archives de catégorie : Autre actualité archéologique

Autre actualité archéologique

Colloque « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » (Strasbourg, 16-18 mars)

 

L’Université de Strasbourg  organise du 16 au 18 mars un colloque international intitulé « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » dont plusieurs communications concernent les collections de photographies archéologiques anciennes et leurs usages pédagogiques.

La collection de plaques de l’Institut d’archéologie classique, créé en 1902 par Paul Perdrizet à la faculté des lettres de Nancy, fera ainsi l’objet d’une communication autour du rôle personnel de son fondateur dans la constitution du fonds :

« De la commande à la pratique de la photographie archéologique : la collection des plaques photographiques de Paul Perdrizet à l’université de Nancy (1899-1938) » par Samuel Provost, mercredi 16 mars, 16h40.

Programme complet du colloque

[Mise à jour du 24 mars 2016]

Les communications filmées du colloque peuvent être entièrement visionnées sur le site de Canal C2, la web-télé de l’université de Strasbourg.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Les rituels de la crémation dans le monde romain

Image 27Onzième et dernière conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 8 décembre 2015 à 18h, salle A226

par Henri Duday (CNRS, UMR 5199 PACEA)

Duday_VueGénérale06B L’étude anthropologique des sépultures secondaires à crémation s’est principalement focalisée sur une approche quantitative des restes humains. Il est apparu que la masse était un paramètre préférable au décompte des fragments : masse totale des os humains contenus dans le réceptacle funéraire, représentation relative des différentes régions anatomiques dans l’ensemble du dépôt, puis dans chacune des passes de démontage, ce qui renseigne sur les modalités de la crémation et la manière dont a été réalisée la collecte des os brûlés sur l’aire de combustion.
Duday_Stèle02CDes travaux récents sur les nécropoles de la Porta Nocera à Pompéi et de la Via Triumphalis à Rome, plus accessoirement sur celles de Classe à Ravenne et de Cumes, ont été l’occasion de mettre en œuvre une voie encore peu explorée dans de tels contextes, à savoir la recherche systématique des liaisons ostéologiques de deuxième ordre (collage de fragments jointifs, appariement d’os symétriques, appartenance à un même ensemble pathologique) qui permettent d’identifier des fragments osseux se rapportant au même individu. Les tests ont été réalisés –  et des résultats significatifs obtenus – entre divers compartiments de la même tombe ou d’un même monument, entre différentes tombes d’un même mausolée ou d’un même enclos funéraire et même entre des mausolées différents. Il a aussi été possible d’établir une relation de complémentarité entre les résidus d’un bûcher restés en place et le contenu d’une tombe, de dégager les critères spécifiques qui caractérisent le produit du curage d’une aire de crémation et de reconnaître ce qui paraît être une « sépulture d’attente ». Enfin, il est apparu que certaines fosses « à cendres » énigmatiques étaient liées à des tombes.
Au-delà des informations cumulées que livre l’analyse quantitative, ces données éclairent d’un jour nouveau certains aspects du « fonctionnement funéraire » dans les nécropoles romaines.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

La main du peintre. Peindre et dorer les figurines en terre cuite à l’époque hellénistique

Image 37

Deuxième conférence                                                                                                  autour du musée archéologique de l’université de Lorraine

La main du peintre. Peindre et dorer les figurines en terre cuite à l’époque hellénistique

Image 32

par Brigitte Bourgois, conservatrice en chef du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF) et Violaine Jeammet, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre

mercredi 2 décembre 2016      18 heures

Campus Lettres et Sciences humaines, 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY

salle A104

 

Image 31La polychromie sur les figurines en terre cuite de la Grèce antique est attestée depuis longtemps mais, contrairement à la grande sculpture et à l’architecture, elle n’est devenue objet d’étude approfondie que fort récemment. Aussi les travaux menés dans ce domaine par le musée du Image 33Louvre et le C2RMF depuis plus de quinze ans font ils figure de pionniers en croisant observation de la surface par vidéomicroscopie et analyses de pigments. C’est ainsi que nous sommes aujourd’hui en mesure de mieux appréhender et caractériser les techniques de peinture et de dorure utilisées par les artisans du monde grec hellénistique et d’apprécier les subtilités d’un art véritablement pictural (nuances chromatiques, effets de clair-obscur, éclat de la dorure etc.). Au-delà de l’examen matériel, cette étude permet également de poser la question du statut des artisans….et des œuvres.

Cette conférence fait suite à celle qui a été présentée par Anne Coulié, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, le  14 octobre 2015 (voir http://arula.hypotheses.org/1400).

Informations sur le musée : http://www.univ-lorraine.fr/le-musee-archeologique

Affiche de la manifestation : Affiche conférence -2015_12_02_La main du peintre

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Évolution des pratiques funéraires dans les nécropoles de Cumes : de Kymè à Cuma

Image 27

Dixième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 1er décembre 2015 à 18h

par Gaël Brkojewitsch (Metz Métropole, Pôle d’archéologie préventive)

Brkojewitsch_CumesD35ballon3_12TBLight
La ville de Cumes, décrite par Strabon (V, 4, 4-5) comme la plus ancienne colonie grecque, est située à 25 km de Naples sur la côte tyrrhénienne, face à l’île d’Ischia. Depuis 1993, la Surintendance archéologique de Naples et Caserta a porté un projet de recherche (Kymè). Le Surintendant a suscité la collaboration de trois instituts de recherche : l’Università Federico II, l’Università L’Orientale et le Centre Jean Bérard. La première institution s’est vue confier les fouilles du forum, la seconde celles des remparts et des quartiers d’habitation et la dernière, une recherche plus ample sur les abords de la ville.

Image 27Au nord des remparts de la ville, les contextes s’échelonnant de l’âge du Fer (les tombes des Opikoi) jusqu’au Moyen Âge, ont permis de travailler sur la chronologie et la topographie du site, sur sa sédimentologie et l’évolution de son environnement sur une longue durée.

La fouille minutieuse de plusieurs quartiers funéraires visait à décrire l’évolution de l’architecture et des pratiques funéraires. Les travaux n’ont pas ciblé pas uniquement les monuments des notables : ils cherchaient à appréhender dans le détail l’ensemble des vestiges, les tombes d’aristocrates comme celles des personnages plus modestes, ce qui aboutit à une compréhension fine de l’organisation des espaces funéraires.

Forcément pluridisciplinaire, l’étude d’une nécropole complexe et stratifiée a nécessité l’intervention de nombreux spécialistes (géoarchéologue, céramologue, carpologue, anthracologue, chimiste et anthropologue) dont une partie des résultats sera présentée. Ces travaux permettent de porter un regard nuancé sur les pratiques funéraires dans cette région.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_12_01_Brkojewitsch

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

GD 42 ou le Pythion de Délos

Image 27

Neuvième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 24 novembre 2015 à 18h

par Agnès Febvey (université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)

Image 21

Le sanctuaire d’Apollon à Délos accueillit en son sein, dès la fin du IVe siècle, un bâtiment consacré à Apollon Pythien, désigné dans les comptes du sanctuaire sous le nom de Pythion. Sa localisation a longtemps fait problème, car elle était liée à celle du Kératôn, l’édifice abritant l’Autel de cornes. Maintenant, cependant, que l’emplacement de ce dernier est connu de façon certaine, l’identification du Pythion semble probable : il correspondrait à l’édifice ionique construit par les Athéniens au ive s., dont les vestiges sont visibles au Nord-Ouest de la plaine du sanctuaire. On appelle traditionnellement ce bâtiment GD 42 d’après le numéro qu’il porte dans le Guide de Délos. Notre connaissance des vestiges de cet édifice est complétée par sept inscriptions du IVe siècle émanant d’une commission de magistrats, les naopes, qui fut créée à l’occasion de la construction de l’édifice. Le Pythion de Délos, quant à lui, nous est connu grâce à une documentation épigraphique assez riche, qui permet d’obtenir du monument une image certes fragmentaire, mais définie par quelques détails architecturaux remarquables. Cette connaissance partielle du Pythion est la seule qui autorise la comparaison avec les résultats de l’étude architecturale de l’édifice GD 42, afin d’affirmer ou d’infirmer l’identité des deux monuments.

Image 25

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_24_Febvey

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine

Image 27

Septième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 10 novembre 2015 à 18h

par Marie-Dominique Nenna (directrice du Centre d’Études Alexandrines, USR 3134)

Nenna_SH_01

Si les dispositifs liés à la commémoration des morts restent mal connus dans les nécropole de surface alexandrines à quelques exceptions près, en revanche, l’aménagement d’hypogées collectifs dès le iiie siècle av. J.-C., notamment dans la nécropole occidentale, a entraîné la création de dispositifs particuliers pour honorer les défunts placés dans les loculi ou les niches ou bien, pour les privilégiés, dans des lits funéraires ou des sarcophages. Au sein même des hypogées ou en surface ont été creusés des triclinia pour les repas funéraires et des pièces dotées de bancs dont le rôle doit être précisé ; en outre des points d’eau (citernes et puits) ont été mis à la disposition de tous ou d’un groupe plus restreint. Tables et autels (taillés ou construits) prennent également place dans certains hypogées ; ils n’ont pas bénéficié d’études spécifiques, et on se propose ici d’en examiner la variété typologique, à laquelle font écho les séries abondantes des petits autels (ou encensoirs ?) en pierre et en céramique, découverts en masse dans les nécropoles alexandrines.

Nenna_SidiGaber_02

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_10_Nenna

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos

Image 27

Sixième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 3 novembre 2015 à 18h

par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

Image 3

On se souvient de l’engouement polémique suscité à la fin des années
1970 et au début des années 1980 par les publications de M. Détienne, de St. Georgoudi et de J.-P. Vernant sur « la cuisine du sacrifice ». Ces discussions, limitées alors au monde grec, restèrent très historiques et anthropologiques et ne touchèrent pas le monde de l’archéologie. Celui-ci s’avisa du profit qu’on pouvait tirer des analyses archéozoologiques et paléobotaniques que plus tardivement, grâce aux travaux de protohistoriens français, comme J.-L. Brunaux, qui s’associèrent à des spécialistes de la faune ancienne, comme P. Méniel. C’est d’abord J. Scheid, puis W. Van Andringa, qui comprirent tout le profit qu’on pouvait tirer de ces nouvelles approches et initièrent, pour le monde romain, une véritable archéologie des pratiques religieuses. Ils établirent ainsi le lien très étroit entre le sacrifice et la consommation publique ou privée de la viande, prolongeant, d’une certaine manière, les hypothèses de St. Georgoudi et de J.-P. Vernant.

Marc_Thasos_P1010646 - détailAu même moment, la mise au jour d’un macellum, au sud du centre monumental de Thasos, fournissait des bases archéologiques solides à ces réflexions. Si la découverte d’un macellum d’époque impériale, dans le prolongement de l’espace politique et religieux de l’agora, n’apportait rien, en soit, de vraiment nouveau, le fait que celui-ci prolongeait un édifice daté du tout début de l’époque hellénistique, de même plan et probablement de même fonction, repose de manière nouvelle la question de l’origine de ce type monumental.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_03_Marc

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

SÉMINAIRE « ARCHÉOLOGIE DE LA RELIGION ET DU RITE » : programme actualisé

Image 27

Le programme du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » fait l’objet de quelques modifications dans la deuxième moitié du semestre :

03.11.15     Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos, par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

10.11.15     Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, par Marie-Dominique Nenna (CNRS, Centre d’Études Alexandrines, USR 3134)

17.11.15     Les pratiques de dépôt de mobilier (sanctuaires, nécropoles, habitat) au second âge du Fer, par Stéphane Marion (SRA Lorraine, UMR 8546 AOROC)

24.11.15     GD 42 ou le Pythion de Délos, par Agnès Febvey (université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)

01.12.15     Évolution des pratiques funéraires dans les nécropoles de Cumes : de Kymè à Cuma, par Gaël Brkojewitsch (Metz Métropole, Pôle d’archéologie préventive)

08.12.15     Les rituels de la crémation dans le monde romain, par  Henri Duday (CNRS, UMR 5199 PACEA)

Toutes les séances auront lieu en salle A 104, sauf la dernière communication , le 8 décembre, qui aura lieu en salle A 226.

Programme actualisé : Séminaire Archéologie religion_rite_Programme actualisé

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Les vases du Dipylon : des fragments à l’atelier. Conférence autour du musée archéologique de l’université de Lorraine

Image 37

L’UFR Sciences sociales et humaines-Nancy organise un cycle de conférences dans le cadre d’un projet destiné à développer le musée archéologique de l’université de Lorraine en un musée-école qui bénéficiera directement aux étudiants des formations aux métiers du patrimoine et à plusieurs autres filières de sciences humaines et sociales.

Le projet « MUS-ARCHÉO. L’Antique au présent. Autour du musée archéologique de l’université de Lorraine » – opération réalisée avec le concours financier du Conseil régional de Lorraine – a pour objectif de concevoir ce musée comme un outil pédagogique, scientifique. Une plateforme pédagogique transversale associe l’enseignement des sciences humaines et sociales aux sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Les étudiants sont acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : gestion muséale, conservation préventive-restauration, muséographie-scénographie, médiation culturelle et métiers du patrimoine. Des expositions semestrielles sont organisées.

Dans ce cadre sont organisées des conférences, présentées par des professionnels du Patrimoine et des Musées, en adéquation avec l’offre de formation proposée en sciences humaines et sociales et avec les collections conservées dans le musée, sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy. Pour des informations sur le musée, voir http://www.univ-lorraine.fr/le-musee-archeologique

Image 38

Deux conférences sont d’ores et déjà au programme ce semestre, dont celle que présentera :

Anne Coulié, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre,

le  14 octobre 2015 à 18h, salle A104 au Campus Lettres et Sciences humaines, 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY

Affiche : Affiche conférence -2015_10_14_ Les vases du Dipylon

 

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Recherches archéologiques dans les sanctuaires du monde égéen : sanctuaires et temples de Kythnos

Image 27

Quatrième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 6 octobre 2015 à 18h

par Alexandros Alexandros Mazarakis-Ainian (université de Thessalie, Volos)

Capture d’écran 2015-10-05 à 13.37.41

Plusieurs sanctuaires de la capitale antique de l’île de Kythnos, dans les Cyclades (Grèce), nous sont connus par la prospection intensive qui fut conduite durant de nombreuses années. Au moins quatre sanctuaires ont été identifiés à l’intérieur de la cité, ainsi qu’un sanctuaire suburbain, à petite distance en dehors des murailles. La plupart semblent avoir été fondés au début de l’époque archaïque (vers 700 av. J.-C.) et tous furent fréquentés au moins jusqu’à la fin de l’époque hellénistique. Au sommet de l’acropole fut identifié un sanctuaire de Déméter, très probablement un Thesmophoreion et lié à l’époque classique au sanctuaire d’Éleusis. Un deuxième complexe religieux est en cours de fouille depuis 2015 en contrebas de l’acropole, qui comprend deux bâtiments monumentaux, celui du Sud comportant deux compartiments distincts et un autel à l’extérieur, alors que le bâtiment Nord pourrait être une stoa. Un troisième sanctuaire devait se trouver au sommet de la colline Nord de la cité antique. À l’extrémité nord du Plateau médian, les fouilles de 2002-2006 ont dégagé dans sa totalité un quatrième sanctuaire qui comprenait un temple bâti sur une terrasse monumentale et deux autels ; seule la petite chambre arrière – l’« adyton » du temple – était bien préservée et était pleine d’offrandes précieuses datant du début du VIIe s. av. J.-C. jusqu’à la fin de l’époque classique et provenant de régions très variées, souvent lointaines, du monde méditerranéen, ce qui suggère un rayonnement important du sanctuaire en question : relevons entre autres une centaine de bijoux en or, une quantité plus grande de bijoux en argent, des centaines d’offrandes en bronze, os ou ivoire, corail, verre, ambre, faïence, pierres semi-précieuses, des dizaines de vases entiers ou presque entiers provenant surtout des îles des Cyclades (notamment Paros), de l’Ionie du Nord, de Corinthe et d’Athènes. Un deuxième groupe d’offrandes semblables et de la même gamme chronologique a été exhumé dans un dépôt votif avoisinant.

Capture d’écran 2015-10-05 à 13.38.02

Alexandros Mazarakis-Ainian présentera les données de la prospection de surface et de la fouille, qui permettent de réviser nos perceptions concernant le sanctuaire grec aux époques archaïque et classique. Le matériel recueilli est d’une richesse exceptionnelle pour un lieu de culte d’une île des Cyclades qui n’était pas renommée durant l’Antiquité pour sa prospérité économique. L’objectif est d’essayer de saisir la nature du culte, le statut et l’identité des dédicants, et quelques-unes des pratiques dédicatoires dans le sanctuaire, afin de le placer dans le contexte des sanctuaires contemporains du monde égéen.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_10_06_Mazarakis-Ainian2

 

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Les animaux sur le site celtique du Mormont : des dépôts d’ossements aux pratiques

Image 27

Troisième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 29 septembre 2015 à 18h

Patrice Méniel (UMR ARTeHIS, Université de Bourgogne) présentera les résultats des recherches qu’il a conduit sur les animaux sur le site celtique du Mormont (Suisse, Vaud, vers 100 av. notre ère).

mormont crane

 

Les restes animaux recueillis dans plus de 200 fosses se présentent sous forme d’ossements, de parties de corps, de corps incomplets ou complets. Les mammifères domestiques sont au nombre de 335, dont 174 bœufs, 59 porcs, 55 caprinés, dont 20 chèvres et 19 moutons, 40 chevaux et 7 chiens. Les oiseaux et les mammifères sauvages sont très rares. Ces animaux ont fait l’objet de divers traitements. Certains ont été découpés, d’autres animaux non. Ces derniers ont été retrouvés sous forme de squelettes, parfois incomplets. La répartition des diverses formes de dépôts révèle une organisation d’ensemble, avec des amas culinaires en dehors de la zone centrale, alors que les squelettes sont nombreux dans cette zone (mais pas dans son centre) ; quant aux crânes, présents au nord-est et absents au sud-ouest, ils permettent de scinder le site en deux parties. L’interprétation, encore prématurée à ce stade des analyses menées sur les autres mobiliers, aborde diverses hypothèses, comme celle d’un lieu de culte ou d’un camp de réfugiés, d’assiégés ou d’un groupe en transit.

dépôt Mormont

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_29_Méniel

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Équipements architecturaux et rites dans le sanctuaire romain de Mandeure : questions et réflexions

Image 27

Deuxième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 22 septembre 2015 à 18h

Séverine Blin (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède) présentera les résultats des recherches qu’elle conduit dans le sanctuaire romain de Mandeure.

Image 30
Depuis la reprise des fouilles sur le site de Mandeure en 2001 complétée par l’utilisation de méthodes d’explorations géophysiques, nos connaissances sur le grand sanctuaire, qui se développe au sud-ouest de l’agglomération antique, ont été complètement bouleversées. Les limites ainsi que les composantes monumentales du complexe sacré sont aujourd’hui bien identifiés. Une vingtaine d’hectares entre le Doubs et la falaise sur laquelle s’appuie le théâtre sont attribués à ce vaste sanctuaire, mais si l’on ajoute le plateau qui se développe à l’arrière de l’édifice de spectacle, la surface serait portée aux environs de 30 ha. Le complexe mandurien s’inscrit donc désormais dans la série des grands sanctuaires occidentaux à édifices multiples. La présence d’une vaste enceinte de péribole qui circonscrit un espace sacré composé d’une multitude d’édifices évoque des ensembles connus ailleurs, dans des proportions équivalentes pour la capitale helvète d’Avenches, ou dans des proportions plus réduites pour le sanctuaire de l’Altbachtal, dans la capitale trévire. Comme  ailleurs également, le paysage monumental du sanctuaire de Mandeure est largement dominé par un binôme théâtre-temple, autour duquel se développent d’autres temples, aux dimensions plus réduites. Les fouilles récentes apportent par ailleurs de nombreux éléments sur les cérémonies religieuses. Cette archéologie du rituel vise à reconstituer les sacrifices et les banquets, les liturgies et les processions, les grandes cérémonies et les offrandes plus ordinaires, grâce à l’étude de l’ordonnance architecturale bien sûr, mais aussi grâce à la localisation et à l’identification de l’équipement cultuel, ou encore à la répartition et l’identification de l’instrumentum du culte et des vestiges des gestes rituels. Les traces archéologiques abondantes apportent certes beaucoup à la connaissance des modalités du culte en contexte provincial, mais leur interprétation engendre aussi de nombreuses questions que nous aborderons au fil de cette présentation.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_22_Blin

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

SÉMINAIRE « ARCHÉOLOGIE DE LA RELIGION ET DU RITE »

Capture d’écran 2015-09-10 à 18.29.39

Les enseignants-chercheurs d’archéologie de l’Université de Lorraine organisent au premier semestre 2015-2016, tous les mardis soir de 18h à 20h, un séminaire intitulé « Archéologie de la religion et du rite ».

Le séminaire rassemble douze chercheurs autour d’un des domaines privilégiés de l’actualité archéologique antique – l’archéologie de la religion et du rite – afin de confronter les méthodes d’approche et les résultats obtenus sous le prisme de trois sociétés antiques majeures : les Grecs, les Celtes et les Romains, entre bassin Égéen, Égypte hellénistique et romaine, péninsule Italique et Gaules. Il s’agit notamment de faire intervenir – en complément des enseignements en archéologie antique dispensés en master par les enseignants-chercheurs titulaires – des archéologues et des spécialistes d’archéosciences (anthropologie funéraire et archéozoologie), dont les noms sont régulièrement cités en cours de licence et master d’archéologie antique et avec lesquels les enseignants-chercheurs en archéologie antique de l’UL travaillent dans le cadre de programme nationaux et internationaux.
Le support de cours dans lequel est organisé le séminaire comporte 12h CM, mais les séances couvriront un créneau horaire de 24h afin de permettre, à l’issue de chacune des interventions, de poursuivre le débat avec les participants au séminaire : étudiants, collègues et acteurs de de la recherche archéologique et antique de la Région Lorraine et au-delà.

Ce séminaire est organisé sous l’égide de l’UFR des sciences humaines et sociales – Nancy de l’université de Lorraine, en collaboration avec la Faculté de médecine de l’université de Lorraine (mention Éthique de la santé et médecine légale, parcours Criminalistique et Archéologie), avec le soutien de l’ADRAL (Association Développement Recherche Archéologique Lorraine) et en adéquation avec les programmes scientifiques de l’HISCANT-MA.

Programme : Séminaire Archéologie religion_rite_Programme

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Exposition : Le Château des fées en l’an Mil. Une sentinelle aux portes de l’Ardenne

INVIT_Page_1

Lieu de l’exposition : Musée de l’Ardenne – Charleville-Mézières (08)

Le Château des fées est édifié sur une motte schisteuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse au nord de Charleville-Mézières. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local. Un bâtiment primitif en bois a d’abord occupé le socle schisteux. Une aula en pierre de 17,50 x 9,80 m se substitue au premier ouvrage dans la première moitié du Xe siècle. Une enceinte castrale enserrait l’ensemble et accueillait une basse-cour. La destruction du site intervient au tout début du XIIe siècle, suite à un incendie. Les analyses physico-chimiques, les carreaux d’arbalète, les pointes de flèches, les monnaies, la tabletterie et le mobilier céramique exhumés des stratigraphies du Château des fées permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite noblesse autour de l’an Mil.

L’exposition rassemble des panneaux et du mobilier étudié par une dizaine de spécialistes travaillant sur des domaines précis des sciences historiques, géologiques, archéologiques de France et de Belgique. Elle fait la synthèse de fouilles inédites qui présentent un intérêt de comparaison pour les archéologues. Peu de sites sont encore renseignés avec précision sur cette période. Il vient compléter la liste des sites explorés par les collègues belges, de Picardie et de Rhône-Alpes sur la question des résidences aristocratiques des environs de l’an Mil – question sujette à de nombreuses remises en perspectives à chaque nouvelle publication tant le champ d’étude reste vaste.

Programme EFA-EFR « Archéologie du culte » : colloque international, Rome 18-20 juin 2015

Image 3Après deux journées d’étude, une table ronde et deux séminaires de formation doctorale,  le programme mutualisé entre l’École française d’Athènes et l’École française de Rome « Des espaces et des rites : pour une archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen » accueille un colloque international autour de la naissance des dieux dans le monde antique. Organisé à Rome, dans les locaux de l’École française de Rome, le colloque est porté par les deux Écoles d’Athènes et de Rome avec la collaboration du LabEx Archimède « Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de l’Égypte anciennes ».

Les procédures juridiques, mal décrites par les textes avouons-le, ne suffisent pas à rendre compte de l’acte exceptionnel que constitue la fondation d’un sanctuaire. Les données archéologiques récentes montrent des processus variés qui touchent tout autant la religion que l’organisation humaine, la vie politique et économique des communautés ou la perception des territoires. La fondation d’un lieu de culte était d’abord un acte exceptionnel qui mettait en œuvre un écheveau complexe de motivations et d’agents divers tout autant que de relations choisies dans le paysage, avec les habitats et les territoires puisqu’il s’agissait au premier chef d’installer un dieu dans un lieu propice. Les communications s’orienteront autour des thèmes suivants : les motivations, les agents et les lieux.

Organisation :
Sandrine Agusta-Boularot (Université Paul Valéry Montpellier)
Sandrine Huber (Université de Lorraine)
William Van Andringa (Université de Lille)

Programme : Colloque EFA-EFR_Quand naissent les dieux

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts