Archives de catégorie : Conférences

Conférences archéologiques à l’Université Lorraine

SÉMINAIRE « ARCHÉOLOGIE DE LA RELIGION ET DU RITE » : programme actualisé

Image 27

Le programme du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » fait l’objet de quelques modifications dans la deuxième moitié du semestre :

03.11.15     Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos, par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

10.11.15     Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, par Marie-Dominique Nenna (CNRS, Centre d’Études Alexandrines, USR 3134)

17.11.15     Les pratiques de dépôt de mobilier (sanctuaires, nécropoles, habitat) au second âge du Fer, par Stéphane Marion (SRA Lorraine, UMR 8546 AOROC)

24.11.15     GD 42 ou le Pythion de Délos, par Agnès Febvey (université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)

01.12.15     Évolution des pratiques funéraires dans les nécropoles de Cumes : de Kymè à Cuma, par Gaël Brkojewitsch (Metz Métropole, Pôle d’archéologie préventive)

08.12.15     Les rituels de la crémation dans le monde romain, par  Henri Duday (CNRS, UMR 5199 PACEA)

Toutes les séances auront lieu en salle A 104, sauf la dernière communication , le 8 décembre, qui aura lieu en salle A 226.

Programme actualisé : Séminaire Archéologie religion_rite_Programme actualisé

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Les vases du Dipylon : des fragments à l’atelier. Conférence autour du musée archéologique de l’université de Lorraine

Image 37

L’UFR Sciences sociales et humaines-Nancy organise un cycle de conférences dans le cadre d’un projet destiné à développer le musée archéologique de l’université de Lorraine en un musée-école qui bénéficiera directement aux étudiants des formations aux métiers du patrimoine et à plusieurs autres filières de sciences humaines et sociales.

Le projet « MUS-ARCHÉO. L’Antique au présent. Autour du musée archéologique de l’université de Lorraine » – opération réalisée avec le concours financier du Conseil régional de Lorraine – a pour objectif de concevoir ce musée comme un outil pédagogique, scientifique. Une plateforme pédagogique transversale associe l’enseignement des sciences humaines et sociales aux sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Les étudiants sont acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : gestion muséale, conservation préventive-restauration, muséographie-scénographie, médiation culturelle et métiers du patrimoine. Des expositions semestrielles sont organisées.

Dans ce cadre sont organisées des conférences, présentées par des professionnels du Patrimoine et des Musées, en adéquation avec l’offre de formation proposée en sciences humaines et sociales et avec les collections conservées dans le musée, sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy. Pour des informations sur le musée, voir http://www.univ-lorraine.fr/le-musee-archeologique

Image 38

Deux conférences sont d’ores et déjà au programme ce semestre, dont celle que présentera :

Anne Coulié, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre,

le  14 octobre 2015 à 18h, salle A104 au Campus Lettres et Sciences humaines, 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY

Affiche : Affiche conférence -2015_10_14_ Les vases du Dipylon

 

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Recherches archéologiques dans les sanctuaires du monde égéen : sanctuaires et temples de Kythnos

Image 27

Quatrième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 6 octobre 2015 à 18h

par Alexandros Alexandros Mazarakis-Ainian (université de Thessalie, Volos)

Capture d’écran 2015-10-05 à 13.37.41

Plusieurs sanctuaires de la capitale antique de l’île de Kythnos, dans les Cyclades (Grèce), nous sont connus par la prospection intensive qui fut conduite durant de nombreuses années. Au moins quatre sanctuaires ont été identifiés à l’intérieur de la cité, ainsi qu’un sanctuaire suburbain, à petite distance en dehors des murailles. La plupart semblent avoir été fondés au début de l’époque archaïque (vers 700 av. J.-C.) et tous furent fréquentés au moins jusqu’à la fin de l’époque hellénistique. Au sommet de l’acropole fut identifié un sanctuaire de Déméter, très probablement un Thesmophoreion et lié à l’époque classique au sanctuaire d’Éleusis. Un deuxième complexe religieux est en cours de fouille depuis 2015 en contrebas de l’acropole, qui comprend deux bâtiments monumentaux, celui du Sud comportant deux compartiments distincts et un autel à l’extérieur, alors que le bâtiment Nord pourrait être une stoa. Un troisième sanctuaire devait se trouver au sommet de la colline Nord de la cité antique. À l’extrémité nord du Plateau médian, les fouilles de 2002-2006 ont dégagé dans sa totalité un quatrième sanctuaire qui comprenait un temple bâti sur une terrasse monumentale et deux autels ; seule la petite chambre arrière – l’« adyton » du temple – était bien préservée et était pleine d’offrandes précieuses datant du début du VIIe s. av. J.-C. jusqu’à la fin de l’époque classique et provenant de régions très variées, souvent lointaines, du monde méditerranéen, ce qui suggère un rayonnement important du sanctuaire en question : relevons entre autres une centaine de bijoux en or, une quantité plus grande de bijoux en argent, des centaines d’offrandes en bronze, os ou ivoire, corail, verre, ambre, faïence, pierres semi-précieuses, des dizaines de vases entiers ou presque entiers provenant surtout des îles des Cyclades (notamment Paros), de l’Ionie du Nord, de Corinthe et d’Athènes. Un deuxième groupe d’offrandes semblables et de la même gamme chronologique a été exhumé dans un dépôt votif avoisinant.

Capture d’écran 2015-10-05 à 13.38.02

Alexandros Mazarakis-Ainian présentera les données de la prospection de surface et de la fouille, qui permettent de réviser nos perceptions concernant le sanctuaire grec aux époques archaïque et classique. Le matériel recueilli est d’une richesse exceptionnelle pour un lieu de culte d’une île des Cyclades qui n’était pas renommée durant l’Antiquité pour sa prospérité économique. L’objectif est d’essayer de saisir la nature du culte, le statut et l’identité des dédicants, et quelques-unes des pratiques dédicatoires dans le sanctuaire, afin de le placer dans le contexte des sanctuaires contemporains du monde égéen.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_10_06_Mazarakis-Ainian2

 

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Les animaux sur le site celtique du Mormont : des dépôts d’ossements aux pratiques

Image 27

Troisième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 29 septembre 2015 à 18h

Patrice Méniel (UMR ARTeHIS, Université de Bourgogne) présentera les résultats des recherches qu’il a conduit sur les animaux sur le site celtique du Mormont (Suisse, Vaud, vers 100 av. notre ère).

mormont crane

 

Les restes animaux recueillis dans plus de 200 fosses se présentent sous forme d’ossements, de parties de corps, de corps incomplets ou complets. Les mammifères domestiques sont au nombre de 335, dont 174 bœufs, 59 porcs, 55 caprinés, dont 20 chèvres et 19 moutons, 40 chevaux et 7 chiens. Les oiseaux et les mammifères sauvages sont très rares. Ces animaux ont fait l’objet de divers traitements. Certains ont été découpés, d’autres animaux non. Ces derniers ont été retrouvés sous forme de squelettes, parfois incomplets. La répartition des diverses formes de dépôts révèle une organisation d’ensemble, avec des amas culinaires en dehors de la zone centrale, alors que les squelettes sont nombreux dans cette zone (mais pas dans son centre) ; quant aux crânes, présents au nord-est et absents au sud-ouest, ils permettent de scinder le site en deux parties. L’interprétation, encore prématurée à ce stade des analyses menées sur les autres mobiliers, aborde diverses hypothèses, comme celle d’un lieu de culte ou d’un camp de réfugiés, d’assiégés ou d’un groupe en transit.

dépôt Mormont

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_29_Méniel

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Équipements architecturaux et rites dans le sanctuaire romain de Mandeure : questions et réflexions

Image 27

Deuxième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 22 septembre 2015 à 18h

Séverine Blin (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède) présentera les résultats des recherches qu’elle conduit dans le sanctuaire romain de Mandeure.

Image 30
Depuis la reprise des fouilles sur le site de Mandeure en 2001 complétée par l’utilisation de méthodes d’explorations géophysiques, nos connaissances sur le grand sanctuaire, qui se développe au sud-ouest de l’agglomération antique, ont été complètement bouleversées. Les limites ainsi que les composantes monumentales du complexe sacré sont aujourd’hui bien identifiés. Une vingtaine d’hectares entre le Doubs et la falaise sur laquelle s’appuie le théâtre sont attribués à ce vaste sanctuaire, mais si l’on ajoute le plateau qui se développe à l’arrière de l’édifice de spectacle, la surface serait portée aux environs de 30 ha. Le complexe mandurien s’inscrit donc désormais dans la série des grands sanctuaires occidentaux à édifices multiples. La présence d’une vaste enceinte de péribole qui circonscrit un espace sacré composé d’une multitude d’édifices évoque des ensembles connus ailleurs, dans des proportions équivalentes pour la capitale helvète d’Avenches, ou dans des proportions plus réduites pour le sanctuaire de l’Altbachtal, dans la capitale trévire. Comme  ailleurs également, le paysage monumental du sanctuaire de Mandeure est largement dominé par un binôme théâtre-temple, autour duquel se développent d’autres temples, aux dimensions plus réduites. Les fouilles récentes apportent par ailleurs de nombreux éléments sur les cérémonies religieuses. Cette archéologie du rituel vise à reconstituer les sacrifices et les banquets, les liturgies et les processions, les grandes cérémonies et les offrandes plus ordinaires, grâce à l’étude de l’ordonnance architecturale bien sûr, mais aussi grâce à la localisation et à l’identification de l’équipement cultuel, ou encore à la répartition et l’identification de l’instrumentum du culte et des vestiges des gestes rituels. Les traces archéologiques abondantes apportent certes beaucoup à la connaissance des modalités du culte en contexte provincial, mais leur interprétation engendre aussi de nombreuses questions que nous aborderons au fil de cette présentation.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_22_Blin

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Les grands sanctuaires en Gaule romaine : une réflexion à partir de l’étude du cas de l’agglomération de Senon et du sanctuaire périurbain d’Amel-sur-l’Étang (Meuse)

 


Capture d’écran 2015-09-10 à 18.45.13

La première séance du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine, mardi 15 septembre 2015 à 18h, sera présentée par Simon RITZ, doctorant de l’université de Lorraine, EA 1132 – HISCANT-MA.

Le site de Senon (Meuse) a récemment fait l’objet de sept campagnes de prospections géophysiques, qui ont permis de mettre en évidence les caractères structurels d’une agglomération gallo-romaine d’une trentaine d’hectares. Dans la commune voisine d’Amel-sur-l’Étang, à 1,5 km de Senon, les prospections électriques ont révélé un important sanctuaire périurbain s’étendant sur une vingtaine d’hectares et comprenant cinq temples, un théâtre, des thermes et, vraisemblablement, des structures d’accueil des fidèles. Ces nouvelles données autorisent une réflexion globale sur la structure, les fonctions et la chronologie de cette agglomération, dont le caractère bipolaire reflète un schéma de topographie religieuse tout à fait original, et, plus largement, sur le rôle religieux et politique des grands sanctuaires en Gaule romaine.

Campus Lettres et Sciences humaines 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY : salle A 104

Le séminaire est public

Affiche : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_15_Ritz

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

SÉMINAIRE « ARCHÉOLOGIE DE LA RELIGION ET DU RITE »

Capture d’écran 2015-09-10 à 18.29.39

Les enseignants-chercheurs d’archéologie de l’Université de Lorraine organisent au premier semestre 2015-2016, tous les mardis soir de 18h à 20h, un séminaire intitulé « Archéologie de la religion et du rite ».

Le séminaire rassemble douze chercheurs autour d’un des domaines privilégiés de l’actualité archéologique antique – l’archéologie de la religion et du rite – afin de confronter les méthodes d’approche et les résultats obtenus sous le prisme de trois sociétés antiques majeures : les Grecs, les Celtes et les Romains, entre bassin Égéen, Égypte hellénistique et romaine, péninsule Italique et Gaules. Il s’agit notamment de faire intervenir – en complément des enseignements en archéologie antique dispensés en master par les enseignants-chercheurs titulaires – des archéologues et des spécialistes d’archéosciences (anthropologie funéraire et archéozoologie), dont les noms sont régulièrement cités en cours de licence et master d’archéologie antique et avec lesquels les enseignants-chercheurs en archéologie antique de l’UL travaillent dans le cadre de programme nationaux et internationaux.
Le support de cours dans lequel est organisé le séminaire comporte 12h CM, mais les séances couvriront un créneau horaire de 24h afin de permettre, à l’issue de chacune des interventions, de poursuivre le débat avec les participants au séminaire : étudiants, collègues et acteurs de de la recherche archéologique et antique de la Région Lorraine et au-delà.

Ce séminaire est organisé sous l’égide de l’UFR des sciences humaines et sociales – Nancy de l’université de Lorraine, en collaboration avec la Faculté de médecine de l’université de Lorraine (mention Éthique de la santé et médecine légale, parcours Criminalistique et Archéologie), avec le soutien de l’ADRAL (Association Développement Recherche Archéologique Lorraine) et en adéquation avec les programmes scientifiques de l’HISCANT-MA.

Programme : Séminaire Archéologie religion_rite_Programme

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

« Contribution à l’histoire du Chapitre Saint-Goëry d’Epinal : étude anthropologique des dames-abbesses de la crypte Saint-Sauveur »

Dans le cadre de son cycle de rencontres annuelles, la Société d’émulation du département des Vosges (SEV) vous convie à la conférence de l’anthropologue Perrine MUNARO, le mardi 18 novembre, à 20:30, à l’amphithéâtre de la Faculté de Droit, à Epinal.

Présentation de la conférence
Le dernier sommeil des nobles dames qui reposent en la Basilique Saint Maurice a été maintes fois troublé. La révolution, les inondations et les travaux de restauration ne leur ont pas offert un repos paisible.

Une nouvelle fois, en 2013, la porte de la crypte a été ouverte, afin de procéder à une étude plus approfondie des sépultures des abbesses. Sous l’expertise du docteur Perrine Munaro et du Pr Francis Janot, l’observation des vestiges osseux et la relecture des textes ont permis de révéler les derniers secrets de ces dames.

Sortis de la Basilique pour pouvoir être étudiés à l’EA 1132 HISCANT de l’Université de Lorraine, ces vestiges osseux ont pu donner de précieuses informations sur l’état de santé et la stature des abbesses du Chapitre de Saint-Goëry.

Malgré les ravages du temps, la crypte Saint Sauveur de la Basilique Saint Maurice nous a réservé de surprenantes découvertes.

Conférence sur la tour seigneuriale de Darnieulles – 24 mai 2014

Tract APAVA-Conf du 24 mai 14

La tour d’habitation de Darnieulles fut la propriété d’un lignage de chevaliers locaux dont les premières mentions remontent à la fin du XIe siècle. Elle s’insère au sein d’un ensemble plus vaste, une maison forte, qui se développe à partir du XIVe siècle.
L’objectif historique et patrimonial est de replacer cet édifice dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales des XIe-XIIe siècles. L’édifice semble être un subtil compromis entre les grands donjons résidentiels de l’ouest de la France, des petits donjons résidentiels de l’est du pays et des logis seigneuriaux germaniques.
L’objectif archéologique des opérations menées sur le site est de réaliser une couverture analytique complète de la tour afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux ainsi que les éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… Pour ce faire, des relevés d’élévation et des sondages sont pratiqués sur le site. L’étude intègre également un travail de thèse sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles.

Le chantier 2014 se déroule du 2 au 22 juin et sera accessible aux visiteurs lors des Journées Nationales de l’Archéologie des 6, 7 et 8 juin.

http://journees-archeologie.fr/c-2014/fiche-initiative/469/Tour-seigneuriale-de-Darnieulles

La vidéo de la conférence « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde » est disponible

Retrouvez la vidéo de la conférence « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde », prononcée le jeudi 3 avril à la M.S.H. Lorraine par Patrick Périn, conservateur général honoraire du patrimoine et directeur honoraire du Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, et Véronique  Gallien  anthropologue au CEPAM et à l’INRAP.

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Conférence : Imagerie virtuelle et archéologie par P. Grussenmeyer et Ch. Kremer (Mercredi 16 avril, 18h, MSH)

Conférence Imagerie virtuelleLe Pôle Archéologique Universitaire (HISCANT-MA – EA 1132) organise une conférence 
mercredi 16 avril 2014 à 18h00 – Salle des Actes (G 04)
IMAGERIE VIRTUELLE ET ARCHÉOLOGIE À PARTIR DES EXEMPLES DU CHÂTEAU D’HUGSTEIN (68) ET DE L’EGLISE DE DUGNY (55)
Animée par Pierre GRUSSENMEYER
Professeur à l’INSA de Strasbourg (département Génie Civil-Topographie) et responsable du laboratoire de Photogrammétrie
et Charles KRAEMER
Ingénieur de recherche à l’Université de Lorraine (Pôle Archéologique Universitaire de l’HISCANT-MA)
Pour vous y rendre :
Bâtiment G
Campus Lettres et Sciences Humaines
23 boulevard Albert Ier
54000 Nancy

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde » par P. Périn et V. Gallien (Jeudi 3 avril, 17h, MSH)

Autopsie d'une reine

Patrick Périn, conservateur général honoraire du patrimoine et directeur honoraire du Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, et Véronique Gallien, anthropologue au CEPAM et à l’INRAP, donneront une conférence intitulée « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde », le jeudi 3 avril 2014, à 17h, à la MSH Lorraine (salle internationale).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Leçon inaugurale de Valérie Serdon à la MSH (mardi 14 mai, 17h)

lecon-inaugurale-valerie-serdon

Dans le cadre du cycle des lecons inaugurales de la Maison des sciences de l’homme, qui concernent aussi bien les chercheurs invités que les nouveaux titulaires de l’Université de Lorraine, Valérie Serdon donnera le mardi 14 mai 2013, à 17h, une conférence intitulée : « Actualité de la recherche archéologique à l’abbaye Saint-Vanne de Verdun. »

Cette conférence sera l’occasion de revenir sur les résultats des deux premières années du programme AME qu’elle dirige, et dont l’objet principal est la fouille des vestiges de l’abbaye Saint-Vanne, située au cœur de la citadelle de Verdun.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Rappel : leçon inaugurale de Sandrine Huber à la MSH le jeudi 11 avril, 17h-19h

La leçon inaugurale de Sandrine Huber sera l’occasion d’une double conférence :

« L’archéologie du sacrifice en Grèce antique : de Delphes au musée archéologique de l’université de Lorraine sur les traces de Paul Perdrizet » par Sandrine Huber, puis « Les archives Perdrizet de l’université de Lorraine (Nancy) » par Samuel Provost.
Affiche leçon inaugurale Huber

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus