Archives de catégorie : Conférences

Conférences archéologiques à l’Université Lorraine

Conférence : la leçon inaugurale de Sandrine Huber (11 avril, 17h, MSH Lorraine)

Dans le cadre de son nouveau cycle annuel de conférences, la MSH Lorraine invite les nouveaux enseignants-chercheurs de l’université de Lorraine et les chercheurs invités à présenter leurs travaux au cours d’une leçon inaugurale. Sandrine Huber, nouvelle titulaire de la chaire d’archéologie classique créée à l’origine pour Paul Perdrizet (en 1909), a choisi d’honorer son prestigieux prédécesseur en donnant, le jeudi 11 avril à 17h00, une conférence intitulée « L’archéologie du sacrifice en Grèce antique : de Delphes au musée archéologique de l’université de Lorraine sur les traces de Paul Perdrizet » :

L’archéologie des sanctuaires antiques est passée d’un discours centré sur la trilogie architecture/statuaire/inscriptions à un discours multiforme sur les actes rituels célébrés en l’honneur de la divinité à laquelle était consacré le lieu de culte, devenant une discipline à part entière : l’archéologie du culte. L’histoire des religions antiques est à la mode aujourd’hui et l’archéologie constitue, aux côtés des textes, une source documentaire essentielle, au bénéfice des développements dans les domaines directement impliqués dans les études archéologiques (architecture, céramologie, archéozoologie, anthropologie, paléopathologie, carpologie, anthracologie, palynologie, etc.). L’exposé tend à revisiter le sacrifice animal, l’un des actes rituels majeurs pour les anciens Grecs, dans la perspective de cette nouvelle discipline en mettant en exergue des documents conservés à l’université de Lorraine : les archives laissées par Paul Perdrizet – premier professeur d’archéologie classique à l’université de Nancy, qui fut sans le savoir un pionnier de l’archéologie du culte lors de la « Grande Fouille » du sanctuaire panhellénique d’Apollon à Delphes en 1894 – et un vase du Ve siècle avant notre ère conservé au musée archéologique de l’université de Lorraine, descendant de la collection archéologique constituée par Paul Perdrizet entre 1901 et 1908.

La conférence de Sandrine Huber sera suivie d’une présentation par Samuel Provost, maître de conférences d’archéologie de l’Antiquité tardive, des archives scientifiques de Paul Perdrizet qui font l’objet d’un nouveau programme de recherche, porté par l’EA 1132 HISCANT-MA :

En 1981 décédait Lucile Gallé-Perdrizet, fille d’Émile Gallé et veuve de Paul Perdrizet, premier titulaire de la chaire d’archéologie et d’histoire de l’art créée en 1909 à l’université de Nancy. À l’initiative de Fr. Th. Charpentier, amie personnelle de Lucile Gallé, ses héritiers acceptèrent de faire don à l’université de Nancy des archives scientifiques du savant mort en 1938. Ce fonds d’une grande importance matérielle (20 ml de cartons, plus de 3000 clichés pour la période 1899-1938) est resté inexploité, sans être inventorié, jusqu’à nos jours. Le travail de classement mené sur le fonds depuis l’été 2012, associé à l’établissement et à l’analyse de la bibliographie complète de Paul Perdrizet permet de dresser un premier tableau de son activité scientifique d’archéologue classique et de médiéviste, tout en montrant quel fut l’impact de son implication dans les établissements Gallé. Il conduit à planifier les différentes étapes de l’exploitation systématique et de la mise en valeur de ce fonds d’une grande valeur pour l’histoire de l’université et de l’industrie lorraine.

Jeudi 11 avril, 17h00, salle internationale de la MSH Lorraine, 91 avenue de la Libération, Nancy. Présentation de la double conférence sur le site de la MSH Lorraine.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : « De l’université aux établissements Gallé : Paul Perdrizet à Nancy » (mardi 22, 14h)

Dans le cadre du cours public d’histoire lorraine du master Histoire de l’université de Lorraine, aura lieu, mardi 22 janvier, une conférence introductive sur l’œuvre de Paul Perdrizet, premier titulaire de la chaire d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université de Nancy : « De l’université aux établissements Gallé : Paul Perdrizet à Nancy ».

Campus Lettres et Sciences Humaines, salle A 440, mardi 22 janvier, 14h00-15h30.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : « Mourir à Pompéi. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera »

L‘université de Lorraine invite William Van Andringa, archéologue, Professeur d’histoire romaine (histoire des religions dans le
monde romain) à l’université de Lille 3, directeur de la revue Gallia et co-responsable de la revue en ligne ADLFI (Archéologie de la France-Informations) à nous présenter les résultats des recherches dont il a assuré la codirection dans la nécropole de Porta Nocera à Pompéi le 18 décembre 2012.

La fouille d’un quartier funéraire de la nécropole de Porta Nocera à Pompéi donne une idée de l’enjeu des recherches Continuer la lecture de Conférence : « Mourir à Pompéi. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera »

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

Conférence d’Ivan Ferraresso sur «l’archéologie appliquée aux bâtiments» (Metz, 16 septembre, 14h)

Conférence « L’archéologie appliquée aux bâtiments, l’exemple de Metz » par Ivan Ferraresso, archéologue à l’Inrap et doctorant à l’Université de Lorraine (EA 1132 HISCANT-MA).

Régulièrement rénové, le bâti historique de Metz fait l’objet d’interventions archéologiques. Réalisées par les services de l’État (Drac Lorraine) ou l’Inrap, elles permettent de découvrir une architecture en partie masquée ou transformée. Ces opérations offrent une lecture complémentaire aux données issues du sous-sol et révèlent l’évolution des édifices pour tenter de reconstruire le paysage urbain de l’Antiquité à nos jours.
Cette conférence permettra de découvrir les méthodes de fouille, les savoir-faire techniques et les finalités de ce type d’intervention, à partir d’opérations récemment menées à Metz.

Dimanche 16 septembre, à 14 h (durée 1 h)
Hôtel de Ville
1 Place d’Armes
Salon de Guise
57000 Metz.
Tél. : 03 87 55 56 53

Source : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Agenda/Journees-europeennes-du-patrimoine-15-et-16-septembre-2012/Journees-du-patrimoine/p-14945-Lorraine-Journees-europeennes-du-patrimoine-2012.htm

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence de J.-Cl. Bessac, « les “outils” intellectuels du tailleur de pierre » (mardi 15 mai)

L’HISCANT-MA vous invite à une conférence de Jean-Claude Bessac
(Ingénieur de recherche au sein du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Latte, UMR 5140)

Mardi 15 mai 2012 – 17h
UNIVERSITE DE LORRAINE
Plateforme Libération – 3ème étage – MSH – Salle internationale 324

L’imagination populaire conçoit souvent le tailleur de pierre comme un personnage un peu rude et surtout très costaud qui manie la masse comme un forçat. Les outils intellectuels, comme l’équerre et le compas sont moins représentatifs du métier que les ciseaux, les broches, les têtus, etc. En contrepartie, chez l’homme de métier, ils révèlent la maîtrise graduée d’une science majeure : la géométrie qui lui permet de concevoir et de réaliser les diverses pierres des composantes architecturales les plus complexes. Une telle approche de la taille de pierre est illustrée, entre autres, par l’exemple de l’étude archéologique d’un élément gothique banal, mais révélateur : le pinacle qui nous éclaire sur le jeu géométrique très subtil du tailleur de pierre du passé. Ces exercices intellectuels permanents lui ouvraient des perspectives de progression hiérarchique difficilement concevables dans notre société actuelle. Mais la démarche intellectuelle et la pratique qui en découle étaient alors très intimement mêlées à tous les stades de la production. Et cet homme de métier, quel que soit son niveau, serait très surpris d’apprendre que son travail est aujourd’hui souvent conçu et supervisé par des spécialistes et une hiérarchie très éloignée de la pierre et des savoir-faire qui lui sont propres.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence de S. Gouguenheim, « Les châteaux et la politique castrale de l’Ordre Teutonique en Prusse XIIIe-XVe siècles » (mercredi 2 mai)

Sylvain Gouguenheim, professeur à l’ENS de Lyon, donnera une conférence intitulée « Les châteaux et la politique castrale de l’Ordre Teutonique en Prusse XIIIe-XVe siècles » le mercredi 2 mai à 17h30, dans la Salle internationale de la MSH Lorraine (Plateforme Libération, 91 avenue de la Libération, Nancy).
La conférence est organisée par le Pôle Archéologique Universitaire (EA 1132 HISCANT-MA) et la section d’Histoire médiévale.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Les industries du feu des abbayes cisterciennes, à l’exclusion de la métallurgie (céramique, verre, chaux et plâtre)

Séminaire d’histoire et d’archéologie des techniques organisé par Danielle Arribet-Deroin et Paul Benoit avec la collaboration de Benoit Rouzeau (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, UMR 8589, Paris 1-CNRS)
Samedi 10 mars 2012 – INHA – 2 rue Vivienne, 75002 Paris

L’université de Lorraine prend part à ce séminaire par la communication suivante :

 

Un atelier de tuiliers original à l’abbaye de Morimond ?                                   par Benoit Rouzeau (docteur, chercheur associé UMR 8589 LAMOP) et Cédric Moulis (ingénieur d’études, Université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)
Les sources écrites morimondaises prouvent l’existence d’une tuilerie monastique entre 1150 et 1250 sans toutefois préciser son emplacement exact, sans doute lié à un problème d’approvisionnement en bois et en argile de qualité. après 1250, la tuilerie disparaît des archives pour plusieurs siècles. Les sources d’époque moderne permettent de suivre la translation de la tuilerie après 1643 vers un nouveau site, bien localisé, où elle fonctionne jusqu’en 1888. Des prospections de terrain ont permis de retrouver et de topographier les argilières, réparties en chapelet le long d’affleurements d’argiles de Levallois du Rhétien supérieur, et d’en tirer des informations quant à leur mode d’exploitation.
Au vu de la quantité de terres cuites livrées par la fouille du quartier de l’hôtellerie de l’abbaye (tuiles, briques et carreaux de pavement), des analyses physico-chimiques ont été tentées pour les rapprocher des argiles prélevées sur les lieux cartographiés. Le matériau des TCA mis au jour provient-il des argilières monastiques ? Peut-on déterminer des zones d’où proviendraient certains types de productions ? Les résultats sont convaincants et laissent apparaître plusieurs groupes de production.

Programme complet de la journée : Seminaire-LAMOP-Cisterciens_10-03-12