Archives de catégorie : Publications

Publications de l’Université Lorraine en archéologie

Publication : La guerre au Moyen Âge. Engins et techniques de siège

Valérie Serdon, La guerre au Moyen Âge, Engins et techniques de siège, éditions Jean-Paul Gisserot, 2017.

La guerre de siège — si elle joue un rôle vital dans la stratégie militaire au Moyen Âge — est un phénomène ancien ; elle constitue même le ressort dramatique de l’un des premiers récits littéraires connus, l’Iliade, narrant la prise de Troie par les Achéens non par des moyens traditionnels mais par un subterfuge, un cheval de bois (Garlan, 1974). L’art d’assiéger une ville ou une place forte appelé aussi « poliorcétique » — science d’abord développée par les Grecs et ensuite par les techniciens militaires romains — se trouve aussi au cœur de récits historiques et traités didactiques plus tardifs.

Au XIXe siècle, le domaine des techniques de siège est réservé à des chercheurs pourvus d’une solide formation militaire (parfois eux-mêmes officiers ou étroitement liés aux états-majors). Ils ont porté une attention particulière aux machines et procédés d’attaque qui s’inscrivent dans une tradition remontant à l’Antiquité. D’autre part, la pyrotechnie a suscité un véritable engouement ; la révolution qu’elle provoque dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’art de la guerre » a été maintes fois soulignée. Depuis, d’excellents travaux de synthèse sur le siège médiéval sont parus en langue anglaise ; ils témoignent de la diversité des sources utilisées et d’un renouvellement des problématiques scientifiques (Bradbury ; France ; Rogers). Ils s’intéressent aux changements induits dans l’utilisation des machines et à l’adaptation des fortifications aux progrès de la poliorcétique. Au-delà de l’armement, de la tactique, de la logistique opérationnelle, l’approche sociologique dans ce domaine n’a pas été négligée, notamment par les enjeux politiques et les conséquences pour les populations, les efforts financiers et matériels consentis par les villes pour assurer leur défense (Salamagne ; Raynaud ; Butaud ; Toureille).

Continuer la lecture de Publication : La guerre au Moyen Âge. Engins et techniques de siège

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : Le Château des fées de Montcy-Notre-Dame. Archéologie d’un site de l’an Mil.

Le projet LAFAM au sein de la MSH Lorraine a pris fin avec la publication d’un second ouvrage, sous la direction de Cédric Moulis et Jean-Pierre Lémant. Cet ouvrage présente les résultats des fouilles et des analyses qui en découlent sur un site aristocratique des boucles de la Meuse ardennaise aux abords de Charleville-Mézières en l’an Mil.

 Livre broché 224 p. ISBN-10 2814302841 ISBN-13 9782814302846 15€
Livre broché
224 p.
ISBN-10 2814302841
ISBN-13 9782814302846
15€

Le Château des fées est édifié sur une motte rocheuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local, à la frontière des diocèses de Reims et de Liège, aux limbes des comtés de Castrice et du Porcien.

Les fouilles dirigées par Jean-Pierre Lémant dans les années 1980-1990 ont permis de redonner à ce site anhistorique toute sa valeur historique et archéologique. Un établissement primitif en bois a d’abord occupé le substrat rocheux. Suite à sa probable destruction en 933 par Richer, évêque de Tongres-Maastricht-Liège, une aula en pierre se substitue au premier ouvrage et une enceinte enserre l’ensemble. La destruction du site intervient vers 1100, suite à un incendie.

Un mobilier bien caractéristique de l’époque a été mis au jour. Les plus belles pièces correspondent à des pièces d’échecs, un fermoir de livre, ou encore de la céramique fine glaçurée importée de la Meuse moyenne. La découverte de fragments de meules en basalte de l’Eifel achève de montrer la prééminence d’une culture matérielle des occupants préférentiellement tournée vers l’est et le nord. L’influence des évêques de Tongres-Maastricht-Liège se reflète très certainement dans l’ensemble de ces orientations.

Les données exhumées des stratigraphies du Château des fées, traitées par différents spécialistes, permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite aristocratie autour de l’an Mil.

Plan de l’ouvrage :
Avant-Propos (André Matthys)
Introduction (Cédric Moulis)
CHAPITRE 1 – Une histoire dans l’ombre
1,1 – Un contexte géologique tourmenté. Frontière naturelle ou carrefour ? (Dominique Harmand)
1,2 – Un contexte historique complexe (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
1,3 – De l’histoire à la légende, de la légende au mythe : naissance du Château des fées (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
CHAPITRE 2 – Les bâtiments et leur évolution
2,1 – Les données des chantiers (Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
2,2 – Les bâtiments (Cédric Moulis)
CHAPITRE 3 – Un mobilier aristocratique
3,1 – La faune (Charlotte Samain)
3,2 – La carpologie (Emmanuelle Bonnaire)
3,3 – La céramique (Sylvie de Longueville)
3,4 – Le verre (Hubert Cabart)
3,5 – Le mobilier métallique (Valérie Serdon-Provost)
3,6 – Les monnaies (Christophe Adam)
3,7 – Le mobilier en matières dures animales (Jean-François Goret)
3,8 – Les meules (Sophie Galland-Créty, Luc Jaccottey)
Conclusion (Cédric Moulis)
Annexes
Bibliographie

L’ouvrage peut être commandé sur le lien suivant : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100686080&fa=details

Avis de Publication : « L’Ardenne. Des frontières en l’an Mil »

couv

L’étude des formations territoriales et des frontières a souvent été utilisée comme prétexte à toutes formes de revendications spatiales et/ou culturelles. Longtemps liée à la seule analyse historique, elle peut être aujourd’hui renouvelée par des apports d’ordre archéologique, en matière d’espace, de comportements sociétaux, d’économie.

C’est dans cet esprit qu’intervient au sein de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine le projet LAFAM (L’Ardenne. Des frontières en l’an Mil) sur les boucles mosanes et l’Ardenne méridionale. Le principal objectif est d’y cerner les conditions d’apparition des diverses limites et frontières – tant politiques que sociales, culturelles, religieuses et économiques – qui divisent ce territoire et d’en comprendre l’organisation dans un contexte de morcellement féodal alors à son maximum autour de l’an Mil.

Pour parvenir à ces résultats, il a fallu entreprendre une démarche historique inédite pour ce secteur. In fine, nous pouvons y entrevoir l’implantation humaine et mieux cerner les frontières et influences de tous ordres qui le composèrent voici mille ans. Ce travail permet à la population actuelle de se réapproprier une histoire, une culture et un passé que les vicissitudes du temps ont fini par transformer ou effacer.

Sommaire :

Bernadette Clasquin – Préface
Cédric Moulis – Introduction
Dominique Harmand – Les boucles de Meuse autour de Montcy-Notre-Dame. Frontière naturelle ou carrefour ?
Sylvain Gouguenheim – Les frontières de l’an Mil. Esquisse de synthèse historiographique
Hérold Pettiau – Un espace frontalier avant l’an Mil : quelques remarques sur la région mosane et le sud de l’Ardenne dans les itinéraires de souverains entre le royaume franc occidental et le regnum Lotharii de 843 à 935
Michel Bur – De Mézières à Bar-le-Duc. La frontière d’Empire autour de l’an Mil
Marc Suttor – La Meuse en l’an Mil, une région stratégique
Jean-Gabriel Harter – La construction féodale au sein du diocèse de Reims et son rapport à la Meuse (Xe-XIe siècles)
Frédéric Chantinne et Philippe Mignot – Châteaux et territoires dans le sud du diocèse de Liège aux Xe-XIe siècles
Patrice Bertrand – Architectures, autour de l’an Mil, autour de la Meuse
Cédric Moulis – Pour une nouvelle lecture des frontières en Ardenne méridionale en l’an Mil

Pour commander l’ouvrage : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100478460&fa=details

Publication : Mourir à Pompéi. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera

Suite à la conférence présentée par William Van Andringa à l’université de Lorraine le 18 décembre 2012 sur la fouille qu’il a co-dirigée dans un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera à Pompéi, nous faisons suivre l’appel à souscription pour la monographie imposante qui assure une publication exhaustive de ce quartier funéraire,  à paraître dans la Collection de l’École française de Rome, tome 468, 2 volumes :

W. Van Andringa, H. Duday, S. Lepetz et aliiMourir à Pompéi : fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007), Vol. 1, Analyses des contextes archéologiques et synthèses générales ; Vol. 2, Artefacts et écofacts en contexte funéraire : analyses et synthèses par type de matériel archéologique.

 

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

Publication : La céramique funéraire mérovingienne conservée au Musée Lorrain à Nancy (S. Brunella, J. Guillaume et R. Prouteau)

Vient de paraître (septembre 2012) aux Presses Universitaires de Nancy, dans la collection Archéologie, Espaces, Patrimoines, dirigée par G. Giuliato, le volume suivant :

La céramique funéraire mérovingienne conservée au Musée Lorrain à Nancy

Par Sébastien Brunella, Jacques Guillaume et Rachel Prouteau

La Lorraine a tenu une part non négligeable dans le développement de l’Archéologie mérovingienne en France, avec les travaux des érudits du XIXe siècle, à qui l’on doit une part importante des collections conservées dans les musées de Lorraine. Parmi celles-ci, encore en grande partie inédites, l’importante série de vases du Musée Lorrain tient la première place au niveau régional, avec plus de deux-cents cinquante exemplaires. Elle fut enrichie en 1955 grâce au legs de son ancien conservateur, Georges Goury, préhistorien mais aussi grand collectionneur, qui récolta des pièces issues principalement de nécropoles champenoises.

La collection du Musée Lorrain concerne presque exclusivement du matériel d’origine funéraire, attribuable, dans sa grande majorité, aux VIe et VIIe siècles de notre ère. Il traduit l’usage de déposer un ou plusieurs vases dans la sépulture, le plus souvent aux pieds du défunt, inhumé avec ses accessoires vestimentaires et son armement ou sa parure pour les femmes. Le vaisselier d’époque mérovingienne, moins diversifié qu’à l’époque gallo-

romaine, hérite en partie des traditions antiques, peu à peu supplantées par des formes et des techniques importées lors des Grandes migrations. Les vases sont le plus souvent à profil anguleux et sont parfois pourvus d’un décor poinçonné ou bien obtenu à l’aide d’une molette à motifs géométriques prédominants. L’étude de cette production céramique, longtemps délaissée, est cependant un instrument de connaissance non négligeable de la société mérovingienne à travers ses pratiques funéraires mais aussi les courants commerciaux et les échanges qui ont présidé une économie beaucoup moins fermée qu’il n’y paraît.

128 p. 15€ ISBN : 978-2-8143-0119-1

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus