Archives de catégorie : Ardennes

L’Ardenne, des Frontières en l’An Mil

Publication : Le Château des fées de Montcy-Notre-Dame. Archéologie d’un site de l’an Mil.

Le projet LAFAM au sein de la MSH Lorraine a pris fin avec la publication d’un second ouvrage, sous la direction de Cédric Moulis et Jean-Pierre Lémant. Cet ouvrage présente les résultats des fouilles et des analyses qui en découlent sur un site aristocratique des boucles de la Meuse ardennaise aux abords de Charleville-Mézières en l’an Mil.

 Livre broché 224 p. ISBN-10 2814302841 ISBN-13 9782814302846 15€
Livre broché
224 p.
ISBN-10 2814302841
ISBN-13 9782814302846
15€

Le Château des fées est édifié sur une motte rocheuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local, à la frontière des diocèses de Reims et de Liège, aux limbes des comtés de Castrice et du Porcien.

Les fouilles dirigées par Jean-Pierre Lémant dans les années 1980-1990 ont permis de redonner à ce site anhistorique toute sa valeur historique et archéologique. Un établissement primitif en bois a d’abord occupé le substrat rocheux. Suite à sa probable destruction en 933 par Richer, évêque de Tongres-Maastricht-Liège, une aula en pierre se substitue au premier ouvrage et une enceinte enserre l’ensemble. La destruction du site intervient vers 1100, suite à un incendie.

Un mobilier bien caractéristique de l’époque a été mis au jour. Les plus belles pièces correspondent à des pièces d’échecs, un fermoir de livre, ou encore de la céramique fine glaçurée importée de la Meuse moyenne. La découverte de fragments de meules en basalte de l’Eifel achève de montrer la prééminence d’une culture matérielle des occupants préférentiellement tournée vers l’est et le nord. L’influence des évêques de Tongres-Maastricht-Liège se reflète très certainement dans l’ensemble de ces orientations.

Les données exhumées des stratigraphies du Château des fées, traitées par différents spécialistes, permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite aristocratie autour de l’an Mil.

Plan de l’ouvrage :
Avant-Propos (André Matthys)
Introduction (Cédric Moulis)
CHAPITRE 1 – Une histoire dans l’ombre
1,1 – Un contexte géologique tourmenté. Frontière naturelle ou carrefour ? (Dominique Harmand)
1,2 – Un contexte historique complexe (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
1,3 – De l’histoire à la légende, de la légende au mythe : naissance du Château des fées (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
CHAPITRE 2 – Les bâtiments et leur évolution
2,1 – Les données des chantiers (Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
2,2 – Les bâtiments (Cédric Moulis)
CHAPITRE 3 – Un mobilier aristocratique
3,1 – La faune (Charlotte Samain)
3,2 – La carpologie (Emmanuelle Bonnaire)
3,3 – La céramique (Sylvie de Longueville)
3,4 – Le verre (Hubert Cabart)
3,5 – Le mobilier métallique (Valérie Serdon-Provost)
3,6 – Les monnaies (Christophe Adam)
3,7 – Le mobilier en matières dures animales (Jean-François Goret)
3,8 – Les meules (Sophie Galland-Créty, Luc Jaccottey)
Conclusion (Cédric Moulis)
Annexes
Bibliographie

L’ouvrage peut être commandé sur le lien suivant : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100686080&fa=details

Avis de Publication : « L’Ardenne. Des frontières en l’an Mil »

couv

L’étude des formations territoriales et des frontières a souvent été utilisée comme prétexte à toutes formes de revendications spatiales et/ou culturelles. Longtemps liée à la seule analyse historique, elle peut être aujourd’hui renouvelée par des apports d’ordre archéologique, en matière d’espace, de comportements sociétaux, d’économie.

C’est dans cet esprit qu’intervient au sein de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine le projet LAFAM (L’Ardenne. Des frontières en l’an Mil) sur les boucles mosanes et l’Ardenne méridionale. Le principal objectif est d’y cerner les conditions d’apparition des diverses limites et frontières – tant politiques que sociales, culturelles, religieuses et économiques – qui divisent ce territoire et d’en comprendre l’organisation dans un contexte de morcellement féodal alors à son maximum autour de l’an Mil.

Pour parvenir à ces résultats, il a fallu entreprendre une démarche historique inédite pour ce secteur. In fine, nous pouvons y entrevoir l’implantation humaine et mieux cerner les frontières et influences de tous ordres qui le composèrent voici mille ans. Ce travail permet à la population actuelle de se réapproprier une histoire, une culture et un passé que les vicissitudes du temps ont fini par transformer ou effacer.

Sommaire :

Bernadette Clasquin – Préface
Cédric Moulis – Introduction
Dominique Harmand – Les boucles de Meuse autour de Montcy-Notre-Dame. Frontière naturelle ou carrefour ?
Sylvain Gouguenheim – Les frontières de l’an Mil. Esquisse de synthèse historiographique
Hérold Pettiau – Un espace frontalier avant l’an Mil : quelques remarques sur la région mosane et le sud de l’Ardenne dans les itinéraires de souverains entre le royaume franc occidental et le regnum Lotharii de 843 à 935
Michel Bur – De Mézières à Bar-le-Duc. La frontière d’Empire autour de l’an Mil
Marc Suttor – La Meuse en l’an Mil, une région stratégique
Jean-Gabriel Harter – La construction féodale au sein du diocèse de Reims et son rapport à la Meuse (Xe-XIe siècles)
Frédéric Chantinne et Philippe Mignot – Châteaux et territoires dans le sud du diocèse de Liège aux Xe-XIe siècles
Patrice Bertrand – Architectures, autour de l’an Mil, autour de la Meuse
Cédric Moulis – Pour une nouvelle lecture des frontières en Ardenne méridionale en l’an Mil

Pour commander l’ouvrage : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100478460&fa=details

Exposition : Le Château des fées en l’an Mil. Une sentinelle aux portes de l’Ardenne

INVIT_Page_1

Lieu de l’exposition : Musée de l’Ardenne – Charleville-Mézières (08)

Le Château des fées est édifié sur une motte schisteuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse au nord de Charleville-Mézières. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local. Un bâtiment primitif en bois a d’abord occupé le socle schisteux. Une aula en pierre de 17,50 x 9,80 m se substitue au premier ouvrage dans la première moitié du Xe siècle. Une enceinte castrale enserrait l’ensemble et accueillait une basse-cour. La destruction du site intervient au tout début du XIIe siècle, suite à un incendie. Les analyses physico-chimiques, les carreaux d’arbalète, les pointes de flèches, les monnaies, la tabletterie et le mobilier céramique exhumés des stratigraphies du Château des fées permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite noblesse autour de l’an Mil.

L’exposition rassemble des panneaux et du mobilier étudié par une dizaine de spécialistes travaillant sur des domaines précis des sciences historiques, géologiques, archéologiques de France et de Belgique. Elle fait la synthèse de fouilles inédites qui présentent un intérêt de comparaison pour les archéologues. Peu de sites sont encore renseignés avec précision sur cette période. Il vient compléter la liste des sites explorés par les collègues belges, de Picardie et de Rhône-Alpes sur la question des résidences aristocratiques des environs de l’an Mil – question sujette à de nombreuses remises en perspectives à chaque nouvelle publication tant le champ d’étude reste vaste.

Relevé topographique de la motte de Chantereine

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’Hiscant-MA (EA 1132) a réalisé lundi 26 mars le relevé topographique de la motte castrale de Chantereine (08).

Ce site, installé au nord de la commune de Thin le Moutier, au creux de la vallée du Thin, au milieu des marais, fait l’objet depuis quelque temps d’un soin particulier. Nous ne connaissons pas avec certitude la date d’apparition de cette motte. La lecture de l’Historia monasterii mosomensis, rédigé vers 1040, permet toutefois de savoir qu’elle existe en 971, année où les moines du prieuré voisin de Thin sont transférés à l’abbaye de Mouzon, suite aux soucis que leur cause la garnison du château de Cantarana (là où chantent les reinettes, allusion au biotope local). La configuration de ce site, et sa disparition des textes, invite à penser qu’il eut une fonction très limitée dans le temps.

Le site a été peu à peu gagné par une végétation dense, suite à un assèchement partiel des lieux. Dans le même temps, un chapelet d’étangs piscicoles privés ont été creusés à proximité, menaçant l’intégrité de ce vestige et faisant craindre la perte de données scientifiques importantes. Les premières observations de terrain et le sondage palynologique, menés par le professeur Michel Bur dans les années 1970 et 80, n’ont jamais été suivis d’une fouille programmée, hormis les quelques excavations plus ou moins sauvages qui ont dégagé un rang d’assise maçonné sur la partie sommitale du tertre. Conscient de l’intérêt du site, et alerté en cela par Jean-Pierre Lémant, président de la Société Archéologique du sillon mosan, la commune de Thin le Moûtier a décidé de nettoyer le site et de le mettre en valeur. C’est à cette occasion que le Pôle Archéologique Universitaire est intervenu pour en réaliser un relevé précis.

Par ailleurs, la motte de Chantereine est intégrée au programme de recherche LAFAM, porté par l’axe 1 de la MSH Lorraine, sur les frontières en l’an Mil en Ardenne. Son étude permet d’entrevoir des comparaisons avec le site phare de ce projet, le Château des Fées à Montcy-Notre-Dame, mais aussi avec les nombreuses mottes qui émaillent le territoire ardennais (Stonne, Rethel, Château-Porcien, etc…). La thématique des frontières, appliquée au morcellement des territoires contrôlés par de petits sites fortifiés, s’en trouve ainsi enrichie.

La motte présente un diamètre au sol de 55 m. La plateforme sommitale, large de 14 m, est située à 4 m de hauteur. Elle présente sur son flanc nord, à mi-hauteur de la pente, une terrasse intermédiaire large de 5 m. La motte a subi des ablations de matériau en différents endroits, dont une tranchée bien marquée sur la pente est. Elle est entourée par une série de drains qui ont asséché en partie la zone.

 

Bibliographie :

Monumenta Germaniae Historica, SS XIV, p. 604, 611.

Michel Bur, Inventaire des sites archéologiques non monumentaux de Champagne. Tome II, Vestiges d’habitat seigneurial fortifié des Ardennes et de la vallée de l’Aisne, ARERS, Reims, 1980, p. 30-33.

Michel Bur, Recherches sur les plus anciennes mottes castrales de Champagne. Château-Gaillard, IX-X, Caen, 1982, p. 56-57.

Michel Bur, Hervé Richard, Occupation du sol et peuplement dans la vallée du Thin au haut Moyen Âge. Archéologie Médiévale, XVII, Caen, 1987, p. 93-103.

Patrice Bertrand, Cédric Moulis, Conception et matérialité des frontières en l’an mil. in Jean-Luc Deshayes, Didier Francfort (dir.), Du barbelé au pointillé, les frontières au regard des sciences humaines et sociales, PUN, Nancy, 2010, p.55.

 

projet LAFAM – Rapport d’activité 2011

Si les travaux concernant le château des Fées (Ardennes) ont débuté avec la découverte et la fouille du site dans les années 1980 par Jean-Pierre Lémant (Société Archéologique du Sillon Mosan), l’étude archéologique exhaustive n’a été entreprise qu’à partir de 2009. Suite aux premières réflexions, il est apparu essentiel de replacer l’histoire de ce château dans un contexte élargi et particulièrement marqué par le concept de frontière, aux confins du massif ardennais et du bassin parisien. Une équipe pluridisciplinaire d’une vingtaine de chercheurs s’est ainsi constituée autour de Cédric Moulis (EA 1132 Hiscant-MA, Université de Lorraine) pour former le projet LAFAM : L’Ardenne, des Frontières en l’An Mil.

Dans ce cadre, deux workshops ont été organisés en 2011. Le premier s’est tenu dans les locaux de la MSH Lorraine, à Nancy, le 4 avril. Cette journée a réuni 25 chercheurs et a été l’occasion d’insérer officiellement le projet au sein de l’axe 1 « Frontières, territoires, échanges » de la MSH Lorraine. Quatre communications ont émaillé la journée :

-Michel Bur (Professeur émérite, Université Nancy 2) : Entre Barrois et Porcien, la frontière d’Empire autour de l’an mil.

-Marc Suttor (Maître de conférences, Université d’Artois) : La Meuse en l’an mil, une région stratégique.

-Colette Méchin (Chargée de Recherche, CNRS-Université de Strasbourg) : Les frontières d’usage en France de l’Est ; approche ethnologique.

-Dominique Harmand (Professeur de géographie, CERPA, Université Nancy 2) : Le contexte géomorphologique de la région de Charleville-Mézières : frontière ou carrefour ?

Ces communications de grand qualité ont servi a poser le contexte dans lequel s’inscrit notre projet de recherche. Michel Bur a rappelé l’ensemble des éléments historiques et historiographiques qui positionne notre perception de la question des frontières sur ce secteur. Marc Suttor a rappelé le rôle éminent d’un vecteur de communication tel que la Meuse dans la structuration d’une frontière. Colette Méchin a développé les jalons et la méthodologie à mettre en œuvre pour appréhender les frontières invisibles, celles des cultures et des usages. Enfin, Dominique Harmand a brossé le contexte géologique dans lequel les frontières ardennaises prennent place, introduisant en cela l’importance de la géographie dans le positionnement des frontières. Les participants sont repartis de cette journée convaincus que le sujet est porteur de questions scientifiques nouvelles ou de positions anciennes qu’il convient d’affiner voire de renouveler.

 

Le 12 septembre, un second workshop s’est déroulé au musée de l’Ardenne, à Charleville-Mézières. Quatre communicants se sont succédés à la tribune devant une vingtaine d’auditeurs :

-Sylvain Gouguenheim (Professeur, ENS Lyon) : La construction des principautés et la définition des frontières vers l’an Mil ; essai de synthèse historiographique.

-Herold Pettiau (Laboratoire d’histoire, Université de Luxembourg) : Itinéraires et présences de souverains en Lotharingie (ca. 850-ca. 950). Questions sur la place de la région mosane.

-Frédéric Chantinne et Philippe Mignot (Archéologues, Direction de l’archéologie, Service public de Wallonie, Belgique) : Historiographie des recherches menées sur les centres aristocratiques, les fortifications et les châteaux dans le sud du diocèse de Liège (IXe-XIe siècles).

-Patrice Bertrand (Conservateur du patrimoine, DRAC Champagne-Ardenne) : La question de l’architecture mosane vers l’an Mil dans la vallée de la Meuse française.

Ces communications ont été l’occasion de mieux cerner notre secteur d’étude vis-à-vis des régions environnantes. L’après-midi a été l’occasion de présenter les pièces archéologiques retrouvées lors des fouilles du château des Fées et conservées au musée de l’Ardenne, puis de visiter le site archéologique lui-même.

 

Outre ces deux temps forts du projet, l’année 2011 a été mise à contribution pour faire avancer l’étude du mobilier archéologique du château des Fées. Sylvie de Longueville (SPW, Belgique) a terminé l’étude céramologique. Il s’avère que les éléments les plus intéressants proviennent de secteurs de production très réputés que sont les ateliers mosans proches d’Andenne et à Autelbas. Ceci doit permettre de revoir les courants commerciaux de ces céramiques, plus tournés vers le sud que supposé auparavant, mais surtout ils démontrent encore l’influence culturelle des régions situées au nord de notre site. Toutefois, l’essentiel de la collection est une céramique modelée à pâte coquillier dont la production semble locale.

La recherche carpologique menée au château des Fées par Emmanuelle Bonnaire (EA 3795 Gegenaa, Reims) est une analyse inédite dans ce type de contexte en Champagne-Ardenne et même aux alentours. Les échantillons étudiés proviennent de la couche d’incendie de l’aula et révèlent une quantité importante de céréales. Le seigle est l’espèce majoritaire et est accompagné de blé nu, probablement du blé froment (blé tendre). La première céréale est une espèce dite rustique, tandis que la seconde est plus exigeante pour sa culture. Parmi les légumineuses, la lentille est la principale espèce rencontrée. La proportion du seigle par rapport au blé nu est intéressante à noter : nous sommes sur ce site sur un mode de consommation plutôt à rapprocher de ce qui se pratique en Allemagne. Ces résultats préliminaires nous donnent un premier aperçu de l’économie végétale du site : l’alimentation humaine est indirectement appréhendée, ainsi que l’agriculture et ses pratiques.

Valérie Serdon-Provost (UMR 3945 CRUHL, Université de Lorraine) a complété l’étude des pièces métalliques par l’étude du mobilier domestique. On repère ainsi un matériel classique et des éléments de parure démontrant partiellement un niveau social aristocratique. Les rares comparaisons possibles pour la région et la période ne permettent pas pour l’heure de remarquer une influence quelconque dans l’approvisionnement de ce type de mobilier.

Quelques fragments de creusets laissent entrevoir un artisanat de petits objets de métal, éventuellement des objets de parure. Enfin, à travers l’étude stylistique de la construction mosane aux X-XIIe siècles, et en s’appuyant sur de nombreux exemples, Patrice Bertrand (DRAC Champagne-Ardenne) tente de replacer le château des Fées dans un contexte de construction en pierre particulier, et spécifique à la région. L’ensemble de ces observations amène à considérer les occupants du château des Fées comme issus de la petite aristocratie locale. On pratique le jeu d’échec, on s’adonne à la chasse, on produit des objets de parure et on mange dans une vaisselle importée de qualité, dans des bâtiments vitrés.

Ces nouvelles données archéologiques s’ajoutent donc aux travaux réalisés depuis 2009 sur le château des Fées, à savoir : analyse historique, analyse géologique, analyse de la topographie du site, analyses physico-chimiques (mortiers, C14, dendrochronologies), étude du bâti, étude de la tabletterie, étude des fers de traits, étude du verre plat et creux. Un embryon de synthèse de l’ensemble de ces données a été esquissé lors du colloque « Archéologie des résidences aristocratiques du Xe siècle dans la Francia Media » organisé par Jean-Michel Poisson et Philippe Mignot, qui s’est déroulé les 30 et 31 mai 2011 à Amay (Belgique).

En 2012, l’étude archéozoologique et l’analyse des meules en basalte compléteront les informations archéologiques de ce site.