Exposition Königinnen der Merowinger / Reines des Mérovingiens (Francfort, 12 novembre-24 février)

Le Musée archéologique de Francfort, en collaboration avec le Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye et le Trésor de la cathédrale de Cologne, organise une exposition intitulée Königinnen des Merowinger (Reines des Mérovingiens).

Comme l’indique le sous-titre, « Tombes aristocratiques des églises de Cologne, Saint-Denis, Chelles et Francfort », les commissaires de l’exposition, Egon Wamers et Patrick Périn, ont réuni le mobilier funéraire des plus prestigieuses sépultures féminines mérovingiennes : les reines Wisigarde (Cologne, vers 535), Arégonde (Saint-Denis, vers 575) et Bathilde (Chelles, vers 680) et la riche tombe d’enfant de la cathédrale de Francfort.

Annonçant la présence d’autres pièces similaires provenant de France et d’Allemagne, l’exposition devrait être l’occasion de voir réunis une série d’objets intéressant directement l’étude du mobilier de la nécropole mérovingienne de Saint-Vanne, en cours de fouille.

Site du musée : Königinnen der Merowinger / Reines des Mérovingiens

Source : Exposee_Koeniginnen.

 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

XXVIe séminaire de l’Association Française pour la Peinture Murale Antique (Strasbourg, 16-17 novembre)

On nous demande d’annoncer que l’Association Française pour la Peinture Murale Antique (AFPMA) tiendra son XXVIe séminaire à l’auditorium des musées de la ville de Strasbourg les 16 et 17 novembre 2012.

Programme :

Vendredi 16 novembre, matin :

  • Accueil des participants et inscriptions
  • Ouverture du colloque, discours d’accueil par Bernadette Schnitzler
  • Gertrud Kuhnle et Morgane Thorel : Les enduits peints découverts 4 rue Brûlée à Strasbourg
  • Heidi Cicutta, Nathalie Froeglier et Magali Mondy : Les peintures de la place du Château à Strasbourg : résultats préliminaires
  • Fanny Berson : Un exemplaire de peinture murale à Mandeure : les enduits peints des cuisines cultuelles
  • Diana Busse : Peintures murales romaines en Sarre Pause café
  • Rudiger Gogräfe : Ein Fries großfigürlicher Malereien aus dem Versammlungshaus in Schwarzenacker/Saarland
  • Claudine Allag : Le Titelberg (Luxembourg) : soldats et peintres à la fin de la république
  • Renate Thomas : Die Wandmalereifunde in den Militärlagern in Germanien

Vendredi 16 novembre, après-midi :

  • Yves Dubois et Sophie Bujard : Récents travaux sur les peintures murales de Suisse Emanuela Murgia : Pittura di età repubblicana in Gallia Cisalpina. Nuovi dati dalla colonia di Aquileia
  • Dorothée Neyme : Nécropole de Cumes : dernières découvertes du centre Jean Bérard et projet de valorisation et de restauration d’un monument funéraire
  • Claude Vibert-Guigue : Les décors de la villa gallo-romaine des Tullières à Selongey (Côte-d’Or)
  • Julien Boislève et Kristell Chuniaud : Les peintures du site de Trémonteix à Clermont- Ferrand (Puy-de-Dôme)
  • Julien Boislève : Les peintures in situ de la rue Savaron à Clermont-Ferrand (Puy-de- Dôme)
  • Gilles Prilaux et Clotilde Allonsius : Découverte de stucs à Marquion (Pas-de- Calais)
  • Sabine Groetembril : Verneuil-en-Halatte (Oise), décor de la villa des Tronces
  • Denis Defente : La restitution des peintures murales romaines : exemples en Picardie
  • Alix Barbet : Revoir le vocabulaire descriptif de la peinture murale romaine
  • Patrick Vannier : Un nom pour une discipline : l’étude des peintures murales antiques
  • Arnaud Coutelas et Anne Chaillou : La fiche méthodologique pour l’évaluation, la sélection et le traitement des revêtements muraux ou de sol : un premier bilan
Samedi 17 novembre, matin :
  • Johan Durand, Lucie Lemoigne et Clotilde Allonsius : Vendeuvre-du-Poitou (Vienne), les Tours Mirandes
  • Myriam Tessariol : Peintures de Bordeaux : approche méthodologique et premières réflexions
  • Natasha Hathaway, Raymond Sabrié et Alexandra Spühler : Les peintures de la Médiathèque à Narbonne
  • Sabine Groetembril et Louis Hugonnier : Soissons, problématiques liées au diagnostic – Pasly, enduits gaulois
  • Caroline Zielinski : Le site du Jardin de Grassi à Aix-en-Provence
  • Claude Grapin, Lucie Lemoigne, Clotilde Allonsius et Béatrice Amadéi : Muséoparc Alésia : reprise des collections
  • Delphine Burlot : Fragments d’enduits peints de la collection Campana
  • Myriam Sternberg, coll. Joëlle Carrayon : Consommation alimentaire et illusions : la place du poisson dans les peintures murales

Samedi 17 novembre, après-midi :

  • Conférence : les peintures du musée de Strasbourg, Alexandra Dardenay, Sabine Groetembril et Béatrice Amadei

Programme complet : Programme XXVIe séminaire AFPMA Strasbourg

Source : 

Site internet : http://afpma.perso.sfr.fr 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : La céramique funéraire mérovingienne conservée au Musée Lorrain à Nancy (S. Brunella, J. Guillaume et R. Prouteau)

Vient de paraître (septembre 2012) aux Presses Universitaires de Nancy, dans la collection Archéologie, Espaces, Patrimoines, dirigée par G. Giuliato, le volume suivant :

La céramique funéraire mérovingienne conservée au Musée Lorrain à Nancy

Par Sébastien Brunella, Jacques Guillaume et Rachel Prouteau

La Lorraine a tenu une part non négligeable dans le développement de l’Archéologie mérovingienne en France, avec les travaux des érudits du XIXe siècle, à qui l’on doit une part importante des collections conservées dans les musées de Lorraine. Parmi celles-ci, encore en grande partie inédites, l’importante série de vases du Musée Lorrain tient la première place au niveau régional, avec plus de deux-cents cinquante exemplaires. Elle fut enrichie en 1955 grâce au legs de son ancien conservateur, Georges Goury, préhistorien mais aussi grand collectionneur, qui récolta des pièces issues principalement de nécropoles champenoises.

La collection du Musée Lorrain concerne presque exclusivement du matériel d’origine funéraire, attribuable, dans sa grande majorité, aux VIe et VIIe siècles de notre ère. Il traduit l’usage de déposer un ou plusieurs vases dans la sépulture, le plus souvent aux pieds du défunt, inhumé avec ses accessoires vestimentaires et son armement ou sa parure pour les femmes. Le vaisselier d’époque mérovingienne, moins diversifié qu’à l’époque gallo-

romaine, hérite en partie des traditions antiques, peu à peu supplantées par des formes et des techniques importées lors des Grandes migrations. Les vases sont le plus souvent à profil anguleux et sont parfois pourvus d’un décor poinçonné ou bien obtenu à l’aide d’une molette à motifs géométriques prédominants. L’étude de cette production céramique, longtemps délaissée, est cependant un instrument de connaissance non négligeable de la société mérovingienne à travers ses pratiques funéraires mais aussi les courants commerciaux et les échanges qui ont présidé une économie beaucoup moins fermée qu’il n’y paraît.

128 p. 15€ ISBN : 978-2-8143-0119-1

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Visite du chantier archéologique de l’abbaye de Saint-Vanne (Verdun, 13 octobre)

Photo aérienne de la fouille 2012 de Saint-Vanne. © Mairie de Verdun / Jean-Marie Perraux

Dans le cadre de la Fête de la Science, le samedi 13 octobre prochain, la MSH Lorraine propose une visite guidée du chantier archéologique de l’abbaye de Saint-Vanne à Verdun.

La première campagne de fouille de cet important ensemble monastique a eu lieu l’été dernier, du 9 juillet au 4 août. Elle a réuni, sous la direction de Valérie Serdon-Provost, une équipe composée d’une vingtaine d’étudiants de différentes universités et des archéologues de l’Université et de l’INRAP. La fouille a permis de montrer l’ampleur de la destruction de l’église opérée sous l’égide de l’armée entre 1828 et 1830. Elle a aussi révélé la présence d’une importante nécropole mérovingienne au sud et à l’est de cette église, qui éclaire d’un jour nouveau l’histoire du haut Moyen Âge de Verdun.

Les résultats de cette campagne et plus généralement le projet général d’étude de l’abbaye seront présentés et commentés sur place, sur le site même de la citadelle à l’aide de posters et au musée de la Princerie où sont conservés de nombreux éléments de sculpture de l’église abbatiale. Pour des raisons de sécurité, à la demande du SRA Lorraine, les tranchées ouvertes cet été ont dû être refermées.

La MSH Lorraine affrète un bus au départ de Nancy pour se rendre sur place : lien d’inscription.

Source : MSH Lorraine

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée de prospection Lutzelbourg-Ischeid

L’association Nord-Est Archéologie (NEA) et l’Association pour la Recherche Archéologique dans le Pays de Sarrebourg (ARAPS) organisent une journée de prospection sur les sites castraux de Lutzelbourg et Ischeid (Moselle) lundi 24 septembre.

Le château de Lutzelbourg, dont l’existence remonte au XIe siècle, est situé sur un éperon rocheux dominant la Zorn. De nombreux trous de taupes font rejaillir des tessons de céramique sur l’ensemble du site, malheureusement disséminés par les promeneurs. D’où l’idée de collecter ces artefacts, qui vont contribuer ainsi à une meilleure connaissance du site, de ses usages, voire d’en préciser la datation et le phasage. L’ensemble du mobilier recueilli sera déposé pour étude au Pôle Archéologique de l’Université de Lorraine.

Le château d’Ischeid est un site du XIIe siècle qui est intégré au sein du PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ». Le site, sous couvert forestier, est largement détruit. Mais une bonne partie des pierres constituant le donjon sont encore posées en tas au pied de la barre rocheuses sur laquelle il était préalablement assis. Une mesure systématique des moellons permettra de les compareravec ceux retrouvés sur le site de la carrière, à quelques centaines de mètres de là, et fouillée au printemps dernier. Comme à Lutzelbourg, les pentes du château doivent receler un mobilier céramique utile à sa datation.

Les prospections sur ces deux sites ont nécessité les autorisations respectives du Service Régional de l’Archéologie de Lorraine, des Monuments Historiques (le site du Lutzelbourg étant classé), les communes de Lutzelbourg & Abreschwiller, l’Office National des Forêts.

Conférence d’Ivan Ferraresso sur «l’archéologie appliquée aux bâtiments» (Metz, 16 septembre, 14h)

Conférence « L’archéologie appliquée aux bâtiments, l’exemple de Metz » par Ivan Ferraresso, archéologue à l’Inrap et doctorant à l’Université de Lorraine (EA 1132 HISCANT-MA).

Régulièrement rénové, le bâti historique de Metz fait l’objet d’interventions archéologiques. Réalisées par les services de l’État (Drac Lorraine) ou l’Inrap, elles permettent de découvrir une architecture en partie masquée ou transformée. Ces opérations offrent une lecture complémentaire aux données issues du sous-sol et révèlent l’évolution des édifices pour tenter de reconstruire le paysage urbain de l’Antiquité à nos jours.
Cette conférence permettra de découvrir les méthodes de fouille, les savoir-faire techniques et les finalités de ce type d’intervention, à partir d’opérations récemment menées à Metz.

Dimanche 16 septembre, à 14 h (durée 1 h)
Hôtel de Ville
1 Place d’Armes
Salon de Guise
57000 Metz.
Tél. : 03 87 55 56 53

Source : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Agenda/Journees-europeennes-du-patrimoine-15-et-16-septembre-2012/Journees-du-patrimoine/p-14945-Lorraine-Journees-europeennes-du-patrimoine-2012.htm

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Soutenance de thèse : L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace, Xe-XIIIe siècles

De la fin des invasions magyares, dans le second tiers du Xe siècle, jusqu’en 1300, l’Alsace connut un accroissement continu de chantiers de constructions fortifiées privées. Celui-ci se traduisit par l’édification de dizaines de châteaux dont les ruines jalonnent, du Nord au Sud, le versant oriental du massif vosgien et qui ne manquèrent pas de susciter la curiosité de nombre de chercheurs depuis plus d’un siècle. L’histoire de leur construction, ou « art de bâtir », longtemps reléguée au second plan, a connu de grandes avancées grâce à l’archéologie du bâti. Ces études permettent, grâce à la documentation des phases de constructions, d’aborder les questions relatives au fonctionnement d’un chantier et à la gestion des matériaux. Le massif étant divisé entre une partie gréseuse au Nord et une zone cristallophyllienne, plus diverse, au Sud, l’apport de la géologie ou de la chimie des matériaux ouvrent de nouveaux champs de connaissances (composition des mortiers, sélection de roches pour les parements). Posé sur un sommet bien visible, le château cumulait les fonctions de résidence privée et de protection publique et ses parements furent conçus de façon à répondre au mieux aux exigences militaires et résidentielles.

From the end of the Hungarian invasions, in the second third of the 10th Century, until 1300, a growing number of private fortifications was built in Alsace. This phenomenon was represented by dozens of castles, ruins of which punctuate from North to South the eastern side of the Vosges Mountains and stirred up the curiosity of many archaeologists for more than one century. The history of their construction, or “art of building”, considered as secondary for a long time, improved thanks to the archaeological studies of elevations. These researches enable to show information relating to the organisation of a building-yard and the management of materials, thanks to the documentation of the different stages of building. The Vosges massif being divided into a sandstone part in the North and a granite part in the South, geological or chemical studies open new fields of knowledge (composition of mortars, stone selection for the facing of wall…). Built upon a well visible summit, the castle gathered the functions of private residence and public defence, so its walls were designed to fit military and residential requirements at best.  Keywords : castle, fortified residence, hill sites, enceinte, building, facing of walls, course, mortar, scaffolding.