Colloque : Pagans and Christians in the Late Roman Empire (Budapest, 7-10 mars)

 

Thursday March 7, 2013

 

PAGANS2013net

 

CEU Budapest, Nádor utca 9, Popper Room

 

10:00-10:30 am  Marianne Sághy (Budapest) Welcome and Introductory Remarks: What’s new pagans and Christians? 

 

10:30-12:30 pm Cities, Sophists, Bishops
Chair:  Rita Lizzi Testa (Perugia)

 

Josef Rist (Bochum): Conversion in a late antique city: The Life of Bishop Porphyry of Gaza by Mark the Deacon
Raffaella Cribiore (New York): The sophist Libanius as a grey pagan
Wolf Liebeschuetz (Nottingham) A view from Cyrrhus: Theodoret’s ‘Affectionum graecarum curatio’
Samuel Provost (Nancy): Living side by side in a changing urban landscape: Christians, Pagans and Jews in Philippi (4th-6th centuries)

 

12:30-1:30 lunch break

 

1:30-3:00 pm  Religion and Philosophy
Chair: Marianne Sághy (Budapest)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Luciana Gabriela Soares Santoprete (Paris) Relations between philosophical and religious traditions at the beginning of the Christian era : two new digital research tools
Róbert Somos (Pécs): Sentences as elements of philosophia moralis: Adaptations of a pagan literary form in the Works of Rufinus of Aquileia
Maël Goarzin (Lausanne): Pagan and Christian biography in late antiquity: On the importance of practical life for pagan and Christian philosophers

 

 

 

 

3-3:30 Coffee break

 

3:30-5:00 pm Cohabitation and/or Conversion
Chair: Michele R. Salzman (Riverside)

 

Zsófia Buzádi-Sallai (Budapest): A pagan who converted and became bishop
Margarita Vallejo-Girvés (Alcalá): Empress Verina among the pagans
Miriam Adan Jones (Amsterdam): Conversion as c

onvergence: Understanding Gregory the Great’s attitude toward pagan and Jewish influences in Anglo-Saxon Christianity

 

5:30-6:30 pm keynote lecture
CEU,  Budapest, Nádor utca 9, Auditorium
Chair: Wolf Liebeschuetz

 

Alan Cameron (New York): Were pagans afraid to speak their mind?

 

7:00 pm Buffet dinner

 

 

 

Friday March 8 CEU Budapest

 

10:00 -12:00 a.m Parallel sessions

 

 

Historical Perceptions
Popper Room
Chair: Hartwin Brandt (Bamberg)

 

Mar Marcos (Cantabria): Eusebius and Maximinus Daia
Anna Tóth (Budapest):  John Lydus as pagan and Christian
Juana Torres (Cantabria): Rhetoric and historical deformation: Marcus of Arethusa, heretic and martyr
Ecaterina Lung (Bucharest): Religious identity as seen by 6th-century historians and chroniclers

 

Pagan and Christian Burials
Gellner Room
Chair: Dino Milinovic (Zagreb)

 

Ivan Basic (Split): From Sepulcrum divi Diocletiani to Ecclesia gloriosae Virginis: New propositions on the Christianisation of Diocletian’s mausoleum in Spalato
Monica Hellström (Providence): Circiform funerary basilicas in Rome in the context of previous burial places
Olivér Gábor (Pécs): Pagan and Christian burial customs in Sopianae
Elizabeth O’Brien (Dublin): Impact beyond the Empire: Burial practices in Ireland (4th – 8th centuries)

 

Posters:

 

Claudia-Maria Behling (Vienna): Pagan garden to Christian paradise: Early Christianity in the eastern Transdanubian Region
Stefanie Hofbauer (Vienna): Finger rings from Antiquity to Christianity

 

 

12:00-1:00 pm lunch break

 

1:00 pm-3:00 pm: Religious Profiling
Popper Room
Chair: Maijastina Kahlos (Helsinki)

 

Jerome Lagouanère (Paris) The figure of ‘Paganus’ in the Works of Augustine of Hippo
Linda Honey (Calgary) Religious profiling in the Miracles of St. Thekla
Monika Pesthy Simon (Budapest) Martyres versus Pharmakoi
Volker Menze (Budapest) The dark side of holiness: Fear, punishmen

t, death and Barsaumo ‘the Roasted’

 

3:00 pm-3:30 pm Coffee break

 

3:30-5:30 Social and Economic Relations – Civic Life
Popper Room
Chair: Josef Rist (Bochum)

 

Joseph Grzywaczewski (Paris): Sidonius Apollinaris’s pagan vision of Roma bellatrix in Christian Rome
Lucy Grig (Edinburgh): Late antique popular culture and the creation of “paganism”: the Case of the Kalends of January
Sofie Remijsen (Leuven): Christianizing the rhythm of life? Sundays in late antique papyri
Jaclyn Maxwell (Ohio): Social relations and status anxiety across religious divides in late antiquity

 

5:30 pm-6:00 pm Coffee break

 

 

6:00-8:00 pm Pagans, Christians and Material Culture:  Artistic Crossovers
Popper Room
Chair: Lucy Grig (Edinburgh)

 

Rita Lizzi Testa (Perugia): The Economy of pagan temples and Christian churches
Edward M. Schoolman (Nevada): Religious images and contexts: “Christian” and “pagan” terracotta lamps
Dino Milinović (Zagreb): Pagan, Christian, or “secular”? The problem of the silver plate
Steven D. Smith (New York): Pagan literary mimésis in Christian Constantinople: The devotional epigrams of Agathias’ s Cycle

 

 

 

Saturday March 9, 2013

 

Pécs/Sopianae, Late Antique Cemetery
Cella Septichora Visitor Center (Pécs, Szent István tér)

 

1:00-3:00 pm The Archaeology of Christianisation
Chair: Zsolt Visy (Pécs)

 

Mustafa Şahin (Bursa): Myndos Rabbit Island (Tavşan Adası): from pagan sanctuary to Christian monastery
Branka Migotti (Zagreb): The cult of Sol Invictus and early Christianity in Southern Pannonia
Hristo Preshlenov (Sofia): Pagans and Christianisation along the South-West Black Sea Coast in the provinces of Scythia, Moesia Secunda and Haemimontos
Roy Flechner (Dublin): Economic change and conversion to Christianity in early medieval Britain and Ireland: consequence or coincidence?

 

3:00-4:00 pm Coffee break and poster exhibition

 

Zsolt Visy (Pécs): Sopianae and Valeria in the late Roman period
Levente Nagy (Pécs): Christian objects from Pannonia
István Lovász (Pécs): The northern cemetery of Sopianae in 3D
Marijana Vuković (Budapest/Oslo): Saint Irenaeus of Sirmium
Ferenc Fazekas (Pécs) – Antal Szabó (Paks): “Pagan” and Christian culture in Lussonium
Réka Neményi (Pécs): Early Christian cross-bow brooches
Francesca Diosono (Perugia) Pagani and peasants: the rural site of Villa San Silvestro di Cascia
Alessandra Bravi – Silvia Margutti (Perugia): Transformation of sacred spaces:  Constanti

nople and the Eastern Empire
Roy Flechner (Dublin): Converting the Isles

 

4:00-5:00 pm Concluding remarks
Chair: Danielle Slootjes (Nijmegen)
Michele R. Salzman (Riverside)

 

5:00-6:30 pm The Late Antique Cemetery of Sopianae
with guides Zsolt Visy, Levente Nagy and Olivér Gábor

 

6:30-7:30 pm closing lecture
Chair: Alan Cameron (New York)

 

Hartwin Brandt (Bamberg):Constantine and Rome – between pagans and Christians

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque : Byzantine Greece, microcosm of empire ? (Birmingham, 23-25 mars)

46TH SPRING SYMPOSIUM OF BYZANTINE STUDIES

University of Birmingham (March 23 -25, 2013)

Byzantine Greece: microcosm of empire?

Venue: the Arts Building, Edgbaston Campus

PROGRAMME

Saturday, March 23rd

9.15 Registration

10.15 Introduction

Archie Dunn (University of Birmingham): Provincial communities and empire-wide institutions

10.45 – 12.30 Session I: Late Antique Greece

Discussant: Andrew Poulter (University of Nottingham): Balkan perspectives

Georgios Deligiannakis (Open University of Cyprus): From paganism to Christianity in Late Antique Greece: new approaches and new material

Aristotelis Mentzos (Aristotelian University of Thessaloniki), Dion: case study in the transformation of a city (iii – viii cc.)

John Bintliff (University of Leiden), Surveys and the transformation of the Late Antique Greek countryside

12.30 Discussion

 

13.00 – 14.15 Lunch

 

14.15 – 16.00 Session II: Greece in transition

Discussant: Michael Whitby (University of Birmingham), The challenge of the Miracula of St Demetrius

Florin Curta (University of Florida), Coins and burials in Dark-Age Greece (archaeological remarks on the Byzantine Reconquista”)

Enrico Zanini (University of Siena), The ‘Byzantine District’ of Gortyn (Crete) and the end of a/the Mediterranean city

Natalia Poulou-Papadimitriou (Aristotelian University of Thessaloniki), The material culture of the Aegean (economy and culture)

16.00 Discussion

 

16.30 – 17.00 Coffee and Tea

 

17.00 – 18.15 Communications (parallel sessions):

I.History [5 papers]

 II.Approaches to regional archaeology [5 papers]

 (Society for the Promotion of Byzantine Studies’ Executive Committee Meeting)

 

18.30 Open Lecture

Olga Karagiorgou (The Academy of Athens), State officials in Hellas between the 7th and the 13th centuries

 

Reception sponsored by Byzantine and Modern Greek Studies

 

Sunday, March 24th

9.15 – 10.15 Communications (Parallel Sessions):

III.History of Art and Architecture

IV.Archaeology (Case Studies: Aegean Greece)

 

10.15 – 10.45 Coffee and Tea

 

10.45 – 12.30 Session III: Urban and rural revival

Discussant: Pamela Armstrong (Oxford University), Pottery and markets (texts and archaeology)

Guy Sanders (American School of Classical Studies at Athens), The when, where, why, and who, of urban and rural revival at Corinth

Joanita Vroom (University of Leiden), Dark-Age and Middle Byzantine Athens vis-à-vis Anatolian cities

Nikos Kontogiannis (23rd Ephorate of Byzantine Antiquities, Greece)/Michael Heslop (Royal Holloway College), The defences of Byzantium in Greece: the flight to safety in town, countryside and islands

12.30 – 13.00 Discussion

 

13.00 – 14.15 Lunch

(AGM of the Society for the Promotion of Byzantine Studies)

 

14.15 – 16.00 Session IV: Patronage and sacred space (Middle Byzantine)

Discussant: Leslie Brubaker (University of Birmingham)

Sharon Gerstel (University of Californian at Los Angeles), “Entering in faith and fear”: emotions and the liturgical arts in Byzantine Greece

Georgios Velenis (Aristotelian  University of Thessaloniki), Architectural trends in the Middle Byzantine period and the ways of applying them in the Helladic space

Sophia Kalopisi- Verti (University of Athens), Patronage of religious foundations in Middle Byzantine Greece (ca.850-1200): the evidence of church inscriptions and donor portraits

16.00  Discussion

 

16.30 – 17.00 Coffee and Tea

 

17.15 – 18.30 Open Lectures

Eugenia Gerousi-Bendermacher (Greek Ministry of Culture and Tourism), Byzantine Greece in the light of recent archaeological finds from large-scale infrastructural and development projects

Amalia Kakisis (British School at Athens) / Demetra Kotoula (British School at Athens), The Byzantine Research Fund’s archives at the British School at Athens: a modern view on the British heritage in Greece

 

Reception sponsored by Ashgate Publishing

 

Monday, March 25th

9.15 – 10.15 Communications (parallel sessions):

V.Archaeology (Case Studies: Macedonia)

VI.Anatolian Comparanda

 

10.15 – 10.30 Coffee and Tea

 

10.30 – 12.15 Session V: The bishop, the farmer, and the merchant

Discussant: Michael Angold (University of Edinburgh)

Teresa Shawcross (Amherst College, Massachusetts), “The fortunate metropolis”: episcopal wealth and power in the Middle Byzantine empire

Alan Harvey (Northumbria University), Economic decision-making in Greece during the eleventh and twelfth centuries

Maria Gerolymatou (The Greek National Research Foundation), The merchant

12.15 Discussion

 

Concluding lecture

12.45 – 13.15 John Haldon (Princeton University)An Anatolian perspective

13.15 Conclusion

 

13.30 Lunch

 

COMMUNICATIONS SESSIONS 1 – 6

17.00 – 18.15 SATURDAY:

I.HISTORY

Chrestos Malatras, “The society of Serres in the fourteenth century: a microcosm  of the  empire?”

Georgios Panagopoulos, “The Helladic bishops in the aftermath of Chalcedon according to the Codex Encyclius (457)”

Alexander Panayotov, “Putting the Jewish communities of Byzantine Greece on the map: the sources”

Gethin Rees, “Mapping the Jewish communities of Byzantine Greece: a Geographical Information Systems approach”

Frank Trombley, “Athonite documents and the impact of war on mainland Greece, 10th – 14th c.”

 

II.APPROACHES TO REGIONAL ARCHAEOLOGY

Adam Izdebski / Marta Tycner / Tymon Sloczynski, “Trends in agricultural production in the longue durée: palynological data as a source for economic history”

Maria Papadaki, “Church-building activity in the Peloponnese: reflections on social and economic trends in the countryside in the Early and Middle Byzantine periods”

Efthymios Rizos, “New cities of the Tetrarchic period in the Balkans”

Elisavet Tzavella, “Urban and rural settlement in Early Byzantine and ‘Dark-Age’ Attica (4th – 9th c.)”

Eirini Zisimou, “The institutional Church in Early Christian Greece”

 

9.15 – 10.15 SUNDAY:

III.ARCHAEOLOGY (CASE STUDIES: AEGEAN GREECE)

Alkiviadis Ginalis, “The economy and coastal life of Skiathos: the question of Microcosm or Macrocosm in central  Greece”

Ioanna Koukounis, “ Toponymy and landownership on medieval Chios”

Stavroula Sdrolia / Sophia Didioumi, “The castle of Velika: research excavations at the coast of Kissavos”

Maria Sigala, “Hermits, monks and nuns on Chalke, a small island of the Dodecanese”

IV.HISTORY OF ART AND ARCHITECTURE

Sabine Berghoff, “Compromise versus appreciation – architectural remains during the Dark Ages

Andriani Georgiou, “Images of Saints Constantine and Helena in Greek churches: a set of conventions or reflections of the world in which they were made?”

George Makris, “Unknown or unseen? Thoughts on the monastic image of a Byzantine Holy Mountain”

Anastasios Tantsis, “The ‘Greek School’  in Byzantine architecture revisited”

 

9.15 – 10.15 MONDAY:

V.ARCHAEOLOGY (CASE STUDIES: MACEDONIA )

Nikolaos Karydis, “Basilica B at Philippi and the development of vaulted architecture in Early Byzantine Greece”

Samuel Provost, “The Byzantine topography of Philippi (6th c. – 14th c.): the decline and re-emergence of a Byzantine city”

Konstantinos Raptis, “The 7th – 8th-c. restoration of Acheiropoietos Basilica  and its significance for the urban continuity of Thessaloniki during the ‘Dark Age’”

Aikaterini  Tsanana, “Middle-Byzantine Hierissos: archaeological research at the entrance of Mount Athos”

 

VI.ANATOLIAN COMPARANDA

Anneka Asp-Talwar, “Who was Anna Anachoutlou?”

James Crow / Sam Turner, “Characterizing the historic landscapes of Byzantine Greece

Yaman Dalanay, “Trade and communications in Western Asia Minor during the Middle and Late Byzantine periods”

Remzi Yağcı, “The end of the Early Byzantine Period in Cilicia: the case of Soli Pompeiopolis”

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Premiers résultats sur la tour d’habitation de Darnieulles

La première campagne d’archéologie du bâti effectuée en août 2012 s’est concentrée sur l’étude des élévations intérieures du bâtiment.

Cette tour d’habitation édifiée par les sires de Darnieulles est datée par la critique historique du début du XIIe siècle. De plan quadrangulaire (15 x 11 m), ses murs font 1,25 m d’épaisseur. La face ouest mesure encore 12 m de hauteur. Le bâtiment présente trois niveaux. Le rez-de-chaussée était aveugle et devait être réservé à une fonction de stockage. Son niveau de sol n’est pas reconnu.

L’étage domestique mesure 12,50 m de long, 8,60 m de large, soit une surface de 110 m2, et présente une hauteur de 4,50 m. Il est doté d’éléments de confort, même si aucune latrine n’est reconnue. La cheminée (lg. 1,05 m) présente un conduit en biais. Les piédroits sont réalisés en grès. La hotte, posée sur consoles, n’existe plus, et nous ne pouvons que spéculer sur sa forme circulaire ou rectangulaire. Cette cheminée est l’une des, sinon la, plus ancienne connue dans l’est de la France. Sept fenêtres en sifflet sont réparties en trois types distincts sur l’ensemble des faces du bâtiment. L’étage était sans doute divisé en deux pièces, éventuellement séparées par une cloison en bois. Ce niveau d’habitation manifeste pourrait ainsi être assimilé à l’aula et à la camera. La porte d’entrée culmine au sommet d’une tour demi-circulaire adossée à la tour d’habitation, et dont il ne reste que les arrachements. On y accédait par un escalier en bois, voire une échelle. La porte présente une ouverture de 0,70 x 1,80 m à l’extérieur et 1,05 x 2,35 m à l’intérieur. Elle se fermait avec une poutre en bois logée dans l’épaisseur de la maçonnerie. À l’extérieur, elle est couronnée d’un linteau monolithe plat, sur lequel repose un second linteau à extrados segmentaire, lui-même couvert par un arc de décharge. Des traces de rubéfaction sur le parement au niveau du plancher laissent imaginer un violent incendie. Ce plancher devait reposer sur une armature en bois supportée en partie par des piliers.

Chéneau d’évacuation des eaux pluviales

L’ensemble était couvert d’une charpente composée de deux entrais, dont les logements sont encore identifiables, supportant une toiture en bâtière. Un chéneau d’écoulement des eaux de pluie a été mis en évidence le long du mur sud. Un parapet maçonné protégeait la toiture, qui restait invisible depuis le sol. Le fragment de tuile creuse très épais et ceux de TCA retrouvés au sein des maçonneries suggèrent que le bâtiment était initialement couvert de tegulae. Les morceaux de TCA retrouvés dans les gravats de la partie sommitale de la face sud montrent que l’édifice a été ensuite couvert de tuiles plates et creuses.

Fragment de tegula retrouvé dans la maçonnerie

L’ensemble de la tour est construit avec un calcaire à entroques issu des couches du Muschelkalk supérieur (t5), sur lequel le bâtiment est assis. Il s’agit de moellons (17 x 8 cm de gabarit moyen), assez finement équarris et bien assisés. L’appareillage présente peu de ruptures, essentiellement une reprise au centre de l’élévation sud, datée par C14 des années 1312-1433. Cette reprise pourrait ainsi être contemporaine de la grande phase d’extension du site et sa transformation en maison forte. Tous les éléments architecturés sont réalisés dans un grès à Voltzia à grains fins dont les nuances varient du rose au gris, issu des couches géologiques du Buntsandstein supérieur, qui affleurent à 2 km au sud. Un moyen appareil, situé au même niveau que les fenêtres, renforce la structure de la tour et donne une cohésion aux différentes faces, ce qui pallie à l’absence de contreforts sur le parement extérieur. Les chaînes d’angle sont également réalisées en grès, dont la hauteur des pierres équivaut à 3, voire 4 assises de moellons calcaire.

Le blocage des murs est constitué de calcaire, disposé à plat ou en épi. Ce dernier cas est un bon marqueur chronologique puisque ce principe est connu des bâtiments lorrains pour les XIe-XIIe siècles. La disposition en épi se présente en petites sections de quelques décimètres à 2 mètres. Les assises de réglages sont observables uniquement dans le blocage, à intervalles relativement réguliers (40 à 50 cm en moyenne). D’une face à l’autre du bâtiment, elles ne sont pas forcément alignées, ce qui montre une gestion non harmonisée du montage de la maçonnerie. Les pierres sont liées par un mortier de chaux et de sable beige, dans lequel on remarque par endroit des inclusions de tuileau. Le parement présente des joints creux, permettant l’accroche du pré-enduit. Sa datation (1019 à 1155 par C14) le fait attribuer à l’édification du bâtiment. Dans le cœur de la maçonnerie, le mortier apparaît plus blanc et avec moins d’inclusions. Il était apparemment très fluide, en témoignent les interstices entre les pierres qu’il a comblé par écoulement. Une vingtaine d’échantillons de mortiers ont été prélevés sur les élévations internes. Leur analyse est en cours.

101 trous de boulins, presque tous maçonnés et traversant, ont été recensés. L’ouverture, carrée, mesure en moyenne 11 cm. La gaine est maçonnée et est couverte de pierres formant linteaux. Les trous sont généralement perpendiculaires au mur, mais certains sont disposés en biais. La plupart du temps, un seul boulin les traversait, mais dans les parties basses, on observe des trous au sein desquels deux boulins pouvaient être reliés. La section des boulins était circulaire. Nous comptabilisons jusqu’à dix niveaux de platelage, espacés de 1 m à 1,20 m. Cette fréquence est destinée à faciliter la tâche des maçons en leur évitant des positions de travail inconfortables. Sur les grands côtés, les boulins sont alignés sur cinq rangées verticales alors que les petits côtés n’en comptent que trois. Les niveaux de platelage, identiques sur l’ensemble des élévations, suggèrent une phase unique de travaux. Quelques décalages dans l’organisation verticale des trous s’expliquent toutefois par la proximité d’une ouverture, un changement de perche, ou un oubli de placer le boulin. Ce principe d’échafaudage à platelage régulier et à un rang de perche est une constante dans les constructions militaires, civiles ou religieuses du XIe siècle.

La tour d’habitation de Darnieulles présente certaines caractéristiques techniques et stylistiques qui se rapprochent de donjons plus imposants, tels Vaudémont (54), Salives (25) ou Langeais (37). Ces comparaisons, les analyses physico-chimiques et la mise en œuvre des matériaux nous autorisent à repenser la période d’édification du bâtiment, en l’élargissant au XIe siècle.

Chantier de l’abbaye de Saint-Vanne : appel à volontaires (8 juillet-3 août 2013)

L’Université de Lorraine recherche des fouilleurs bénévoles pour compléter l’équipe du chantier de fouilles archéologiques qu’elle organise pour la deuxième année consécutive à la citadelle de Verdun, sur le site de l’abbaye Saint-Vanne, du 8 juillet au 3 août prochains (sous réserve évidemment que les autorisations nécessaires soient accordées).

Cette opération s’inscrit dans le cadre du projet AME (MSH-Lorraine), une étude historique et archéologique de l’abbaye entreprise depuis 2011 sous la direction de Valérie Serdon-Provost (Université de Lorraine, CRULH). Après une campagne de prospection géophysique (géo-radar) menée en septembre 2011 et une première campagne de fouilles en juillet 2012, cette deuxième campagne reprendra l’exploration de la nécropole, d’époque mérovingienne et postérieure, et des vestiges attribués au complexe ecclésiastique mis au jour l’an dernier. Un premier bilan archéologique de cette exploration est disponible sur cette page.

L’équipe se composera d’une vingtaine d’étudiants en archéologie, en majorité issus de l’Université de Lorraine et d’archéologues universitaires et de l’INRAP :

  • Valérie Serdon-Provost, Maître de conférences en histoire et archéologie du Moyen Âge (Université de Lorraine, CRULH), directrice de la fouille
  • Samuel Provost, Maître de conférences en archéologie de l’Antiquité tardive (Université de Lorraine, HISCANT-MA)
  • Jacques Guillaume, chargé de recherches au CNRS , spécialiste d’archéologie mérovingienne
  • Arnaud Lefevbre (anthropologue), Laurent Vermard (INRAP – Institut National de Recherches Archéologiques Préventives)

Conditions matérielles :

L’hébergement de la mission, pris en charge par l’Université de Lorraine, sera assuré en pension complète (y compris le week-end) par le groupe scolaire Sainte-Anne de Verdun. Le chantier est ouvert du lundi matin au samedi midi : le reste du week-end est libre et les étudiants ne sont alors pas requis de rester sur place (mais ils doivent prévenir le plus tôt possible de leur absence pour les besoins de l’intendance).

Le transport sur les lieux de la fouille est à la charge des participants.

Les volontaires doivent s’engager à rester si possible les quatre semaines de la fouille et au moins trois semaines consécutives. Les candidats sont invités à se faire connaître en envoyant une lettre de motivation et un CV à cette adresse ou bien en remplissant le formulaire ci-dessous :

[formidable id=2 title=true description=true]

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Chantier de l’abbaye Saint-Vanne de Verdun : bilan 2012 et perspectives 2013

par Valérie Serdon-Provost.

Rappel des objectifs généraux, des enjeux de l’opération

 

Vue aérienne de la fouille en juillet 2012 (©M. Perreaux, Mairie de Verdun)

Depuis 2011, des enseignants-chercheurs de l’université de Lorraine (EA 3945 CRULH et EA 1132 HISCANT-MA) conduisent, sous l’égide de la MSH Lorraine, un programme de recherche archéologique sur la citadelle de Verdun, en partenariat avec l’INRAP. Dans le cadre limité de ce programme, une évaluation du potentiel archéologique dans la zone du complexe abbatial Saint-Vanne de Verdun est proposée afin d’établir une chronologie d’occupation et préciser la nature et l’état de conservation des vestiges. La fouille devrait enrichir la connaissance de l’évolution de l’abbaye (notamment de l’église, des bâtiments conventuels, de l’enceinte monastique et du cimetière), du bourg abbatial et de sa relation avec le castrum ainsi que l’occupation antique présumée (rempart, nécropole, basilique et voie en particulier). À terme, cela devrait permettre de réévaluer la topographie historique de la ville.

 

Plan général de la fouille de Saint-Vanne (état 2012)

Avancement de l’opération

Pour la campagne 2012, quatre objectifs avaient été clairement définis :

1)              Préciser l’emprise du dernier état de l’abbatiale (apparaissant sur les plans du Génie vers 1830) et la situer par rapport aux bâtiments modernes (notamment le grand bâtiment de troupe Beaurepaire daté de 1834 risquant d’avoir entamé le chevet)

2)              Dresser un premier bilan de l’état de conservation des substructures architecturales

3)              Dater de façon objective les étapes de construction du bâtiment dégagé puisque les documents iconographiques font apparaître des éléments romans et gothiques. Mettre au jour d’éventuelles constructions plus anciennes relatives aux édifices de culte qui auraient précédé l’implantation de l’abbaye, un peu avant l’an Mil.

4)              Confirmer — comme le suggèrent les premiers sondages et les « fouilles » anciennes — que le bâtiment s’intègre dans un espace occupé plus vaste, laïc, et étudier les relations qu’il entretient avec les constructions antérieures mais aussi la position et l’orientation de sépultures associées (dont la présence a été établie par F. Gama).

 

Description des résultats obtenus en 2012 par rapport aux objectifs du projet et de l’année

Tombe-coffre de la nécropole sud de Saint-Vanne

La première campagne a déjà amené quelques réponses tout en obligeant l’équipe à réévaluer, au fur et à mesure, ses priorités, eu égard à la nature des découvertes qui n’ont pas été d’emblée « lisibles », notamment les sépultures aménagées dans le substrat rocheux. De plus, la mise en évidence de nombreux réseaux d’adduction d’eau modernes et d’une carrière laissaient présager de vastes destructions.

Parmi les acquis notables, on peut souligner l’occupation du haut Moyen Âge confirmée dans une zone proche de ce qui allait devenir l’abbatiale à l’époque romane puis gothique. L’aspect le plus remarquable, en effet, est la découverte de mobilier bien daté dans quelques sépultures privilégiées mérovingiennes (période MA 1 — 480-520) qui n’avaient pas été pillées ou seulement en partie. La chronologie d’extension de la nécropole reste à préciser (de même que ses liens avec un lieu de culte contemporain présumé) car les tombes sont loin d’avoir toutes livré un dépôt funéraire ou du mobilier datant. Quelques prélèvements ont été faits sur des ossements pour pouvoir établir des datations 14C. Une sépulture en coffre a été fouillée et peut être le début d’une structure à hypogée. Les ossements sont en général très mal conservés, quelques-uns ont même été dispersés dans des couches remaniées par des aménagements récents. Ce surcreusement explique que les niveaux supérieurs d’occupation aient disparu dans ce secteur et que les niveaux mérovingiens affleurent. Tous marquages éventuels des sépultures en surface ou de structures funéraires légères en bois par exemple, ont, de fait, disparu.

De la nef et du mur gouttereau sud de l’édifice encore en élévation au début du XIXe siècle, il ne reste rien. Tous les éléments connus d’après les plans et les gravures anciens ont disparu, récupérés vraisemblablement par le Génie à un moment où le besoin en matériau était impératif (construction du grand bâtiment de troupe Beaurepaire en 1834). Côté sud, l’église abbatiale a été démontée pierre par pierre jusqu’aux fondations. Aucune trace de mortier n’est visible sur le rocher mais il est vrai que la nature du calcaire ne simplifie pas la lecture.

Massifs de maçonnerie du chevet (?)

La chronologie des étapes de construction de l’abbatiale n’a donc pas pu être précisée dans ce secteur mais rien ne certifie que les destructions ont été aussi importantes côté nord, même si la présence de nombreux réseaux contemporains d’adduction d’eau est à craindre dans ce secteur proche de la tour dite Saint-Vanne qui a servi de château d’eau.

 

Description de l’évolution des objectifs et de l’opération ; organisation et réalisations prévues pour l’année 2013

Au-delà des questions de chronologie et d’organisation des espaces d’inhumation et de leur rapport avec un éventuel lieu de culte, cette enquête permettra de préciser les référentiels typologiques en matière de mobilier, notamment céramique, et d’intégrer des données anthropologiques dans les bases de données régionales. Elle permettra de préciser les observations menées sur la gestion topographique du cimetière en fonction de l’âge au décès et du sexe, l’état sanitaire des populations ou les pathologies. Une réflexion sera d’autre part menée sur la réorganisation des lieux dévolus aux morts, en particulier le passage de l’inhumation ad sanctos, près des corps saints, au lieu imposé comme le cimetière paroissial Saint-Remi, proche, mais qui reste à localiser. D’autre part, la typologie des contenants funéraires, notamment les sarcophages en pierre, sera l’occasion d’une étude des matériaux et des techniques de mise en œuvre, ouvrant des perspectives économiques et culturelles.

De plus, la compréhension de l’accomplissement technique et artistique relatif aux différentes phases de construction de l’abbatiale passe par l’étude du chevet qui fera l’objet d’une attention particulière. Un massif maçonné hémicirculaire avec des réemplois romans a été mis au jour cette année : il s’agira de préciser sa relation avec un sol et deux négatifs de piliers découverts. L’enjeu de ce secteur est de percevoir les aménagements antérieurs à l’état gothique tardif de l’abbatiale (état roman voire du haut Moyen Âge de l’édifice). Au-delà des seuls indices stratigraphiques, cette recherche s’appuie sur l’inventaire systématique des éléments architecturaux (fragments de nervures, de colonnettes, de remplages, de décors sculptés), sur les traces relatives aux modes de couverture, voire d’indices plus ténus de constructions en matériaux légers (négatifs de construction en bois, surtout pour le premier Moyen Âge).

Structure hypogée en cours de fouille

Dans les années prochaines, la prospection géoradar déjà réalisée en 2011 sera doublée par d’autres méthodes géophysiques (magnétique et électrique) pour planifier, comme il avait été envisagé durant la dernière année de fouille, l’implantation de sondages dans la zone du cloître et de la cour ouest de l’abbaye. Une enquête paléo-écologique a pour ambition de tenter de restituer l’aspect des paysages, avant et pendant l’occupation du site. Une étude géologique et géomorphologique devrait permettre de percevoir la topographie du site avant les aménagements anthropiques comme les terrassements importants — s’évaluant en mètres — de l’époque moderne. Elle sera doublée d’une étude pédologique en vue de déterminer le potentiel agricole et les principales catégories de terroirs. L’évolution du couvert végétal sera appréciée par la détermination des pollens, des paléo-semences et des macro-restes végétaux contenus dans les sédiments prélevés et les couches archéologiques tamisées. Une réflexion sera menée sur la déforestation autour de l’abbaye — pour les besoins en bois d’œuvre ou tout simplement dans le cadre d’une politique extensive des aménagements humains — et sur la mise en culture, en vigne ou en céréales, en fonction des moyens dont elle disposait et des nécessités alimentaires.

 

En 2013, l’accueil d’une équipe d’une trentaine de personnes sur le chantier pendant un mois est prévu.

Dates : du 8 juillet au 3 août 2013

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : la leçon inaugurale de Sandrine Huber (11 avril, 17h, MSH Lorraine)

Dans le cadre de son nouveau cycle annuel de conférences, la MSH Lorraine invite les nouveaux enseignants-chercheurs de l’université de Lorraine et les chercheurs invités à présenter leurs travaux au cours d’une leçon inaugurale. Sandrine Huber, nouvelle titulaire de la chaire d’archéologie classique créée à l’origine pour Paul Perdrizet (en 1909), a choisi d’honorer son prestigieux prédécesseur en donnant, le jeudi 11 avril à 17h00, une conférence intitulée « L’archéologie du sacrifice en Grèce antique : de Delphes au musée archéologique de l’université de Lorraine sur les traces de Paul Perdrizet » :

L’archéologie des sanctuaires antiques est passée d’un discours centré sur la trilogie architecture/statuaire/inscriptions à un discours multiforme sur les actes rituels célébrés en l’honneur de la divinité à laquelle était consacré le lieu de culte, devenant une discipline à part entière : l’archéologie du culte. L’histoire des religions antiques est à la mode aujourd’hui et l’archéologie constitue, aux côtés des textes, une source documentaire essentielle, au bénéfice des développements dans les domaines directement impliqués dans les études archéologiques (architecture, céramologie, archéozoologie, anthropologie, paléopathologie, carpologie, anthracologie, palynologie, etc.). L’exposé tend à revisiter le sacrifice animal, l’un des actes rituels majeurs pour les anciens Grecs, dans la perspective de cette nouvelle discipline en mettant en exergue des documents conservés à l’université de Lorraine : les archives laissées par Paul Perdrizet – premier professeur d’archéologie classique à l’université de Nancy, qui fut sans le savoir un pionnier de l’archéologie du culte lors de la « Grande Fouille » du sanctuaire panhellénique d’Apollon à Delphes en 1894 – et un vase du Ve siècle avant notre ère conservé au musée archéologique de l’université de Lorraine, descendant de la collection archéologique constituée par Paul Perdrizet entre 1901 et 1908.

La conférence de Sandrine Huber sera suivie d’une présentation par Samuel Provost, maître de conférences d’archéologie de l’Antiquité tardive, des archives scientifiques de Paul Perdrizet qui font l’objet d’un nouveau programme de recherche, porté par l’EA 1132 HISCANT-MA :

En 1981 décédait Lucile Gallé-Perdrizet, fille d’Émile Gallé et veuve de Paul Perdrizet, premier titulaire de la chaire d’archéologie et d’histoire de l’art créée en 1909 à l’université de Nancy. À l’initiative de Fr. Th. Charpentier, amie personnelle de Lucile Gallé, ses héritiers acceptèrent de faire don à l’université de Nancy des archives scientifiques du savant mort en 1938. Ce fonds d’une grande importance matérielle (20 ml de cartons, plus de 3000 clichés pour la période 1899-1938) est resté inexploité, sans être inventorié, jusqu’à nos jours. Le travail de classement mené sur le fonds depuis l’été 2012, associé à l’établissement et à l’analyse de la bibliographie complète de Paul Perdrizet permet de dresser un premier tableau de son activité scientifique d’archéologue classique et de médiéviste, tout en montrant quel fut l’impact de son implication dans les établissements Gallé. Il conduit à planifier les différentes étapes de l’exploitation systématique et de la mise en valeur de ce fonds d’une grande valeur pour l’histoire de l’université et de l’industrie lorraine.

Jeudi 11 avril, 17h00, salle internationale de la MSH Lorraine, 91 avenue de la Libération, Nancy. Présentation de la double conférence sur le site de la MSH Lorraine.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : Zeugma III (C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, J.-B. Yon)

Catherine Abadie-Reynal publie, avec Rifat Ergeç, dans le troisième volume des recherches sur Zeugma, la deuxième partie des fouilles de l’habitat romain et romain tardif, consacrée à la grande maison dite des Synaristôsai. Le même volume comprend une série d’inscriptions nouvelles, provenant pour l’essentiel des nécropoles, publiées par Jean-Baptiste Yon.

C. Abadie-Reynal, R. Ergeç, J.-B. Yon, Zeugma III : fouilles de l’habitat. 2. La maison des Synaristôsai. Nouvelles inscriptions. (Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 62), Lyon, 2012, ISBN 978-2-35668-025-9 – 35 €.

La première partie de ces fouilles est également parue en 2012, mais dans la collection Varia Anatolica (vol. XXVI) de l’IFEA :

C. Abadie-Reynal, J.-P. Darmon, R. Ergeç, M. Önal, Zeugma I : fouilles de l’habitat (Varia Anatolica, XXVI), Istanbul, Paris, 2012.

 

Présentation de l’ouvrage sur le site de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus