Conférence : « L’armement et les techniques de combat en Orient et en Occident durant la période des Croisades. Aspects techniques et culturels » par V. Serdon (Bruxelles, 24 mars)

CYCLE DE CONFÉRENCES DE L’INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE BELGIQUE

MARS 2014

 

Mardi 4 mars à 19h 

M. Robert FOX, Professeur émérite de l’Université d’Oxford.

Savants et politiques dans la France du 19ème siècle.

 

Mercredi 5 mars à 19h

M. Ralph DEKONINCK, Professeur à l’UCL

Image du spectacle et spectacularisation de l’image à l’âge baroque.

 

Mercredi 12 mars à 19h

M. Thomas BRUSS, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

            Modèles de sociétés humaines et probabilité de survie.

 

Vendredi 14 mars à 19h

Mme Anne CLERVAL, Maîtresse de conférences en géographie, Université de Paris-Est, Marne la Vallée.

Les transformations contemporaines de l’espace social parisien.

 

Lundi 17 mars à 9h

M. Didier FRANCK, Professeur Université Paris-Ouest.

Philosophie contemporaine. Phénoménologie.

 

Jeudi 20 mars à 19h

M. Alain DELATTRE, Professeur (ULB)

            Entre christianismes et paganismes en Egypte : recherches de terrain.

 

Lundi 24 mars à 19h

Mme Valérie SERDON, Maître de conférences en histoire et archéologie médiévales à l’Université de Lorraine – Nancy

L’armement et les techniques de combat en Orient et en Occident durant la période des Croisades. Aspects  techniques et culturels.

 

Mardi 25 mars à 19h

M. GUBEL Eric, Directeur de la section Antiquité aux Musées du Cinquantenaire

            L’art égyptien extra-muros : la troisième période intermédiaire est le Levant.

 

Jeudi 27 mars à 19h

M. FIALA David, Professeur à l’Université de Tours

L’âge d’or des Chantres des anciens Pays-Bas bourguignons, 1450-1550.

 

Vendredi 28 mars à 19h

Mme Pascale DESRUMAUX, Professeure des universités (Lille 3).

Harcèlements au travail et structuration du pouvoir dans les organisations ; évidences et paradoxes.

 

 

 

CONFÉRENCES AVRIL 2014

 

 

 

Mercredi 2 avril à 19h

M. Michele BACCI, Professeur à l’Université de Fribourg (Suisse)

L’image absidale du Latran et la mise en scène du sacré au Moyen Âge.

 

Mardi 22 avril à 19h

M. Robert WISNIEWSKI, Professeur à l’Université de Varsovie

 Les chrétiens, les païens, les juifs et la divination par les livres sacrés.

 

Jeudi 24 avril à 19h

Mme Mercè BOIXAREU, Vice-rectrice et Professeur ordinaire émérite de la UNED (Madrid)

Les grands moments de la poésie catalane.

 

 

INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES

DE BELGIQUE – ASBL

Salle Baugniet – Av. Jeanne, 44 – 1050 Bruxelles

Tél. : 02/650.33.43 – 02/649.75.39

Courriel : iheb@ulb.ac.be – nbarbuta@ulb.ac.be

Web : http ://www.ulb.ac.be/enseignements/iheb

 

—————————————————————————————————

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde » par P. Périn et V. Gallien (Jeudi 3 avril, 17h, MSH)

Autopsie d'une reine

Patrick Périn, conservateur général honoraire du patrimoine et directeur honoraire du Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, et Véronique Gallien, anthropologue au CEPAM et à l’INRAP, donneront une conférence intitulée « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde », le jeudi 3 avril 2014, à 17h, à la MSH Lorraine (salle internationale).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Fouilles de l’abbaye Saint-Vanne (Verdun) : résultats préliminaires de la campagne 2013

Fig. 1 — Plan de l’emprise de la fouille avec positionnement de l’abbaye
Fig. 1 — Plan de l’emprise de la fouille avec positionnement de l’abbaye

La seconde campagne de fouilles s’est déroulée durant le mois de juillet 2013 avec une équipe d’une trentaine de personnes dont plusieurs chercheurs encadrants (université, CNRS, INRAP). Un bilan de la seconde année de recherche a été rédigé et déposé au Service régional de l’Archéologie en décembre 2013 (140 pages environ) pour justifier les choix scientifiques et les dépenses déjà engagées[1].

Comme prévu — et pour respecter les objectifs initiaux — la première campagne s’est concentrée sur la zone de l’ancienne église abbatiale et de ses abords (le long du mur gouttereau côté sud et au niveau de l’emplacement présumé du chevet). Un autre sondage extensif a concerné l’extension de la nécropole, au sud. Cette surface, dégagée en partie à la pelle mécanique, a représenté 1500 m² environ. La seconde campagne s’est particulièrement attachée à préciser la chronologie d’occupation sur une partie des secteurs 1 et 2 (Fig. 1).

Fig. 2 — Vue des ossements tapissant le fond de l’ossuaire dans la structure semi-enterrée
Fig. 2 — Vue des ossements tapissant le fond de l’ossuaire dans la structure semi-enterrée.

Malgré la présence de nombreux réseaux d’adduction d’eau modernes, d’une tranchée de la Première Guerre mondiale et d’une carrière, qui laissait présager de vastes destructions, des acquis notables sont pourtant à mettre au crédit de l’équipe : parmi ceux-ci, on peut souligner l’occupation du haut Moyen Âge confirmée dans une zone proche de ce qui allait devenir l’église abbatiale au cours du bas Moyen Âge. L’aspect le plus remarquable est la découverte de mobilier bien daté dans quelques sépultures privilégiées mérovingiennes qui n’avaient pas été pillées ou seulement en partie. Ces éléments nous permettent de dater les tombes entre 480 et 520 (période MA 1)[2]. La chronologie d’extension de la nécropole a été précisée en 2013, de même que ses liens avec un lieu de culte contemporain présumé. Une sépulture en coffre a été fouillée et le début de ce que l’on croyait être une structure hypogée en 2012 qui s’est révélé être effectivement un bâtiment semi-enterré orienté est-ouest d’environ huit mètres de largeur, à l’origine couvert d’enduit peint et vitré avec une entrée aménagée à l’ouest entre deux bases de colonne ; elle pourrait être une chapelle funéraire réutilisée en ossuaire (Fig. 2). Un surcreusement explique que les niveaux supérieurs d’occupation aient disparu dans ce secteur, notamment le niveau de sol de la nef et le mur gouttereau sud de l’église abbatiale encore en élévation au début du XIXe siècle et que les niveaux mérovingiens affleurent.

La chronologie des étapes de construction du bâtiment religieux a pu être précisée dans sa partie orientale. Le massif maçonné hémicirculaire, construit en partie avec des éléments gothiques en réemploi, est identifié comme étant le chevet de l’abbatiale daté de la seconde moitié du XVe siècle (son relevé topographique correspond d’ailleurs parfaitement avec celui réalisé au XIXe siècle par le Génie, Fig. 1 et 3). Dans un niveau chronologiquement antérieur – qui a conduit en partie au démontage de ce massif –, des négatifs de piliers, associés à un sol en mortier de tuileau, ont été découverts. Ils sont interprétés comme étant les supports d’une crypte[3]. Au-delà des seuls indices stratigraphiques, cette recherche s’appuie sur l’inventaire systématique des éléments architecturaux (fragments de nervures, de colonnettes, de remplages, de décors sculptés).

Fig. 3 — Vue de la maçonnerie du chevet en cours de fouille
Fig. 3 — Vue de la maçonnerie du chevet en cours de fouille

La fouille a révélé une densité assez importante de sépultures à inhumation, à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments de culte. Les tombes ont souvent fait l’objet remaniements, volontaires ou non, et la conservation osseuse est plus que souvent médiocre. Cependant, les observations et les données métriques collectées lors de la fouille nous permettent de restituer une partie des gestes funéraires et de dresser une première carte d’identité biologique des défunts, l’étude étant toujours en cours.

Valérie Serdon-Provost (EA 3945 CRULH – Université de Lorraine)


[1] Le projet a été soutenu financièrement en 2013 par la MSH, le Ministère de la Culture et de la Communication (Service Régional de l’Archéologie), le Conseil Général de la Meuse, l’Université de Lorraine et mon laboratoire de recherche (CRULH) ainsi que l’HISCANT-MA , l’INRAP, la société Maximo à hauteur de 39 000 euros pour l’année 2012. Cet argent a été utilisé pour mener à bien la campagne sur le terrain et pour investir en matériel scientifique. D’autre part, la CODECOM de Verdun a offert un soutien logistique très précieux.

[2] Voir l’étude de Jacques Guillaume dans Serdon et al . 2012.

[3] Peut-être du XIe siècle d’après François Héber-Suffrin, professur émérite en histoire de l’art du Moyen Âge.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Appel à communication : colloque international « Vies d’objets, souvenirs de guerres » (8-10 octobre 2014)

Le Centre de Recherche sur les Médiations (CREM), EA 3476 de l’Université de Lorraine organise un colloque interdisciplinaire et international sur le thème « Vie d’objets, souvenirs de guerre » du 8 au 10 octobre 2014, à l’UFR SHS-Metz de l’Université de Lorraine et au musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte.

Extrait de l’appel à communication :

Les objets du passé : une question d’actualité
Dans l’hebdomadaire Paris Match (Caroline Fontaine, 7-13/11/13), un article titré « 1914-1918. On a retrouvé le soldat Leguay » raconte l’histoire d’un soldat mort en 1915, dont le corps n’avait jamais été retrouvé. C’est en 2012 que quelques ossements, un casque, deux médailles pieuses et une plaque d’identification sont découverts par l’anthropologue Michel Signoli. Outre leur intérêt scientifique, ces trouvailles permirent d’attester du décès d’un homme dont l’État avait reconnu la réalité après l’Armistice, en 1919, mais sans qu’aucune preuve de celle-ci n’ait pu être fournie. Aujourd’hui, le sous- lieutenant Leguay est enterré à la nécropole de Minaucourt (Marne). Mais en sortant de l’oubli, ces objets, décrits comme étant des « reliques sacrées pour les descendants […] et des éléments d’identification pour l’armée », ont également clarifié les circonstances obscures d’une disparition. En effet, le casque du soldat Leguay porte les traces de la pluie d’obus dont il a probablement été victime.
D’une certaine façon, de tels objets qui racontent la fin de vie d’un homme racontent aussi celle de milliers d’autres. À la charnière entre un itinéraire privé et une histoire commune, ils attestent d’un conflit dont la violence perdure après sa fin, beaucoup des corps de ceux qui ont péri n’ayant pas été retrouvés. Objets apportant des preuves, ils sont aussi investis d’une charge affective puisque les descendants du soldat peuvent désormais compléter des pages blanches de l’histoire familiale. Enfin, parce qu’ils sont le fruit d’une découverte dont l’article de Paris Match dépeint, entre autres caractères, la dimension « religieuse », leur portée est aussi symbolique, le sens qui leur est attribué aujourd’hui transcendant la fonction qu’ils remplissaient hier. Ainsi la disparition et réapparition de ces objets en font-elles les relais d’une articulation particulière entre passé et présent.
C’est un questionnement de cet ordre qui est au centre du colloque interdisciplinaire et international « Vies d’objets, souvenirs de guerres ». Précisément, il s’agit de retracer des vies d’objets en les positionnant au sein d’un continuum où se succèdent des investissements politiques, symboliques, affectifs et/ou patrimoniaux. Ceci à partir du moment où un conflit, quels qu’en soient l’époque et le lieu, est investi d’une dimension mémorielle. Un objectif scientifique qui est en lien avec des préoccupations sociales, les objets étant non seulement au centre de plusieurs expositions à dimension historique (voir, par exemple : « 1917 », Centre Pompidou-Metz, 2012 : « Vies d’exil 1954-1962. Des Algériens en France pendant la guerre d’Algérie », Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 9 octobre 2012-19 mai 2013), mais au cœur de parcours muséaux dont celui du nouveau Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion (Gravelotte, Moselle).

Un questionnement à plusieurs entrées
Si des travaux envisagent la dimension sociale des objets selon une perspective qui, d’une part, est celle de la création et/ou de l’innovation et, d’autre part, fait référence aux traces collectives les constituant (Appadurai, dir., 1986 ; Bromberger, Chevallier, dirs, 1999), c’est à la « carrière » privée et/ou publique des objets que le colloque s’attachera. Il le fera en invitant des chercheurs de disciplines différentes à partager leurs points de vue et résultats, non seulement ceux qui, traditionnellement, s’intéressent aux objets (anthropologues, ethnologues, historiens et archéologues, chercheurs en sciences de l’information et de la communication, sociologues…), mais aussi à d’autres (chercheurs en littérature, en sciences de l’art, en sciences du langage…). Ceci pour renouveler les approches et mieux comprendre le rapport que les objets entretiennent au souvenir, au témoignage, à l’histoire et/ou à la médiation mémorielle en tenant compte, à l’instar des carrières professionnelles, des seuils, des étapes, des bifurcations…
Pour autant, si la dimension économique peut croiser ce projet, elle sera abordée comme l’une des manifestations par lesquelles un objet marque sa présence au monde. Il en sera de même des caractères culturels, politiques, esthétiques dont il est attendu qu’ils soient mis en résonance avec des vies d’objets… De ce point de vue, dans The Social Lifes of Things. Commodities in Cultural Perspectives (Appadurai, dir.,1986), il était déjà question de contester et dépasser le clivage ordinaire entre valeur d’usage et valeur d’échange pour montrer la complexité à l’œuvre dans la notion de valeur. Précisément, la valeur est ici autant d’usage que d’échange : elle s’attache à des objets dont les propriétés qui sont celles de leur utilisation en temps de guerre, se sont transfigurées au fur et à mesure de leurs usages/échanges ultérieurs. À l’instar du casque du soldat Leguay, les objets ayant appartenu à une personne connaissent une vie qui transcende la singularité du sujet pour viser le collectif tout en ne la négligeant pas. Si le casque découvert sur un champ de bataille traduit la violence des armes qui ont provoqué la mort de milliers d’hommes, l’interprétation résultant de l’analyse des impacts d’obus permet à la famille de savoir comment un aïeul est mort.
Au vu de ce cadrage, quatre axes de travail sont envisagés. L’un considère ces objets – notamment – à l’aune du modèle d’objet-frontière (Star, 1988 ; Star, Griesemer, 1989) qui permet de mettre en évidence les traits relatifs à la flexibilité interprétative, à la structure matérielle et organisationnelle, aux questions d’échelle et de granularité. Un autre consiste à explorer la dynamique et les processus à l’œuvre dans l’appropriation et les modes de circulation des objets dans le temps et dans l’espace ; un autre encore où les objets sont considérés comme des partenaires à part entière des interactions sociales. Enfin, les objets porteurs de mémoire ou d’histoire ont pour fonction de dire ce à quoi nous tenons. De ce point de vue, ne peut-on avancer qu’ils comptent doublement ? Ce qui est susceptible de faire débat, si ce n’est d’ouvrir des controverses.

La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 15 mars 2014
Voir le texte complet de l’appel à communication et les renseignements pratiques.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus