Table ronde : « Constituer la tombe, honorer les défunts en Méditerranée hellénistique et romaine »

Alexandrie_Table ronde_Constituer la tombe_Affiche

Table ronde organisée par l’École française d’Athènes et le Centre d’études alexandrines, Alexandrie, du 30 octobre au 1er novembre 2014

Programme de la table ronde

Des travaux récents menés sur des ensembles funéraires antiques du bassin méditerranéen ont permis de développer des méthodes adaptées à la mise en évidence des pratiques et des rites funéraires. Il est ainsi désormais possible d’aborder, grâce à la documentation archéologique, les stratégies rituelles mises en oeuvre par les sociétés antiques pour honorer leurs morts. L’étude fine des structures (aires de crémation, tombe, fosse, table à offrandes, etc.), des contextes archéologiques (sols, dépôts, remblais, etc.) et des vestiges cérémoniels (céramique, os animaux, restes carpologiques, etc.) sans oublier les relations que l’on peut établir entre ces vestiges et le mort (d’où l’importance essentielle de l’analyse et des observations anthropologiques), permettent de restituer au tombeau sa fonction essentielle de lieu de culte funéraire.

La définition (juridique, religieuse, mémorielle) de la tombe, bref la constitution de la tombe, sera étudiée. Un volet de la réflexion concernera les méthodes déployées sur le terrain et dans le traitement des sources documentaires. Un autre définira la place du mort dans l’organisation des tombeaux (à Rome, ce sont les restes du défunt qui définissent la tombe comme un ‘lieu religieux’). Il sera également question des rituels funéraires célébrés lors de la mise au tombeau et de la visite faite aux défunts. Cette table ronde sera l’occasion de présenter les méthodes mises en oeuvre dans le cadre d’opérations récentes, en Égypte, au Proche-Orient, en Grèce, en Italie, dans le midi de la France, etc. Les limites de la documentation (et de la méthode) seront évaluées. Un inventaire des pratiques funéraires mises en évidence sera dressé qui permettra d’aborder de façon nouvelle la diversité, au gré des communautés, des stratégies funéraires qui encadraient la transformation du défunt et son installation dans l’altérité de la mort.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Colloque « Philippes 1914-2014 Cent ans de recherches de l’École française d’Athènes » (Thessalonique et Kavala, 23-25 octobre)

Plan restitué de Philippes (© S. Provost 2014)
Plan restitué de Philippes (© S. Provost 2014)

Cité grecque fondée dans une aire de peuplement thrace, conquise par Philippe de Macédoine, colonisée plus tard par les Romains et visitée par l’apôtre Paul, Philippes s’est durant des siècles trouvée au carrefour entre Orient et Occident, sur la principale route qui menait de l’Italie à l’Asie Mineure en passant par Byzance.

Aux origines, il y eut Daton, puis Krénidès, établissements grecs en terre thrace. Les mines d’or du Mont Pangée exercèrent un attrait irrésistible sur le roi Philippe de Macédoine, père d’Alexandre le Grand, qui annexa l’établissement en 356 av. J.-C. et lui donna son nom. Le site continua à occuper le devant de la scène : c’est dans la plaine de Philippes qu’eut lieu en 42 av. J.-C. la bataille opposant Brutus et Cassius, les
assassins de César, aux héritiers de ce dernier, Octave (le futur Auguste) et Antoine. Ce dernier fonda une colonie et y installa ses vétérans. Un siècle plus tard, l’apôtre Paul débarqua non loin de là pour sa première escale en territoire européen. Son passage est relaté dans les Actes des Apôtres. Philippes abrita la première communauté chrétienne d’Europe. Les grandes basiliques construites entre le IVe et le VIe s. sur le modèle des églises de Constantinople dominent encore le site.
Abandonné au ΧΙVe s., le site est décrit par divers voyageurs depuis la Renaissance. En 1861, Napoléon III dépêche une expédition scientifique en Macédoine. Dirigée par Léon Heuzey, celle-ci a pour mission d’étudier les sites liés à l’histoire de César à laquelle travaille l’empereur. C’est ainsi qu’est réalisé le premier inventaire systématique des vestiges archéologiques de Philippes, consigné dans la Mission archéologique de Macédoine, parue en 1876. Ce n’est qu’au début du XXe s. que le site commence à faire l’objet d’investigations systématiques grâce à de l’École française d’Athènes qui y organise une première mission d’étude en 1914.
Dans l’entre-deux-guerres, des fouilles d’envergure permettent de mettre au jour le centre monumental de la colonie romaine et les basiliques chrétiennes. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Service
archéologique grec, la Société archéologique d’Athènes et l’Université Aristote de Thessalonique mènent des recherches ainsi que des travaux de préservation et de valorisation des monuments. Parallèlement, l’École française a poursuivi son travail de recherche au moyen de fouilles de moindre ampleur, de prospections, d’études et de publications de matériel archéologique.

Organisé à Thessalonique le 24 octobre 2014, le colloque du 100e anniversaire – « Le site de Philippes, passé, présent, avenir » – aura pour objectif de dresser un bilan des recherches menées depuis un siècle sur le site et de dessiner les perspectives des études futures, dans tous les domaines (archéologie, architecture, prospections, géomorphologie, épigraphie, histoire) et pour toutes les périodes (de la préhistoire à la
période byzantine). La table ronde qui clôturera le colloque, animée par des représentants du ministère de la culture grec, prendra appui sur cette synthèse des travaux passés ou présents pour dessiner les contours de la politique scientifique des années à venir.
Une séance spéciale de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sera consacrée au site de Philippes le 14 novembre 2014. Conçue comme un prolongement du colloque de Thessalonique, cette journée permettra de mettre l’accent sur les études d’épigraphie et d’architecture menées par l’École française d’Athènes sur le site.

Programme du colloque à Thessalonique et Kavala

23 octobre — Thessalonique
Musée de la Civilisation byzantine
18h Adresses:
Agathonikè Tsilipakou, Directrice du Musée de la Civilisation byzantine
Alexandre Farnoux, Directeur de l’École française d’Athènes
18h45 Conférence inaugurale :
Pierre Ducrey, Associé étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France), Président du Conseil d’administration de l’École française d’Athènes
« Philippes, la redécouverte d’un site. 100 années de recherches historiques et archéologiques »

24 octobre 2014 – Thessalonique
Colloque international : « Le site de Philippes, passé, présent, avenir ». Musée de la Civilisation byzantine

Bâtiment administratif, Amphithéâtre Stephanos Dragoumis
9h30. Haïdo KOUKOULI-CHRYSSANTHAKI, membre de la Société archéologique, ancienne Éphore des Antiquités préhistoriques et classiques de Kavala :
« Le site de Philippes : le cadre géographique et l’occupation humaine durant la préhistoire ».
Discutant : Laurent LESPEZ, professeur à l’Université de Paris Est créteil

10h30. Olivier PICARD, membre de l’Institut de France :
« Philippes, Thasos et les Thraces : une affaire d’argent ».
Discutant : Séléné PSOMA, professeur à l’Université capodistrienne d’Athènes

11h30. Miltiade HATZOPOULOS, associé étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de l’Institut de France, ancien directeur du KERA, Fondation nationale de la Recherche scientifique :
« Philippes, cité macédonienne »
Discutant : Patrice HAMON, professeur à l’Université de Rouen

15h00. Michel SEVE, professeur émérite de l’Université de Lorraine :
« Philippes, colonie romaine : urbanisme, architecture et territoire »
Discutant : Georges Tirologos, Ingénieur d’études à l’Université de Franche Comté

16h00. Athanase RIZAKIS, directeur de recherche honoraire au KERA, Fondation nationale de la Recherche scientifique :
« Philippes, colonie romaine : société, institutions, cultes »
Discutant : Cédric BRELAZ, maître de conférences à l’Université de Strasbourg

17h00. Aristotelis MENTZOS, professeur à l’Université Aristote de Thessalonique :
« Philippes, ville chrétienne et protobyzantine »
Discutant : Samuel PROVOST, maître de conférences à l’Université de Lorraine

18h30 – 20h30. Table ronde animée par Maria Vlazaki, Secrétaire générale des Antiquités et de l’Héritage culturel au Ministère de la Culture
« Philippes au XXIe siècle : programmation scientifique, protection et valorisation du site »

25 octobre 2014 – Kavala

Matinée : départ de Thessalonique pour Kavala

Musée archéologique de Kavala.
17h00. Remerciements
17h30. Maria NICOLAÏDOU-PATERA, Éphore des antiquités préhistoriques et classiques de Kavala :
« Les travaux de la XVIIIe ΕΠΚΑ à Philippes »
18h30. Stavroula DADAKI, Éphore des antiquités byzantines de Kavala :
« Les travaux de la 12e EBA à Philippes »
19h00. Natalia POULOU, professeur à l’Université Aristote de Thessalonique :
« Les travaux de l’Université de Thessalonique à Philippes »
19h30. Alexandre FARNOUX, Directeur de l’École française d’Athènes :
« Les travaux de l’Ecole française à Philippes »

Programme Philippes 2014

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque « Monastic life, art and technology in 11th-16th c. » (Univ. d’Alba Iulia, Roumanie, 16-18 octobre)

banner conferinta 2014 6MONASTIC LIFE, ART, AND TECHNOLOGY IN 11TH – 16TH CENTURIES

The conference will be held at

University “1 Decembrie 1918” of Alba Iulia

Department of History, Archaeology and Museology

Continuer la lecture de Colloque « Monastic life, art and technology in 11th-16th c. » (Univ. d’Alba Iulia, Roumanie, 16-18 octobre)

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque : Conflits et progrès scientifiques et techniques en Lorraine à travers les siècles 17-18 octobre 2014 – Metz

Affiche du colloque
Conflits et progrès scientifiques et techniques

A l’occasion de ce colloque organisé par le Comité d’Histoire Régional, quatre communications porteront plus particulièrement sur des aspects archéologiques, de la Protohistoire au XXe siècle, développés à partir d’exemples régionaux.

Ces communications se répartissent sur les deux journées de colloque :

Vendredi 17 octobre

Conférence d’ouverture :

9h15 : Guerre et progrès chez les gaulois : une relation ambiguë, par Gérard Bataille (Chargé des partenariats scientifiques, INRAP), Jenny Kaurin (post-doctorante, CNRS-Université de Bourgogne) et Stéphane Marion (ingénieur de recherche au S.R.A. de Lorraine)

Samedi 18 octobre

Session 3 : Armement et innovations technologiques

9h00 : La poudre noire : de l’engin pyrotechnique incendiaire au tir de mine, par Francis Pierre (chercheur associé au LAMOP | Société d’études et de sauvegarde des Anciennes Mines)

Session 4 : Fortifications

10h30 : La maçonnerie en épi : une techniques de construction spécifique aux ouvrages militaires des Xe-XIIe siècles ?, par Cédric Moulis (ingénieur d’études, Université de Lorraine)

11h30 : L’emploi du béton dans la Grande Guerre : regard archéologique sur des vestiges contemporains, par Stéphanie Jacquemot (ingénieur d’études, S.R.A. de Lorraine) et Denis Mellinger (Sculpteur et restaurateur du patrimoine)

 

_____________________________

Vendredi 17 et samedi 18 octobre – Institut Régional d’Administration, 15 avenue de Lyon à METZ

Entrée gratuite, inscriptions obligatoire.

Programme complet et inscription :
http://chr.lorraine.eu/informations/documents/63554.pdf

 

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website