Appel à contribution – Colloque

« Pierre à pierre » – Économie de la pierre aux périodes historiques en Lorraine et régions limitrophes (Ier siècle av. J.-C. – XVIIe siècle)

affiche pierre_à_pierre

Les travaux de recherche du PCR sur « La pierre en Lorraine aux périodes antiques et médiévales : de l’extraction à la mise en œuvre » trouvera son aboutissement dans une publication, aux Presses Universitaires de Nancy, dont la sortie est prévue en 2015. Dans la continuité, les organisateurs souhaitent poursuivre et diversifier leurs questionnements, en élargissant le champ d’étude aux régions limitrophes (Alsace, Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat, Wallonie) et à des domaines non traités au sein de ce PCR. La diachronie est privilégiée du Ier av. J.-C. au XVIIe siècle.

Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Le traitement technique et technologique de la pierre se décline généralement en trois grandes étapes : l’extraction, la diffusion et la mise en œuvre.

Pour l’extraction, trois sujets encore peu abordés dans nos régions seront privilégiés. Nous ne bénéficions en effet pas encore, pour le nord-est de la France, de typologie – a fortiori de typochronologie – des carrières et lieux d’extraction de la pierre. Les spécificités liées aux sites souterrains ou à ciel ouvert méritent d’être approfondies, en faisant notamment le lien entre les propriétés mécaniques de la roche extraite et la logique d’exploitation constatée. La gestion des déchets est en ce sens un des éléments permettant de mieux cerner ces logiques d’exploitation.

La diffusion de la pierre pourra également être traitée, sous des aspects aussi divers que les aires de diffusion et leur fluctuation dans le temps, les rapports entre volumes extraits et volumes transportés, ou encore le lien entre les infrastructures (réseau routier, bassin hydrographique…) et les moyens de transports employés (charrettes, barques, radeaux…). Les apports méthodologiques sur le rapprochement entre site d’extraction et site de mise en œuvre seront également les bienvenus.

La mise en œuvre de la pierre pourra quant à elle être abordée sous de nombreux aspects, aussi bien techniques (organisation et propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, l’outillage…) que logistiques (le phénomène du remploi, la standardisation du chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, signes lapidaires…).

Les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur la pierre en tant que mobilier ou élément décoratif. En effet, elle se retrouve au cœur de la vie quotidienne domestique (mortier, meule, pierre ollaire, mesure de capacité…), mais elle permet également de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 mn et le poster. Les posters seront présentés à l’occasion de courtes interventions de 5 mn lors d’une session dédiée et seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.

  • Proposition de communication : avant 1er mai 2015
  • Envoi des résumés : avant 1er juillet 2015
  • Colloque : 5-6 novembre 2015
  • Retour des textes finaux : avant 1er mars 2016
  • Publication des Actes : fin 2016

Comité d’organisation

  • K. Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • C. Kraemer, Université de Lorraine, EA 1132
  • C. Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • V. Muller, Université de Lorraine, EA 1132
  • L. Voinson, Université de Lorraine, EA 1132

Comité scientifique

  • Jean-Claude Bessac, CNRS, UMR 5140
  • Karine Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • Ivan Ferraresso, INRAP GEN, associé EA 1132
  • Dominique Heckenbenner, Conservateur du patrimoine honoraire
  • Jean-Denis Laffite, INRAP GEN
  • Cédric Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • Vianney Muller, Université de Lorraine, EA 1132

Contact : lucie.voinson@univ-lorraine.fr

Télécharger la fiche de proposition : FICHE COLLOQUE PIERRE A PIERRE

Tour seigneuriale de Darnieulles (Vosges) : De nouvelles observations

L’étude des élévations de la tour seigneuriale s’est terminée lors d’un chantier de trois semaines en juin 2014. Un sondage a été pratiqué à l’emplacement de la tourelle semi-circulaire. Enfin, l’étude de l’enceinte du XIVe siècle de la maison forte a débuté.

L’élévation extérieure nord
Avec l’élévation est, c’est la moins bien conservée de l’ensemble, mais elle reste observable sur 9,50 m de hauteur et 10 m de longueur. L’analyse parementale a permis de mieux appréhender l’environnement de la tour, dont l’évolution se décline en 4 phases sur ce mur. La phase 1 correspond à l’édification de la tour à la fin du XIe siècle. L’imposante brèche dans la partie gauche du mur rend possible l’idée d’une tourelle chaînée aux maçonneries et similaire à celle de l’élévation sud. Lors de la phase 2, deux trous s’alignant avec plusieurs autres traces ont été percés à près de 6 m du sol. Il pourrait s’agir de la création d’un corps de logis pour l’enceinte du XIVe siècle. Lors de la phase 3, cette maçonnerie en appui est démolie. Un bâtiment (un corps de logis ?) présentant une toiture parallèle à la tour est alors édifié. On remarque deux niveaux d’empochements (un plancher et une charpente ?), espacés les uns des autres d’environ 2,30 m. Il est envisagé que cette configuration soit à mettre en lien avec les vestiges de la porterie des XVIIe-XVIIIe siècles. La phase 4 correspond à l’état actuel, soit à un bâtiment démantelé. Il est fort probable que sa démolition ait engendré des dégradations du parement de la tour.

 

Elévation nord
Elévation nord

Le sondage
Un sondage de 19 m2 contre l’élévation sud de la tour seigneuriale, à l’extérieur, a permis de comprendre l’implantation de la tourelle semi-circulaire et de caractériser son environnement. Malgré la maigreur des indices, il semblerait que le site soit occupé au cours de l’Antiquité (tardive ?) dans une première phase. L’endroit est rendu intéressant par la configuration topographique de la roche calcaire, qui présente un tertre légèrement surélevé par rapport au fond du vallon. Le site cesse d’être ensuite occupé pour des raisons qui nous échappent totalement.
La seconde phase débute à la fin du XIe siècle avec la construction de la tour seigneuriale. Les fondations de la tourelle semi-circulaire, d’aspect tronconique et accolées aux fondations de la tour quadrangulaire, ont une profondeur de 70 cm. Les pierres calcaires, de toutes tailles et formes, qui la constitue sont maçonnées à la chaux, sans organisation particulière. Elles sont dissimulées par le remblai issu du creusement d’un fossé, dont l’amorce est bien reconnue en stratigraphie. En élévation, le parement est conservé sur 53 cm de hauteur et constitué de moellons calcaires de 18 x 7 cm en moyenne. Le piétinement engendré par les travaux et les déchets de matériaux (essentiellement le mortier) créent un premier niveau de sol extérieur compact et dur au pied des maçonneries. Le niveau de sol repéré à l’intérieur de la tourelle est composé d’un lit de mortier épais.

Tourelle semi-circulaire
Tourelle semi-circulaire

Le secteur devient ensuite un lieu de rejet alimentaire. En effet, dans les US en contact avec le niveau de sol, ont été trouvés des tessons de céramique et des restes fauniques en quantité non négligeable. Le mobilier céramique est néanmoins très fragmenté. La pâte, sombre, micacée, et cuite en atmosphère réductrice, est généralement peu épaisse et comporte des inclusions siliceuses fines. Les tessons appartiennent à des formes fermées globulaires montées en technique mixte et sont datables des Xe-XIIIe siècles. Ce mobilier retrouvé à proximité, l’absence de passage permettant d’entrer dans la tourelle et la présence du pendage du fossé semblent démontrer que cette construction semi-circulaire est une latrine à fosse, et non un accès à la tour seigneuriale, comme supposé jusqu’à présent.
Lors de la troisième phase, le profil du fossé, légèrement transformé par son comblement naturel progressif, se fige à nouveau à l’occasion d’une seconde campagne de travaux. Celle-ci peut être certainement rattachée au XIVe siècle, qui voit l’apparition de l’enceinte de la maison forte. Ce nouveau sol reprend toutefois en partie l’altimétrie de l’antérieur. Après 1582, peut-être au XVIIIe siècle, la tourelle perd son intérêt. Elle est alors démantelée, ce qui engendre un nouveau remblai. Le fossé est comblé dans le même temps, ce qui nivelle le secteur. La ruine progressive du site occasionne également de nouveaux remblais. Les sols ont été remués au cours de ces différentes phases, ce qui explique vraisemblablement le degré de fragmentation élevé des mobiliers céramiques et fauniques.