Avis de Publication : « L’Ardenne. Des frontières en l’an Mil »

couv

L’étude des formations territoriales et des frontières a souvent été utilisée comme prétexte à toutes formes de revendications spatiales et/ou culturelles. Longtemps liée à la seule analyse historique, elle peut être aujourd’hui renouvelée par des apports d’ordre archéologique, en matière d’espace, de comportements sociétaux, d’économie.

C’est dans cet esprit qu’intervient au sein de la Maison des Sciences de l’Homme Lorraine le projet LAFAM (L’Ardenne. Des frontières en l’an Mil) sur les boucles mosanes et l’Ardenne méridionale. Le principal objectif est d’y cerner les conditions d’apparition des diverses limites et frontières – tant politiques que sociales, culturelles, religieuses et économiques – qui divisent ce territoire et d’en comprendre l’organisation dans un contexte de morcellement féodal alors à son maximum autour de l’an Mil.

Pour parvenir à ces résultats, il a fallu entreprendre une démarche historique inédite pour ce secteur. In fine, nous pouvons y entrevoir l’implantation humaine et mieux cerner les frontières et influences de tous ordres qui le composèrent voici mille ans. Ce travail permet à la population actuelle de se réapproprier une histoire, une culture et un passé que les vicissitudes du temps ont fini par transformer ou effacer.

Sommaire :

Bernadette Clasquin – Préface
Cédric Moulis – Introduction
Dominique Harmand – Les boucles de Meuse autour de Montcy-Notre-Dame. Frontière naturelle ou carrefour ?
Sylvain Gouguenheim – Les frontières de l’an Mil. Esquisse de synthèse historiographique
Hérold Pettiau – Un espace frontalier avant l’an Mil : quelques remarques sur la région mosane et le sud de l’Ardenne dans les itinéraires de souverains entre le royaume franc occidental et le regnum Lotharii de 843 à 935
Michel Bur – De Mézières à Bar-le-Duc. La frontière d’Empire autour de l’an Mil
Marc Suttor – La Meuse en l’an Mil, une région stratégique
Jean-Gabriel Harter – La construction féodale au sein du diocèse de Reims et son rapport à la Meuse (Xe-XIe siècles)
Frédéric Chantinne et Philippe Mignot – Châteaux et territoires dans le sud du diocèse de Liège aux Xe-XIe siècles
Patrice Bertrand – Architectures, autour de l’an Mil, autour de la Meuse
Cédric Moulis – Pour une nouvelle lecture des frontières en Ardenne méridionale en l’an Mil

Pour commander l’ouvrage : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100478460&fa=details

Exposition : Le Château des fées en l’an Mil. Une sentinelle aux portes de l’Ardenne

INVIT_Page_1

Lieu de l’exposition : Musée de l’Ardenne – Charleville-Mézières (08)

Le Château des fées est édifié sur une motte schisteuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse au nord de Charleville-Mézières. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local. Un bâtiment primitif en bois a d’abord occupé le socle schisteux. Une aula en pierre de 17,50 x 9,80 m se substitue au premier ouvrage dans la première moitié du Xe siècle. Une enceinte castrale enserrait l’ensemble et accueillait une basse-cour. La destruction du site intervient au tout début du XIIe siècle, suite à un incendie. Les analyses physico-chimiques, les carreaux d’arbalète, les pointes de flèches, les monnaies, la tabletterie et le mobilier céramique exhumés des stratigraphies du Château des fées permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite noblesse autour de l’an Mil.

L’exposition rassemble des panneaux et du mobilier étudié par une dizaine de spécialistes travaillant sur des domaines précis des sciences historiques, géologiques, archéologiques de France et de Belgique. Elle fait la synthèse de fouilles inédites qui présentent un intérêt de comparaison pour les archéologues. Peu de sites sont encore renseignés avec précision sur cette période. Il vient compléter la liste des sites explorés par les collègues belges, de Picardie et de Rhône-Alpes sur la question des résidences aristocratiques des environs de l’an Mil – question sujette à de nombreuses remises en perspectives à chaque nouvelle publication tant le champ d’étude reste vaste.