Colloque International – 11-12 décembre 2015

Fortification et artillerie en Europe autour de 1500. Le temps des ruptures.

12279135_10208479341689369_9140775186834515963_n

Programme des deux jours :

12239544_10208479355929725_4045320335147591185_n

Informations pratiques :
10-11 décembre
Entrée libre
Déjeuners du vendredi 11 et du samedi 12 sur réservation avant le 8 décembre.
Prix : 17 euros.
Possibilité d’hébergement.
Réservations, conditions déjeuner et hébergement : marie-odile.lambert@epinal.fr
Renseignements colloque : contact@vieux-chatel.fr

La main du peintre. Peindre et dorer les figurines en terre cuite à l’époque hellénistique

Image 37

Deuxième conférence                                                                                                  autour du musée archéologique de l’université de Lorraine

La main du peintre. Peindre et dorer les figurines en terre cuite à l’époque hellénistique

Image 32

par Brigitte Bourgois, conservatrice en chef du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF) et Violaine Jeammet, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre

mercredi 2 décembre 2016      18 heures

Campus Lettres et Sciences humaines, 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY

salle A104

 

Image 31La polychromie sur les figurines en terre cuite de la Grèce antique est attestée depuis longtemps mais, contrairement à la grande sculpture et à l’architecture, elle n’est devenue objet d’étude approfondie que fort récemment. Aussi les travaux menés dans ce domaine par le musée du Image 33Louvre et le C2RMF depuis plus de quinze ans font ils figure de pionniers en croisant observation de la surface par vidéomicroscopie et analyses de pigments. C’est ainsi que nous sommes aujourd’hui en mesure de mieux appréhender et caractériser les techniques de peinture et de dorure utilisées par les artisans du monde grec hellénistique et d’apprécier les subtilités d’un art véritablement pictural (nuances chromatiques, effets de clair-obscur, éclat de la dorure etc.). Au-delà de l’examen matériel, cette étude permet également de poser la question du statut des artisans….et des œuvres.

Cette conférence fait suite à celle qui a été présentée par Anne Coulié, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, le  14 octobre 2015 (voir http://arula.hypotheses.org/1400).

Informations sur le musée : http://www.univ-lorraine.fr/le-musee-archeologique

Affiche de la manifestation : Affiche conférence -2015_12_02_La main du peintre

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

Évolution des pratiques funéraires dans les nécropoles de Cumes : de Kymè à Cuma

Image 27

Dixième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 1er décembre 2015 à 18h

par Gaël Brkojewitsch (Metz Métropole, Pôle d’archéologie préventive)

Brkojewitsch_CumesD35ballon3_12TBLight
La ville de Cumes, décrite par Strabon (V, 4, 4-5) comme la plus ancienne colonie grecque, est située à 25 km de Naples sur la côte tyrrhénienne, face à l’île d’Ischia. Depuis 1993, la Surintendance archéologique de Naples et Caserta a porté un projet de recherche (Kymè). Le Surintendant a suscité la collaboration de trois instituts de recherche : l’Università Federico II, l’Università L’Orientale et le Centre Jean Bérard. La première institution s’est vue confier les fouilles du forum, la seconde celles des remparts et des quartiers d’habitation et la dernière, une recherche plus ample sur les abords de la ville.

Image 27Au nord des remparts de la ville, les contextes s’échelonnant de l’âge du Fer (les tombes des Opikoi) jusqu’au Moyen Âge, ont permis de travailler sur la chronologie et la topographie du site, sur sa sédimentologie et l’évolution de son environnement sur une longue durée.

La fouille minutieuse de plusieurs quartiers funéraires visait à décrire l’évolution de l’architecture et des pratiques funéraires. Les travaux n’ont pas ciblé pas uniquement les monuments des notables : ils cherchaient à appréhender dans le détail l’ensemble des vestiges, les tombes d’aristocrates comme celles des personnages plus modestes, ce qui aboutit à une compréhension fine de l’organisation des espaces funéraires.

Forcément pluridisciplinaire, l’étude d’une nécropole complexe et stratifiée a nécessité l’intervention de nombreux spécialistes (géoarchéologue, céramologue, carpologue, anthracologue, chimiste et anthropologue) dont une partie des résultats sera présentée. Ces travaux permettent de porter un regard nuancé sur les pratiques funéraires dans cette région.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_12_01_Brkojewitsch

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

GD 42 ou le Pythion de Délos

Image 27

Neuvième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 24 novembre 2015 à 18h

par Agnès Febvey (université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)

Image 21

Le sanctuaire d’Apollon à Délos accueillit en son sein, dès la fin du IVe siècle, un bâtiment consacré à Apollon Pythien, désigné dans les comptes du sanctuaire sous le nom de Pythion. Sa localisation a longtemps fait problème, car elle était liée à celle du Kératôn, l’édifice abritant l’Autel de cornes. Maintenant, cependant, que l’emplacement de ce dernier est connu de façon certaine, l’identification du Pythion semble probable : il correspondrait à l’édifice ionique construit par les Athéniens au ive s., dont les vestiges sont visibles au Nord-Ouest de la plaine du sanctuaire. On appelle traditionnellement ce bâtiment GD 42 d’après le numéro qu’il porte dans le Guide de Délos. Notre connaissance des vestiges de cet édifice est complétée par sept inscriptions du IVe siècle émanant d’une commission de magistrats, les naopes, qui fut créée à l’occasion de la construction de l’édifice. Le Pythion de Délos, quant à lui, nous est connu grâce à une documentation épigraphique assez riche, qui permet d’obtenir du monument une image certes fragmentaire, mais définie par quelques détails architecturaux remarquables. Cette connaissance partielle du Pythion est la seule qui autorise la comparaison avec les résultats de l’étude architecturale de l’édifice GD 42, afin d’affirmer ou d’infirmer l’identité des deux monuments.

Image 25

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_24_Febvey

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

Les pratiques de dépôt de mobilier (sanctuaires, nécropoles, habitat) au second âge du Fer

Image 27

Huitième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 17 novembre 2015 à 18h

par Stéphane Marion (SRA Lorraine, UMR 8546 AOROC)

Image 32

Dans les sociétés sans texte, connues uniquement par l’archéologie, l’étude des faits religieux se limite à celle des rites dans leur dimension matérielle. Pour le second âge du Fer, les objets impliqués dans ces pratiques livrent une série d’indices matériels susceptibles d’être décryptés par l’archéologie. En partant des contextes rituels les plus évidents (nécropoles et sanctuaires) nous montrerons que l’étude du mobilier permet de restituer des processus rituels. En se basant sur les contextes, la sélection des objets et les traces laissées sur les objets eux-mêmes, il est possible de mettre en évidence des pratiques spécifiques. Elles se retrouvent également dans des contextes plus ambigus (dépôts isolés et habitat) ce qui permet d’y voir des dépôts de nature rituelle. La présentation portera essentiellement sur les récentes avancées réalisées dans l’étude du mobilier métallique.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_17_Marion

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts

Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine

Image 27

Septième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 10 novembre 2015 à 18h

par Marie-Dominique Nenna (directrice du Centre d’Études Alexandrines, USR 3134)

Nenna_SH_01

Si les dispositifs liés à la commémoration des morts restent mal connus dans les nécropole de surface alexandrines à quelques exceptions près, en revanche, l’aménagement d’hypogées collectifs dès le iiie siècle av. J.-C., notamment dans la nécropole occidentale, a entraîné la création de dispositifs particuliers pour honorer les défunts placés dans les loculi ou les niches ou bien, pour les privilégiés, dans des lits funéraires ou des sarcophages. Au sein même des hypogées ou en surface ont été creusés des triclinia pour les repas funéraires et des pièces dotées de bancs dont le rôle doit être précisé ; en outre des points d’eau (citernes et puits) ont été mis à la disposition de tous ou d’un groupe plus restreint. Tables et autels (taillés ou construits) prennent également place dans certains hypogées ; ils n’ont pas bénéficié d’études spécifiques, et on se propose ici d’en examiner la variété typologique, à laquelle font écho les séries abondantes des petits autels (ou encensoirs ?) en pierre et en céramique, découverts en masse dans les nécropoles alexandrines.

Nenna_SidiGaber_02

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_10_Nenna

Sandrine Huber

Professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain) à l’Université de Lorraine

More Posts