Programme de recherche autour de la création des bibliothèques d’art et d’archéologie : « Nancy-Paris 1871-1938 »

Sous l’égide de l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) qui lui a accordé son programme « carte blanche » pour 2016, le département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université de Lorraine (Nancy) conduit cette année un programme de recherche intitulé « Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie. ».

La faculté des lettres de Nancy et la Bibliothèque d’art et d’archéologie : des relations institutionnelles et personnelles privilégiées.

La rénovation de la bibliothèque de l’INHA avec son déménagement dans la salle Labrouste en 2016 est l’occasion de revenir sur ses origines institutionnelles singulières, avec la Bibliothèque d’art et d’archéologie créée par Jacques Doucet à partir de 1908. Cette histoire a déjà fait l’objet par le passé de travaux académiques (Maignan 1979, Lambert 2007), restés inédits, bien qu’ils aient été utilisés pour un article de synthèse important et récent sur le sujet (Morelon 2009). Mais elle a surtout été considérée du point de vue parisien, en particulier en tant que préfiguration de la bibliothèque de l’Institut d’art et d’archéologie de la Sorbonne (Morelon 2005).

Le projet de recherche présenté ici se donne pour objectif de reprendre l’étude approfondie d’un thème davantage négligé de cette histoire : le développement de l’enseignement universitaire d’histoire de l’art et d’archéologie précédant et accompagnant cette création en province, à travers l’exemple de l’Institut d’archéologie classique (IAC) à la faculté des lettres de Nancy. Créé en 1902, alors même qu’il n’existait encore ni chaire ni conférence d’archéologie ou d’histoire de l’art dans cette faculté, cet institut, en combinant une bibliothèque spécialisée, un musée archéologique et une collection de photographies, illustre la nécessité perçue de doter la faculté d’un instrumentum spécialisé, comme préalable au développement d’un véritable enseignement dans ces disciplines. Le principal architecte de cette création, Paul Perdrizet, est alors officiellement maître de conférences de langue et de littérature grecques : la chaire d’archéologie et d’histoire de l’art qu’il parvient à se faire créer en 1909 est largement la conséquence du succès de son institut, reconnu au-delà de l’université de Nancy.

Paul Perdrizet construit néanmoins ce succès sur les efforts de plusieurs professeurs qui, à l’image de Charles Diehl à partir de 1887, avaient progressivement introduit l’archéologie au programme de la faculté des lettres. Bien que bénéficiant de moyens accrus par son nouveau statut de capitale officieuse de l’Est de la France après 1871, Nancy n’est ainsi pas la première université de province à se doter d’une chaire d’archéologie et d’un musée. Mais elle a la chance d’accueillir plusieurs générations d’universitaires, souvent fraîchement venus de l’École française d’Athènes, qui ont ensuite occupé des postes importants à Paris, dans les institutions académiques comme dans la haute fonction publique, leur permettant de soutenir l’université de leurs débuts et leur jeune collègue Paul Perdrizet dans son entreprise : Théophile Homolle, Charles Diehl ou encore Christian Pfister en sont les figures majeures.

Si Paul Perdrizet ne fait pas partie de ces Nancéiens promus à Paris — en 1919, il part avec toute une cohorte de ses collègues refonder l’Université de Strasbourg, où il achève sa carrière — il n’en a pas moins joué à sa manière un rôle clef dans la création de la Bibliothèque d’art et d’archéologie : recruté dès décembre 1908 par Jacques Doucet comme collaborateur rémunéré, sur les conseils de son nouveau bibliothécaire René-Jean, Paul Perdrizet en devient aussitôt l’un des principaux conseillers en contribuant très largement à la constitution du fonds d’archéologie mais aussi d’histoire de l’art du Moyen Âge par ses conseils d’acquisitions. Il en est aussi, de 1909 à 1914, l’un des principaux bénéficiaires : il ne se contente pas d’en mobiliser avec régularité les ressources documentaires pour ses propres recherches, mais il convainc aussi Jacques Doucet de financer la publication d’une collection d’études archéologiques dont ses propres travaux constituent les premiers volumes. Ces différentes activités sont documentées par le fonds exceptionnel des Autographes René-Jean conservé à l’INHA : il ne comporte pas moins de 469 lettres de Paul Perdrizet à René-Jean sur la période 1905-1938.

D’autres enseignants de la faculté des lettres de Nancy ainsi que des élèves et amis nancéiens de Paul Perdrizet participent à ces relations avec la Bibliothèque d’art et d’archéologie. Le fichier des lecteurs de la bibliothèque Doucet emprunte ainsi à celui de la bibliothèque de l’Institut d’archéologie classique de Nancy des figures telles qu’Albert Grenier, Pierre Roussel ou encore Louis Réau.

L’objet de ce programme de recherches est ainsi d’étudier l’impact de ces universitaires, de leur enseignement et de leurs recherches sur la constitution des fonds de ces deux bibliothèques, largement contemporaines l’une de l’autre. Il s’appuiera, d’une part, pour la Bibliothèque d’art et d’archéologie, sur ses archives et sur les Autographes René-Jean, d’autre part, pour l’IAC, sur l’étude des fonds patrimoniaux des bibliothèques nancéiennes et sur les archives de l’université conservées aux archives départementales. Il bénéficiera aussi de la conclusion du premier volet d’un programme de recherche et de valorisation des archives scientifiques de Paul Perdrizet conservées à l’université de Lorraine : données par ses héritiers en 1981, ces archives représentent quatre-vingts cartons de documentation (imprimés, manuscrits et photographies).

Participants

Le programme de recherche mobilise une grande majorité des enseignants-chercheurs titulaires au sein du département d’histoire de l’art et d’archéologie de Nancy, en relation avec leurs spécialités respectives. Les deux équipes de recherche qui les accueillent à l’Université de Lorraine sont naturellement parties prenantes du projet :

  • l’équipe Histoire et Civilisation de l’Antiquité et du Moyen Âge (HISCANT-MA, EA 1132), avec Samuel Provost, maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, coresponsable du projet ; Sandrine Huber, professeur d’archéologie classique ; Pascal Vipard, maître de conférences d’archéologie romaine.
  • le Centre de Recherche d’Histoire Lorrain (CRULH, EA 3945) avec Daniela Gallo, professeur d’histoire de l’art moderne, coresponsable du projet ; Gilles Marseille, maître de conférences d’histoire de l’art contemporain ; Valérie Serdon-Provost, maître de conférences d’archéologie du Moyen Âge ; Frédéric Tixier, maître de conférences d’histoire de l’art du Moyen Âge ; Laurent Jalabert, maître de conférences d’histoire moderne.

Des chercheurs d’autres institutions viennent compléter cette équipe : Jean-Yves Marc, professeur à l’université de Strasbourg, traitera ainsi de la question de la bibliothèque Michaelis, dont Paul Perdrizet avait cherché à faciliter l’acquisition par la Bibliothèque d’art et d’archéologie — pour échouer in extremis. D’autres partenariats sont en cours d’élaboration.

Les bibliothèques universitaires de Nancy qui sont les lointaines héritières du fonds de l’Institut d’archéologie classique ont accepté d’apporter leur concours au projet, en particulier par l’encadrement de stagiaires affectés à la reconstitution virtuelle de ce fonds. Il s’agit de la BUFR d’histoire, d’histoire de l’art et d’archéologie (Élodie Tréhet, documentaliste), la Bibliothèque des lettres et sciences humaines (Frédérique Péguiron, directrice) et la Bibliothèque d’Études lorraines (Carole Dehant-Vincendeau, documentaliste).

Réalisations programmées

Le programme de recherche ainsi défini se traduira par trois réalisations distinctes :

• Un ouvrage collectif de synthèse sur la question des relations entre les deux institutions à travers leurs bibliothèques.

• Une exposition de photographies anciennes avec son catalogue, reprenant sept leçons d’archéologie et d’histoire de l’art professées à la faculté des lettres de Nancy entre 1887 et 1928.

• L’édition scientifique de la correspondance entre Paul Perdrizet et René-Jean conservée  à la bibliothèque de l’INHA.

Bibliographie

– Lambert 2007 : Élodie Lambert, La Bibliothèque d’art et d’archéologie, de sa fondation à sa donation à l’université de Paris, Lyon, Mémoire d’étude de l’ENSSIB, 2007.
– Maignan 1979 : Sylvie Maignan, Jacques Doucet et René-Jean : La constitution de la Bibliothèque d’Art et d’Archéologie : 1908-1914, Paris,  Mémoire de l’École du Louvre, 1979.
– Morelon 2009 : Dominique Morelon, « L’archéologie à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art », dans Histoires d’Archéologie. De l’objet à l’étude, Paris, 2009, p. 17‑30.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » (Strasbourg, 16-18 mars)

 

L’Université de Strasbourg  organise du 16 au 18 mars un colloque international intitulé « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » dont plusieurs communications concernent les collections de photographies archéologiques anciennes et leurs usages pédagogiques.

La collection de plaques de l’Institut d’archéologie classique, créé en 1902 par Paul Perdrizet à la faculté des lettres de Nancy, fera ainsi l’objet d’une communication autour du rôle personnel de son fondateur dans la constitution du fonds :

« De la commande à la pratique de la photographie archéologique : la collection des plaques photographiques de Paul Perdrizet à l’université de Nancy (1899-1938) » par Samuel Provost, mercredi 16 mars, 16h40.

Programme complet du colloque

[Mise à jour du 24 mars 2016]

Les communications filmées du colloque peuvent être entièrement visionnées sur le site de Canal C2, la web-télé de l’université de Strasbourg.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

La photographie aérienne à Philippes dans les années 1930 (résumé de conférence)

Résumé de la conférence donnée, le 2 mars 2016, en marge de la présentation de l’exposition « Philippes 1914-2014 : cent ans de recherches de l’École française d’Athènes ».
La récente publication du deuxième volume de la collection « Patrimoine photographique » de l’École française d’Athènes (EfA) consacré au site de Philippes, dont on célébrait en 2014 le centenaire du début des fouilles, invite à souligner un aspect remarquable de cette collection, le grand nombre et la diversité des photographies aériennes anciennes.
Si Antoine Poidebard est généralement célébré comme l’inventeur de l’application de la photographie aérienne à l’archéologie avec ses travaux dans le désert de Syrie, à partir de 1925, il a été rapidement suivi par les archéologues à Philippes : entre 1932 et 1937, presque chaque année, l’EfA obtient de l’aviation royale hellénique des missions de photographie aérienne sur le site. Les clichés, pris à basse altitude, obliques ou verticaux, répondent à plusieurs objectifs, comment le montrent les rapports de fouilles et les échanges épistolaires conservés dans les archives de l’EfA.
Ils couvrent d’abord les fouilles systématiques des grands ensembles monumentaux du centre de la ville, menées alors par Paul Collart sur le forum et Paul Lemerle sur les basiliques paléochrétiennes. Le renouvellement annuel des photographies permet aux archéologues de démontrer les progrès de leur fouille. Elles leur servent aussi à planifier leur développement. Ces missions photographiques acquièrent ainsi rapidement un rôle prospectif : elles contribuent à identifier les secteurs prometteurs du site, en dehors du centre monumental, où l’on conduit ensuite des sondages exploratoires, et éventuellement une fouille systématique. Enfin, ces photographies permettent au topographe de la mission d’enrichir le relevé général du site, qu’il s’agisse du tracé des remparts ou du plan esquissé d’édifices non fouillés mais révélés par les indices de végétation. À cet effet, est réalisée en 1935 une couverture systématique du site en photographie verticale à très basse altitude.
Ces différents usages de la photographie aérienne sont étudiés en rapport avec le rôle plus général de la photographie dans cette mission ancienne de Philippes. L’apport de cette documentation à l’archéologie contemporaine, à la fois pour la réinterprétation des fouilles anciennes et pour la prospection, est également examiné.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Poste de Professeur en archéologie médiévale à pourvoir

L’université de Lorraine recrute un Professeur d’archéologie médiévale. La  date limite de candidature est fixée au 31 mars.

Vous trouverez toutes les informations utiles en cliquant sur le lien suivant : https://www.galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr/ensup/ListesPostesPublies/ANTEE/2016_1/0542493S/FOPC_0542493S_782.pdf