Exposition : les moulages d’antiques de l’Université de Lorraine (février-septembre 2016)

Exposition : Les moulages d’antiques de l’Université de Lorraine : vestiges d’un musée imaginaire à Nancy au début du XXe siècle.

Musée archéologique de l’Université de Lorraine, CLSH (Nancy), de février à septembre 2016.

par Chloé Héninger

Affiche exposition moulages

L’actuel musée archéologique de l’Université de Lorraine rassemble des collections héritées d’un premier musée, situé auparavant dans les locaux de la Faculté des Lettres lorsqu’elle était installée à l’angle de la Place Carnot et de la rue de Serre. Ce musée archéologique originel, créé par le professeur Paul Perdrizet au début des années 1900, disposait d’une collection de moulages comprenant les copies en plâtre de plus de 450 œuvres antiques.

Le musée archéologique propose, entre février et septembre 2016, une exposition temporaire retraçant l’historique de cette collection de moulages, ainsi que son usage pédagogique au sein de l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art.

À partir des années 1880, la plupart des grandes universités françaises se dotent d’un musée de moulages pour accompagner l’enseignement de l’archéologie, une discipline en plein essor qui développe ses propres méthodes de recherche. Ces gypsothèques ne sont alors pas conçues comme de simples espaces d’exposition, où l’on admirerait les chefs-d’œuvre de l’art hellénique, mais bien comme de véritables outils pédagogiques, avec une présentation méthodique des moulages facilitant l’étude et les comparaisons. L’objectif est d’offrir aux yeux du visiteur, et surtout de l’étudiant, le panorama le plus complet possible de la sculpture grecque.

Au début du XXe siècle, le musée archéologique de la Faculté des Lettres était fortement ancré dans le milieu culturel et artistique nancéien ; il ouvrait notamment ses portes aux étudiants de l’École des Beaux-arts – qui venaient s’initier au dessin d’après l’antique, étape indispensable de leur formation artistique – et était visité par les artistes de l’École de Nancy, dont le chef de file Émile Gallé avait réalisé certaines des vitrines qui abritaient les collections.

PHOTO 7

Suite au bombardement allemand de la ville de Nancy, le 31 octobre 1918, la collection de moulages a été en grande partie détruite. Les plâtres, trop imposants et dont le déplacement aurait été trop coûteux, n’avaient pu être mis en caisses et déménagés comme les objets archéologiques. Les quelques moulages de grande taille restés intacts ont alors été déposés à l’École des Beaux-arts et la Faculté a conservé une soixantaine de petites plâtres (statuettes, inscriptions, fragments de céramique, objets divers) ainsi que des copies en galvanoplastie, faisant l’objet de l’exposition actuelle. Les archives relatives à la constitution du musée, reléguées dans un local désaffecté du campus, n’ont été redécouvertes qu’au début des années 2010 et leur étude a permis d’établir un catalogue rétrospectif de la gypsothèque.

Cette exposition temporaire propose donc une première redécouverte de ce patrimoine universitaire oublié, témoin de l’engouement d’une époque pour l’art grec et jalon essentiel de l’histoire de l’enseignement de l’archéologie an tournant du siècle dernier.

Image 37

Commissaire de l’exposition : Chloé Héninger

Responsabilité scientifique : Sandrine Huber, Samuel Provost 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus