LAFAM

 

Présentation générale du projet

Le projet « L’Ardenne, des Frontières en l’An Mil » (LAFAM) répond à la volonté de mieux cerner le paysage politique et socio-économique des boucles de la Meuse sur le secteur de Charleville-Mézières (Ardennes). Il est intégré à l’axe 1 de la MSH Lorraine. http://www.msh-lorraine.fr/index.php?id=530&pagproj=530

Si le terme Frontière a été conservé dans la titulature de ce projet pour des raisons de lisibilité, il ne correspond vraisemblablement pas à une réalité millénaire, tant l’idée de limite a évolué au fil des siècles. Elle se confondait alors plutôt avec une fange large et floue, revêtant des aspects très divers et interagissant entre eux.

Notre secteur d’étude voit s’enchevêtrer de multiples confins. Sur le plan géomorphologique, c’est une interface entre bassin parisien et massif ardennais, ce qui influe sur la configuration et l’implantation des habitats et les ressources disponibles. C’est également une limite hydrologique et politique, de par la Meuse, vecteur frontalier primordial à cette période puisqu’elle fait séparation entre royaume de France et Saint-Empire Germanique. À ce titre, le fleuve servit plusieurs fois de point de rencontre entre souverains. C’est encore une frontière religieuse sensible, entre les diocèses de Reims et de Liège, l’évêque du premier couronnant les rois de France, le second créant un véritable état dans l’état par la constitution d’une puissante principauté épiscopale au cours du Xe siècle. La région de Charleville est enfin un vaste échangeur routier, un nœud stratégique de franchissement de la Meuse, entrainant une anthropisation importante dès l’Antiquité.

L’historiographie a longtemps privilégié l’idée d’une domination politique des entités centrales, à la fois origine et conséquence d’un fort sentiment d’appartenance, les zones de marges étant par défaut perçues comme sans identités marquées. Ce point de vue peut aujourd’hui être remis  en cause partiellement. Pour notre secteur, marginal au sens étymologique du terme, des interactions sans cesse renouvelées au fil des siècles lui ont donné une identité propre, ainsi qu’à ses habitants.

Cette identité est encore marquée dans le paysage actuel par les vestiges de sites fortifiés aux abords de la Meuse, traduction de la puissance d’une élite locale s’émancipant d’une gestion carolingienne exsangue. Une multitude de positions géographiques symboliques ont été ainsi investies pour marquer une présence, une domination sur les terres environnantes, dont le château des Fées, situé sur la commune de Montcy-Notre-Dame, est un exemple particulièrement expressif. Son étude aide à la compréhension du contexte politique, religieux, économique, social et culturel de toute une région, notamment par l’analyse du mobilier archéologique issu des fouilles. Par exemple, que déduire de la présence à la fois de meules en basalte de l’Eifel, de céramique locale mais aussi d’importation septentrionale, de verre creux champenois, de pièces de monnaies germaniques et romanes ? L’analyse géo-économique, qui parait ici comme une évidence, peut-elle s’additionner à une compréhension plus humaine et culturelle de cet état de fait ? Jusqu’à quel point ce mélange contribue t-il à forger une identité culturelle particulière ? Ainsi frontières et confins de l’Ardenne sont des plates formes de contact. Mais auraient-elles pu à terme devenir à leur tour centre d’entités ? Pour y répondre, nous souhaitons croiser l’étude historique et textuelle, la réflexion archéologique, et l’analyse anthropologique, afin de préciser les aires d’influences de ces diverses productions et d’en déduire des pratiques et comportements sociétaux propres, fruits probables d’une mixtion entre romanité et germanité.

Ce projet associe près de 25 chercheurs français, belges et étrangers issus de disciplines complémentaires. Les années 2009 à 2011 seront mises à profit pour finaliser les études historiques et archéologiques et commencer une réflexion globale sur les aspects socioculturels. Ces réunions déboucheront sur une table ronde en 2012 où s’exprimeront les chercheurs associés au projet mais également quelques personnes extérieures susceptibles d’enrichir notre réflexion. L’objectif final est de restituer ces travaux par la publication d’un ou deux ouvrages collectifs à l’horizon 2013.


Présentation du projet scientifique et insertion dans le contexte actuel de la Recherche

Zone de contact, la Meuse offre le long de son lit une histoire des confins extrêmement riche. C’est néanmoins sur certains secteurs de son cours qu’elle revêt ses plus grands atouts géopolitiques, économiques et culturels. Ainsi, dès l’Antiquité, le secteur d’Arches (ancienne Charleville) est parcouru par un dense réseau de communication et est reconnu comme un point de franchissement primordial de la Meuse, sur le tracé de la voie romaine Reims-Cologne. Les entités politiques qui naissent de l’effondrement de l’Empire romain reposent sur le canevas antique ; les pagi de Castrice et du Porcien apparaissent. Si pour le reste de la Champagne, les limites de pagi sont bien connues, ce n’est pas encore le cas dans notre secteur. (Michel Bur).

L’implantation religieuse est également tributaire des racines romaines d’organisation du territoire. Très complexe, elle est encore mal étudiée dans l’espace qui nous intéresse. Toutefois, la trame paroissiale semble bien fixée au début du Xe siècle et les doyennés de Braux, Mézières et Launois se répartissent les méandres mosans (Patrice Bertrand, Cédric Moulis).

Le IXe siècle voit se développer, pour les raisons susdites, des palais royaux, le premier s’implantant à Arches, un second à Montcy-Saint-Pierre. Ils permettent la mise en relation des deux grands diocèses qui divisent le secteur, Reims et Liège et ont pu jouer un rôle dans l’organisation paroissiale.

Frontière entre l’Empire et la France à partir de 925, la Meuse voit alors le réseau castral se développer (Mézières, Warcq, Château des fées, Arches, etc…). Le phénomène s’accentue par l’extrême morcellement des territoires induit par une féodalisation croissante. Plusieurs comtés apparaissent alors dans notre secteur. Par de subtils jeux d’alliances, ces petites entités, sources de conflits permanents, renouvellent sans cesse les frontières et finissent par redéfinir les limites entre France et Empire, mais également entre romanité et germanité.

À terme, ils sont à l’origine du second réseau urbain qui investit l’ensemble des territoires d’Europe occidentale au tournant de l’An mil, et dont le plus bel exemple pour notre secteur est la ville de Mézières, alors que d’autres sites n’ont donné que de petites agglomérations administratives (Warcq, Omont), voire ont périclité (Chantereine, Thilay). Le positionnement stratégique de ces sites par rapport aux frontières est naturellement le facteur principal de ces évolutions distinctes.

Toutes ces notions sont étroitement liées à des ambitions économiques. Les travaux menés ces vingt dernières années (Marc Suttor) ont fini de démontrer l’importance et l’attractivité économique du fleuve, notamment dans sa partie belge. Reste à la renseigner de même au sud du péage de Château-Regnault.

Le rassemblement exhaustif de ces données sous SIG (système d’information géographique) permet une première ébauche dont un modèle cartographique embryonnaire est présenté ci-dessous. Il sera à terme possible de superposer les différentes frontières politiques, religieuses et économiques afin d’évaluer leurs permanences et/ou leurs évolutions.

Les études menées en France, sur les sites et espaces au sud de ce secteur par Michel Bur dans les années 1970 et dans le même temps par les chercheurs belges au nord (Johnny de Meulemeester, André Matthys) puis plus récemment (Philippe Mignot, Frédéric Chantinne), ont profondément renouvelé la question de l’implantation et de l’organisation de ces châteaux au sein des entités territoriales. Elles ont également permis de conceptualiser sous un jour nouveau la notion de fortification par la nature même de ces sites.

Par ailleurs, nombre d’éléments comparatifs sont aujourd’hui autorisés par la publication de travaux allant dans ce sens, notamment pour les régions Luxembourg (Michel Margue, Herold Pettiau), Lorraine (Gérard Giuliato, Charles Kraemer, Michèle Gaillard), Champagne (Michel Bur), ou encore Wallonie (André Matthys, Frédéric Chantinne). Tous ont travaillé sur le phénomène castral qui se développe au cours du Xe siècle. Si ce n’était pas forcément leur but premier, tous ont replacé ces créations dans un contexte plus large et tenant compte de l’impact environnemental et culturel qu’elles ont suscité. Dans d’autres régions, plus éloignées, la période charnière qu’est l’an Mil retrouve un regain d’intérêt, particulièrement dans le domaine archéologique (Luc Bourgeois, Jean-Michel Poisson).

L’ensemble de ces données étant liées entre elles, il apparait alors essentiel d’étudier au moins un de ces sites, afin d’en retirer le maximum d’informations. Plusieurs facteurs nous ont amené à retenir le Château des Fées (commune de Montcy-Notre-Dame) comme objet d’étude témoin. Géographiquement central et posé sur la Meuse, ce site correspond parfaitement aux critères géopolitiques énumérés plus haut. Ensuite, il a l’avantage d’avoir été le cadre d’une fouille étalée sur plusieurs années (1984-1992). Un abondant mobilier a pu être ainsi récolté et des bâtiments bien cernés. Enfin, il se rapproche en de nombreux aspects des châteaux étudiés et fouillés en Ardenne belge (le Chesté de la Rotche à Sugny notamment) ce qui a l’avantage de faciliter les comparaisons. L’idée est bien de ne pas tomber dans la monographie, mais d’utiliser ce site comme témoin des imbrications successives de limites, confins, de toutes natures qu’ils soient, dans les boucles mosanes voici 1000 ans.

Ce projet s’inscrit également en toute cohérence dans les travaux de recherche menés depuis plusieurs années par l’équipe de recherche référent de ce projet, le pôle archéologique universitaire de Nancy (EA 1132, HISCANT-MA). On lui doit notamment de nombreux travaux sur la Lorraine centrale (Gérard Giuliato), le verdunois (Charles Kraemer), le sillon mosan déjà. La thématique des limites et confins a également été abordée au sein de l’équipe lors de divers travaux (Guillaume Huot-Marchand 2006 : mise en évidence de l’avancée de l’utilisation du poêle en céramique selon un axe est-ouest ; Patrice Bertrand, Cédric Moulis 2010 : conception et matérialité des frontières en l’an Mil, l’exemple des boucles mosanes ardennaises ; Vianney Muller 2010 : regards croisés sur la famille des Neufchâtel, ou comment observer une dichotomie dans l’historiographie qu’on soit d’un parti-pris ou d’un autre ; Marlène Flammarion 2010 : mémoire de master démontrant l’existence d’une frontière dans les techniques de fabrication, le choix des décors et la circulation des carreaux de pavement en Lorraine).

 

Protocole

Il est impossible de retenir une méthodologie unique sur une thématique aussi vaste et faisant appel à de multiples compétences et domaines de recherche.

En histoire, la mise en fonctionnement de bases de données telle celle de l’ERL 7229 Médiévistique relative aux chartes en France antérieures à 1121 permet de travailler sur des corpus de documents très vastes. L’analyse des termes et leur recoupement géographique permet de les intégrer à un SIG qui reprend non seulement les données historiques, mais aussi architecturales. Par ailleurs, des textes essentiels pour notre secteur d’étude, comme la Chronique de Mouzon, pourraient, à la suite du travail d’édition et de traduction (Michel Bur), faire l’objet d’une analyse selon un angle sociologique : que nous apprend ce document à part ce qu’il raconte sur les modes de vie, leur culture. Des réunions de travail doivent également permettre de synthétiser tout un ensemble de données concernant le phénomène castral de la région, en mettant l’accès sur les disparités et les points communs selon les cas.

En archéologie, la spécialisation des disciplines permet de retrouver des indices encore inimaginables voici une vingtaine d’années. Le mobilier du château des Fées proposé à l’étude est très divers (céramique, verre, métal, tabletterie, faune..). Un spécialiste sera attaché à chacun de ces types, avec comme optique de mettre les résultats en perspectives avec la notion de frontières, d’échange, et de pratique culturelle.

Illustrons notre propos de cinq exemples significatifs. En ce qui concerne le mobilier céramique, l’étude consistera, pour chaque objet, à faire un dessin et une fiche de renseignements exhaustive, permettant ainsi une interrogation globale en vue de synthétiser les éléments recueillis. Des analyses physico-chimiques de la composition des pâtes sont également à envisager, notamment sur des tessons offrant une grande similitude avec ceux produits dans les ateliers mosans près d’Andenne. Dans les conclusions attendues, se trouve la question de l’aire de diffusion des productions céramiques, notamment celle des ateliers de la Meuse moyenne belge, dont le château des Fées pourrait être un développement maximal vers le sud. En parallèle, des éléments plus grossiers, à pâte coquillier, semblent provenir d’une fabrication locale. Là encore, il s’agit de quantifier importation-exportation, et d’en comprendre les mécanismes.

Second exemple, les éléments métalliques représentent un nombre statistiquement intéressant au regard des autres sites contemporains fouillés ou géographiquement proches. Le lot est homogène et en bon état de conservation, si l’on en juge par leur état de surface. Les mesures prises se révéleraient suffisantes pour une étude statistique d’ensemble. Il s’agit essentiellement de projectiles d’armes de trait. Les contextes de découverte, situés à l’intérieur de l’enceinte et ayant livré des restes ostéologiques d’animaux chassés, sont étroitement liés à la pratique cynégétique. La deuxième catégorie est relative à l’hippiatrie (fer à cheval et clous dits “en clef de violon”), les activités agro-pastorales (couteaux, houes, forces…), aux activités domestiques et à l’équipement vestimentaire (clefs, boucles). Cette étude typologique sera l’occasion de comparer ces objets avec ceux découverts sur des sites proches du sud de la Belgique.

Quelques fragments de verre plat ont été exhumés lors des fouilles, certains offrant même quelques éléments de plomb encore adhérents. L’usage de verre plat – mais également creux – au sein d’un tel bâtiment pour le XIe siècle semble, a priori, assez surprenant, mais les récents travaux sur d’autres sites de la même période tendent à confirmer ce phasage. Il est nécessaire d’établir de plus amples comparaisons, notamment avec le domaine wallon.

Quatrième exemple, l’étude carpologique menée au château des Fées est une première en Champagne Ardenne et même aux alentours. Par conséquent, ces données seront une référence à ne pas négliger et qu’il sera nécessaire de replacer dans le contexte historique et géographique. Pour cette raison, l’étude sera élargie à d’autres sites contemporains et comparables dans les régions alentours, où d’autres études de ce type ont été menées (Ile-de-France, Bourgogne, Alsace/Lorraine et même Allemagne). La comparaison avec des résultats archéobotaniques d’autres sites du haut Moyen Âge dans le nord-est de la France permettra alors d’analyser plus systématiquement l’anthropisation et la transformation du paysage par l’activité agricole, artisanale et commerciale de l’Homme. Des spécificités pourront peut-être être observées à diverses échelles (tant locale, qu’extra-régionale). Avec prudence, ces interprétations pourront être avancées, mais en discernant la limite de cet exercice. Par exemple, des notions de frontières et/ou de contacts pourront être appréhendées. Ces notions seront également à adapter et à définir par l’intermédiaire des autres types de mobilier du site archéologique.

Enfin, cinquième exemple, et non des moindres, l’étude de la faune. Un tour d’horizon rapide et partiel a pu faire état d’une alimentation carnée basée sur la consommation de gibier au sein du site témoin retenu. Il est nécessaire de faire un recensement de l’ensemble des espèces qui ont pu être consommées sur le site, notamment par l’étude de la microfaune. Ce volet est complété par l’étude des restes carpologiques (graines, etc…) nombreux retrouvés sur le site. Grâce à ces études de mobilier et de matériel archéologique lié au mode de vie, on obtient indirectement des renseignements sur la culture et les pratiques socialisantes des occupants de la région. Sommes-nous dans un mode de vie importé du sud, du nord, ou sommes-nous en présence d’un mode de vie hybride, voire original ? Encore une fois intervient donc la notion d’espace et donc de facto, de frontière culturelle et sociale. Pour des périodes plus récentes en Lorraine, Colette Méchin a su démontrer de nombreuses limites géographiques dans la consommation de la nourriture (qui peuvent être dues aux ressources) mais également dans les pratiques liées à la préparation de l’alimentation (et qui revêt ici un caractère tout spécifiquement socio-culturel). Il sera intéressant de se poser la question de l’ancienneté de ces modes alimentaires, notamment en observant les traces de découpe sur les os, qui renseignent sur la position de l’animal (couché sur une table à claire-voie ou suspendu sur une échelle).

 

Toutes ces disciplines évoquées, mises bout à bout, donneraient un vaste éventail de chapitres bien cadrés et fort intéressants, mais dénués de toute synthèse sociale sans l’apport de l’anthropologie. En effet, le ciment des données observées reste au final l’Humain. C’est en quelque sorte une plus-value sur l’objet, le fait historique ou archéologique, qui est proposé ici. Si l’historien de la terre ou l’archéologue des parchemins a toujours ramené ses travaux à une dimension humaine, il peut rarement le faire selon une dimension sociologique stricte. Cette approche, pas forcément novatrice en histoire, mais peut-être plus en archéologie, permet de porter un regard renouvelé sur des événements et des faits avérés et – croit-on – compris depuis longtemps.

Comment analyser du point de vue social la présence à la fois de meules en basalte de l’Eifel, de céramique locale et de régions plus septentrionales, de verre creux champenois, de pièces de monnaies germaniques et romanes ? L’analyse géo-économique, qui parait ici comme une évidence, peut-elle s’additionner à une compréhension plus humaine et culturelle de cet état de fait ? Jusqu’à quel point ce mélange contribue t-il à forger une identité culturelle particulière ? Ainsi frontières et confins de l’Ardenne sont des plates formes de contact, qui restent telles quelles. Auraient-elles pu à terme devenir à leur tour centre d’entités ? Le sont-elles devenues dans d’autres domaines ?

 

Participants au projet

MOULIS Cédric Ingénieur d’études EA 1132 HISCANT-MA Université de Lorraine
LÉMANT Jean-Pierre Archéologue Société archéologique du sillon mosan
NICOLAS David Attaché de conservation Musée de l’Ardenne Commune de Charleville-Mézières
BRUN Olivier Archéologue départemental Cellule archéologique des Ardennes Conseil Général des Ardennes
BUR Michel Professeur émérite ERL 7229 Centre de médiévistique Jean Schneider Université de Lorraine
BERTRAND Patrice Conservateur Conservation du patrimoine DRAC Champagne-Ardenne
CABART Hubert Spécialiste du verre EA 1132 HISCANT-MA Université de Lorraine
RENAULT Jean-Baptiste Ingénieur d’études ERL 7229 Centre de médiévistique Jean Schneider Université de Lorraine
TAMINE Michel Professeur Société française d’Onomastique Université de Reims
FRONTEAU Gilles Maitre de conférences EA 3795 GEGENA Université de Reims
HARMAND Dominique Professeur EA 1135 CERPA Université de Lorraine
SERDON-PROVOST Valérie Maitre de conférences EA 3945 CRUHL Université de Lorraine
BONNAIRE Emmanuelle Carpologue Service archéologique Communauté d’agglomération de Douai
GORET Jean-François Archéologue, spécialiste en Tabletterie Unité d’archéologie de Saint-Denis Commune de Saint-Denis
SUTTOR Marc Maitre de conférences Université d’Artois
De LONGUEVILLE Sylvie Céramologue Direction de l’archéologie Service public de Wallonie
WEST Charles Maitre de conférences Université de Sheffield
MECHLING Jean-Michel Maitre de conférences UMR 7198 Institut Jean Lamour Université de Lorraine
MÉCHIN Colette Chargée de recherches UMR 7043 Cultures et Sociétés en Europe CNRS
TEGEL Willy Dendrologue Laboratoire Dendronet
GOUGUENHEIM Sylvain Maitre de conférences EA 1132 Hiscant-MA ENS Lyon 2
CHANTINNE Frédéric Archéologue Direction de l’archéologie Service public de Wallonie
PETTIAU Herold Auxiliaire scientifique Laboratoire d’histoire Université de Luxembourg


2 réflexions au sujet de « LAFAM »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité de la Recherche de l'Université de Lorraine en Archéologie et Histoire de l'art