projet LAFAM – Rapport d’activité 2011

Si les travaux concernant le château des Fées (Ardennes) ont débuté avec la découverte et la fouille du site dans les années 1980 par Jean-Pierre Lémant (Société Archéologique du Sillon Mosan), l’étude archéologique exhaustive n’a été entreprise qu’à partir de 2009. Suite aux premières réflexions, il est apparu essentiel de replacer l’histoire de ce château dans un contexte élargi et particulièrement marqué par le concept de frontière, aux confins du massif ardennais et du bassin parisien. Une équipe pluridisciplinaire d’une vingtaine de chercheurs s’est ainsi constituée autour de Cédric Moulis (EA 1132 Hiscant-MA, Université de Lorraine) pour former le projet LAFAM : L’Ardenne, des Frontières en l’An Mil.

Dans ce cadre, deux workshops ont été organisés en 2011. Le premier s’est tenu dans les locaux de la MSH Lorraine, à Nancy, le 4 avril. Cette journée a réuni 25 chercheurs et a été l’occasion d’insérer officiellement le projet au sein de l’axe 1 « Frontières, territoires, échanges » de la MSH Lorraine. Quatre communications ont émaillé la journée :

-Michel Bur (Professeur émérite, Université Nancy 2) : Entre Barrois et Porcien, la frontière d’Empire autour de l’an mil.

-Marc Suttor (Maître de conférences, Université d’Artois) : La Meuse en l’an mil, une région stratégique.

-Colette Méchin (Chargée de Recherche, CNRS-Université de Strasbourg) : Les frontières d’usage en France de l’Est ; approche ethnologique.

-Dominique Harmand (Professeur de géographie, CERPA, Université Nancy 2) : Le contexte géomorphologique de la région de Charleville-Mézières : frontière ou carrefour ?

Ces communications de grand qualité ont servi a poser le contexte dans lequel s’inscrit notre projet de recherche. Michel Bur a rappelé l’ensemble des éléments historiques et historiographiques qui positionne notre perception de la question des frontières sur ce secteur. Marc Suttor a rappelé le rôle éminent d’un vecteur de communication tel que la Meuse dans la structuration d’une frontière. Colette Méchin a développé les jalons et la méthodologie à mettre en œuvre pour appréhender les frontières invisibles, celles des cultures et des usages. Enfin, Dominique Harmand a brossé le contexte géologique dans lequel les frontières ardennaises prennent place, introduisant en cela l’importance de la géographie dans le positionnement des frontières. Les participants sont repartis de cette journée convaincus que le sujet est porteur de questions scientifiques nouvelles ou de positions anciennes qu’il convient d’affiner voire de renouveler.

 

Le 12 septembre, un second workshop s’est déroulé au musée de l’Ardenne, à Charleville-Mézières. Quatre communicants se sont succédés à la tribune devant une vingtaine d’auditeurs :

-Sylvain Gouguenheim (Professeur, ENS Lyon) : La construction des principautés et la définition des frontières vers l’an Mil ; essai de synthèse historiographique.

-Herold Pettiau (Laboratoire d’histoire, Université de Luxembourg) : Itinéraires et présences de souverains en Lotharingie (ca. 850-ca. 950). Questions sur la place de la région mosane.

-Frédéric Chantinne et Philippe Mignot (Archéologues, Direction de l’archéologie, Service public de Wallonie, Belgique) : Historiographie des recherches menées sur les centres aristocratiques, les fortifications et les châteaux dans le sud du diocèse de Liège (IXe-XIe siècles).

-Patrice Bertrand (Conservateur du patrimoine, DRAC Champagne-Ardenne) : La question de l’architecture mosane vers l’an Mil dans la vallée de la Meuse française.

Ces communications ont été l’occasion de mieux cerner notre secteur d’étude vis-à-vis des régions environnantes. L’après-midi a été l’occasion de présenter les pièces archéologiques retrouvées lors des fouilles du château des Fées et conservées au musée de l’Ardenne, puis de visiter le site archéologique lui-même.

 

Outre ces deux temps forts du projet, l’année 2011 a été mise à contribution pour faire avancer l’étude du mobilier archéologique du château des Fées. Sylvie de Longueville (SPW, Belgique) a terminé l’étude céramologique. Il s’avère que les éléments les plus intéressants proviennent de secteurs de production très réputés que sont les ateliers mosans proches d’Andenne et à Autelbas. Ceci doit permettre de revoir les courants commerciaux de ces céramiques, plus tournés vers le sud que supposé auparavant, mais surtout ils démontrent encore l’influence culturelle des régions situées au nord de notre site. Toutefois, l’essentiel de la collection est une céramique modelée à pâte coquillier dont la production semble locale.

La recherche carpologique menée au château des Fées par Emmanuelle Bonnaire (EA 3795 Gegenaa, Reims) est une analyse inédite dans ce type de contexte en Champagne-Ardenne et même aux alentours. Les échantillons étudiés proviennent de la couche d’incendie de l’aula et révèlent une quantité importante de céréales. Le seigle est l’espèce majoritaire et est accompagné de blé nu, probablement du blé froment (blé tendre). La première céréale est une espèce dite rustique, tandis que la seconde est plus exigeante pour sa culture. Parmi les légumineuses, la lentille est la principale espèce rencontrée. La proportion du seigle par rapport au blé nu est intéressante à noter : nous sommes sur ce site sur un mode de consommation plutôt à rapprocher de ce qui se pratique en Allemagne. Ces résultats préliminaires nous donnent un premier aperçu de l’économie végétale du site : l’alimentation humaine est indirectement appréhendée, ainsi que l’agriculture et ses pratiques.

Valérie Serdon-Provost (UMR 3945 CRUHL, Université de Lorraine) a complété l’étude des pièces métalliques par l’étude du mobilier domestique. On repère ainsi un matériel classique et des éléments de parure démontrant partiellement un niveau social aristocratique. Les rares comparaisons possibles pour la région et la période ne permettent pas pour l’heure de remarquer une influence quelconque dans l’approvisionnement de ce type de mobilier.

Quelques fragments de creusets laissent entrevoir un artisanat de petits objets de métal, éventuellement des objets de parure. Enfin, à travers l’étude stylistique de la construction mosane aux X-XIIe siècles, et en s’appuyant sur de nombreux exemples, Patrice Bertrand (DRAC Champagne-Ardenne) tente de replacer le château des Fées dans un contexte de construction en pierre particulier, et spécifique à la région. L’ensemble de ces observations amène à considérer les occupants du château des Fées comme issus de la petite aristocratie locale. On pratique le jeu d’échec, on s’adonne à la chasse, on produit des objets de parure et on mange dans une vaisselle importée de qualité, dans des bâtiments vitrés.

Ces nouvelles données archéologiques s’ajoutent donc aux travaux réalisés depuis 2009 sur le château des Fées, à savoir : analyse historique, analyse géologique, analyse de la topographie du site, analyses physico-chimiques (mortiers, C14, dendrochronologies), étude du bâti, étude de la tabletterie, étude des fers de traits, étude du verre plat et creux. Un embryon de synthèse de l’ensemble de ces données a été esquissé lors du colloque « Archéologie des résidences aristocratiques du Xe siècle dans la Francia Media » organisé par Jean-Michel Poisson et Philippe Mignot, qui s’est déroulé les 30 et 31 mai 2011 à Amay (Belgique).

En 2012, l’étude archéozoologique et l’analyse des meules en basalte compléteront les informations archéologiques de ce site.


Chapelle des templiers de Xugney, bilan archéologique 2011

Cette dernière année d’intervention sur la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Xugney (Rugney, Vosges, XIIe siècle) a permis de compléter les données recueillies depuis 2006 sur différents points.

 

Structuration de la nef 

La présence de trous de boulins sur l’élévation sud est très fluctuante d’une travée à l’autre. Ils témoignent ainsi d’une étape de chantier importante, où les maçonneries des trois travées, à l’intérieur comme à l’extérieur, sont mises à niveau. Sur l’élévation nord, nous ne remarquons aucune cohérence dans les niveaux de platelage, mais ils sont quelquefois en concordance avec l’extérieur, notamment sur la travée 3. Ces éléments montrent la complexité du développement du chantier sur ce pan de mur. La base du gouttereau nord présente une série d’assises d’un module semblable aux parties hautes. Le mortier est un liant beige qui s’apparente à celui observé dans les autres parties du bâtiment datées de la seconde moitié du XIIe siècle. Il est associé à un enduit blanc semblable à celui observé sur deux des pans du chevet pentagonal.

 

Armature dans les élévations de la nef

Une prospection radar intra-muros n’ayant pu fournir d’information significative, trois sondages ont été pratiqués au-dessus de la corniche haute. Le premier, dans la première travée du gouttereau nord, a permis la découverte à 28 cm de profondeur d’une poutre en chêne observée sur 83 cm de long et dont la section (12 cm) et l’alignement est identique à celle observée en 2010 dans la seconde travée. L’analyse dendrochronologique effectuée sur ce nouvel élément indique un terminus post quem après 1138. Le second sondage, situé dans la seconde travée du gouttereau sud, ne montre plus que le négatif de la poutre. Le troisième, dans le mur pignon, s’est révélé négatif jusqu’à 53 cm de profondeur. La nef semble donc toutefois armée par une structure ligneuse, posée au niveau de la corniche haute, à la retombée des voûtes du bâtiment. Reliées entre-elles, elles maintiennent les sommiers destinés à recueillir la retombée des arcs formerets, doubleau et des arêtes. Ce renfort est une réponse pour endiguer la poussée de la voûte d’arêtes, ce qui de facto privilégie l’hypothèse d’un voûtement dès l’apparition de la chapelle.

 

Voûtement de la nef

La faible épaisseur des murs, la largeur des travées, et le parement au-dessus des formerets laissaient présager que le bâtiment ne fût jamais voûté. Après analyse fine de la structure, de nombreux arguments militent en faveur d’un voûtement dès la construction de la chapelle : découverte d’un voussoir torique avec une marque de tâcheron identique à celles retrouvées sur la chapelle, chapiteaux des pilastres engagés conçus pour accueillir la retombée en sifflet de voûtes d’arêtes, un probable vestige du remplissage des voutains. Il nous faut toutefois valider l’hypothèse par l’analyse en lame mince des mortiers prélevés.

 

Traces et signes lapidaires

À partir d’exemples observés à Xugney, nous avons réalisé des tests d’archéologie expérimentale sur la mise en place d’un layage et des signes lapidaires afin d’étudier les gestes et microgestes du tailleur de pierre. Nous avons quantifié le nombre d’impacts visibles sur une face travaillée à la laye par rapport au nombre de coups réels porté par le tailleur. Des phénomènes de latéralité ont également été mis en évidence, mais pour la taille brettelée. Pour les signes lapidaires, une fiche spécifique a été créée. La spirale fourchée, présente 17 fois à Xugney, a été analysée. Le sens de giration de la spirale, les à-coups portés au tracé, les stigmates du pivotement du ciseau, permettent de démontrer que ce symbole n’est pas utilisé par un tailleur, mais bien par une équipe. L’ensemble de ces données amène à mieux appréhender le travail du tailleur de pierre, le temps qu’il peut mettre à la réalisation d’un module, et donc l’organisation du chantier.

 

Relevé de la tour d’entrée de la commanderie

La tour sud-est est conservée sur une hauteur 6 m pour un diamètre de 4,50 m, et présente un parement composé de moellons calcaires et dolomitiques assisés dont les couleurs varient du beige au rouge. L’épaisseur des murs ne dépasse pas 65 cm. L’ensemble est lié au mortier de chaux, mais l’édifice a été repris en sous-œuvre, ou rejointoyé, avec un ciment gris. Elle possède trois arquebusières monolithiques au rez-de-chaussée, composées d’une fente verticale de 21 cm de haut au centre de laquelle est percé du trou de 8 cm de diamètre. La niche ne permet pas une large couverture des côtés, le tir est donc essentiellement perpendiculaire à l’ouverture. L’ensemble de cette construction datée des XVI-XVIIe siècles répond selon toute vraisemblance aux impératifs de défense légère face aux troubles liés aux guerres de religion puis à la guerre de Trente ans.

Les industries du feu des abbayes cisterciennes, à l’exclusion de la métallurgie (céramique, verre, chaux et plâtre)

Séminaire d’histoire et d’archéologie des techniques organisé par Danielle Arribet-Deroin et Paul Benoit avec la collaboration de Benoit Rouzeau (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, UMR 8589, Paris 1-CNRS)
Samedi 10 mars 2012 – INHA – 2 rue Vivienne, 75002 Paris

L’université de Lorraine prend part à ce séminaire par la communication suivante :

 

Un atelier de tuiliers original à l’abbaye de Morimond ?                                   par Benoit Rouzeau (docteur, chercheur associé UMR 8589 LAMOP) et Cédric Moulis (ingénieur d’études, Université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)
Les sources écrites morimondaises prouvent l’existence d’une tuilerie monastique entre 1150 et 1250 sans toutefois préciser son emplacement exact, sans doute lié à un problème d’approvisionnement en bois et en argile de qualité. après 1250, la tuilerie disparaît des archives pour plusieurs siècles. Les sources d’époque moderne permettent de suivre la translation de la tuilerie après 1643 vers un nouveau site, bien localisé, où elle fonctionne jusqu’en 1888. Des prospections de terrain ont permis de retrouver et de topographier les argilières, réparties en chapelet le long d’affleurements d’argiles de Levallois du Rhétien supérieur, et d’en tirer des informations quant à leur mode d’exploitation.
Au vu de la quantité de terres cuites livrées par la fouille du quartier de l’hôtellerie de l’abbaye (tuiles, briques et carreaux de pavement), des analyses physico-chimiques ont été tentées pour les rapprocher des argiles prélevées sur les lieux cartographiés. Le matériau des TCA mis au jour provient-il des argilières monastiques ? Peut-on déterminer des zones d’où proviendraient certains types de productions ? Les résultats sont convaincants et laissent apparaître plusieurs groupes de production.

Programme complet de la journée : Seminaire-LAMOP-Cisterciens_10-03-12

 

Conférence sur des villae romaines en pays médiomatrique (INHA, 11 avril)

M. Reddé annonce que son séminaire de l’EPHE sera le cadre d’une intervention sur des villae fouillées par l’INRAP en Moselle :

« Deux exemples de recherche sur les villae romaines en pays médiomatrique »

Monsieur Jean-Denis Laffite, ingénieur à l’INRAP, présentera de nouvelles recherches associant fouilles, prospections géophysiques et pédestres dans le cadre de mon séminaire de l’EPHE, le 11 avril 2012, de 14h à 16 h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris (salle Walter Benjamin).

Le premier exemple porte sur la villa domaniale et le hameau médiéval de « Larry », à Liéhon (Moselle, site de l’Aéroport Régional Lorraine) dont la pars urbana a été fouillée en 2003 sur 3 ha et le hameau médiéval et la pars rustica étudiés en prospections au sol, magnétiques et électriques en 2005-2009 sur 9 ha .

Jean-Denis Laffite présentera ensuite la villa et le site gaulois et augustéen de « Nalving », à Bassing (Moselle, site de la LGV Lorraine 2e tranche « Tête d’Or ») dont l’établissement gaulois et augustéen ainsi que la pars urbana ont été fouillés en 2010 sur 4 ha tandis que la pars rustica était étudiée en 2011 sur 4 ha grâce à des prospections pédestres et magnétiques.

Via http://archeologie.pour.tous.over-blog.fr/article-conference-a-paris-100867520.html
 

 

L’Université Lorraine recrute un professeur d’archéologie classique

L’Université Lorraine recrute pour son département d’histoire de l’art et d’archéologie un professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain), qualifié aux fonctions de professeur des universités par la section 21 du CNU.

Extrait de la Fiche poste Galaxie 112 :

Profil :
– Le professeur recruté assurera son enseignement à tous les niveaux : aussi bien en licence (L1 à L3) qu’en master (1 et 2).
– Ses cours porteront sur l’histoire de l’art grec classique et hellénistique et sur l’archéologie grecque et romaine.
– La ventilation approximative de son service annuel sera de 122 heures en licence et 70 heures en master.

– Le professeur recruté fera partie du laboratoire : HISCANT-MA EA 1132.
– Il s’insérera dans les axes de recherche 2 et 3 (Frontières et acculturation dans le monde méditerranéen; Transformation des cités et des sociétés antiques), avec des travaux et projets de recherche portant sur la Méditerranée orientale gréco-romaine.

Le service archéologique de Reims Métropole recrute un archéologue médiéviste (pour le 30 mars 2012)

Annonce de vacance de poste d’archéologue médiéviste par Laure Koupaliantz, responsable du service archéologique de la Communauté d’Agglomération de Reims Métropole (via l’AIPRA) :

Reims Métropole recrute 1 Archéologue médiéviste (h/f) pour un poste permanent.

Vous serez le Responsable scientifique des opérations d’archéologie préventive de diagnostic et de fouilles, vous encadrerez les équipes de chantier, vous devrez rédiger les rapports d’opération et publier les résultats des fouilles, vous assurerez la coordination de chantiers et la relation avec les partenaires.

Titulaire du grade d’attaché de conservation du patrimoine ou lauréat du concours ou justifiant d’un niveau d’étude équivalent à un bac +4 en archéologie ou en histoire, vous possédez une compétence scientifique dans les champs chronologiques du Moyen-âge ainsi qu’une expérience des modes opératoires de la conduite d’opérations archéologiques préventives en contexte rural et urbain, une
connaissance de la législation en archéologie et des règlements d’hygiène et de sécurité dans les travaux publics, vous avez acquis une expérience d’encadrement d’équipes d’archéologues.

Adresser lettre de motivation avec CV à :

Madame La Présidente
– Direction des Ressources Humaines – Place de l’Hôtel de
Ville – 51096 REIMS cedex avant le 30 mars 2012

Ou par mail à : emilie.arnoult@reimsmetropole.fr

Libye et Antiquité tardive : hommage à Denis Roques dans Ktèma 36 (2011)

La dernière livraison de la revue Ktèma (n°36, 2011, ISSN 0221-5896) comprend les actes de la journée d’études du 11 mai 2011 en hommage au professeur Denis Roques, décédé le 28 juin 2010. Denis Roques avait été professeur de grec à l’université de Metz pendant trente-cinq ans. Le thème choisi pour la journée d’études rappelle que son œuvre autour de Synesios de Cyrène constitua une part majeure de son activité scientifique, mais également qu’il fit partie de la Mission française d’Apollonia.

Les archéologues retiendront notamment l’indication par Michel Casevitz que deux des derniers travaux de D. Roques, la traduction commentée de l’ouvrage de Procope de Césarée, Les constructions de Justinien, ainsi que celle des Guerres des Goths, devraient finalement être publiés. Le premier vient en effet de paraître chez un éditeur italien, Edizioni dell’Orso.

Libye et Antiquité tardive (Ktèma 36, 2011, 3-80)

  • Catherine Dobias-Lalou, « Denis Roques et la Cyrénaïque », 3-4
  • Jehan Desanges, « Denis Roques et les tribus de la Libye antique », 5-14
  • Michel Casevitz, « Denis Roques traducteur », 15-16
  • Jacques Schamp, « Dion et Synésios : quelques aspects de la critique littéraire à l’époque byzantine », 17-24
  • Catherine Dobias-Lalou, « Glorieux éphèbes de Ptolémaïs : à propos de SECir 211 bis », 25-34
  • Monique Bile, « L’épitaphe crétoise d’une Libyenne », 35-42
  • Bernadette Puech, « Comment il faut écrire, dans la tradition classique, l’histoire des guerres romaines contre les Barbares », 43-56
  • Aline Pourkier, «Simon le mage et les Simoniens chez Épiphane de Salamine », 57-74
  • Enrico V. Maltese, «Fozio (Bibl. 87), Achille Tazio e gli “strani” amori del romanzo greco », 75-80

Pour mémoire :

Lancement public du programme AME des fouilles de Saint-Vanne à Verdun

Valérie SERDON-PROVOST a donné jeudi dernier, 23 février, une conférence publique dans la salle du conservatoire de musique de Verdun pour présenter les recherches archéologiques qu’elle dirige sur le site de l’abbaye Saint-Vanne, sur la citadelle de Verdun.

Il s’agit du projet AME, pour Archéologie Monastique à un carrefour Européen, qui associe sous l’égide de la MSH Lorraine notamment le département d’histoire de l’art et d’archéologie et deux équipes de recherche de l’Université Lorraine, le CRUHL et l’HISCANT-MA.

Après un délai forcé d’un an par rapport au calendrier original, retard imposé par l’organisation administrative de la dépollution pyrotechnique du site, les fouilles commenceront en juillet prochain. Le délai a toutefois été mis à profit pour réaliser en septembre dernier une prospection géophysique (géoradar) sur laquelle on reviendra dans une prochaine note.

La conférence était organisée par la mairie de Verdun qui suit le dossier avec une grande attention, tout en lui apportant un soutien logistique décisif, au point de décider de se substituer à l’Armée pour prendre en charge la dépollution du site. Le projet est d’ailleurs particulièrement mis en valeur sur le site de la Communauté de communes de Verdun et de la ville de Verdun : voir Archéologie et citadelle.

Un compte-rendu de la conférence a été donné dans l’Est Républicain du 26.02.2012, édition de Verdun (derrière un « mur payant ») : http://www.estrepublicain.fr/meuse/2012/02/26/fouilles-archeologiques-en-vue

 

Crédits photo : Jean-Marie Perreaux, Mairie de Verdun

Conférence sur Grand à Bliesbrück (24 mars 2012)

Thierry Dechezleprêtre, conservateur du patrimoine au conseil général des Vosges, donnera une conférence sur Grand le samedi 24 mars à 16h au parc archéologique européen de Bliesbrück-Reinheim, avec pour thème :

« l’agglomération antique de Grand (Vosges) : actualité des recherches »

Source : http://www.cg57.fr/actus/Pages/BLIES_conf_agglo-antique-Grand.aspx

La mise en valeur du patrimoine en Palestine (15-16 mars 2012)

Dans le cadre d’un séminaire scientifique international sur « la mise en valeur du patrimoine en Palestine » (15-16 mars, ENS Ulm), René ELTER, archéologue à l’INRAP Lorraine et chercheur associé à l’École Biblique et archéologique française de Jérusalem et à l’Université de Lorraine (EA 1132 HISCANT-MA), présentera une communication sur la conservation et la mise en valeur du monastère Saint-Hilarion à Gaza, avec Fadel Al-utol, de la mission archéologique de Tell Umm el-‘Amr, et Magdi Shbair, de l’Université islamique de Gaza.

Le programme complet de la manifestation : http://www.ens.fr/spip.php?article1313

Une maison de maître du Ier au IIIe siècle à Grand

Bref compte-rendu sur le site de l’INRAP de la fouille de Michel GAZENBEEK à Grand :

Entre juin et octobre 2011, en amont de la création d’un lotissement, une fouille menée à Grand a permis la mise au jour d’une imposante villa au pied du rempart de l’agglomération gallo-romaine. Durant l’Antiquité, Grand est identifié à un sanctuaire des eaux dédié à Apollon Grannus. La découverte d’enduits peints permettent d’en restituer les décors et d’identifier la fonction de ses nombreuses pièces. La fouille d’une villa de cette envergure et de ce luxe dans son intégralité et dans un milieu urbain antique est rarissime.

Lire la suite http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Actualites-des-decouvertes/Les-dernieres-decouvertes/2012-2011/p-14073-Une-maison-de-maitre-du-Ier-au-IIIe-siecle-a-Grand.htm

ARULA

ARULA est le carnet de recherche des archéologues de l’Université Lorraine.
Il vise à offrir aux enseignants-chercheurs et chercheurs des différentes équipes de cet établissement (Nancy-Metz) et de la MSH Lorraine un espace commun d’information et de publication qui leur fait défaut actuellement, sur leurs programmes de recherche archéologique, quelle que soit leur période (Antiquité gréco-romaine, Moyen Âge) et leur aire géographique de spécialité (Lorraine, autres régions françaises, monde méditerranéen).
C’est donc un blog d’archéologie historique touchant les thèmes propres des recherches de ses membres (archéologie gallo-romaine, architecture et urbanisme de l’Antiquité tardive, transition religieuse dans l’Orient romain tardive et en Gaule, castellologie, occupation du territoire en Lorraine au Moyen Âge).
On y trouvera donc notamment des comptes-rendus d’opérations archéologiques diverses (fouilles, prospections, étude de matériel) sur les chantiers propres à l’université (ex. le projet AME de la citadelle de Verdun qui fait fonction de chantier-école de l’université) comme sur d’autres chantiers où interviennent ses (enseignants-) chercheurs et des ressources sur leurs thèmes de recherche.