PCR Pierre

La Pierre aux périodes historiques en Lorraine : de l’extraction à la mise en oeuvre

PCR coordonné par Karine Boulanger (INRAP) et Cédric Moulis (EA 1132 Hiscant-MA, Université de Lorraine)

Participants : Cyrille Delangle (Centre de géologie Terrae Genesis), Marc Durand (géologue, Université de Lorraine), Émilie Fiabane (Inrap), David Gucker (Inrap), Jacques Guillaume (UMR 6298 ARTeHIS), Dominique Harmand (EA 1135 CERPA, Université de Lorraine), Dominique Heckenbenner (Musée de Sarrebourg, ARAPS), Charles Kraemer (EA 1132 Hiscant-MA, Université de Lorraine), Jean-Denis Laffite (Inrap), Jacques Leroux (géologue, Université de Lorraine), Jean-Michel Mechling (UMR 7198 Jean Lamour, Université de Lorraine), Magali Mondy (Inrap), , Vianney Muller (EA 1132 Hiscant-MA, Université de Lorraine), Jean-François Proquin (Nord-Est Archéologie)

Conseiller scientifique : Jean-Claude Bessac (CNRS)

 

Ce programme collectif de recherche, initié en 2007, se donne pour vocation la réalisation d’une étude synthétique et diachronique de l’économie de la pierre en région Lorraine, aux périodes historiques. Cette recherche est menée à travers des études de cas concernant des corpus lapidaires, des constructions en pierre et des carrières d’extraction récemment mis au jour ou étudiés dans le cadre d’opérations archéologiques préventives, de fouilles programmées ou de travaux universitaires.
La Lorraine est dotée d’un très riche patrimoine archéologique lapidaire et architectural. Elle doit cette situation à un sous-sol caractérisé par une grande diversité de formations géologiques. Ces dernières se déploient en éventail, en une succession de cuesta, du massif des Vosges au sud-est, jusqu’à la Champagne humide à l’ouest. Depuis les granites hercyniens du sud-est des Vosges, en passant par les grès du Trias inférieur du Piémont vosgien, les calcaires bajociens-bathonien de la côte de Moselle et les calcaires oxfordiens de la côte de Meuse, la Lorraine dispose d’un échantillonnage exceptionnel de matériaux de construction. Ces roches, déjà utilisées à l’Âge du fer notamment pour la réalisation de meules, ont été intensivement exploitées à partir de la période gallo-romaine, jusqu’à l’époque moderne. Le grand nombre de vestiges archéologiques qui jalonnent le paysage lorrain et enrichissent les réserves des musées et des dépôts archéologiques témoigne de cette mise en oeuvre de la pierre à travers le temps.

Au regard de la bibliographie ancienne, il apparaît que l’économie de la pierre en Lorraine aux différentes périodes historiques, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie.
Depuis les années 1990, les études ponctuelles de mobilier lapidaire se sont cependant multipliées. Elles concernent essentiellement des corpus de sculptures gallo-romaines et prennent le plus souvent la forme de petits articles spécialisés ou de publications et travaux universitaires relatifs aux collections des musées départementaux. Pour les époques médiévale et moderne, l’origine de la pierre de construction fait parfois l’objet d’un chapitre au sein des ouvrages consacrés à l’étude de monuments architecturaux. Mais dans ce cas, les problématiques liées à la mise en oeuvre de la pierre et des maçonneries ne sont que trop rarement prises en compte.
Cependant, les collections anciennes se sont vues augmentées, ces cinq dernières années, d’un nombre considérable de nouveaux ensembles lapidaires de grand intérêt grâce aux opérations archéologiques préventives et programmées et aux recherches en prospection.
Les travaux universitaires ont par ailleurs permis l’étude de nombreux monuments architecturaux en pierre de taille.

Quatre grandes thématiques typo-chronologiques alimentent la réflexion :

-La pierre de construction dans l’architecture privée et civile gallo-romaine : les villae de Peltre (57) et Liéhon (57), l’amphithéâtre de Metz (57) traces d’extractions antiques sur le site carrier de Norroy-les-Pont-à-Mousson.

-La pierre des monuments funéraires gallo-romains : l’exemple des corpus du Piémont vosgien (57), de Dieulouard (54) et de Cutry (54). L’étude de l’origine des matériaux sera menée en parallèle de la recherche sur les carrières d’exploitation du calcaire et sur les carrières de grès autour de Saint-Quirin (57).

-La pierre des monuments funéraires du haut Moyen Âge des nécropoles lorraines : Metz-le Sablon, Châtel-Saint-Germain, Audun-le-Tiche, Norroy-le-Veneur (57), Pompey, Gondrecourt-le-Château (54).

-La pierre des édifices seigneuriaux au second Moyen Âge (XI-XVe siècles). Les sites qui composeront le corpus de cette thématique sont : Bainville-aux-miroirs, Blâmont, Pierre-Percée, Vaudémont (54), Gombervaux (55), Forbach, Niederstinzel, Rodemack (57), Beaufremont, Château des Fées (Clairefontaine), Fontenoy-le-Château, Tours-Séchelles (Saint-Baslemont) (88). Seul le donjon de ses sites sera pris en compte la plupart du temps.

Toutefois, notre problématique ne fonctionne pas par période chronologique, ni par une succession de monographies. Une synthèse thématique des données recueillies sur chacun des sites permettra l’imbrication étroite des recherches menées par les différents acteurs du projet sur l’ensemble des sites abordés.

1- Des pierres et des hommes : les principaux gisements de pierre de construction en Lorraine aux époques antiques et médiévales
2- Extraire la pierre
2.1- Typologie des carrières antiques et médiévales
2.1.1- Carrières à ciel ouvert
2.1.2- Carrières souterraines
2.1.3- Exploitation de blocs déplacés et ramassage
2.1.4- Evolution chronologique de la typologie de l’extraction
2.2- Modes opérationnels de l’extraction de la pierre
2.2.1- Stratégie d’exploitation
2.2.2- Techniques d’extraction et outillage
2.2.3- Gestion et recyclage des déchets d’extraction et de taille
3- Mise en oeuvre de la pierre dans l’architecture et les monuments funéraires
3.1- Approvisionnement : stratégie d’implantation des sites, transport et diffusion des matériaux
3.2- Choix des matériaux : spécificités structurelles et culturelles
3.2.1- La pierre sculptée
3.2.2- La pierre de taille
3.2.3- La pierre à moellons
3.2.4- La pierre de soubassement et blocage
3.3- Outillage et méthodes de mise en oeuvre
4- L’économie de la pierre en Lorraine
4.1- Les grands pôles d’extraction et leurs rayons de diffusion
4.2- Le réemploi de matériaux anciens
4.3- Perspectives de recherches

 

La diversité des sites retenus permet d’ores et déjà d’entrevoir un panel de techniques de mises en oeuvre assez diverses, donnée qui s’accommode assez bien avec le fait qu’il n’existe pas pour la région et période concernées un protocole de mise en oeuvre standard et accepté de tous. Au contraire, chaque maître d’oeuvre utilise ses compétences au mieux selon les contraintes géomorphologiques et pécuniaires imposées.
De ces différents sujets d’étude découle une réflexion commune sur la nature des pierres utilisées, leur provenance, leur diffusion et les critères techniques et stylistiques ayant déterminés leur choix. Les quatre thématiques et les monographies serviront de base à l’élaboration d’une synthèse sur l’économie de la pierre en Lorraine aux périodes historiques.
D’autre part, il est envisagé de travailler sur le phénomène du réemploi. En effet, pour plusieurs sites médiévaux, Dieulouard, Vaudémont et Niederstinzel en particulier, il apparait vraisemblable que les ouvriers aient eus recours, au moins partiellement, à des pierres déjà taillées, empruntées à des édifices gallo-romains, proches ou non du chantier de construction.

 

L’ensemble des membres du projet travaillent sur trois bases de données communes enregistrées sur le logiciel FileMaker Pro. Ont ainsi été ainsi élaborées : une fiche d’enregistrement du mobilier lapidaire, une fiche d’unité de construction et une fiche de
carrière. Le lapidaire gallo-romain et mérovingien, conservé dans des dépôts spécialisés, fait l’objet d’une étude quasi-exhaustive, élément par élément. Le but est d’obtenir une carte de l’exploitation et de l’acheminement des matériaux en Lorraine.
Pour les éléments bâtis, les sites font à tour de rôle l’objet de :
– une recherche documentaire préalable à toute intervention,
– une reprise des conclusions inédites de chantiers ayant déjà eu lieu sur ces sites,
– une reconnaissance et couverture photographique du site,
– une campagne de relevés pierre à pierre et d’observation des maçonneries,
– un remplissage des fiches UC,
– quand cela est possible, une observation des fondations de l’édifice,
– des analyses physico-chimiques sur la pierre et les mortiers,
– une reconnaissance de la carrière d’exploitation et remplissage de la fiche Carrière.

Les analyses pétrographiques et chimiques sont réalisées par Jean-Michel Mechling. Par ailleurs, la dimension géologique étant un facteur essentiel à ce type de travail, quatre géologues sont associés au projet. Jean-Claude Bessac (CNRS) intervient dans ce projet au titre de conseiller scientifique et technique. Sa participation prendra la forme de séances de travail communes autour d’expertises et d’études spécifiques concernant les différentes thématiques abordées.