Archives par mot-clé : archéologie des techniques

Colloque : Histoire et patrimoine textile du Grand Est (Antiquité – XXIe siècle)

Chaque année, le Comité d’Histoire Régionale, service de la Région Grand Est organise un colloque dont la thématique est traitée de façon diachronique, en favorisant le dialogue entre les disciplines des sciences humaines et sociales.
Au programme de l’édition 2017, l’histoire et le patrimoine textile dans le Grand Est de l’Antiquité à nos jours. Les 20 communications exploreront différentes facettes de l’histoire de cette activité économique et des usages qui lui sont liés : production, commerce, organisation sociale et urbaine induites, pratiques vestimentaires, mise en valeur de ce patrimoine industriel seront autant de facettes explorées lors de ces journées.
La première session qui se déroulera le jeudi 30 novembre après-midi sera consacrée aux pratiques textiles révélées par l’archéologie. Trois communications aborderont les apports de l’archéologie à la connaissance du textile dans le Grand Est entre l’Âge du Fer à la fin du haut Empire, en mobilisant les résultats de fouilles récentes et l’étude renouvelée de collections anciennes.

Ecomusée textile de Husseren-Wesserling (68)

Jeudi 30 novembre  – 14h-17h30
Vendredi 1er décembre – 9h15-17h30
Samedi 2 décembre – 9h15-17h30

Entrée gratuite | Inscription recommandée :
chr@grandest.fr / 03 87 31 81 45

Programme du colloque

En savoir plus

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l’Université de Lorraine

More Posts - Website

Appel à communication. Colloque « Pierre à pierre » II

La première édition de ces rencontres consacrées à l’économie de la pierre aux périodes historiques, qui s’est tenue à Nancy en 2015, a permis de rappeler la vitalité des recherches menées autour de ce thème, en insistant sur les travaux récents réalisés en Lorraine. Ces rencontres ont également permis de conclure à la nécessité de voir les débats se prolonger au fil d’un cycle de rencontres internationales consacrées à l’économie de la pierre et organisées tous les trois ans. Le deuxième colloque de ce cycle se tiendra à Namur et à Dinant en décembre 2018. Il sera co-organisé par l’Université de Namur, par l’Université de Lorraine, par l’Université catholique de Louvain, par l’Université libre de Bruxelles, par l’INRAP et par la Maison du Patrimoine médiéval mosan.
Ce colloque permettra de centrer les réflexions sur la vallée mosane, célèbre pour ses ressources lithiques, et dont les tronçons de la Meuse moyenne comme de la basse Meuse constituent depuis l’Antiquité l’une des artères économiques majeures dans cette région d’Europe ; il visera également à élargir les questionnements aux régions limitrophes, telles que le Brabant, le Hainaut, les Ardennes, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la région d’Utrecht et du Gelderland, etc.
Afin de perpétuer l’approche largement diachronique privilégiée à Nancy en 2015, la période
couverte est à nouveau très vaste, puisqu’elle s’étend du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle.
Dans le prolongement des débats de 2015, également, le colloque « Pierre à Pierre II » souhaite privilégier trois grands axes thématiques.

LA GEOGRAPHIE DE LA PIERRE (axe 1), tout d’abord, prendra en compte à la fois les lieux d’extraction et les aires chrono-culturelles de diffusion des matériaux. On s’intéressera ainsi particulièrement aux carrières mosanes afin de faire progresser la cartographie diachronique de l’activité extractive mais aussi, au gré des possibilités offertes par les vestiges d’extraction traditionnelle et des sources écrites disponibles, aux modalités d’exploitation des gisements. Les considérations sur le travail en carrière seront également l’occasion de faire progresser les débats relatifs aux interactions entre la logistique du chantier, l’organisation de l’atelier et le travail en carrière, qu’il s’agisse de techniques d’extraction ou du façonnage des blocs.

LA PIERRE SUR LE CHANTIER DE CONSTRUCTION (axe 2), ensuite, recèle de multiples problématiques. Les stratégies d’approvisionnement des chantiers de construction pourront par exemple être envisagées à l’aune des recherches archéologiques comme des études historiques récentes. Ces travaux permettront d’alimenter les débats sur les aires de diffusion des matériaux comme de mettre en évidence l’évolution des techniques de construction, voire des styles, influant sur l’approvisionnement du chantier. A contrario, la rationalisation probable du travail d’exploitation des carrières à la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes est susceptible d’avoir influé sur l’organisation de la construction.
Les techniques de taille et de mise en œuvre pourront par ailleurs être abordées sous de nombreux autres aspects, aussi bien techniques (évolution de l’outillage, des techniques de taille, propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, etc.) que logistiques (le phénomène du remploi, la rationalisation et la standardisation sur le chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, etc.). Le croisement des différentes sources doit également mener, si
possible à une lecture anthropologique du chantier de construction, afin de révéler de manière plus
concrète les hommes qui se cachent derrière les phénomènes techniques et économiques analysés.
Ce colloque réservera par ailleurs un intérêt particulier aux interactions entre la pierre et les autres matériaux de construction. La manière dont la brique s’impose progressivement sur le chantier de construction des Temps modernes et les enjeux liés à la cohabitation de la brique et de la pierre dans l’architecture sont par exemple des questions qui méritent d’être envisagées dans le cadre de ce colloque. Dans le même ordre d’idées, la pétrification de la construction en pan-de-bois aux Temps modernes gagnera également à être interrogée sous l’angle de l’économie de la pierre de taille.

Enfin, afin de faire honneur aux pierres de Meuse, mais également de mettre en évidence un thème de recherche peu traité lors du colloque précédent de cycle, les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur LA PIERRE EN TANT QUE MOBILIER OU ELEMENT DECORATIF (axe 3). En effet, elle permet de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.
Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.
Langues du colloque: français et anglais

Stone by stone_call for papers Pierre à Pierre II_appel à comm

Proposition de communication : avant le 15 février 2018

Colloque : 6-7-8 décembre 2018

Envoi des textes pour la publication : avant le 1er avril 2019 Publication des Actes : 2020
Lieu : Université de Namur (6-7/12) ; Dinant (8/12)

Comité d’organisation : Fr. Blary, K. Boulanger, M. Macaux, C. Moulis, M. Piavaux, C.-M. Vandermensbrugghe, L. Verslype.

Contact : Mathilde MACAUX – AcanthuM- UNamur, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur 00.32.81.724187 – mathilde.macaux@unamur.be

Colloque : Conflits et progrès scientifiques et techniques en Lorraine à travers les siècles 17-18 octobre 2014 – Metz

Affiche du colloque
Conflits et progrès scientifiques et techniques

A l’occasion de ce colloque organisé par le Comité d’Histoire Régional, quatre communications porteront plus particulièrement sur des aspects archéologiques, de la Protohistoire au XXe siècle, développés à partir d’exemples régionaux.

Ces communications se répartissent sur les deux journées de colloque :

Vendredi 17 octobre

Conférence d’ouverture :

9h15 : Guerre et progrès chez les gaulois : une relation ambiguë, par Gérard Bataille (Chargé des partenariats scientifiques, INRAP), Jenny Kaurin (post-doctorante, CNRS-Université de Bourgogne) et Stéphane Marion (ingénieur de recherche au S.R.A. de Lorraine)

Samedi 18 octobre

Session 3 : Armement et innovations technologiques

9h00 : La poudre noire : de l’engin pyrotechnique incendiaire au tir de mine, par Francis Pierre (chercheur associé au LAMOP | Société d’études et de sauvegarde des Anciennes Mines)

Session 4 : Fortifications

10h30 : La maçonnerie en épi : une techniques de construction spécifique aux ouvrages militaires des Xe-XIIe siècles ?, par Cédric Moulis (ingénieur d’études, Université de Lorraine)

11h30 : L’emploi du béton dans la Grande Guerre : regard archéologique sur des vestiges contemporains, par Stéphanie Jacquemot (ingénieur d’études, S.R.A. de Lorraine) et Denis Mellinger (Sculpteur et restaurateur du patrimoine)

 

_____________________________

Vendredi 17 et samedi 18 octobre – Institut Régional d’Administration, 15 avenue de Lyon à METZ

Entrée gratuite, inscriptions obligatoire.

Programme complet et inscription :
http://chr.lorraine.eu/informations/documents/63554.pdf

 

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l’Université de Lorraine

More Posts - Website

45e congrès de la SHMESP : « Apprendre, produire, se conduire. Le modèle au Moyen Âge »

Le 45e Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public se tiendra  l’Université de Lorraine du 22 au 25 mai prochain sur le thème : « Apprendre, produire, se conduire. Le modèle au Moyen Âge ». La 4e session (vendredi 23 mai), intitulée « Les savoir-faire et leur transmission » donnera lieu à plusieurs communications sur les pratiques de l’écrit mais également sur l’archéologie des techniques et de l’architecture médiévale :

  • 14h15 : Danielle Arribet-Deroin (Université Paris I Panthéon Sorbonne)

« La transmission des savoir-faire et des pratiques d’une innovation technique : le ‘modèle’ du procédé indirect d’élaboration du fer et son expansion à la fin du Moyen Âge »

  •  14h40 : Maxime L’Héritier (Université Paris VIII-ÉA 1571) et Arnaud Timbert (Université Lille III-IRHIS)

« De la reproduction à la réinterprétation des modèles dans l’architecture : quel usage du métal à l’époque gothique ? »

  •  15h05 : Vianney Muller (jeune chercheur, Université de Lorraine / HISCANT-MA)

« Le patrimoine castral de la famille de Neufchâtel-Bourgogne : quelle place pour les modèles ? »

 

Le programme complet de ce congrès est disponible sur le site de la SHMESP :  http://www.shmesp.fr/spip.php?article344

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l’Université de Lorraine

More Posts - Website