Archives par mot-clé : archéologie grecque

Table ronde : « Constituer la tombe, honorer les défunts en Méditerranée hellénistique et romaine »

Alexandrie_Table ronde_Constituer la tombe_Affiche

Table ronde organisée par l’École française d’Athènes et le Centre d’études alexandrines, Alexandrie, du 30 octobre au 1er novembre 2014

Programme de la table ronde

Des travaux récents menés sur des ensembles funéraires antiques du bassin méditerranéen ont permis de développer des méthodes adaptées à la mise en évidence des pratiques et des rites funéraires. Il est ainsi désormais possible d’aborder, grâce à la documentation archéologique, les stratégies rituelles mises en oeuvre par les sociétés antiques pour honorer leurs morts. L’étude fine des structures (aires de crémation, tombe, fosse, table à offrandes, etc.), des contextes archéologiques (sols, dépôts, remblais, etc.) et des vestiges cérémoniels (céramique, os animaux, restes carpologiques, etc.) sans oublier les relations que l’on peut établir entre ces vestiges et le mort (d’où l’importance essentielle de l’analyse et des observations anthropologiques), permettent de restituer au tombeau sa fonction essentielle de lieu de culte funéraire.

La définition (juridique, religieuse, mémorielle) de la tombe, bref la constitution de la tombe, sera étudiée. Un volet de la réflexion concernera les méthodes déployées sur le terrain et dans le traitement des sources documentaires. Un autre définira la place du mort dans l’organisation des tombeaux (à Rome, ce sont les restes du défunt qui définissent la tombe comme un ‘lieu religieux’). Il sera également question des rituels funéraires célébrés lors de la mise au tombeau et de la visite faite aux défunts. Cette table ronde sera l’occasion de présenter les méthodes mises en oeuvre dans le cadre d’opérations récentes, en Égypte, au Proche-Orient, en Grèce, en Italie, dans le midi de la France, etc. Les limites de la documentation (et de la méthode) seront évaluées. Un inventaire des pratiques funéraires mises en évidence sera dressé qui permettra d’aborder de façon nouvelle la diversité, au gré des communautés, des stratégies funéraires qui encadraient la transformation du défunt et son installation dans l’altérité de la mort.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Rappel : leçon inaugurale de Sandrine Huber à la MSH le jeudi 11 avril, 17h-19h

La leçon inaugurale de Sandrine Huber sera l’occasion d’une double conférence :

« L’archéologie du sacrifice en Grèce antique : de Delphes au musée archéologique de l’université de Lorraine sur les traces de Paul Perdrizet » par Sandrine Huber, puis « Les archives Perdrizet de l’université de Lorraine (Nancy) » par Samuel Provost.
Affiche leçon inaugurale Huber

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Sandrine Huber, nouveau professeur d’archéologie classique à l’Université de Lorraine

Le département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université de Lorraine et l’HISCANT-MA (EA 1132) sont heureux d’annoncer le recrutement de Sandrine Huber sur le poste de professeur d’archéologie classique occupé précédemment par Catherine Abadie-Reynal.

Sandrine Huber, de nationalité suisse, est archéologue, spécialiste du monde grec antique. Docteur de l’université de Lausanne (Suisse), ancien membre étrangère de l’École française d’Athènes où elle a par ailleurs été responsable des éditions durant 6 ans, elle a enseigné à l’université de Lausanne avant d’être professeur associée d’archéologie grecque à l’université de Lille 3.

 

Ses recherches, menées sous l’égide de l’École française d’Athènes et de l’École suisse d’archéologie en Grèce, recouvrent trois champs thématiques principaux : la religion grecque, la poléogénèse et la transformation des cités dans le monde grec, les questions d’échanges et médiations en Méditerranée antique. Spécialiste de l’archéologie du culte, elle travaille à la difficile reconnaissance archéologique des phénomènes religieux. Elle dirige des fouilles dans la cité grecque d’Érétrie sur l’île d’Eubée et entreprend des recherches en plusieurs endroits du monde grec, notamment à Argos, Délos et Delphes. Ses questionnements s’appliquent à la structure, aux caractéristiques, aux modalités des actes sacrificiels et aux expressions matérielles des actes cultuels. Parmi ses travaux, évoquons son livre L’aire sacrificielle au nord du Sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros. Un rituel des époques géométrique et archaïque, tome XIV de la collection Eretria. Fouilles et recherches paru en 2003 et considéré comme un ouvrage de référence pour l’étude des expression matérielles des rituels grecs, ainsi que son essai à paraître, Les hécatombes dans les pratiques sacrificielles antiques. Sacrifices publics et marché de la viande dans les cités grecques.

 

Le premier titulaire du poste fut Paul Perdrizet, le seul parmi les premiers fouilleurs de la Grande Fouille de Delphes à évoquer, en 1894, des « couches de cendres mêlées à des os de cuisine » dans le sanctuaire d’Apollon Pythien à Delphes, une convergence que nous ne pouvons pas ne pas remarquer, avec la nomination  d’une spécialiste de la question des sacrifices qui travaille, qui plus est, à Delphes.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’Université Lorraine recrute un professeur d’archéologie classique

L’Université Lorraine recrute pour son département d’histoire de l’art et d’archéologie un professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain), qualifié aux fonctions de professeur des universités par la section 21 du CNU.

Extrait de la Fiche poste Galaxie 112 :

Profil :
– Le professeur recruté assurera son enseignement à tous les niveaux : aussi bien en licence (L1 à L3) qu’en master (1 et 2).
– Ses cours porteront sur l’histoire de l’art grec classique et hellénistique et sur l’archéologie grecque et romaine.
– La ventilation approximative de son service annuel sera de 122 heures en licence et 70 heures en master.

– Le professeur recruté fera partie du laboratoire : HISCANT-MA EA 1132.
– Il s’insérera dans les axes de recherche 2 et 3 (Frontières et acculturation dans le monde méditerranéen; Transformation des cités et des sociétés antiques), avec des travaux et projets de recherche portant sur la Méditerranée orientale gréco-romaine.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus