Archives par mot-clé : archéologie lorraine

Tour seigneuriale de Darnieulles (Vosges) : De nouvelles observations

L’étude des élévations de la tour seigneuriale s’est terminée lors d’un chantier de trois semaines en juin 2014. Un sondage a été pratiqué à l’emplacement de la tourelle semi-circulaire. Enfin, l’étude de l’enceinte du XIVe siècle de la maison forte a débuté.

L’élévation extérieure nord
Avec l’élévation est, c’est la moins bien conservée de l’ensemble, mais elle reste observable sur 9,50 m de hauteur et 10 m de longueur. L’analyse parementale a permis de mieux appréhender l’environnement de la tour, dont l’évolution se décline en 4 phases sur ce mur. La phase 1 correspond à l’édification de la tour à la fin du XIe siècle. L’imposante brèche dans la partie gauche du mur rend possible l’idée d’une tourelle chaînée aux maçonneries et similaire à celle de l’élévation sud. Lors de la phase 2, deux trous s’alignant avec plusieurs autres traces ont été percés à près de 6 m du sol. Il pourrait s’agir de la création d’un corps de logis pour l’enceinte du XIVe siècle. Lors de la phase 3, cette maçonnerie en appui est démolie. Un bâtiment (un corps de logis ?) présentant une toiture parallèle à la tour est alors édifié. On remarque deux niveaux d’empochements (un plancher et une charpente ?), espacés les uns des autres d’environ 2,30 m. Il est envisagé que cette configuration soit à mettre en lien avec les vestiges de la porterie des XVIIe-XVIIIe siècles. La phase 4 correspond à l’état actuel, soit à un bâtiment démantelé. Il est fort probable que sa démolition ait engendré des dégradations du parement de la tour.

 

Elévation nord
Elévation nord

Le sondage
Un sondage de 19 m2 contre l’élévation sud de la tour seigneuriale, à l’extérieur, a permis de comprendre l’implantation de la tourelle semi-circulaire et de caractériser son environnement. Malgré la maigreur des indices, il semblerait que le site soit occupé au cours de l’Antiquité (tardive ?) dans une première phase. L’endroit est rendu intéressant par la configuration topographique de la roche calcaire, qui présente un tertre légèrement surélevé par rapport au fond du vallon. Le site cesse d’être ensuite occupé pour des raisons qui nous échappent totalement.
La seconde phase débute à la fin du XIe siècle avec la construction de la tour seigneuriale. Les fondations de la tourelle semi-circulaire, d’aspect tronconique et accolées aux fondations de la tour quadrangulaire, ont une profondeur de 70 cm. Les pierres calcaires, de toutes tailles et formes, qui la constitue sont maçonnées à la chaux, sans organisation particulière. Elles sont dissimulées par le remblai issu du creusement d’un fossé, dont l’amorce est bien reconnue en stratigraphie. En élévation, le parement est conservé sur 53 cm de hauteur et constitué de moellons calcaires de 18 x 7 cm en moyenne. Le piétinement engendré par les travaux et les déchets de matériaux (essentiellement le mortier) créent un premier niveau de sol extérieur compact et dur au pied des maçonneries. Le niveau de sol repéré à l’intérieur de la tourelle est composé d’un lit de mortier épais.

Tourelle semi-circulaire
Tourelle semi-circulaire

Le secteur devient ensuite un lieu de rejet alimentaire. En effet, dans les US en contact avec le niveau de sol, ont été trouvés des tessons de céramique et des restes fauniques en quantité non négligeable. Le mobilier céramique est néanmoins très fragmenté. La pâte, sombre, micacée, et cuite en atmosphère réductrice, est généralement peu épaisse et comporte des inclusions siliceuses fines. Les tessons appartiennent à des formes fermées globulaires montées en technique mixte et sont datables des Xe-XIIIe siècles. Ce mobilier retrouvé à proximité, l’absence de passage permettant d’entrer dans la tourelle et la présence du pendage du fossé semblent démontrer que cette construction semi-circulaire est une latrine à fosse, et non un accès à la tour seigneuriale, comme supposé jusqu’à présent.
Lors de la troisième phase, le profil du fossé, légèrement transformé par son comblement naturel progressif, se fige à nouveau à l’occasion d’une seconde campagne de travaux. Celle-ci peut être certainement rattachée au XIVe siècle, qui voit l’apparition de l’enceinte de la maison forte. Ce nouveau sol reprend toutefois en partie l’altimétrie de l’antérieur. Après 1582, peut-être au XVIIIe siècle, la tourelle perd son intérêt. Elle est alors démantelée, ce qui engendre un nouveau remblai. Le fossé est comblé dans le même temps, ce qui nivelle le secteur. La ruine progressive du site occasionne également de nouveaux remblais. Les sols ont été remués au cours de ces différentes phases, ce qui explique vraisemblablement le degré de fragmentation élevé des mobiliers céramiques et fauniques.

Conférence : « Le laser au service de l’archéologie : présentation des recherches sur les vestiges de la forêt de Haye (54) » par Murielle Leroy

Affiche de la conférence
Affiche de la conférence

Le musée du Pays de Sarrebourg accueille vendredi 4 avril à 20h30 une conférence de Murielle GEORGE-LEROY, conservateur régional de l’Archéologie de Lorraine (DRAC Lorraine) intitulée « Le laser au service de l’archéologie : présentation des recherches sur les vestiges de la forêt de Haye (54) ».

Certaines forêts, comme celle de Haye à côté de Nancy, recèlent de véritables trésors archéologiques. Certes peu spectaculaires au premier coup d’oeil (amas de pierres, talus, etc), ils permettent, pour qui sait les lire, d’appréhender un véritable paysage gallo-romain fossilisé. Dans sa quête l’archéologue est maintenant aidé par une technique de détection tout à fait novatrice, le lidar (scanneur laser aéroporté), qui permet d’obtenir un relevé en 3 dimensions de ces vestiges.

Pour ceux qui ne pourraient faire le déplacement, on peut se reporter aux articles de l’auteur sur ce sujet, dont certains accessibles en ligne.

http://rge.revues.org/1931

https://www.cairn.info/revue-archeosciences-2011-1-page-117.htm

 

 

Entrée libre.
Renseignements : 03 87 08 08 68 – com.musee.sarrebourg@wanadoo.fr

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l’Université de Lorraine

More Posts - Website

Participation de l’Université de Lorraine aux Journées nationales de l’archéologie (7-9 juin)

Capture d’écran 2013-04-23 à 14.54.53L’Université de Lorraine, par le biais du Pôle Archéologique Universitaire de l’EA 1132 HISCANT-MA et du département d’histoire de l’art et d’archéologie, participe aux prochaines Journées nationales de l’archéologie, les 7, 8 et 9 juin 2013 en proposant deux manifestations (gratuites, pour tout public) :

— sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, présentation des activités de recherche, démonstrations des outils et techniques utilisés et visite guidée du musée archéologique universitaire (10h-16h, vendredi 7 et samedi 8 juin) ;

— à Darnieulles, dans les Vosges, visite guidée du chantier archéologique de la maison forte (10h-12h et 14h-17h, vendredi 7 et samedi 8 juin ; 14h-17h, dimanche 9 juin).

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée d’étude « Murs et enduits de la maison rurale Lorraine »

Détail du décor géométrique
Décor géométrique brun et bleu de la tour nord de la maison forte de Louvigny réaménagée pendant la première guerre mondiale.

Maisons Paysannes de France et le Comité d’Histoire Régionale de Lorraine proposent le samedi 16 mars à Vaudémont, une journée d’étude consacrée à l’étude des « murs et enduits de la maison rurale Lorraine« .

Le programme de la journée  :

09H00 : Accueil
09H15 : L’usage du mortier de chaux dans le bâti monumental aux XIe-XIIIe siècles en Lorraine par Cédric MOULIS,
ingénieur d’études, Pôle archéologique – Université de Lorraine
10H00 : Le mur médiéval et moderne en contexte domestique, configurations lorraines par Ivan FERRARESSO,
archéologue à l’INRAP
10H45 : Vivre l’architecture en couleur : enduits extérieurs et décors peints. Quelques exemples en Lorraine XVIe-XIXe par Mireille-Bénédicte BOUVET,
directeur du Service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel – Nancy
11H30 : Le torchis, origine de ce matériau, qualités et techniques de mise en œuvre par Gilbert SOMEIL,
entrepreneur en maçonnerie
12H15 : Déjeuner libre, possibilité de déjeuner sur place (18 € par personne hors boisson, à réserver sur le coupon-réponse, à régler sur place)
14H00 : Les matériaux de construction du XXe siècle : l’apport des deux reconstructions par Jean-Yves HENRY, Ingénieur,
Service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel – Nancy
14H45 : Connaissance et restauration des murs, enduits et pierres de taille des maisons rurales lorrainespar Jean-Gabriel MACAIRE,
entrepreneur en maçonnerie
15H30: Visites à Vaudémont par Cédric MOULIS
16H30 : Fin de la rencontre

 

La participation à la journée est gratuite mais sur inscription à faire parvenir avant le 8 mars adresser par mail à chr@lorraine.eu (formulaire_inscription)

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l’Université de Lorraine

More Posts - Website

L’Université de Lorraine dans le Bois de la discorde

Retrouvez nos équipes en terre mosellane afin d’identifier une carrière :

http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2012/04/22/les-archeologues-explorent-le-bois-de-la-discorde

Ce chantier s’est déroulé du 10 au 20 avril, et a regroupé des membres du Pôle archéologique de l’université de Lorraine (PAU), de l’Association pour la Recherche Archéologique dans le Pays de Sarrebourg (ARAPS) et de Nord-Est Archéologie (NEA).

Les archéologues explorent   Le bois de la discordephoto : Républicain Lorrain

PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise œuvre ». Rapport d’activité 2011

Responsables du PCR : Karine Boulanger (INRAP) et Cédric Moulis (Université de Lorraine)

Ce PCR, initié en 2008, a pour but de synthétiser des données visant à la compréhension de l’économie de la pierre. Il fédère des chercheurs de l’Université de Lorraine, de l’INRAP et du musée de Sarrebourg, autour de différents sites de l’archéologie préventive ou programmée. Le projet parcourt une chronologie qui va de l’époque gallo-romaine au début de l’Époque moderne, dont une thématique s’articule principalement autour de la pierre des édifices seigneuriaux du Moyen Âge (Xe-XVe siècles).

Quatorze sites médiévaux y sont abordés, en privilégiant la diversité géographique et la répartition chronologique. Seul le bâtiment de prestige de ces sites est généralement pris en compte. Ils sont préférentiellement établis sur des gisements de calcaire ou des bancs de grès et leur  construction recourt soit au grand appareil soit aux moellons.

En 2011, trois nouveaux sites ont fait l’objet d’une étude en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Lorraine.

 

La carrière du Streitwald (57) – Dominique Heckenbenner (ARAPS), Cédric Moulis & Vianney Muller (Université de Lorraine)

Les carrières du Streitwald sont situées légèrement à l’est d’une éminence (483 m) dominant à l’ouest la vallée de Lettenbach, à l’est et au nord la vallée de la Sarre Rouge. Le substrat rocheux est exclusivement constitué par les couches intermédiaires du Buntsandstein, alors que le rebord escarpé du plateau correspond au conglomérat principal.

Les deux carrières, de dimensions modestes (18 m x 12 m pour la première, 11m x 10 m pour la seconde), se trouvent sur une vaste terrasse anthropique de forme rectangulaire. Leur intérêt réside dans la présence de tas constitués de blocs de pierre.

Des sondages ont permis de procéder à une première reconnaissance des fronts de taille, au nettoyage des stocks de pierre et à l’enlèvement d’une partie d’entre eux après leur enregistrement. Dans la carrière 1, le front de taille visible, orienté nord-ouest/sud-est, se présente de manière fragmentée et montre que l’extraction s’est exercée d’une part du nord-est au sud-ouest et de l’est à l’ouest. Des traces d’extraction (emboîtures de coin creusées au pic) ont pu être observées. Dans la carrière 2, la partie supérieure de deux fronts de taille a été identifiée.

Carrière du Streitwald : Front de taille (à gauche) et stock de pierres
Carrière du Streitwald : Front de taille (à gauche) et stock de pierres

Le stock de pierres dans la carrière 1 et 2 comprenait 555 blocs visibles. Les modules des blocs de forme parallélépipédique, sont relativement constants : entre 30 et 40 cm de longueur sur 25 à 35 cm de largeur, et de 10 à 20 cm d’épaisseur. Quelques blocs ont une forme triangulaire et quelques-uns sont de plus grande taille (50 x 40 x 20 cm). Ces dimensions correspondent bien aux traces laissées par l’extraction des blocs sur la roche. Le carrier n’avait donc pas à tailler le bloc après l’avoir sorti de la roche. Cela explique que les blocs ne portent pas de traces de taille, mais uniquement des traces d’extraction.

Aucun indice de datation n’a pour l’instant été mis en évidence. La forme et le module des blocs permettent d’envisager une utilisation probable de moellons de construction. Le site du Vieux-Château, identifié comme le château d’Ischeid (XIe siècle ?), peu éloigné et facilement accessible  pourrait être le site d’utilisation de ces blocs. Bien que le château soit ruiné, et qu’aucune fouille n’ait permis d’en dégager les vestiges, les observations faites sur les parements visibles du donjon ont permis de mettre en évidence la correspondance des moellons du Vieux-Château avec ceux de la carrière, tant pour ce qui concerne les modules utilisés que pour ce qui concerne le type de grès.

Les sondages réalisés en avril 2012 permettront de poursuivre l’étude de ces deux carrières, de réaliser les relevés et les enregistrements des traces d’extraction, des fronts de taille et des blocs extraits.

 

Le donjon de Blâmont (54) – Cédric Moulis (Université de Lorraine)

Le château de Blâmont se situe à la confluence de la Vezouze et de la Voise, à 30 kilomètres à l’est de Lunéville, sur les derniers contreforts du Bassin Parisien. Il se perche à 292 m d’altitude à l’extrémité sud-ouest d’un éperon calcaire du Muschelkalk.

Le donjon, dont il ne reste que trois pans, est établi en barrage de l’éperon, protégé par un fossé sec qui fit office de carrière. Il a une emprise au sol de 11,6 m de côté pour une hauteur de 15,7 m. L’espace intérieur offre pour chacun des niveaux une surface de 49 m2. Les angles extérieurs du bâtiment sont arrondis, caractéristique relativement commune sur les édifices bâtis en moellons calcaires. Il est jusqu’à présent daté de la fin du XIIe ou des toutes premières années du XIIIe siècle.

Le bâtiment s’agence selon trois niveaux : une pièce aveugle au niveau du sol, haute de 6 m, un premier étage muni de deux fenêtres, haut de 3,6 m, et un second étage également percé de deux fenêtres et de la porte d’entrée. Depuis la courtine sud-est, une passerelle en bois donne accès à un petit pont-levis. Deux portes se succèdent ensuite avant d’entrer. Entre ces portes, on remarque une trappe, qu’un plancher amovible rendait opérationnel.

Face nord-est du donjon de Blâmont

Le parement est constitué de moellons grossièrement équarris, dont la hauteur d’assise varie entre 9 et 20 cm, pour une profondeur de 20 à 50 cm et qui sont manipulables par une personne seule. D’autres modules présentent des hauteurs d’assises de 25 à 45 cm. Il faut le concours de plusieurs ouvriers et d’engins de levage pour les manipuler. Le blocage du donjon est principalement constitué de pierres plates disposées en épi, mais ce procédé n’est pas respecté sur l’ensemble de la maçonnerie. À la chaux et au sable du mortier sont adjoints des matériaux grossiers. La face nord-est présente à sa base un enduit où l’on devine des joints tirés au fer, témoins d’un intérêt esthétique notoire.

On dénombre quatre séquences de construction. L’option retenue est de monter parement et blocage simultanément avec des moellons. Cette technique contraint à reprendre l’horizontalité des assises à intervalles rapprochés, tous les 50 cm. Toutefois, tous les deux mètres environ, les niveaux de réglage sont beaucoup plus marqués, notamment par l’utilisation de gabarits plus importants. Cette première séquence fonctionne jusqu’à 6,50 m de hauteur, où un retrait semble traduire un arrêt de chantier. La seconde séquence prolonge ce procédé jusqu’au milieu du premier étage. Pour la troisième séquence, l’augmentation de la hauteur des assises est peut-être due au changement de strate dans la carrière. Cette séquence s’achève au milieu du second étage. On retrouve ensuite une dernière séquence aux caractéristiques identiques à la première.

Blâmont offre les caractéristiques d’un petit donjon résidentiel à défense passive. Son étude met en évidence un chantier d’extraction et de mise en œuvre de la pierre non standardisé. Si des contraintes financières ont pu jouer un rôle, les ressources locales ne permettaient pas l’approvisionnement régulier du chantier en beaux blocs taillés. Les pierres sont alors posées selon leur arrivée sur l’atelier de maçonnerie, en essayant de respecter au maximum les hauteurs d’assises, ce qui est facilité par leur petite taille et des joints gras. On réserve quand même les pierres les plus hautes pour les assises de réglage et pour créer comme un cerclage.

 

Le donjon de Pierre-Percée (54) – Cédric Moulis (Université de Lorraine)

Le château de Pierre-Percée est situé à 495 m d’altitude dans le massif des Vosges. Il contrôle l’un des accès au col du Donon, voie de communication très fréquentée entre Lorraine et Alsace. Les vestiges sont posés sur une plateforme longue de 130 m et large de 18 m au maximum, constituée de grès vosgien du Buntsandstein (t1b), feldspathique et de couleur rose.

Le donjon est construit à l’extrémité ouest de la plateforme. Il surplombe une seconde terrasse qui faisait office de seconde basse-cour, la première étant située sur le flanc nord. Le donjon est un rectangle de 8 x 7,60 m de côté. Les murs présentent une épaisseur qui varie de 1,75 à 2,15 m. L’ensemble repose sur une base légèrement plus large que le reste de l’élévation, séparée par un larmier. Outre le rez-de-chaussée, deux autres niveaux sont décelables, accessibles par des échelles, le plus élevé présentant des ouvertures. Les parements extérieurs possèdent un bossage sur la quasi-totalité des pierres.

La face est, la mieux conservée du donjon, est haute de 14,35 m. Une fenêtre en plein cintre très étroite s’ouvre sur le deuxième étage, et une brèche tardive permet l’accès au rez-de-chaussée. La face sud a une hauteur de 13,90 m. La porte d’entrée voûtée en plein cintre de l’édifice offre un accès direct au second étage. Une coursive en bois le long du mur menait à cette porte depuis l’enceinte castrale. Les élévations présentent très peu d’indices suggérant l’échafaudage du chantier. L’épaisseur des murs laisse suggérer que la circulation des ouvriers et des matériaux se faisait sur ceux-ci.

Donjon de Pierre-Percée, faces sud (avec la porte d'entrée) et est

L’ensemble de l’édifice est constitué de pierres posées en lits réguliers. On ne dénombre que de très rares entorses à cette organisation, la plupart correspondant à des ajustements liés aux chaînes d’angle ou à la couture d’une assise faisant le tour du bâtiment. Nous pouvons estimer que les assises les moins hautes servent à régler la maçonnerie, tant en horizontalité qu’en verticalité. On remarque une nette différence entre les gabarits utilisés pour le parement extérieur (33 x 54 cm) et ceux employés dans le parement interne (28 cm de hauteur maximale). Cela montre bien la logique de construction sur le bâtiment : les gros gabarits sont placés en extérieur pour « prévenir » les mouvements de maçonnerie, alors qu’à l’intérieur, le rôle architectonique étant moindre, on peut donc utiliser des gabarits plus petits et plus maniables. Selon les typochronologies alsaciennes, les modules extérieurs sont datables du premier quart du XIIIe siècle. Cette constatation ne s’accorde pas complètement avec l’analyse historique et doit permettre le réexamen des conditions d’apparition de ce bâtiment.

Les maçonneries sont liées avec un mortier de chaux. La présence de quelques pierres calcaires disposées dans le blocage des murs laisse penser que la fabrication de la chaux se faisait directement sur le chantier.

L’utilisation de ce donjon s’oriente vers la fonction de stockage et de retrait provisoire en cas de conflit. Son exiguïté et les niveaux aveugles permettent de le faire entrer dans la catégorie des Bergfried, donjon-refuges qui sont légion sur le versant alsacien du massif vosgien.

 

Conférence sur des villae romaines en pays médiomatrique (INHA, 11 avril)

M. Reddé annonce que son séminaire de l’EPHE sera le cadre d’une intervention sur des villae fouillées par l’INRAP en Moselle :

« Deux exemples de recherche sur les villae romaines en pays médiomatrique »

Monsieur Jean-Denis Laffite, ingénieur à l’INRAP, présentera de nouvelles recherches associant fouilles, prospections géophysiques et pédestres dans le cadre de mon séminaire de l’EPHE, le 11 avril 2012, de 14h à 16 h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris (salle Walter Benjamin).

Le premier exemple porte sur la villa domaniale et le hameau médiéval de « Larry », à Liéhon (Moselle, site de l’Aéroport Régional Lorraine) dont la pars urbana a été fouillée en 2003 sur 3 ha et le hameau médiéval et la pars rustica étudiés en prospections au sol, magnétiques et électriques en 2005-2009 sur 9 ha .

Jean-Denis Laffite présentera ensuite la villa et le site gaulois et augustéen de « Nalving », à Bassing (Moselle, site de la LGV Lorraine 2e tranche « Tête d’Or ») dont l’établissement gaulois et augustéen ainsi que la pars urbana ont été fouillés en 2010 sur 4 ha tandis que la pars rustica était étudiée en 2011 sur 4 ha grâce à des prospections pédestres et magnétiques.

Via http://archeologie.pour.tous.over-blog.fr/article-conference-a-paris-100867520.html
 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’Université Lorraine recrute un professeur d’archéologie classique

L’Université Lorraine recrute pour son département d’histoire de l’art et d’archéologie un professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain), qualifié aux fonctions de professeur des universités par la section 21 du CNU.

Extrait de la Fiche poste Galaxie 112 :

Profil :
– Le professeur recruté assurera son enseignement à tous les niveaux : aussi bien en licence (L1 à L3) qu’en master (1 et 2).
– Ses cours porteront sur l’histoire de l’art grec classique et hellénistique et sur l’archéologie grecque et romaine.
– La ventilation approximative de son service annuel sera de 122 heures en licence et 70 heures en master.

– Le professeur recruté fera partie du laboratoire : HISCANT-MA EA 1132.
– Il s’insérera dans les axes de recherche 2 et 3 (Frontières et acculturation dans le monde méditerranéen; Transformation des cités et des sociétés antiques), avec des travaux et projets de recherche portant sur la Méditerranée orientale gréco-romaine.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Lancement public du programme AME des fouilles de Saint-Vanne à Verdun

Valérie SERDON-PROVOST a donné jeudi dernier, 23 février, une conférence publique dans la salle du conservatoire de musique de Verdun pour présenter les recherches archéologiques qu’elle dirige sur le site de l’abbaye Saint-Vanne, sur la citadelle de Verdun.

Il s’agit du projet AME, pour Archéologie Monastique à un carrefour Européen, qui associe sous l’égide de la MSH Lorraine notamment le département d’histoire de l’art et d’archéologie et deux équipes de recherche de l’Université Lorraine, le CRUHL et l’HISCANT-MA.

Après un délai forcé d’un an par rapport au calendrier original, retard imposé par l’organisation administrative de la dépollution pyrotechnique du site, les fouilles commenceront en juillet prochain. Le délai a toutefois été mis à profit pour réaliser en septembre dernier une prospection géophysique (géoradar) sur laquelle on reviendra dans une prochaine note.

La conférence était organisée par la mairie de Verdun qui suit le dossier avec une grande attention, tout en lui apportant un soutien logistique décisif, au point de décider de se substituer à l’Armée pour prendre en charge la dépollution du site. Le projet est d’ailleurs particulièrement mis en valeur sur le site de la Communauté de communes de Verdun et de la ville de Verdun : voir Archéologie et citadelle.

Un compte-rendu de la conférence a été donné dans l’Est Républicain du 26.02.2012, édition de Verdun (derrière un « mur payant ») : http://www.estrepublicain.fr/meuse/2012/02/26/fouilles-archeologiques-en-vue

 

Crédits photo : Jean-Marie Perreaux, Mairie de Verdun

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence sur Grand à Bliesbrück (24 mars 2012)

Thierry Dechezleprêtre, conservateur du patrimoine au conseil général des Vosges, donnera une conférence sur Grand le samedi 24 mars à 16h au parc archéologique européen de Bliesbrück-Reinheim, avec pour thème :

« l’agglomération antique de Grand (Vosges) : actualité des recherches »

Source : http://www.cg57.fr/actus/Pages/BLIES_conf_agglo-antique-Grand.aspx

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Une maison de maître du Ier au IIIe siècle à Grand

Bref compte-rendu sur le site de l’INRAP de la fouille de Michel GAZENBEEK à Grand :

Entre juin et octobre 2011, en amont de la création d’un lotissement, une fouille menée à Grand a permis la mise au jour d’une imposante villa au pied du rempart de l’agglomération gallo-romaine. Durant l’Antiquité, Grand est identifié à un sanctuaire des eaux dédié à Apollon Grannus. La découverte d’enduits peints permettent d’en restituer les décors et d’identifier la fonction de ses nombreuses pièces. La fouille d’une villa de cette envergure et de ce luxe dans son intégralité et dans un milieu urbain antique est rarissime.

Lire la suite http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Actualites-des-decouvertes/Les-dernieres-decouvertes/2012-2011/p-14073-Une-maison-de-maitre-du-Ier-au-IIIe-siecle-a-Grand.htm

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

ARULA

ARULA est le carnet de recherche des archéologues de l’Université Lorraine.
Il vise à offrir aux enseignants-chercheurs et chercheurs des différentes équipes de cet établissement (Nancy-Metz) et de la MSH Lorraine un espace commun d’information et de publication qui leur fait défaut actuellement, sur leurs programmes de recherche archéologique, quelle que soit leur période (Antiquité gréco-romaine, Moyen Âge) et leur aire géographique de spécialité (Lorraine, autres régions françaises, monde méditerranéen).
C’est donc un blog d’archéologie historique touchant les thèmes propres des recherches de ses membres (archéologie gallo-romaine, architecture et urbanisme de l’Antiquité tardive, transition religieuse dans l’Orient romain tardive et en Gaule, castellologie, occupation du territoire en Lorraine au Moyen Âge).
On y trouvera donc notamment des comptes-rendus d’opérations archéologiques diverses (fouilles, prospections, étude de matériel) sur les chantiers propres à l’université (ex. le projet AME de la citadelle de Verdun qui fait fonction de chantier-école de l’université) comme sur d’autres chantiers où interviennent ses (enseignants-) chercheurs et des ressources sur leurs thèmes de recherche.

Samuel Provost

Maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus