Archives par mot-clé : castellologie

Publication : Le Château des fées de Montcy-Notre-Dame. Archéologie d’un site de l’an Mil.

Le projet LAFAM au sein de la MSH Lorraine a pris fin avec la publication d’un second ouvrage, sous la direction de Cédric Moulis et Jean-Pierre Lémant. Cet ouvrage présente les résultats des fouilles et des analyses qui en découlent sur un site aristocratique des boucles de la Meuse ardennaise aux abords de Charleville-Mézières en l’an Mil.

 Livre broché 224 p. ISBN-10 2814302841 ISBN-13 9782814302846 15€
Livre broché
224 p.
ISBN-10 2814302841
ISBN-13 9782814302846
15€

Le Château des fées est édifié sur une motte rocheuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local, à la frontière des diocèses de Reims et de Liège, aux limbes des comtés de Castrice et du Porcien.

Les fouilles dirigées par Jean-Pierre Lémant dans les années 1980-1990 ont permis de redonner à ce site anhistorique toute sa valeur historique et archéologique. Un établissement primitif en bois a d’abord occupé le substrat rocheux. Suite à sa probable destruction en 933 par Richer, évêque de Tongres-Maastricht-Liège, une aula en pierre se substitue au premier ouvrage et une enceinte enserre l’ensemble. La destruction du site intervient vers 1100, suite à un incendie.

Un mobilier bien caractéristique de l’époque a été mis au jour. Les plus belles pièces correspondent à des pièces d’échecs, un fermoir de livre, ou encore de la céramique fine glaçurée importée de la Meuse moyenne. La découverte de fragments de meules en basalte de l’Eifel achève de montrer la prééminence d’une culture matérielle des occupants préférentiellement tournée vers l’est et le nord. L’influence des évêques de Tongres-Maastricht-Liège se reflète très certainement dans l’ensemble de ces orientations.

Les données exhumées des stratigraphies du Château des fées, traitées par différents spécialistes, permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite aristocratie autour de l’an Mil.

Plan de l’ouvrage :
Avant-Propos (André Matthys)
Introduction (Cédric Moulis)
CHAPITRE 1 – Une histoire dans l’ombre
1,1 – Un contexte géologique tourmenté. Frontière naturelle ou carrefour ? (Dominique Harmand)
1,2 – Un contexte historique complexe (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
1,3 – De l’histoire à la légende, de la légende au mythe : naissance du Château des fées (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
CHAPITRE 2 – Les bâtiments et leur évolution
2,1 – Les données des chantiers (Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
2,2 – Les bâtiments (Cédric Moulis)
CHAPITRE 3 – Un mobilier aristocratique
3,1 – La faune (Charlotte Samain)
3,2 – La carpologie (Emmanuelle Bonnaire)
3,3 – La céramique (Sylvie de Longueville)
3,4 – Le verre (Hubert Cabart)
3,5 – Le mobilier métallique (Valérie Serdon-Provost)
3,6 – Les monnaies (Christophe Adam)
3,7 – Le mobilier en matières dures animales (Jean-François Goret)
3,8 – Les meules (Sophie Galland-Créty, Luc Jaccottey)
Conclusion (Cédric Moulis)
Annexes
Bibliographie

L’ouvrage peut être commandé sur le lien suivant : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100686080&fa=details

Colloque International – 11-12 décembre 2015

Fortification et artillerie en Europe autour de 1500. Le temps des ruptures.

12279135_10208479341689369_9140775186834515963_n

Programme des deux jours :

12239544_10208479355929725_4045320335147591185_n

Informations pratiques :
10-11 décembre
Entrée libre
Déjeuners du vendredi 11 et du samedi 12 sur réservation avant le 8 décembre.
Prix : 17 euros.
Possibilité d’hébergement.
Réservations, conditions déjeuner et hébergement : marie-odile.lambert@epinal.fr
Renseignements colloque : contact@vieux-chatel.fr

Exposition : Le Château des fées en l’an Mil. Une sentinelle aux portes de l’Ardenne

INVIT_Page_1

Lieu de l’exposition : Musée de l’Ardenne – Charleville-Mézières (08)

Le Château des fées est édifié sur une motte schisteuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse au nord de Charleville-Mézières. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local. Un bâtiment primitif en bois a d’abord occupé le socle schisteux. Une aula en pierre de 17,50 x 9,80 m se substitue au premier ouvrage dans la première moitié du Xe siècle. Une enceinte castrale enserrait l’ensemble et accueillait une basse-cour. La destruction du site intervient au tout début du XIIe siècle, suite à un incendie. Les analyses physico-chimiques, les carreaux d’arbalète, les pointes de flèches, les monnaies, la tabletterie et le mobilier céramique exhumés des stratigraphies du Château des fées permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite noblesse autour de l’an Mil.

L’exposition rassemble des panneaux et du mobilier étudié par une dizaine de spécialistes travaillant sur des domaines précis des sciences historiques, géologiques, archéologiques de France et de Belgique. Elle fait la synthèse de fouilles inédites qui présentent un intérêt de comparaison pour les archéologues. Peu de sites sont encore renseignés avec précision sur cette période. Il vient compléter la liste des sites explorés par les collègues belges, de Picardie et de Rhône-Alpes sur la question des résidences aristocratiques des environs de l’an Mil – question sujette à de nombreuses remises en perspectives à chaque nouvelle publication tant le champ d’étude reste vaste.

Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

La soutenance de ma thèse, intitulée « Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles) », réalisée sous la direction de Gérard Giuliato, se tiendra le samedi 13 juin 2015 à 14h00 sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine, à Nancy, en salle A 226.

Continuer la lecture de Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Journée d’étude « Murs et enduits de la maison rurale Lorraine »

Détail du décor géométrique
Décor géométrique brun et bleu de la tour nord de la maison forte de Louvigny réaménagée pendant la première guerre mondiale.

Maisons Paysannes de France et le Comité d’Histoire Régionale de Lorraine proposent le samedi 16 mars à Vaudémont, une journée d’étude consacrée à l’étude des « murs et enduits de la maison rurale Lorraine« .

Le programme de la journée  :

09H00 : Accueil
09H15 : L’usage du mortier de chaux dans le bâti monumental aux XIe-XIIIe siècles en Lorraine par Cédric MOULIS,
ingénieur d’études, Pôle archéologique – Université de Lorraine
10H00 : Le mur médiéval et moderne en contexte domestique, configurations lorraines par Ivan FERRARESSO,
archéologue à l’INRAP
10H45 : Vivre l’architecture en couleur : enduits extérieurs et décors peints. Quelques exemples en Lorraine XVIe-XIXe par Mireille-Bénédicte BOUVET,
directeur du Service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel – Nancy
11H30 : Le torchis, origine de ce matériau, qualités et techniques de mise en œuvre par Gilbert SOMEIL,
entrepreneur en maçonnerie
12H15 : Déjeuner libre, possibilité de déjeuner sur place (18 € par personne hors boisson, à réserver sur le coupon-réponse, à régler sur place)
14H00 : Les matériaux de construction du XXe siècle : l’apport des deux reconstructions par Jean-Yves HENRY, Ingénieur,
Service régional de l’Inventaire général du patrimoine culturel – Nancy
14H45 : Connaissance et restauration des murs, enduits et pierres de taille des maisons rurales lorrainespar Jean-Gabriel MACAIRE,
entrepreneur en maçonnerie
15H30: Visites à Vaudémont par Cédric MOULIS
16H30 : Fin de la rencontre

 

La participation à la journée est gratuite mais sur inscription à faire parvenir avant le 8 mars adresser par mail à chr@lorraine.eu (formulaire_inscription)

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Journée de prospection Lutzelbourg-Ischeid

L’association Nord-Est Archéologie (NEA) et l’Association pour la Recherche Archéologique dans le Pays de Sarrebourg (ARAPS) organisent une journée de prospection sur les sites castraux de Lutzelbourg et Ischeid (Moselle) lundi 24 septembre.

Le château de Lutzelbourg, dont l’existence remonte au XIe siècle, est situé sur un éperon rocheux dominant la Zorn. De nombreux trous de taupes font rejaillir des tessons de céramique sur l’ensemble du site, malheureusement disséminés par les promeneurs. D’où l’idée de collecter ces artefacts, qui vont contribuer ainsi à une meilleure connaissance du site, de ses usages, voire d’en préciser la datation et le phasage. L’ensemble du mobilier recueilli sera déposé pour étude au Pôle Archéologique de l’Université de Lorraine.

Le château d’Ischeid est un site du XIIe siècle qui est intégré au sein du PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ». Le site, sous couvert forestier, est largement détruit. Mais une bonne partie des pierres constituant le donjon sont encore posées en tas au pied de la barre rocheuses sur laquelle il était préalablement assis. Une mesure systématique des moellons permettra de les compareravec ceux retrouvés sur le site de la carrière, à quelques centaines de mètres de là, et fouillée au printemps dernier. Comme à Lutzelbourg, les pentes du château doivent receler un mobilier céramique utile à sa datation.

Les prospections sur ces deux sites ont nécessité les autorisations respectives du Service Régional de l’Archéologie de Lorraine, des Monuments Historiques (le site du Lutzelbourg étant classé), les communes de Lutzelbourg & Abreschwiller, l’Office National des Forêts.

Soutenance de thèse : L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace, Xe-XIIIe siècles

De la fin des invasions magyares, dans le second tiers du Xe siècle, jusqu’en 1300, l’Alsace connut un accroissement continu de chantiers de constructions fortifiées privées. Celui-ci se traduisit par l’édification de dizaines de châteaux dont les ruines jalonnent, du Nord au Sud, le versant oriental du massif vosgien et qui ne manquèrent pas de susciter la curiosité de nombre de chercheurs depuis plus d’un siècle. L’histoire de leur construction, ou « art de bâtir », longtemps reléguée au second plan, a connu de grandes avancées grâce à l’archéologie du bâti. Ces études permettent, grâce à la documentation des phases de constructions, d’aborder les questions relatives au fonctionnement d’un chantier et à la gestion des matériaux. Le massif étant divisé entre une partie gréseuse au Nord et une zone cristallophyllienne, plus diverse, au Sud, l’apport de la géologie ou de la chimie des matériaux ouvrent de nouveaux champs de connaissances (composition des mortiers, sélection de roches pour les parements). Posé sur un sommet bien visible, le château cumulait les fonctions de résidence privée et de protection publique et ses parements furent conçus de façon à répondre au mieux aux exigences militaires et résidentielles.

From the end of the Hungarian invasions, in the second third of the 10th Century, until 1300, a growing number of private fortifications was built in Alsace. This phenomenon was represented by dozens of castles, ruins of which punctuate from North to South the eastern side of the Vosges Mountains and stirred up the curiosity of many archaeologists for more than one century. The history of their construction, or “art of building”, considered as secondary for a long time, improved thanks to the archaeological studies of elevations. These researches enable to show information relating to the organisation of a building-yard and the management of materials, thanks to the documentation of the different stages of building. The Vosges massif being divided into a sandstone part in the North and a granite part in the South, geological or chemical studies open new fields of knowledge (composition of mortars, stone selection for the facing of wall…). Built upon a well visible summit, the castle gathered the functions of private residence and public defence, so its walls were designed to fit military and residential requirements at best.  Keywords : castle, fortified residence, hill sites, enceinte, building, facing of walls, course, mortar, scaffolding.

Château de Blâmont : retour sur l’histoire d’un monument médiéval

Date : Samedi 16 Juin 2012 – 09:00 – 13:30
Lieu : Blâmont

Partez à la découverte de l’un des vestiges les plus remarquables de l’architecture médiévale en Lorraine. Au carrefour de l’histoire et de l’archéologie, retracez pas à pas la chronologie du château et replongez dans les différentes étapes de sa construction, du XIIe au XIXe siècle. Vous pourrez observer le donjon et les quatre tours encore debout. Les autres éléments de ce puzzle vieux de 700 ans mettront à l’épreuve vos talents d’enquêteurs…

Intervenants : Cédric Moulis, ingénieur d’études au Pôle Archéologique Universitaire & Vianney Muller, doctorant en histoire et archéologie médiévale, (E.A. 1132-Hiscant-MA), Université de Lorraine

> Un bus sera spécialement affrété au départ de Nancy.

Lieu exact précisé lors de la réservation au : 03 54 50 54 70.

Plus d’infos et réservations : Les chercheurs dans l’herbe – balades thématiques grand public

Relevé topographique de la motte de Chantereine

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’Hiscant-MA (EA 1132) a réalisé lundi 26 mars le relevé topographique de la motte castrale de Chantereine (08).

Ce site, installé au nord de la commune de Thin le Moutier, au creux de la vallée du Thin, au milieu des marais, fait l’objet depuis quelque temps d’un soin particulier. Nous ne connaissons pas avec certitude la date d’apparition de cette motte. La lecture de l’Historia monasterii mosomensis, rédigé vers 1040, permet toutefois de savoir qu’elle existe en 971, année où les moines du prieuré voisin de Thin sont transférés à l’abbaye de Mouzon, suite aux soucis que leur cause la garnison du château de Cantarana (là où chantent les reinettes, allusion au biotope local). La configuration de ce site, et sa disparition des textes, invite à penser qu’il eut une fonction très limitée dans le temps.

Le site a été peu à peu gagné par une végétation dense, suite à un assèchement partiel des lieux. Dans le même temps, un chapelet d’étangs piscicoles privés ont été creusés à proximité, menaçant l’intégrité de ce vestige et faisant craindre la perte de données scientifiques importantes. Les premières observations de terrain et le sondage palynologique, menés par le professeur Michel Bur dans les années 1970 et 80, n’ont jamais été suivis d’une fouille programmée, hormis les quelques excavations plus ou moins sauvages qui ont dégagé un rang d’assise maçonné sur la partie sommitale du tertre. Conscient de l’intérêt du site, et alerté en cela par Jean-Pierre Lémant, président de la Société Archéologique du sillon mosan, la commune de Thin le Moûtier a décidé de nettoyer le site et de le mettre en valeur. C’est à cette occasion que le Pôle Archéologique Universitaire est intervenu pour en réaliser un relevé précis.

Par ailleurs, la motte de Chantereine est intégrée au programme de recherche LAFAM, porté par l’axe 1 de la MSH Lorraine, sur les frontières en l’an Mil en Ardenne. Son étude permet d’entrevoir des comparaisons avec le site phare de ce projet, le Château des Fées à Montcy-Notre-Dame, mais aussi avec les nombreuses mottes qui émaillent le territoire ardennais (Stonne, Rethel, Château-Porcien, etc…). La thématique des frontières, appliquée au morcellement des territoires contrôlés par de petits sites fortifiés, s’en trouve ainsi enrichie.

La motte présente un diamètre au sol de 55 m. La plateforme sommitale, large de 14 m, est située à 4 m de hauteur. Elle présente sur son flanc nord, à mi-hauteur de la pente, une terrasse intermédiaire large de 5 m. La motte a subi des ablations de matériau en différents endroits, dont une tranchée bien marquée sur la pente est. Elle est entourée par une série de drains qui ont asséché en partie la zone.

 

Bibliographie :

Monumenta Germaniae Historica, SS XIV, p. 604, 611.

Michel Bur, Inventaire des sites archéologiques non monumentaux de Champagne. Tome II, Vestiges d’habitat seigneurial fortifié des Ardennes et de la vallée de l’Aisne, ARERS, Reims, 1980, p. 30-33.

Michel Bur, Recherches sur les plus anciennes mottes castrales de Champagne. Château-Gaillard, IX-X, Caen, 1982, p. 56-57.

Michel Bur, Hervé Richard, Occupation du sol et peuplement dans la vallée du Thin au haut Moyen Âge. Archéologie Médiévale, XVII, Caen, 1987, p. 93-103.

Patrice Bertrand, Cédric Moulis, Conception et matérialité des frontières en l’an mil. in Jean-Luc Deshayes, Didier Francfort (dir.), Du barbelé au pointillé, les frontières au regard des sciences humaines et sociales, PUN, Nancy, 2010, p.55.

 

Conférence de S. Gouguenheim, « Les châteaux et la politique castrale de l’Ordre Teutonique en Prusse XIIIe-XVe siècles » (mercredi 2 mai)

Sylvain Gouguenheim, professeur à l’ENS de Lyon, donnera une conférence intitulée « Les châteaux et la politique castrale de l’Ordre Teutonique en Prusse XIIIe-XVe siècles » le mercredi 2 mai à 17h30, dans la Salle internationale de la MSH Lorraine (Plateforme Libération, 91 avenue de la Libération, Nancy).
La conférence est organisée par le Pôle Archéologique Universitaire (EA 1132 HISCANT-MA) et la section d’Histoire médiévale.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus