Archives par mot-clé : Fonds Perdrizet

Le Savoir en Objets (28 mars, CLSH)

À l’occasion des Journées Art et Culture dans l’Enseignement Supérieur (JACES), les collections scientifiques de l’Université de Lorraine sont l’objet d’une rencontre de présentation autour de vingt-cinq objets emblématiques de ce patrimoine, le mardi 28 mars 2017, de 16h à 20h, sur le Campus LSHS de Nancy.

Un opuscule de 52 pages réunit par ailleurs ces présentations sous forme de photographies commentées et sera distribué aux premiers visiteurs. [Màj du 30/03/17 : il peut être téléchargé au format pdf ici]

Les collections du département d’histoire de l’art et d’archéologie (UFR SHS-Nancy) y sont tout particulièrement représentées, à travers les collections du musée archéologique, la collection de plaques photographiques pédagogiques anciennes et les archives scientifiques de Paul Perdrizet (photographie ci-dessus).

Programme complet à télécharger.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : le rôle de l’image dans l’enseignement d’archéologie et d’histoire de l’art à l’université de Nancy (1887-1928)

affiche-exposition-rieahasd

La Faculté des lettres de Nancy fut l’une des premières en France à disposer, sous le nom d’Institut d’archéologie classique (IAC), d’une institution spécifique consacrée à la recherche et à l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art. Créé en 1902, il associait un musée de moulages de sculptures antiques, une bibliothèque spécialisée et une riche collection de photographies. Cette collection se trouve encore aujourd’hui dans les locaux du département d’histoire de l’art et d’archéologie à Nancy. Elle compte près de 9000 plaques de verre et plus de 4500 épreuves sur papier et fait l’objet, depuis trois ans, d’un programme de conservation et d’étude.

Cette collection était d’abord un instrument pédagogique : elle fournissait aux enseignants de l’IAC les images nécessaires à l’illustration de leurs cours, en particulier les cycles de grandes conférences publiques ouvertes au public, sur des sujets aussi variés que l’archéologie mycénienne, la sculpture grecque, ou la peinture italienne du XVe s.

L’exposition présente ainsi des sélections thématiques de photographies de cette collection correspondant à l’illustration originelle d’un choix de sept leçons ou cycles de cours publics, sous forme surtout de projections. Les cours retenus permettent à la fois de montrer l’évolution technique et scientifique de l’usage des photographies, depuis la leçon inaugurale d’archéologie de Charles Diehl, en 1887, jusqu’aux cours des années 1920, et cette diversité des thèmes et périodes abordés.

Plan de l’exposition :

– Introduction sur l’usage de l’image dans l’enseignement universitaire dans les années 1880-1920.

1. Charles Diehl, « Cours inaugural d’archéologie », publié dans les Annales de l’Est, 1888.

2. Paul Perdrizet, « Au musée archéologique universitaire », conférence publique, résumé publié dans le Bulletin des sociétés artistiques de l’Est de la France, 1907.

3. Albert Grenier, « La Gaule cisalpine », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1911.

4. Paul Perdrizet, « L’art symbolique du Moyen Âge », cours public de la faculté des lettres, publié dans le Bulletin de la société industrielle de Mulhouse, 1909.

5. Paul Perdrizet, « La peinture italienne au XVe s. », cours public de la faculté des lettres, publié en 1905.

6. Marcel Bulard, « Les découvertes de l’École française dans l’île de Délos », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1928.

7. Marcel Bulard, « Les sculpteurs florentins du XVe siècle », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1922 (Daniela Gallo).

Cette exposition s’insère dans le cadre d’un programme « carte blanche » accordé par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) au département d’histoire de l’art et d’archéologie pour l’année 2016. Ce programme, intitulé « Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques spécialisées au service de l’enseignement universitaire de l’archéologie et de l’histoire de l’art », étudie la construction contemporaine et parallèle de deux bibliothèques et photothèques, celle de l’IAC à Nancy et celle de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à Paris.

L’exposition est réalisée par le département d’histoire de l’art et d’archéologie, en partenariat avec le CRULH (EA 3945), et avec le soutien de l’UFR SHS-Nancy et du conseil scientifique de l’UL.

Commissariat de l’exposition : Daniela Gallo et Samuel Provost.

Assistante : Lucie Oswald.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : une nouvelle klinè du IVe s. près d’Amphipolis (6 décembre)

provost-samuel_kline

Conférence de Samuel Provost, le mardi 6 décembre, à 18H00, CLSH, salle A 412.

Parmi les monuments inédits relevés par Paul Perdrizet (1870-1938) lors de sa mission de prospection archéologique et épigraphique de la région du Pangée (Macédoine orientale), en 1899, figure une rare klinè à décor sculpté polychrome. Paul Perdrizet en avait découvert de tout petits fragments lorsqu’il avait exploré une première fois une tombe de type dit « macédonien », sans doute peu de temps après son pillage, en novembre 1894, quelques kilomètres au nord d’Amphipolis. Lorsqu’il revint presque cinq ans plus tard dans la région, il n’eut de cesse de chercher les fragments disparus des deux lits funéraires dont il avait restitué l’emplacement dans la tombe. Il parvint à ses fins et localisa un pied et une partie de la frise de la façade d’une klinè. S’il les fit dessiner plus tard par un artiste de la fabrique Gallé, il ne publia pas cette découverte remarquable, perdue jusqu’à présent, comme les fragments eux-mêmes.

La conférence reviendra d’abord sur les conditions de cette découverte et les raisons de son oubli, avant d’examiner la place du monument dans le corpus de ces monuments funéraires macédoniens.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus