Archives par mot-clé : INRAP

Table ronde : « Constituer la tombe, honorer les défunts en Méditerranée hellénistique et romaine »

Alexandrie_Table ronde_Constituer la tombe_Affiche

Table ronde organisée par l’École française d’Athènes et le Centre d’études alexandrines, Alexandrie, du 30 octobre au 1er novembre 2014

Programme de la table ronde

Des travaux récents menés sur des ensembles funéraires antiques du bassin méditerranéen ont permis de développer des méthodes adaptées à la mise en évidence des pratiques et des rites funéraires. Il est ainsi désormais possible d’aborder, grâce à la documentation archéologique, les stratégies rituelles mises en oeuvre par les sociétés antiques pour honorer leurs morts. L’étude fine des structures (aires de crémation, tombe, fosse, table à offrandes, etc.), des contextes archéologiques (sols, dépôts, remblais, etc.) et des vestiges cérémoniels (céramique, os animaux, restes carpologiques, etc.) sans oublier les relations que l’on peut établir entre ces vestiges et le mort (d’où l’importance essentielle de l’analyse et des observations anthropologiques), permettent de restituer au tombeau sa fonction essentielle de lieu de culte funéraire.

La définition (juridique, religieuse, mémorielle) de la tombe, bref la constitution de la tombe, sera étudiée. Un volet de la réflexion concernera les méthodes déployées sur le terrain et dans le traitement des sources documentaires. Un autre définira la place du mort dans l’organisation des tombeaux (à Rome, ce sont les restes du défunt qui définissent la tombe comme un ‘lieu religieux’). Il sera également question des rituels funéraires célébrés lors de la mise au tombeau et de la visite faite aux défunts. Cette table ronde sera l’occasion de présenter les méthodes mises en oeuvre dans le cadre d’opérations récentes, en Égypte, au Proche-Orient, en Grèce, en Italie, dans le midi de la France, etc. Les limites de la documentation (et de la méthode) seront évaluées. Un inventaire des pratiques funéraires mises en évidence sera dressé qui permettra d’aborder de façon nouvelle la diversité, au gré des communautés, des stratégies funéraires qui encadraient la transformation du défunt et son installation dans l’altérité de la mort.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Conférence sur des villae romaines en pays médiomatrique (INHA, 11 avril)

M. Reddé annonce que son séminaire de l’EPHE sera le cadre d’une intervention sur des villae fouillées par l’INRAP en Moselle :

« Deux exemples de recherche sur les villae romaines en pays médiomatrique »

Monsieur Jean-Denis Laffite, ingénieur à l’INRAP, présentera de nouvelles recherches associant fouilles, prospections géophysiques et pédestres dans le cadre de mon séminaire de l’EPHE, le 11 avril 2012, de 14h à 16 h, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris (salle Walter Benjamin).

Le premier exemple porte sur la villa domaniale et le hameau médiéval de « Larry », à Liéhon (Moselle, site de l’Aéroport Régional Lorraine) dont la pars urbana a été fouillée en 2003 sur 3 ha et le hameau médiéval et la pars rustica étudiés en prospections au sol, magnétiques et électriques en 2005-2009 sur 9 ha .

Jean-Denis Laffite présentera ensuite la villa et le site gaulois et augustéen de « Nalving », à Bassing (Moselle, site de la LGV Lorraine 2e tranche « Tête d’Or ») dont l’établissement gaulois et augustéen ainsi que la pars urbana ont été fouillés en 2010 sur 4 ha tandis que la pars rustica était étudiée en 2011 sur 4 ha grâce à des prospections pédestres et magnétiques.

Via http://archeologie.pour.tous.over-blog.fr/article-conference-a-paris-100867520.html
 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Une maison de maître du Ier au IIIe siècle à Grand

Bref compte-rendu sur le site de l’INRAP de la fouille de Michel GAZENBEEK à Grand :

Entre juin et octobre 2011, en amont de la création d’un lotissement, une fouille menée à Grand a permis la mise au jour d’une imposante villa au pied du rempart de l’agglomération gallo-romaine. Durant l’Antiquité, Grand est identifié à un sanctuaire des eaux dédié à Apollon Grannus. La découverte d’enduits peints permettent d’en restituer les décors et d’identifier la fonction de ses nombreuses pièces. La fouille d’une villa de cette envergure et de ce luxe dans son intégralité et dans un milieu urbain antique est rarissime.

Lire la suite http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Actualites-des-decouvertes/Les-dernieres-decouvertes/2012-2011/p-14073-Une-maison-de-maitre-du-Ier-au-IIIe-siecle-a-Grand.htm

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus