Archives par mot-clé : Lorraine

L’archéologie aux Journées d’Histoire Régionale

Affiche des 12e journées d’histoire régionale

Samedi 25 et dimanche 26 mars, les Journées d’Histoire Régionale se dérouleront à l’abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson, de 14h à 18h. Elles sont consacrées au thème : Histoire et patrimoine au fil de l’eau.

Parmi la riche programmation (59 expositions, 15 conférences, 6 éditeurs, et des animations et spectacles), signalons plus particulièrement pour l’archéologie quelques expositions et conférences :

} Conférences {

  • Samedi 25 à 14h30 : L’eau symbole de dignité urbaine et signe de l’action civilisatrice de l’Empire romain : fontaine monumentale et thermes sur le centre public de la petite ville de Bliesbruck
    Jean-Paul PETIT, Conservateur en chef, Département de la Moselle & membre de l’Académie Nationale de Metz
  • Samedi 25 à 15h00 : Les cisterciens et l’eau au Moyen Âge
    Paul BENOIT, Professeur émérite, LAMOP – Université Paris 1
  • Samedi à 16h00 : L’eau gênante et l’eau utile dans les mines
    du Thillot aux XVIe et XVIIe siècles
    Francis Pierre, Chercheur associé -LAMOP Université Paris 1 – Société d’études et de sauvegarde des anciennes mines

} Expositions {

 

Et de très nombreuses contributions dans les domaines de l’Histoire, de l’histoire de l’art, et du Patrimoine !

Retrouvez le programme des conférences & animations et le programme complet

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

La soutenance de ma thèse, intitulée « Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles) », réalisée sous la direction de Gérard Giuliato, se tiendra le samedi 13 juin 2015 à 14h00 sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine, à Nancy, en salle A 226.

Continuer la lecture de Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Colloque : Conflits et progrès scientifiques et techniques en Lorraine à travers les siècles 17-18 octobre 2014 – Metz

Affiche du colloque
Conflits et progrès scientifiques et techniques

A l’occasion de ce colloque organisé par le Comité d’Histoire Régional, quatre communications porteront plus particulièrement sur des aspects archéologiques, de la Protohistoire au XXe siècle, développés à partir d’exemples régionaux.

Ces communications se répartissent sur les deux journées de colloque :

Vendredi 17 octobre

Conférence d’ouverture :

9h15 : Guerre et progrès chez les gaulois : une relation ambiguë, par Gérard Bataille (Chargé des partenariats scientifiques, INRAP), Jenny Kaurin (post-doctorante, CNRS-Université de Bourgogne) et Stéphane Marion (ingénieur de recherche au S.R.A. de Lorraine)

Samedi 18 octobre

Session 3 : Armement et innovations technologiques

9h00 : La poudre noire : de l’engin pyrotechnique incendiaire au tir de mine, par Francis Pierre (chercheur associé au LAMOP | Société d’études et de sauvegarde des Anciennes Mines)

Session 4 : Fortifications

10h30 : La maçonnerie en épi : une techniques de construction spécifique aux ouvrages militaires des Xe-XIIe siècles ?, par Cédric Moulis (ingénieur d’études, Université de Lorraine)

11h30 : L’emploi du béton dans la Grande Guerre : regard archéologique sur des vestiges contemporains, par Stéphanie Jacquemot (ingénieur d’études, S.R.A. de Lorraine) et Denis Mellinger (Sculpteur et restaurateur du patrimoine)

 

_____________________________

Vendredi 17 et samedi 18 octobre – Institut Régional d’Administration, 15 avenue de Lyon à METZ

Entrée gratuite, inscriptions obligatoire.

Programme complet et inscription :
http://chr.lorraine.eu/informations/documents/63554.pdf

 

 

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Journée d’études : « Charpentes et couvertures en Lorraine » (21 avril)

Charpente et voûte de la croisée des transepts et du choeur de l’église.
Dugny - Cliché C. MOULIS - droits réservés

 

 

 

Le Comité d’Histoire Régional de Lorraine organise une journée d’études consacrée aux Charpentes et couvertures lorraines samedi 21 avril à Marainviller à côté de Lunéville.

 

 

 

 

Au programme :

  • 9h15,  Jean-Yves HENRY : Vocabulaire et typologies  des charpentes rurales en  Lorraine
  • 10h,  Ivan FERRARESSO : Les charpentes du XIIIè s. au XVIè s.
  • 10h45,   Luc BONACCINI : Charpentes et couvertures  en Meurthe-et-Moselle, plus particulièrement dans le Bayonnais
  • 11h30, Bernard PARISSE : Toits et tuiles en Lorraine
  • 12h15 déjeuner libre
  • 14h, Jean-François GEORGEL : Spécificités des charpentes et couvertures dans les Hautes Vosges
  • 14h45, Joël  GALMICHE : Les chalots
  • 15h30, Jean-Luc MADDALON : Restauration et entretien des charpentes lorraines
  • 16h15 : François ZAUG fera découvrir deux charpentes dans le village de MARAINVILLER

  Il est recommandé de s’inscrire auprès du comité d’histoire régionale :  chr@lorraine.eu

 

Une bonne occasion de faire le point sur un thème d’archéologie du bâti trop souvent laissé aux seuls spécialistes.

 

Source : http://chr.lorraine.eu/chr/informations.php?frm_provenance=accueil&frm_ref_information_chr=209&type=actualite

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Les carrières à l’honneur en avril

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’EA 1132 Hiscant-MA travaille sur deux carrières ce mois d’avril, dans le cadre du PCR « La pierre en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ».

 

Tout d’abord, un relevé topographique a été réalisé lundi 2 avril sur la carrière du Petit Septfond, sur la commune de Vaucouleurs (Meuse). Cette carrière a exploité un calcaire à Astrates de couleur ocre. Son front s’étend sur 350 mètres de long et atteint parfois plus de 7 mètres de hauteur. Toutefois, aucun front de taille n’est actuellement visible, l’ensemble est caché par une couche de végétation et par le recouvrement. L’arrêt de la carrière semble donc ancien. Elle ne figure pas sur les cartes géologique du BRGM, même à titre d’ancien site carrier. L’étude de ce relevé topographique permettra de comprendre la logique d’exploitation de cette pierre. Les volumes extraits sur le site paraissent importants, et n’ont pu uniquement servir à la construction de la maison forte de Gombervaux au milieu du XIVe siècle, située à 2000 mètres de là. La carrière est installée sur la même isométrie que la maison forte, dont seuls les soubassements sont réalisés avec cette pierre, le reste du bâtiment étant constitué d’un calcaire blanc dit de Saint-Germain, plus fin et plus aisé à la taille. Ce calcaire ocre possède des caractéristiques de résistance qui en font un bon candidat pour l’emploi dans les fondations et les parties soumises aux remontées capillaires.

Carrière du Petit Septfond Carrière du Petit Septfond (cliché J. Guillaume)

 

La carrière du Streitwald (Commune d’Abreschwiller, Moselle) offre quant à elle une typologie fort différente. Elle présente pour l’heure deux ilots d’extraction d’une quinzaine de mètres d’envergure et d’une hauteur ne dépassant pas un mètre. Toutefois, ce site fait l’objet d’un sondage qui se déroule du 10 au 20 avril, sous la direction de Dominique Heckenbenner et son association ARAPS, et auquel prend part le Pôle Archéologique Universitaire, avec le concours de 5 étudiants. Le but est de reconnaitre la puissance du front de taille et de retrouver des indices et artefacs permettant de mieux cerner la datation de ce site, estimé pour l’heure des XIe-XIIIe siècles. Une première synthèse concernant ce site a été livrée au mois de mars.

 

 

Colloque « De Domremy… à Tokyo : Jeanne d’Arc et la Lorraine » (24-26 mai 2012)

 
A l’occasion de la commémoration du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc, un colloque universitaire international est organisé par l’Université de Lorraine, le conseil général des Vosges, le conseil général de la Meuse et la ville de Vaucouleurs sous la direction de Catherine GUYON (maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Lorraine, Cruhl Nancy-Metz) et de Magali DELAVENNE (directrice du centre d’interprétation de Domremy) les 24, 25 et 26 mai 2012 à Domremy et Vaucouleurs.
25 chercheurs français et étrangers reprendront, à partir des recherches récentes et avec des problématiques nouvelles, le dossier de la naissance, l’enfance et de la jeunesse de Jeanne d’Arc. Ce sera l’occasion de rappeler le contexte politique des marges lorraines au début du XVe siècle et de préciser les cadres géographiques et administratifs complexes de ce secteur mettant en contact royaume de France, duché de Lorraine et Barrois, en s’intéressant plus spécialement au concept de frontière. Les communications porteront sur la famille de Jeanne et ses jeunes années replacées dans leur environnement villageois quotidien (grâce aux apports des textes et de l’archéologie), mais aussi dans leur contexte religieux (les cadres paroissiaux et diocésains en particulier l’officialité, les « voix », le prophétisme, les modèles de sainteté) et social (présentation des villes de Vaucouleurs et de Neufchâteau, habitats de la petite noblesse lorraine au début du XVe siècle). Il sera aussi question du retentissement dans l’espace lorrain et des régions limitrophes de son épopée, des enquêtes menées à Domremy lors des procès, ainsi que de la fausse Jeanne d’Arc, Claude des Armoises, sur laquelle des éléments nouveaux ont été découverts. Les intervenants aborderont enfin les enjeux de cette commémoration et s’interrogeront sur l’image de Jeanne, figure majeure de l’histoire de France, à la fois, enjeu politique, emblème féminin, modèle d’enfance et sainte de l’Eglise. En effet, loin de s’arrêter aux frontières hexagonales, la figure de Jeanne d’Arc a rayonné dans le monde entier, comme  le révèle l’exemple du Japon où elle est très connue du grand public et a constitué une source d’inspiration pour artistes, acteurs de théâtre et écrivains.

Les communications se tiendront de 9 h 30 à 18 h les 24 et 26 mai à l’auditorium du Centre d’Interprétation de Domrémy et le 25 mai à la salle Lyautey de Vaucouleurs. Elles seront entrecoupées de visites guidées des sites johanniques de Domrémy (maison natale, église Saint-Remy,  basilique du Bois-Chenu, chapelle de Bermont) et de Vaucouleurs (fortifications et topographie historique de la ville, chapelle Notre-Dame des Voûtes, musée Jeanne d’Arc).

Présentation du colloque sur le site du CRUHL

Programme du colloque Domremy Tokyo

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus