Archives par mot-clé : Pierre

Appel à communication. Colloque « Pierre à pierre » II

La première édition de ces rencontres consacrées à l’économie de la pierre aux périodes historiques, qui s’est tenue à Nancy en 2015, a permis de rappeler la vitalité des recherches menées autour de ce thème, en insistant sur les travaux récents réalisés en Lorraine. Ces rencontres ont également permis de conclure à la nécessité de voir les débats se prolonger au fil d’un cycle de rencontres internationales consacrées à l’économie de la pierre et organisées tous les trois ans. Le deuxième colloque de ce cycle se tiendra à Namur et à Dinant en décembre 2018. Il sera co-organisé par l’Université de Namur, par l’Université de Lorraine, par l’Université catholique de Louvain, par l’Université libre de Bruxelles, par l’INRAP et par la Maison du Patrimoine médiéval mosan.
Ce colloque permettra de centrer les réflexions sur la vallée mosane, célèbre pour ses ressources lithiques, et dont les tronçons de la Meuse moyenne comme de la basse Meuse constituent depuis l’Antiquité l’une des artères économiques majeures dans cette région d’Europe ; il visera également à élargir les questionnements aux régions limitrophes, telles que le Brabant, le Hainaut, les Ardennes, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la région d’Utrecht et du Gelderland, etc.
Afin de perpétuer l’approche largement diachronique privilégiée à Nancy en 2015, la période
couverte est à nouveau très vaste, puisqu’elle s’étend du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle.
Dans le prolongement des débats de 2015, également, le colloque « Pierre à Pierre II » souhaite privilégier trois grands axes thématiques.

LA GEOGRAPHIE DE LA PIERRE (axe 1), tout d’abord, prendra en compte à la fois les lieux d’extraction et les aires chrono-culturelles de diffusion des matériaux. On s’intéressera ainsi particulièrement aux carrières mosanes afin de faire progresser la cartographie diachronique de l’activité extractive mais aussi, au gré des possibilités offertes par les vestiges d’extraction traditionnelle et des sources écrites disponibles, aux modalités d’exploitation des gisements. Les considérations sur le travail en carrière seront également l’occasion de faire progresser les débats relatifs aux interactions entre la logistique du chantier, l’organisation de l’atelier et le travail en carrière, qu’il s’agisse de techniques d’extraction ou du façonnage des blocs.

LA PIERRE SUR LE CHANTIER DE CONSTRUCTION (axe 2), ensuite, recèle de multiples problématiques. Les stratégies d’approvisionnement des chantiers de construction pourront par exemple être envisagées à l’aune des recherches archéologiques comme des études historiques récentes. Ces travaux permettront d’alimenter les débats sur les aires de diffusion des matériaux comme de mettre en évidence l’évolution des techniques de construction, voire des styles, influant sur l’approvisionnement du chantier. A contrario, la rationalisation probable du travail d’exploitation des carrières à la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes est susceptible d’avoir influé sur l’organisation de la construction.
Les techniques de taille et de mise en œuvre pourront par ailleurs être abordées sous de nombreux autres aspects, aussi bien techniques (évolution de l’outillage, des techniques de taille, propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, etc.) que logistiques (le phénomène du remploi, la rationalisation et la standardisation sur le chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, etc.). Le croisement des différentes sources doit également mener, si
possible à une lecture anthropologique du chantier de construction, afin de révéler de manière plus
concrète les hommes qui se cachent derrière les phénomènes techniques et économiques analysés.
Ce colloque réservera par ailleurs un intérêt particulier aux interactions entre la pierre et les autres matériaux de construction. La manière dont la brique s’impose progressivement sur le chantier de construction des Temps modernes et les enjeux liés à la cohabitation de la brique et de la pierre dans l’architecture sont par exemple des questions qui méritent d’être envisagées dans le cadre de ce colloque. Dans le même ordre d’idées, la pétrification de la construction en pan-de-bois aux Temps modernes gagnera également à être interrogée sous l’angle de l’économie de la pierre de taille.

Enfin, afin de faire honneur aux pierres de Meuse, mais également de mettre en évidence un thème de recherche peu traité lors du colloque précédent de cycle, les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur LA PIERRE EN TANT QUE MOBILIER OU ELEMENT DECORATIF (axe 3). En effet, elle permet de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.
Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.
Langues du colloque: français et anglais

Stone by stone_call for papers Pierre à Pierre II_appel à comm

Proposition de communication : avant le 15 février 2018

Colloque : 6-7-8 décembre 2018

Envoi des textes pour la publication : avant le 1er avril 2019 Publication des Actes : 2020
Lieu : Université de Namur (6-7/12) ; Dinant (8/12)

Comité d’organisation : Fr. Blary, K. Boulanger, M. Macaux, C. Moulis, M. Piavaux, C.-M. Vandermensbrugghe, L. Verslype.

Contact : Mathilde MACAUX – AcanthuM- UNamur, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur 00.32.81.724187 – mathilde.macaux@unamur.be

Appel à contribution – Colloque

« Pierre à pierre » – Économie de la pierre aux périodes historiques en Lorraine et régions limitrophes (Ier siècle av. J.-C. – XVIIe siècle)

affiche pierre_à_pierre

Les travaux de recherche du PCR sur « La pierre en Lorraine aux périodes antiques et médiévales : de l’extraction à la mise en œuvre » trouvera son aboutissement dans une publication, aux Presses Universitaires de Nancy, dont la sortie est prévue en 2015. Dans la continuité, les organisateurs souhaitent poursuivre et diversifier leurs questionnements, en élargissant le champ d’étude aux régions limitrophes (Alsace, Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat, Wallonie) et à des domaines non traités au sein de ce PCR. La diachronie est privilégiée du Ier av. J.-C. au XVIIe siècle.

Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Le traitement technique et technologique de la pierre se décline généralement en trois grandes étapes : l’extraction, la diffusion et la mise en œuvre.

Pour l’extraction, trois sujets encore peu abordés dans nos régions seront privilégiés. Nous ne bénéficions en effet pas encore, pour le nord-est de la France, de typologie – a fortiori de typochronologie – des carrières et lieux d’extraction de la pierre. Les spécificités liées aux sites souterrains ou à ciel ouvert méritent d’être approfondies, en faisant notamment le lien entre les propriétés mécaniques de la roche extraite et la logique d’exploitation constatée. La gestion des déchets est en ce sens un des éléments permettant de mieux cerner ces logiques d’exploitation.

La diffusion de la pierre pourra également être traitée, sous des aspects aussi divers que les aires de diffusion et leur fluctuation dans le temps, les rapports entre volumes extraits et volumes transportés, ou encore le lien entre les infrastructures (réseau routier, bassin hydrographique…) et les moyens de transports employés (charrettes, barques, radeaux…). Les apports méthodologiques sur le rapprochement entre site d’extraction et site de mise en œuvre seront également les bienvenus.

La mise en œuvre de la pierre pourra quant à elle être abordée sous de nombreux aspects, aussi bien techniques (organisation et propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, l’outillage…) que logistiques (le phénomène du remploi, la standardisation du chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, signes lapidaires…).

Les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur la pierre en tant que mobilier ou élément décoratif. En effet, elle se retrouve au cœur de la vie quotidienne domestique (mortier, meule, pierre ollaire, mesure de capacité…), mais elle permet également de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 mn et le poster. Les posters seront présentés à l’occasion de courtes interventions de 5 mn lors d’une session dédiée et seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.

  • Proposition de communication : avant 1er mai 2015
  • Envoi des résumés : avant 1er juillet 2015
  • Colloque : 5-6 novembre 2015
  • Retour des textes finaux : avant 1er mars 2016
  • Publication des Actes : fin 2016

Comité d’organisation

  • K. Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • C. Kraemer, Université de Lorraine, EA 1132
  • C. Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • V. Muller, Université de Lorraine, EA 1132
  • L. Voinson, Université de Lorraine, EA 1132

Comité scientifique

  • Jean-Claude Bessac, CNRS, UMR 5140
  • Karine Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • Ivan Ferraresso, INRAP GEN, associé EA 1132
  • Dominique Heckenbenner, Conservateur du patrimoine honoraire
  • Jean-Denis Laffite, INRAP GEN
  • Cédric Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • Vianney Muller, Université de Lorraine, EA 1132

Contact : lucie.voinson@univ-lorraine.fr

Télécharger la fiche de proposition : FICHE COLLOQUE PIERRE A PIERRE