Colloque : Paul Perdrizet, savant européen et industriel lorrain (1870-1938)

Le 80e anniversaire du décès de Paul Perdrizet est l’occasion de revenir sur la mémoire et l’œuvre du savant nancéien, alors que se terminent plusieurs programmes de recherche autour de ses archives : les bases de données en ligne des Archives Perdrizet, des Archives de l’Institut d’archéologie classique, ou encore la publication de l’ouvrage Nancy-Paris 1871-1939, à propos de sa contribution aux bibliothèques d’histoire de l’art et d’archéologie.

Archéologue et épigraphiste, actif aussi bien en Grèce et Macédoine, qu’en Syrie, en Égypte et à Chypre, médiéviste spécialiste de l’iconographie de la Vierge et du calendrier des saints à la fin du Moyen Âge, Paul Perdrizet étonne par la diversité de ses champs de recherche. Mais il était aussi actif dans d’autres domaines tels que l’éducation populaire et l’industrie. Le colloque visera ainsi à éclairer tous ces aspects de sa personnalité.

Le colloque est organisé par les Archives Poincaré (UMR 7117) et le CRULH (EA 3945), respectivement représentés par Samuel Provost et Frédéric Tixier. Il est placé sous le haut patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et bénéficie du soutien de l’École française d’Athènes et de la Région Grand Est, se tiendra du 7 au 9 novembre 2018, dans la salle d’honneur des universités, 11 place Carnot.

Contact et inscription : http://perdrizet.sciencesconf.org

Programme du colloque

Publication : Nancy-Paris 1871-1939, des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie

Vient de paraître aux éditions des Cendres, à la suite de la carte blanche accordée en 2016 par l’INHA au département d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université de Lorraine (Nancy), un ouvrage collectif, dirigé par Daniela Gallo et Samuel Provost, sur la création concomitante dans les années 1900, de la bibliothèque de l’Institut d’archéologie classique de Nancy et de la bibliothèque Doucet à Paris. 

Quatrième de couverture :

Comment faire face à Strasbourg, qui s’impose comme la vitrine de la science allemande depuis son annexion à l’Empire germanique après 1870 ? Comment obtenir la reconnaissance à l’Université de disciplines telles que l’histoire de l’art et l’archéologie dans la France du tournant du XIXe siècle ? Et comment constituer rapidement une bibliothèque d’excellence dans ces matières ? Telles sont les questions débattues dans cet ouvrage, dont le personnage principal est l’archéologue classique et historien de l’art médiéval Paul Perdrizet (1870-1938), le fondateur de l’Institut d’archéologie classique de la faculté des Lettres de Nancy et l’un des interlocuteurs de René-Jean dans la constitution de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet à Paris.

L’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Publication : Quand naissent les dieux

Quand naissent les dieux
Fondation des sanctuaires antiques : motivations, agents, lieux

sous la direction de Sandrine Agusta-Boularot, Sandrine Huber et William Van Andringa

Parution : janvier 2018
Coédition EFA / EFR
© École française d’Athènes – ISBN 978-2-86958-287-3
© École française de Rome – ISBN 978-2-7283-1266-5

Quelles étaient les circonstances et motivations de la fondation des lieux de culte antiques ? Qu’est ce qui présidait au choix des dieux ? Quels étaient les agents et les processus d’exécution de la genèse des temples ? Quels étaient les critères qui prévalaient dans le choix des sites sacrés ou les modalités d’installation d’un temple sur des structures existantes ? L’enquête proposée dans cet ouvrage sur la naissance des dieux dans l’Antiquité méditerranéenne, à forte tonalité archéologique et présentant des dossiers inédits pour une grande part, permet de proposer un bilan collectif sur les multiples implications de la formation des lieux de culte dans l’Antiquité, en partant de la documentation fournie par les sanctuaires compris non pas seulement comme des lieux de culte, mais également comme des lieux de cristallisation de la mémoire collective des sociétés antiques. Un tel sujet, exploré dans le cadre d’un colloque organisé à Rome en 2015, se prêtait particulièrement bien au programme de recherches commun des Écoles françaises d’Athènes et de Rome qui proposait de réfléchir sur les lieux de culte. En partant des fouilles et études menées par les deux Écoles depuis le XIXe siècle, l’objectif annoncé de ce programme est avant tout de faire dialoguer l’Est et l’Ouest méditerranéen, souvent séparés par les cloisonnements disciplinaires de l’histoire et l’archéologie grecque et romaine, voire provinciale.

Source : https://www.efa.gr/index.php/fr/publications/dernieres-publications/coeditions/quand-naissent-les-dieux

Exposition : Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques

L’université de Lorraine propose à ses étudiants de master en Archéologie une manifestation en trois volets : journée d’étude, exposition et publication, qui leur permet d’appréhender de manière originale le monde de la recherche et de la gestion muséale en participant à la mise en œuvre des trois étapes.

Pour la présentation du projet et du premier volet (journée d’étude), voir : https://arula.hypotheses.org/1753

Le musée archéologique de l’UL (MAUL) accueille pour une durée d’un an, du 17 février 2018 au 15 janvier 2019, l’exposition qui constitue le deuxième volet du projet.  Le prêt de trois autels romains au MAUL par le Musée Lorrain a été l’occasion de  s’interroger sur la façon dont ces objets, instruments fondamentaux de la communication entre les hommes et les dieux, fonctionnaient concrètement lors des sacrifices. Cette exposition a été préparée par les étudiants sous la conduite de Sandrine Huber et Pascal Vipard, en collaboration avec le Palais des ducs de Lorraine – Musée Lorrain.

Conférence : La polychromie de l’Aurige de Delphes. Nouvelles données de l’étude en cours


Pour célébrer le retour des quelques moulages d’antiques rescapés du bombardement, le 31 octobre 1918, du musée archéologique de la Faculté des lettres de Nancy, il est vite apparu évident qu’il fallait allier l’histoire et l’actualité de la recherche autour du moulage d’une statue grecque emblématique : l’Aurige de Delphes, dont un moulage accueille désormais les visiteurs du musée archéologique de l’UL sur le campus Lettres et Sciences humaines .

La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours

par Sophie Descamps (musée du Louvre) et Benoît Mille (Centre de recherche et de restauration des Musées de France – C2RMF)

Résumé de la conférence

Les grands bronzes antiques sont rares, alors qu’ils se comptaient par milliers, et plus rares encore ceux qui, comme l’Aurige de Delphes, bénéficient d’une datation, d’une localisation et de l’identité d’un commanditaire. Une convention a été signée entre l’Éphorie des Antiquités de Phocide, l’École française d’Athènes et le musée du Louvre, afin de reprendre et de compléter l’étude de la statue et des fragments qui lui sont associés. Les premiers résultats, obtenus lors d’une mission préliminaire, sont très prometteurs. Ils permettent de poser les bases d’un nouveau projet de recherche, combinant des techniques avancées de contrôle non destructif et des analyses sur prélèvements. Ce projet a pour but de préciser les procédés de fabrication du groupe, de montrer que cet ex-voto a constitué un support privilégié pour de nombreuses innovations techniques, et d’appréhender la polychromie originelle de l’un des jalons majeurs de la sculpture grecque de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

100 ans après : retour des moulages d’antiques du musée archéologique de l’université de Lorraine

2018 correspond à la fois au centenaire de la destruction, lors du bombardement de Nancy le 31 octobre 1918, du musée originel dont le musée archéologique de l’université de Lorraine est le descendant et au retour des moulages d’antiques rescapés de cet événement.

Bref historique

Ces moulages qui avaient survécu au bombardement ont été hébergés, en 1920, sous forme de prêt sur inventaire de l’Université à la Ville de Nancy représentée par son École des Beaux-Arts, et sont ensuite tombés dans l’oubli. En 2017, des statues en plâtre ont été retrouvées dans les collections de moulages de l’École nationale supérieure d’art et de design (ENSAD) de Nancy (ex-École des Beaux-Arts). La comparaison des archives respectives de l’ENSAD et de l’UL a permis d’identifier vingt pièces qui appartiennent à l’UL. Ces moulages concernent des statues, la plupart fragmentaires, ainsi que des reliefs, dont la hauteur oscille entre 77 cm et 3,28 m. L’état fragmentaire correspond pour certaines œuvres à l’état de la statue originale au moment de sa découverte, pour d’autres œuvres aux aléas de leur histoire depuis le bombardement en 1918.

Restauration des moulages

Les vingt œuvres ont été restaurées sous la forme d’un atelier pédagogique de restauration à l’automne 2017, sous la direction de Florence Godinot, restauratrice de sculpture agréée des Monuments historiques ; cet atelier a permis à une dizaine d’étudiants en licence et master Histoire de l’art et Archéologie de s’initier à la restauration des objets en plâtre.

Exposition des moulages sur le CLSH

Les statues ont été installées en février 2018 sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy, en divers endroits, publics et protégés. Ainsi le musée archéologique sort désormais de ses murs à la rencontre de ses publics. Les usagers du CLSH et les visiteurs peuvent ainsi côtoyer par exemple, à la BU Lettres, la Vénus de Milo, une Cariatide de l’Érechteion sur l’Acropole d’Athènes, des statues de jeunes hommes et femmes, etc. Une statue colossale du dieu Apollon (haut. 3,28 m), dont l’original se dressait sur l’un des frontons du temple de Zeus à Olympie, sert de gardien au vaste hall du bâtiment J. Quant au dieu du vin Dionysos (l’original se trouve au British Museum à Londres), sa copie de plâtre accueille, allongée et appuyée sur un coude, les visiteurs au pied d’un escalier du bâtiment A (l’original, sur le fronton oriental du Parthénon au sommet de l’Acropole d’Athènes, surplombait le fidèle venu honorer Athéna à une hauteur de 15,50 m). Une déesse ailée (les ailes sont perdues) tient compagnie aux étudiants à la Maison des étudiants. Les lecteurs de la BUFR Histoire-Histoire de l’art-Archéologie-Géographie peuvent, quant à eux, admirer un relief représentant la naissance de Vénus. Enfin, une statue de la déesse Déméter accueille, à leur sortie de l’ascenseur au 3e étage du bâtiment au 91 avenue de la Libération, les visiteurs de la Maison des sciences de l’homme, de plusieurs laboratoires de recherche et des Écoles doctorales en Sciences humaines et sociales. Le musée archéologique n’est pas en reste, accueillant trois belles pièces, parmi lesquelles le célèbre Aurige de Delphes (statue d’un conducteur de char dont l’original, en bronze, faisait partie d’un groupe sculpté offert en ex-voto au dieu Apollon à l’issue d’une victoire à la course de quadriges), ainsi qu’une tête de cheval provenant du même fronton du Parthénon que le Dionysos cité plus haut.

Patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’UL

Exposer ces sculptures de plâtre en divers endroits du campus Lettres et Sciences humaines s’est imposé instantanément lors de leur redécouverte. Cela participe de la politique de réhabilitation du musée archéologique de l’Université de Lorraine qui se veut au cœur des formations développées sur ce campus, mais pas seulement. Le musée est conçu comme un outil pédagogique, scientifique et de promotion du CLSH et de l’université de Lorraine. Il s’agit d’une plateforme pédagogique transversale, qui permet d’associer l’enseignement des sciences humaines et sociales à celui des sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Nous voulons que les étudiants deviennent acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : la gestion muséale, la conservation préventive-restauration, la muséographie-scénographie, la médiation culturelle et les autres métiers du patrimoine en rapport avec les musées. Que la majorité des disciplines convoquées sur le campus (Histoire de l’art et Archéologie, Histoire, Géographie, Information-Communication, Sociologie, Sciences de l’éducation, Sciences du langage, Philosophie, Études culturelles, Langues, Culture et Tourisme, etc.) puissent exploiter cet échantillon patrimonial à deux niveaux : patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’Université de Lorraine, puisque ces moulages relèvent de l’histoire de la pédagogie dans notre université.

Pour en savoir plus sur les pérégrinations des moulages d’antiques de l’UL :  Samuel Provost, « L’Institut d’archéologie classique de la faculté des lettres de Nancy (1887-1945) », dans Daniela Gallo, Samuel Provost (dir.), Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie, Paris, Éditions des Cendres, 2018 (sous presse).

EnregistrerEnregistrer

Exposition : « Le rôle de l’image dans l’enseignement d’histoire de l’art… » (Metz, BU Saulcy)

L’exposition sur les archives pédagogiques et iconographiques du département d’histoire de l’art et d’archéologie, créée l’an dernier dans le cadre d’une carte blanche accordée par l’INHA, est reprise jusqu’au 16 février par la Bibliothèque universitaire du campus du Saulcy, à Metz.

Journée d’étude : Apprentissage et création (Lille, 11 décembre 2017)

L’IRHIS (CNRS/Université de Lille) organise une série de journées d’études sur le thème « Apprentissage et création : lieux, communautés, réseaux, transmission familiale ». La première, consacrée aux « Lieux de transmission » aura lieu le 11 décembre.

Programme de la journée du 11 décembre 2017

Présentation du programme :

L’axe Arts et Mémoires d’Europe du laboratoire IRHiS, en collaboration avec le projet ANR/FNS GAWS (Garzoni : Apprenticeship, Work and Society in Early Modern Venice, XVI-XVIII centuries), organise deux journées d’études (11 décembre 2017 et 29 mai 2018) consacrées au thème de l’apprentissage artistique en Europe, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, pour explorer les notions de « lieu », « communauté », « réseau » et « transmission familiale ».

Des recherches récentes ont montré que l’apprentissage et « ses lieux » de formation, ayant subi des transformations considérables au fil des siècles, n’en demeurent pas moins un enjeu dans la compréhension de la dynamique de la transmission des savoirs. De plus, la diversité de ces lieux, à laquelle s’ajoute le caractère stratégique, souvent incertain, de la transmission et de la relation d’échange entre maître et apprenti sont des éléments importants pour comprendre comment les individus d’abord, et les communautés ensuite négocient, coopèrent, échangent, s’imitent, se concurrencent. De l’intimité des ateliers, à l’univers complexe des chantiers ou des corporations, de l’analyse commerciale et lucrative à l’étude de l’intégration de l’artiste/ artisan dans le corps social, l’apprentissage et plus largement la transmission des savoir-faire artistiques devraient être ouverts à des analyses plurielles (historique, sociologique, économique, philosophique, anthropologique…), afinn de cerner les étapes des processus de création, les voies de la transmission ainsi que la circulation des savoirs, des modèles et des idées. Dans ce processus, un rôle clé est joué également par la famille et plus généralement les réseaux, qui protègent, alimentent, garantissent (parfois limitent ?) cette transmission et influencent profondément son modus operandi, et également le fonctionnement de ses « lieux » et l’appartenance à une communauté plus large.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Apprentissage et création (Lille, 11 décembre 2017)

Conférence : Exposer l’architecture (CLSH, 23 novembre, 18h00)

L’Université de Lorraine reçoit, jeudi 23 novembre à 18h, Alice Thomine-Berrada (conservateur en chef, Musée d’Orsay), Valérie Thomas (conservateur, Musée de l’École de Nancy & Villa Majorelle) et Karine Thilleul (maître-assistant associé, École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy) pour une conférence/table-ronde intitulée Exposer l’architecture : Représenter, évoquer, interpréter (XIXe-XXIe siècles).
L’événement aura lieu au Campus Lettres & Sciences humaines, boulevard Albert Ier à Nancy, amphithéâtre A042 (rez-de-chaussée du bâtiment principal).
Il s’inscrit dans le cadre du séminaire Au-delà du mythe de Frank Lloyd Wright (1867-1959): des archives à l’exposition, mené en partenariat avec le Musée d’Orsay et piloté par Daniela Gallo (professeur, Université de Lorraine) et Alice Thomine-Berrada.