Pierre à Pierre III – Économie de la pierre entre Rhin et Loire aux périodes historiques – Appel à communications

Après deux éditions qui furent de véritables succès – la première à Nancy en 2015 et la seconde à Namur / Dinant en 2018 – le troisième congrès Pierre à Pierre se tiendra dans les Ardennes françaises à Charleville-Mézières et Sedan, du 4 au 6 novembre 2021.

Ce colloque international est organisé par le Service archéologique départemental des Ardennes, l’Université de Reims Champagne Ardenne, l’Université de Lorraine, le Centre Ardennais de Recherches Archéologiques et le Service Régional d’Archéologie DRAC Grand-Est, avec le partenariat de la ville de Charleville-Mézières, du Château fort de Sedan et du Musée de l’Ardenne.

Les colloques Pierre-à-Pierre ont pour vocation d’ouvrir des axes de réflexion sur les constructions, diffusions et usages de la pierre à bâtir ou de la pierre ornementale.

Cette édition 2021 propose un cadre chronologique et géographique volontairement large, puisqu’allant de la Protohistoire jusqu’au XVIIIe siècle, en étant ouvert aux communications diachroniques, et de la Loire jusqu’au Rhin, ce qui inclut potentiellement tout le nord de la France, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, ainsi que 4 fleuves majeurs (Loire, Seine, Meuse et Rhin).

Dans ce large cadre, trois thématiques principales permettront de questionner la pierre du point de vue technique, fonctionnel et symbolique.

Ainsi, il sera possible d’envisager des problématiques sur les stratégies d’emploi des matériaux tant pour la construction que la reconstruction ou la restauration, mais aussi d’ouvrir la réflexion aux moellons et autres simples pierres à bâtir. Un dernier axe permettra de dépasser le domaine du bâti avec des interrogations sur l’emploi de la pierre dans le contexte funéraire.

Axe 1 : Construire et reconstruire en pierre

Directement inspiré des problématiques actuelles liées aux travaux en cours pour la restauration de la cathédrale Notre Dame de Paris, cet axe thématique s’intéresse à la construction en pierre, avec comme idées sous-jacentes d’aborder les stratégies d’emploi au sein d’un même chantier de pierres différentes suivant leurs qualités intrinsèques, mais aussi d’étudier les édifices comme des bâtiments polyphasés et diachroniques, dont les différentes phases de construction, reconstructions, réaménagements, restaurations peuvent avoir conduit à l’emploi de pierres différentes.

S’ouvrent alors des thèmes possibles comme les remplois, les changements d’approvisionnements sur le temps long, ou la mise en avant des paramètres qui ont conduit à la sélection d’une pierre plutôt qu’une autre (choix techniques, esthétiques, économiques…), etc.

Axe 2 : Moellon et pierre de taille

Les pierres ornementales, les marbres et les pierres de taille sont fréquemment au cœur des discussions ou publications scientifiques autour de la Pierre. Mais qu’en est-il des autres pierres, celles qui composent une majorité de murs moins « nobles » ou moins exposés, celles qui remplissent les espaces moins valorisés ou qui étaient recouvertes d’enduits et donc invisibles.

Ce thème se propose d’aborder les « grandes » pierres de taille, les pierres de taille moins connues ou simples pierres à bâtir, utilisées sous couverture, enduits ou comme moellons.

Il peut accepter des communications sur les carrières, la diffusion des pierres, les techniques de taille ou de mise en œuvre. Seront aussi acceptées des études holistiques des géomatériaux sur un édifice ou une région, si celles-ci abordent à la fois les pierres de taille « nobles » et les pierres plus « communes ». Pourront alors être discutées, les stratégies d’approvisionnements ou l’impact territorial ou économique que peuvent avoir les besoins en différentes catégories de matériaux.

Enfin, à cause de sa nature essentielle pour la construction, le thème des pierres à chaux, pourra faire l’objet de quelques communications, si celles-ci sont replacées au sein des différents emplois de géomatériaux dans un cadre donné (pierres de taille, moellons et pierres à chaux).

Axe 3 : La pierre et la mort

Enfin, le troisième thème permet d’ouvrir ce colloque au monde des morts aux travers des pierres funéraires (pierres tombales, monuments ou sarcophages) ou aux représentations anthropomorphes symboliquement figées dans la pierre. Car la pierre, à cause de sa résistance au temps, a souvent été un élément fort des mobiliers funéraires, parfois assortis de traditions culturelles ou techniques spécifiques.

Pour cet axe thématique pourront être abordés des sujets dédiés à l’étude de carrières de sarcophages ou de mobiliers funéraires, de leur diffusion et emplois, mais aussi des aspects plus symboliques, s’ils sont rattachés à des traitement techniques de la pierre ou à des pratiques particulières qui peuvent influencer la signification même de l’usage ou de la présence de ces pierres dans un corpus.

 

À travers ces trois axes principaux, ce colloque, comme ses prédécesseurs, pourra accepter des communications orientées vers l’analyse des sources écrites, aux analyses des géomatériaux, et des résultats issus de programmes de recherche, d’études issues de l’archéologie préventive ou de travaux d’étudiants.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters. Tous deux seront susceptibles d’être intégrés à la publication des actes du colloque.

Langues du colloque : français et anglais

 

Les propositions devront être faites sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum, avec le détail des auteurs, affiliations et mails, résumés en français et anglais et transmises avant le 1er Juin 2021 à lorraine.desart@cd08.fr .

 

Proposition de communication : avant le 1er Juin 2021

Colloque : du 4 au 6 novembre 2021

Date limite de l’envoi des textes pour la publication :  31 décembre 2021

 

Comité scientifique

Lorraine Desart (CD08), Mikel Etchart-Salas (CD08), Gilles Fronteau (Université de Reims), Cédric Moulis (Université de Lorraine), Mathieu Piavaux (Université de Namur), Maxence Pieters (CARA).

Comité d’organisation

Lorraine Desart (CD08), Gilles Fronteau (Université de Reims), Cédric Moulis (Université de Lorraine), François Party (CD08), Maxence Pieters (CARA)

Contacts

lorraine.desart@cd08.fr

Les ‘Athéniens de Nancy’ : Émile Burnouf, Paul Perdrizet et Joseph Laurent (vidéo)

Captation vidéo de l’intervention de Samuel Provost à la journée d’études Voyage et pratiques savantes et érudites (XVIIe-XIXe siècles), organisée en partenariat par
le Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (E.A. 3945)
et Littératures Imaginaires Sociétés (E.A. 7305)
dans le cadre du projet ERUHILOR (20 septembre 2020).

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=10619

La Faculté des lettres de Nancy fut, dès sa recréation en 1854, considérée comme une « petite colonie athénienne » dans l’Est de la France, du fait de la présence dominante dans le corps enseignant des anciens membres de l’École française d’Athènes. Cette présence fut sans cesse renouvelée au cours des XIXe et XXe siècles, garantissant aux étudiants et au public des conférences de la faculté des lettres la primeur des découvertes archéologiques en Grèce et plus largement en Méditerranée orientale. Dans le premier demi-siècle de son existence, l’activité scientifique de l’ÉfA est largement dominée par les voyages d’exploration dont sont chargés ses membres scientifiques en Grèce et dans l’Empire ottoman. Il est donc intéressant d’étudier comment les pratiques de ces savants pour documenter leurs missions ont pu évoluer au cours de la période.

Les archives scientifiques conservées à l’université de Lorraine permettent de le faire avec précision pour trois d’entre eux :

  • Émile Burnouf (1821-1907), professeur de lettres à Nancy en 1854 et surtout directeur de l’ÉfA de 1867 à 1875, orientaliste mais aussi collaborateur de Schliemann à Troie. Ses archives ont été léguées par ses héritiers à la faculté des lettres et font l’objet d’un inventaire détaillé dans Calames.
  • Joseph Laurent (1870-1953), maître de conférences (1899) puis professeur d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Nancy (1919), spécialiste de l’Anatolie byzantine. Il a légué à sa retraite ses albums photographiques à la faculté des lettres, documentant à la fois ses voyages et sa participation aux fouilles de Delphes sous la direction de Théophile Homolle.
  • Paul Perdrizet (1870-1938), maître de conférences de littérature grecque (1899) puis professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres (1908-1919), dont les archives scientifiques ont été intégralement léguées à la faculté après sa mort, et concernent l’ensemble de ses travaux archéologiques, en Grèce, Syrie et Égypte.

L’objet de cette communication est ainsi de présenter ces archives et de montrer comment elles documentent en particulier l’avènement de la photographie archéologique et l’évolution de ses modalités comme de ses objectifs scientifiques.

Soutenance de thèse de Simon Ritz : Senon-Amel (Meuse) : contribution d’une agglomération bipolaire à l’histoire du fait urbain dans le nord-est de la Gaule, du second âge du Fer au haut Moyen Âge (20 novembre)

Simon  RITZ soutiendra, le 20 novembre 2020 à 14h00, sa thèse de doctorat d’histoire intitulée :

Senon-Amel (Meuse) : contribution d’une agglomération bipolaire à l’histoire du fait urbain dans le nord-est de la Gaule, du second âge du Fer au haut Moyen Âge.

(École doctorale SLTC, laboratoire HISCANT-MA)

Soutenance en visio-conférence (lien à venir).

JURY

 
Directeur de these – HUBER – Sandrine – Université de Lille
CoDirecteur de these – NOUVEL – Pierre – Université de Bourgogne-Franche-Comté
Rapporteur – BARRAL – Philippe – Université de Bourgogne-Franche-Comté
Rapporteur – MONTEIL – Martial – Université de Nantes
Examinateur – BOISSAVIT-CAMUS – Brigitte – Université de Paris Nanterre
Examinateur – DABAS – Michel – Archéologie & Philologie d’Orient et d’Occident (AOrOc) UMR 8546 CNRS-ENS-EPHE (PSL)
Examinateur – VIPARD – Pascal – Université de Lorraine
 

RÉSUMÉ DE LA THÈSE

Depuis une quinzaine d’années, l’agglomération antique de Senon-Amel fait l’objet de nouvelles recherches pluridisciplinaires associant des techniques d’investigation non destructives (prospections pédestres, aériennes, géophysiques, LiDAR) et des opérations de fouilles (préventives et programmées). Ces nouvelles données montrent que le site se développe sous la forme de deux pôles de vestiges à caractère urbain, distants de 1,5 km et occupés simultanément pendant la majeure partie de l’Antiquité romaine, du milieu du Ier siècle apr. J.-C. au milieu du IVe siècle apr. J.-C. au moins.

L’évocation architecturale de l’abbaye Saint-Vanne : regards croisés entre archéologues et architecte perspectiviste 3D (vidéo)

L’évocation architecturale de l’abbaye Saint-Vanne : regards croisés entre archéologues et architecte perspectiviste 3D (vidéo)

Captation vidéo de l’intervention de Valérie Serdon-Provost et Isabelle Mangeot au colloque Sciences Ouvertes 2020 : Prendre soin de ses données et les valoriser (Université de Lorraine, 8 octobre 2020)

Captation vidéo : L’abbaye Saint-Vanne : acquisition des données et évocation 3D

 

 

La modélisation 3D de l’abbaye Saint-Vanne de Verdun, aujourd’hui disparue, fait suite à un projet collectif de recherche mené par Valérie Serdon depuis 2011, associant étudiants et chercheurs français et étrangers.  Elle permet de rendre lisible l’avancement des recherches sur le terrain et de donner des clés de compréhension du passé de ce monastère lorrain, qui a connu un rayonnement international au Moyen Âge et à l’Époque moderne. Les restitutions proposées s’appuient sur la collecte de données archéologiques réalisée in situpendant plusieurs années (prospection géophysique, fouille et relevé du bâti), le traitement long et minutieux de ces informations issues du terrain et l’étude de fonds documentaires iconographiques et textuels, de toutes périodes. Le projet s’inscrit dans une perspective nouvelle visant à restituer les volumes disparus, modifiant profondément les habitudes de travail des archéologues et des historiens d’art ; la réalité virtuelle constitue, en effet, à la fois le vecteur d’un questionnement scientifique renouvelé, un puissant outil de mise en valeur du patrimoine culturel — par les nouvelles technologies — et un formidable vecteur de diffusion des connaissances auprès des spécialistes et du grand public. Les restitutions proposées ont nécessité une collaboration étroite avec un architecte et permettent d’approfondir l’analyse des données de terrain (forme des bâtiments, matériaux et techniques de construction), et d’être plus précis dans les hypothèses de restitutions. Il s’agira d’exposer, dans cette courte présentation, la nature spécifiques des données récoltées, les moyens particuliers de les traiter et enfin les outils de réflexion et de valorisation pour les rendre intelligibles.

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id_col=688

Conférence : l’abbaye bénédictine de Verdun, restitution archéologique (CLSH, 03/12, 17h)

Valérie Serdon-Provost, maître de conférences en histoire et archéologie médiévales (Université de Lorraine) donnera une conférence à l’occasion de l’inauguration de l’exposition

L’abbaye bénédictine Saint-Vanne de Verdun : restitution archéologique

lundi 3 décembre à 17h00, à la BU Lettres & SHS (Nancy) (entrée libre)

Retrouvez l’intégralité des panneaux de l’exposition ici.

conference de luc bourgeois – 21 mars 2019 – campus lshs – nancy

 Lors de cette deuxième conférence du cycle ARTIFEX de l’année 2018-2019, nous aurons le plaisir d’écouter M. Luc Bourgeois, professeur d’archéologie médiévale à l’université de Caen-Normandie (centre Michel de Boüard – CRAHAM), qui évoquera la question du jeu et de son évolution dans la société de l’Occident médiéval. La conférence aura lieu le jeudi 21 mars 2019 à 18h sur le campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy (salle A104).

Conférence de Michel pastoureau – 7 mars 2019 – campus lshs – nancy

Dans le cadre d’une nouvelle programmation 2018-2019 du cycle de conférences ARTIFEX. Les rencontres en histoire de l’art médiéval de l’Université de Lorraine organisé par Valérie Serdon et Frédéric Tixier, nous aurons le plaisir d’écouter M. Michel Pastoureau, directeur d’études émérite à l’EPHE qui viendra évoquer la question de l’animal au Moyen âge le jeudi 7 mars à 18h (Campus LSHS de Nancy, 23 boulevard Albert Ier, amphi A042). Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Colloque international Pierre à Pierre II

Économie de la pierre dans la vallée de Meuse et dans les régions limitrophes (Ier s. av. J.-C. – XVIIIe s.)

6-7-8 décembre 2018 – Université de Namur / Dinant

télécharger le programme
Ce colloque fait suite à celui organisé en novembre 2015 à Nancy.

Il élargit davantage le champ d’investigation sur la pierre et démontre la vitalité de la recherche dans ce domaine.

Colloque : Paul Perdrizet, savant européen et industriel lorrain (1870-1938)

Le 80e anniversaire du décès de Paul Perdrizet est l’occasion de revenir sur la mémoire et l’œuvre du savant nancéien, alors que se terminent plusieurs programmes de recherche autour de ses archives : les bases de données en ligne des Archives Perdrizet, des Archives de l’Institut d’archéologie classique, ou encore la publication de l’ouvrage Nancy-Paris 1871-1939, à propos de sa contribution aux bibliothèques d’histoire de l’art et d’archéologie.

Archéologue et épigraphiste, actif aussi bien en Grèce et Macédoine, qu’en Syrie, en Égypte et à Chypre, médiéviste spécialiste de l’iconographie de la Vierge et du calendrier des saints à la fin du Moyen Âge, Paul Perdrizet étonne par la diversité de ses champs de recherche. Mais il était aussi actif dans d’autres domaines tels que l’éducation populaire et l’industrie. Le colloque visera ainsi à éclairer tous ces aspects de sa personnalité.

Le colloque est organisé par les Archives Poincaré (UMR 7117) et le CRULH (EA 3945), respectivement représentés par Samuel Provost et Frédéric Tixier. Il est placé sous le haut patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et bénéficie du soutien de l’École française d’Athènes et de la Région Grand Est, se tiendra du 7 au 9 novembre 2018, dans la salle d’honneur des universités, 11 place Carnot.

Contact et inscription : http://perdrizet.sciencesconf.org

Programme du colloque

Publication : Nancy-Paris 1871-1939, des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie

Vient de paraître aux éditions des Cendres, à la suite de la carte blanche accordée en 2016 par l’INHA au département d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université de Lorraine (Nancy), un ouvrage collectif, dirigé par Daniela Gallo et Samuel Provost, sur la création concomitante dans les années 1900, de la bibliothèque de l’Institut d’archéologie classique de Nancy et de la bibliothèque Doucet à Paris. 

Quatrième de couverture :

Comment faire face à Strasbourg, qui s’impose comme la vitrine de la science allemande depuis son annexion à l’Empire germanique après 1870 ? Comment obtenir la reconnaissance à l’Université de disciplines telles que l’histoire de l’art et l’archéologie dans la France du tournant du XIXe siècle ? Et comment constituer rapidement une bibliothèque d’excellence dans ces matières ? Telles sont les questions débattues dans cet ouvrage, dont le personnage principal est l’archéologue classique et historien de l’art médiéval Paul Perdrizet (1870-1938), le fondateur de l’Institut d’archéologie classique de la faculté des Lettres de Nancy et l’un des interlocuteurs de René-Jean dans la constitution de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet à Paris.

L’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Publication : Quand naissent les dieux

Quand naissent les dieux
Fondation des sanctuaires antiques : motivations, agents, lieux

sous la direction de Sandrine Agusta-Boularot, Sandrine Huber et William Van Andringa

Parution : janvier 2018
Coédition EFA / EFR
© École française d’Athènes – ISBN 978-2-86958-287-3
© École française de Rome – ISBN 978-2-7283-1266-5

Quelles étaient les circonstances et motivations de la fondation des lieux de culte antiques ? Qu’est ce qui présidait au choix des dieux ? Quels étaient les agents et les processus d’exécution de la genèse des temples ? Quels étaient les critères qui prévalaient dans le choix des sites sacrés ou les modalités d’installation d’un temple sur des structures existantes ? L’enquête proposée dans cet ouvrage sur la naissance des dieux dans l’Antiquité méditerranéenne, à forte tonalité archéologique et présentant des dossiers inédits pour une grande part, permet de proposer un bilan collectif sur les multiples implications de la formation des lieux de culte dans l’Antiquité, en partant de la documentation fournie par les sanctuaires compris non pas seulement comme des lieux de culte, mais également comme des lieux de cristallisation de la mémoire collective des sociétés antiques. Un tel sujet, exploré dans le cadre d’un colloque organisé à Rome en 2015, se prêtait particulièrement bien au programme de recherches commun des Écoles françaises d’Athènes et de Rome qui proposait de réfléchir sur les lieux de culte. En partant des fouilles et études menées par les deux Écoles depuis le XIXe siècle, l’objectif annoncé de ce programme est avant tout de faire dialoguer l’Est et l’Ouest méditerranéen, souvent séparés par les cloisonnements disciplinaires de l’histoire et l’archéologie grecque et romaine, voire provinciale.

Source : https://www.efa.gr/index.php/fr/publications/dernieres-publications/coeditions/quand-naissent-les-dieux

Exposition : Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques

L’université de Lorraine propose à ses étudiants de master en Archéologie une manifestation en trois volets : journée d’étude, exposition et publication, qui leur permet d’appréhender de manière originale le monde de la recherche et de la gestion muséale en participant à la mise en œuvre des trois étapes.

Pour la présentation du projet et du premier volet (journée d’étude), voir : https://arula.hypotheses.org/1753

Le musée archéologique de l’UL (MAUL) accueille pour une durée d’un an, du 17 février 2018 au 15 janvier 2019, l’exposition qui constitue le deuxième volet du projet.  Le prêt de trois autels romains au MAUL par le Musée Lorrain a été l’occasion de  s’interroger sur la façon dont ces objets, instruments fondamentaux de la communication entre les hommes et les dieux, fonctionnaient concrètement lors des sacrifices. Cette exposition a été préparée par les étudiants sous la conduite de Sandrine Huber et Pascal Vipard, en collaboration avec le Palais des ducs de Lorraine – Musée Lorrain.

Conférence : La polychromie de l’Aurige de Delphes. Nouvelles données de l’étude en cours


Pour célébrer le retour des quelques moulages d’antiques rescapés du bombardement, le 31 octobre 1918, du musée archéologique de la Faculté des lettres de Nancy, il est vite apparu évident qu’il fallait allier l’histoire et l’actualité de la recherche autour du moulage d’une statue grecque emblématique : l’Aurige de Delphes, dont un moulage accueille désormais les visiteurs du musée archéologique de l’UL sur le campus Lettres et Sciences humaines .

La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours

par Sophie Descamps (musée du Louvre) et Benoît Mille (Centre de recherche et de restauration des Musées de France – C2RMF)

Résumé de la conférence

Les grands bronzes antiques sont rares, alors qu’ils se comptaient par milliers, et plus rares encore ceux qui, comme l’Aurige de Delphes, bénéficient d’une datation, d’une localisation et de l’identité d’un commanditaire. Une convention a été signée entre l’Éphorie des Antiquités de Phocide, l’École française d’Athènes et le musée du Louvre, afin de reprendre et de compléter l’étude de la statue et des fragments qui lui sont associés. Les premiers résultats, obtenus lors d’une mission préliminaire, sont très prometteurs. Ils permettent de poser les bases d’un nouveau projet de recherche, combinant des techniques avancées de contrôle non destructif et des analyses sur prélèvements. Ce projet a pour but de préciser les procédés de fabrication du groupe, de montrer que cet ex-voto a constitué un support privilégié pour de nombreuses innovations techniques, et d’appréhender la polychromie originelle de l’un des jalons majeurs de la sculpture grecque de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search