Appel à communication : colloque international « Vies d’objets, souvenirs de guerres » (8-10 octobre 2014)

Le Centre de Recherche sur les Médiations (CREM), EA 3476 de l’Université de Lorraine organise un colloque interdisciplinaire et international sur le thème « Vie d’objets, souvenirs de guerre » du 8 au 10 octobre 2014, à l’UFR SHS-Metz de l’Université de Lorraine et au musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte.

Extrait de l’appel à communication :

Les objets du passé : une question d’actualité
Dans l’hebdomadaire Paris Match (Caroline Fontaine, 7-13/11/13), un article titré « 1914-1918. On a retrouvé le soldat Leguay » raconte l’histoire d’un soldat mort en 1915, dont le corps n’avait jamais été retrouvé. C’est en 2012 que quelques ossements, un casque, deux médailles pieuses et une plaque d’identification sont découverts par l’anthropologue Michel Signoli. Outre leur intérêt scientifique, ces trouvailles permirent d’attester du décès d’un homme dont l’État avait reconnu la réalité après l’Armistice, en 1919, mais sans qu’aucune preuve de celle-ci n’ait pu être fournie. Aujourd’hui, le sous- lieutenant Leguay est enterré à la nécropole de Minaucourt (Marne). Mais en sortant de l’oubli, ces objets, décrits comme étant des « reliques sacrées pour les descendants […] et des éléments d’identification pour l’armée », ont également clarifié les circonstances obscures d’une disparition. En effet, le casque du soldat Leguay porte les traces de la pluie d’obus dont il a probablement été victime.
D’une certaine façon, de tels objets qui racontent la fin de vie d’un homme racontent aussi celle de milliers d’autres. À la charnière entre un itinéraire privé et une histoire commune, ils attestent d’un conflit dont la violence perdure après sa fin, beaucoup des corps de ceux qui ont péri n’ayant pas été retrouvés. Objets apportant des preuves, ils sont aussi investis d’une charge affective puisque les descendants du soldat peuvent désormais compléter des pages blanches de l’histoire familiale. Enfin, parce qu’ils sont le fruit d’une découverte dont l’article de Paris Match dépeint, entre autres caractères, la dimension « religieuse », leur portée est aussi symbolique, le sens qui leur est attribué aujourd’hui transcendant la fonction qu’ils remplissaient hier. Ainsi la disparition et réapparition de ces objets en font-elles les relais d’une articulation particulière entre passé et présent.
C’est un questionnement de cet ordre qui est au centre du colloque interdisciplinaire et international « Vies d’objets, souvenirs de guerres ». Précisément, il s’agit de retracer des vies d’objets en les positionnant au sein d’un continuum où se succèdent des investissements politiques, symboliques, affectifs et/ou patrimoniaux. Ceci à partir du moment où un conflit, quels qu’en soient l’époque et le lieu, est investi d’une dimension mémorielle. Un objectif scientifique qui est en lien avec des préoccupations sociales, les objets étant non seulement au centre de plusieurs expositions à dimension historique (voir, par exemple : « 1917 », Centre Pompidou-Metz, 2012 : « Vies d’exil 1954-1962. Des Algériens en France pendant la guerre d’Algérie », Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 9 octobre 2012-19 mai 2013), mais au cœur de parcours muséaux dont celui du nouveau Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion (Gravelotte, Moselle).

Un questionnement à plusieurs entrées
Si des travaux envisagent la dimension sociale des objets selon une perspective qui, d’une part, est celle de la création et/ou de l’innovation et, d’autre part, fait référence aux traces collectives les constituant (Appadurai, dir., 1986 ; Bromberger, Chevallier, dirs, 1999), c’est à la « carrière » privée et/ou publique des objets que le colloque s’attachera. Il le fera en invitant des chercheurs de disciplines différentes à partager leurs points de vue et résultats, non seulement ceux qui, traditionnellement, s’intéressent aux objets (anthropologues, ethnologues, historiens et archéologues, chercheurs en sciences de l’information et de la communication, sociologues…), mais aussi à d’autres (chercheurs en littérature, en sciences de l’art, en sciences du langage…). Ceci pour renouveler les approches et mieux comprendre le rapport que les objets entretiennent au souvenir, au témoignage, à l’histoire et/ou à la médiation mémorielle en tenant compte, à l’instar des carrières professionnelles, des seuils, des étapes, des bifurcations…
Pour autant, si la dimension économique peut croiser ce projet, elle sera abordée comme l’une des manifestations par lesquelles un objet marque sa présence au monde. Il en sera de même des caractères culturels, politiques, esthétiques dont il est attendu qu’ils soient mis en résonance avec des vies d’objets… De ce point de vue, dans The Social Lifes of Things. Commodities in Cultural Perspectives (Appadurai, dir.,1986), il était déjà question de contester et dépasser le clivage ordinaire entre valeur d’usage et valeur d’échange pour montrer la complexité à l’œuvre dans la notion de valeur. Précisément, la valeur est ici autant d’usage que d’échange : elle s’attache à des objets dont les propriétés qui sont celles de leur utilisation en temps de guerre, se sont transfigurées au fur et à mesure de leurs usages/échanges ultérieurs. À l’instar du casque du soldat Leguay, les objets ayant appartenu à une personne connaissent une vie qui transcende la singularité du sujet pour viser le collectif tout en ne la négligeant pas. Si le casque découvert sur un champ de bataille traduit la violence des armes qui ont provoqué la mort de milliers d’hommes, l’interprétation résultant de l’analyse des impacts d’obus permet à la famille de savoir comment un aïeul est mort.
Au vu de ce cadrage, quatre axes de travail sont envisagés. L’un considère ces objets – notamment – à l’aune du modèle d’objet-frontière (Star, 1988 ; Star, Griesemer, 1989) qui permet de mettre en évidence les traits relatifs à la flexibilité interprétative, à la structure matérielle et organisationnelle, aux questions d’échelle et de granularité. Un autre consiste à explorer la dynamique et les processus à l’œuvre dans l’appropriation et les modes de circulation des objets dans le temps et dans l’espace ; un autre encore où les objets sont considérés comme des partenaires à part entière des interactions sociales. Enfin, les objets porteurs de mémoire ou d’histoire ont pour fonction de dire ce à quoi nous tenons. De ce point de vue, ne peut-on avancer qu’ils comptent doublement ? Ce qui est susceptible de faire débat, si ce n’est d’ouvrir des controverses.

La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 15 mars 2014
Voir le texte complet de l’appel à communication et les renseignements pratiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.