Sandrine Huber, nouveau professeur d’archéologie classique à l’Université de Lorraine

Le département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université de Lorraine et l’HISCANT-MA (EA 1132) sont heureux d’annoncer le recrutement de Sandrine Huber sur le poste de professeur d’archéologie classique occupé précédemment par Catherine Abadie-Reynal.

Sandrine Huber, de nationalité suisse, est archéologue, spécialiste du monde grec antique. Docteur de l’université de Lausanne (Suisse), ancien membre étrangère de l’École française d’Athènes où elle a par ailleurs été responsable des éditions durant 6 ans, elle a enseigné à l’université de Lausanne avant d’être professeur associée d’archéologie grecque à l’université de Lille 3.

 

Ses recherches, menées sous l’égide de l’École française d’Athènes et de l’École suisse d’archéologie en Grèce, recouvrent trois champs thématiques principaux : la religion grecque, la poléogénèse et la transformation des cités dans le monde grec, les questions d’échanges et médiations en Méditerranée antique. Spécialiste de l’archéologie du culte, elle travaille à la difficile reconnaissance archéologique des phénomènes religieux. Elle dirige des fouilles dans la cité grecque d’Érétrie sur l’île d’Eubée et entreprend des recherches en plusieurs endroits du monde grec, notamment à Argos, Délos et Delphes. Ses questionnements s’appliquent à la structure, aux caractéristiques, aux modalités des actes sacrificiels et aux expressions matérielles des actes cultuels. Parmi ses travaux, évoquons son livre L’aire sacrificielle au nord du Sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros. Un rituel des époques géométrique et archaïque, tome XIV de la collection Eretria. Fouilles et recherches paru en 2003 et considéré comme un ouvrage de référence pour l’étude des expression matérielles des rituels grecs, ainsi que son essai à paraître, Les hécatombes dans les pratiques sacrificielles antiques. Sacrifices publics et marché de la viande dans les cités grecques.

 

Le premier titulaire du poste fut Paul Perdrizet, le seul parmi les premiers fouilleurs de la Grande Fouille de Delphes à évoquer, en 1894, des « couches de cendres mêlées à des os de cuisine » dans le sanctuaire d’Apollon Pythien à Delphes, une convergence que nous ne pouvons pas ne pas remarquer, avec la nomination  d’une spécialiste de la question des sacrifices qui travaille, qui plus est, à Delphes.


Une réflexion sur « Sandrine Huber, nouveau professeur d’archéologie classique à l’Université de Lorraine »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.