Archives de catégorie : Actualités

Annonces et billets d’actualités sur l’archéologie en Lorraine et ailleurs.

Pierre à Pierre III – Économie de la pierre entre Rhin et Loire aux périodes historiques – Appel à communications

Après deux éditions qui furent de véritables succès – la première à Nancy en 2015 et la seconde à Namur / Dinant en 2018 – le troisième congrès Pierre à Pierre se tiendra dans les Ardennes françaises à Charleville-Mézières et Sedan, du 4 au 6 novembre 2021.

Ce colloque international est organisé par le Service archéologique départemental des Ardennes, l’Université de Reims Champagne Ardenne, l’Université de Lorraine, le Centre Ardennais de Recherches Archéologiques et le Service Régional d’Archéologie DRAC Grand-Est, avec le partenariat de la ville de Charleville-Mézières, du Château fort de Sedan et du Musée de l’Ardenne.

Les colloques Pierre-à-Pierre ont pour vocation d’ouvrir des axes de réflexion sur les constructions, diffusions et usages de la pierre à bâtir ou de la pierre ornementale.

Cette édition 2021 propose un cadre chronologique et géographique volontairement large, puisqu’allant de la Protohistoire jusqu’au XVIIIe siècle, en étant ouvert aux communications diachroniques, et de la Loire jusqu’au Rhin, ce qui inclut potentiellement tout le nord de la France, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, ainsi que 4 fleuves majeurs (Loire, Seine, Meuse et Rhin).

Dans ce large cadre, trois thématiques principales permettront de questionner la pierre du point de vue technique, fonctionnel et symbolique.

Ainsi, il sera possible d’envisager des problématiques sur les stratégies d’emploi des matériaux tant pour la construction que la reconstruction ou la restauration, mais aussi d’ouvrir la réflexion aux moellons et autres simples pierres à bâtir. Un dernier axe permettra de dépasser le domaine du bâti avec des interrogations sur l’emploi de la pierre dans le contexte funéraire.

Axe 1 : Construire et reconstruire en pierre

Directement inspiré des problématiques actuelles liées aux travaux en cours pour la restauration de la cathédrale Notre Dame de Paris, cet axe thématique s’intéresse à la construction en pierre, avec comme idées sous-jacentes d’aborder les stratégies d’emploi au sein d’un même chantier de pierres différentes suivant leurs qualités intrinsèques, mais aussi d’étudier les édifices comme des bâtiments polyphasés et diachroniques, dont les différentes phases de construction, reconstructions, réaménagements, restaurations peuvent avoir conduit à l’emploi de pierres différentes.

S’ouvrent alors des thèmes possibles comme les remplois, les changements d’approvisionnements sur le temps long, ou la mise en avant des paramètres qui ont conduit à la sélection d’une pierre plutôt qu’une autre (choix techniques, esthétiques, économiques…), etc.

Axe 2 : Moellon et pierre de taille

Les pierres ornementales, les marbres et les pierres de taille sont fréquemment au cœur des discussions ou publications scientifiques autour de la Pierre. Mais qu’en est-il des autres pierres, celles qui composent une majorité de murs moins « nobles » ou moins exposés, celles qui remplissent les espaces moins valorisés ou qui étaient recouvertes d’enduits et donc invisibles.

Ce thème se propose d’aborder les « grandes » pierres de taille, les pierres de taille moins connues ou simples pierres à bâtir, utilisées sous couverture, enduits ou comme moellons.

Il peut accepter des communications sur les carrières, la diffusion des pierres, les techniques de taille ou de mise en œuvre. Seront aussi acceptées des études holistiques des géomatériaux sur un édifice ou une région, si celles-ci abordent à la fois les pierres de taille « nobles » et les pierres plus « communes ». Pourront alors être discutées, les stratégies d’approvisionnements ou l’impact territorial ou économique que peuvent avoir les besoins en différentes catégories de matériaux.

Enfin, à cause de sa nature essentielle pour la construction, le thème des pierres à chaux, pourra faire l’objet de quelques communications, si celles-ci sont replacées au sein des différents emplois de géomatériaux dans un cadre donné (pierres de taille, moellons et pierres à chaux).

Axe 3 : La pierre et la mort

Enfin, le troisième thème permet d’ouvrir ce colloque au monde des morts aux travers des pierres funéraires (pierres tombales, monuments ou sarcophages) ou aux représentations anthropomorphes symboliquement figées dans la pierre. Car la pierre, à cause de sa résistance au temps, a souvent été un élément fort des mobiliers funéraires, parfois assortis de traditions culturelles ou techniques spécifiques.

Pour cet axe thématique pourront être abordés des sujets dédiés à l’étude de carrières de sarcophages ou de mobiliers funéraires, de leur diffusion et emplois, mais aussi des aspects plus symboliques, s’ils sont rattachés à des traitement techniques de la pierre ou à des pratiques particulières qui peuvent influencer la signification même de l’usage ou de la présence de ces pierres dans un corpus.

 

À travers ces trois axes principaux, ce colloque, comme ses prédécesseurs, pourra accepter des communications orientées vers l’analyse des sources écrites, aux analyses des géomatériaux, et des résultats issus de programmes de recherche, d’études issues de l’archéologie préventive ou de travaux d’étudiants.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters. Tous deux seront susceptibles d’être intégrés à la publication des actes du colloque.

Langues du colloque : français et anglais

 

Les propositions devront être faites sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum, avec le détail des auteurs, affiliations et mails, résumés en français et anglais et transmises avant le 1er Juin 2021 à lorraine.desart@cd08.fr .

 

Proposition de communication : avant le 1er Juin 2021

Colloque : du 4 au 6 novembre 2021

Date limite de l’envoi des textes pour la publication :  31 décembre 2021

 

Comité scientifique

Lorraine Desart (CD08), Mikel Etchart-Salas (CD08), Gilles Fronteau (Université de Reims), Cédric Moulis (Université de Lorraine), Mathieu Piavaux (Université de Namur), Maxence Pieters (CARA).

Comité d’organisation

Lorraine Desart (CD08), Gilles Fronteau (Université de Reims), Cédric Moulis (Université de Lorraine), François Party (CD08), Maxence Pieters (CARA)

Contacts

lorraine.desart@cd08.fr

Soutenance de thèse de Simon Ritz : Senon-Amel (Meuse) : contribution d’une agglomération bipolaire à l’histoire du fait urbain dans le nord-est de la Gaule, du second âge du Fer au haut Moyen Âge (20 novembre)

Simon  RITZ soutiendra, le 20 novembre 2020 à 14h00, sa thèse de doctorat d’histoire intitulée :

Senon-Amel (Meuse) : contribution d’une agglomération bipolaire à l’histoire du fait urbain dans le nord-est de la Gaule, du second âge du Fer au haut Moyen Âge.

(École doctorale SLTC, laboratoire HISCANT-MA)

Soutenance en visio-conférence (lien à venir).

JURY

 
Directeur de these – HUBER – Sandrine – Université de Lille
CoDirecteur de these – NOUVEL – Pierre – Université de Bourgogne-Franche-Comté
Rapporteur – BARRAL – Philippe – Université de Bourgogne-Franche-Comté
Rapporteur – MONTEIL – Martial – Université de Nantes
Examinateur – BOISSAVIT-CAMUS – Brigitte – Université de Paris Nanterre
Examinateur – DABAS – Michel – Archéologie & Philologie d’Orient et d’Occident (AOrOc) UMR 8546 CNRS-ENS-EPHE (PSL)
Examinateur – VIPARD – Pascal – Université de Lorraine
 

RÉSUMÉ DE LA THÈSE

Depuis une quinzaine d’années, l’agglomération antique de Senon-Amel fait l’objet de nouvelles recherches pluridisciplinaires associant des techniques d’investigation non destructives (prospections pédestres, aériennes, géophysiques, LiDAR) et des opérations de fouilles (préventives et programmées). Ces nouvelles données montrent que le site se développe sous la forme de deux pôles de vestiges à caractère urbain, distants de 1,5 km et occupés simultanément pendant la majeure partie de l’Antiquité romaine, du milieu du Ier siècle apr. J.-C. au milieu du IVe siècle apr. J.-C. au moins.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : l’abbaye bénédictine de Verdun, restitution archéologique (CLSH, 03/12, 17h)

Valérie Serdon-Provost, maître de conférences en histoire et archéologie médiévales (Université de Lorraine) donnera une conférence à l’occasion de l’inauguration de l’exposition

L’abbaye bénédictine Saint-Vanne de Verdun : restitution archéologique

lundi 3 décembre à 17h00, à la BU Lettres & SHS (Nancy) (entrée libre)

Retrouvez l’intégralité des panneaux de l’exposition ici.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque ArCoGE : Archéologie de la construction en Grand Est

Dans le but d’améliorer la synergie entre les chercheurs mais aussi les professionnels du patrimoine bâti, nous souhaitons mettre en place une journée d’étude consacrée à l’actualité de l’archéologie de la construction au Moyen Âge en région Grand-Est. Nous avons choisi à dessein le mot « construction » plutôt que « bâti », car il nous semble revêtir une palette plus large de thématiques tournant autour de l’économie du chantier, des matériaux et leur mise en œuvre. Le point sera fait sur les dernières découvertes de chacun dans ce domaine dans la région, en traitant aussi bien de méthodologie, que d’un bâtiment en particulier, d’un ensemble de sites, d’une technique, ou des matériaux.

Lieu : Université de Lorraine, Maison des Sciences de l’Homme, 91 avenue de la Libération, salle internationale, Nancy

Dates : 26-27 septembre 2019

Inscription et programme : http://hiscant.univ-lorraine.fr/…/files/doc…/arcoge_prog.pdf

Colloque international Pierre à Pierre II

Économie de la pierre dans la vallée de Meuse et dans les régions limitrophes (Ier s. av. J.-C. – XVIIIe s.)

6-7-8 décembre 2018 – Université de Namur / Dinant

télécharger le programme
Ce colloque fait suite à celui organisé en novembre 2015 à Nancy.

Il élargit davantage le champ d’investigation sur la pierre et démontre la vitalité de la recherche dans ce domaine.

Publication : La pierre dans l’Antiquité et au Moyen Âge en Lorraine

En partant du constat de la richesse sous-exploitée du patrimoine lapidaire et bâti lorrain, cet ouvrage collectif établit un premier bilan sur l’économie de la pierre en Lorraine pour les périodes gallo-romaines et médiévales. Il présente les résultats d’un projet collectif de recherche (PCR) qui a vu le jour en 2008 et livre des données inédites concernant les modes d’extraction, de transport ou de mise en œuvre du calcaire et du grès. Il fédère des chercheurs de l’Université de Lorraine, de l’Inrap, du CNRS et de différentes institutions ou associations autour d’une quarantaine de sites étudiés dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive ou programmée, en privilégiant la diversité géographique, géologique et chronologique.

La variété de ces monographies permet d’aborder de façon synthétique les problématiques liées aussi bien aux modes de production des petites carrières circonstanciées locales et des grands centres d’extraction régionaux, qu’aux choix des matériaux pour la réalisation de stèles funéraires du IIe siècle ou de grands donjons seigneuriaux du Moyen Âge central, ou qu’aux réseaux de diffusion et de transport de la pierre. La grande majorité des résultats présentés ici sont inédits, les sites retenus ayant été étudiés sous des angles encore novateurs en Lorraine.

Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine
Support Livre broché
 686 p. Bibliographie .
ISBN-10 2814305069
ISBN-13 9782814305069
25€

Publication : Quand naissent les dieux

Quand naissent les dieux
Fondation des sanctuaires antiques : motivations, agents, lieux

sous la direction de Sandrine Agusta-Boularot, Sandrine Huber et William Van Andringa

Parution : janvier 2018
Coédition EFA / EFR
© École française d’Athènes – ISBN 978-2-86958-287-3
© École française de Rome – ISBN 978-2-7283-1266-5

Quelles étaient les circonstances et motivations de la fondation des lieux de culte antiques ? Qu’est ce qui présidait au choix des dieux ? Quels étaient les agents et les processus d’exécution de la genèse des temples ? Quels étaient les critères qui prévalaient dans le choix des sites sacrés ou les modalités d’installation d’un temple sur des structures existantes ? L’enquête proposée dans cet ouvrage sur la naissance des dieux dans l’Antiquité méditerranéenne, à forte tonalité archéologique et présentant des dossiers inédits pour une grande part, permet de proposer un bilan collectif sur les multiples implications de la formation des lieux de culte dans l’Antiquité, en partant de la documentation fournie par les sanctuaires compris non pas seulement comme des lieux de culte, mais également comme des lieux de cristallisation de la mémoire collective des sociétés antiques. Un tel sujet, exploré dans le cadre d’un colloque organisé à Rome en 2015, se prêtait particulièrement bien au programme de recherches commun des Écoles françaises d’Athènes et de Rome qui proposait de réfléchir sur les lieux de culte. En partant des fouilles et études menées par les deux Écoles depuis le XIXe siècle, l’objectif annoncé de ce programme est avant tout de faire dialoguer l’Est et l’Ouest méditerranéen, souvent séparés par les cloisonnements disciplinaires de l’histoire et l’archéologie grecque et romaine, voire provinciale.

Source : https://www.efa.gr/index.php/fr/publications/dernieres-publications/coeditions/quand-naissent-les-dieux

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques

L’université de Lorraine propose à ses étudiants de master en Archéologie une manifestation en trois volets : journée d’étude, exposition et publication, qui leur permet d’appréhender de manière originale le monde de la recherche et de la gestion muséale en participant à la mise en œuvre des trois étapes.

Pour la présentation du projet et du premier volet (journée d’étude), voir : https://arula.hypotheses.org/1753

Le musée archéologique de l’UL (MAUL) accueille pour une durée d’un an, du 17 février 2018 au 15 janvier 2019, l’exposition qui constitue le deuxième volet du projet.  Le prêt de trois autels romains au MAUL par le Musée Lorrain a été l’occasion de  s’interroger sur la façon dont ces objets, instruments fondamentaux de la communication entre les hommes et les dieux, fonctionnaient concrètement lors des sacrifices. Cette exposition a été préparée par les étudiants sous la conduite de Sandrine Huber et Pascal Vipard, en collaboration avec le Palais des ducs de Lorraine – Musée Lorrain.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Conférence : La polychromie de l’Aurige de Delphes. Nouvelles données de l’étude en cours


Pour célébrer le retour des quelques moulages d’antiques rescapés du bombardement, le 31 octobre 1918, du musée archéologique de la Faculté des lettres de Nancy, il est vite apparu évident qu’il fallait allier l’histoire et l’actualité de la recherche autour du moulage d’une statue grecque emblématique : l’Aurige de Delphes, dont un moulage accueille désormais les visiteurs du musée archéologique de l’UL sur le campus Lettres et Sciences humaines .

La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours

par Sophie Descamps (musée du Louvre) et Benoît Mille (Centre de recherche et de restauration des Musées de France – C2RMF)

Résumé de la conférence

Les grands bronzes antiques sont rares, alors qu’ils se comptaient par milliers, et plus rares encore ceux qui, comme l’Aurige de Delphes, bénéficient d’une datation, d’une localisation et de l’identité d’un commanditaire. Une convention a été signée entre l’Éphorie des Antiquités de Phocide, l’École française d’Athènes et le musée du Louvre, afin de reprendre et de compléter l’étude de la statue et des fragments qui lui sont associés. Les premiers résultats, obtenus lors d’une mission préliminaire, sont très prometteurs. Ils permettent de poser les bases d’un nouveau projet de recherche, combinant des techniques avancées de contrôle non destructif et des analyses sur prélèvements. Ce projet a pour but de préciser les procédés de fabrication du groupe, de montrer que cet ex-voto a constitué un support privilégié pour de nombreuses innovations techniques, et d’appréhender la polychromie originelle de l’un des jalons majeurs de la sculpture grecque de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

100 ans après : retour des moulages d’antiques du musée archéologique de l’université de Lorraine

2018 correspond à la fois au centenaire de la destruction, lors du bombardement de Nancy le 31 octobre 1918, du musée originel dont le musée archéologique de l’université de Lorraine est le descendant et au retour des moulages d’antiques rescapés de cet événement.

Bref historique

Ces moulages qui avaient survécu au bombardement ont été hébergés, en 1920, sous forme de prêt sur inventaire de l’Université à la Ville de Nancy représentée par son École des Beaux-Arts, et sont ensuite tombés dans l’oubli. En 2017, des statues en plâtre ont été retrouvées dans les collections de moulages de l’École nationale supérieure d’art et de design (ENSAD) de Nancy (ex-École des Beaux-Arts). La comparaison des archives respectives de l’ENSAD et de l’UL a permis d’identifier vingt pièces qui appartiennent à l’UL. Ces moulages concernent des statues, la plupart fragmentaires, ainsi que des reliefs, dont la hauteur oscille entre 77 cm et 3,28 m. L’état fragmentaire correspond pour certaines œuvres à l’état de la statue originale au moment de sa découverte, pour d’autres œuvres aux aléas de leur histoire depuis le bombardement en 1918.

Restauration des moulages

Les vingt œuvres ont été restaurées sous la forme d’un atelier pédagogique de restauration à l’automne 2017, sous la direction de Florence Godinot, restauratrice de sculpture agréée des Monuments historiques ; cet atelier a permis à une dizaine d’étudiants en licence et master Histoire de l’art et Archéologie de s’initier à la restauration des objets en plâtre.

Exposition des moulages sur le CLSH

Les statues ont été installées en février 2018 sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy, en divers endroits, publics et protégés. Ainsi le musée archéologique sort désormais de ses murs à la rencontre de ses publics. Les usagers du CLSH et les visiteurs peuvent ainsi côtoyer par exemple, à la BU Lettres, la Vénus de Milo, une Cariatide de l’Érechteion sur l’Acropole d’Athènes, des statues de jeunes hommes et femmes, etc. Une statue colossale du dieu Apollon (haut. 3,28 m), dont l’original se dressait sur l’un des frontons du temple de Zeus à Olympie, sert de gardien au vaste hall du bâtiment J. Quant au dieu du vin Dionysos (l’original se trouve au British Museum à Londres), sa copie de plâtre accueille, allongée et appuyée sur un coude, les visiteurs au pied d’un escalier du bâtiment A (l’original, sur le fronton oriental du Parthénon au sommet de l’Acropole d’Athènes, surplombait le fidèle venu honorer Athéna à une hauteur de 15,50 m). Une déesse ailée (les ailes sont perdues) tient compagnie aux étudiants à la Maison des étudiants. Les lecteurs de la BUFR Histoire-Histoire de l’art-Archéologie-Géographie peuvent, quant à eux, admirer un relief représentant la naissance de Vénus. Enfin, une statue de la déesse Déméter accueille, à leur sortie de l’ascenseur au 3e étage du bâtiment au 91 avenue de la Libération, les visiteurs de la Maison des sciences de l’homme, de plusieurs laboratoires de recherche et des Écoles doctorales en Sciences humaines et sociales. Le musée archéologique n’est pas en reste, accueillant trois belles pièces, parmi lesquelles le célèbre Aurige de Delphes (statue d’un conducteur de char dont l’original, en bronze, faisait partie d’un groupe sculpté offert en ex-voto au dieu Apollon à l’issue d’une victoire à la course de quadriges), ainsi qu’une tête de cheval provenant du même fronton du Parthénon que le Dionysos cité plus haut.

Patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’UL

Exposer ces sculptures de plâtre en divers endroits du campus Lettres et Sciences humaines s’est imposé instantanément lors de leur redécouverte. Cela participe de la politique de réhabilitation du musée archéologique de l’Université de Lorraine qui se veut au cœur des formations développées sur ce campus, mais pas seulement. Le musée est conçu comme un outil pédagogique, scientifique et de promotion du CLSH et de l’université de Lorraine. Il s’agit d’une plateforme pédagogique transversale, qui permet d’associer l’enseignement des sciences humaines et sociales à celui des sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Nous voulons que les étudiants deviennent acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : la gestion muséale, la conservation préventive-restauration, la muséographie-scénographie, la médiation culturelle et les autres métiers du patrimoine en rapport avec les musées. Que la majorité des disciplines convoquées sur le campus (Histoire de l’art et Archéologie, Histoire, Géographie, Information-Communication, Sociologie, Sciences de l’éducation, Sciences du langage, Philosophie, Études culturelles, Langues, Culture et Tourisme, etc.) puissent exploiter cet échantillon patrimonial à deux niveaux : patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’Université de Lorraine, puisque ces moulages relèvent de l’histoire de la pédagogie dans notre université.

Pour en savoir plus sur les pérégrinations des moulages d’antiques de l’UL :  Samuel Provost, « L’Institut d’archéologie classique de la faculté des lettres de Nancy (1887-1945) », dans Daniela Gallo, Samuel Provost (dir.), Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie, Paris, Éditions des Cendres, 2018 (sous presse).

EnregistrerEnregistrer

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Exposition : « Le rôle de l’image dans l’enseignement d’histoire de l’art… » (Metz, BU Saulcy)

L’exposition sur les archives pédagogiques et iconographiques du département d’histoire de l’art et d’archéologie, créée l’an dernier dans le cadre d’une carte blanche accordée par l’INHA, est reprise jusqu’au 16 février par la Bibliothèque universitaire du campus du Saulcy, à Metz.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus