Archives de catégorie : Actualités

Annonces et billets d’actualités sur l’archéologie en Lorraine et ailleurs.

Colloque : Byzantine Greece, microcosm of empire ? (Birmingham, 23-25 mars)

46TH SPRING SYMPOSIUM OF BYZANTINE STUDIES

University of Birmingham (March 23 -25, 2013)

Byzantine Greece: microcosm of empire?

Venue: the Arts Building, Edgbaston Campus

PROGRAMME

Saturday, March 23rd

9.15 Registration

10.15 Introduction

Archie Dunn (University of Birmingham): Provincial communities and empire-wide institutions

10.45 – 12.30 Session I: Late Antique Greece

Discussant: Andrew Poulter (University of Nottingham): Balkan perspectives

Georgios Deligiannakis (Open University of Cyprus): From paganism to Christianity in Late Antique Greece: new approaches and new material

Aristotelis Mentzos (Aristotelian University of Thessaloniki), Dion: case study in the transformation of a city (iii – viii cc.)

John Bintliff (University of Leiden), Surveys and the transformation of the Late Antique Greek countryside

12.30 Discussion

 

13.00 – 14.15 Lunch

 

14.15 – 16.00 Session II: Greece in transition

Discussant: Michael Whitby (University of Birmingham), The challenge of the Miracula of St Demetrius

Florin Curta (University of Florida), Coins and burials in Dark-Age Greece (archaeological remarks on the Byzantine Reconquista”)

Enrico Zanini (University of Siena), The ‘Byzantine District’ of Gortyn (Crete) and the end of a/the Mediterranean city

Natalia Poulou-Papadimitriou (Aristotelian University of Thessaloniki), The material culture of the Aegean (economy and culture)

16.00 Discussion

 

16.30 – 17.00 Coffee and Tea

 

17.00 – 18.15 Communications (parallel sessions):

I.History [5 papers]

 II.Approaches to regional archaeology [5 papers]

 (Society for the Promotion of Byzantine Studies’ Executive Committee Meeting)

 

18.30 Open Lecture

Olga Karagiorgou (The Academy of Athens), State officials in Hellas between the 7th and the 13th centuries

 

Reception sponsored by Byzantine and Modern Greek Studies

 

Sunday, March 24th

9.15 – 10.15 Communications (Parallel Sessions):

III.History of Art and Architecture

IV.Archaeology (Case Studies: Aegean Greece)

 

10.15 – 10.45 Coffee and Tea

 

10.45 – 12.30 Session III: Urban and rural revival

Discussant: Pamela Armstrong (Oxford University), Pottery and markets (texts and archaeology)

Guy Sanders (American School of Classical Studies at Athens), The when, where, why, and who, of urban and rural revival at Corinth

Joanita Vroom (University of Leiden), Dark-Age and Middle Byzantine Athens vis-à-vis Anatolian cities

Nikos Kontogiannis (23rd Ephorate of Byzantine Antiquities, Greece)/Michael Heslop (Royal Holloway College), The defences of Byzantium in Greece: the flight to safety in town, countryside and islands

12.30 – 13.00 Discussion

 

13.00 – 14.15 Lunch

(AGM of the Society for the Promotion of Byzantine Studies)

 

14.15 – 16.00 Session IV: Patronage and sacred space (Middle Byzantine)

Discussant: Leslie Brubaker (University of Birmingham)

Sharon Gerstel (University of Californian at Los Angeles), “Entering in faith and fear”: emotions and the liturgical arts in Byzantine Greece

Georgios Velenis (Aristotelian  University of Thessaloniki), Architectural trends in the Middle Byzantine period and the ways of applying them in the Helladic space

Sophia Kalopisi- Verti (University of Athens), Patronage of religious foundations in Middle Byzantine Greece (ca.850-1200): the evidence of church inscriptions and donor portraits

16.00  Discussion

 

16.30 – 17.00 Coffee and Tea

 

17.15 – 18.30 Open Lectures

Eugenia Gerousi-Bendermacher (Greek Ministry of Culture and Tourism), Byzantine Greece in the light of recent archaeological finds from large-scale infrastructural and development projects

Amalia Kakisis (British School at Athens) / Demetra Kotoula (British School at Athens), The Byzantine Research Fund’s archives at the British School at Athens: a modern view on the British heritage in Greece

 

Reception sponsored by Ashgate Publishing

 

Monday, March 25th

9.15 – 10.15 Communications (parallel sessions):

V.Archaeology (Case Studies: Macedonia)

VI.Anatolian Comparanda

 

10.15 – 10.30 Coffee and Tea

 

10.30 – 12.15 Session V: The bishop, the farmer, and the merchant

Discussant: Michael Angold (University of Edinburgh)

Teresa Shawcross (Amherst College, Massachusetts), “The fortunate metropolis”: episcopal wealth and power in the Middle Byzantine empire

Alan Harvey (Northumbria University), Economic decision-making in Greece during the eleventh and twelfth centuries

Maria Gerolymatou (The Greek National Research Foundation), The merchant

12.15 Discussion

 

Concluding lecture

12.45 – 13.15 John Haldon (Princeton University)An Anatolian perspective

13.15 Conclusion

 

13.30 Lunch

 

COMMUNICATIONS SESSIONS 1 – 6

17.00 – 18.15 SATURDAY:

I.HISTORY

Chrestos Malatras, “The society of Serres in the fourteenth century: a microcosm  of the  empire?”

Georgios Panagopoulos, “The Helladic bishops in the aftermath of Chalcedon according to the Codex Encyclius (457)”

Alexander Panayotov, “Putting the Jewish communities of Byzantine Greece on the map: the sources”

Gethin Rees, “Mapping the Jewish communities of Byzantine Greece: a Geographical Information Systems approach”

Frank Trombley, “Athonite documents and the impact of war on mainland Greece, 10th – 14th c.”

 

II.APPROACHES TO REGIONAL ARCHAEOLOGY

Adam Izdebski / Marta Tycner / Tymon Sloczynski, “Trends in agricultural production in the longue durée: palynological data as a source for economic history”

Maria Papadaki, “Church-building activity in the Peloponnese: reflections on social and economic trends in the countryside in the Early and Middle Byzantine periods”

Efthymios Rizos, “New cities of the Tetrarchic period in the Balkans”

Elisavet Tzavella, “Urban and rural settlement in Early Byzantine and ‘Dark-Age’ Attica (4th – 9th c.)”

Eirini Zisimou, “The institutional Church in Early Christian Greece”

 

9.15 – 10.15 SUNDAY:

III.ARCHAEOLOGY (CASE STUDIES: AEGEAN GREECE)

Alkiviadis Ginalis, “The economy and coastal life of Skiathos: the question of Microcosm or Macrocosm in central  Greece”

Ioanna Koukounis, “ Toponymy and landownership on medieval Chios”

Stavroula Sdrolia / Sophia Didioumi, “The castle of Velika: research excavations at the coast of Kissavos”

Maria Sigala, “Hermits, monks and nuns on Chalke, a small island of the Dodecanese”

IV.HISTORY OF ART AND ARCHITECTURE

Sabine Berghoff, “Compromise versus appreciation – architectural remains during the Dark Ages

Andriani Georgiou, “Images of Saints Constantine and Helena in Greek churches: a set of conventions or reflections of the world in which they were made?”

George Makris, “Unknown or unseen? Thoughts on the monastic image of a Byzantine Holy Mountain”

Anastasios Tantsis, “The ‘Greek School’  in Byzantine architecture revisited”

 

9.15 – 10.15 MONDAY:

V.ARCHAEOLOGY (CASE STUDIES: MACEDONIA )

Nikolaos Karydis, “Basilica B at Philippi and the development of vaulted architecture in Early Byzantine Greece”

Samuel Provost, “The Byzantine topography of Philippi (6th c. – 14th c.): the decline and re-emergence of a Byzantine city”

Konstantinos Raptis, “The 7th – 8th-c. restoration of Acheiropoietos Basilica  and its significance for the urban continuity of Thessaloniki during the ‘Dark Age’”

Aikaterini  Tsanana, “Middle-Byzantine Hierissos: archaeological research at the entrance of Mount Athos”

 

VI.ANATOLIAN COMPARANDA

Anneka Asp-Talwar, “Who was Anna Anachoutlou?”

James Crow / Sam Turner, “Characterizing the historic landscapes of Byzantine Greece

Yaman Dalanay, “Trade and communications in Western Asia Minor during the Middle and Late Byzantine periods”

Remzi Yağcı, “The end of the Early Byzantine Period in Cilicia: the case of Soli Pompeiopolis”

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Premiers résultats sur la tour d’habitation de Darnieulles

La première campagne d’archéologie du bâti effectuée en août 2012 s’est concentrée sur l’étude des élévations intérieures du bâtiment.

Cette tour d’habitation édifiée par les sires de Darnieulles est datée par la critique historique du début du XIIe siècle. De plan quadrangulaire (15 x 11 m), ses murs font 1,25 m d’épaisseur. La face ouest mesure encore 12 m de hauteur. Le bâtiment présente trois niveaux. Le rez-de-chaussée était aveugle et devait être réservé à une fonction de stockage. Son niveau de sol n’est pas reconnu.

L’étage domestique mesure 12,50 m de long, 8,60 m de large, soit une surface de 110 m2, et présente une hauteur de 4,50 m. Il est doté d’éléments de confort, même si aucune latrine n’est reconnue. La cheminée (lg. 1,05 m) présente un conduit en biais. Les piédroits sont réalisés en grès. La hotte, posée sur consoles, n’existe plus, et nous ne pouvons que spéculer sur sa forme circulaire ou rectangulaire. Cette cheminée est l’une des, sinon la, plus ancienne connue dans l’est de la France. Sept fenêtres en sifflet sont réparties en trois types distincts sur l’ensemble des faces du bâtiment. L’étage était sans doute divisé en deux pièces, éventuellement séparées par une cloison en bois. Ce niveau d’habitation manifeste pourrait ainsi être assimilé à l’aula et à la camera. La porte d’entrée culmine au sommet d’une tour demi-circulaire adossée à la tour d’habitation, et dont il ne reste que les arrachements. On y accédait par un escalier en bois, voire une échelle. La porte présente une ouverture de 0,70 x 1,80 m à l’extérieur et 1,05 x 2,35 m à l’intérieur. Elle se fermait avec une poutre en bois logée dans l’épaisseur de la maçonnerie. À l’extérieur, elle est couronnée d’un linteau monolithe plat, sur lequel repose un second linteau à extrados segmentaire, lui-même couvert par un arc de décharge. Des traces de rubéfaction sur le parement au niveau du plancher laissent imaginer un violent incendie. Ce plancher devait reposer sur une armature en bois supportée en partie par des piliers.

Chéneau d’évacuation des eaux pluviales

L’ensemble était couvert d’une charpente composée de deux entrais, dont les logements sont encore identifiables, supportant une toiture en bâtière. Un chéneau d’écoulement des eaux de pluie a été mis en évidence le long du mur sud. Un parapet maçonné protégeait la toiture, qui restait invisible depuis le sol. Le fragment de tuile creuse très épais et ceux de TCA retrouvés au sein des maçonneries suggèrent que le bâtiment était initialement couvert de tegulae. Les morceaux de TCA retrouvés dans les gravats de la partie sommitale de la face sud montrent que l’édifice a été ensuite couvert de tuiles plates et creuses.

Fragment de tegula retrouvé dans la maçonnerie

L’ensemble de la tour est construit avec un calcaire à entroques issu des couches du Muschelkalk supérieur (t5), sur lequel le bâtiment est assis. Il s’agit de moellons (17 x 8 cm de gabarit moyen), assez finement équarris et bien assisés. L’appareillage présente peu de ruptures, essentiellement une reprise au centre de l’élévation sud, datée par C14 des années 1312-1433. Cette reprise pourrait ainsi être contemporaine de la grande phase d’extension du site et sa transformation en maison forte. Tous les éléments architecturés sont réalisés dans un grès à Voltzia à grains fins dont les nuances varient du rose au gris, issu des couches géologiques du Buntsandstein supérieur, qui affleurent à 2 km au sud. Un moyen appareil, situé au même niveau que les fenêtres, renforce la structure de la tour et donne une cohésion aux différentes faces, ce qui pallie à l’absence de contreforts sur le parement extérieur. Les chaînes d’angle sont également réalisées en grès, dont la hauteur des pierres équivaut à 3, voire 4 assises de moellons calcaire.

Le blocage des murs est constitué de calcaire, disposé à plat ou en épi. Ce dernier cas est un bon marqueur chronologique puisque ce principe est connu des bâtiments lorrains pour les XIe-XIIe siècles. La disposition en épi se présente en petites sections de quelques décimètres à 2 mètres. Les assises de réglages sont observables uniquement dans le blocage, à intervalles relativement réguliers (40 à 50 cm en moyenne). D’une face à l’autre du bâtiment, elles ne sont pas forcément alignées, ce qui montre une gestion non harmonisée du montage de la maçonnerie. Les pierres sont liées par un mortier de chaux et de sable beige, dans lequel on remarque par endroit des inclusions de tuileau. Le parement présente des joints creux, permettant l’accroche du pré-enduit. Sa datation (1019 à 1155 par C14) le fait attribuer à l’édification du bâtiment. Dans le cœur de la maçonnerie, le mortier apparaît plus blanc et avec moins d’inclusions. Il était apparemment très fluide, en témoignent les interstices entre les pierres qu’il a comblé par écoulement. Une vingtaine d’échantillons de mortiers ont été prélevés sur les élévations internes. Leur analyse est en cours.

101 trous de boulins, presque tous maçonnés et traversant, ont été recensés. L’ouverture, carrée, mesure en moyenne 11 cm. La gaine est maçonnée et est couverte de pierres formant linteaux. Les trous sont généralement perpendiculaires au mur, mais certains sont disposés en biais. La plupart du temps, un seul boulin les traversait, mais dans les parties basses, on observe des trous au sein desquels deux boulins pouvaient être reliés. La section des boulins était circulaire. Nous comptabilisons jusqu’à dix niveaux de platelage, espacés de 1 m à 1,20 m. Cette fréquence est destinée à faciliter la tâche des maçons en leur évitant des positions de travail inconfortables. Sur les grands côtés, les boulins sont alignés sur cinq rangées verticales alors que les petits côtés n’en comptent que trois. Les niveaux de platelage, identiques sur l’ensemble des élévations, suggèrent une phase unique de travaux. Quelques décalages dans l’organisation verticale des trous s’expliquent toutefois par la proximité d’une ouverture, un changement de perche, ou un oubli de placer le boulin. Ce principe d’échafaudage à platelage régulier et à un rang de perche est une constante dans les constructions militaires, civiles ou religieuses du XIe siècle.

La tour d’habitation de Darnieulles présente certaines caractéristiques techniques et stylistiques qui se rapprochent de donjons plus imposants, tels Vaudémont (54), Salives (25) ou Langeais (37). Ces comparaisons, les analyses physico-chimiques et la mise en œuvre des matériaux nous autorisent à repenser la période d’édification du bâtiment, en l’élargissant au XIe siècle.

Conférence : la leçon inaugurale de Sandrine Huber (11 avril, 17h, MSH Lorraine)

Dans le cadre de son nouveau cycle annuel de conférences, la MSH Lorraine invite les nouveaux enseignants-chercheurs de l’université de Lorraine et les chercheurs invités à présenter leurs travaux au cours d’une leçon inaugurale. Sandrine Huber, nouvelle titulaire de la chaire d’archéologie classique créée à l’origine pour Paul Perdrizet (en 1909), a choisi d’honorer son prestigieux prédécesseur en donnant, le jeudi 11 avril à 17h00, une conférence intitulée « L’archéologie du sacrifice en Grèce antique : de Delphes au musée archéologique de l’université de Lorraine sur les traces de Paul Perdrizet » :

L’archéologie des sanctuaires antiques est passée d’un discours centré sur la trilogie architecture/statuaire/inscriptions à un discours multiforme sur les actes rituels célébrés en l’honneur de la divinité à laquelle était consacré le lieu de culte, devenant une discipline à part entière : l’archéologie du culte. L’histoire des religions antiques est à la mode aujourd’hui et l’archéologie constitue, aux côtés des textes, une source documentaire essentielle, au bénéfice des développements dans les domaines directement impliqués dans les études archéologiques (architecture, céramologie, archéozoologie, anthropologie, paléopathologie, carpologie, anthracologie, palynologie, etc.). L’exposé tend à revisiter le sacrifice animal, l’un des actes rituels majeurs pour les anciens Grecs, dans la perspective de cette nouvelle discipline en mettant en exergue des documents conservés à l’université de Lorraine : les archives laissées par Paul Perdrizet – premier professeur d’archéologie classique à l’université de Nancy, qui fut sans le savoir un pionnier de l’archéologie du culte lors de la « Grande Fouille » du sanctuaire panhellénique d’Apollon à Delphes en 1894 – et un vase du Ve siècle avant notre ère conservé au musée archéologique de l’université de Lorraine, descendant de la collection archéologique constituée par Paul Perdrizet entre 1901 et 1908.

La conférence de Sandrine Huber sera suivie d’une présentation par Samuel Provost, maître de conférences d’archéologie de l’Antiquité tardive, des archives scientifiques de Paul Perdrizet qui font l’objet d’un nouveau programme de recherche, porté par l’EA 1132 HISCANT-MA :

En 1981 décédait Lucile Gallé-Perdrizet, fille d’Émile Gallé et veuve de Paul Perdrizet, premier titulaire de la chaire d’archéologie et d’histoire de l’art créée en 1909 à l’université de Nancy. À l’initiative de Fr. Th. Charpentier, amie personnelle de Lucile Gallé, ses héritiers acceptèrent de faire don à l’université de Nancy des archives scientifiques du savant mort en 1938. Ce fonds d’une grande importance matérielle (20 ml de cartons, plus de 3000 clichés pour la période 1899-1938) est resté inexploité, sans être inventorié, jusqu’à nos jours. Le travail de classement mené sur le fonds depuis l’été 2012, associé à l’établissement et à l’analyse de la bibliographie complète de Paul Perdrizet permet de dresser un premier tableau de son activité scientifique d’archéologue classique et de médiéviste, tout en montrant quel fut l’impact de son implication dans les établissements Gallé. Il conduit à planifier les différentes étapes de l’exploitation systématique et de la mise en valeur de ce fonds d’une grande valeur pour l’histoire de l’université et de l’industrie lorraine.

Jeudi 11 avril, 17h00, salle internationale de la MSH Lorraine, 91 avenue de la Libération, Nancy. Présentation de la double conférence sur le site de la MSH Lorraine.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : Mourir à Pompéi. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera

Suite à la conférence présentée par William Van Andringa à l’université de Lorraine le 18 décembre 2012 sur la fouille qu’il a co-dirigée dans un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera à Pompéi, nous faisons suivre l’appel à souscription pour la monographie imposante qui assure une publication exhaustive de ce quartier funéraire,  à paraître dans la Collection de l’École française de Rome, tome 468, 2 volumes :

W. Van Andringa, H. Duday, S. Lepetz et aliiMourir à Pompéi : fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007), Vol. 1, Analyses des contextes archéologiques et synthèses générales ; Vol. 2, Artefacts et écofacts en contexte funéraire : analyses et synthèses par type de matériel archéologique.

 

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Séminaire de site de l’EfA : architecture grecque (matériaux et techniques) à Delphes (14-27 avril 2013)

L’École française d’Athènes lance un appel à candidature auprès d’étudiants doctorants désireux de suivre une formation spécifique sur les matériaux et les techniques de l’architecture grecque. Ce séminaire doctoral aura lieu sur le site de Delphes du 14 au 27 avril, sous la direction du professeur Jacques des Courtils (université de Bordeaux et IUF) et fait partie de la série des séminaires de site de l’ÉfA. Ces séminaires peuvent intéresser tous les doctorants et futurs doctorants (à partir du M2) en histoire et archéologie du monde grec. Ils sont tout particulièrement recommandés aux futurs candidats aux postes de membre scientifique de l’École.

Les frais de déplacement intérieur (Athènes-Delphes) et d’hébergement sont à la charge de l’ÉfA : les participants ne paient que les repas et doivent s’adresser à leur école doctorale pour les frais de voyage jusqu’à Athènes.

La date limite de dépôt des dossiers de candidature est fixée au 15 février 2013.

Programme détaillé des douze jours de formation, à Delphes et dans ses environs, ainsi qu’à Athènes : Programme séminaire EfA Delphes architecture

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : « Mourir à Pompéi. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera »

L‘université de Lorraine invite William Van Andringa, archéologue, Professeur d’histoire romaine (histoire des religions dans le
monde romain) à l’université de Lille 3, directeur de la revue Gallia et co-responsable de la revue en ligne ADLFI (Archéologie de la France-Informations) à nous présenter les résultats des recherches dont il a assuré la codirection dans la nécropole de Porta Nocera à Pompéi le 18 décembre 2012.

La fouille d’un quartier funéraire de la nécropole de Porta Nocera à Pompéi donne une idée de l’enjeu des recherches Continuer la lecture de Conférence : « Mourir à Pompéi. Fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera »

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Soutenance de thèse : Julien Trapp, « L’archéologie à Metz. Institutions, pratiques et résultats » (15 décembre, Metz)

Julien Trapp, doctorant au CRULH (Université de Lorraine – Metz) soutiendra le 15 décembre sa thèse de doctorat préparée sous la co-direction d’Olivier Dard (Université de Lorraine) et de Stéphane Benoist (Université de Lille 3). La thèse a pour titre :

« L’archéologie à Metz. Institutions, pratiques et résultats. Des travaux de Keune à l’archéologie préventive (1896-2008) ».

Composition du jury de thèse :

– Stéphane Benoist, professeur d’histoire romaine (Université de Lille 3)
– Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine  (Université de Lorraine – Metz)
– Jeanne Demarolle, professeur émérite d’histoire romaine (Université de Lorraine – Metz)
– Monique Dondin-Payre, directrice de recherche au CNRS (AnHiMA)
– Jürgen Merten (Rheinisches Landesmuseum, Trèves)

Source : http://www.univ-metz.fr/ufr/sha/crulh/actual.html

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque Archéologie préventive : une démarche responsable (BNF 21-22 novembre)

On nous demande d’annoncer que la Bibliothèque nationale de France accueille les 21 et 22 novembre 2012 un colloque sur le thème de «l’archéologie préventive : une démarche responsable » :

« De nombreux acteurs, notamment des parlementaires, ont insisté sur la nécessaire mise en place d’un dialogue institutionnel entre les professionnels de l’archéologie préventive qui ne se limiterait pas à des présentations au sein de la communauté scientifique, mais qui consisterait, au contraire, en un échange plus général organisé à partir des découvertes issues d’opérations d’archéologie préventive et de leur apport à la connaissance du passé et à la recherche.
Ces premières Rencontres autour de l’archéologie préventive, ouvertes à l’ensemble des acteurs du secteur, chercheurs, élus, aménageurs publics et privés…, traduisent dans les faits cette attente partagée. »

En voici le programme complet : Rencontres_archéo_préventive

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée d’études : « les métiers d’art » (13 novembre, Université de Lorraine, site de Metz)

Une journée d’étude sur « LES METIERS D’ARTS » est organisée le 13 novembre 2012 sur le site de Metz de l’Université de Lorraine (Île du Saulcy, bâtiment D, salle D 116).

Au programme :

9h00 : Accueil des participants.

9h30 : J. DEMAROLLE (UDL) – Archéologie, épigraphie, iconographie quelques exemples d’artisanat d’art en Gaule romaine

10h00 : L. BAURAIN (UDL) – Les métiers de la céramique en Grèce ancienne : images d’ateliers et reconstitutions modernes

10h30 : pause

11h00 : Mickaël ZITO (Université de Bourgogne) – La dynastie des Marca. Stucateurs italiens en Franche-Comté au XVIIIème siècle.

11h30 : Catherine BOURDIEU (UDL) – La corporation des peintres, sculpteurs et doreurs à Metz, aux XVIIème et XVIIIème siècles.

Après-midi

14h00 : Rencontre avec des professionnels des métiers d’art en Lorraine

16h00 : Table-ronde

 

Organisation : Catherine BOURDIEU, UDL Metz, Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire.

Renseignements : Christelle CREUSAT, christelle.creusat@univ-lorraine, 03 87 54 84 69

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : « le verre en Lorraine et dans les régions voisines » (dir. V. Arveiller et H. Cabart)

Véronique Arveiller et Hubert Cabart viennent d’éditer aux éditions Monique Mergoil (collection Monographies Instrumentum n°42) les actes du colloque sur le verre en Lorraine et dans les régions voisines, qui s’était tenu à Metz en novembre 2011  :

1. S. Plouin, M.-P. Koenig, B. Gratuze – Les perles en verre de l’âge du Bronze d’Alsace et de Lorraine

2. J. Kaurin – Le mobilier en verre dans les pratiques funéraires, milieu du IIIe s. av. J.C. au début du IIe s. apr. J.C., l’exemple de quelques nécropoles trévires leuques et médiomatriques

3. M. Brüggler – A recently discovered set of glass vessels in a 1st century burial in Moers (Rhineland, Germany)

4. C. Loesch – Exquisite Roman Glass at the frontiers of the Roman Empire. Early 3rd century glass fromTomb 7 of the Rheinbach-Flerzheim necropolis in Germany

5. J. Kaurin – Le mobilier en verre de la nécropole de Rosièresaux-Salines (Meurthe-et-Moselle), Ier s. – IIIe s. ap. J.-C.

6.V.Arveiller -Verreries exceptionnelles découvertes dans le castrum de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)

7. C. Martin Pruvot – La verrerie d’un sanctuaire helvète : Estavayer-le-Gibloux (canton de Fribourg)

8. L. Raffaelly-Veslin , B. Champagnon et J.-D. Laffitte – Expérimentation par analyses chimiques et thermiques du verre de vitrage de la villa domaniale de Larry à Liéhon (Moselle)

9. S. Lelarge – Le mobilier en verre de la nécropole de Nempont-Saint-Firmin (Pas-de-Calais)

10. R. Colardelle, M. Kappes et J. Welzel – Le diatrète de Grenoble / Das Diatret aus Grenoble

11. H. Merten – Verreries de luxe dans la cathédrale paléochrétienne de Trèves

12. A. Louis – Les récipients en verre dans les tombes d’Alsace de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Age : premier bilan

13. C. Bücker – Verres de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge dans le Breisgau (Haut-Rhin, Allemagne)

14. M. Grünewald – Étude typo-chronologique du verre de l’Antiquité tardive trouvé à Mayen : les bouteilles Isings 132 (Allemagne) (disponible en ligne sur Academia.edu)

15. M. Frauciel, M. Gazenbeek, K. Michel et H. Cabart – Place et rôle du mobiler en verre dans les nécropoles de l’Antiquité tardive et de la période mérovingienne en Lorraine

16. H. Cabart et F. Gama – Le mobilier en verre des abords du grand amphithéâtre de Metz (Moselle)

17. F. Hanut, P. Mignot et G. Lauwens – La verrerie de la forteresse de l’Antiquité tardive à Montaigle (province de Namur, Belgique)

18. K. Michel – Lissoirs en verre du site de Nubécourt « Aux Villées » (Meuse) et en région Lorraine

19. D. Henrotay et C. Hercot – Mise au jour d’un lot de verrerie du XVIe siècle dans un puits-latrines, rue du Marquisat à Arlon (Belgique) (Amsterdam, Netherlands) : 17th century glass production in Venetian style)

25. N. Meyer et B. Houpert – Hommage à Antoine Stenger. Nouvelles données sur les verreries forestières du massif vosgien

26. S. Jacquemot – Verreries médiévales d’Argonne, actualité de la recherche en Lorraine

27. S. Palaude – Aux origines de la Grande Thiérache : une histoire verrière transfrontalière pluriséculaire (Moselle)

 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque “D’une religion à l’autre. La conversion des lieux de culte dans les religions du monde méditerranéen” (Aix-en-Provence, 10-11 octobre 2012)

La Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence accueille les 10 et 11 octobre 2012 un colloque d’histoire des religions sur un thème qui intéresse directement l’axe 2 de recherche de l’HISCANT-MA (« Transformations des cités et des sociétés antiques ») pour le programme d’histoire religieuse de l’Antiquité tardive :

D’une religion à l’autre. La conversion des lieux de culte dans les religions du monde méditerranéen.

Ce colloque, organisé par Emmanuelle Rosso (Paris IV, EA Rome et ses renaissances) et Daniel Stökl Ben Ezra (EPHE, Orient et Méditerranée, UMR 8167), fait l’objet d’un carnet de recherche sur Hypothèses, Lieux de culte : rites, espaces et limites, où on trouve le programme complet avec les résumés des différentes communications.

L’HISCANT-MA y sera représenté par une communication intitulée « la conversion des temples païens de Philippes (IVe-VIe s. apr. J.-C.) : entre conservatisme et pragmatisme”

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition Königinnen der Merowinger / Reines des Mérovingiens (Francfort, 12 novembre-24 février)

Le Musée archéologique de Francfort, en collaboration avec le Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye et le Trésor de la cathédrale de Cologne, organise une exposition intitulée Königinnen des Merowinger (Reines des Mérovingiens).

Comme l’indique le sous-titre, « Tombes aristocratiques des églises de Cologne, Saint-Denis, Chelles et Francfort », les commissaires de l’exposition, Egon Wamers et Patrick Périn, ont réuni le mobilier funéraire des plus prestigieuses sépultures féminines mérovingiennes : les reines Wisigarde (Cologne, vers 535), Arégonde (Saint-Denis, vers 575) et Bathilde (Chelles, vers 680) et la riche tombe d’enfant de la cathédrale de Francfort.

Annonçant la présence d’autres pièces similaires provenant de France et d’Allemagne, l’exposition devrait être l’occasion de voir réunis une série d’objets intéressant directement l’étude du mobilier de la nécropole mérovingienne de Saint-Vanne, en cours de fouille.

Site du musée : Königinnen der Merowinger / Reines des Mérovingiens

Source : Exposee_Koeniginnen.

 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

XXVIe séminaire de l’Association Française pour la Peinture Murale Antique (Strasbourg, 16-17 novembre)

On nous demande d’annoncer que l’Association Française pour la Peinture Murale Antique (AFPMA) tiendra son XXVIe séminaire à l’auditorium des musées de la ville de Strasbourg les 16 et 17 novembre 2012.

Programme :

Vendredi 16 novembre, matin :

  • Accueil des participants et inscriptions
  • Ouverture du colloque, discours d’accueil par Bernadette Schnitzler
  • Gertrud Kuhnle et Morgane Thorel : Les enduits peints découverts 4 rue Brûlée à Strasbourg
  • Heidi Cicutta, Nathalie Froeglier et Magali Mondy : Les peintures de la place du Château à Strasbourg : résultats préliminaires
  • Fanny Berson : Un exemplaire de peinture murale à Mandeure : les enduits peints des cuisines cultuelles
  • Diana Busse : Peintures murales romaines en Sarre Pause café
  • Rudiger Gogräfe : Ein Fries großfigürlicher Malereien aus dem Versammlungshaus in Schwarzenacker/Saarland
  • Claudine Allag : Le Titelberg (Luxembourg) : soldats et peintres à la fin de la république
  • Renate Thomas : Die Wandmalereifunde in den Militärlagern in Germanien

Vendredi 16 novembre, après-midi :

  • Yves Dubois et Sophie Bujard : Récents travaux sur les peintures murales de Suisse Emanuela Murgia : Pittura di età repubblicana in Gallia Cisalpina. Nuovi dati dalla colonia di Aquileia
  • Dorothée Neyme : Nécropole de Cumes : dernières découvertes du centre Jean Bérard et projet de valorisation et de restauration d’un monument funéraire
  • Claude Vibert-Guigue : Les décors de la villa gallo-romaine des Tullières à Selongey (Côte-d’Or)
  • Julien Boislève et Kristell Chuniaud : Les peintures du site de Trémonteix à Clermont- Ferrand (Puy-de-Dôme)
  • Julien Boislève : Les peintures in situ de la rue Savaron à Clermont-Ferrand (Puy-de- Dôme)
  • Gilles Prilaux et Clotilde Allonsius : Découverte de stucs à Marquion (Pas-de- Calais)
  • Sabine Groetembril : Verneuil-en-Halatte (Oise), décor de la villa des Tronces
  • Denis Defente : La restitution des peintures murales romaines : exemples en Picardie
  • Alix Barbet : Revoir le vocabulaire descriptif de la peinture murale romaine
  • Patrick Vannier : Un nom pour une discipline : l’étude des peintures murales antiques
  • Arnaud Coutelas et Anne Chaillou : La fiche méthodologique pour l’évaluation, la sélection et le traitement des revêtements muraux ou de sol : un premier bilan
Samedi 17 novembre, matin :
  • Johan Durand, Lucie Lemoigne et Clotilde Allonsius : Vendeuvre-du-Poitou (Vienne), les Tours Mirandes
  • Myriam Tessariol : Peintures de Bordeaux : approche méthodologique et premières réflexions
  • Natasha Hathaway, Raymond Sabrié et Alexandra Spühler : Les peintures de la Médiathèque à Narbonne
  • Sabine Groetembril et Louis Hugonnier : Soissons, problématiques liées au diagnostic – Pasly, enduits gaulois
  • Caroline Zielinski : Le site du Jardin de Grassi à Aix-en-Provence
  • Claude Grapin, Lucie Lemoigne, Clotilde Allonsius et Béatrice Amadéi : Muséoparc Alésia : reprise des collections
  • Delphine Burlot : Fragments d’enduits peints de la collection Campana
  • Myriam Sternberg, coll. Joëlle Carrayon : Consommation alimentaire et illusions : la place du poisson dans les peintures murales

Samedi 17 novembre, après-midi :

  • Conférence : les peintures du musée de Strasbourg, Alexandra Dardenay, Sabine Groetembril et Béatrice Amadei

Programme complet : Programme XXVIe séminaire AFPMA Strasbourg

Source : 

Site internet : http://afpma.perso.sfr.fr 

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : La céramique funéraire mérovingienne conservée au Musée Lorrain à Nancy (S. Brunella, J. Guillaume et R. Prouteau)

Vient de paraître (septembre 2012) aux Presses Universitaires de Nancy, dans la collection Archéologie, Espaces, Patrimoines, dirigée par G. Giuliato, le volume suivant :

La céramique funéraire mérovingienne conservée au Musée Lorrain à Nancy

Par Sébastien Brunella, Jacques Guillaume et Rachel Prouteau

La Lorraine a tenu une part non négligeable dans le développement de l’Archéologie mérovingienne en France, avec les travaux des érudits du XIXe siècle, à qui l’on doit une part importante des collections conservées dans les musées de Lorraine. Parmi celles-ci, encore en grande partie inédites, l’importante série de vases du Musée Lorrain tient la première place au niveau régional, avec plus de deux-cents cinquante exemplaires. Elle fut enrichie en 1955 grâce au legs de son ancien conservateur, Georges Goury, préhistorien mais aussi grand collectionneur, qui récolta des pièces issues principalement de nécropoles champenoises.

La collection du Musée Lorrain concerne presque exclusivement du matériel d’origine funéraire, attribuable, dans sa grande majorité, aux VIe et VIIe siècles de notre ère. Il traduit l’usage de déposer un ou plusieurs vases dans la sépulture, le plus souvent aux pieds du défunt, inhumé avec ses accessoires vestimentaires et son armement ou sa parure pour les femmes. Le vaisselier d’époque mérovingienne, moins diversifié qu’à l’époque gallo-

romaine, hérite en partie des traditions antiques, peu à peu supplantées par des formes et des techniques importées lors des Grandes migrations. Les vases sont le plus souvent à profil anguleux et sont parfois pourvus d’un décor poinçonné ou bien obtenu à l’aide d’une molette à motifs géométriques prédominants. L’étude de cette production céramique, longtemps délaissée, est cependant un instrument de connaissance non négligeable de la société mérovingienne à travers ses pratiques funéraires mais aussi les courants commerciaux et les échanges qui ont présidé une économie beaucoup moins fermée qu’il n’y paraît.

128 p. 15€ ISBN : 978-2-8143-0119-1

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée de prospection Lutzelbourg-Ischeid

L’association Nord-Est Archéologie (NEA) et l’Association pour la Recherche Archéologique dans le Pays de Sarrebourg (ARAPS) organisent une journée de prospection sur les sites castraux de Lutzelbourg et Ischeid (Moselle) lundi 24 septembre.

Le château de Lutzelbourg, dont l’existence remonte au XIe siècle, est situé sur un éperon rocheux dominant la Zorn. De nombreux trous de taupes font rejaillir des tessons de céramique sur l’ensemble du site, malheureusement disséminés par les promeneurs. D’où l’idée de collecter ces artefacts, qui vont contribuer ainsi à une meilleure connaissance du site, de ses usages, voire d’en préciser la datation et le phasage. L’ensemble du mobilier recueilli sera déposé pour étude au Pôle Archéologique de l’Université de Lorraine.

Le château d’Ischeid est un site du XIIe siècle qui est intégré au sein du PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ». Le site, sous couvert forestier, est largement détruit. Mais une bonne partie des pierres constituant le donjon sont encore posées en tas au pied de la barre rocheuses sur laquelle il était préalablement assis. Une mesure systématique des moellons permettra de les compareravec ceux retrouvés sur le site de la carrière, à quelques centaines de mètres de là, et fouillée au printemps dernier. Comme à Lutzelbourg, les pentes du château doivent receler un mobilier céramique utile à sa datation.

Les prospections sur ces deux sites ont nécessité les autorisations respectives du Service Régional de l’Archéologie de Lorraine, des Monuments Historiques (le site du Lutzelbourg étant classé), les communes de Lutzelbourg & Abreschwiller, l’Office National des Forêts.