Archives de catégorie : Archéologie à l’UL

Archéologie à l’Université Lorraine

Conférence : le musée archéologique de l’université de lorraine : histoire, collections, projets

La Bibliothèque Lettres & Sciences Humaines et Sociales accueille ce mercredi 6 avril, de 12h00 à 13h00, une conférence à trois voix sur “Le musée archéologique de l’université de Lorraine : histoire, collections, projets”, donnée par Elisabetta Interdonato, Samuel Provost et Pascal Vipard.

 

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée d’études : Actualités de l’archéologie à l’université de lorraine (05/04/22)

Elisabetta Interdonato, professeure d’archéologie et histoire de l’art antiques du bassin méditerranéen, organise une journée d’études sur l’actualité de l’archéologie à l’université de Lorraine, le mardi 5 avril, de 8h30 à 16h00, sur le campus Lettres et sciences humaines à Nancy.

Il sera possible d’assister à la journée en visioconférence sur la plateforme Teams avec le lien suivant : https://bit.ly/36Y5Fmw

Voir le programme ci-dessous.

Programme de la journée d’études.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Soutenance d’HDR – Valérie Serdon – De la culture matérielle à une archéologie de la perception et des sens

Soutenance publique le 07 janvier de lHDR en Archéologie médiévale de Valérie Serdon, sous la direction de Luc Bourgeois (Université de Caen Normandie).

Jury : Pierre Bauduin (Université de Caen Normandie), Luc Bourgeois (Université de Caen Normandie), Isabelle Cartron(Université de Bordeaux-Montaigne), Alain Dierkens (Université libre de Bruxelles), Émilie d’Orgeix (EPHE Paris) et Philippe Plagnieux (Université de Paris I Sorbonne)

Le dossier intitulé De la culture matérielle à une archéologie de la perception et des sens, de l’armement et des pratiques militaires aux monastères en terre d’Empire au Moyen Âge comprend un rapport de synthèse, un recueil de travaux et un mémoire inédit : L’abbaye Saint-Vanne de Verdun, genèse et devenir d’une abbaye lorraine disparue. Topographie, architecture et décors

 

 

Le mémoire inédit traite de Saint-Vanne, la plus importante des institutions religieuses de Verdun, voisine de quelques centaines de mètres de la cathédrale Notre-Dame, sur les hauteurs de la ville. Située en bordure de la voie de Reims, sur un ancien cimetière, la première basilique Saint-Pierre-Saint-Vanne est mentionnée dans le testament du diacre Adalgisel-Grimo en 634 et gardait les tombes des premiers évêques, attestés comme saints. Organisée en chapitre au IXe siècle par l’évêque Béranger, elle est transformée en monastère bénédictin vers 951-952. Devenu un centre culturel et spirituel d’importance, Saint-Vanne connut un fort rayonnement sous labbatiat de Richard (1004-†1046) qui acquit des reliques et initia un mouvement réformateur, diffusé largement dans le nord de la France et la Lotharingie. Labbaye a pu consolider son domaine foncier grâce à dexcellentes relations avec les évêques ou les grands seigneurs, en tout premier lieu les empereurs germaniques et la puissante maison dArdenne-Verdun qui avait là, sinon sa nécropole familiale du moins une affection particulière, et dont des membres éminents avaient fait partie de la communauté. Avec des domaines suburbains placés sous son autorité, Saint-Vanne constituait une entité spatiale isolée à l’écart de la ville, au XIe siècle. Cest au XIIIe siècle quelle est englobée dans lenceinte urbaine et finalement annexée par les militaires dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Cette histoire est bien connue. En revanche, la réalité architecturale et archéologique de labbaye est restée en dehors du champ de recherches des historiens. Cest que tous les bâtiments de labbaye, situés dans la citadelle moderne, ont aujourdhui disparu, mis à part une tour du massif occidental de labbatiale romane. Une partie notable de l’enquête sest appuyée outre sur une relecture des sources médiévales et modernes publiées parfois de longue date sur l’étude de sources graphiques et archivistiques inédites, confrontées aux données archéologiques nouvelles remises en perspective dans l’espace régional, qui apportent un éclairage singulier sur l’abbaye et son environnement.

Cartulaire, censier, écrits hagiographiques et nécrologes ont servi de base à la tradition verdunoise, largement favorable à labbaye, plus tard reprise au XVIe siècle par un chanoine de la cathédrale, Richard Wassebourg, et après lui par labbé Louis Clouët. Celle-ci est complétée par des écrits datés des xviiie et xixe siècles, restés inédits, de religieux ou de militaires ayant vécu à l’intérieur de l’enceinte de la citadelle, notamment un témoignage exceptionnel, daté de 1745, conservé sous la cote 431 de la Bibliothèque Municipale de Verdun. Lauteur, Dom Pierre le Court, était un religieux de la congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe. La troisième partie de son manuscrit intitulée « monumens de la maison de Saint-Vanne » constitue une source de première importance. Les bâtiments, tels que lon pouvait encore les voir de son vivant (l’église avec les autels), la bibliothèque ainsi que le mobilier liturgique y sont minutieusement décrits. Ce manuscrit livre des informations qui se révèlent à bien des égards très utiles, car elles trahissent des détails topographiques ou chronologiques susceptibles d’éclairer la géographie ancienne du mont Saint-Vanne.

L’aménagement de la citadelle moderne, bien qu’ayant joué un rôle majeur dans l’évolution de la configuration de cette éminence, ne constitue pas le cœur de notre sujet. Néanmoins, les sources modernes et contemporaines – cartes, plans, relevés, vues perspectives, photographies – présentent un intérêt pour la connaissance de l’abbaye médiévale et du quartier associé. Ces documents contiennent en effet des indices précieux sur la topographie naturelle, les nivellements et surcreusements artificiels, la disposition des bâtiments médiévaux et leurs aménagements anciens, antérieurs aux travaux de grande ampleur liés à l’implantation de la citadelle. Ces sources diverses livrent des informations de première main sur la manière dont l’armée, à partir du xvie siècle, a pu s’approprier et transformer le site, comme les édifices et les structures anciennes : il s’agit d’une documentation graphique souvent méconnue ou sous-exploitée. S’agissant des documents graphiques, les plans manuscrits, séparés ou le plus généralement réunis en recueils, se sont révélés particulièrement éclairants. La normalisation progressive des « envois » des directions des fortifications contribue, par l’ampleur des données (coupes, profils et élévations), à compléter ces plans. L’apport de ces représentations peut être enrichi par des pourtraicts de la ville gravés, vraies vues à vol d’oiseau le plus souvent en perspective, ou par des plans dressés à des fins militaires (avec ses plans géométraux, établis à partir d’un levé scientifique) ou encore des levés de façades (comme les cahiers de développement du plan-relief). Artistes, architectes et arpenteurs sont à l’origine d’une riche collection de représentations urbaines, de projets d’aménagement ou d’extension, levés à différentes échelles et souvent de façon très scientifique.

La documentation graphique et écrite réunie représente un volume conséquent et tout l’intérêt de cette enquête a été de la confronter aux données archéologiques nouvelles recueillies par nos soins, dans ce quartier Saint-Vanne, à l’origine extra muros. Au-delà des aménagements construits, tout indice d’anthropisation – l’occupation humaine ayant très sensiblement modifié le couvert végétal et le relief depuis les premières occupations – a été retenu. Parmi ceux-ci, on peut distinguer l’enclos abbatial, les bâtiments de l’abbaye, l’enceinte de la ville, les portes d’accès, les tracés anciens des chemins, les zones funéraires et d’habitat, en plus des zones cultivées et des jardins, de même que les éminences naturelles (ou artificielles) sur lesquelles se sont implantés les premiers bastions, escarpes et parapets. La compréhension de l’ensemble monastique Saint-Vanne et de ses structures est passée par l’étude du sous-sol, bien que les recherches anciennes aient montré les destructions de grande ampleur ayant affecté le site.

Les fouilles archéologiques, conduites de 2011 à 2013, ont révélé un cimetière de lAntiquité tardive, sur lequel s’est établie une nécropole mérovingienne avec des sépultures privilégiées (bijoux, armes, éléments du costume), en lien, peut-être, avec un premier oratoire (structure semi-enterrée en partie fouillée). Les recherches de terrain ont aussi permis de préciser la nature de l’église de Richard, avec une crypte qui sapparente à un modèle bien connu dans lespace lotharingien. Dautre part, elles ont amené des renseignements précieux sur les fondations de l’église du XVe siècle et sur lusage de remplois dans les constructions. Enfin, une étude du bâti de la tour Saint-Vanne a permis de proposer un phasage et des datations plus précises.

Par ailleurs, la confrontation de ces divers types de sources a permis de préciser la genèse, lhistoire de cette abbaye, son insertion dans le tissu urbain, les conditions spirituelles et sociales de son établissement matériel, les projets des différents maîtres douvrage et leur mise en œuvre, la configuration des différentes abbatiales et du complexe conventuel et, au-delà, les liens avec dautres centres de spiritualité et la diffusion de modèles architecturaux. Ces documents témoignent aussi dune prise de conscience patrimoniale dans les premières décennies du XIXe siècle.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Pierre à Pierre III – Économie de la pierre entre Rhin et Loire aux périodes historiques – Appel à communications

Après deux éditions qui furent de véritables succès – la première à Nancy en 2015 et la seconde à Namur / Dinant en 2018 – le troisième congrès Pierre à Pierre se tiendra dans les Ardennes françaises à Charleville-Mézières et Sedan, du 4 au 6 novembre 2021.

Ce colloque international est organisé par le Service archéologique départemental des Ardennes, l’Université de Reims Champagne Ardenne, l’Université de Lorraine, le Centre Ardennais de Recherches Archéologiques et le Service Régional d’Archéologie DRAC Grand-Est, avec le partenariat de la ville de Charleville-Mézières, du Château fort de Sedan et du Musée de l’Ardenne.

Les colloques Pierre-à-Pierre ont pour vocation d’ouvrir des axes de réflexion sur les constructions, diffusions et usages de la pierre à bâtir ou de la pierre ornementale.

Cette édition 2021 propose un cadre chronologique et géographique volontairement large, puisqu’allant de la Protohistoire jusqu’au XVIIIe siècle, en étant ouvert aux communications diachroniques, et de la Loire jusqu’au Rhin, ce qui inclut potentiellement tout le nord de la France, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, ainsi que 4 fleuves majeurs (Loire, Seine, Meuse et Rhin).

Dans ce large cadre, trois thématiques principales permettront de questionner la pierre du point de vue technique, fonctionnel et symbolique.

Ainsi, il sera possible d’envisager des problématiques sur les stratégies d’emploi des matériaux tant pour la construction que la reconstruction ou la restauration, mais aussi d’ouvrir la réflexion aux moellons et autres simples pierres à bâtir. Un dernier axe permettra de dépasser le domaine du bâti avec des interrogations sur l’emploi de la pierre dans le contexte funéraire.

Axe 1 : Construire et reconstruire en pierre

Directement inspiré des problématiques actuelles liées aux travaux en cours pour la restauration de la cathédrale Notre Dame de Paris, cet axe thématique s’intéresse à la construction en pierre, avec comme idées sous-jacentes d’aborder les stratégies d’emploi au sein d’un même chantier de pierres différentes suivant leurs qualités intrinsèques, mais aussi d’étudier les édifices comme des bâtiments polyphasés et diachroniques, dont les différentes phases de construction, reconstructions, réaménagements, restaurations peuvent avoir conduit à l’emploi de pierres différentes.

S’ouvrent alors des thèmes possibles comme les remplois, les changements d’approvisionnements sur le temps long, ou la mise en avant des paramètres qui ont conduit à la sélection d’une pierre plutôt qu’une autre (choix techniques, esthétiques, économiques…), etc.

Axe 2 : Moellon et pierre de taille

Les pierres ornementales, les marbres et les pierres de taille sont fréquemment au cœur des discussions ou publications scientifiques autour de la Pierre. Mais qu’en est-il des autres pierres, celles qui composent une majorité de murs moins « nobles » ou moins exposés, celles qui remplissent les espaces moins valorisés ou qui étaient recouvertes d’enduits et donc invisibles.

Ce thème se propose d’aborder les « grandes » pierres de taille, les pierres de taille moins connues ou simples pierres à bâtir, utilisées sous couverture, enduits ou comme moellons.

Il peut accepter des communications sur les carrières, la diffusion des pierres, les techniques de taille ou de mise en œuvre. Seront aussi acceptées des études holistiques des géomatériaux sur un édifice ou une région, si celles-ci abordent à la fois les pierres de taille « nobles » et les pierres plus « communes ». Pourront alors être discutées, les stratégies d’approvisionnements ou l’impact territorial ou économique que peuvent avoir les besoins en différentes catégories de matériaux.

Enfin, à cause de sa nature essentielle pour la construction, le thème des pierres à chaux, pourra faire l’objet de quelques communications, si celles-ci sont replacées au sein des différents emplois de géomatériaux dans un cadre donné (pierres de taille, moellons et pierres à chaux).

Axe 3 : La pierre et la mort

Enfin, le troisième thème permet d’ouvrir ce colloque au monde des morts aux travers des pierres funéraires (pierres tombales, monuments ou sarcophages) ou aux représentations anthropomorphes symboliquement figées dans la pierre. Car la pierre, à cause de sa résistance au temps, a souvent été un élément fort des mobiliers funéraires, parfois assortis de traditions culturelles ou techniques spécifiques.

Pour cet axe thématique pourront être abordés des sujets dédiés à l’étude de carrières de sarcophages ou de mobiliers funéraires, de leur diffusion et emplois, mais aussi des aspects plus symboliques, s’ils sont rattachés à des traitement techniques de la pierre ou à des pratiques particulières qui peuvent influencer la signification même de l’usage ou de la présence de ces pierres dans un corpus.

 

À travers ces trois axes principaux, ce colloque, comme ses prédécesseurs, pourra accepter des communications orientées vers l’analyse des sources écrites, aux analyses des géomatériaux, et des résultats issus de programmes de recherche, d’études issues de l’archéologie préventive ou de travaux d’étudiants.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters. Tous deux seront susceptibles d’être intégrés à la publication des actes du colloque.

Langues du colloque : français et anglais

 

Les propositions devront être faites sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum, avec le détail des auteurs, affiliations et mails, résumés en français et anglais et transmises avant le 1er Juin 2021 à lorraine.desart@cd08.fr .

 

Proposition de communication : avant le 1er Juin 2021

Colloque : du 4 au 6 novembre 2021

Date limite de l’envoi des textes pour la publication :  31 décembre 2021

 

Comité scientifique

Lorraine Desart (CD08), Mikel Etchart-Salas (CD08), Gilles Fronteau (Université de Reims), Cédric Moulis (Université de Lorraine), Mathieu Piavaux (Université de Namur), Maxence Pieters (CARA).

Comité d’organisation

Lorraine Desart (CD08), Gilles Fronteau (Université de Reims), Cédric Moulis (Université de Lorraine), François Party (CD08), Maxence Pieters (CARA)

Contacts

lorraine.desart@cd08.fr

Les ‘Athéniens de Nancy’ : Émile Burnouf, Paul Perdrizet et Joseph Laurent (vidéo)

Captation vidéo de l’intervention de Samuel Provost à la journée d’études Voyage et pratiques savantes et érudites (XVIIe-XIXe siècles), organisée en partenariat par
le Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (E.A. 3945)
et Littératures Imaginaires Sociétés (E.A. 7305)
dans le cadre du projet ERUHILOR (20 septembre 2020).

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id=10619

La Faculté des lettres de Nancy fut, dès sa recréation en 1854, considérée comme une “petite colonie athénienne” dans l’Est de la France, du fait de la présence dominante dans le corps enseignant des anciens membres de l’École française d’Athènes. Cette présence fut sans cesse renouvelée au cours des XIXe et XXe siècles, garantissant aux étudiants et au public des conférences de la faculté des lettres la primeur des découvertes archéologiques en Grèce et plus largement en Méditerranée orientale. Dans le premier demi-siècle de son existence, l’activité scientifique de l’ÉfA est largement dominée par les voyages d’exploration dont sont chargés ses membres scientifiques en Grèce et dans l’Empire ottoman. Il est donc intéressant d’étudier comment les pratiques de ces savants pour documenter leurs missions ont pu évoluer au cours de la période.

Les archives scientifiques conservées à l’université de Lorraine permettent de le faire avec précision pour trois d’entre eux :

  • Émile Burnouf (1821-1907), professeur de lettres à Nancy en 1854 et surtout directeur de l’ÉfA de 1867 à 1875, orientaliste mais aussi collaborateur de Schliemann à Troie. Ses archives ont été léguées par ses héritiers à la faculté des lettres et font l’objet d’un inventaire détaillé dans Calames.
  • Joseph Laurent (1870-1953), maître de conférences (1899) puis professeur d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Nancy (1919), spécialiste de l’Anatolie byzantine. Il a légué à sa retraite ses albums photographiques à la faculté des lettres, documentant à la fois ses voyages et sa participation aux fouilles de Delphes sous la direction de Théophile Homolle.
  • Paul Perdrizet (1870-1938), maître de conférences de littérature grecque (1899) puis professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres (1908-1919), dont les archives scientifiques ont été intégralement léguées à la faculté après sa mort, et concernent l’ensemble de ses travaux archéologiques, en Grèce, Syrie et Égypte.

L’objet de cette communication est ainsi de présenter ces archives et de montrer comment elles documentent en particulier l’avènement de la photographie archéologique et l’évolution de ses modalités comme de ses objectifs scientifiques.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Soutenance de thèse de Simon Ritz : Senon-Amel (Meuse) : contribution d’une agglomération bipolaire à l’histoire du fait urbain dans le nord-est de la Gaule, du second âge du Fer au haut Moyen Âge (20 novembre)

Simon  RITZ soutiendra, le 20 novembre 2020 à 14h00, sa thèse de doctorat d’histoire intitulée :

Senon-Amel (Meuse) : contribution d’une agglomération bipolaire à l’histoire du fait urbain dans le nord-est de la Gaule, du second âge du Fer au haut Moyen Âge.

(École doctorale SLTC, laboratoire HISCANT-MA)

Soutenance en visio-conférence (lien à venir).

JURY

 
Directeur de these – HUBER – Sandrine – Université de Lille
CoDirecteur de these – NOUVEL – Pierre – Université de Bourgogne-Franche-Comté
Rapporteur – BARRAL – Philippe – Université de Bourgogne-Franche-Comté
Rapporteur – MONTEIL – Martial – Université de Nantes
Examinateur – BOISSAVIT-CAMUS – Brigitte – Université de Paris Nanterre
Examinateur – DABAS – Michel – Archéologie & Philologie d’Orient et d’Occident (AOrOc) UMR 8546 CNRS-ENS-EPHE (PSL)
Examinateur – VIPARD – Pascal – Université de Lorraine
 

RÉSUMÉ DE LA THÈSE

Depuis une quinzaine d’années, l’agglomération antique de Senon-Amel fait l’objet de nouvelles recherches pluridisciplinaires associant des techniques d’investigation non destructives (prospections pédestres, aériennes, géophysiques, LiDAR) et des opérations de fouilles (préventives et programmées). Ces nouvelles données montrent que le site se développe sous la forme de deux pôles de vestiges à caractère urbain, distants de 1,5 km et occupés simultanément pendant la majeure partie de l’Antiquité romaine, du milieu du Ier siècle apr. J.-C. au milieu du IVe siècle apr. J.-C. au moins.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’évocation architecturale de l’abbaye Saint-Vanne : regards croisés entre archéologues et architecte perspectiviste 3D (vidéo)

L’évocation architecturale de l’abbaye Saint-Vanne : regards croisés entre archéologues et architecte perspectiviste 3D (vidéo)

Captation vidéo de l’intervention de Valérie Serdon-Provost et Isabelle Mangeot au colloque Sciences Ouvertes 2020 : Prendre soin de ses données et les valoriser (Université de Lorraine, 8 octobre 2020)

Captation vidéo : L’abbaye Saint-Vanne : acquisition des données et évocation 3D

 

 

La modélisation 3D de l’abbaye Saint-Vanne de Verdun, aujourd’hui disparue, fait suite à un projet collectif de recherche mené par Valérie Serdon depuis 2011, associant étudiants et chercheurs français et étrangers.  Elle permet de rendre lisible l’avancement des recherches sur le terrain et de donner des clés de compréhension du passé de ce monastère lorrain, qui a connu un rayonnement international au Moyen Âge et à l’Époque moderne. Les restitutions proposées s’appuient sur la collecte de données archéologiques réalisée in situpendant plusieurs années (prospection géophysique, fouille et relevé du bâti), le traitement long et minutieux de ces informations issues du terrain et l’étude de fonds documentaires iconographiques et textuels, de toutes périodes. Le projet s’inscrit dans une perspective nouvelle visant à restituer les volumes disparus, modifiant profondément les habitudes de travail des archéologues et des historiens d’art ; la réalité virtuelle constitue, en effet, à la fois le vecteur d’un questionnement scientifique renouvelé, un puissant outil de mise en valeur du patrimoine culturel — par les nouvelles technologies — et un formidable vecteur de diffusion des connaissances auprès des spécialistes et du grand public. Les restitutions proposées ont nécessité une collaboration étroite avec un architecte et permettent d’approfondir l’analyse des données de terrain (forme des bâtiments, matériaux et techniques de construction), et d’être plus précis dans les hypothèses de restitutions. Il s’agira d’exposer, dans cette courte présentation, la nature spécifiques des données récoltées, les moyens particuliers de les traiter et enfin les outils de réflexion et de valorisation pour les rendre intelligibles.

https://videos.univ-lorraine.fr/index.php?act=view&id_col=688

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’abbaye bénédictine de Saint-Vanne : reconstitution archéologique

L’abbaye bénédictine Saint-Vanne de Verdun: restitution archéologique

Une exposition du 04 novembre 2019 au 19 décembre 2019 à la Bibliothèque universitaire de lettres, sciences humaines et sociales de Nancy (46 avenue de la Libération, Nancy).

La réalité virtuelle et la mise en valeur du patrimoine culturel par les nouvelles technologies deviennent des préoccupations majeures de l’archéologie. Cette exposition, relative à la modélisation 3D de l’abbaye Saint-Vanne de Verdun, fait suite à un projet collectif de recherche mené par Valérie Serdon depuis 2012. Elle permet de rendre lisible l’avancement des recherches sur le terrain et de donner des clés de compréhension du passé de ce monastère, aujourd’hui quasiment disparu, qui a connu un rayonnement international durant le Moyen Âge et l’Époque moderne.
Les restitutions proposées s’appuient sur les découvertes archéologiques réalisées in situ pendant plusieurs années, le traitement long et minutieux des données recueillies ainsi que sur l’étude de documents iconographiques (plans, gravures, photographies anciennes) et textuels, de toutes périodes, conservés dans différents fonds, notamment le Services Historique de la Défense à Vincennes ou à la Bibliothèque d’Étude de Verdun.
L’usage de la 3D a modifié profondément les habitudes de travail, à la fois des archéologues et des historiens d’art, et la façon de considérer les vestiges de terrain. Les restitutions proposées ont nécessité une collaboration étroite avec un architecte et permettent, ici, d’aller plus loin dans l’analyse de la morphologie des bâtiments et d’être plus précis dans les hypothèses de restitutions. Elles constituent également un formidable vecteur de diffusion des connaissances auprès des spécialistes, mais aussi un outil de médiation scientifique.

Commissariat d’exposition :
Valérie Serdon-Provost, MCF Histoire et archéologie médiévales, Université de Lorraine
Isabelle Mangeot, archéologue et ingénieur projet, Université de Lorraine

Restitution 3D :
Nicolas Mangeot, architecte perspectiviste, diplômé de l’École Nationale d’Architecture de Nancy, auto-entrepeneur

Retrouvez sur cette page tous les panneaux de l’exposition, à visualiser et télécharger en cliquant sur le titre des vignettes.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque ArCoGE : Archéologie de la construction en Grand Est

Dans le but d’améliorer la synergie entre les chercheurs mais aussi les professionnels du patrimoine bâti, nous souhaitons mettre en place une journée d’étude consacrée à l’actualité de l’archéologie de la construction au Moyen Âge en région Grand-Est. Nous avons choisi à dessein le mot “construction” plutôt que “bâti”, car il nous semble revêtir une palette plus large de thématiques tournant autour de l’économie du chantier, des matériaux et leur mise en œuvre. Le point sera fait sur les dernières découvertes de chacun dans ce domaine dans la région, en traitant aussi bien de méthodologie, que d’un bâtiment en particulier, d’un ensemble de sites, d’une technique, ou des matériaux.

Lieu : Université de Lorraine, Maison des Sciences de l’Homme, 91 avenue de la Libération, salle internationale, Nancy

Dates : 26-27 septembre 2019

Inscription et programme : http://hiscant.univ-lorraine.fr/…/files/doc…/arcoge_prog.pdf

Conférence : un peu de sel avec votre sanglier ? (Marsal, 16 juin)

Dans le cadre des Journées nationales de l’archéologie, Isabelle Mangeot animera une conférence à Marsal sur l’apport de l’archéologie à la cuisine des Gaulois, avec la participation de Delphine Méral.

Lieu : salle des fêtes de Marsal

Date et heure : dimanche 16 juin, 15h00.

 

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Soutenance d’HDR : Paul Perdrizet archéologue des religions et industriel (22 mars)

Samuel Provost soutiendra son habilitation à diriger des recherches le 22 mars 2019, à Strasbourg (14h00, Palais universitaire, salle 127), avec un dossier intitulé « Paul Perdrizet archéologue des religions et industriel ».

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

conference de luc bourgeois – 21 mars 2019 – campus lshs – nancy

 Lors de cette deuxième conférence du cycle ARTIFEX de l’année 2018-2019, nous aurons le plaisir d’écouter M. Luc Bourgeois, professeur d’archéologie médiévale à l’université de Caen-Normandie (centre Michel de Boüard – CRAHAM), qui évoquera la question du jeu et de son évolution dans la société de l’Occident médiéval. La conférence aura lieu le jeudi 21 mars 2019 à 18h sur le campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy (salle A104).

Conférence de Michel pastoureau – 7 mars 2019 – campus lshs – nancy

Dans le cadre d’une nouvelle programmation 2018-2019 du cycle de conférences ARTIFEX. Les rencontres en histoire de l’art médiéval de l’Université de Lorraine organisé par Valérie Serdon et Frédéric Tixier, nous aurons le plaisir d’écouter M. Michel Pastoureau, directeur d’études émérite à l’EPHE qui viendra évoquer la question de l’animal au Moyen âge le jeudi 7 mars à 18h (Campus LSHS de Nancy, 23 boulevard Albert Ier, amphi A042). Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Colloque international Pierre à Pierre II

Économie de la pierre dans la vallée de Meuse et dans les régions limitrophes (Ier s. av. J.-C. – XVIIIe s.)

6-7-8 décembre 2018 – Université de Namur / Dinant

télécharger le programme
Ce colloque fait suite à celui organisé en novembre 2015 à Nancy.

Il élargit davantage le champ d’investigation sur la pierre et démontre la vitalité de la recherche dans ce domaine.

Colloque : Paul Perdrizet, savant européen et industriel lorrain (1870-1938)

Le 80e anniversaire du décès de Paul Perdrizet est l’occasion de revenir sur la mémoire et l’œuvre du savant nancéien, alors que se terminent plusieurs programmes de recherche autour de ses archives : les bases de données en ligne des Archives Perdrizet, des Archives de l’Institut d’archéologie classique, ou encore la publication de l’ouvrage Nancy-Paris 1871-1939, à propos de sa contribution aux bibliothèques d’histoire de l’art et d’archéologie.

Archéologue et épigraphiste, actif aussi bien en Grèce et Macédoine, qu’en Syrie, en Égypte et à Chypre, médiéviste spécialiste de l’iconographie de la Vierge et du calendrier des saints à la fin du Moyen Âge, Paul Perdrizet étonne par la diversité de ses champs de recherche. Mais il était aussi actif dans d’autres domaines tels que l’éducation populaire et l’industrie. Le colloque visera ainsi à éclairer tous ces aspects de sa personnalité.

Le colloque est organisé par les Archives Poincaré (UMR 7117) et le CRULH (EA 3945), respectivement représentés par Samuel Provost et Frédéric Tixier. Il est placé sous le haut patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et bénéficie du soutien de l’École française d’Athènes et de la Région Grand Est, se tiendra du 7 au 9 novembre 2018, dans la salle d’honneur des universités, 11 place Carnot.

Contact et inscription : http://perdrizet.sciencesconf.org

Programme du colloque

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus