Archives de catégorie : Archéologie à l’UL

Archéologie à l’Université Lorraine

Colloque international Pierre à Pierre II

Économie de la pierre dans la vallée de Meuse et dans les régions limitrophes (Ier s. av. J.-C. – XVIIIe s.)

6-7-8 décembre 2018 – Université de Namur / Dinant

télécharger le programme
Ce colloque fait suite à celui organisé en novembre 2015 à Nancy.

Il élargit davantage le champ d’investigation sur la pierre et démontre la vitalité de la recherche dans ce domaine.

Colloque : Paul Perdrizet, savant européen et industriel lorrain (1870-1938)

Le 80e anniversaire du décès de Paul Perdrizet est l’occasion de revenir sur la mémoire et l’œuvre du savant nancéien, alors que se terminent plusieurs programmes de recherche autour de ses archives : les bases de données en ligne des Archives Perdrizet, des Archives de l’Institut d’archéologie classique, ou encore la publication de l’ouvrage Nancy-Paris 1871-1939, à propos de sa contribution aux bibliothèques d’histoire de l’art et d’archéologie.

Archéologue et épigraphiste, actif aussi bien en Grèce et Macédoine, qu’en Syrie, en Égypte et à Chypre, médiéviste spécialiste de l’iconographie de la Vierge et du calendrier des saints à la fin du Moyen Âge, Paul Perdrizet étonne par la diversité de ses champs de recherche. Mais il était aussi actif dans d’autres domaines tels que l’éducation populaire et l’industrie. Le colloque visera ainsi à éclairer tous ces aspects de sa personnalité.

Le colloque est organisé par les Archives Poincaré (UMR 7117) et le CRULH (EA 3945), respectivement représentés par Samuel Provost et Frédéric Tixier. Il est placé sous le haut patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et bénéficie du soutien de l’École française d’Athènes et de la Région Grand Est, se tiendra du 7 au 9 novembre 2018, dans la salle d’honneur des universités, 11 place Carnot.

Contact et inscription : http://perdrizet.sciencesconf.org

Programme du colloque

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : Nancy-Paris 1871-1939, des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie

Vient de paraître aux éditions des Cendres, à la suite de la carte blanche accordée en 2016 par l’INHA au département d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université de Lorraine (Nancy), un ouvrage collectif, dirigé par Daniela Gallo et Samuel Provost, sur la création concomitante dans les années 1900, de la bibliothèque de l’Institut d’archéologie classique de Nancy et de la bibliothèque Doucet à Paris. 

Quatrième de couverture :

Comment faire face à Strasbourg, qui s’impose comme la vitrine de la science allemande depuis son annexion à l’Empire germanique après 1870 ? Comment obtenir la reconnaissance à l’Université de disciplines telles que l’histoire de l’art et l’archéologie dans la France du tournant du XIXe siècle ? Et comment constituer rapidement une bibliothèque d’excellence dans ces matières ? Telles sont les questions débattues dans cet ouvrage, dont le personnage principal est l’archéologue classique et historien de l’art médiéval Paul Perdrizet (1870-1938), le fondateur de l’Institut d’archéologie classique de la faculté des Lettres de Nancy et l’un des interlocuteurs de René-Jean dans la constitution de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet à Paris.

L’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : La pierre dans l’Antiquité et au Moyen Âge en Lorraine

En partant du constat de la richesse sous-exploitée du patrimoine lapidaire et bâti lorrain, cet ouvrage collectif établit un premier bilan sur l’économie de la pierre en Lorraine pour les périodes gallo-romaines et médiévales. Il présente les résultats d’un projet collectif de recherche (PCR) qui a vu le jour en 2008 et livre des données inédites concernant les modes d’extraction, de transport ou de mise en œuvre du calcaire et du grès. Il fédère des chercheurs de l’Université de Lorraine, de l’Inrap, du CNRS et de différentes institutions ou associations autour d’une quarantaine de sites étudiés dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive ou programmée, en privilégiant la diversité géographique, géologique et chronologique.

La variété de ces monographies permet d’aborder de façon synthétique les problématiques liées aussi bien aux modes de production des petites carrières circonstanciées locales et des grands centres d’extraction régionaux, qu’aux choix des matériaux pour la réalisation de stèles funéraires du IIe siècle ou de grands donjons seigneuriaux du Moyen Âge central, ou qu’aux réseaux de diffusion et de transport de la pierre. La grande majorité des résultats présentés ici sont inédits, les sites retenus ayant été étudiés sous des angles encore novateurs en Lorraine.

Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine
Support Livre broché
 686 p. Bibliographie .
ISBN-10 2814305069
ISBN-13 9782814305069
25€

Publication : Quand naissent les dieux

Quand naissent les dieux
Fondation des sanctuaires antiques : motivations, agents, lieux

sous la direction de Sandrine Agusta-Boularot, Sandrine Huber et William Van Andringa

Parution : janvier 2018
Coédition EFA / EFR
© École française d’Athènes – ISBN 978-2-86958-287-3
© École française de Rome – ISBN 978-2-7283-1266-5

Quelles étaient les circonstances et motivations de la fondation des lieux de culte antiques ? Qu’est ce qui présidait au choix des dieux ? Quels étaient les agents et les processus d’exécution de la genèse des temples ? Quels étaient les critères qui prévalaient dans le choix des sites sacrés ou les modalités d’installation d’un temple sur des structures existantes ? L’enquête proposée dans cet ouvrage sur la naissance des dieux dans l’Antiquité méditerranéenne, à forte tonalité archéologique et présentant des dossiers inédits pour une grande part, permet de proposer un bilan collectif sur les multiples implications de la formation des lieux de culte dans l’Antiquité, en partant de la documentation fournie par les sanctuaires compris non pas seulement comme des lieux de culte, mais également comme des lieux de cristallisation de la mémoire collective des sociétés antiques. Un tel sujet, exploré dans le cadre d’un colloque organisé à Rome en 2015, se prêtait particulièrement bien au programme de recherches commun des Écoles françaises d’Athènes et de Rome qui proposait de réfléchir sur les lieux de culte. En partant des fouilles et études menées par les deux Écoles depuis le XIXe siècle, l’objectif annoncé de ce programme est avant tout de faire dialoguer l’Est et l’Ouest méditerranéen, souvent séparés par les cloisonnements disciplinaires de l’histoire et l’archéologie grecque et romaine, voire provinciale.

Source : https://www.efa.gr/index.php/fr/publications/dernieres-publications/coeditions/quand-naissent-les-dieux

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Exposition : Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques

L’université de Lorraine propose à ses étudiants de master en Archéologie une manifestation en trois volets : journée d’étude, exposition et publication, qui leur permet d’appréhender de manière originale le monde de la recherche et de la gestion muséale en participant à la mise en œuvre des trois étapes.

Pour la présentation du projet et du premier volet (journée d’étude), voir : https://arula.hypotheses.org/1753

Le musée archéologique de l’UL (MAUL) accueille pour une durée d’un an, du 17 février 2018 au 15 janvier 2019, l’exposition qui constitue le deuxième volet du projet.  Le prêt de trois autels romains au MAUL par le Musée Lorrain a été l’occasion de  s’interroger sur la façon dont ces objets, instruments fondamentaux de la communication entre les hommes et les dieux, fonctionnaient concrètement lors des sacrifices. Cette exposition a été préparée par les étudiants sous la conduite de Sandrine Huber et Pascal Vipard, en collaboration avec le Palais des ducs de Lorraine – Musée Lorrain.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Conférence : La polychromie de l’Aurige de Delphes. Nouvelles données de l’étude en cours


Pour célébrer le retour des quelques moulages d’antiques rescapés du bombardement, le 31 octobre 1918, du musée archéologique de la Faculté des lettres de Nancy, il est vite apparu évident qu’il fallait allier l’histoire et l’actualité de la recherche autour du moulage d’une statue grecque emblématique : l’Aurige de Delphes, dont un moulage accueille désormais les visiteurs du musée archéologique de l’UL sur le campus Lettres et Sciences humaines .

La polychromie de l’Aurige de Delphes : nouvelles données de l’étude en cours

par Sophie Descamps (musée du Louvre) et Benoît Mille (Centre de recherche et de restauration des Musées de France – C2RMF)

Résumé de la conférence

Les grands bronzes antiques sont rares, alors qu’ils se comptaient par milliers, et plus rares encore ceux qui, comme l’Aurige de Delphes, bénéficient d’une datation, d’une localisation et de l’identité d’un commanditaire. Une convention a été signée entre l’Éphorie des Antiquités de Phocide, l’École française d’Athènes et le musée du Louvre, afin de reprendre et de compléter l’étude de la statue et des fragments qui lui sont associés. Les premiers résultats, obtenus lors d’une mission préliminaire, sont très prometteurs. Ils permettent de poser les bases d’un nouveau projet de recherche, combinant des techniques avancées de contrôle non destructif et des analyses sur prélèvements. Ce projet a pour but de préciser les procédés de fabrication du groupe, de montrer que cet ex-voto a constitué un support privilégié pour de nombreuses innovations techniques, et d’appréhender la polychromie originelle de l’un des jalons majeurs de la sculpture grecque de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

100 ans après : retour des moulages d’antiques du musée archéologique de l’université de Lorraine

2018 correspond à la fois au centenaire de la destruction, lors du bombardement de Nancy le 31 octobre 1918, du musée originel dont le musée archéologique de l’université de Lorraine est le descendant et au retour des moulages d’antiques rescapés de cet événement.

Bref historique

Ces moulages qui avaient survécu au bombardement ont été hébergés, en 1920, sous forme de prêt sur inventaire de l’Université à la Ville de Nancy représentée par son École des Beaux-Arts, et sont ensuite tombés dans l’oubli. En 2017, des statues en plâtre ont été retrouvées dans les collections de moulages de l’École nationale supérieure d’art et de design (ENSAD) de Nancy (ex-École des Beaux-Arts). La comparaison des archives respectives de l’ENSAD et de l’UL a permis d’identifier vingt pièces qui appartiennent à l’UL. Ces moulages concernent des statues, la plupart fragmentaires, ainsi que des reliefs, dont la hauteur oscille entre 77 cm et 3,28 m. L’état fragmentaire correspond pour certaines œuvres à l’état de la statue originale au moment de sa découverte, pour d’autres œuvres aux aléas de leur histoire depuis le bombardement en 1918.

Restauration des moulages

Les vingt œuvres ont été restaurées sous la forme d’un atelier pédagogique de restauration à l’automne 2017, sous la direction de Florence Godinot, restauratrice de sculpture agréée des Monuments historiques ; cet atelier a permis à une dizaine d’étudiants en licence et master Histoire de l’art et Archéologie de s’initier à la restauration des objets en plâtre.

Exposition des moulages sur le CLSH

Les statues ont été installées en février 2018 sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy, en divers endroits, publics et protégés. Ainsi le musée archéologique sort désormais de ses murs à la rencontre de ses publics. Les usagers du CLSH et les visiteurs peuvent ainsi côtoyer par exemple, à la BU Lettres, la Vénus de Milo, une Cariatide de l’Érechteion sur l’Acropole d’Athènes, des statues de jeunes hommes et femmes, etc. Une statue colossale du dieu Apollon (haut. 3,28 m), dont l’original se dressait sur l’un des frontons du temple de Zeus à Olympie, sert de gardien au vaste hall du bâtiment J. Quant au dieu du vin Dionysos (l’original se trouve au British Museum à Londres), sa copie de plâtre accueille, allongée et appuyée sur un coude, les visiteurs au pied d’un escalier du bâtiment A (l’original, sur le fronton oriental du Parthénon au sommet de l’Acropole d’Athènes, surplombait le fidèle venu honorer Athéna à une hauteur de 15,50 m). Une déesse ailée (les ailes sont perdues) tient compagnie aux étudiants à la Maison des étudiants. Les lecteurs de la BUFR Histoire-Histoire de l’art-Archéologie-Géographie peuvent, quant à eux, admirer un relief représentant la naissance de Vénus. Enfin, une statue de la déesse Déméter accueille, à leur sortie de l’ascenseur au 3e étage du bâtiment au 91 avenue de la Libération, les visiteurs de la Maison des sciences de l’homme, de plusieurs laboratoires de recherche et des Écoles doctorales en Sciences humaines et sociales. Le musée archéologique n’est pas en reste, accueillant trois belles pièces, parmi lesquelles le célèbre Aurige de Delphes (statue d’un conducteur de char dont l’original, en bronze, faisait partie d’un groupe sculpté offert en ex-voto au dieu Apollon à l’issue d’une victoire à la course de quadriges), ainsi qu’une tête de cheval provenant du même fronton du Parthénon que le Dionysos cité plus haut.

Patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’UL

Exposer ces sculptures de plâtre en divers endroits du campus Lettres et Sciences humaines s’est imposé instantanément lors de leur redécouverte. Cela participe de la politique de réhabilitation du musée archéologique de l’Université de Lorraine qui se veut au cœur des formations développées sur ce campus, mais pas seulement. Le musée est conçu comme un outil pédagogique, scientifique et de promotion du CLSH et de l’université de Lorraine. Il s’agit d’une plateforme pédagogique transversale, qui permet d’associer l’enseignement des sciences humaines et sociales à celui des sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Nous voulons que les étudiants deviennent acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : la gestion muséale, la conservation préventive-restauration, la muséographie-scénographie, la médiation culturelle et les autres métiers du patrimoine en rapport avec les musées. Que la majorité des disciplines convoquées sur le campus (Histoire de l’art et Archéologie, Histoire, Géographie, Information-Communication, Sociologie, Sciences de l’éducation, Sciences du langage, Philosophie, Études culturelles, Langues, Culture et Tourisme, etc.) puissent exploiter cet échantillon patrimonial à deux niveaux : patrimoine antique universel / patrimoine historique et artistique de l’Université de Lorraine, puisque ces moulages relèvent de l’histoire de la pédagogie dans notre université.

Pour en savoir plus sur les pérégrinations des moulages d’antiques de l’UL :  Samuel Provost, « L’Institut d’archéologie classique de la faculté des lettres de Nancy (1887-1945) », dans Daniela Gallo, Samuel Provost (dir.), Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques au service de l’enseignement universitaire de l’histoire de l’art et de l’archéologie, Paris, Éditions des Cendres, 2018 (sous presse).

EnregistrerEnregistrer

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Appel à communications : Colloque Paul Perdrizet (Nancy, 7-9 novembre 2018)

Appel à communication : « colloque Paul Perdrizet » (Nancy, 7-9 novembre 2018)

Les travaux de l’archéologue et historien de l’art Paul Perdrizet (Montbéliard, 1870 – Nancy, 1938) restent des références importantes dans des domaines aussi variés que l’épigraphie grecque (Perdrizet et Lefebvre 1919), les terres cuites de l’Égypte gréco-romaine (Perdrizet 1921) ou encore l’iconographie de la Vierge (Perdrizet 1908) et le culte des saints à la fin du Moyen Âge (Perdrizet 1933), pour ne prendre en exemple que quelques-unes de ses études toujours citées par la recherche contemporaine. Pourtant, cette personnalité riche et complexe n’a pratiquement pas fait l’objet de travaux d’historiographie, hormis quelques contributions ponctuelles sur certaines de ses missions les plus fécondes, comme celle de Chypre en 1896 (Masson 1993). Significativement, le colloque intitulé « Paul Perdrizet », tenu à Strasbourg en 1991, concernait en réalité le centenaire des fouilles de Delphes et l’œuvre de l’archéologue y fut à peine mentionnée. La longue nécrologie que lui consacra Charles Picard, dans l’hommage rendu par l’Académie des inscriptions et belles-lettres en juin 1938, resta donc la source unique des quelques notices biographiques qui ont par la suite été consacrées au savant nancéien (Provost 2015).

La redécouverte en 2012 des archives de Paul Perdrizet que les héritiers de sa veuve, Lucile Gallé-Perdrizet, avaient généreusement confiées à l’université de Nancy en 1981, a été suivie d’un programme d’inventaire et de mise en valeur. Un premier volet s’est traduit en 2016 par la mise en ligne d’une base de données (Archives Perdrizet). Ces travaux préliminaires ont révélé la richesse du fonds Perdrizet aussi bien pour ses activités scientifiques que pédagogiques. Ils ont aussi entraîné la découverte de nouvelles archives familiales éclairant des aspects méconnus de sa personnalité, en particulier sa carrière parallèle d’homme d’affaires et de directeur des Établissements Gallé, la célèbre cristallerie d’art nancéienne, à partir de 1914.

Continuer la lecture de Appel à communications : Colloque Paul Perdrizet (Nancy, 7-9 novembre 2018)

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque : Histoire et patrimoine textile du Grand Est (Antiquité – XXIe siècle)

Chaque année, le Comité d’Histoire Régionale, service de la Région Grand Est organise un colloque dont la thématique est traitée de façon diachronique, en favorisant le dialogue entre les disciplines des sciences humaines et sociales.
Au programme de l’édition 2017, l’histoire et le patrimoine textile dans le Grand Est de l’Antiquité à nos jours. Les 20 communications exploreront différentes facettes de l’histoire de cette activité économique et des usages qui lui sont liés : production, commerce, organisation sociale et urbaine induites, pratiques vestimentaires, mise en valeur de ce patrimoine industriel seront autant de facettes explorées lors de ces journées.
La première session qui se déroulera le jeudi 30 novembre après-midi sera consacrée aux pratiques textiles révélées par l’archéologie. Trois communications aborderont les apports de l’archéologie à la connaissance du textile dans le Grand Est entre l’Âge du Fer à la fin du haut Empire, en mobilisant les résultats de fouilles récentes et l’étude renouvelée de collections anciennes.

Ecomusée textile de Husseren-Wesserling (68)

Jeudi 30 novembre  – 14h-17h30
Vendredi 1er décembre – 9h15-17h30
Samedi 2 décembre – 9h15-17h30

Entrée gratuite | Inscription recommandée :
chr@grandest.fr / 03 87 31 81 45

Programme du colloque

En savoir plus

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale
Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Appel à communication. Colloque « Pierre à pierre » II

La première édition de ces rencontres consacrées à l’économie de la pierre aux périodes historiques, qui s’est tenue à Nancy en 2015, a permis de rappeler la vitalité des recherches menées autour de ce thème, en insistant sur les travaux récents réalisés en Lorraine. Ces rencontres ont également permis de conclure à la nécessité de voir les débats se prolonger au fil d’un cycle de rencontres internationales consacrées à l’économie de la pierre et organisées tous les trois ans. Le deuxième colloque de ce cycle se tiendra à Namur et à Dinant en décembre 2018. Il sera co-organisé par l’Université de Namur, par l’Université de Lorraine, par l’Université catholique de Louvain, par l’Université libre de Bruxelles, par l’INRAP et par la Maison du Patrimoine médiéval mosan.
Ce colloque permettra de centrer les réflexions sur la vallée mosane, célèbre pour ses ressources lithiques, et dont les tronçons de la Meuse moyenne comme de la basse Meuse constituent depuis l’Antiquité l’une des artères économiques majeures dans cette région d’Europe ; il visera également à élargir les questionnements aux régions limitrophes, telles que le Brabant, le Hainaut, les Ardennes, la Lorraine, la Rhénanie-Palatinat, la région d’Utrecht et du Gelderland, etc.
Afin de perpétuer l’approche largement diachronique privilégiée à Nancy en 2015, la période
couverte est à nouveau très vaste, puisqu’elle s’étend du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au XVIIIe siècle.
Dans le prolongement des débats de 2015, également, le colloque « Pierre à Pierre II » souhaite privilégier trois grands axes thématiques.

LA GEOGRAPHIE DE LA PIERRE (axe 1), tout d’abord, prendra en compte à la fois les lieux d’extraction et les aires chrono-culturelles de diffusion des matériaux. On s’intéressera ainsi particulièrement aux carrières mosanes afin de faire progresser la cartographie diachronique de l’activité extractive mais aussi, au gré des possibilités offertes par les vestiges d’extraction traditionnelle et des sources écrites disponibles, aux modalités d’exploitation des gisements. Les considérations sur le travail en carrière seront également l’occasion de faire progresser les débats relatifs aux interactions entre la logistique du chantier, l’organisation de l’atelier et le travail en carrière, qu’il s’agisse de techniques d’extraction ou du façonnage des blocs.

LA PIERRE SUR LE CHANTIER DE CONSTRUCTION (axe 2), ensuite, recèle de multiples problématiques. Les stratégies d’approvisionnement des chantiers de construction pourront par exemple être envisagées à l’aune des recherches archéologiques comme des études historiques récentes. Ces travaux permettront d’alimenter les débats sur les aires de diffusion des matériaux comme de mettre en évidence l’évolution des techniques de construction, voire des styles, influant sur l’approvisionnement du chantier. A contrario, la rationalisation probable du travail d’exploitation des carrières à la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes est susceptible d’avoir influé sur l’organisation de la construction.
Les techniques de taille et de mise en œuvre pourront par ailleurs être abordées sous de nombreux autres aspects, aussi bien techniques (évolution de l’outillage, des techniques de taille, propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, etc.) que logistiques (le phénomène du remploi, la rationalisation et la standardisation sur le chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, etc.). Le croisement des différentes sources doit également mener, si
possible à une lecture anthropologique du chantier de construction, afin de révéler de manière plus
concrète les hommes qui se cachent derrière les phénomènes techniques et économiques analysés.
Ce colloque réservera par ailleurs un intérêt particulier aux interactions entre la pierre et les autres matériaux de construction. La manière dont la brique s’impose progressivement sur le chantier de construction des Temps modernes et les enjeux liés à la cohabitation de la brique et de la pierre dans l’architecture sont par exemple des questions qui méritent d’être envisagées dans le cadre de ce colloque. Dans le même ordre d’idées, la pétrification de la construction en pan-de-bois aux Temps modernes gagnera également à être interrogée sous l’angle de l’économie de la pierre de taille.

Enfin, afin de faire honneur aux pierres de Meuse, mais également de mettre en évidence un thème de recherche peu traité lors du colloque précédent de cycle, les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur LA PIERRE EN TANT QUE MOBILIER OU ELEMENT DECORATIF (axe 3). En effet, elle permet de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.
Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 min et les posters seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.
Langues du colloque: français et anglais

Stone by stone_call for papers Pierre à Pierre II_appel à comm

Proposition de communication : avant le 15 février 2018

Colloque : 6-7-8 décembre 2018

Envoi des textes pour la publication : avant le 1er avril 2019 Publication des Actes : 2020
Lieu : Université de Namur (6-7/12) ; Dinant (8/12)

Comité d’organisation : Fr. Blary, K. Boulanger, M. Macaux, C. Moulis, M. Piavaux, C.-M. Vandermensbrugghe, L. Verslype.

Contact : Mathilde MACAUX – AcanthuM- UNamur, 61 rue de Bruxelles, 5000 Namur 00.32.81.724187 – mathilde.macaux@unamur.be