Archives de catégorie : Colloques et tables-rondes

Colloques de l’Université Lorraine et communications extérieures des chercheurs de l’UL

Appel à communication : colloque international « Vies d’objets, souvenirs de guerres » (8-10 octobre 2014)

Le Centre de Recherche sur les Médiations (CREM), EA 3476 de l’Université de Lorraine organise un colloque interdisciplinaire et international sur le thème « Vie d’objets, souvenirs de guerre » du 8 au 10 octobre 2014, à l’UFR SHS-Metz de l’Université de Lorraine et au musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte.

Extrait de l’appel à communication :

Les objets du passé : une question d’actualité
Dans l’hebdomadaire Paris Match (Caroline Fontaine, 7-13/11/13), un article titré « 1914-1918. On a retrouvé le soldat Leguay » raconte l’histoire d’un soldat mort en 1915, dont le corps n’avait jamais été retrouvé. C’est en 2012 que quelques ossements, un casque, deux médailles pieuses et une plaque d’identification sont découverts par l’anthropologue Michel Signoli. Outre leur intérêt scientifique, ces trouvailles permirent d’attester du décès d’un homme dont l’État avait reconnu la réalité après l’Armistice, en 1919, mais sans qu’aucune preuve de celle-ci n’ait pu être fournie. Aujourd’hui, le sous- lieutenant Leguay est enterré à la nécropole de Minaucourt (Marne). Mais en sortant de l’oubli, ces objets, décrits comme étant des « reliques sacrées pour les descendants […] et des éléments d’identification pour l’armée », ont également clarifié les circonstances obscures d’une disparition. En effet, le casque du soldat Leguay porte les traces de la pluie d’obus dont il a probablement été victime.
D’une certaine façon, de tels objets qui racontent la fin de vie d’un homme racontent aussi celle de milliers d’autres. À la charnière entre un itinéraire privé et une histoire commune, ils attestent d’un conflit dont la violence perdure après sa fin, beaucoup des corps de ceux qui ont péri n’ayant pas été retrouvés. Objets apportant des preuves, ils sont aussi investis d’une charge affective puisque les descendants du soldat peuvent désormais compléter des pages blanches de l’histoire familiale. Enfin, parce qu’ils sont le fruit d’une découverte dont l’article de Paris Match dépeint, entre autres caractères, la dimension « religieuse », leur portée est aussi symbolique, le sens qui leur est attribué aujourd’hui transcendant la fonction qu’ils remplissaient hier. Ainsi la disparition et réapparition de ces objets en font-elles les relais d’une articulation particulière entre passé et présent.
C’est un questionnement de cet ordre qui est au centre du colloque interdisciplinaire et international « Vies d’objets, souvenirs de guerres ». Précisément, il s’agit de retracer des vies d’objets en les positionnant au sein d’un continuum où se succèdent des investissements politiques, symboliques, affectifs et/ou patrimoniaux. Ceci à partir du moment où un conflit, quels qu’en soient l’époque et le lieu, est investi d’une dimension mémorielle. Un objectif scientifique qui est en lien avec des préoccupations sociales, les objets étant non seulement au centre de plusieurs expositions à dimension historique (voir, par exemple : « 1917 », Centre Pompidou-Metz, 2012 : « Vies d’exil 1954-1962. Des Algériens en France pendant la guerre d’Algérie », Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 9 octobre 2012-19 mai 2013), mais au cœur de parcours muséaux dont celui du nouveau Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion (Gravelotte, Moselle).

Un questionnement à plusieurs entrées
Si des travaux envisagent la dimension sociale des objets selon une perspective qui, d’une part, est celle de la création et/ou de l’innovation et, d’autre part, fait référence aux traces collectives les constituant (Appadurai, dir., 1986 ; Bromberger, Chevallier, dirs, 1999), c’est à la « carrière » privée et/ou publique des objets que le colloque s’attachera. Il le fera en invitant des chercheurs de disciplines différentes à partager leurs points de vue et résultats, non seulement ceux qui, traditionnellement, s’intéressent aux objets (anthropologues, ethnologues, historiens et archéologues, chercheurs en sciences de l’information et de la communication, sociologues…), mais aussi à d’autres (chercheurs en littérature, en sciences de l’art, en sciences du langage…). Ceci pour renouveler les approches et mieux comprendre le rapport que les objets entretiennent au souvenir, au témoignage, à l’histoire et/ou à la médiation mémorielle en tenant compte, à l’instar des carrières professionnelles, des seuils, des étapes, des bifurcations…
Pour autant, si la dimension économique peut croiser ce projet, elle sera abordée comme l’une des manifestations par lesquelles un objet marque sa présence au monde. Il en sera de même des caractères culturels, politiques, esthétiques dont il est attendu qu’ils soient mis en résonance avec des vies d’objets… De ce point de vue, dans The Social Lifes of Things. Commodities in Cultural Perspectives (Appadurai, dir.,1986), il était déjà question de contester et dépasser le clivage ordinaire entre valeur d’usage et valeur d’échange pour montrer la complexité à l’œuvre dans la notion de valeur. Précisément, la valeur est ici autant d’usage que d’échange : elle s’attache à des objets dont les propriétés qui sont celles de leur utilisation en temps de guerre, se sont transfigurées au fur et à mesure de leurs usages/échanges ultérieurs. À l’instar du casque du soldat Leguay, les objets ayant appartenu à une personne connaissent une vie qui transcende la singularité du sujet pour viser le collectif tout en ne la négligeant pas. Si le casque découvert sur un champ de bataille traduit la violence des armes qui ont provoqué la mort de milliers d’hommes, l’interprétation résultant de l’analyse des impacts d’obus permet à la famille de savoir comment un aïeul est mort.
Au vu de ce cadrage, quatre axes de travail sont envisagés. L’un considère ces objets – notamment – à l’aune du modèle d’objet-frontière (Star, 1988 ; Star, Griesemer, 1989) qui permet de mettre en évidence les traits relatifs à la flexibilité interprétative, à la structure matérielle et organisationnelle, aux questions d’échelle et de granularité. Un autre consiste à explorer la dynamique et les processus à l’œuvre dans l’appropriation et les modes de circulation des objets dans le temps et dans l’espace ; un autre encore où les objets sont considérés comme des partenaires à part entière des interactions sociales. Enfin, les objets porteurs de mémoire ou d’histoire ont pour fonction de dire ce à quoi nous tenons. De ce point de vue, ne peut-on avancer qu’ils comptent doublement ? Ce qui est susceptible de faire débat, si ce n’est d’ouvrir des controverses.

La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 15 mars 2014
Voir le texte complet de l’appel à communication et les renseignements pratiques.

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Pour une archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen : pratiques et gestes cultuels à Chypre au premier millénaire avant J.-C.

fouille suédoise1

 

Une deuxième journée d’étude aura lieu, dans le cadre du programme mutualisé entre l’École française d’Athènes et l’École française de Rome « Des espaces et des rites : pour une archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen », à Aix-en-Provence, le 14 mars 2014, consacrée aux pratiques et gestes cultuels à Chypre au premier millénaire avant J.-C. (pour mémoire, la première journée d’étude, le 26 octobre 2013 à Lyon, portait sur les sacrifices et les hécatombes à Délos).

Vu l’extrême rareté des inscriptions comparables aux « lois sacrées » des cités grecques, l’essentiel de la documentation qui permet de comprendre les pratiques rituelles chypriotes, de l’époque des royaumes à la domination ptolémaïque, est de nature archéologique. La journée d’étude, organisée par le Centre Camille Jullian (Aix-en-Provence), l’École française d’Athènes, le Centre d’Études chypriotes (Paris) et l’université de Lorraine (EA 1132 – HISCANT-MA, Nancy), a pour but de mettre en valeur les aspects spécifiques des pratiques rituelles chypriotes, à partir de découvertes et de recherches récentes concernant principalement les sites d’Amathonte et de Kition, fouillés par des missions françaises, mais aussi la région de Marion (fouilles du Département des antiquités de Chypre) et le sanctuaire hellénistique de Kafizin.

La journée d’étude  se tiendra à la MMSH d’Aix-en-Provence. Les résultats de cette réunion seront publiés dans le volume 44, 2014, des Cahiers du Centre d’Études chypriotes.

 

Programme

09h 15  :  Accueil des participants

09h 30  :  Sandrine Huber (Université de Lorraine, HISCANT-MA), Introduction

Président de séance : Sandrine Huber

09h 50  :  Antoine Hermary (AMU/CCJ), Les pratiques rituelles chypriotes vues dans la littérature antique

10h 30  :  Eustathios Raptou (Département des antiquités de Chypre), Aménagements cultuels dans les sanctuaires de la région de   Paphos et de Marion. Recherches récentes

11h 10  :  Sabine Fourrier (MOM, Lyon, HiSoMA), Espaces et gestes cultuels dans les sanctuaires de Kition

11h 50  :  Armelle Gardeisen (UMR Montpellier-Lattes), Une nouvelle pratique cultuelle à Kition : l’offrande d’oiseau

Président de séance : William Van Andringa

14h 00  :   Thierry Petit (université Laval, Québec), Des galets au palais d’Amathonte

14h 40  :   Isabelle Tassignon (université de Namur) et Aurélie Carbillet (MOM, Lyon, HiSoMA/INRAP), Une amphore et des marmites, des dépôts rituels insolites sous les sols du palais d’Amathonte

15h 40  :  Sidonie Lejeune (université Paris Ouest), La vaisselle cultuelle du sanctuaire de Kafizin

16h 20  :  Sandrine Huber (université de Lorraine, HISCANT-MA) et William Van Andringa (université Lille 3, HALMA-IPEL), Conclusions

Programme de la journée d’étude : EFA-EFR_Journée étude chypriote

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Journée scientifique de l’EA 1132 – HISCANT-MA le samedi 30 novembre 2013

Image 24

 

Le laboratoire HISCANT-MA organise, avec le soutien de l’École doctorale Stanislas de l’université de Lorraine, une journée scientifique le 30 novembre 2013, de 9h 30 à 17 heures, au Campus Lettres et Sciences humaines, salle A 104.

Le thème retenu, “Marqueurs identitaires dans l’Antiquité et au Moyen Âge”, inscrit cette journée dans les thématiques “Patrimoines, identités, cultures” de l’UL, et du pôle scientifique TELL en particulier. Après une conférence inaugurale qui portera sur Les Rites et les gestes sacrificiels en Méditerranée antique, empreintes identitaires des sociétés et des individus, quelques doctorants de l’École doctorale Stanislas rattachés à l’EA 1132 – HISCANT-MA présenteront leurs travaux. Des travaux de l’équipe seront également présentés à cette occasion et la journée se terminera sur une visite du musée archéologique de l’université.

Programme

9h 30 : Accueil

10h 00 : Conférence inaugurale : Sandrine Huber – professeur d’archéologie classique, Rites et gestes sacrificiels en Méditerranée antique, empreintes identitaires des sociétés et des individus.

11h-13h00 : Exposés de travaux de doctorants et discussions

Dimitri Marcin – archéologie antique, Le port du diadème en Grèce ancienne, un témoignage social et culturel des classes dirigeantes.

Samantha Dub – archéologie antique, Caractéristiques du faciès matériel de la cité des Leuques à travers l’étude de la céramique antique de Grand (Vosges).

Ludovic Martinet – histoire romaine, La fin de l’autorité romaine en Gaule, le rôle des Romains.

Rachel Prouteau – histoire et archéologie du Moyen Âge, La céramique domestique du premier Moyen Âge (viexiie siècles) : l’exemple du sillon lorrain.

Frédéric Untereiner – histoire du Moyen Âge, Du pagus au comté, étude de l’évolution du peuplement dans le Barrois au Haut Moyen Âge.

13h-14h 30 : Buffet

14h-30-17h : Suite des exposés, présentation de travaux de l’équipe et visite du musée archéologique de l’université (CLSH).

 

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Pour une archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen : Sacrifices et hécatombes à Délos



Image 19Dans le cadre du programme mutualisé entre l’École française d’Athènes et l’École française de Rome « Des espaces et des rites : pour une archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen » aura lieu à Lyon, le 26 octobre 2013, une journée d’étude consacrée aux pratiques sacrificielles mises en œuvre dans l’île de Délos, au cœur du bassin égéen. 

L’École française d’Athènes et l’École française de Rome mettent en place un réseau de savoir-faire et de compétences pour que naisse une véritable discipline de l’archéologie du culte. L’objectif de la journée d’étude  – première manifestation du programme mutualisé – est de réunir des chercheurs travaillant sur divers dossiers sacrificiels à Délos, parmi lesquels les hécatombes, rite lourd de conséquence non seulement sur les habitudes cultuelles à Délos, mais aussi sur la vie des Déliens.

La manifestation est coordonnée par le laboratoire IRAA, en partenariat avec l’École française d’Athènes, l’École française de Rome, l’université Lyon Lumière 2, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et le laboratoire HISCANT-MA EA 1132 de l’université de Lorraine.

 

Programme

9h 30  :  Sandrine Huber, Université de Lorraine, HISCANT-MA : Introduction. Une étude de cas : les hécatombes déliennes

10h 15  :  Véronique Chankowski, Université Lumière Lyon 2, HiSoMA : Le financement des fêtes et de la boônia

11h 00  :  Roland Étienne, ancien directeur de l’École française d’Athènes : Du producteur au consommateur : la gestion des bêtes de sacrifice à Délos

11h 45   :  Cécile Durvye, Aix-Marseille Université : Les banquets à Délos : modalités pratiques

14h 00  :  Francis Prost, Université de Paris I, ArScAn : Autels héroïques à Délos

14h 45  :  Jean-Charles Moretti, CNRS, IRAA, Université Lumière Lyon 2, et  Philippe Fraisse, ENSAS : Forme et usage de l’autel d’Artémis

15h 15  :   Hélène Brun, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), IRAA : Autels et sacrifices dans les Sarapieia déliens

16h 00  :  Agnès Febvey, Université de Lorraine, et Jean-Jacques Malmary, IRAA : Le Pythion

16h 45  :  Bilan, discussion générale

 

Programme de la journée d’étude : Archéologie culte_EFA-EFR_Sacrifices à Délos

 

Sandrine Huber

Professeur d'archéologie classique (Orient gréco-romain) à l'Université de Lorraine

More Posts

Journée de rencontres et d’informations archéologiques de l’ADRAL à Verdun (13 octobre)

Logo ADRALA D R A L
JOURNEE DE RENCONTRES ET D’INFORMATIONS ARCHEOLOGIQUES A VERDUN
Dimanche 13 Octobre 2013 à VERDUN (55), Centre Mondial de la Paix, place Monseigneur Ginisty, accueil à partir de 8h 30

Liste des communications :

9h 15 Murielle LEROY Panorama de la recherche archéologique récente en Lorraine
9 h 45 Franck MOUROT Le site de Nasium , des études de terrain à la reconstitution virtuelle
10h 15 J-Claude SZTUKA Etat des connaissances sur le site gallo-romain de Senon et le complexe cultuel d’Amel
10h 45 Claude STOCKER Le gisement magdalénien des Dames de Meuse à St-Mihiel
11h 15 Valérie SERDON, Arnaud LEFEBVRE, Laurent VERMARD Les fouilles de St-Vanne

12h Repas au Centre de la Paix

14h Deborah SEBAG Vestiges du Haut-Empire à Tarquimpol
14h 30 Marc GRIETTE Nouvelles données sur le paléolithique moyen de la vallée de la Moselle en aval de Metz
15h Gael BRKOJEWITSCH Les fouilles gallo-romaines et médiévales de Laquenexy
15h 30 Francis PIERRE Prospections thématiques des mines-fonderies à St-Maurice-Bussang
16h Lonny BOURADA et Sebastien JEANDEMANGE Les fouilles de Pont-à-Mousson
16h 30 Lonny BOURADA Les fouilles de Nancy-Grand-Coeur

Bulletin de participation : Coupon réponse ADRAL

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée d’études : « les métiers d’art » (13 novembre, Université de Lorraine, site de Metz)

Une journée d’étude sur « LES METIERS D’ARTS » est organisée le 13 novembre 2012 sur le site de Metz de l’Université de Lorraine (Île du Saulcy, bâtiment D, salle D 116).

Au programme :

9h00 : Accueil des participants.

9h30 : J. DEMAROLLE (UDL) – Archéologie, épigraphie, iconographie quelques exemples d’artisanat d’art en Gaule romaine

10h00 : L. BAURAIN (UDL) – Les métiers de la céramique en Grèce ancienne : images d’ateliers et reconstitutions modernes

10h30 : pause

11h00 : Mickaël ZITO (Université de Bourgogne) – La dynastie des Marca. Stucateurs italiens en Franche-Comté au XVIIIème siècle.

11h30 : Catherine BOURDIEU (UDL) – La corporation des peintres, sculpteurs et doreurs à Metz, aux XVIIème et XVIIIème siècles.

Après-midi

14h00 : Rencontre avec des professionnels des métiers d’art en Lorraine

16h00 : Table-ronde

 

Organisation : Catherine BOURDIEU, UDL Metz, Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire.

Renseignements : Christelle CREUSAT, christelle.creusat@univ-lorraine, 03 87 54 84 69

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque “Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Age”

A Gérardmer (88) et Munster (68), les 30-31 août et 1er septembre 2012, le Pôle archéologique de l’Hiscant-MA organise en partenariat avec le Pôle Archéologique Inter-Rhénan, un colloque sur le thème “Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Age : anthropisation de la montagne, conquête des espaces et culture matérielle”.

 

En portant l’attention sur les Vosges cristallines durant  le grand Moyen Âge, les organisateurs ont pour souci d’une part de créer du lien entre les chercheurs œuvrant sur l’un et l’autre des versants pour appréhender les questions d’anthropisation du massif de façon globale, en dépassant les cadres territoriaux habituels et en s’inscrivant dans une perspective supra régionale qui pourrait, à terme, s’étendre à la Forêt Noire.

Leur ambition est aussi de prendre part au dialogue entre les équipes de recherche se vouant à l’étude de la présence et de l’activité de l’homme au cœur des écosystèmes des montagnes européennes, “terres inconnues”  difficiles à appréhender et de ce fait trop longtemps restés en marge des terrains d’investigation de l’archéologie.

Télécharger le programme

Pour tous renseignements, contacter : charles.kraemer@univ-lorraine.fr

Colloque « De Domremy… à Tokyo : Jeanne d’Arc et la Lorraine » (24-26 mai 2012)

 
A l’occasion de la commémoration du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc, un colloque universitaire international est organisé par l’Université de Lorraine, le conseil général des Vosges, le conseil général de la Meuse et la ville de Vaucouleurs sous la direction de Catherine GUYON (maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Lorraine, Cruhl Nancy-Metz) et de Magali DELAVENNE (directrice du centre d’interprétation de Domremy) les 24, 25 et 26 mai 2012 à Domremy et Vaucouleurs.
25 chercheurs français et étrangers reprendront, à partir des recherches récentes et avec des problématiques nouvelles, le dossier de la naissance, l’enfance et de la jeunesse de Jeanne d’Arc. Ce sera l’occasion de rappeler le contexte politique des marges lorraines au début du XVe siècle et de préciser les cadres géographiques et administratifs complexes de ce secteur mettant en contact royaume de France, duché de Lorraine et Barrois, en s’intéressant plus spécialement au concept de frontière. Les communications porteront sur la famille de Jeanne et ses jeunes années replacées dans leur environnement villageois quotidien (grâce aux apports des textes et de l’archéologie), mais aussi dans leur contexte religieux (les cadres paroissiaux et diocésains en particulier l’officialité, les « voix », le prophétisme, les modèles de sainteté) et social (présentation des villes de Vaucouleurs et de Neufchâteau, habitats de la petite noblesse lorraine au début du XVe siècle). Il sera aussi question du retentissement dans l’espace lorrain et des régions limitrophes de son épopée, des enquêtes menées à Domremy lors des procès, ainsi que de la fausse Jeanne d’Arc, Claude des Armoises, sur laquelle des éléments nouveaux ont été découverts. Les intervenants aborderont enfin les enjeux de cette commémoration et s’interrogeront sur l’image de Jeanne, figure majeure de l’histoire de France, à la fois, enjeu politique, emblème féminin, modèle d’enfance et sainte de l’Eglise. En effet, loin de s’arrêter aux frontières hexagonales, la figure de Jeanne d’Arc a rayonné dans le monde entier, comme  le révèle l’exemple du Japon où elle est très connue du grand public et a constitué une source d’inspiration pour artistes, acteurs de théâtre et écrivains.

Les communications se tiendront de 9 h 30 à 18 h les 24 et 26 mai à l’auditorium du Centre d’Interprétation de Domrémy et le 25 mai à la salle Lyautey de Vaucouleurs. Elles seront entrecoupées de visites guidées des sites johanniques de Domrémy (maison natale, église Saint-Remy,  basilique du Bois-Chenu, chapelle de Bermont) et de Vaucouleurs (fortifications et topographie historique de la ville, chapelle Notre-Dame des Voûtes, musée Jeanne d’Arc).

Présentation du colloque sur le site du CRUHL

Programme du colloque Domremy Tokyo

 

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus