Archives de catégorie : Archéologie à l’UL

Archéologie à l’Université Lorraine

Les carrières à l’honneur en avril

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’EA 1132 Hiscant-MA travaille sur deux carrières ce mois d’avril, dans le cadre du PCR « La pierre en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ».

 

Tout d’abord, un relevé topographique a été réalisé lundi 2 avril sur la carrière du Petit Septfond, sur la commune de Vaucouleurs (Meuse). Cette carrière a exploité un calcaire à Astrates de couleur ocre. Son front s’étend sur 350 mètres de long et atteint parfois plus de 7 mètres de hauteur. Toutefois, aucun front de taille n’est actuellement visible, l’ensemble est caché par une couche de végétation et par le recouvrement. L’arrêt de la carrière semble donc ancien. Elle ne figure pas sur les cartes géologique du BRGM, même à titre d’ancien site carrier. L’étude de ce relevé topographique permettra de comprendre la logique d’exploitation de cette pierre. Les volumes extraits sur le site paraissent importants, et n’ont pu uniquement servir à la construction de la maison forte de Gombervaux au milieu du XIVe siècle, située à 2000 mètres de là. La carrière est installée sur la même isométrie que la maison forte, dont seuls les soubassements sont réalisés avec cette pierre, le reste du bâtiment étant constitué d’un calcaire blanc dit de Saint-Germain, plus fin et plus aisé à la taille. Ce calcaire ocre possède des caractéristiques de résistance qui en font un bon candidat pour l’emploi dans les fondations et les parties soumises aux remontées capillaires.

Carrière du Petit Septfond Carrière du Petit Septfond (cliché J. Guillaume)

 

La carrière du Streitwald (Commune d’Abreschwiller, Moselle) offre quant à elle une typologie fort différente. Elle présente pour l’heure deux ilots d’extraction d’une quinzaine de mètres d’envergure et d’une hauteur ne dépassant pas un mètre. Toutefois, ce site fait l’objet d’un sondage qui se déroule du 10 au 20 avril, sous la direction de Dominique Heckenbenner et son association ARAPS, et auquel prend part le Pôle Archéologique Universitaire, avec le concours de 5 étudiants. Le but est de reconnaitre la puissance du front de taille et de retrouver des indices et artefacs permettant de mieux cerner la datation de ce site, estimé pour l’heure des XIe-XIIIe siècles. Une première synthèse concernant ce site a été livrée au mois de mars.

 

 

Relevé topographique de la motte de Chantereine

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’Hiscant-MA (EA 1132) a réalisé lundi 26 mars le relevé topographique de la motte castrale de Chantereine (08).

Ce site, installé au nord de la commune de Thin le Moutier, au creux de la vallée du Thin, au milieu des marais, fait l’objet depuis quelque temps d’un soin particulier. Nous ne connaissons pas avec certitude la date d’apparition de cette motte. La lecture de l’Historia monasterii mosomensis, rédigé vers 1040, permet toutefois de savoir qu’elle existe en 971, année où les moines du prieuré voisin de Thin sont transférés à l’abbaye de Mouzon, suite aux soucis que leur cause la garnison du château de Cantarana (là où chantent les reinettes, allusion au biotope local). La configuration de ce site, et sa disparition des textes, invite à penser qu’il eut une fonction très limitée dans le temps.

Le site a été peu à peu gagné par une végétation dense, suite à un assèchement partiel des lieux. Dans le même temps, un chapelet d’étangs piscicoles privés ont été creusés à proximité, menaçant l’intégrité de ce vestige et faisant craindre la perte de données scientifiques importantes. Les premières observations de terrain et le sondage palynologique, menés par le professeur Michel Bur dans les années 1970 et 80, n’ont jamais été suivis d’une fouille programmée, hormis les quelques excavations plus ou moins sauvages qui ont dégagé un rang d’assise maçonné sur la partie sommitale du tertre. Conscient de l’intérêt du site, et alerté en cela par Jean-Pierre Lémant, président de la Société Archéologique du sillon mosan, la commune de Thin le Moûtier a décidé de nettoyer le site et de le mettre en valeur. C’est à cette occasion que le Pôle Archéologique Universitaire est intervenu pour en réaliser un relevé précis.

Par ailleurs, la motte de Chantereine est intégrée au programme de recherche LAFAM, porté par l’axe 1 de la MSH Lorraine, sur les frontières en l’an Mil en Ardenne. Son étude permet d’entrevoir des comparaisons avec le site phare de ce projet, le Château des Fées à Montcy-Notre-Dame, mais aussi avec les nombreuses mottes qui émaillent le territoire ardennais (Stonne, Rethel, Château-Porcien, etc…). La thématique des frontières, appliquée au morcellement des territoires contrôlés par de petits sites fortifiés, s’en trouve ainsi enrichie.

La motte présente un diamètre au sol de 55 m. La plateforme sommitale, large de 14 m, est située à 4 m de hauteur. Elle présente sur son flanc nord, à mi-hauteur de la pente, une terrasse intermédiaire large de 5 m. La motte a subi des ablations de matériau en différents endroits, dont une tranchée bien marquée sur la pente est. Elle est entourée par une série de drains qui ont asséché en partie la zone.

 

Bibliographie :

Monumenta Germaniae Historica, SS XIV, p. 604, 611.

Michel Bur, Inventaire des sites archéologiques non monumentaux de Champagne. Tome II, Vestiges d’habitat seigneurial fortifié des Ardennes et de la vallée de l’Aisne, ARERS, Reims, 1980, p. 30-33.

Michel Bur, Recherches sur les plus anciennes mottes castrales de Champagne. Château-Gaillard, IX-X, Caen, 1982, p. 56-57.

Michel Bur, Hervé Richard, Occupation du sol et peuplement dans la vallée du Thin au haut Moyen Âge. Archéologie Médiévale, XVII, Caen, 1987, p. 93-103.

Patrice Bertrand, Cédric Moulis, Conception et matérialité des frontières en l’an mil. in Jean-Luc Deshayes, Didier Francfort (dir.), Du barbelé au pointillé, les frontières au regard des sciences humaines et sociales, PUN, Nancy, 2010, p.55.

 

Conférence de S. Gouguenheim, « Les châteaux et la politique castrale de l’Ordre Teutonique en Prusse XIIIe-XVe siècles » (mercredi 2 mai)

Sylvain Gouguenheim, professeur à l’ENS de Lyon, donnera une conférence intitulée « Les châteaux et la politique castrale de l’Ordre Teutonique en Prusse XIIIe-XVe siècles » le mercredi 2 mai à 17h30, dans la Salle internationale de la MSH Lorraine (Plateforme Libération, 91 avenue de la Libération, Nancy).
La conférence est organisée par le Pôle Archéologique Universitaire (EA 1132 HISCANT-MA) et la section d’Histoire médiévale.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque « De Domremy… à Tokyo : Jeanne d’Arc et la Lorraine » (24-26 mai 2012)

 
A l’occasion de la commémoration du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc, un colloque universitaire international est organisé par l’Université de Lorraine, le conseil général des Vosges, le conseil général de la Meuse et la ville de Vaucouleurs sous la direction de Catherine GUYON (maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Lorraine, Cruhl Nancy-Metz) et de Magali DELAVENNE (directrice du centre d’interprétation de Domremy) les 24, 25 et 26 mai 2012 à Domremy et Vaucouleurs.
25 chercheurs français et étrangers reprendront, à partir des recherches récentes et avec des problématiques nouvelles, le dossier de la naissance, l’enfance et de la jeunesse de Jeanne d’Arc. Ce sera l’occasion de rappeler le contexte politique des marges lorraines au début du XVe siècle et de préciser les cadres géographiques et administratifs complexes de ce secteur mettant en contact royaume de France, duché de Lorraine et Barrois, en s’intéressant plus spécialement au concept de frontière. Les communications porteront sur la famille de Jeanne et ses jeunes années replacées dans leur environnement villageois quotidien (grâce aux apports des textes et de l’archéologie), mais aussi dans leur contexte religieux (les cadres paroissiaux et diocésains en particulier l’officialité, les « voix », le prophétisme, les modèles de sainteté) et social (présentation des villes de Vaucouleurs et de Neufchâteau, habitats de la petite noblesse lorraine au début du XVe siècle). Il sera aussi question du retentissement dans l’espace lorrain et des régions limitrophes de son épopée, des enquêtes menées à Domremy lors des procès, ainsi que de la fausse Jeanne d’Arc, Claude des Armoises, sur laquelle des éléments nouveaux ont été découverts. Les intervenants aborderont enfin les enjeux de cette commémoration et s’interrogeront sur l’image de Jeanne, figure majeure de l’histoire de France, à la fois, enjeu politique, emblème féminin, modèle d’enfance et sainte de l’Eglise. En effet, loin de s’arrêter aux frontières hexagonales, la figure de Jeanne d’Arc a rayonné dans le monde entier, comme  le révèle l’exemple du Japon où elle est très connue du grand public et a constitué une source d’inspiration pour artistes, acteurs de théâtre et écrivains.

Les communications se tiendront de 9 h 30 à 18 h les 24 et 26 mai à l’auditorium du Centre d’Interprétation de Domrémy et le 25 mai à la salle Lyautey de Vaucouleurs. Elles seront entrecoupées de visites guidées des sites johanniques de Domrémy (maison natale, église Saint-Remy,  basilique du Bois-Chenu, chapelle de Bermont) et de Vaucouleurs (fortifications et topographie historique de la ville, chapelle Notre-Dame des Voûtes, musée Jeanne d’Arc).

Présentation du colloque sur le site du CRUHL

Programme du colloque Domremy Tokyo

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Chapelle des templiers de Xugney, bilan archéologique 2011

Cette dernière année d’intervention sur la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Xugney (Rugney, Vosges, XIIe siècle) a permis de compléter les données recueillies depuis 2006 sur différents points.

 

Structuration de la nef 

La présence de trous de boulins sur l’élévation sud est très fluctuante d’une travée à l’autre. Ils témoignent ainsi d’une étape de chantier importante, où les maçonneries des trois travées, à l’intérieur comme à l’extérieur, sont mises à niveau. Sur l’élévation nord, nous ne remarquons aucune cohérence dans les niveaux de platelage, mais ils sont quelquefois en concordance avec l’extérieur, notamment sur la travée 3. Ces éléments montrent la complexité du développement du chantier sur ce pan de mur. La base du gouttereau nord présente une série d’assises d’un module semblable aux parties hautes. Le mortier est un liant beige qui s’apparente à celui observé dans les autres parties du bâtiment datées de la seconde moitié du XIIe siècle. Il est associé à un enduit blanc semblable à celui observé sur deux des pans du chevet pentagonal.

 

Armature dans les élévations de la nef

Une prospection radar intra-muros n’ayant pu fournir d’information significative, trois sondages ont été pratiqués au-dessus de la corniche haute. Le premier, dans la première travée du gouttereau nord, a permis la découverte à 28 cm de profondeur d’une poutre en chêne observée sur 83 cm de long et dont la section (12 cm) et l’alignement est identique à celle observée en 2010 dans la seconde travée. L’analyse dendrochronologique effectuée sur ce nouvel élément indique un terminus post quem après 1138. Le second sondage, situé dans la seconde travée du gouttereau sud, ne montre plus que le négatif de la poutre. Le troisième, dans le mur pignon, s’est révélé négatif jusqu’à 53 cm de profondeur. La nef semble donc toutefois armée par une structure ligneuse, posée au niveau de la corniche haute, à la retombée des voûtes du bâtiment. Reliées entre-elles, elles maintiennent les sommiers destinés à recueillir la retombée des arcs formerets, doubleau et des arêtes. Ce renfort est une réponse pour endiguer la poussée de la voûte d’arêtes, ce qui de facto privilégie l’hypothèse d’un voûtement dès l’apparition de la chapelle.

 

Voûtement de la nef

La faible épaisseur des murs, la largeur des travées, et le parement au-dessus des formerets laissaient présager que le bâtiment ne fût jamais voûté. Après analyse fine de la structure, de nombreux arguments militent en faveur d’un voûtement dès la construction de la chapelle : découverte d’un voussoir torique avec une marque de tâcheron identique à celles retrouvées sur la chapelle, chapiteaux des pilastres engagés conçus pour accueillir la retombée en sifflet de voûtes d’arêtes, un probable vestige du remplissage des voutains. Il nous faut toutefois valider l’hypothèse par l’analyse en lame mince des mortiers prélevés.

 

Traces et signes lapidaires

À partir d’exemples observés à Xugney, nous avons réalisé des tests d’archéologie expérimentale sur la mise en place d’un layage et des signes lapidaires afin d’étudier les gestes et microgestes du tailleur de pierre. Nous avons quantifié le nombre d’impacts visibles sur une face travaillée à la laye par rapport au nombre de coups réels porté par le tailleur. Des phénomènes de latéralité ont également été mis en évidence, mais pour la taille brettelée. Pour les signes lapidaires, une fiche spécifique a été créée. La spirale fourchée, présente 17 fois à Xugney, a été analysée. Le sens de giration de la spirale, les à-coups portés au tracé, les stigmates du pivotement du ciseau, permettent de démontrer que ce symbole n’est pas utilisé par un tailleur, mais bien par une équipe. L’ensemble de ces données amène à mieux appréhender le travail du tailleur de pierre, le temps qu’il peut mettre à la réalisation d’un module, et donc l’organisation du chantier.

 

Relevé de la tour d’entrée de la commanderie

La tour sud-est est conservée sur une hauteur 6 m pour un diamètre de 4,50 m, et présente un parement composé de moellons calcaires et dolomitiques assisés dont les couleurs varient du beige au rouge. L’épaisseur des murs ne dépasse pas 65 cm. L’ensemble est lié au mortier de chaux, mais l’édifice a été repris en sous-œuvre, ou rejointoyé, avec un ciment gris. Elle possède trois arquebusières monolithiques au rez-de-chaussée, composées d’une fente verticale de 21 cm de haut au centre de laquelle est percé du trou de 8 cm de diamètre. La niche ne permet pas une large couverture des côtés, le tir est donc essentiellement perpendiculaire à l’ouverture. L’ensemble de cette construction datée des XVI-XVIIe siècles répond selon toute vraisemblance aux impératifs de défense légère face aux troubles liés aux guerres de religion puis à la guerre de Trente ans.

Les industries du feu des abbayes cisterciennes, à l’exclusion de la métallurgie (céramique, verre, chaux et plâtre)

Séminaire d’histoire et d’archéologie des techniques organisé par Danielle Arribet-Deroin et Paul Benoit avec la collaboration de Benoit Rouzeau (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, UMR 8589, Paris 1-CNRS)
Samedi 10 mars 2012 – INHA – 2 rue Vivienne, 75002 Paris

L’université de Lorraine prend part à ce séminaire par la communication suivante :

 

Un atelier de tuiliers original à l’abbaye de Morimond ?                                   par Benoit Rouzeau (docteur, chercheur associé UMR 8589 LAMOP) et Cédric Moulis (ingénieur d’études, Université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)
Les sources écrites morimondaises prouvent l’existence d’une tuilerie monastique entre 1150 et 1250 sans toutefois préciser son emplacement exact, sans doute lié à un problème d’approvisionnement en bois et en argile de qualité. après 1250, la tuilerie disparaît des archives pour plusieurs siècles. Les sources d’époque moderne permettent de suivre la translation de la tuilerie après 1643 vers un nouveau site, bien localisé, où elle fonctionne jusqu’en 1888. Des prospections de terrain ont permis de retrouver et de topographier les argilières, réparties en chapelet le long d’affleurements d’argiles de Levallois du Rhétien supérieur, et d’en tirer des informations quant à leur mode d’exploitation.
Au vu de la quantité de terres cuites livrées par la fouille du quartier de l’hôtellerie de l’abbaye (tuiles, briques et carreaux de pavement), des analyses physico-chimiques ont été tentées pour les rapprocher des argiles prélevées sur les lieux cartographiés. Le matériau des TCA mis au jour provient-il des argilières monastiques ? Peut-on déterminer des zones d’où proviendraient certains types de productions ? Les résultats sont convaincants et laissent apparaître plusieurs groupes de production.

Programme complet de la journée : Seminaire-LAMOP-Cisterciens_10-03-12

 

L’Université Lorraine recrute un professeur d’archéologie classique

L’Université Lorraine recrute pour son département d’histoire de l’art et d’archéologie un professeur d’archéologie classique (Orient gréco-romain), qualifié aux fonctions de professeur des universités par la section 21 du CNU.

Extrait de la Fiche poste Galaxie 112 :

Profil :
– Le professeur recruté assurera son enseignement à tous les niveaux : aussi bien en licence (L1 à L3) qu’en master (1 et 2).
– Ses cours porteront sur l’histoire de l’art grec classique et hellénistique et sur l’archéologie grecque et romaine.
– La ventilation approximative de son service annuel sera de 122 heures en licence et 70 heures en master.

– Le professeur recruté fera partie du laboratoire : HISCANT-MA EA 1132.
– Il s’insérera dans les axes de recherche 2 et 3 (Frontières et acculturation dans le monde méditerranéen; Transformation des cités et des sociétés antiques), avec des travaux et projets de recherche portant sur la Méditerranée orientale gréco-romaine.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

ARULA

ARULA est le carnet de recherche des archéologues de l’Université Lorraine.
Il vise à offrir aux enseignants-chercheurs et chercheurs des différentes équipes de cet établissement (Nancy-Metz) et de la MSH Lorraine un espace commun d’information et de publication qui leur fait défaut actuellement, sur leurs programmes de recherche archéologique, quelle que soit leur période (Antiquité gréco-romaine, Moyen Âge) et leur aire géographique de spécialité (Lorraine, autres régions françaises, monde méditerranéen).
C’est donc un blog d’archéologie historique touchant les thèmes propres des recherches de ses membres (archéologie gallo-romaine, architecture et urbanisme de l’Antiquité tardive, transition religieuse dans l’Orient romain tardive et en Gaule, castellologie, occupation du territoire en Lorraine au Moyen Âge).
On y trouvera donc notamment des comptes-rendus d’opérations archéologiques diverses (fouilles, prospections, étude de matériel) sur les chantiers propres à l’université (ex. le projet AME de la citadelle de Verdun qui fait fonction de chantier-école de l’université) comme sur d’autres chantiers où interviennent ses (enseignants-) chercheurs et des ressources sur leurs thèmes de recherche.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus