Archives de catégorie : Archéologie à l’UL

Archéologie à l’Université Lorraine

Journée d’études : « les métiers d’art » (13 novembre, Université de Lorraine, site de Metz)

Une journée d’étude sur « LES METIERS D’ARTS » est organisée le 13 novembre 2012 sur le site de Metz de l’Université de Lorraine (Île du Saulcy, bâtiment D, salle D 116).

Au programme :

9h00 : Accueil des participants.

9h30 : J. DEMAROLLE (UDL) – Archéologie, épigraphie, iconographie quelques exemples d’artisanat d’art en Gaule romaine

10h00 : L. BAURAIN (UDL) – Les métiers de la céramique en Grèce ancienne : images d’ateliers et reconstitutions modernes

10h30 : pause

11h00 : Mickaël ZITO (Université de Bourgogne) – La dynastie des Marca. Stucateurs italiens en Franche-Comté au XVIIIème siècle.

11h30 : Catherine BOURDIEU (UDL) – La corporation des peintres, sculpteurs et doreurs à Metz, aux XVIIème et XVIIIème siècles.

Après-midi

14h00 : Rencontre avec des professionnels des métiers d’art en Lorraine

16h00 : Table-ronde

 

Organisation : Catherine BOURDIEU, UDL Metz, Centre Régional Universitaire Lorrain d’Histoire.

Renseignements : Christelle CREUSAT, christelle.creusat@univ-lorraine, 03 87 54 84 69

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : La céramique funéraire mérovingienne conservée au Musée Lorrain à Nancy (S. Brunella, J. Guillaume et R. Prouteau)

Vient de paraître (septembre 2012) aux Presses Universitaires de Nancy, dans la collection Archéologie, Espaces, Patrimoines, dirigée par G. Giuliato, le volume suivant :

La céramique funéraire mérovingienne conservée au Musée Lorrain à Nancy

Par Sébastien Brunella, Jacques Guillaume et Rachel Prouteau

La Lorraine a tenu une part non négligeable dans le développement de l’Archéologie mérovingienne en France, avec les travaux des érudits du XIXe siècle, à qui l’on doit une part importante des collections conservées dans les musées de Lorraine. Parmi celles-ci, encore en grande partie inédites, l’importante série de vases du Musée Lorrain tient la première place au niveau régional, avec plus de deux-cents cinquante exemplaires. Elle fut enrichie en 1955 grâce au legs de son ancien conservateur, Georges Goury, préhistorien mais aussi grand collectionneur, qui récolta des pièces issues principalement de nécropoles champenoises.

La collection du Musée Lorrain concerne presque exclusivement du matériel d’origine funéraire, attribuable, dans sa grande majorité, aux VIe et VIIe siècles de notre ère. Il traduit l’usage de déposer un ou plusieurs vases dans la sépulture, le plus souvent aux pieds du défunt, inhumé avec ses accessoires vestimentaires et son armement ou sa parure pour les femmes. Le vaisselier d’époque mérovingienne, moins diversifié qu’à l’époque gallo-

romaine, hérite en partie des traditions antiques, peu à peu supplantées par des formes et des techniques importées lors des Grandes migrations. Les vases sont le plus souvent à profil anguleux et sont parfois pourvus d’un décor poinçonné ou bien obtenu à l’aide d’une molette à motifs géométriques prédominants. L’étude de cette production céramique, longtemps délaissée, est cependant un instrument de connaissance non négligeable de la société mérovingienne à travers ses pratiques funéraires mais aussi les courants commerciaux et les échanges qui ont présidé une économie beaucoup moins fermée qu’il n’y paraît.

128 p. 15€ ISBN : 978-2-8143-0119-1

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence d’Ivan Ferraresso sur «l’archéologie appliquée aux bâtiments» (Metz, 16 septembre, 14h)

Conférence « L’archéologie appliquée aux bâtiments, l’exemple de Metz » par Ivan Ferraresso, archéologue à l’Inrap et doctorant à l’Université de Lorraine (EA 1132 HISCANT-MA).

Régulièrement rénové, le bâti historique de Metz fait l’objet d’interventions archéologiques. Réalisées par les services de l’État (Drac Lorraine) ou l’Inrap, elles permettent de découvrir une architecture en partie masquée ou transformée. Ces opérations offrent une lecture complémentaire aux données issues du sous-sol et révèlent l’évolution des édifices pour tenter de reconstruire le paysage urbain de l’Antiquité à nos jours.
Cette conférence permettra de découvrir les méthodes de fouille, les savoir-faire techniques et les finalités de ce type d’intervention, à partir d’opérations récemment menées à Metz.

Dimanche 16 septembre, à 14 h (durée 1 h)
Hôtel de Ville
1 Place d’Armes
Salon de Guise
57000 Metz.
Tél. : 03 87 55 56 53

Source : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Agenda/Journees-europeennes-du-patrimoine-15-et-16-septembre-2012/Journees-du-patrimoine/p-14945-Lorraine-Journees-europeennes-du-patrimoine-2012.htm

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Soutenance de thèse : L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace, Xe-XIIIe siècles

De la fin des invasions magyares, dans le second tiers du Xe siècle, jusqu’en 1300, l’Alsace connut un accroissement continu de chantiers de constructions fortifiées privées. Celui-ci se traduisit par l’édification de dizaines de châteaux dont les ruines jalonnent, du Nord au Sud, le versant oriental du massif vosgien et qui ne manquèrent pas de susciter la curiosité de nombre de chercheurs depuis plus d’un siècle. L’histoire de leur construction, ou « art de bâtir », longtemps reléguée au second plan, a connu de grandes avancées grâce à l’archéologie du bâti. Ces études permettent, grâce à la documentation des phases de constructions, d’aborder les questions relatives au fonctionnement d’un chantier et à la gestion des matériaux. Le massif étant divisé entre une partie gréseuse au Nord et une zone cristallophyllienne, plus diverse, au Sud, l’apport de la géologie ou de la chimie des matériaux ouvrent de nouveaux champs de connaissances (composition des mortiers, sélection de roches pour les parements). Posé sur un sommet bien visible, le château cumulait les fonctions de résidence privée et de protection publique et ses parements furent conçus de façon à répondre au mieux aux exigences militaires et résidentielles.

From the end of the Hungarian invasions, in the second third of the 10th Century, until 1300, a growing number of private fortifications was built in Alsace. This phenomenon was represented by dozens of castles, ruins of which punctuate from North to South the eastern side of the Vosges Mountains and stirred up the curiosity of many archaeologists for more than one century. The history of their construction, or “art of building”, considered as secondary for a long time, improved thanks to the archaeological studies of elevations. These researches enable to show information relating to the organisation of a building-yard and the management of materials, thanks to the documentation of the different stages of building. The Vosges massif being divided into a sandstone part in the North and a granite part in the South, geological or chemical studies open new fields of knowledge (composition of mortars, stone selection for the facing of wall…). Built upon a well visible summit, the castle gathered the functions of private residence and public defence, so its walls were designed to fit military and residential requirements at best.  Keywords : castle, fortified residence, hill sites, enceinte, building, facing of walls, course, mortar, scaffolding.

Chantier d’archéologie du bâti à Darnieulles (Vosges)

Un chantier d’archéologie du bâti se tient du 20 au 31 août sur l’ancienne maison forte de Darnieulles.

Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle
Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle

Cet édifice reste un élément du patrimoine lorrain excessivement peu étudié en regard de l’intérêt que le site revêt. Les premières études historiques concernant les sires de Darnieulles ont été réalisées dans les années 1950 par L. Mathieu mais uniquement publiées dans le Bulletin communal en 1980. Autant dire que ce travail reste confidentiel. Depuis, l’abbé Jacques Choux lui a consacré une notice de quelques lignes dans son Dictionnaire des châteaux de France. Lorraine, paru en 1978. Le seul travail ayant un peu d’envergure à ce jour sur la maison forte de Darnieulles est l’œuvre d’A. Laumond, qui publie en 1998 La tour résidence et la maison forte de Darnieulles. Approches historique et archéologique. Ces 24 pages s’insèrent au sein d’un ouvrage collectif : Archéologie vosgienne. Un patrimoine à redécouvrir, hors-série des Annales de la Société d’Emulation des Vosges. Son approche archéologique se résume à une description architecturale, quoique très précise, des éléments discriminants composant la maison forte. L’analyse historique qu’il fournit permet de brosser l’évolution du site à grands traits.

Darnieulles est une paroisse ancienne, dédiée St-Maurice. Dès les années 1090-1150, un lignage de chevaliers possède le site en alleu. Leur puissance s’affirme alors par leur apparition comme signataires de quelques actes épiscopaux ou ducaux et par des donations aux abbayes de Remiremont et Chaumousey. Elle se matérialise aussi dans la pierre au cours de la première moitié du XIIe siècle, par la construction d’un donjon à vocation résidentielle de 15x11m, d’architecture relativement frustre, mais qui reste un exemple unique dans la région. Les sires de Darnieulles finissent par se vassaliser au duc de Lorraine, à la fin du XIIe siècle ou au cours du XIIIe siècle. Le donjon est incorporé à une vaste enceinte au XIVe siècle. Il faut attendre le XVIe siècle, pour qu’un nouveau corps de logis, au nord du donjon, ne remplace ce dernier dans sa fonction d’habitat. Le donjon devient alors un lieu d’engrangement, d’entrepôt.

Darnieulles est un exemple unique en Lorraine de maison forte pour le XIIe siècle. Par ses dimensions, la tour principale, ou donjon, s’inscrit dans la catégorie des bâtiments à fonction résidentielle. Elle comporte à ce titre des éléments de confort, notamment une cheminée, dont on ne connait qu’un seul autre exemple dans le quart nord-est de la France pour la première moitié du XIIe siècle (thèse de J.-C. Kuhn sur les éléments de chauffage dans le nord-est de la France).

Elle reproduit toutefois des éléments de défense passive encore très marqués : porte à l’étage, accessible par une échelle ou un escalier en bois extérieur, enserré dans une tour semi-circulaire accolée au bâtiment, murs épais, ouvertures étroites.

L’état du bâtiment laisse craindre à terme sa disparition, au moins de certaines parties. En effet, les élévations sont envahies par le lierre, deux des quatre chaînes d’angle sont largement dissociées des maçonneries attenantes, des larges ouvertures ont été pratiquées à la base des murs. La consignation des données archéologiques sur les élévations de ce bâtiment apparait donc comme une priorité.

Elévation interne est. On remarque la cheminée.
Elévation interne est. On remarque la cheminée

L’objectif historique et patrimonial est de replacer ce donjon dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales du XIIe siècle. L’édifice semble être une subtile mixtion des grands donjons résidentiels de l’ouest de la France (toutes proportions gardées), des petits donjons résidentiels de l’est du pays (par les techniques de construction) et des Wohnturm germaniques (par l’espace et le confort). Il convient donc de préciser la ou les influences stylistiques observables sur ce bâtiment.

L’objectif archéologique de cette opération est de réaliser une couverture analytique complète du donjon afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux et éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… (relevés au tachéomètre laser, couverture photo, dessin pierre à pierre, renseignements de fiches UC, métrologie). Le cas échéant, des analyses physico-chimiques (lames minces, DRX, dendrochronologies, C14) sont envisagées sur les matériaux jugés pertinents (pierres, mortiers, bois).

L’étude intègre également une thèse en cours sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles. Le chantier est dirigé par Cédric Moulis, sous l’égide de l’Université de Lorraine (EA 1132 Hiscant-MA) et de Nord-Est Archéologie (NEA). Il encadre une dizaine d’étudiants venus des universités de Nancy, Dijon, Lille, Reims et Lyon. Le financement est assuré par la DRAC de Lorraine et le Conseil Général des Vosges.

Colloque « Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Age »

A Gérardmer (88) et Munster (68), les 30-31 août et 1er septembre 2012, le Pôle archéologique de l’Hiscant-MA organise en partenariat avec le Pôle Archéologique Inter-Rhénan, un colloque sur le thème « Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Age : anthropisation de la montagne, conquête des espaces et culture matérielle ».

 

En portant l’attention sur les Vosges cristallines durant  le grand Moyen Âge, les organisateurs ont pour souci d’une part de créer du lien entre les chercheurs œuvrant sur l’un et l’autre des versants pour appréhender les questions d’anthropisation du massif de façon globale, en dépassant les cadres territoriaux habituels et en s’inscrivant dans une perspective supra régionale qui pourrait, à terme, s’étendre à la Forêt Noire.

Leur ambition est aussi de prendre part au dialogue entre les équipes de recherche se vouant à l’étude de la présence et de l’activité de l’homme au cœur des écosystèmes des montagnes européennes, « terres inconnues »  difficiles à appréhender et de ce fait trop longtemps restés en marge des terrains d’investigation de l’archéologie.

Télécharger le programme

Pour tous renseignements, contacter : charles.kraemer@univ-lorraine.fr

Sandrine Huber, nouveau professeur d’archéologie classique à l’Université de Lorraine

Le département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université de Lorraine et l’HISCANT-MA (EA 1132) sont heureux d’annoncer le recrutement de Sandrine Huber sur le poste de professeur d’archéologie classique occupé précédemment par Catherine Abadie-Reynal.

Sandrine Huber, de nationalité suisse, est archéologue, spécialiste du monde grec antique. Docteur de l’université de Lausanne (Suisse), ancien membre étrangère de l’École française d’Athènes où elle a par ailleurs été responsable des éditions durant 6 ans, elle a enseigné à l’université de Lausanne avant d’être professeur associée d’archéologie grecque à l’université de Lille 3.

 

Ses recherches, menées sous l’égide de l’École française d’Athènes et de l’École suisse d’archéologie en Grèce, recouvrent trois champs thématiques principaux : la religion grecque, la poléogénèse et la transformation des cités dans le monde grec, les questions d’échanges et médiations en Méditerranée antique. Spécialiste de l’archéologie du culte, elle travaille à la difficile reconnaissance archéologique des phénomènes religieux. Elle dirige des fouilles dans la cité grecque d’Érétrie sur l’île d’Eubée et entreprend des recherches en plusieurs endroits du monde grec, notamment à Argos, Délos et Delphes. Ses questionnements s’appliquent à la structure, aux caractéristiques, aux modalités des actes sacrificiels et aux expressions matérielles des actes cultuels. Parmi ses travaux, évoquons son livre L’aire sacrificielle au nord du Sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros. Un rituel des époques géométrique et archaïque, tome XIV de la collection Eretria. Fouilles et recherches paru en 2003 et considéré comme un ouvrage de référence pour l’étude des expression matérielles des rituels grecs, ainsi que son essai à paraître, Les hécatombes dans les pratiques sacrificielles antiques. Sacrifices publics et marché de la viande dans les cités grecques.

 

Le premier titulaire du poste fut Paul Perdrizet, le seul parmi les premiers fouilleurs de la Grande Fouille de Delphes à évoquer, en 1894, des « couches de cendres mêlées à des os de cuisine » dans le sanctuaire d’Apollon Pythien à Delphes, une convergence que nous ne pouvons pas ne pas remarquer, avec la nomination  d’une spécialiste de la question des sacrifices qui travaille, qui plus est, à Delphes.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Chantier d’archéologie du bâti à l’abbaye de Droiteval (Vosges)

Abbatiale de DroitevalUn chantier d’archéologie du bâti se déroule du 21 au 25 mai 2012 sur l’ancienne abbaye de Droiteval (Vosges). Située sur la commune de Claudon, cette abbaye cistercienne est fondée dans la première moitié du XIIe siècle. A l’origine, c’est un monastère féminin, qui finit par être transformé en prieuré masculin au XVe siècle.

Ce chantier, composé de 6 personnes, est placé sous la direction de Marie Nique, qui réalise cette étude dans le cadre d’un mémoire de master en histoire et archéologie à l’université de Lorraine sous la direction de Gérard Giuliato, Cédric Moulis et Pierre Sesmat. Les moyens logistiques proviennent de Nord-Est Archéologie (NEA) et du Pôle Archéologique Universitaire de Nancy (EA 1132, Hiscant-MA). Le financement est assuré par la DRAC Lorraine, via le Service Régional de l’Archéologie, et par le Conseil Général des Vosges.

La principale problématique retenue est la caractérisation du chantier de construction de l’abbatiale, la mise en évidence des phasages sur le bâtiment et le relevé des bâtiments anciens présents sur le périmètre de l’espace claustral, à savoir une maison en vis-à-vis du transept, qui présente un phasage intéressant et une cave voûtée possédant des signes lapidaires. Ces deux éléments sont absolument inédits.

http://www.culture.gouv.fr/cgi-bin/fouillestest?region=toute&departement=Vosges&periode=toute&debut=toute&fin=toute

 

L’Université de Lorraine dans le Bois de la discorde

Retrouvez nos équipes en terre mosellane afin d’identifier une carrière :

http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2012/04/22/les-archeologues-explorent-le-bois-de-la-discorde

Ce chantier s’est déroulé du 10 au 20 avril, et a regroupé des membres du Pôle archéologique de l’université de Lorraine (PAU), de l’Association pour la Recherche Archéologique dans le Pays de Sarrebourg (ARAPS) et de Nord-Est Archéologie (NEA).

Les archéologues explorent   Le bois de la discordephoto : Républicain Lorrain

Chantier de fouilles archéologiques à Châtenois (Bas-Rhin) – été 2012

Une campagne de fouilles archéologiques se déroulera à Châtenois, en Alsace, dans le site médiéval du Jardin du Presbytère. Localisé à l’extrémité nord du périmètre fortifié par une enceinte en pierres depuis le milieu du 13e siècle, le site livre, au fil des campagnes de fouilles, les vestiges d’une occupation continue entre l’Antiquité et le bas Moyen Âge. De 2008 à 2010, les fouilles ont mis au jour les vestiges d’une résidence de chevalier en pierres, incendiée au début du 16e siècle. Ce sinistre avait contribué à piéger un mobilier archéologique très riche par sa qualité et sa diversité (armement, outillage viticole, objets de la vie quotidienne).
Ces nouvelles recherches, par l’étude d’un premier état d’occupation (10e – 13e siècle), aborderont la thématique de la genèse des lieux de pouvoir médiévaux. Charles le Simple a séjourné à Châtenois en 914 et une famille noble est connue comme vassale de l’évêque de Strasbourg depuis 1137 dans la localité. La durée du stage permettra de poursuivre l’étude des éléments de mobilier découverts dans les campagnes antérieures.

Conditions d’inscription : chantier prioritairement ouvert aux étudiants en archéologie médiévale (fouilles et études du bâti). Expérience souhaitée. Vaccination antitétanique à jour. Prévoir les chaussures de sécurité.
Nombre de fouilleurs : 8 personnes maximum

Hébergement : logement en gîte assuré par la Commune – draps fournis. Repas servis au gîte.

Calendrier : du 06 au 25 août 2012

Contact : Jacky Koch – Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan
Mel : jacky.koch@pair-archeologie.fr
Tél : 06 28 62 66 81

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence de J.-Cl. Bessac, « les “outils” intellectuels du tailleur de pierre » (mardi 15 mai)

L’HISCANT-MA vous invite à une conférence de Jean-Claude Bessac
(Ingénieur de recherche au sein du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Latte, UMR 5140)

Mardi 15 mai 2012 – 17h
UNIVERSITE DE LORRAINE
Plateforme Libération – 3ème étage – MSH – Salle internationale 324

L’imagination populaire conçoit souvent le tailleur de pierre comme un personnage un peu rude et surtout très costaud qui manie la masse comme un forçat. Les outils intellectuels, comme l’équerre et le compas sont moins représentatifs du métier que les ciseaux, les broches, les têtus, etc. En contrepartie, chez l’homme de métier, ils révèlent la maîtrise graduée d’une science majeure : la géométrie qui lui permet de concevoir et de réaliser les diverses pierres des composantes architecturales les plus complexes. Une telle approche de la taille de pierre est illustrée, entre autres, par l’exemple de l’étude archéologique d’un élément gothique banal, mais révélateur : le pinacle qui nous éclaire sur le jeu géométrique très subtil du tailleur de pierre du passé. Ces exercices intellectuels permanents lui ouvraient des perspectives de progression hiérarchique difficilement concevables dans notre société actuelle. Mais la démarche intellectuelle et la pratique qui en découle étaient alors très intimement mêlées à tous les stades de la production. Et cet homme de métier, quel que soit son niveau, serait très surpris d’apprendre que son travail est aujourd’hui souvent conçu et supervisé par des spécialistes et une hiérarchie très éloignée de la pierre et des savoir-faire qui lui sont propres.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Les carrières à l’honneur en avril

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’EA 1132 Hiscant-MA travaille sur deux carrières ce mois d’avril, dans le cadre du PCR « La pierre en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ».

 

Tout d’abord, un relevé topographique a été réalisé lundi 2 avril sur la carrière du Petit Septfond, sur la commune de Vaucouleurs (Meuse). Cette carrière a exploité un calcaire à Astrates de couleur ocre. Son front s’étend sur 350 mètres de long et atteint parfois plus de 7 mètres de hauteur. Toutefois, aucun front de taille n’est actuellement visible, l’ensemble est caché par une couche de végétation et par le recouvrement. L’arrêt de la carrière semble donc ancien. Elle ne figure pas sur les cartes géologique du BRGM, même à titre d’ancien site carrier. L’étude de ce relevé topographique permettra de comprendre la logique d’exploitation de cette pierre. Les volumes extraits sur le site paraissent importants, et n’ont pu uniquement servir à la construction de la maison forte de Gombervaux au milieu du XIVe siècle, située à 2000 mètres de là. La carrière est installée sur la même isométrie que la maison forte, dont seuls les soubassements sont réalisés avec cette pierre, le reste du bâtiment étant constitué d’un calcaire blanc dit de Saint-Germain, plus fin et plus aisé à la taille. Ce calcaire ocre possède des caractéristiques de résistance qui en font un bon candidat pour l’emploi dans les fondations et les parties soumises aux remontées capillaires.

Carrière du Petit Septfond Carrière du Petit Septfond (cliché J. Guillaume)

 

La carrière du Streitwald (Commune d’Abreschwiller, Moselle) offre quant à elle une typologie fort différente. Elle présente pour l’heure deux ilots d’extraction d’une quinzaine de mètres d’envergure et d’une hauteur ne dépassant pas un mètre. Toutefois, ce site fait l’objet d’un sondage qui se déroule du 10 au 20 avril, sous la direction de Dominique Heckenbenner et son association ARAPS, et auquel prend part le Pôle Archéologique Universitaire, avec le concours de 5 étudiants. Le but est de reconnaitre la puissance du front de taille et de retrouver des indices et artefacs permettant de mieux cerner la datation de ce site, estimé pour l’heure des XIe-XIIIe siècles. Une première synthèse concernant ce site a été livrée au mois de mars.

 

 

Relevé topographique de la motte de Chantereine

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’Hiscant-MA (EA 1132) a réalisé lundi 26 mars le relevé topographique de la motte castrale de Chantereine (08).

Ce site, installé au nord de la commune de Thin le Moutier, au creux de la vallée du Thin, au milieu des marais, fait l’objet depuis quelque temps d’un soin particulier. Nous ne connaissons pas avec certitude la date d’apparition de cette motte. La lecture de l’Historia monasterii mosomensis, rédigé vers 1040, permet toutefois de savoir qu’elle existe en 971, année où les moines du prieuré voisin de Thin sont transférés à l’abbaye de Mouzon, suite aux soucis que leur cause la garnison du château de Cantarana (là où chantent les reinettes, allusion au biotope local). La configuration de ce site, et sa disparition des textes, invite à penser qu’il eut une fonction très limitée dans le temps.

Le site a été peu à peu gagné par une végétation dense, suite à un assèchement partiel des lieux. Dans le même temps, un chapelet d’étangs piscicoles privés ont été creusés à proximité, menaçant l’intégrité de ce vestige et faisant craindre la perte de données scientifiques importantes. Les premières observations de terrain et le sondage palynologique, menés par le professeur Michel Bur dans les années 1970 et 80, n’ont jamais été suivis d’une fouille programmée, hormis les quelques excavations plus ou moins sauvages qui ont dégagé un rang d’assise maçonné sur la partie sommitale du tertre. Conscient de l’intérêt du site, et alerté en cela par Jean-Pierre Lémant, président de la Société Archéologique du sillon mosan, la commune de Thin le Moûtier a décidé de nettoyer le site et de le mettre en valeur. C’est à cette occasion que le Pôle Archéologique Universitaire est intervenu pour en réaliser un relevé précis.

Par ailleurs, la motte de Chantereine est intégrée au programme de recherche LAFAM, porté par l’axe 1 de la MSH Lorraine, sur les frontières en l’an Mil en Ardenne. Son étude permet d’entrevoir des comparaisons avec le site phare de ce projet, le Château des Fées à Montcy-Notre-Dame, mais aussi avec les nombreuses mottes qui émaillent le territoire ardennais (Stonne, Rethel, Château-Porcien, etc…). La thématique des frontières, appliquée au morcellement des territoires contrôlés par de petits sites fortifiés, s’en trouve ainsi enrichie.

La motte présente un diamètre au sol de 55 m. La plateforme sommitale, large de 14 m, est située à 4 m de hauteur. Elle présente sur son flanc nord, à mi-hauteur de la pente, une terrasse intermédiaire large de 5 m. La motte a subi des ablations de matériau en différents endroits, dont une tranchée bien marquée sur la pente est. Elle est entourée par une série de drains qui ont asséché en partie la zone.

 

Bibliographie :

Monumenta Germaniae Historica, SS XIV, p. 604, 611.

Michel Bur, Inventaire des sites archéologiques non monumentaux de Champagne. Tome II, Vestiges d’habitat seigneurial fortifié des Ardennes et de la vallée de l’Aisne, ARERS, Reims, 1980, p. 30-33.

Michel Bur, Recherches sur les plus anciennes mottes castrales de Champagne. Château-Gaillard, IX-X, Caen, 1982, p. 56-57.

Michel Bur, Hervé Richard, Occupation du sol et peuplement dans la vallée du Thin au haut Moyen Âge. Archéologie Médiévale, XVII, Caen, 1987, p. 93-103.

Patrice Bertrand, Cédric Moulis, Conception et matérialité des frontières en l’an mil. in Jean-Luc Deshayes, Didier Francfort (dir.), Du barbelé au pointillé, les frontières au regard des sciences humaines et sociales, PUN, Nancy, 2010, p.55.

 

Conférence de S. Gouguenheim, « Les châteaux et la politique castrale de l’Ordre Teutonique en Prusse XIIIe-XVe siècles » (mercredi 2 mai)

Sylvain Gouguenheim, professeur à l’ENS de Lyon, donnera une conférence intitulée « Les châteaux et la politique castrale de l’Ordre Teutonique en Prusse XIIIe-XVe siècles » le mercredi 2 mai à 17h30, dans la Salle internationale de la MSH Lorraine (Plateforme Libération, 91 avenue de la Libération, Nancy).
La conférence est organisée par le Pôle Archéologique Universitaire (EA 1132 HISCANT-MA) et la section d’Histoire médiévale.

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Colloque « De Domremy… à Tokyo : Jeanne d’Arc et la Lorraine » (24-26 mai 2012)

 
A l’occasion de la commémoration du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc, un colloque universitaire international est organisé par l’Université de Lorraine, le conseil général des Vosges, le conseil général de la Meuse et la ville de Vaucouleurs sous la direction de Catherine GUYON (maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Lorraine, Cruhl Nancy-Metz) et de Magali DELAVENNE (directrice du centre d’interprétation de Domremy) les 24, 25 et 26 mai 2012 à Domremy et Vaucouleurs.
25 chercheurs français et étrangers reprendront, à partir des recherches récentes et avec des problématiques nouvelles, le dossier de la naissance, l’enfance et de la jeunesse de Jeanne d’Arc. Ce sera l’occasion de rappeler le contexte politique des marges lorraines au début du XVe siècle et de préciser les cadres géographiques et administratifs complexes de ce secteur mettant en contact royaume de France, duché de Lorraine et Barrois, en s’intéressant plus spécialement au concept de frontière. Les communications porteront sur la famille de Jeanne et ses jeunes années replacées dans leur environnement villageois quotidien (grâce aux apports des textes et de l’archéologie), mais aussi dans leur contexte religieux (les cadres paroissiaux et diocésains en particulier l’officialité, les « voix », le prophétisme, les modèles de sainteté) et social (présentation des villes de Vaucouleurs et de Neufchâteau, habitats de la petite noblesse lorraine au début du XVe siècle). Il sera aussi question du retentissement dans l’espace lorrain et des régions limitrophes de son épopée, des enquêtes menées à Domremy lors des procès, ainsi que de la fausse Jeanne d’Arc, Claude des Armoises, sur laquelle des éléments nouveaux ont été découverts. Les intervenants aborderont enfin les enjeux de cette commémoration et s’interrogeront sur l’image de Jeanne, figure majeure de l’histoire de France, à la fois, enjeu politique, emblème féminin, modèle d’enfance et sainte de l’Eglise. En effet, loin de s’arrêter aux frontières hexagonales, la figure de Jeanne d’Arc a rayonné dans le monde entier, comme  le révèle l’exemple du Japon où elle est très connue du grand public et a constitué une source d’inspiration pour artistes, acteurs de théâtre et écrivains.

Les communications se tiendront de 9 h 30 à 18 h les 24 et 26 mai à l’auditorium du Centre d’Interprétation de Domrémy et le 25 mai à la salle Lyautey de Vaucouleurs. Elles seront entrecoupées de visites guidées des sites johanniques de Domrémy (maison natale, église Saint-Remy,  basilique du Bois-Chenu, chapelle de Bermont) et de Vaucouleurs (fortifications et topographie historique de la ville, chapelle Notre-Dame des Voûtes, musée Jeanne d’Arc).

Présentation du colloque sur le site du CRUHL

Programme du colloque Domremy Tokyo

 

Samuel Provost

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus