Chantier d’archéologie du bâti à Darnieulles (Vosges)

Un chantier d’archéologie du bâti se tient du 20 au 31 août sur l’ancienne maison forte de Darnieulles.

Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle
Vue générale de la tour d'habitation du XIIe siècle

Cet édifice reste un élément du patrimoine lorrain excessivement peu étudié en regard de l’intérêt que le site revêt. Les premières études historiques concernant les sires de Darnieulles ont été réalisées dans les années 1950 par L. Mathieu mais uniquement publiées dans le Bulletin communal en 1980. Autant dire que ce travail reste confidentiel. Depuis, l’abbé Jacques Choux lui a consacré une notice de quelques lignes dans son Dictionnaire des châteaux de France. Lorraine, paru en 1978. Le seul travail ayant un peu d’envergure à ce jour sur la maison forte de Darnieulles est l’œuvre d’A. Laumond, qui publie en 1998 La tour résidence et la maison forte de Darnieulles. Approches historique et archéologique. Ces 24 pages s’insèrent au sein d’un ouvrage collectif : Archéologie vosgienne. Un patrimoine à redécouvrir, hors-série des Annales de la Société d’Emulation des Vosges. Son approche archéologique se résume à une description architecturale, quoique très précise, des éléments discriminants composant la maison forte. L’analyse historique qu’il fournit permet de brosser l’évolution du site à grands traits.

Darnieulles est une paroisse ancienne, dédiée St-Maurice. Dès les années 1090-1150, un lignage de chevaliers possède le site en alleu. Leur puissance s’affirme alors par leur apparition comme signataires de quelques actes épiscopaux ou ducaux et par des donations aux abbayes de Remiremont et Chaumousey. Elle se matérialise aussi dans la pierre au cours de la première moitié du XIIe siècle, par la construction d’un donjon à vocation résidentielle de 15x11m, d’architecture relativement frustre, mais qui reste un exemple unique dans la région. Les sires de Darnieulles finissent par se vassaliser au duc de Lorraine, à la fin du XIIe siècle ou au cours du XIIIe siècle. Le donjon est incorporé à une vaste enceinte au XIVe siècle. Il faut attendre le XVIe siècle, pour qu’un nouveau corps de logis, au nord du donjon, ne remplace ce dernier dans sa fonction d’habitat. Le donjon devient alors un lieu d’engrangement, d’entrepôt.

Darnieulles est un exemple unique en Lorraine de maison forte pour le XIIe siècle. Par ses dimensions, la tour principale, ou donjon, s’inscrit dans la catégorie des bâtiments à fonction résidentielle. Elle comporte à ce titre des éléments de confort, notamment une cheminée, dont on ne connait qu’un seul autre exemple dans le quart nord-est de la France pour la première moitié du XIIe siècle (thèse de J.-C. Kuhn sur les éléments de chauffage dans le nord-est de la France).

Elle reproduit toutefois des éléments de défense passive encore très marqués : porte à l’étage, accessible par une échelle ou un escalier en bois extérieur, enserré dans une tour semi-circulaire accolée au bâtiment, murs épais, ouvertures étroites.

L’état du bâtiment laisse craindre à terme sa disparition, au moins de certaines parties. En effet, les élévations sont envahies par le lierre, deux des quatre chaînes d’angle sont largement dissociées des maçonneries attenantes, des larges ouvertures ont été pratiquées à la base des murs. La consignation des données archéologiques sur les élévations de ce bâtiment apparait donc comme une priorité.

Elévation interne est. On remarque la cheminée.
Elévation interne est. On remarque la cheminée

L’objectif historique et patrimonial est de replacer ce donjon dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales du XIIe siècle. L’édifice semble être une subtile mixtion des grands donjons résidentiels de l’ouest de la France (toutes proportions gardées), des petits donjons résidentiels de l’est du pays (par les techniques de construction) et des Wohnturm germaniques (par l’espace et le confort). Il convient donc de préciser la ou les influences stylistiques observables sur ce bâtiment.

L’objectif archéologique de cette opération est de réaliser une couverture analytique complète du donjon afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux et éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… (relevés au tachéomètre laser, couverture photo, dessin pierre à pierre, renseignements de fiches UC, métrologie). Le cas échéant, des analyses physico-chimiques (lames minces, DRX, dendrochronologies, C14) sont envisagées sur les matériaux jugés pertinents (pierres, mortiers, bois).

L’étude intègre également une thèse en cours sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles. Le chantier est dirigé par Cédric Moulis, sous l’égide de l’Université de Lorraine (EA 1132 Hiscant-MA) et de Nord-Est Archéologie (NEA). Il encadre une dizaine d’étudiants venus des universités de Nancy, Dijon, Lille, Reims et Lyon. Le financement est assuré par la DRAC de Lorraine et le Conseil Général des Vosges.

Colloque « Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Age »

A Gérardmer (88) et Munster (68), les 30-31 août et 1er septembre 2012, le Pôle archéologique de l’Hiscant-MA organise en partenariat avec le Pôle Archéologique Inter-Rhénan, un colloque sur le thème « Vivre dans la montagne vosgienne au Moyen Age : anthropisation de la montagne, conquête des espaces et culture matérielle ».

 

En portant l’attention sur les Vosges cristallines durant  le grand Moyen Âge, les organisateurs ont pour souci d’une part de créer du lien entre les chercheurs œuvrant sur l’un et l’autre des versants pour appréhender les questions d’anthropisation du massif de façon globale, en dépassant les cadres territoriaux habituels et en s’inscrivant dans une perspective supra régionale qui pourrait, à terme, s’étendre à la Forêt Noire.

Leur ambition est aussi de prendre part au dialogue entre les équipes de recherche se vouant à l’étude de la présence et de l’activité de l’homme au cœur des écosystèmes des montagnes européennes, « terres inconnues »  difficiles à appréhender et de ce fait trop longtemps restés en marge des terrains d’investigation de l’archéologie.

Télécharger le programme

Pour tous renseignements, contacter : charles.kraemer@univ-lorraine.fr

Sandrine Huber, nouveau professeur d’archéologie classique à l’Université de Lorraine

Le département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université de Lorraine et l’HISCANT-MA (EA 1132) sont heureux d’annoncer le recrutement de Sandrine Huber sur le poste de professeur d’archéologie classique occupé précédemment par Catherine Abadie-Reynal.

Sandrine Huber, de nationalité suisse, est archéologue, spécialiste du monde grec antique. Docteur de l’université de Lausanne (Suisse), ancien membre étrangère de l’École française d’Athènes où elle a par ailleurs été responsable des éditions durant 6 ans, elle a enseigné à l’université de Lausanne avant d’être professeur associée d’archéologie grecque à l’université de Lille 3.

 

Ses recherches, menées sous l’égide de l’École française d’Athènes et de l’École suisse d’archéologie en Grèce, recouvrent trois champs thématiques principaux : la religion grecque, la poléogénèse et la transformation des cités dans le monde grec, les questions d’échanges et médiations en Méditerranée antique. Spécialiste de l’archéologie du culte, elle travaille à la difficile reconnaissance archéologique des phénomènes religieux. Elle dirige des fouilles dans la cité grecque d’Érétrie sur l’île d’Eubée et entreprend des recherches en plusieurs endroits du monde grec, notamment à Argos, Délos et Delphes. Ses questionnements s’appliquent à la structure, aux caractéristiques, aux modalités des actes sacrificiels et aux expressions matérielles des actes cultuels. Parmi ses travaux, évoquons son livre L’aire sacrificielle au nord du Sanctuaire d’Apollon Daphnéphoros. Un rituel des époques géométrique et archaïque, tome XIV de la collection Eretria. Fouilles et recherches paru en 2003 et considéré comme un ouvrage de référence pour l’étude des expression matérielles des rituels grecs, ainsi que son essai à paraître, Les hécatombes dans les pratiques sacrificielles antiques. Sacrifices publics et marché de la viande dans les cités grecques.

 

Le premier titulaire du poste fut Paul Perdrizet, le seul parmi les premiers fouilleurs de la Grande Fouille de Delphes à évoquer, en 1894, des « couches de cendres mêlées à des os de cuisine » dans le sanctuaire d’Apollon Pythien à Delphes, une convergence que nous ne pouvons pas ne pas remarquer, avec la nomination  d’une spécialiste de la question des sacrifices qui travaille, qui plus est, à Delphes.

Château de Blâmont : retour sur l’histoire d’un monument médiéval

Date : Samedi 16 Juin 2012 – 09:00 – 13:30
Lieu : Blâmont

Partez à la découverte de l’un des vestiges les plus remarquables de l’architecture médiévale en Lorraine. Au carrefour de l’histoire et de l’archéologie, retracez pas à pas la chronologie du château et replongez dans les différentes étapes de sa construction, du XIIe au XIXe siècle. Vous pourrez observer le donjon et les quatre tours encore debout. Les autres éléments de ce puzzle vieux de 700 ans mettront à l’épreuve vos talents d’enquêteurs…

Intervenants : Cédric Moulis, ingénieur d’études au Pôle Archéologique Universitaire & Vianney Muller, doctorant en histoire et archéologie médiévale, (E.A. 1132-Hiscant-MA), Université de Lorraine

> Un bus sera spécialement affrété au départ de Nancy.

Lieu exact précisé lors de la réservation au : 03 54 50 54 70.

Plus d’infos et réservations : Les chercheurs dans l’herbe – balades thématiques grand public

Chantier d’archéologie du bâti à l’abbaye de Droiteval (Vosges)

Abbatiale de DroitevalUn chantier d’archéologie du bâti se déroule du 21 au 25 mai 2012 sur l’ancienne abbaye de Droiteval (Vosges). Située sur la commune de Claudon, cette abbaye cistercienne est fondée dans la première moitié du XIIe siècle. A l’origine, c’est un monastère féminin, qui finit par être transformé en prieuré masculin au XVe siècle.

Ce chantier, composé de 6 personnes, est placé sous la direction de Marie Nique, qui réalise cette étude dans le cadre d’un mémoire de master en histoire et archéologie à l’université de Lorraine sous la direction de Gérard Giuliato, Cédric Moulis et Pierre Sesmat. Les moyens logistiques proviennent de Nord-Est Archéologie (NEA) et du Pôle Archéologique Universitaire de Nancy (EA 1132, Hiscant-MA). Le financement est assuré par la DRAC Lorraine, via le Service Régional de l’Archéologie, et par le Conseil Général des Vosges.

La principale problématique retenue est la caractérisation du chantier de construction de l’abbatiale, la mise en évidence des phasages sur le bâtiment et le relevé des bâtiments anciens présents sur le périmètre de l’espace claustral, à savoir une maison en vis-à-vis du transept, qui présente un phasage intéressant et une cave voûtée possédant des signes lapidaires. Ces deux éléments sont absolument inédits.

http://www.culture.gouv.fr/cgi-bin/fouillestest?region=toute&departement=Vosges&periode=toute&debut=toute&fin=toute

 

L’Université de Lorraine recrute un ATER en histoire de l’art du Moyen Âge

Le département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université de Lorraine (site de Nancy) recrute pour l’année universitaire 2012-2013 un ATER en histoire de l’art du Moyen Âge (section CNU 21), suite à la vacance d’un poste de maître de conférences pour cause de mutation.

L’ATER assurera un service de 192 HETD, réparti sur les deux semestres 2012-2013 et constitué de cours magistraux et de travaux dirigés dans les trois années de la licence d’histoire de l’art et d’archéologie. Les cours viseront à présenter de façon progressive les grands mouvements de l’art du Moyen Âge à travers les supports principaux représentés (arts picturaux, sculpture, architecture).

Les candidats sont invités à consulter la page d’information générale de l’Université de Lorraine sur le recrutement des ATER et à déposer un dossier via l’application prévue à cet effet.

ATTENTION : la date de clôture des dépôts de candidature est le 1er juin 2012 (inclus).

Chantier archéologique : l’église abbatiale de Saint-Vanne à Verdun (8 juillet-4 août)

L’Université de Lorraine recherche des fouilleurs bénévoles pour compléter l’équipe du chantier de fouilles archéologiques qu’elle organise à la citadelle de Verdun, sur le site de l’abbaye Saint-Vanne, du 8 juillet au 4 août prochains.

Cette opération s’inscrit dans le cadre du projet AME (MSH-Lorraine), une étude historique et archéologique de l’abbaye entreprise depuis 2011 sous la direction de Valérie Serdon-Provost (Université de Lorraine, CRULH). Après une campagne de prospection géophysique (géo-radar) menée en septembre 2011 afin d’estimer l’ampleur des vestiges et de confirmer les données topographiques connues par la documentation des XIXe et XXe siècles, cette première campagne de fouilles concernera le secteur de l’église abbatiale.

Cette église gothique, détruite au début du XIXe s., date de la première moitié du XVe siècle au plus tôt ; elle a succédé à une église romane du XIIIe siècle, elle-même construite à l’emplacement d’une basilique remontant au moins au début du VIIe s. La fouille aura pour objectif premier de préciser la chronologie de cette occupation médiévale et de confirmer éventuellement une occupation antique tout en appréciant la nature et l’état de conservation des vestiges. Après un décapage mécanique superficiel de l’ensemble de la surface présumée des bâtiments, l’ouverture de deux sondages mettra au jour d’éventuels états antérieurs de l’abbatiale : le premier sondage a pour objet le chevet de l’abbatiale, le second, qui a pour but de mettre au jour d’éventuels états antérieurs de l’édifice, sous la nef. La fouille conduira également à une meilleure connaissance des plans et des partis pris architecturaux de cet ensemble liturgique complexe (aujourd’hui, tout vestige extérieur a pratiquement disparu, mis à part une tour).

L’équipe se composera d’une vingtaine d’étudiants en archéologie, en majorité issus de l’Université de Lorraine et d’archéologues universitaires et de l’INRAP :

  • Valérie Serdon-Provost, Maître de conférences en histoire et archéologie du Moyen Âge (Université de Lorraine, CRULH), directrice de la fouille
  • Samuel Provost, Maître de conférences en archéologie de l’Antiquité tardive (Université de Lorraine, HISCANT-MA)
  • Jacques Guillaume, chargé de recherches au CNRS , spécialiste d’archéologie mérovingienne
  • Arnaud Lefevbre (anthropologue), Hélène Duval (topographe), Laurent Vermard (INRAP – Institut National de Recherches Archéologiques Préventives)

Conditions matérielles :

L’hébergement de la mission, pris en charge par l’Université de Lorraine, sera assuré en pension complète (y compris le week-end) par le groupe scolaire Sainte-Anne de Verdun.

Un transport collectif Nancy-Verdun  pris en charge par l’Université de Lorraine sera mis en place les dimanche 8 juillet et samedi 4 août si la demande est suffisamment importante : veuillez indiquer si vous souhaitez bénéficier de cette solution.

Les volontaires doivent s’engager à rester si possible les quatre semaines de la fouille et au moins deux semaines consécutives. Les candidats sont invités à se faire connaître en envoyant une lettre de motivation et un CV à cette adresse ou bien en remplissant le formulaire ci-dessous :

(inscriptions closes)

 

Colloque « Échanges culturels et identité en Syrie romaine : le paraître et l’intime » (Lyon, MOM, 4-5 mai 2012)

Catherine Abadie-Reynal, professeur d’archéologie grecque à l’Université de Lyon 2 et précédemment titulaire de la chaire d’histoire de l’art et d’archéologie grecques à l’Université de Nancy 2, organise avec Jean-Baptiste Yon (UMR 5189-HISOMA) un colloque à la Maison de l’Orient Méditerranéen les 4 et 5 mai prochains, avec pour titre : « Échanges culturels et identité en Syrie romaine : le paraître et l’intime ».

Deux collègues de l’Université de Lorraine y présenteront des communications :

– Anne-Sophie Martz (EA 1132 HISCANT-MA)  : «Morphologie et signification des triclinia dans les maisons de Syrie du nord ». (samedi 5 mai, 11h00-11h30)

– Claire Fauchon (ATER Université de Lorraine) : « Banquet romain, banquet araméen : l’apport des textes syriaques pour une étude comparée des pratiques de réception en Syrie romaine ». (samedi 5 mai, 11h30-12h00)

Programme colloque Syrie échanges culturels.

 

L’Université de Lorraine dans le Bois de la discorde

Retrouvez nos équipes en terre mosellane afin d’identifier une carrière :

http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2012/04/22/les-archeologues-explorent-le-bois-de-la-discorde

Ce chantier s’est déroulé du 10 au 20 avril, et a regroupé des membres du Pôle archéologique de l’université de Lorraine (PAU), de l’Association pour la Recherche Archéologique dans le Pays de Sarrebourg (ARAPS) et de Nord-Est Archéologie (NEA).

Les archéologues explorent   Le bois de la discordephoto : Républicain Lorrain

Exposition « Reims capitale mérovingienne » (19 avril-29 juillet)

Les tombes aristocratiques mérovingiennes découvertes à Saint-Dizier en 2002 font l’objet d’une nouvelle présentation temporaire dans le cadre d’une exposition organisée au Musée Saint-Remi de Reims du 19 avril au 29 juillet 2012.

 

À la mort du roi Clovis, le 27 novembre 511, son royaume est partagé entre ses quatre fils selon la coutume des Francs. L’aîné, Thierry, reçoit un royaume composé des actuels Palatinat, Rhénanie, Luxembourg, Lorraine et Champagne auxquels est rattachée l’Auvergne. Sous le nom de Thierry 1er (Théodoric), il choisit Reims comme capitale.
Le Musée historique Saint-Remi de Reims et le Musée municipal de Saint-Dizier se sont associés pour présenter cette exposition, en collaboration avec l’Inrap, afin de commémorer la naissance de cette entité territoriale qui perdura sur une soixantaine d’années au long du VIe siècle.

En effet, en 2002, au sud-est de l’agglomération de Saint-Dizier, une fouille préventive réalisée par l’Inrap au lieu-dit La Tuilerie, met au jour trois riches tombes appartenant à la haute aristocratie franque du royaume de Reims.

L’exposition s’articule en deux parties :
– les collections permanentes du musée historique Saint-Remi, qui évoquent le cadre de vie des différentes couches de la population à l’époque du haut Moyen Âge (VIe-VIIIe siècles) ainsi que le positionnement de Reims comme capitale d’un des royaumes francs ;
– la découverte archéologique faite à Saint-Dizier.

Source : INRAP

Le Conseil Général des Ardennes recrute un archéologue départemental (responsable d’opérations)

Le Conseil Général des Ardennes recrute sur un emploi d’attaché territorial de conservation du patrimoine un archéologue départemental (responsable d’opérations).
Le poste est à pourvoir immédiatement.
Fiche descriptive du poste : Responsable d’Opérations
Source : http://cg08.fr/Services/Emplois-stages/Les-offres-d-emplois-permanents

Chantier de fouilles archéologiques à Châtenois (Bas-Rhin) – été 2012

Une campagne de fouilles archéologiques se déroulera à Châtenois, en Alsace, dans le site médiéval du Jardin du Presbytère. Localisé à l’extrémité nord du périmètre fortifié par une enceinte en pierres depuis le milieu du 13e siècle, le site livre, au fil des campagnes de fouilles, les vestiges d’une occupation continue entre l’Antiquité et le bas Moyen Âge. De 2008 à 2010, les fouilles ont mis au jour les vestiges d’une résidence de chevalier en pierres, incendiée au début du 16e siècle. Ce sinistre avait contribué à piéger un mobilier archéologique très riche par sa qualité et sa diversité (armement, outillage viticole, objets de la vie quotidienne).
Ces nouvelles recherches, par l’étude d’un premier état d’occupation (10e – 13e siècle), aborderont la thématique de la genèse des lieux de pouvoir médiévaux. Charles le Simple a séjourné à Châtenois en 914 et une famille noble est connue comme vassale de l’évêque de Strasbourg depuis 1137 dans la localité. La durée du stage permettra de poursuivre l’étude des éléments de mobilier découverts dans les campagnes antérieures.

Conditions d’inscription : chantier prioritairement ouvert aux étudiants en archéologie médiévale (fouilles et études du bâti). Expérience souhaitée. Vaccination antitétanique à jour. Prévoir les chaussures de sécurité.
Nombre de fouilleurs : 8 personnes maximum

Hébergement : logement en gîte assuré par la Commune – draps fournis. Repas servis au gîte.

Calendrier : du 06 au 25 août 2012

Contact : Jacky Koch – Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan
Mel : jacky.koch@pair-archeologie.fr
Tél : 06 28 62 66 81

Conférence de J.-Cl. Bessac, « les “outils” intellectuels du tailleur de pierre » (mardi 15 mai)

L’HISCANT-MA vous invite à une conférence de Jean-Claude Bessac
(Ingénieur de recherche au sein du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Latte, UMR 5140)

Mardi 15 mai 2012 – 17h
UNIVERSITE DE LORRAINE
Plateforme Libération – 3ème étage – MSH – Salle internationale 324

L’imagination populaire conçoit souvent le tailleur de pierre comme un personnage un peu rude et surtout très costaud qui manie la masse comme un forçat. Les outils intellectuels, comme l’équerre et le compas sont moins représentatifs du métier que les ciseaux, les broches, les têtus, etc. En contrepartie, chez l’homme de métier, ils révèlent la maîtrise graduée d’une science majeure : la géométrie qui lui permet de concevoir et de réaliser les diverses pierres des composantes architecturales les plus complexes. Une telle approche de la taille de pierre est illustrée, entre autres, par l’exemple de l’étude archéologique d’un élément gothique banal, mais révélateur : le pinacle qui nous éclaire sur le jeu géométrique très subtil du tailleur de pierre du passé. Ces exercices intellectuels permanents lui ouvraient des perspectives de progression hiérarchique difficilement concevables dans notre société actuelle. Mais la démarche intellectuelle et la pratique qui en découle étaient alors très intimement mêlées à tous les stades de la production. Et cet homme de métier, quel que soit son niveau, serait très surpris d’apprendre que son travail est aujourd’hui souvent conçu et supervisé par des spécialistes et une hiérarchie très éloignée de la pierre et des savoir-faire qui lui sont propres.

Journée d’études : « Charpentes et couvertures en Lorraine » (21 avril)

Charpente et voûte de la croisée des transepts et du choeur de l’église.
Dugny - Cliché C. MOULIS - droits réservés

 

 

 

Le Comité d’Histoire Régional de Lorraine organise une journée d’études consacrée aux Charpentes et couvertures lorraines samedi 21 avril à Marainviller à côté de Lunéville.

 

 

 

 

Au programme :

  • 9h15,  Jean-Yves HENRY : Vocabulaire et typologies  des charpentes rurales en  Lorraine
  • 10h,  Ivan FERRARESSO : Les charpentes du XIIIè s. au XVIè s.
  • 10h45,   Luc BONACCINI : Charpentes et couvertures  en Meurthe-et-Moselle, plus particulièrement dans le Bayonnais
  • 11h30, Bernard PARISSE : Toits et tuiles en Lorraine
  • 12h15 déjeuner libre
  • 14h, Jean-François GEORGEL : Spécificités des charpentes et couvertures dans les Hautes Vosges
  • 14h45, Joël  GALMICHE : Les chalots
  • 15h30, Jean-Luc MADDALON : Restauration et entretien des charpentes lorraines
  • 16h15 : François ZAUG fera découvrir deux charpentes dans le village de MARAINVILLER

  Il est recommandé de s’inscrire auprès du comité d’histoire régionale :  chr@lorraine.eu

 

Une bonne occasion de faire le point sur un thème d’archéologie du bâti trop souvent laissé aux seuls spécialistes.

 

Source : http://chr.lorraine.eu/chr/informations.php?frm_provenance=accueil&frm_ref_information_chr=209&type=actualite

Les carrières à l’honneur en avril

Le Pôle Archéologique Universitaire de l’EA 1132 Hiscant-MA travaille sur deux carrières ce mois d’avril, dans le cadre du PCR « La pierre en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre ».

 

Tout d’abord, un relevé topographique a été réalisé lundi 2 avril sur la carrière du Petit Septfond, sur la commune de Vaucouleurs (Meuse). Cette carrière a exploité un calcaire à Astrates de couleur ocre. Son front s’étend sur 350 mètres de long et atteint parfois plus de 7 mètres de hauteur. Toutefois, aucun front de taille n’est actuellement visible, l’ensemble est caché par une couche de végétation et par le recouvrement. L’arrêt de la carrière semble donc ancien. Elle ne figure pas sur les cartes géologique du BRGM, même à titre d’ancien site carrier. L’étude de ce relevé topographique permettra de comprendre la logique d’exploitation de cette pierre. Les volumes extraits sur le site paraissent importants, et n’ont pu uniquement servir à la construction de la maison forte de Gombervaux au milieu du XIVe siècle, située à 2000 mètres de là. La carrière est installée sur la même isométrie que la maison forte, dont seuls les soubassements sont réalisés avec cette pierre, le reste du bâtiment étant constitué d’un calcaire blanc dit de Saint-Germain, plus fin et plus aisé à la taille. Ce calcaire ocre possède des caractéristiques de résistance qui en font un bon candidat pour l’emploi dans les fondations et les parties soumises aux remontées capillaires.

Carrière du Petit Septfond Carrière du Petit Septfond (cliché J. Guillaume)

 

La carrière du Streitwald (Commune d’Abreschwiller, Moselle) offre quant à elle une typologie fort différente. Elle présente pour l’heure deux ilots d’extraction d’une quinzaine de mètres d’envergure et d’une hauteur ne dépassant pas un mètre. Toutefois, ce site fait l’objet d’un sondage qui se déroule du 10 au 20 avril, sous la direction de Dominique Heckenbenner et son association ARAPS, et auquel prend part le Pôle Archéologique Universitaire, avec le concours de 5 étudiants. Le but est de reconnaitre la puissance du front de taille et de retrouver des indices et artefacs permettant de mieux cerner la datation de ce site, estimé pour l’heure des XIe-XIIIe siècles. Une première synthèse concernant ce site a été livrée au mois de mars.