Conférence : Les décors peints de la villa de Saint-Ulrich : ambiance colorée chez un notable gallo-romain

Vendredi 17 mars – 20h30 | Musée du Pays de Sarrebourg

Cette conférence est présentée par l’Araps (association pour la recherche archéologique au Pays de Sarrebourg), en collaboration avec le musée du Pays de Sarrebourg. Elle sera assurée par Dominique Heckenbenner.

Les milliers de fragments de peintures murales découverts lors des fouilles de la villa gallo-romaine de Saint-Ulrich, recomposés patiemment au musée du Pays de Sarrebourg par les membres de l’Araps, évoquent de manière concrète le décor intérieur de cette prestigieuse maison. La villa a été édifiée dans la première moitié du Ier siècle. On mesure à quel point dès cette époque, à travers le décor des pièces de réception (fonds bleus, rouges et noirs, imitations de marbres, représentations figurées), le propriétaire veut marquer de manière ostentatoire son statut social. A la fin du Ier siècle, alors que la villa atteint sa plus grande extension, on est surpris par l’alternance des couleurs rouges et noires des cubicula (chambres à coucher), enchanté par les chèvres, les oiseaux et les motifs végétaux et floraux qui ornent les parois du péristyle et édifié par la taille des venatores (chasseurs) dont ne restent que…les chaussures. C’est la grande mode du candélabre, ce luminaire enrichi d’un nombre incroyable de motifs (vases, oiseaux, dauphins…) que l’on trouve dans tout l’Empire romain. Autre ambiance dans les thermes : le baigneur est accueilli dans un vestiaire aux parois noires, décoré de motifs de bordures ajourées et de cercles à palmettes puis il pénètre dans le frigidarium (salle froide) peint en blanc, et décoré de voûtes et de niches en stucs, rehaussés de bleu de vert et de rouge. Au-delà de l’apport considérable à la connaissance de la villa de Saint-Ulrich, l’étude des enduits peints permet d’aborder le monde des artisans et les circuits commerciaux des matières premières.

 

 

 

 

Séminaire « Apprentissage, travail et création » à Lille 3 (23 janvier)

 

Le séminaire « Apprentissage, travail et création » organisé par l’UMR 8529 IRHIS accueille le lundi 23 janvier 2017 une séance consacrée à Nancy avec deux communications autour de Paul Perdrizet, touchant son enseignement d’une part, et les Établissements Gallé à l’époque où il en exerce la direction, d’autre part.

__________________

Enseigner l’histoire de l’art médiéval à Nancy au début du XXe siècle : Paul Perdrizet et l’héritage d’Émile Mâle

Frédéric Tixier (EA 3945 CRULH, Université de Lorraine)

Au début du XXe siècle, l’histoire de l’art en tant que discipline scientique à part entière s’institu onnalise. Différentes chaires professorales sont alors créées dans les universités ou les grandes écoles et des réflexions sont menées sur des aspects d’ordre méthodologique. À Nancy, Paul Perdrizet marque de son empreinte l’enseignement de l’histoire de l’art et de l’archéologie. Ce grand spécialiste de l’art antique a cependant un second centre d’intérêt puisqu’il soutient en 1908, sous la direction d’Émile Mâle, deux thèses d’État consacrées à des questions d’iconographie médiévale. En parallèle, il dispense plusieurs cours d’histoire de l’art du Moyen Âge (sur les primitifs italiens ou l’art symbolique par exemple) selon une approche très influencée par les écrits d’Émile Mâle, en particulier son ouvrage fondamental sur L’art religieux du XIIIe siècle en France. Étude sur l’iconographie du Moyen Âge et ses sources d’inspiration de 1898. Cette intervention souhaite donc questionner la vision de Paul Perdrizet de l’art médiéval, son apprentissage de la discipline en partie autodidacte et sa manière de transmettre son savoir auprès de ses étudiants et à l’Université populaire de Nancy.

___________________

De La formation à la tentation de l’émancipation
des ouvriers d’art et dessinateurs des Établissements Gallé à Nancy

Samuel Provost (UMR 7117 LHSP-AHP, Université de Lorraine)

La manufacture d’art Émile Gallé à Nancy combine, dans l’ordre de leur création, dans le dernier quart du XXe s., une faïencerie, une ébénisterie et une cristallerie. Elle doit à la renommée artistique de son créateur la nécessité de se doter d’un appareil industriel pour répondre à la demande croissante en meubles et cristaux d’art du style Art nouveau qu’il a contribué à théoriser aussi bien qu’à populariser dans les années 1880-1890. Le recrutement et la formation de la main-d’œuvre sont dès lors des questions cruciales, dans une région où la densité d’implantation des industries verrières entraîne à la fois des opportunités et une concurrence marquée. Bien que les archives de la fabrique soient largement perdues ou détruites, d’autres sources, telles que des témoignages personnels et des correspondances privées, de la direction comme des ouvriers, permettent d’examiner comment Émile Gallé et ses successeurs ont répondu aux besoins croissants de main-d’œuvre qualifiée, notamment pour les ateliers de décor sur verre.

On étudiera ainsi d’abord les modalités de la formation des différents corps de métier concernés et le souci d’Émile Gallé de la développer à l’extérieur de la fabrique, ce qu’il manifeste dans les projets de l’association de l’École de Nancy comme dans son soutien aux réformes de l’enseignement des arts appliqués réclamées par un Victor Prouvé, par exemple. Dans un second temps, on verra comment le développement de cette main-d’œuvre qualifée, dans un contexte de forte croissance de la demande pour les verreries décoratives produites en série, a pu entraîner des tentatives d’essaimage de la part d’ouvriers frustrés de ne pouvoir exprimer leurs talents de créateurs dans le cadre de la fabrique Gallé.

(intervention lue par Frédéric Tixier)

Exposition : le rôle de l’image dans l’enseignement d’archéologie et d’histoire de l’art à l’université de Nancy (1887-1928)

affiche-exposition-rieahasd

La Faculté des lettres de Nancy fut l’une des premières en France à disposer, sous le nom d’Institut d’archéologie classique (IAC), d’une institution spécifique consacrée à la recherche et à l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art. Créé en 1902, il associait un musée de moulages de sculptures antiques, une bibliothèque spécialisée et une riche collection de photographies. Cette collection se trouve encore aujourd’hui dans les locaux du département d’histoire de l’art et d’archéologie à Nancy. Elle compte près de 9000 plaques de verre et plus de 4500 épreuves sur papier et fait l’objet, depuis trois ans, d’un programme de conservation et d’étude.

Cette collection était d’abord un instrument pédagogique : elle fournissait aux enseignants de l’IAC les images nécessaires à l’illustration de leurs cours, en particulier les cycles de grandes conférences publiques ouvertes au public, sur des sujets aussi variés que l’archéologie mycénienne, la sculpture grecque, ou la peinture italienne du XVe s.

L’exposition présente ainsi des sélections thématiques de photographies de cette collection correspondant à l’illustration originelle d’un choix de sept leçons ou cycles de cours publics, sous forme surtout de projections. Les cours retenus permettent à la fois de montrer l’évolution technique et scientifique de l’usage des photographies, depuis la leçon inaugurale d’archéologie de Charles Diehl, en 1887, jusqu’aux cours des années 1920, et cette diversité des thèmes et périodes abordés.

Plan de l’exposition :

– Introduction sur l’usage de l’image dans l’enseignement universitaire dans les années 1880-1920.

1. Charles Diehl, « Cours inaugural d’archéologie », publié dans les Annales de l’Est, 1888.

2. Paul Perdrizet, « Au musée archéologique universitaire », conférence publique, résumé publié dans le Bulletin des sociétés artistiques de l’Est de la France, 1907.

3. Albert Grenier, « La Gaule cisalpine », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1911.

4. Paul Perdrizet, « L’art symbolique du Moyen Âge », cours public de la faculté des lettres, publié dans le Bulletin de la société industrielle de Mulhouse, 1909.

5. Paul Perdrizet, « La peinture italienne au XVe s. », cours public de la faculté des lettres, publié en 1905.

6. Marcel Bulard, « Les découvertes de l’École française dans l’île de Délos », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1928.

7. Marcel Bulard, « Les sculpteurs florentins du XVe siècle », cours public de la faculté des lettres, résumé dans la Séance inaugurale de l’université de Nancy, 1922 (Daniela Gallo).

Cette exposition s’insère dans le cadre d’un programme « carte blanche » accordé par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) au département d’histoire de l’art et d’archéologie pour l’année 2016. Ce programme, intitulé « Nancy-Paris 1871-1939 : des bibliothèques spécialisées au service de l’enseignement universitaire de l’archéologie et de l’histoire de l’art », étudie la construction contemporaine et parallèle de deux bibliothèques et photothèques, celle de l’IAC à Nancy et celle de la Bibliothèque d’art et d’archéologie à Paris.

L’exposition est réalisée par le département d’histoire de l’art et d’archéologie, en partenariat avec le CRULH (EA 3945), et avec le soutien de l’UFR SHS-Nancy et du conseil scientifique de l’UL.

Commissariat de l’exposition : Daniela Gallo et Samuel Provost.

Assistante : Lucie Oswald.

Conférence : une nouvelle klinè du IVe s. près d’Amphipolis (6 décembre)

provost-samuel_kline

Conférence de Samuel Provost, le mardi 6 décembre, à 18H00, CLSH, salle A 412.

Parmi les monuments inédits relevés par Paul Perdrizet (1870-1938) lors de sa mission de prospection archéologique et épigraphique de la région du Pangée (Macédoine orientale), en 1899, figure une rare klinè à décor sculpté polychrome. Paul Perdrizet en avait découvert de tout petits fragments lorsqu’il avait exploré une première fois une tombe de type dit « macédonien », sans doute peu de temps après son pillage, en novembre 1894, quelques kilomètres au nord d’Amphipolis. Lorsqu’il revint presque cinq ans plus tard dans la région, il n’eut de cesse de chercher les fragments disparus des deux lits funéraires dont il avait restitué l’emplacement dans la tombe. Il parvint à ses fins et localisa un pied et une partie de la frise de la façade d’une klinè. S’il les fit dessiner plus tard par un artiste de la fabrique Gallé, il ne publia pas cette découverte remarquable, perdue jusqu’à présent, comme les fragments eux-mêmes.

La conférence reviendra d’abord sur les conditions de cette découverte et les raisons de son oubli, avant d’examiner la place du monument dans le corpus de ces monuments funéraires macédoniens.

Journées d’études : Liturgie et Architecture (24-25 novembre)

colloque_architecture_2016

La liturgie et l’architecture paraissent entretenir un lien évident, qui peut s’expliciter de la façon suivante : « Dans ce domaine, la principale interrogation demeure celle de la création des formes architecturales déterminées par les pratiques liturgiques ou bien, à l’inverse, celle de l’influence du cadre architectural sur le déroulement de la liturgie». (Eric Palazzo,  Liturgie et société au Moyen Âge, Paris, 2000). En termes plus récents, cette interrogation apparaît comme une variante du vaste débat entre «forme et fonction» qui irrigue encore de nos jours les milieux de l’architecture : à quelle donnée reviendrait la primauté ?

Mais en l’occurrence, la question pourrait paraître se limiter au seul moment du  chantier, de la construction à neuf. Or l’un des deux paramètres de la problématique a pu connaître des évolutions spécifiques ou des nouveautés indépendantes de l’influence de l’autre. Ainsi, au temps de la Renaissance, le vocabulaire et les références de l’architecture religieuse ont changé avant que ne soit entreprise la réforme liturgique du Concile de Trente. De même, l’application de cette dernière s’est souvent faite dans des églises construites au Moyen Âge, auxquelles il a bien fallu s’adapter et qu’aussi on a adaptées. On étudiera donc les différents aménagements et réaménagements intérieurs d’édifices religieux ou encore l’émergence des pratiques liturgiques (par exemple les processions) et leurs implications sur les bâtiments. En fait les interrogations, quand on les veut plus précises, sont multiples. Par exemple, comment s’est faite l’explosion du nombre des autels et des fondations à partir du XVe siècle? Inversement comment en a-t-on réduit le nombre au XVIIIe siècle ? Autre exemple, comment les fidèles ont-ils été cantonnés dans leurs bancs à partir du milieu du XVIIe siècle ? Et du coup, quelle position et quelle attitude adoptaient-ils dans les églises antérieurement ? Sans oublier l’analyse de l’évolution du mobilier liturgique ou sacramentel (confessionnaux, chaires à prêcher…) dont on dit souvent qu’il se transforme et se généralise avec l’esprit tridentin. Surtout il serait vraiment souhaitable de dépasser les généralités déjà connues pour en voir et étudier des applications concrètes ou des exemples particuliers.

Chevauchant les grandes ères imposées par les découpages académiques, une notion semble avoir traversé les siècles : celle du «voir» et du «faire –voir » que Roland  Recht a illustrée pour la seconde partie du Moyen Âge (Le croire et le voir. L’art des cathédrales (XIIe-XVe siècles, 1999) mais qui semble une constante encore valable pour les Temps modernes et la réforme tridentine. La problématique ne pourrait-elle pas alors se concentrer autour des enjeux du «voir» dans les églises, ses exigences, ses conditions et ses contraintes ?

En tout cas, c’est certainement une raison suffisante pour adopter une ampleur chronologique inhabituelle qui conduira les réflexions du XIIIe au XVIIIe siècle et permettra le dialogue de chercheurs trop souvent cantonnés dans leur période.

Géographiquement la «dorsale catholique» ou l’axe lotharingien, de la Belgique à l’Italie, semble un lieu privilégié d’observation de ces changements liturgiques et architecturaux à travers les siècles. On rappellera que c’est à Liège en 1264 que l’évêque Robert de Thourotte instaura la fête du Saint-Sacrement, fête qui fut instituée pour l’Église universelle par le pape Urbain IV, le champenois Jacques Pantaléon qui fut un temps évêque de Verdun. Sur l’autre versant temporel, saint Charles Borromée, saint François de Sales et saint Pierre Fourrier montrèrent tous les trois – avec bien d’autres – le souci de la diffusion de la vie spirituelle chez les fidèles dans le cadre concret de leurs communautés et de leurs églises. C’est avec ces questions et ces intentions en tête que l’ANR LODOCAT–Chrétientés en Lotharingie et Dorsale Catholique (IXe-XVIIIe s.) organisée des journées d’étude le jeudi 24 et le vendredi 25 novembre 2016, à l’université de Lorraine, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy, 23, boulevard Albert 1er (10 mn à pied de la gare SNCF).

Programme des journées d’étude

Conférence : l’École française d’Athènes, le fonds Gilliéron (mardi 15 novembre, 18h)

conference_farnoux_2016Alexandre Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes, donnera le mardi 15 novembre, à 18h00 (CLSH, salle A 226), une double conférence dans le cadre des conférences autour du Musée archéologique de l’Université de Lorraine :

Première partie : l’École française d’Athènes.

Deuxième partie : un nouveau fonds d’archives à l’École française d’Athènes, le fonds Gilliéron.

Séminaire : « Les potins au sanglier, état de la question », par Rose Bigoni (18 octobre)

seminaire_bigoniDans le cadre du Séminaire d’archéologie gréco-romaine du parcours Archéologie du master HPEE, Rose Bigoni, régisseuse des collections archéologiques au pôle d’Archéologie préventive de Metz Métropole, présentera une intervention intitulée :

« Les potins au sanglier, état de la question »

Mardi 18 octobre 2016, salle A 412, 18h00-19h30.

Publication : Le Château des fées de Montcy-Notre-Dame. Archéologie d’un site de l’an Mil.

Le projet LAFAM au sein de la MSH Lorraine a pris fin avec la publication d’un second ouvrage, sous la direction de Cédric Moulis et Jean-Pierre Lémant. Cet ouvrage présente les résultats des fouilles et des analyses qui en découlent sur un site aristocratique des boucles de la Meuse ardennaise aux abords de Charleville-Mézières en l’an Mil.

 Livre broché 224 p. ISBN-10 2814302841 ISBN-13 9782814302846 15€
Livre broché
224 p.
ISBN-10 2814302841
ISBN-13 9782814302846
15€

Le Château des fées est édifié sur une motte rocheuse naturelle, sur la rive gauche de la Meuse. Il fut sans doute la résidence principale d’un seigneur local, à la frontière des diocèses de Reims et de Liège, aux limbes des comtés de Castrice et du Porcien.

Les fouilles dirigées par Jean-Pierre Lémant dans les années 1980-1990 ont permis de redonner à ce site anhistorique toute sa valeur historique et archéologique. Un établissement primitif en bois a d’abord occupé le substrat rocheux. Suite à sa probable destruction en 933 par Richer, évêque de Tongres-Maastricht-Liège, une aula en pierre se substitue au premier ouvrage et une enceinte enserre l’ensemble. La destruction du site intervient vers 1100, suite à un incendie.

Un mobilier bien caractéristique de l’époque a été mis au jour. Les plus belles pièces correspondent à des pièces d’échecs, un fermoir de livre, ou encore de la céramique fine glaçurée importée de la Meuse moyenne. La découverte de fragments de meules en basalte de l’Eifel achève de montrer la prééminence d’une culture matérielle des occupants préférentiellement tournée vers l’est et le nord. L’influence des évêques de Tongres-Maastricht-Liège se reflète très certainement dans l’ensemble de ces orientations.

Les données exhumées des stratigraphies du Château des fées, traitées par différents spécialistes, permettent d’ouvrir une fenêtre d’observation privilégiée sur les pratiques alimentaires et le quotidien de la petite aristocratie autour de l’an Mil.

Plan de l’ouvrage :
Avant-Propos (André Matthys)
Introduction (Cédric Moulis)
CHAPITRE 1 – Une histoire dans l’ombre
1,1 – Un contexte géologique tourmenté. Frontière naturelle ou carrefour ? (Dominique Harmand)
1,2 – Un contexte historique complexe (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
1,3 – De l’histoire à la légende, de la légende au mythe : naissance du Château des fées (Patrice Bertrand, Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
CHAPITRE 2 – Les bâtiments et leur évolution
2,1 – Les données des chantiers (Jean-Pierre Lémant, Cédric Moulis)
2,2 – Les bâtiments (Cédric Moulis)
CHAPITRE 3 – Un mobilier aristocratique
3,1 – La faune (Charlotte Samain)
3,2 – La carpologie (Emmanuelle Bonnaire)
3,3 – La céramique (Sylvie de Longueville)
3,4 – Le verre (Hubert Cabart)
3,5 – Le mobilier métallique (Valérie Serdon-Provost)
3,6 – Les monnaies (Christophe Adam)
3,7 – Le mobilier en matières dures animales (Jean-François Goret)
3,8 – Les meules (Sophie Galland-Créty, Luc Jaccottey)
Conclusion (Cédric Moulis)
Annexes
Bibliographie

L’ouvrage peut être commandé sur le lien suivant : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100686080&fa=details

Ouverture d’ARULA à l’histoire de l’art à l’Université de Lorraine

Après quatre ans d’existence, l’équipe de rédaction du carnet de recherche ARULA, constituée par les enseignants-chercheurs du département d’histoire de l’art et d’archéologie et les personnels de recherche en archéologie des laboratoires correspondants à l’université de Lorraine, a décidé d’élargir à l’histoire de l’art son domaine éditorial.

Cette évolution doit permettre de mieux rendre compte des activités de recherche des enseignants-chercheurs du département d’histoire de l’art et d’archéologie. Elle reflète également l’importance nouvelle prise par des projets développés autour du patrimoine lorrain (dont celui de la faculté des lettres de Nancy), dont les thématiques ressortent davantage de l’histoire de l’art et de l’historiographie de l’archéologie que de la seule archéologie.

L’objectif de cet élargissement thématique est donc d’augmenter la visibilité des activités de recherche en histoire de l’art et en archéologie à l’Université de Lorraine, dans une période de développement grâce à des partenariats internes (MusArkéo pour la muséographie en lien avec le musée archéologique universitaire) ou externes (le programme autour de Frank Lloyd Wright avec le musée d’Orsay).

Paul Perdrizet et la création de la Bibliothèque d’art et d’archéologie Doucet

Communication aux Journées scientifiques des Archives Poincaré, 31 mai 2016, 14h00-14h45.

Paul Perdrizet (1870-1938), professeur d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres de Nancy (de 1899 à 1918), dut à son amitié avec le critique d’art et bibliothécaire René-Jean (1879-1951) d’être associé dès le début de l’entreprise à la création de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, en 1908.

Cette institution parisienne, voulue et entièrement financée par le couturier Jacques Doucet, devint en quelques années la plus importante bibliothèque ouverte aux chercheurs dans ce domaine, bien qu’entièrement privée — avant d’être donnée à la Sorbonne pour constituer le fonds de départ de l’Institut d’histoire de l’art.

L’édition de la correspondance volumineuse entre les deux hommes (300 lettres pour la seule période 1908-1914) permet d’étudier comment Paul Perdrizet, rémunéré comme conseiller, guida la politique d’acquisition de la bibliothèque, dont il était, par un système de prêts généreux, l’un des premiers bénéficiaires.

(Crédits photographiques : archives familiales Gallé-Perdrizet et Maignan)

Les sources des décors égyptisants sur les verreries et marqueteries Gallé (conférence)

Conférence donnée à l’Association des Amis du Musée de l’École de Nancy, le 2 mai 2016 (résumé).

La découverte du rôle majeur de l’archéologue et historien de l’art Paul Perdrizet dans la direction des Établissements Gallé dès 1910, comme gendre et conseiller d’Henriette Gallé, conduit à réévaluer une partie de la production industrielle de la cristallerie et ébénisterie d’art. L’édition de l’importante correspondance entre Paul Perdrizet et René-Jean, le critique d’art et bibliothécaire de Jacques Doucet à la Bibliothèque d’art et d’archéologie, à Paris, permet en effet de préciser la chronologie de l’implication croissante de l’universitaire dans l’entreprise familiale. Elle montre aussi que Paul Perdrizet a fait profiter de cette ressource documentaire exceptionnelle les dessinateurs principaux des Établissements Gallé, avec la volonté affichée de renouveler leurs sources d’inspiration. Cette collaboration a eu pour résultat de nombreux projets restés à l’état de simples dessins, mais aussi des vases et des décors de marqueterie qui tranchent effectivement avec la production d’inspiration florale ou paysagère Art Nouveau traditionnelle : le contraste est d’ailleurs si grand, notamment pour les verreries, que ces séries sont souvent mal datées.

Le témoignage d’un ancien décorateur, graveur à l’acide, des Établissements Gallé, René Dézavelle, qui publia ses souvenirs en 1974, dans la Glasfax Newsletter, est pourtant sans équivoque sur le rôle joué par Paul Perdrizet :

Témoignage de René Dézavelle sur le rôle de Paul Perdrizet dans la création de verreries égyptisantes aux Établissements Gallé (© The Glasfax Newsletter)
Témoignage de René Dézavelle sur le rôle de Paul Perdrizet dans la création de verreries égyptisantes aux Établissements Gallé (© The Glasfax Newsletter)

La coupe « fleur de lotus » esquissée par René Dézavelle peut correspondre à plusieurs types de verreries de petite taille (de 10 à 15 cm de haut pour 7 à 10 cm de diamètre maximal) qui se présentent toutes comme des calices de lotus égyptisants, de différentes couleurs. Le premier modèle est représenté par la coupe conservée au Philadelphia Museum of Art. Le second par plusieurs petits vases au profil plus élancé et galbé, dont deux au moins proviennent directement de la collection personnelle de Thérèse Gallé-Bourgogne, la fille aînée d’Émile Gallé, l ‘un rouge, l’autre bleu-vert.

Wallis calices lotus
Deux calices de la XVIIIe dynastie représentés par Henry Wallis.

Les deux types de coupes « fleur de lotus » correspondent aux deux calices égyptiens de la XVIIIe dynastie représentés par le peintre Henry Wallis dans sa publication de la collection McGreggor, en 1898 : Egyptian ceramic art.

1-Coupe Philadelphia Art Museum
© Philadelphia Museum of Art

D’autres vases présentent la même inspiration égyptienne, dont l’un est la réalisation d’un projet signé par Auguste Herbst et conservé au Musée de l’École de Nancy. Il s’agit d’un vase campaniforme qui reprend en fait le profil et le décor stylisé de lotus d’un chapiteau papyriforme de Karnak (voir en tête de cet article), tel qu’il avait été dessiné par Karl Lepsius dans ses Denkmäler aus Aegypten und Aethiopien (Berlin, 1849-1856).

2-Calice à décor de lotus Beaussant-Lefèvre
© Lefèvre-Beaussant 2014

La rareté de ces publications scientifiques en France, l’identité du dessinateur, Auguste Herbst, qui y copia les reproductions archéologiques pour en faire les modèles de vases égyptisants, ainsi que le rôle de Paul Perdrizet dans la constitution des collections égyptologiques de la Bibliothèque d’art et d’archéologie, sont autant d’éléments qui conduisent à réviser le témoignage de René Dézavelle : c’est bien Paul Perdrizet qui, dans le contexte général de l’égyptomanie consécutive à la découverte de la tombe de Toutankhamon, encourage les dessinateurs Gallé à réaliser des modèles égyptisants. Mais il le fait en leur donnant accès à la documentation iconographique nécessaire plutôt qu’en leur fournissant des tessons rapportés d’Égypte — en tout cas pour cette série de « fleur de lotus ».

Samuel Provost, UMR 7117 LHSP-AHP / EA 1132 HISCANT-MA.

Citer cet article : Samuel Provost, "Les sources des décors égyptisants sur les verreries et marqueteries Gallé (conférence)," dans ARULA, 02/05/2016, https://arula.hypotheses.org/1530.

Chantier archéologique : nécropole romaine du bois des Hamets (juillet 2016)

GRAND (Vosges)
Nécropole romaine du Bois des Hamets
Seconde campagne de fouille
4 juillet – 23 juillet 2016

Responsable : Pascal VIPARD

À la suite des sondages pratiqués en 2014, on sait désormais que les « tumulus » romains sommairement explorés au XIXe s. n’étaient pas isolés, mais appartenaient à une riche nécropole située à la sortie de l’agglomération romaine de Grand (Vosges) en bordure immédiate de la voie antique menant à Nasium, la capitale des Leuques.
La campagne de cet été aura pour objet
– la fouille exhaustive du grand monument circulaire de 10 m de diamètre repéré en 2014 et de ses abords immédiats, afin de s’assurer qu’il s’agit bien d’un tombeau monumental (mausolée) et d’en mieux comprendre la structure et la nature ;
– de pratiquer une coupe à travers la voie de Grand à Nasium en bordure de laquelle est installée la nécropole.
– (en fonction de l’avancement des travaux) de poursuivre la fouille d’un second mausolée circulaire et de sonder d’autres structures repérées par prospection géophysique ou par les sondages de 2014.

Hébergement en dur dans le village ; repas pris en charge. Travail du lundi au vendredi.

IMPORTANT : Nombre de places limité (environ 15 personnes). La priorité est donnée aux étudiants de l’université du département d’Histoire de l’Art & Archéologie ou de l’UL. Aucune expérience n’est demandée. Pour vous inscrire, merci d’écrire le plus rapidement possible à p.vipard@wanadoo.fr.

Une réunion d’information est prévue dans le courant du mois de mai (date à définir avec les préinscrits).

Exposition : les moulages d’antiques de l’Université de Lorraine (février-septembre 2016)

Exposition : Les moulages d’antiques de l’Université de Lorraine : vestiges d’un musée imaginaire à Nancy au début du XXe siècle.

Musée archéologique de l’Université de Lorraine, CLSH (Nancy), de février à septembre 2016.

par Chloé Héninger

Affiche exposition moulages

L’actuel musée archéologique de l’Université de Lorraine rassemble des collections héritées d’un premier musée, situé auparavant dans les locaux de la Faculté des Lettres lorsqu’elle était installée à l’angle de la Place Carnot et de la rue de Serre. Ce musée archéologique originel, créé par le professeur Paul Perdrizet au début des années 1900, disposait d’une collection de moulages comprenant les copies en plâtre de plus de 450 œuvres antiques.

Le musée archéologique propose, entre février et septembre 2016, une exposition temporaire retraçant l’historique de cette collection de moulages, ainsi que son usage pédagogique au sein de l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art.

À partir des années 1880, la plupart des grandes universités françaises se dotent d’un musée de moulages pour accompagner l’enseignement de l’archéologie, une discipline en plein essor qui développe ses propres méthodes de recherche. Ces gypsothèques ne sont alors pas conçues comme de simples espaces d’exposition, où l’on admirerait les chefs-d’œuvre de l’art hellénique, mais bien comme de véritables outils pédagogiques, avec une présentation méthodique des moulages facilitant l’étude et les comparaisons. L’objectif est d’offrir aux yeux du visiteur, et surtout de l’étudiant, le panorama le plus complet possible de la sculpture grecque.

Au début du XXe siècle, le musée archéologique de la Faculté des Lettres était fortement ancré dans le milieu culturel et artistique nancéien ; il ouvrait notamment ses portes aux étudiants de l’École des Beaux-arts – qui venaient s’initier au dessin d’après l’antique, étape indispensable de leur formation artistique – et était visité par les artistes de l’École de Nancy, dont le chef de file Émile Gallé avait réalisé certaines des vitrines qui abritaient les collections.

PHOTO 7

Suite au bombardement allemand de la ville de Nancy, le 31 octobre 1918, la collection de moulages a été en grande partie détruite. Les plâtres, trop imposants et dont le déplacement aurait été trop coûteux, n’avaient pu être mis en caisses et déménagés comme les objets archéologiques. Les quelques moulages de grande taille restés intacts ont alors été déposés à l’École des Beaux-arts et la Faculté a conservé une soixantaine de petites plâtres (statuettes, inscriptions, fragments de céramique, objets divers) ainsi que des copies en galvanoplastie, faisant l’objet de l’exposition actuelle. Les archives relatives à la constitution du musée, reléguées dans un local désaffecté du campus, n’ont été redécouvertes qu’au début des années 2010 et leur étude a permis d’établir un catalogue rétrospectif de la gypsothèque.

Cette exposition temporaire propose donc une première redécouverte de ce patrimoine universitaire oublié, témoin de l’engouement d’une époque pour l’art grec et jalon essentiel de l’histoire de l’enseignement de l’archéologie an tournant du siècle dernier.

Image 37

Commissaire de l’exposition : Chloé Héninger

Responsabilité scientifique : Sandrine Huber, Samuel Provost 

Colloque « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » (Strasbourg, 16-18 mars)

 

L’Université de Strasbourg  organise du 16 au 18 mars un colloque international intitulé « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » dont plusieurs communications concernent les collections de photographies archéologiques anciennes et leurs usages pédagogiques.

La collection de plaques de l’Institut d’archéologie classique, créé en 1902 par Paul Perdrizet à la faculté des lettres de Nancy, fera ainsi l’objet d’une communication autour du rôle personnel de son fondateur dans la constitution du fonds :

« De la commande à la pratique de la photographie archéologique : la collection des plaques photographiques de Paul Perdrizet à l’université de Nancy (1899-1938) » par Samuel Provost, mercredi 16 mars, 16h40.

Programme complet du colloque

[Mise à jour du 24 mars 2016]

Les communications filmées du colloque peuvent être entièrement visionnées sur le site de Canal C2, la web-télé de l’université de Strasbourg.