Archives par mot-clé : archéologie médiévale

Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

La soutenance de ma thèse, intitulée “Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)”, réalisée sous la direction de Gérard Giuliato, se tiendra le samedi 13 juin 2015 à 14h00 sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine, à Nancy, en salle A 226.

Continuer la lecture de Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Appel à contribution – Colloque

“Pierre à pierre” – Économie de la pierre aux périodes historiques en Lorraine et régions limitrophes (Ier siècle av. J.-C. – XVIIe siècle)

affiche pierre_à_pierre

Les travaux de recherche du PCR sur « La pierre en Lorraine aux périodes antiques et médiévales : de l’extraction à la mise en œuvre » trouvera son aboutissement dans une publication, aux Presses Universitaires de Nancy, dont la sortie est prévue en 2015. Dans la continuité, les organisateurs souhaitent poursuivre et diversifier leurs questionnements, en élargissant le champ d’étude aux régions limitrophes (Alsace, Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat, Wallonie) et à des domaines non traités au sein de ce PCR. La diachronie est privilégiée du Ier av. J.-C. au XVIIe siècle.

Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Le traitement technique et technologique de la pierre se décline généralement en trois grandes étapes : l’extraction, la diffusion et la mise en œuvre.

Pour l’extraction, trois sujets encore peu abordés dans nos régions seront privilégiés. Nous ne bénéficions en effet pas encore, pour le nord-est de la France, de typologie – a fortiori de typochronologie – des carrières et lieux d’extraction de la pierre. Les spécificités liées aux sites souterrains ou à ciel ouvert méritent d’être approfondies, en faisant notamment le lien entre les propriétés mécaniques de la roche extraite et la logique d’exploitation constatée. La gestion des déchets est en ce sens un des éléments permettant de mieux cerner ces logiques d’exploitation.

La diffusion de la pierre pourra également être traitée, sous des aspects aussi divers que les aires de diffusion et leur fluctuation dans le temps, les rapports entre volumes extraits et volumes transportés, ou encore le lien entre les infrastructures (réseau routier, bassin hydrographique…) et les moyens de transports employés (charrettes, barques, radeaux…). Les apports méthodologiques sur le rapprochement entre site d’extraction et site de mise en œuvre seront également les bienvenus.

La mise en œuvre de la pierre pourra quant à elle être abordée sous de nombreux aspects, aussi bien techniques (organisation et propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, l’outillage…) que logistiques (le phénomène du remploi, la standardisation du chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, signes lapidaires…).

Les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur la pierre en tant que mobilier ou élément décoratif. En effet, elle se retrouve au cœur de la vie quotidienne domestique (mortier, meule, pierre ollaire, mesure de capacité…), mais elle permet également de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 mn et le poster. Les posters seront présentés à l’occasion de courtes interventions de 5 mn lors d’une session dédiée et seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.

  • Proposition de communication : avant 1er mai 2015
  • Envoi des résumés : avant 1er juillet 2015
  • Colloque : 5-6 novembre 2015
  • Retour des textes finaux : avant 1er mars 2016
  • Publication des Actes : fin 2016

Comité d’organisation

  • K. Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • C. Kraemer, Université de Lorraine, EA 1132
  • C. Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • V. Muller, Université de Lorraine, EA 1132
  • L. Voinson, Université de Lorraine, EA 1132

Comité scientifique

  • Jean-Claude Bessac, CNRS, UMR 5140
  • Karine Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • Ivan Ferraresso, INRAP GEN, associé EA 1132
  • Dominique Heckenbenner, Conservateur du patrimoine honoraire
  • Jean-Denis Laffite, INRAP GEN
  • Cédric Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • Vianney Muller, Université de Lorraine, EA 1132

Contact : lucie.voinson@univ-lorraine.fr

Télécharger la fiche de proposition : FICHE COLLOQUE PIERRE A PIERRE

Tour seigneuriale de Darnieulles (Vosges) : De nouvelles observations

L’étude des élévations de la tour seigneuriale s’est terminée lors d’un chantier de trois semaines en juin 2014. Un sondage a été pratiqué à l’emplacement de la tourelle semi-circulaire. Enfin, l’étude de l’enceinte du XIVe siècle de la maison forte a débuté.

L’élévation extérieure nord
Avec l’élévation est, c’est la moins bien conservée de l’ensemble, mais elle reste observable sur 9,50 m de hauteur et 10 m de longueur. L’analyse parementale a permis de mieux appréhender l’environnement de la tour, dont l’évolution se décline en 4 phases sur ce mur. La phase 1 correspond à l’édification de la tour à la fin du XIe siècle. L’imposante brèche dans la partie gauche du mur rend possible l’idée d’une tourelle chaînée aux maçonneries et similaire à celle de l’élévation sud. Lors de la phase 2, deux trous s’alignant avec plusieurs autres traces ont été percés à près de 6 m du sol. Il pourrait s’agir de la création d’un corps de logis pour l’enceinte du XIVe siècle. Lors de la phase 3, cette maçonnerie en appui est démolie. Un bâtiment (un corps de logis ?) présentant une toiture parallèle à la tour est alors édifié. On remarque deux niveaux d’empochements (un plancher et une charpente ?), espacés les uns des autres d’environ 2,30 m. Il est envisagé que cette configuration soit à mettre en lien avec les vestiges de la porterie des XVIIe-XVIIIe siècles. La phase 4 correspond à l’état actuel, soit à un bâtiment démantelé. Il est fort probable que sa démolition ait engendré des dégradations du parement de la tour.

 

Elévation nord
Elévation nord

Le sondage
Un sondage de 19 m2 contre l’élévation sud de la tour seigneuriale, à l’extérieur, a permis de comprendre l’implantation de la tourelle semi-circulaire et de caractériser son environnement. Malgré la maigreur des indices, il semblerait que le site soit occupé au cours de l’Antiquité (tardive ?) dans une première phase. L’endroit est rendu intéressant par la configuration topographique de la roche calcaire, qui présente un tertre légèrement surélevé par rapport au fond du vallon. Le site cesse d’être ensuite occupé pour des raisons qui nous échappent totalement.
La seconde phase débute à la fin du XIe siècle avec la construction de la tour seigneuriale. Les fondations de la tourelle semi-circulaire, d’aspect tronconique et accolées aux fondations de la tour quadrangulaire, ont une profondeur de 70 cm. Les pierres calcaires, de toutes tailles et formes, qui la constitue sont maçonnées à la chaux, sans organisation particulière. Elles sont dissimulées par le remblai issu du creusement d’un fossé, dont l’amorce est bien reconnue en stratigraphie. En élévation, le parement est conservé sur 53 cm de hauteur et constitué de moellons calcaires de 18 x 7 cm en moyenne. Le piétinement engendré par les travaux et les déchets de matériaux (essentiellement le mortier) créent un premier niveau de sol extérieur compact et dur au pied des maçonneries. Le niveau de sol repéré à l’intérieur de la tourelle est composé d’un lit de mortier épais.

Tourelle semi-circulaire
Tourelle semi-circulaire

Le secteur devient ensuite un lieu de rejet alimentaire. En effet, dans les US en contact avec le niveau de sol, ont été trouvés des tessons de céramique et des restes fauniques en quantité non négligeable. Le mobilier céramique est néanmoins très fragmenté. La pâte, sombre, micacée, et cuite en atmosphère réductrice, est généralement peu épaisse et comporte des inclusions siliceuses fines. Les tessons appartiennent à des formes fermées globulaires montées en technique mixte et sont datables des Xe-XIIIe siècles. Ce mobilier retrouvé à proximité, l’absence de passage permettant d’entrer dans la tourelle et la présence du pendage du fossé semblent démontrer que cette construction semi-circulaire est une latrine à fosse, et non un accès à la tour seigneuriale, comme supposé jusqu’à présent.
Lors de la troisième phase, le profil du fossé, légèrement transformé par son comblement naturel progressif, se fige à nouveau à l’occasion d’une seconde campagne de travaux. Celle-ci peut être certainement rattachée au XIVe siècle, qui voit l’apparition de l’enceinte de la maison forte. Ce nouveau sol reprend toutefois en partie l’altimétrie de l’antérieur. Après 1582, peut-être au XVIIIe siècle, la tourelle perd son intérêt. Elle est alors démantelée, ce qui engendre un nouveau remblai. Le fossé est comblé dans le même temps, ce qui nivelle le secteur. La ruine progressive du site occasionne également de nouveaux remblais. Les sols ont été remués au cours de ces différentes phases, ce qui explique vraisemblablement le degré de fragmentation élevé des mobiliers céramiques et fauniques.

La vidéo de la conférence « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde » est disponible

Retrouvez la vidéo de la conférence « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde », prononcée le jeudi 3 avril à la M.S.H. Lorraine par Patrick Périn, conservateur général honoraire du patrimoine et directeur honoraire du Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, et Véronique  Gallien  anthropologue au CEPAM et à l’INRAP.

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Conférence : « L’armement et les techniques de combat en Orient et en Occident durant la période des Croisades. Aspects techniques et culturels » par V. Serdon (Bruxelles, 24 mars)

CYCLE DE CONFÉRENCES DE L’INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE BELGIQUE

MARS 2014

 

Mardi 4 mars à 19h 

M. Robert FOX, Professeur émérite de l’Université d’Oxford.

Savants et politiques dans la France du 19ème siècle.

 

Mercredi 5 mars à 19h

M. Ralph DEKONINCK, Professeur à l’UCL

Image du spectacle et spectacularisation de l’image à l’âge baroque.

 

Mercredi 12 mars à 19h

M. Thomas BRUSS, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

            Modèles de sociétés humaines et probabilité de survie.

 

Vendredi 14 mars à 19h

Mme Anne CLERVAL, Maîtresse de conférences en géographie, Université de Paris-Est, Marne la Vallée.

Les transformations contemporaines de l’espace social parisien.

 

Lundi 17 mars à 9h

M. Didier FRANCK, Professeur Université Paris-Ouest.

Philosophie contemporaine. Phénoménologie.

 

Jeudi 20 mars à 19h

M. Alain DELATTRE, Professeur (ULB)

            Entre christianismes et paganismes en Egypte : recherches de terrain.

 

Lundi 24 mars à 19h

Mme Valérie SERDON, Maître de conférences en histoire et archéologie médiévales à l’Université de Lorraine – Nancy

L’armement et les techniques de combat en Orient et en Occident durant la période des Croisades. Aspects  techniques et culturels.

 

Mardi 25 mars à 19h

M. GUBEL Eric, Directeur de la section Antiquité aux Musées du Cinquantenaire

            L’art égyptien extra-muros : la troisième période intermédiaire est le Levant.

 

Jeudi 27 mars à 19h

M. FIALA David, Professeur à l’Université de Tours

L’âge d’or des Chantres des anciens Pays-Bas bourguignons, 1450-1550.

 

Vendredi 28 mars à 19h

Mme Pascale DESRUMAUX, Professeure des universités (Lille 3).

Harcèlements au travail et structuration du pouvoir dans les organisations ; évidences et paradoxes.

 

 

 

CONFÉRENCES AVRIL 2014

 

 

 

Mercredi 2 avril à 19h

M. Michele BACCI, Professeur à l’Université de Fribourg (Suisse)

L’image absidale du Latran et la mise en scène du sacré au Moyen Âge.

 

Mardi 22 avril à 19h

M. Robert WISNIEWSKI, Professeur à l’Université de Varsovie

 Les chrétiens, les païens, les juifs et la divination par les livres sacrés.

 

Jeudi 24 avril à 19h

Mme Mercè BOIXAREU, Vice-rectrice et Professeur ordinaire émérite de la UNED (Madrid)

Les grands moments de la poésie catalane.

 

 

INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES

DE BELGIQUE – ASBL

Salle Baugniet – Av. Jeanne, 44 – 1050 Bruxelles

Tél. : 02/650.33.43 – 02/649.75.39

Courriel : iheb@ulb.ac.be – nbarbuta@ulb.ac.be

Web : http ://www.ulb.ac.be/enseignements/iheb

 

—————————————————————————————————

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Conférence : « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde » par P. Périn et V. Gallien (Jeudi 3 avril, 17h, MSH)

Autopsie d'une reine

Patrick Périn, conservateur général honoraire du patrimoine et directeur honoraire du Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, et Véronique Gallien, anthropologue au CEPAM et à l’INRAP, donneront une conférence intitulée « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde », le jeudi 3 avril 2014, à 17h, à la MSH Lorraine (salle internationale).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Chantier d’archéologie du bâti à Faucogney (27 octobre – 2 novembre 2013)

 

Le chantier est corganisé par l’associations Nord-Est-Archéologie en partenariat avec le Pôle Archéologique de l’Université de Lorraine.

S.H.D., Archives du génie, château de Vincennes, atlas 103
S.H.D., Archives du génie, château de Vincennes, atlas 103

Ce chantier porte spécifiquement sur les signes lapidaires de l’enceinte urbaine de Faucogney. Il vise à renseigner le contexte chronologique mais surtout technique et logistique de sa construction. Plus de 300 marques  sont conservées sur les vestiges de l’enceinte et feront l’objet d’observations permettant de mieux les comprendre (type de signe, position sur la pierre, caractéristiques techniques du sillon, gabarit du bloc, traces d’outils associées, etc…).

Une approche comparative, avec les nombreux cas alsaciens voisins notamment, permettra ensuite de préciser la chronologie de ces marques et, par conséquent, l’érection de l’enceinte, probablement bien antérieure à son apparition dans les textes en 1385.

Des examens complémentaires sur l’église paroissiale de Faucogney et la chapelle Saint-Martin qui comptent également des signes lapidaires complétera les observations.

Renseignements et inscriptions : vianney.muller@univ-lorraine.fr

Vianney Muller

Doctorant en histoire et archéologie médiévale Chargé de cours à l'Université de Lorraine

More Posts - Website

Premiers résultats sur la tour d’habitation de Darnieulles

La première campagne d’archéologie du bâti effectuée en août 2012 s’est concentrée sur l’étude des élévations intérieures du bâtiment.

Cette tour d’habitation édifiée par les sires de Darnieulles est datée par la critique historique du début du XIIe siècle. De plan quadrangulaire (15 x 11 m), ses murs font 1,25 m d’épaisseur. La face ouest mesure encore 12 m de hauteur. Le bâtiment présente trois niveaux. Le rez-de-chaussée était aveugle et devait être réservé à une fonction de stockage. Son niveau de sol n’est pas reconnu.

L’étage domestique mesure 12,50 m de long, 8,60 m de large, soit une surface de 110 m2, et présente une hauteur de 4,50 m. Il est doté d’éléments de confort, même si aucune latrine n’est reconnue. La cheminée (lg. 1,05 m) présente un conduit en biais. Les piédroits sont réalisés en grès. La hotte, posée sur consoles, n’existe plus, et nous ne pouvons que spéculer sur sa forme circulaire ou rectangulaire. Cette cheminée est l’une des, sinon la, plus ancienne connue dans l’est de la France. Sept fenêtres en sifflet sont réparties en trois types distincts sur l’ensemble des faces du bâtiment. L’étage était sans doute divisé en deux pièces, éventuellement séparées par une cloison en bois. Ce niveau d’habitation manifeste pourrait ainsi être assimilé à l’aula et à la camera. La porte d’entrée culmine au sommet d’une tour demi-circulaire adossée à la tour d’habitation, et dont il ne reste que les arrachements. On y accédait par un escalier en bois, voire une échelle. La porte présente une ouverture de 0,70 x 1,80 m à l’extérieur et 1,05 x 2,35 m à l’intérieur. Elle se fermait avec une poutre en bois logée dans l’épaisseur de la maçonnerie. À l’extérieur, elle est couronnée d’un linteau monolithe plat, sur lequel repose un second linteau à extrados segmentaire, lui-même couvert par un arc de décharge. Des traces de rubéfaction sur le parement au niveau du plancher laissent imaginer un violent incendie. Ce plancher devait reposer sur une armature en bois supportée en partie par des piliers.

Chéneau d’évacuation des eaux pluviales

L’ensemble était couvert d’une charpente composée de deux entrais, dont les logements sont encore identifiables, supportant une toiture en bâtière. Un chéneau d’écoulement des eaux de pluie a été mis en évidence le long du mur sud. Un parapet maçonné protégeait la toiture, qui restait invisible depuis le sol. Le fragment de tuile creuse très épais et ceux de TCA retrouvés au sein des maçonneries suggèrent que le bâtiment était initialement couvert de tegulae. Les morceaux de TCA retrouvés dans les gravats de la partie sommitale de la face sud montrent que l’édifice a été ensuite couvert de tuiles plates et creuses.

Fragment de tegula retrouvé dans la maçonnerie

L’ensemble de la tour est construit avec un calcaire à entroques issu des couches du Muschelkalk supérieur (t5), sur lequel le bâtiment est assis. Il s’agit de moellons (17 x 8 cm de gabarit moyen), assez finement équarris et bien assisés. L’appareillage présente peu de ruptures, essentiellement une reprise au centre de l’élévation sud, datée par C14 des années 1312-1433. Cette reprise pourrait ainsi être contemporaine de la grande phase d’extension du site et sa transformation en maison forte. Tous les éléments architecturés sont réalisés dans un grès à Voltzia à grains fins dont les nuances varient du rose au gris, issu des couches géologiques du Buntsandstein supérieur, qui affleurent à 2 km au sud. Un moyen appareil, situé au même niveau que les fenêtres, renforce la structure de la tour et donne une cohésion aux différentes faces, ce qui pallie à l’absence de contreforts sur le parement extérieur. Les chaînes d’angle sont également réalisées en grès, dont la hauteur des pierres équivaut à 3, voire 4 assises de moellons calcaire.

Le blocage des murs est constitué de calcaire, disposé à plat ou en épi. Ce dernier cas est un bon marqueur chronologique puisque ce principe est connu des bâtiments lorrains pour les XIe-XIIe siècles. La disposition en épi se présente en petites sections de quelques décimètres à 2 mètres. Les assises de réglages sont observables uniquement dans le blocage, à intervalles relativement réguliers (40 à 50 cm en moyenne). D’une face à l’autre du bâtiment, elles ne sont pas forcément alignées, ce qui montre une gestion non harmonisée du montage de la maçonnerie. Les pierres sont liées par un mortier de chaux et de sable beige, dans lequel on remarque par endroit des inclusions de tuileau. Le parement présente des joints creux, permettant l’accroche du pré-enduit. Sa datation (1019 à 1155 par C14) le fait attribuer à l’édification du bâtiment. Dans le cœur de la maçonnerie, le mortier apparaît plus blanc et avec moins d’inclusions. Il était apparemment très fluide, en témoignent les interstices entre les pierres qu’il a comblé par écoulement. Une vingtaine d’échantillons de mortiers ont été prélevés sur les élévations internes. Leur analyse est en cours.

101 trous de boulins, presque tous maçonnés et traversant, ont été recensés. L’ouverture, carrée, mesure en moyenne 11 cm. La gaine est maçonnée et est couverte de pierres formant linteaux. Les trous sont généralement perpendiculaires au mur, mais certains sont disposés en biais. La plupart du temps, un seul boulin les traversait, mais dans les parties basses, on observe des trous au sein desquels deux boulins pouvaient être reliés. La section des boulins était circulaire. Nous comptabilisons jusqu’à dix niveaux de platelage, espacés de 1 m à 1,20 m. Cette fréquence est destinée à faciliter la tâche des maçons en leur évitant des positions de travail inconfortables. Sur les grands côtés, les boulins sont alignés sur cinq rangées verticales alors que les petits côtés n’en comptent que trois. Les niveaux de platelage, identiques sur l’ensemble des élévations, suggèrent une phase unique de travaux. Quelques décalages dans l’organisation verticale des trous s’expliquent toutefois par la proximité d’une ouverture, un changement de perche, ou un oubli de placer le boulin. Ce principe d’échafaudage à platelage régulier et à un rang de perche est une constante dans les constructions militaires, civiles ou religieuses du XIe siècle.

La tour d’habitation de Darnieulles présente certaines caractéristiques techniques et stylistiques qui se rapprochent de donjons plus imposants, tels Vaudémont (54), Salives (25) ou Langeais (37). Ces comparaisons, les analyses physico-chimiques et la mise en œuvre des matériaux nous autorisent à repenser la période d’édification du bâtiment, en l’élargissant au XIe siècle.

Exposition Königinnen der Merowinger / Reines des Mérovingiens (Francfort, 12 novembre-24 février)

Le Musée archéologique de Francfort, en collaboration avec le Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye et le Trésor de la cathédrale de Cologne, organise une exposition intitulée Königinnen des Merowinger (Reines des Mérovingiens).

Comme l’indique le sous-titre, « Tombes aristocratiques des églises de Cologne, Saint-Denis, Chelles et Francfort », les commissaires de l’exposition, Egon Wamers et Patrick Périn, ont réuni le mobilier funéraire des plus prestigieuses sépultures féminines mérovingiennes : les reines Wisigarde (Cologne, vers 535), Arégonde (Saint-Denis, vers 575) et Bathilde (Chelles, vers 680) et la riche tombe d’enfant de la cathédrale de Francfort.

Annonçant la présence d’autres pièces similaires provenant de France et d’Allemagne, l’exposition devrait être l’occasion de voir réunis une série d’objets intéressant directement l’étude du mobilier de la nécropole mérovingienne de Saint-Vanne, en cours de fouille.

Site du musée : Königinnen der Merowinger / Reines des Mérovingiens

Source : Exposee_Koeniginnen.

 

 

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Publication : La céramique funéraire mérovingienne conservée au Musée Lorrain à Nancy (S. Brunella, J. Guillaume et R. Prouteau)

Vient de paraître (septembre 2012) aux Presses Universitaires de Nancy, dans la collection Archéologie, Espaces, Patrimoines, dirigée par G. Giuliato, le volume suivant :

La céramique funéraire mérovingienne conservée au Musée Lorrain à Nancy

Par Sébastien Brunella, Jacques Guillaume et Rachel Prouteau

La Lorraine a tenu une part non négligeable dans le développement de l’Archéologie mérovingienne en France, avec les travaux des érudits du XIXe siècle, à qui l’on doit une part importante des collections conservées dans les musées de Lorraine. Parmi celles-ci, encore en grande partie inédites, l’importante série de vases du Musée Lorrain tient la première place au niveau régional, avec plus de deux-cents cinquante exemplaires. Elle fut enrichie en 1955 grâce au legs de son ancien conservateur, Georges Goury, préhistorien mais aussi grand collectionneur, qui récolta des pièces issues principalement de nécropoles champenoises.

La collection du Musée Lorrain concerne presque exclusivement du matériel d’origine funéraire, attribuable, dans sa grande majorité, aux VIe et VIIe siècles de notre ère. Il traduit l’usage de déposer un ou plusieurs vases dans la sépulture, le plus souvent aux pieds du défunt, inhumé avec ses accessoires vestimentaires et son armement ou sa parure pour les femmes. Le vaisselier d’époque mérovingienne, moins diversifié qu’à l’époque gallo-

romaine, hérite en partie des traditions antiques, peu à peu supplantées par des formes et des techniques importées lors des Grandes migrations. Les vases sont le plus souvent à profil anguleux et sont parfois pourvus d’un décor poinçonné ou bien obtenu à l’aide d’une molette à motifs géométriques prédominants. L’étude de cette production céramique, longtemps délaissée, est cependant un instrument de connaissance non négligeable de la société mérovingienne à travers ses pratiques funéraires mais aussi les courants commerciaux et les échanges qui ont présidé une économie beaucoup moins fermée qu’il n’y paraît.

128 p. 15€ ISBN : 978-2-8143-0119-1

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Visite du chantier archéologique de l’abbaye de Saint-Vanne (Verdun, 13 octobre)

Photo aérienne de la fouille 2012 de Saint-Vanne. © Mairie de Verdun / Jean-Marie Perraux

Dans le cadre de la Fête de la Science, le samedi 13 octobre prochain, la MSH Lorraine propose une visite guidée du chantier archéologique de l’abbaye de Saint-Vanne à Verdun.

La première campagne de fouille de cet important ensemble monastique a eu lieu l’été dernier, du 9 juillet au 4 août. Elle a réuni, sous la direction de Valérie Serdon-Provost, une équipe composée d’une vingtaine d’étudiants de différentes universités et des archéologues de l’Université et de l’INRAP. La fouille a permis de montrer l’ampleur de la destruction de l’église opérée sous l’égide de l’armée entre 1828 et 1830. Elle a aussi révélé la présence d’une importante nécropole mérovingienne au sud et à l’est de cette église, qui éclaire d’un jour nouveau l’histoire du haut Moyen Âge de Verdun.

Les résultats de cette campagne et plus généralement le projet général d’étude de l’abbaye seront présentés et commentés sur place, sur le site même de la citadelle à l’aide de posters et au musée de la Princerie où sont conservés de nombreux éléments de sculpture de l’église abbatiale. Pour des raisons de sécurité, à la demande du SRA Lorraine, les tranchées ouvertes cet été ont dû être refermées.

La MSH Lorraine affrète un bus au départ de Nancy pour se rendre sur place : lien d’inscription.

Source : MSH Lorraine

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Journée de prospection Lutzelbourg-Ischeid

L’association Nord-Est Archéologie (NEA) et l’Association pour la Recherche Archéologique dans le Pays de Sarrebourg (ARAPS) organisent une journée de prospection sur les sites castraux de Lutzelbourg et Ischeid (Moselle) lundi 24 septembre.

Le château de Lutzelbourg, dont l’existence remonte au XIe siècle, est situé sur un éperon rocheux dominant la Zorn. De nombreux trous de taupes font rejaillir des tessons de céramique sur l’ensemble du site, malheureusement disséminés par les promeneurs. D’où l’idée de collecter ces artefacts, qui vont contribuer ainsi à une meilleure connaissance du site, de ses usages, voire d’en préciser la datation et le phasage. L’ensemble du mobilier recueilli sera déposé pour étude au Pôle Archéologique de l’Université de Lorraine.

Le château d’Ischeid est un site du XIIe siècle qui est intégré au sein du PCR “La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en oeuvre”. Le site, sous couvert forestier, est largement détruit. Mais une bonne partie des pierres constituant le donjon sont encore posées en tas au pied de la barre rocheuses sur laquelle il était préalablement assis. Une mesure systématique des moellons permettra de les compareravec ceux retrouvés sur le site de la carrière, à quelques centaines de mètres de là, et fouillée au printemps dernier. Comme à Lutzelbourg, les pentes du château doivent receler un mobilier céramique utile à sa datation.

Les prospections sur ces deux sites ont nécessité les autorisations respectives du Service Régional de l’Archéologie de Lorraine, des Monuments Historiques (le site du Lutzelbourg étant classé), les communes de Lutzelbourg & Abreschwiller, l’Office National des Forêts.

Château de Blâmont : retour sur l’histoire d’un monument médiéval

Date : Samedi 16 Juin 2012 – 09:00 – 13:30
Lieu : Blâmont

Partez à la découverte de l’un des vestiges les plus remarquables de l’architecture médiévale en Lorraine. Au carrefour de l’histoire et de l’archéologie, retracez pas à pas la chronologie du château et replongez dans les différentes étapes de sa construction, du XIIe au XIXe siècle. Vous pourrez observer le donjon et les quatre tours encore debout. Les autres éléments de ce puzzle vieux de 700 ans mettront à l’épreuve vos talents d’enquêteurs…

Intervenants : Cédric Moulis, ingénieur d’études au Pôle Archéologique Universitaire & Vianney Muller, doctorant en histoire et archéologie médiévale, (E.A. 1132-Hiscant-MA), Université de Lorraine

> Un bus sera spécialement affrété au départ de Nancy.

Lieu exact précisé lors de la réservation au : 03 54 50 54 70.

Plus d’infos et réservations : Les chercheurs dans l’herbe – balades thématiques grand public

Chantier d’archéologie du bâti à l’abbaye de Droiteval (Vosges)

Abbatiale de DroitevalUn chantier d’archéologie du bâti se déroule du 21 au 25 mai 2012 sur l’ancienne abbaye de Droiteval (Vosges). Située sur la commune de Claudon, cette abbaye cistercienne est fondée dans la première moitié du XIIe siècle. A l’origine, c’est un monastère féminin, qui finit par être transformé en prieuré masculin au XVe siècle.

Ce chantier, composé de 6 personnes, est placé sous la direction de Marie Nique, qui réalise cette étude dans le cadre d’un mémoire de master en histoire et archéologie à l’université de Lorraine sous la direction de Gérard Giuliato, Cédric Moulis et Pierre Sesmat. Les moyens logistiques proviennent de Nord-Est Archéologie (NEA) et du Pôle Archéologique Universitaire de Nancy (EA 1132, Hiscant-MA). Le financement est assuré par la DRAC Lorraine, via le Service Régional de l’Archéologie, et par le Conseil Général des Vosges.

La principale problématique retenue est la caractérisation du chantier de construction de l’abbatiale, la mise en évidence des phasages sur le bâtiment et le relevé des bâtiments anciens présents sur le périmètre de l’espace claustral, à savoir une maison en vis-à-vis du transept, qui présente un phasage intéressant et une cave voûtée possédant des signes lapidaires. Ces deux éléments sont absolument inédits.

http://www.culture.gouv.fr/cgi-bin/fouillestest?region=toute&departement=Vosges&periode=toute&debut=toute&fin=toute

 

Chantier de fouilles archéologiques à Châtenois (Bas-Rhin) – été 2012

Une campagne de fouilles archéologiques se déroulera à Châtenois, en Alsace, dans le site médiéval du Jardin du Presbytère. Localisé à l’extrémité nord du périmètre fortifié par une enceinte en pierres depuis le milieu du 13e siècle, le site livre, au fil des campagnes de fouilles, les vestiges d’une occupation continue entre l’Antiquité et le bas Moyen Âge. De 2008 à 2010, les fouilles ont mis au jour les vestiges d’une résidence de chevalier en pierres, incendiée au début du 16e siècle. Ce sinistre avait contribué à piéger un mobilier archéologique très riche par sa qualité et sa diversité (armement, outillage viticole, objets de la vie quotidienne).
Ces nouvelles recherches, par l’étude d’un premier état d’occupation (10e – 13e siècle), aborderont la thématique de la genèse des lieux de pouvoir médiévaux. Charles le Simple a séjourné à Châtenois en 914 et une famille noble est connue comme vassale de l’évêque de Strasbourg depuis 1137 dans la localité. La durée du stage permettra de poursuivre l’étude des éléments de mobilier découverts dans les campagnes antérieures.

Conditions d’inscription : chantier prioritairement ouvert aux étudiants en archéologie médiévale (fouilles et études du bâti). Expérience souhaitée. Vaccination antitétanique à jour. Prévoir les chaussures de sécurité.
Nombre de fouilleurs : 8 personnes maximum

Hébergement : logement en gîte assuré par la Commune – draps fournis. Repas servis au gîte.

Calendrier : du 06 au 25 août 2012

Contact : Jacky Koch – Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan
Mel : jacky.koch@pair-archeologie.fr
Tél : 06 28 62 66 81

Arula

Maître de conférences d'archéologie et d'histoire de l'art de l'Antiquité tardive, Université Lorraine

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus