Journée d’étude : Apprentissage et création (Lille, 11 décembre 2017)

L’IRHIS (CNRS/Université de Lille) organise une série de journées d’études sur le thème « Apprentissage et création : lieux, communautés, réseaux, transmission familiale ». La première, consacrée aux « Lieux de transmission » aura lieu le 11 décembre.

Programme de la journée du 11 décembre 2017

Présentation du programme :

L’axe Arts et Mémoires d’Europe du laboratoire IRHiS, en collaboration avec le projet ANR/FNS GAWS (Garzoni : Apprenticeship, Work and Society in Early Modern Venice, XVI-XVIII centuries), organise deux journées d’études (11 décembre 2017 et 29 mai 2018) consacrées au thème de l’apprentissage artistique en Europe, de l’Antiquité à l’époque contemporaine, pour explorer les notions de « lieu », « communauté », « réseau » et « transmission familiale ».

Des recherches récentes ont montré que l’apprentissage et « ses lieux » de formation, ayant subi des transformations considérables au fil des siècles, n’en demeurent pas moins un enjeu dans la compréhension de la dynamique de la transmission des savoirs. De plus, la diversité de ces lieux, à laquelle s’ajoute le caractère stratégique, souvent incertain, de la transmission et de la relation d’échange entre maître et apprenti sont des éléments importants pour comprendre comment les individus d’abord, et les communautés ensuite négocient, coopèrent, échangent, s’imitent, se concurrencent. De l’intimité des ateliers, à l’univers complexe des chantiers ou des corporations, de l’analyse commerciale et lucrative à l’étude de l’intégration de l’artiste/ artisan dans le corps social, l’apprentissage et plus largement la transmission des savoir-faire artistiques devraient être ouverts à des analyses plurielles (historique, sociologique, économique, philosophique, anthropologique…), afinn de cerner les étapes des processus de création, les voies de la transmission ainsi que la circulation des savoirs, des modèles et des idées. Dans ce processus, un rôle clé est joué également par la famille et plus généralement les réseaux, qui protègent, alimentent, garantissent (parfois limitent ?) cette transmission et influencent profondément son modus operandi, et également le fonctionnement de ses « lieux » et l’appartenance à une communauté plus large.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Apprentissage et création (Lille, 11 décembre 2017)

Conférence : Exposer l’architecture (CLSH, 23 novembre, 18h00)

L’Université de Lorraine reçoit, jeudi 23 novembre à 18h, Alice Thomine-Berrada (conservateur en chef, Musée d’Orsay), Valérie Thomas (conservateur, Musée de l’École de Nancy & Villa Majorelle) et Karine Thilleul (maître-assistant associé, École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy) pour une conférence/table-ronde intitulée Exposer l’architecture : Représenter, évoquer, interpréter (XIXe-XXIe siècles).
L’événement aura lieu au Campus Lettres & Sciences humaines, boulevard Albert Ier à Nancy, amphithéâtre A042 (rez-de-chaussée du bâtiment principal).
Il s’inscrit dans le cadre du séminaire Au-delà du mythe de Frank Lloyd Wright (1867-1959): des archives à l’exposition, mené en partenariat avec le Musée d’Orsay et piloté par Daniela Gallo (professeur, Université de Lorraine) et Alice Thomine-Berrada.

Colloque : « Composer avec l’ennemi en 14-18 ? » (Charleroi, 26-27 octobre)

Le Musée du Verre de Charleroi organise, les 26 et 27 octobre 2017, un colloque européen avec pour titre :

« Composer avec l’ennemi en 14-18 ? La poursuite de l’activité en zones de guerre »

Comment parvenait-on à travailler en zones occupées ou sur la ligne de front pendant le premier conflit mondial?

Pascal Deloge et Pierre Tilly mettent en avant le développement d’une « stratégie du moindre mal » pour expliquer la poursuite de l’activité industrielle en Belgique pendant la Grande Guerre. Certains secteurs ont en effet poursuivi leur fabrication au gré des humeurs de l’occupant. Tout comme dans le Nord de la France occupée (Colloque « Guerre mondiale et bassins industriels en territoire occupé » Maubeuge, 2014), la Belgique, moteur industriel d’avant-guerre n’a pas vécu la destruction systématique de son appareil de production.

Les célébrations du centenaire sont l’occasion de confronter le discours orienté des vainqueurs d’après-guerre (Charles de Kerchove de Denterghem, 1927) à la réalité des faits, à l’aune des sources d’archives toujours disponibles. Dans le secteur verrier par exemple, l’historiographe belge a pour habitude de faire, de l’industriel Emile Fourcault le seul « traître à sa patrie ». Or, les documents d’époque montrent qu’un grand nombre de verreries ont maintenu leur fabrication pendant le conflit. Son retentissant procès n’est-il pas finalement l’arbre qui cache la forêt? Il paraît désormais évident que l’industrie du verre – qui n’a encore jamais été étudiée à ce jour – ne constitue pas le seul exemple de la poursuite des activités en zones de guerre.

L’occasion est donc ici donnée d’étudier le fonctionnement quotidien de l’industrie pendant le conflit et au-delà, d’estimer à qui finalement, cela a profité, entre redistribution des parts de marché et remise à niveau de l’outil de production.

Ces rencontres sont l’occasion de confronter les réalités vécues par le secteur industriel en Belgique comme dans le Nord et l’Est de la France, afin de poursuivre et d’élargir le champ de réflexion entamée par Pascal Deloge et Pierre Tilly.

Programme du colloque Composer avec l’ennemi 14-18

Journée d’étude : « Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques »


L’université de Lorraine propose à ses étudiants de master en Archéologie une manifestation en trois volets : journée d’étude, exposition et publication, qui leur permettra d’appréhender de manière originale le monde de la recherche et de la gestion muséale en participant à la mise en œuvre des trois étapes. Le projet, mis en œuvre par Sandrine Huber et Pascal Vipard, tourne autour d’une exposition temporaire qui sera inaugurée au musée archéologique de l’université de Lorraine en janvier 2018 et qui déclinera les modalités de fonctionnement pratique d’un autel au cœur d’un lieu de culte dans le monde gréco-romain.

Malgré une très riche bibliographie relative aux sacrifices et autres activités autour de l’autel dans les sociétés gréco-romaines, que peut-on dire sur les aspects pratiques du bûcher qui brûlait sur la table d’autel ? Quel était l’impact du feu sur la structure en tant que telle, selon son matériau, terre ou pierre ? Que brûlait-on réellement sur l’autel ? Quelles températures étaient atteintes ? Toutes les sources documentaires sont convoquées, parmi lesquelles la littérature antique, l’épigraphie, l’archéologie, l’archéozoologie, la paléobotanique, l’anthracologie, la pétrographie, la minéralogie, etc.

Première étape, une journée d’étude rassemblera plusieurs chercheurs spécialistes de la question, venant d’horizons disciplinaires variés et permettra aux étudiants de master de compléter leurs connaissances sur le thème d’étude, afin de préparer les visuels de l’exposition ; étudiants de master et doctorants animeront les débats autour des différents exposés (voir le programme ci-joint). La journée d’étude est ouverte au public intéressé : étudiants, chercheurs, spécialistes.

Deuxième étape, une exposition se déploiera autour de deux objets archéologiques originaux prêtés par le musée Lorrain : deux autels en pierre de grandes dimensions, qui seront assortis d’une borne multimédia, destinée à long terme au public du nouveau musée Lorrain (ouverture en 2023). La borne assurera la présentation interactive d’une base de statue et d’un autel réalisés par des soldats d’une légion romaine (la XIVe Gemina, basée à Mayence), qui ont été découverts dans la carrière romaine de Norroy-lès-Pont-à-Mousson ; la borne permettra de prendre connaissance du travail d’extraction de la roche par des soldats spécialisés pour fabriquer la base de statue et l’autel, de l’inscription latine qui ornait la base de statue et du culte particulier rendu par les carriers – ceux-là même qui ont fabriqué les deux objets – à Hercule Saxsetanus, leur patron. La diffusion, bien connue depuis peu, du calcaire de Norroy (bassins mosellan et rhénan, également outre-Manche) est également présentée.

Enfin, lors d’une troisième étape, étudiants de master et doctorants en Archéologie travailleront, au premier semestre 2018, à l’élaboration de la publication d’un ouvrage consacré à la thématique, ce qui leur permettra de participer, aux côtés des deux porteurs du projet, à toute la chaîne éditoriale d’une publication scientifique.

Le projet est porté par l’UFR SHS-Nancy, en collaboration avec le laboratoire EA 1132 – Hiscant-MA, le musée Lorrain et l’ADRAL (Association pour le Développement de l’Archéologie en Lorraine).

Programme de la journée d’étude : Du bon usage de l’autel dans les sacrifices antiques_6_10_2017_UL_Nancy_HD

Conférence : « Les Établissements Gallé de 1914 à 1919 » (Hôtel départemental, 5 octobre)

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la première guerre mondiale en Meurthe-et-Moselle, Samuel Provost présentera, le 5 octobre 2017, à 18h00, une conférence à l’hôtel départemental de Meurthe-et-Moselle, avec pour titre :

« Les défis d’une entreprise d’art en temps de guerre : les Établissements Gallé de 1914 à 1919 »

Conseil départemental, 48, esplanade Jacques Baudot, Nancy

Entrée libre

Colloque : Architecture et urbanisme après la Grande Guerre (Muséum Aquarium de Nancy, 4-7 octobre)

Colloque : Architecture et urbanisme après la Grande Guerre.

La reconstruction en Lorraine et dans le Grand Est

La DRAC Grand Est et l’AMAL (Archives modernes de l’architecture lorraine) organisent un colloque intitulé : « Architecture et urbanisme après la Grande Guerre. La reconstruction en Lorraine et dans le Grand-Est », prévu du 4 au 7 octobre 2017. Les journées des 4 et 6 octobre sont consacrées aux communications. Le 5 octobre, deux parcours de visite sont proposés en Meuse et Meurthe-et-Moselle, accompagnés de commentaires d’historiens, afin de mettre en valeur différentes communes représentatives de Lorraine. La matinée du samedi 7 octobre est organisée autour d’une table ronde « De la connaissance au patrimoine : un nouvel enjeu pour nos territoires ? », en présence d’élus de collectivités territoriales et de professionnels de l’aménagement du territoire.

Continuer la lecture de Colloque : Architecture et urbanisme après la Grande Guerre (Muséum Aquarium de Nancy, 4-7 octobre)

Exposition : D’Attel de Luttange, ce célèbre inconnu (Verdun, 8 septembre)

Le Musée de la Princerie, à Verdun, accueille du 8 septembre au 30 octobre 2017 une exposition intitulée, « D’Attel de Luttange, ce célèbre inconnu »,

L’inauguration de l’exposition, le vendredi 8 septembre, est précédée d’une journée d’études sur le thème : « Jean-François Didier d’Attel de Luttange (1787-1858) savant ou fou littéraire ? », au Centre mondial de la paix de Verdun (entrée libre), dans le cadre du programme de recherche dirigé par Jean-Christophe Blanchard et soutenu par la MSH Lorraine.

Invitation à l’exposition et renseignements :

Publication : La guerre au Moyen Âge. Engins et techniques de siège

Valérie Serdon, La guerre au Moyen Âge, Engins et techniques de siège, éditions Jean-Paul Gisserot, 2017.

La guerre de siège — si elle joue un rôle vital dans la stratégie militaire au Moyen Âge — est un phénomène ancien ; elle constitue même le ressort dramatique de l’un des premiers récits littéraires connus, l’Iliade, narrant la prise de Troie par les Achéens non par des moyens traditionnels mais par un subterfuge, un cheval de bois (Garlan, 1974). L’art d’assiéger une ville ou une place forte appelé aussi « poliorcétique » — science d’abord développée par les Grecs et ensuite par les techniciens militaires romains — se trouve aussi au cœur de récits historiques et traités didactiques plus tardifs.

Au XIXe siècle, le domaine des techniques de siège est réservé à des chercheurs pourvus d’une solide formation militaire (parfois eux-mêmes officiers ou étroitement liés aux états-majors). Ils ont porté une attention particulière aux machines et procédés d’attaque qui s’inscrivent dans une tradition remontant à l’Antiquité. D’autre part, la pyrotechnie a suscité un véritable engouement ; la révolution qu’elle provoque dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’art de la guerre » a été maintes fois soulignée. Depuis, d’excellents travaux de synthèse sur le siège médiéval sont parus en langue anglaise ; ils témoignent de la diversité des sources utilisées et d’un renouvellement des problématiques scientifiques (Bradbury ; France ; Rogers). Ils s’intéressent aux changements induits dans l’utilisation des machines et à l’adaptation des fortifications aux progrès de la poliorcétique. Au-delà de l’armement, de la tactique, de la logistique opérationnelle, l’approche sociologique dans ce domaine n’a pas été négligée, notamment par les enjeux politiques et les conséquences pour les populations, les efforts financiers et matériels consentis par les villes pour assurer leur défense (Salamagne ; Raynaud ; Butaud ; Toureille).

Continuer la lecture de Publication : La guerre au Moyen Âge. Engins et techniques de siège

31e Journée des restaurateurs en archéologie (LAM, Jarville-la-Malgrange, 12-13 octobre)

Les 31e Journées des restaurateurs en archéologie sont organisées cette année par le Laboratoire d’archéologie des métaux de Jarville-la-Malgrange, les 12 et 13 octobre.

Les communications seront présentées dans l’amphithéâtre Lucien Cuénot du Museum Aquarium de Nancy.

Pour en savoir plus : programme et bulletin d’ inscription JRA 2017

11e Congrès international de la Society for Emblem Studies (3-7 juillet)

Nancy et l’Université de Lorraine accueillent du 3 au 7 juillet 2017 le 11e Congrès international de la Society for Emblem Studies qui intéresse directement l’histoire de l’art. Plusieurs communications concernent la Lorraine, en relation par exemple avec l’exposition du musée de l’École de Nancy, Verreries parlantes d’Émile Gallé. Matière à poésie. Des visites de l’exposition sont d’ailleurs organisées dans le cadre du congrès.

Pour en savoir plus :

Site de la société des Amis des Études Emblémistes en France.

Programme complet du congrès : programme SES 2017.

Les collections scientifiques universitaires (Les Rendez-vous de Science & You, 30 juin)

Les collections scientifiques universitaires réunissent quantité d’objets témoignant des activités de recherche et d’enseignement des siècles passés. Spécimens, échantillons, modèles, cartes, photographies, instruments, livres rares… tous ont servi la construction des savoirs et savoir-faire en sciences exactes, humaines et sociales.

Si un grand intérêt est porté à certaines collections et objets particuliers, notamment par les travaux des musées scientifiques de la métropole du Grand Nancy et de l’Université de Lorraine, de la direction de la documentation et de l’édition, ou l’implication de chercheurs passionnés, il n’y a, à l’heure actuelle, aucune démarche globale de sauvegarde du patrimoine scientifique universitaire lorrain. De nombreux objets restent dans l’indifférence la plus totale.

Le Rendez-vous Science & You #5 a pour objectif d’informer, de sensibiliser et de faire discuter chercheurs, communicants, personnels et professionnels du patrimoine autour de la question de la sauvegarde des collections et objets scientifiques.

PROGRAMME

9h-9h20 : Accueil café (Salle A015)

9h20-9h30 : Mot d’accueil, Alain Guyot, chargé de mission Cultures, Université de Lorraine (Salle A104)

9h30-10h20 : Table ronde « Le patrimoine scientifique universitaire : définition et spécificités »

  • Marie-Laure Baudement-Sirugue, conservateur en chef du patrimoine, Université de Bourgogne,
    Marie Gloc, conservateur des monuments historiques, DRAC Grand Est,
    Mireille-Bénédicte Bouvet, conservateur régional de l’Inventaire de Lorraine

10h20-12h30 : Partages d’expériences (15 min de présentation + 5 min de questions)

  • 10h20 : L’inventaire du patrimoine de l’Université de Strasbourg : retour sur 13 ans d’enquête, Delphine Issenmann, chargée de l’inventaire et des collections au Jardin des sciences, Université de Strasbourg
  • 10h40 : La conservation du patrimoine scientifique, exemples du Muséum-Aquarium de Nancy, Sandra Delaunay, responsable du département des collections, Muséum-Aquarium de Nancy
  • 11h : Le patrimoine scientifique comme support d’enseignement en géologie, Bernard Lathuilière, professeur en paléontologie, UMR Georessources

Pause (10min)

•  11h30 : La valorisation du patrimoine scientifique à l’Université de Bourgogne, Jo-Ann Campion, chargée des collections, Université de Bourgogne
•   11h50 : L’apport du patrimoine scientifique à la recherche contemporaine : l’exemple du fonds Perdrizet pour l’archéologie et l’histoire de l’art, Samuel Provost, maître de conférences d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Antiquité tardive, Université Lorraine

12h45-13h45 : Repas (Buffet en salle A033)

14h-16h : Discussions thématiques. Les questions et réponses viennent de la salle autour de sujets pratiques.

14h00 : Le choix de ce que l’on garde
14h20 : L’urgence logistique
14h40 : Faire un musée, la bonne idée ?
15h00 : Entre Musée et Université, qui fait quoi ?
15h20 : La sauvegarde du patrimoine, la restauration, combien ça coûte ?
15h40 : Les bases de données, quels outils pour l’inventaire ?

POUR PARTICIPER

Rendez-vous de Science&You #5 : les collections et objets scientifiques
Vendredi 30 juin 2017 de 9h à 17h
Salle A104 – accueil en salle A015
Campus Lettres et Sciences Humaines
34 boulevard Albert 1er à Nancy

Plan du campus et accès

Inscription gratuite mais obligatoire : https://goo.gl/forms/XYh7DQqmTAAlpehD2

Source : Factuel

Journée d’études internationales : Du pillage à la conscience patrimoniale en Grèce et dans l’Empire ottoman (Athènes, 9 juin 2017)

Journée d’études organisée le 9 juin 2017 au Musée de l’histoire de l’Université d’Athènes, avec l’objectif d’étudier, à travers les collections d’antiquités souvent pillées en Grèce et dans l’Empire Ottoman aux XVIIIe et XIXe siècles, la naissance d’une conscience patrimoniale en Europe.

Chargés par des riches amateurs ou dans le cadre de missions officielles, des Français, des Britanniques et bien d’autres occidentaux – voyageurs de passage ou résidents sur place – ont enlevé des antiquités afin de constituer des collections prestigieuses dans le contexte historique de l’impérialisme européen. Si les études récentes insistent en général sur les pillages à grande échelle opérés par les voyageurs occidentaux, cette journée d’études internationale vise à mettre l’accent sur un autre aspect non moins essentiel, mais trop souvent négligé ou méconnu : la contribution – directe ou indirecte – de ces hommes à la naissance d’une conscience patrimoniale tant en Europe qu’en Grèce et dans l’Empire ottoman.
Comité d’organisation
– Irini Apostolou (National and Kapodistrian University of Athens)
– Irini Savvani (The Athens University History Museum)
– Alessia Zambon (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)