Appel à contribution – Colloque

“Pierre à pierre” – Économie de la pierre aux périodes historiques en Lorraine et régions limitrophes (Ier siècle av. J.-C. – XVIIe siècle)

affiche pierre_à_pierre

Les travaux de recherche du PCR sur « La pierre en Lorraine aux périodes antiques et médiévales : de l’extraction à la mise en œuvre » trouvera son aboutissement dans une publication, aux Presses Universitaires de Nancy, dont la sortie est prévue en 2015. Dans la continuité, les organisateurs souhaitent poursuivre et diversifier leurs questionnements, en élargissant le champ d’étude aux régions limitrophes (Alsace, Champagne, Bourgogne, Franche-Comté, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat, Wallonie) et à des domaines non traités au sein de ce PCR. La diachronie est privilégiée du Ier av. J.-C. au XVIIe siècle.

Les communications pourront tant traiter du matériau pierre que du produit final, en utilisant l’ensemble de ses déclinaisons dans les étapes techniques de transformation, aussi bien que dans son usage.

Le traitement technique et technologique de la pierre se décline généralement en trois grandes étapes : l’extraction, la diffusion et la mise en œuvre.

Pour l’extraction, trois sujets encore peu abordés dans nos régions seront privilégiés. Nous ne bénéficions en effet pas encore, pour le nord-est de la France, de typologie – a fortiori de typochronologie – des carrières et lieux d’extraction de la pierre. Les spécificités liées aux sites souterrains ou à ciel ouvert méritent d’être approfondies, en faisant notamment le lien entre les propriétés mécaniques de la roche extraite et la logique d’exploitation constatée. La gestion des déchets est en ce sens un des éléments permettant de mieux cerner ces logiques d’exploitation.

La diffusion de la pierre pourra également être traitée, sous des aspects aussi divers que les aires de diffusion et leur fluctuation dans le temps, les rapports entre volumes extraits et volumes transportés, ou encore le lien entre les infrastructures (réseau routier, bassin hydrographique…) et les moyens de transports employés (charrettes, barques, radeaux…). Les apports méthodologiques sur le rapprochement entre site d’extraction et site de mise en œuvre seront également les bienvenus.

La mise en œuvre de la pierre pourra quant à elle être abordée sous de nombreux aspects, aussi bien techniques (organisation et propriétés des fondations, maçonneries en épi, organisation des parements, utilisation différenciée des faciès, l’outillage…) que logistiques (le phénomène du remploi, la standardisation du chantier de construction, l’approvisionnement des ateliers, signes lapidaires…).

Les organisateurs souhaitent également accorder une large place aux études portant sur la pierre en tant que mobilier ou élément décoratif. En effet, elle se retrouve au cœur de la vie quotidienne domestique (mortier, meule, pierre ollaire, mesure de capacité…), mais elle permet également de fixer durablement le souvenir des défunts, selon des normes qui varient fortement au cours de siècles (stèles funéraires, sarcophages, dalles, gisants…). De même, des études sur la sculpture (dieux païens, saints, vierges…) devront alimenter des problématiques liées au traitement technique du matériau.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Deux niveaux d’interventions sont envisagés : la communication de 20 mn et le poster. Les posters seront présentés à l’occasion de courtes interventions de 5 mn lors d’une session dédiée et seront intégrés à la publication des Actes. Les travaux étudiants sont les bienvenus.

  • Proposition de communication : avant 1er mai 2015
  • Envoi des résumés : avant 1er juillet 2015
  • Colloque : 5-6 novembre 2015
  • Retour des textes finaux : avant 1er mars 2016
  • Publication des Actes : fin 2016

Comité d’organisation

  • K. Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • C. Kraemer, Université de Lorraine, EA 1132
  • C. Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • V. Muller, Université de Lorraine, EA 1132
  • L. Voinson, Université de Lorraine, EA 1132

Comité scientifique

  • Jean-Claude Bessac, CNRS, UMR 5140
  • Karine Boulanger, INRAP GEN, associée EA 1132
  • Ivan Ferraresso, INRAP GEN, associé EA 1132
  • Dominique Heckenbenner, Conservateur du patrimoine honoraire
  • Jean-Denis Laffite, INRAP GEN
  • Cédric Moulis, Université de Lorraine, EA 1132
  • Vianney Muller, Université de Lorraine, EA 1132

Contact : lucie.voinson@univ-lorraine.fr

Télécharger la fiche de proposition : FICHE COLLOQUE PIERRE A PIERRE

Tour seigneuriale de Darnieulles (Vosges) : De nouvelles observations

L’étude des élévations de la tour seigneuriale s’est terminée lors d’un chantier de trois semaines en juin 2014. Un sondage a été pratiqué à l’emplacement de la tourelle semi-circulaire. Enfin, l’étude de l’enceinte du XIVe siècle de la maison forte a débuté.

L’élévation extérieure nord
Avec l’élévation est, c’est la moins bien conservée de l’ensemble, mais elle reste observable sur 9,50 m de hauteur et 10 m de longueur. L’analyse parementale a permis de mieux appréhender l’environnement de la tour, dont l’évolution se décline en 4 phases sur ce mur. La phase 1 correspond à l’édification de la tour à la fin du XIe siècle. L’imposante brèche dans la partie gauche du mur rend possible l’idée d’une tourelle chaînée aux maçonneries et similaire à celle de l’élévation sud. Lors de la phase 2, deux trous s’alignant avec plusieurs autres traces ont été percés à près de 6 m du sol. Il pourrait s’agir de la création d’un corps de logis pour l’enceinte du XIVe siècle. Lors de la phase 3, cette maçonnerie en appui est démolie. Un bâtiment (un corps de logis ?) présentant une toiture parallèle à la tour est alors édifié. On remarque deux niveaux d’empochements (un plancher et une charpente ?), espacés les uns des autres d’environ 2,30 m. Il est envisagé que cette configuration soit à mettre en lien avec les vestiges de la porterie des XVIIe-XVIIIe siècles. La phase 4 correspond à l’état actuel, soit à un bâtiment démantelé. Il est fort probable que sa démolition ait engendré des dégradations du parement de la tour.

 

Elévation nord
Elévation nord

Le sondage
Un sondage de 19 m2 contre l’élévation sud de la tour seigneuriale, à l’extérieur, a permis de comprendre l’implantation de la tourelle semi-circulaire et de caractériser son environnement. Malgré la maigreur des indices, il semblerait que le site soit occupé au cours de l’Antiquité (tardive ?) dans une première phase. L’endroit est rendu intéressant par la configuration topographique de la roche calcaire, qui présente un tertre légèrement surélevé par rapport au fond du vallon. Le site cesse d’être ensuite occupé pour des raisons qui nous échappent totalement.
La seconde phase débute à la fin du XIe siècle avec la construction de la tour seigneuriale. Les fondations de la tourelle semi-circulaire, d’aspect tronconique et accolées aux fondations de la tour quadrangulaire, ont une profondeur de 70 cm. Les pierres calcaires, de toutes tailles et formes, qui la constitue sont maçonnées à la chaux, sans organisation particulière. Elles sont dissimulées par le remblai issu du creusement d’un fossé, dont l’amorce est bien reconnue en stratigraphie. En élévation, le parement est conservé sur 53 cm de hauteur et constitué de moellons calcaires de 18 x 7 cm en moyenne. Le piétinement engendré par les travaux et les déchets de matériaux (essentiellement le mortier) créent un premier niveau de sol extérieur compact et dur au pied des maçonneries. Le niveau de sol repéré à l’intérieur de la tourelle est composé d’un lit de mortier épais.

Tourelle semi-circulaire
Tourelle semi-circulaire

Le secteur devient ensuite un lieu de rejet alimentaire. En effet, dans les US en contact avec le niveau de sol, ont été trouvés des tessons de céramique et des restes fauniques en quantité non négligeable. Le mobilier céramique est néanmoins très fragmenté. La pâte, sombre, micacée, et cuite en atmosphère réductrice, est généralement peu épaisse et comporte des inclusions siliceuses fines. Les tessons appartiennent à des formes fermées globulaires montées en technique mixte et sont datables des Xe-XIIIe siècles. Ce mobilier retrouvé à proximité, l’absence de passage permettant d’entrer dans la tourelle et la présence du pendage du fossé semblent démontrer que cette construction semi-circulaire est une latrine à fosse, et non un accès à la tour seigneuriale, comme supposé jusqu’à présent.
Lors de la troisième phase, le profil du fossé, légèrement transformé par son comblement naturel progressif, se fige à nouveau à l’occasion d’une seconde campagne de travaux. Celle-ci peut être certainement rattachée au XIVe siècle, qui voit l’apparition de l’enceinte de la maison forte. Ce nouveau sol reprend toutefois en partie l’altimétrie de l’antérieur. Après 1582, peut-être au XVIIIe siècle, la tourelle perd son intérêt. Elle est alors démantelée, ce qui engendre un nouveau remblai. Le fossé est comblé dans le même temps, ce qui nivelle le secteur. La ruine progressive du site occasionne également de nouveaux remblais. Les sols ont été remués au cours de ces différentes phases, ce qui explique vraisemblablement le degré de fragmentation élevé des mobiliers céramiques et fauniques.

Journée sur les cryptes en France (CEM, Auxerre, 21 novembre 2014)

Cryptes en FranceÀ l’occasion de la sortie de l’ouvrage de Christian Sapin, Les cryptes en France, Pour une approche archéologique (IVe-XIIe s.), (Picard, 2014), le Centre d’études médiévales d’Auxerre organise une rencontre sur le thème des cryptes le 21 novembre (10h-17h).

Valérie Serdon (Université de Lorraine, CRULH, Nancy) y présentera ses travaux sur la crypte de l’église abbatiale de Saint-Vanne, à Verdun.

« Contribution à l’histoire du Chapitre Saint-Goëry d’Epinal : étude anthropologique des dames-abbesses de la crypte Saint-Sauveur »

Dans le cadre de son cycle de rencontres annuelles, la Société d’émulation du département des Vosges (SEV) vous convie à la conférence de l’anthropologue Perrine MUNARO, le mardi 18 novembre, à 20:30, à l’amphithéâtre de la Faculté de Droit, à Epinal.

Présentation de la conférence
Le dernier sommeil des nobles dames qui reposent en la Basilique Saint Maurice a été maintes fois troublé. La révolution, les inondations et les travaux de restauration ne leur ont pas offert un repos paisible.

Une nouvelle fois, en 2013, la porte de la crypte a été ouverte, afin de procéder à une étude plus approfondie des sépultures des abbesses. Sous l’expertise du docteur Perrine Munaro et du Pr Francis Janot, l’observation des vestiges osseux et la relecture des textes ont permis de révéler les derniers secrets de ces dames.

Sortis de la Basilique pour pouvoir être étudiés à l’EA 1132 HISCANT de l’Université de Lorraine, ces vestiges osseux ont pu donner de précieuses informations sur l’état de santé et la stature des abbesses du Chapitre de Saint-Goëry.

Malgré les ravages du temps, la crypte Saint Sauveur de la Basilique Saint Maurice nous a réservé de surprenantes découvertes.

Table ronde : « Constituer la tombe, honorer les défunts en Méditerranée hellénistique et romaine »

Alexandrie_Table ronde_Constituer la tombe_Affiche

Table ronde organisée par l’École française d’Athènes et le Centre d’études alexandrines, Alexandrie, du 30 octobre au 1er novembre 2014

Programme de la table ronde

Des travaux récents menés sur des ensembles funéraires antiques du bassin méditerranéen ont permis de développer des méthodes adaptées à la mise en évidence des pratiques et des rites funéraires. Il est ainsi désormais possible d’aborder, grâce à la documentation archéologique, les stratégies rituelles mises en oeuvre par les sociétés antiques pour honorer leurs morts. L’étude fine des structures (aires de crémation, tombe, fosse, table à offrandes, etc.), des contextes archéologiques (sols, dépôts, remblais, etc.) et des vestiges cérémoniels (céramique, os animaux, restes carpologiques, etc.) sans oublier les relations que l’on peut établir entre ces vestiges et le mort (d’où l’importance essentielle de l’analyse et des observations anthropologiques), permettent de restituer au tombeau sa fonction essentielle de lieu de culte funéraire.

La définition (juridique, religieuse, mémorielle) de la tombe, bref la constitution de la tombe, sera étudiée. Un volet de la réflexion concernera les méthodes déployées sur le terrain et dans le traitement des sources documentaires. Un autre définira la place du mort dans l’organisation des tombeaux (à Rome, ce sont les restes du défunt qui définissent la tombe comme un ‘lieu religieux’). Il sera également question des rituels funéraires célébrés lors de la mise au tombeau et de la visite faite aux défunts. Cette table ronde sera l’occasion de présenter les méthodes mises en oeuvre dans le cadre d’opérations récentes, en Égypte, au Proche-Orient, en Grèce, en Italie, dans le midi de la France, etc. Les limites de la documentation (et de la méthode) seront évaluées. Un inventaire des pratiques funéraires mises en évidence sera dressé qui permettra d’aborder de façon nouvelle la diversité, au gré des communautés, des stratégies funéraires qui encadraient la transformation du défunt et son installation dans l’altérité de la mort.

Conférence : « les fouilles archéologiques à la citadelle haute de Verdun » par V. Serdon-Provost (24 septembre, Verdun)

Conférence_VerdunValérie Serdon-Provost, maître de conférences en histoire et archéologie du Moyen Âge à l’université de Lorraine (Nancy) donnera le mercredi 24 septembre, 18h00, au centre mondial de la paix à Verdun, une conférence intitulée : « les fouilles archéologiques à la citadelle haute de Verdun ».

Conférence sur la tour seigneuriale de Darnieulles – 24 mai 2014

Tract APAVA-Conf du 24 mai 14

La tour d’habitation de Darnieulles fut la propriété d’un lignage de chevaliers locaux dont les premières mentions remontent à la fin du XIe siècle. Elle s’insère au sein d’un ensemble plus vaste, une maison forte, qui se développe à partir du XIVe siècle.
L’objectif historique et patrimonial est de replacer cet édifice dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales des XIe-XIIe siècles. L’édifice semble être un subtil compromis entre les grands donjons résidentiels de l’ouest de la France, des petits donjons résidentiels de l’est du pays et des logis seigneuriaux germaniques.
L’objectif archéologique des opérations menées sur le site est de réaliser une couverture analytique complète de la tour afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux ainsi que les éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… Pour ce faire, des relevés d’élévation et des sondages sont pratiqués sur le site. L’étude intègre également un travail de thèse sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles.

Le chantier 2014 se déroule du 2 au 22 juin et sera accessible aux visiteurs lors des Journées Nationales de l’Archéologie des 6, 7 et 8 juin.

http://journees-archeologie.fr/c-2014/fiche-initiative/469/Tour-seigneuriale-de-Darnieulles

Tour seigneuriale de Darnieulles – Apports de la campagne 2013

élévation ouest de la tour

En 2013, le chantier s’est concentré sur l’analyse des élévations extérieures. Le relevé pierre à pierre a été effectué sur 353 m2 de murs. La tour (11,15  x 15,15 m) est conservée sur une hauteur maximale de 12,10 m. L’état de conservation des élévations extérieures est hétérogène, mais suffisant pour comprendre les grands principes de construction qui ont été employés à son édification.

 

Les élévations extérieures

Comme pour l’intérieur, le parement est constitué de moellons calcaires grossièrement taillés, issus des couches du Muschelkalk supérieur (t5). On retrouve ponctuellement dans le parement un calcaire alvéolé et une dolomie. On remarque enfin dans les parties les plus hautes l’emploi de grès vosgien rouge, peut-être le fruit d’un remaniement. Les assises des élévations extérieures sont très régulières. Le gabarit moyen des pierres (20,2 x 8,6 cm) est sensiblement supérieur à celles du parement intérieur (18,6 x 8,3 cm). Les angles du bâtiment sont chainés par du grès à Voltzia (Lg.48 à 63 cm, lg 22 à 42 cm, ht. 26 à 30 cm). Chaque changement de pierre dans la chaine d’angle est souvent l’occasion de réaliser une assise de réglage.

Le parement est très régulier, on observe quelques dédoublements d’assises dans la seconde moitié de l’élévation. Les assises de réglages sont surtout bien visibles dans le blocage. L’analyse du parement et des niveaux de réglages démontre que nous sommes face à un chantier sans standardisation, où la logique de construction est simplement conditionnée à l’arrivage des pierres. En d’autres endroits des élévations, les assises de réglages se remarquent dans le parement soit par l’emploi de pierres plus fines, soit par deux rangs plus gros de part et d’autre du niveau de réglage.

Les trous de boulin observés sur le parement intérieur en 2012 se retrouvent sur le parement extérieur puisqu’ils sont traversant pour l’immense majorité d’entre eux. Plusieurs sont bouchés par une ou plusieurs pierres en façade. Quatre nouveaux trous ont toutefois été comptabilisés, portant le total à 105. Leur section, carrée, avoisine toujours les 10 à 12 cm, et leur ordonnancement reste très régulier.

Les mortiers se composent principalement de sable et de nodules de chaux. À 8 m de hauteur, un négatif de végétaux imprégné dans le mortier témoigne d’un arrêt saisonnier du chantier. Enfin, un pré-enduit a été observé de façon très sporadique.

TOUTES LES UM EXTERIEUR

La tourelle semi-circulaire

La tourelle semi-circulaire accolée à la face sud permettait l’accès à la tour d’habitation.  Elle mesurait 10 m de haut, pour un diamètre de 3,70 m. L’épaisseur des murs oscille entre 90 et 96 cm, ce qui ménage un espace intérieur de 1,80 m. Elle est saillante de 2,40 m. Elle est munie d’un parement intérieur et d’un parement extérieur dont le gabarit des pierres est identique à celui des pierres de la tour seigneuriale. Elle est correctement chainée et ancrée à cette tour, leur construction est donc simultanée. Trois petites fentes donnaient un peu d’éclairage dans la cage d’escalier. La fréquence des assises de réglages varie entre 34 cm et plus de 60 cm. L’étude macroscopique des mortiers permet d’identifier trois liants différents. Les niveaux de réglage sont en corrélation avec l’utilisation de mortiers spécifiques, ce qui implique une réflexion d’ensemble sur les considérations techniques inhérentes à la construction de cette tourelle.

 

Le sondage

Le sondage (3 x 3 m) pratiqué sous la cheminée au sein du bâtiment n’a pas permis de répondre à toutes les interrogations initiales. Nous avons toutefois pu mettre en évidence le niveau de sol composé par une terre rouge indurée relativement plane remplie d’inclusions de charbons de bois et de chaux. Les fondations de la tour présentent un ressaut de 22 cm de large qui se prolonge sur 40 à 50 cm de profondeur jusqu’à atteindre le sol géologique calcaire. Sur les parties hautes du sondage, nous avons retrouvé une couche d’incendie où l’apparence de poutres brulées apparait assez nettement. Mêlées à de nombreuses tuiles plates, il pourrait s’agir des vestiges de la toiture effondrée du bâtiment.

DSC_0240

Le sondage a révélé un mobilier relativement pauvre. Seules les couches de remblais au-dessus du niveau de sol initial ont livré du mobilier archéologique. Nous retenons essentiellement quatre tessons céramiques à pâte grossière, qui s’apparentent à des fragments de pot globulaire ou de cruche à fond lenticulaire, vraisemblablement antérieurs au XIIIe siècle. Un carreau d’arbalète présente une tête à profil pyramidal de section carrée typique des formes en usage aux Xe et XIe siècles. L’immense majorité des tuiles découvertes sont plates. La diversité dans la typologie des trous de fixation, des ergots et du gabarit des tuiles induit réfections et remplacements au cours des siècles. Le sondage n’a livré qu’un seul fragment de tegula, dans une couche d’effondrement.

Carreau arbalète

La vidéo de la conférence « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde » est disponible

Retrouvez la vidéo de la conférence « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde », prononcée le jeudi 3 avril à la M.S.H. Lorraine par Patrick Périn, conservateur général honoraire du patrimoine et directeur honoraire du Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, et Véronique  Gallien  anthropologue au CEPAM et à l’INRAP.

45e congrès de la SHMESP : « Apprendre, produire, se conduire. Le modèle au Moyen Âge »

Le 45e Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public se tiendra  l’Université de Lorraine du 22 au 25 mai prochain sur le thème : « Apprendre, produire, se conduire. Le modèle au Moyen Âge ». La 4e session (vendredi 23 mai), intitulée “Les savoir-faire et leur transmission” donnera lieu à plusieurs communications sur les pratiques de l’écrit mais également sur l’archéologie des techniques et de l’architecture médiévale :

  • 14h15 : Danielle Arribet-Deroin (Université Paris I Panthéon Sorbonne)

« La transmission des savoir-faire et des pratiques d’une innovation technique : le ‘modèle’ du procédé indirect d’élaboration du fer et son expansion à la fin du Moyen Âge »

  •  14h40 : Maxime L’Héritier (Université Paris VIII-ÉA 1571) et Arnaud Timbert (Université Lille III-IRHIS)

« De la reproduction à la réinterprétation des modèles dans l’architecture : quel usage du métal à l’époque gothique ? »

  •  15h05 : Vianney Muller (jeune chercheur, Université de Lorraine / HISCANT-MA)

« Le patrimoine castral de la famille de Neufchâtel-Bourgogne : quelle place pour les modèles ? »

 

Le programme complet de ce congrès est disponible sur le site de la SHMESP :  http://www.shmesp.fr/spip.php?article344

Formations doctorales sur l’Archéologie du culte

Image 9

Les Écoles françaises d’Athènes et de Rome proposent en 2014 deux formations doctorales sous l’égide de leur programme commun sur l’archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen.

La première, intitulée Archéologie et religion : définir les lieux de culte, restituer les pratiques religieuses antiques et portée par l’EFR, aura lieu à Rome et Ostie du 30 juin au 5 juillet. Programme et modalités d’inscription : ATELIER DOCTORAL Archéologie et Religion

La seconde, intitulée Archéologie du fait religieux : sanctuaires et cité, étude de cas à Thasos et portée par l’EFA, aura lieu sur l’île de Thasos du 4 au 14 septembre. Programme et modalités d’inscription : EFA_Formation doctorale_Thasos

Chantier archéologique : Mausolées romains du Bois des Hamets (Grand, Vosges, 7-26 juillet)

Affiche chantier de Grand 2013

Pascal Vipard, maître de conférences d’Antiquités nationales à l’Université de Lorraine, cherche des volontaires pour une opération archéologique qui aura lieu du 7 au 26 juillet 2014.

Il s’agit de l’étude d’un groupe d’au moins trois mausolées circulaires se présentant sous la forme de tumulus très sommairement explorés au XIXe s. Cet ensemble funéraire, situé à la sortie de l’agglomération romaine de Grand (Vosges) en bordure immédiate de la voie (encore visible) menant à Nasium, correspond visiblement à un lieu d’inhumation privilégié, mais sa forme et son environnement sont inconnus. La reprise de la fouille vise donc à établir la topographie et la planimétrie des structures, à en comprendre l’architecture et la stratigraphie, à repérer d’éventuelles autres structures funéraires et à en établir la chronologie.

Cette opération s’insère dans le vaste travail de recherche entrepris depuis sept ans à Grand et plus particulièrement dans le PCR « L’agglomération antique de Grand » dirigé par Th. Dechezleprêtre.

Hébergement en dur sur place (partagé avec les fouilleurs de l’autre chantier fonctionnant concomitamment) ; repas pris en charge (traiteur). Travail du lundi au samedi.

Merci de vous inscrire très rapidement en remplissant la fiche d’inscription jointe (qui peut également être demandée par mail) et en l’envoyant à : p.vipard@wanadoo.fr

Fiche d’inscription : GRAND_Chantier_archeologique_Fiche_Inscription_2014

Une réunion d’information est prévue au mois d’avril (date à définir avec les pré- inscrits).

Conférence : “Archéologie de la Grande Guerre” par S. Jacquemot

JHR LorraineArchéologie de la Grande Guerre à l’occasion des 9e journées d’Histoire régionale, le dimanche 5 avril à 9h30 à Saint-Mihiel (salle Mangeot).

Spécialiste de la question, Stéphanie Jacquemot a publié plusieurs ouvrages sur le sujet et a récemment contribué à l’exposition qui se déroule en ce moment (jusqu’au 31 décembre 2014)  au musée archéologique de Strasbourg: “à l’Est, du nouveau. Archéologie de la Grande Guerre en Alsace et en Lorraine “.

Programme détaillé des Journées d’Histoire régionale : http://chr.lorraine.eu/informations/documents/257900.pdf

 

Conférence : « les réseaux de voies romaines autour de Châtel-sur-Moselle » par G. Salvigny et K. Boulanger (Châtel-sur-Moselle, 5 avril)

Le cycle des conférences sur la forteresse de Châtel-Sur Moselle accueille une communication de Gilbert Salvigny (archéologue, président du Cercle d’études de Contrexéville) et de Karine Boulanger (archéologue, INRAP) sur le thème des « réseaux de voies romaines autour de Châtel-sur-Moselle », le 5 avril prochain à 17h30 à l’hôtel de Ville de Châtel-sur-Moselle (88330).

Conférence Châtel sur Moselle

Information sur le site www.vieux-chatel.fr et contact : contact@vieux-chatel.fr

Conférence : “Le laser au service de l’archéologie : présentation des recherches sur les vestiges de la forêt de Haye (54)” par Murielle Leroy

Affiche de la conférence
Affiche de la conférence

Le musée du Pays de Sarrebourg accueille vendredi 4 avril à 20h30 une conférence de Murielle GEORGE-LEROY, conservateur régional de l’Archéologie de Lorraine (DRAC Lorraine) intitulée “Le laser au service de l’archéologie : présentation des recherches sur les vestiges de la forêt de Haye (54)”.

Certaines forêts, comme celle de Haye à côté de Nancy, recèlent de véritables trésors archéologiques. Certes peu spectaculaires au premier coup d’oeil (amas de pierres, talus, etc), ils permettent, pour qui sait les lire, d’appréhender un véritable paysage gallo-romain fossilisé. Dans sa quête l’archéologue est maintenant aidé par une technique de détection tout à fait novatrice, le lidar (scanneur laser aéroporté), qui permet d’obtenir un relevé en 3 dimensions de ces vestiges.

Pour ceux qui ne pourraient faire le déplacement, on peut se reporter aux articles de l’auteur sur ce sujet, dont certains accessibles en ligne.

http://rge.revues.org/1931

http://www.cairn.info/revue-archeosciences-2011-1-page-117.htm

 

 

Entrée libre.
Renseignements : 03 87 08 08 68 – com.musee.sarrebourg@wanadoo.fr