Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

La soutenance de ma thèse, intitulée “Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)”, réalisée sous la direction de Gérard Giuliato, se tiendra le samedi 13 juin 2015 à 14h00 sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine, à Nancy, en salle A 226.

Lire la suite Soutenance de thèse : Le patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel-Bourgogne (XIIIe-XVIe siècles)

Programme EFA-EFR « Archéologie du culte » : colloque international, Rome 18-20 juin 2015

Image 3Après deux journées d’étude, une table ronde et deux séminaires de formation doctorale,  le programme mutualisé entre l’École française d’Athènes et l’École française de Rome « Des espaces et des rites : pour une archéologie du culte dans les sanctuaires du monde méditerranéen » accueille un colloque international autour de la naissance des dieux dans le monde antique. Organisé à Rome, dans les locaux de l’École française de Rome, le colloque est porté par les deux Écoles d’Athènes et de Rome avec la collaboration du LabEx Archimède « Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de l’Égypte anciennes ».

Les procédures juridiques, mal décrites par les textes avouons-le, ne suffisent pas à rendre compte de l’acte exceptionnel que constitue la fondation d’un sanctuaire. Les données archéologiques récentes montrent des processus variés qui touchent tout autant la religion que l’organisation humaine, la vie politique et économique des communautés ou la perception des territoires. La fondation d’un lieu de culte était d’abord un acte exceptionnel qui mettait en œuvre un écheveau complexe de motivations et d’agents divers tout autant que de relations choisies dans le paysage, avec les habitats et les territoires puisqu’il s’agissait au premier chef d’installer un dieu dans un lieu propice. Les communications s’orienteront autour des thèmes suivants : les motivations, les agents et les lieux.

Organisation :
Sandrine Agusta-Boularot (Université Paul Valéry Montpellier)
Sandrine Huber (Université de Lorraine)
William Van Andringa (Université de Lille)

Programme : Colloque EFA-EFR_Quand naissent les dieux

Programme EFA-EFR « Archéologie du culte » : atelier doctoral à Pompéi

Image 4

Archéologie et Religion à Pompéi : définir les lieux de culte, restituer les pratiques religieuses d’une cité antique

Site archéologique de Pompéi, 6 – 11 juillet 2015

Intervenants : William Van Andringa (université de Lille 3), Maddalena Bassani (università degli Studi di Padova), Sylvia Estienne (École Normale Supérieure, Paris), Sandrine Huber (université de Lorraine), Carlo Rescigno (università di Napoli), Françoise Van Haeperen (université de Louvain), avec la collaboration de Massimo Osanna (Soprintendenza archeologica di Pompei, Ercolano e Stabia).

Programme

 L’ambition de cet atelier est de présenter à un public de doctorants et de post-doctorants les méthodes d’approches archéologiques des faits religieux antiques, en prenant appui sur les manifestations religieuses observables à Pompéi. La formation fera alterner les cours théoriques sur l’archéologie des religions antiques et des discussions sur le terrain, dans les temples, les maisons et les nécropoles de Pompéi. L’accent sera mis sur les méthodes et les questionnements adaptés aux recherches sur les lieux de culte et à la mise en évidence des pratiques religieuses et des gestes rituels (nécropoles et lieux de culte). Le statut des espaces religieux et les modalités de leur évolution seront analysés. La caractérisation des lieux de culte et des pratiques amènera à préciser le vocabulaire employé dans la description des monuments et des vestiges religieux. Il sera demandé aux étudiants une participation active, dans le cadre de la discussion des exposés et de la présentation de leurs sujets de recherches.

Le délai de dépôt des candidatures est fixé au 18 mai 2015

 Pour plus de renseignements, voir http://www.efrome.it/la-recherche/actualite-et-appels/evenement/archeologie-et-religion-a-pompei-definir-les-lieux-de-culte-restituer-les-pratiques-religieuse.html

Poste d’ATER en histoire de l’art et archéologie du monde grec antique

Ciché-salle-musée

Le département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université de Lorraine (Nancy),  est susceptible de disposer d’un poste d’ATER en histoire de l’art et archéologie du monde grec antique pour l’année universitaire 2015-2016.

L’ATER effectuera l’intégralité de son service (192 HETD) en licence d’histoire de l’art et d’archéologie, où il assurera à la fois les cours magistraux et les travaux dirigés d’histoire de l’art et d’archéologie grecques dans les trois années de la formation.
Ce poste d’ATER sera rattaché pour la recherche à l’équipe EA 1132 HISCANT-MA.
Le dépôt des dossiers de candidature doit se faire sur Galaxie avant le 6 mai, minuit.
Pour plus de renseignements, voir la page du site de l’université sur les recrutements.

Journée sur les cryptes en France (CEM, Auxerre, 21 novembre 2014)

Cryptes en FranceÀ l’occasion de la sortie de l’ouvrage de Christian Sapin, Les cryptes en France, Pour une approche archéologique (IVe-XIIe s.), (Picard, 2014), le Centre d’études médiévales d’Auxerre organise une rencontre sur le thème des cryptes le 21 novembre (10h-17h).

Valérie Serdon (Université de Lorraine, CRULH, Nancy) y présentera ses travaux sur la crypte de l’église abbatiale de Saint-Vanne, à Verdun.

« Contribution à l’histoire du Chapitre Saint-Goëry d’Epinal : étude anthropologique des dames-abbesses de la crypte Saint-Sauveur »

Dans le cadre de son cycle de rencontres annuelles, la Société d’émulation du département des Vosges (SEV) vous convie à la conférence de l’anthropologue Perrine MUNARO, le mardi 18 novembre, à 20:30, à l’amphithéâtre de la Faculté de Droit, à Epinal.

Présentation de la conférence
Le dernier sommeil des nobles dames qui reposent en la Basilique Saint Maurice a été maintes fois troublé. La révolution, les inondations et les travaux de restauration ne leur ont pas offert un repos paisible.

Une nouvelle fois, en 2013, la porte de la crypte a été ouverte, afin de procéder à une étude plus approfondie des sépultures des abbesses. Sous l’expertise du docteur Perrine Munaro et du Pr Francis Janot, l’observation des vestiges osseux et la relecture des textes ont permis de révéler les derniers secrets de ces dames.

Sortis de la Basilique pour pouvoir être étudiés à l’EA 1132 HISCANT de l’Université de Lorraine, ces vestiges osseux ont pu donner de précieuses informations sur l’état de santé et la stature des abbesses du Chapitre de Saint-Goëry.

Malgré les ravages du temps, la crypte Saint Sauveur de la Basilique Saint Maurice nous a réservé de surprenantes découvertes.

Table ronde : « Constituer la tombe, honorer les défunts en Méditerranée hellénistique et romaine »

Alexandrie_Table ronde_Constituer la tombe_Affiche

Table ronde organisée par l’École française d’Athènes et le Centre d’études alexandrines, Alexandrie, du 30 octobre au 1er novembre 2014

Programme de la table ronde

Des travaux récents menés sur des ensembles funéraires antiques du bassin méditerranéen ont permis de développer des méthodes adaptées à la mise en évidence des pratiques et des rites funéraires. Il est ainsi désormais possible d’aborder, grâce à la documentation archéologique, les stratégies rituelles mises en oeuvre par les sociétés antiques pour honorer leurs morts. L’étude fine des structures (aires de crémation, tombe, fosse, table à offrandes, etc.), des contextes archéologiques (sols, dépôts, remblais, etc.) et des vestiges cérémoniels (céramique, os animaux, restes carpologiques, etc.) sans oublier les relations que l’on peut établir entre ces vestiges et le mort (d’où l’importance essentielle de l’analyse et des observations anthropologiques), permettent de restituer au tombeau sa fonction essentielle de lieu de culte funéraire.

La définition (juridique, religieuse, mémorielle) de la tombe, bref la constitution de la tombe, sera étudiée. Un volet de la réflexion concernera les méthodes déployées sur le terrain et dans le traitement des sources documentaires. Un autre définira la place du mort dans l’organisation des tombeaux (à Rome, ce sont les restes du défunt qui définissent la tombe comme un ‘lieu religieux’). Il sera également question des rituels funéraires célébrés lors de la mise au tombeau et de la visite faite aux défunts. Cette table ronde sera l’occasion de présenter les méthodes mises en oeuvre dans le cadre d’opérations récentes, en Égypte, au Proche-Orient, en Grèce, en Italie, dans le midi de la France, etc. Les limites de la documentation (et de la méthode) seront évaluées. Un inventaire des pratiques funéraires mises en évidence sera dressé qui permettra d’aborder de façon nouvelle la diversité, au gré des communautés, des stratégies funéraires qui encadraient la transformation du défunt et son installation dans l’altérité de la mort.

Colloque « Philippes 1914-2014 Cent ans de recherches de l’École française d’Athènes » (Thessalonique et Kavala, 23-25 octobre)

Plan restitué de Philippes (© S. Provost 2014)
Plan restitué de Philippes (© S. Provost 2014)

Cité grecque fondée dans une aire de peuplement thrace, conquise par Philippe de Macédoine, colonisée plus tard par les Romains et visitée par l’apôtre Paul, Philippes s’est durant des siècles trouvée au carrefour entre Orient et Occident, sur la principale route qui menait de l’Italie à l’Asie Mineure en passant par Byzance.

Aux origines, il y eut Daton, puis Krénidès, établissements grecs en terre thrace. Les mines d’or du Mont Pangée exercèrent un attrait irrésistible sur le roi Philippe de Macédoine, père d’Alexandre le Grand, qui annexa l’établissement en 356 av. J.-C. et lui donna son nom. Le site continua à occuper le devant de la scène : c’est dans la plaine de Philippes qu’eut lieu en 42 av. J.-C. la bataille opposant Brutus et Cassius, les
assassins de César, aux héritiers de ce dernier, Octave (le futur Auguste) et Antoine. Ce dernier fonda une colonie et y installa ses vétérans. Un siècle plus tard, l’apôtre Paul débarqua non loin de là pour sa première escale en territoire européen. Son passage est relaté dans les Actes des Apôtres. Philippes abrita la première communauté chrétienne d’Europe. Les grandes basiliques construites entre le IVe et le VIe s. sur le modèle des églises de Constantinople dominent encore le site.
Abandonné au ΧΙVe s., le site est décrit par divers voyageurs depuis la Renaissance. En 1861, Napoléon III dépêche une expédition scientifique en Macédoine. Dirigée par Léon Heuzey, celle-ci a pour mission d’étudier les sites liés à l’histoire de César à laquelle travaille l’empereur. C’est ainsi qu’est réalisé le premier inventaire systématique des vestiges archéologiques de Philippes, consigné dans la Mission archéologique de Macédoine, parue en 1876. Ce n’est qu’au début du XXe s. que le site commence à faire l’objet d’investigations systématiques grâce à de l’École française d’Athènes qui y organise une première mission d’étude en 1914.
Dans l’entre-deux-guerres, des fouilles d’envergure permettent de mettre au jour le centre monumental de la colonie romaine et les basiliques chrétiennes. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Service
archéologique grec, la Société archéologique d’Athènes et l’Université Aristote de Thessalonique mènent des recherches ainsi que des travaux de préservation et de valorisation des monuments. Parallèlement, l’École française a poursuivi son travail de recherche au moyen de fouilles de moindre ampleur, de prospections, d’études et de publications de matériel archéologique.

Organisé à Thessalonique le 24 octobre 2014, le colloque du 100e anniversaire – « Le site de Philippes, passé, présent, avenir » – aura pour objectif de dresser un bilan des recherches menées depuis un siècle sur le site et de dessiner les perspectives des études futures, dans tous les domaines (archéologie, architecture, prospections, géomorphologie, épigraphie, histoire) et pour toutes les périodes (de la préhistoire à la
période byzantine). La table ronde qui clôturera le colloque, animée par des représentants du ministère de la culture grec, prendra appui sur cette synthèse des travaux passés ou présents pour dessiner les contours de la politique scientifique des années à venir.
Une séance spéciale de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sera consacrée au site de Philippes le 14 novembre 2014. Conçue comme un prolongement du colloque de Thessalonique, cette journée permettra de mettre l’accent sur les études d’épigraphie et d’architecture menées par l’École française d’Athènes sur le site.

Programme du colloque à Thessalonique et Kavala

23 octobre — Thessalonique
Musée de la Civilisation byzantine
18h Adresses:
Agathonikè Tsilipakou, Directrice du Musée de la Civilisation byzantine
Alexandre Farnoux, Directeur de l’École française d’Athènes
18h45 Conférence inaugurale :
Pierre Ducrey, Associé étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France), Président du Conseil d’administration de l’École française d’Athènes
« Philippes, la redécouverte d’un site. 100 années de recherches historiques et archéologiques »

24 octobre 2014 – Thessalonique
Colloque international : « Le site de Philippes, passé, présent, avenir ». Musée de la Civilisation byzantine

Bâtiment administratif, Amphithéâtre Stephanos Dragoumis
9h30. Haïdo KOUKOULI-CHRYSSANTHAKI, membre de la Société archéologique, ancienne Éphore des Antiquités préhistoriques et classiques de Kavala :
« Le site de Philippes : le cadre géographique et l’occupation humaine durant la préhistoire ».
Discutant : Laurent LESPEZ, professeur à l’Université de Paris Est créteil

10h30. Olivier PICARD, membre de l’Institut de France :
« Philippes, Thasos et les Thraces : une affaire d’argent ».
Discutant : Séléné PSOMA, professeur à l’Université capodistrienne d’Athènes

11h30. Miltiade HATZOPOULOS, associé étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de l’Institut de France, ancien directeur du KERA, Fondation nationale de la Recherche scientifique :
« Philippes, cité macédonienne »
Discutant : Patrice HAMON, professeur à l’Université de Rouen

15h00. Michel SEVE, professeur émérite de l’Université de Lorraine :
« Philippes, colonie romaine : urbanisme, architecture et territoire »
Discutant : Georges Tirologos, Ingénieur d’études à l’Université de Franche Comté

16h00. Athanase RIZAKIS, directeur de recherche honoraire au KERA, Fondation nationale de la Recherche scientifique :
« Philippes, colonie romaine : société, institutions, cultes »
Discutant : Cédric BRELAZ, maître de conférences à l’Université de Strasbourg

17h00. Aristotelis MENTZOS, professeur à l’Université Aristote de Thessalonique :
« Philippes, ville chrétienne et protobyzantine »
Discutant : Samuel PROVOST, maître de conférences à l’Université de Lorraine

18h30 – 20h30. Table ronde animée par Maria Vlazaki, Secrétaire générale des Antiquités et de l’Héritage culturel au Ministère de la Culture
« Philippes au XXIe siècle : programmation scientifique, protection et valorisation du site »

25 octobre 2014 – Kavala

Matinée : départ de Thessalonique pour Kavala

Musée archéologique de Kavala.
17h00. Remerciements
17h30. Maria NICOLAÏDOU-PATERA, Éphore des antiquités préhistoriques et classiques de Kavala :
« Les travaux de la XVIIIe ΕΠΚΑ à Philippes »
18h30. Stavroula DADAKI, Éphore des antiquités byzantines de Kavala :
« Les travaux de la 12e EBA à Philippes »
19h00. Natalia POULOU, professeur à l’Université Aristote de Thessalonique :
« Les travaux de l’Université de Thessalonique à Philippes »
19h30. Alexandre FARNOUX, Directeur de l’École française d’Athènes :
« Les travaux de l’Ecole française à Philippes »

Programme Philippes 2014

Colloque « Monastic life, art and technology in 11th-16th c. » (Univ. d’Alba Iulia, Roumanie, 16-18 octobre)

banner conferinta 2014 6MONASTIC LIFE, ART, AND TECHNOLOGY IN 11TH – 16TH CENTURIES

The conference will be held at

University “1 Decembrie 1918” of Alba Iulia

Department of History, Archaeology and Museology

Lire la suite Colloque « Monastic life, art and technology in 11th-16th c. » (Univ. d’Alba Iulia, Roumanie, 16-18 octobre)

Colloque : Conflits et progrès scientifiques et techniques en Lorraine à travers les siècles 17-18 octobre 2014 – Metz

Affiche du colloque
Conflits et progrès scientifiques et techniques

A l’occasion de ce colloque organisé par le Comité d’Histoire Régional, quatre communications porteront plus particulièrement sur des aspects archéologiques, de la Protohistoire au XXe siècle, développés à partir d’exemples régionaux.

Ces communications se répartissent sur les deux journées de colloque :

Vendredi 17 octobre

Conférence d’ouverture :

9h15 : Guerre et progrès chez les gaulois : une relation ambiguë, par Gérard Bataille (Chargé des partenariats scientifiques, INRAP), Jenny Kaurin (post-doctorante, CNRS-Université de Bourgogne) et Stéphane Marion (ingénieur de recherche au S.R.A. de Lorraine)

Samedi 18 octobre

Session 3 : Armement et innovations technologiques

9h00 : La poudre noire : de l’engin pyrotechnique incendiaire au tir de mine, par Francis Pierre (chercheur associé au LAMOP | Société d’études et de sauvegarde des Anciennes Mines)

Session 4 : Fortifications

10h30 : La maçonnerie en épi : une techniques de construction spécifique aux ouvrages militaires des Xe-XIIe siècles ?, par Cédric Moulis (ingénieur d’études, Université de Lorraine)

11h30 : L’emploi du béton dans la Grande Guerre : regard archéologique sur des vestiges contemporains, par Stéphanie Jacquemot (ingénieur d’études, S.R.A. de Lorraine) et Denis Mellinger (Sculpteur et restaurateur du patrimoine)

 

_____________________________

Vendredi 17 et samedi 18 octobre – Institut Régional d’Administration, 15 avenue de Lyon à METZ

Entrée gratuite, inscriptions obligatoire.

Programme complet et inscription :
http://chr.lorraine.eu/informations/documents/63554.pdf

 

 

Conférence : « les fouilles archéologiques à la citadelle haute de Verdun » par V. Serdon-Provost (24 septembre, Verdun)

Conférence_VerdunValérie Serdon-Provost, maître de conférences en histoire et archéologie du Moyen Âge à l’université de Lorraine (Nancy) donnera le mercredi 24 septembre, 18h00, au centre mondial de la paix à Verdun, une conférence intitulée : « les fouilles archéologiques à la citadelle haute de Verdun ».

Conférence sur la tour seigneuriale de Darnieulles – 24 mai 2014

Tract APAVA-Conf du 24 mai 14

La tour d’habitation de Darnieulles fut la propriété d’un lignage de chevaliers locaux dont les premières mentions remontent à la fin du XIe siècle. Elle s’insère au sein d’un ensemble plus vaste, une maison forte, qui se développe à partir du XIVe siècle.
L’objectif historique et patrimonial est de replacer cet édifice dans un contexte d’apparition des tours seigneuriales des XIe-XIIe siècles. L’édifice semble être un subtil compromis entre les grands donjons résidentiels de l’ouest de la France, des petits donjons résidentiels de l’est du pays et des logis seigneuriaux germaniques.
L’objectif archéologique des opérations menées sur le site est de réaliser une couverture analytique complète de la tour afin d’en dégager les principaux caractères architecturaux ainsi que les éléments techniques et technologiques mis en œuvre pour sa construction : choix des matériaux, composition des mortiers, techniques de mise en œuvre, problèmes rencontrés, solutions techniques apportées, etc… Pour ce faire, des relevés d’élévation et des sondages sont pratiqués sur le site. L’étude intègre également un travail de thèse sur le chantier de construction et la mise en œuvre des matériaux en Lorraine méridionale aux XIe-XIIe siècles.

Le chantier 2014 se déroule du 2 au 22 juin et sera accessible aux visiteurs lors des Journées Nationales de l’Archéologie des 6, 7 et 8 juin.

http://journees-archeologie.fr/c-2014/fiche-initiative/469/Tour-seigneuriale-de-Darnieulles

Tour seigneuriale de Darnieulles – Apports de la campagne 2013

élévation ouest de la tour

En 2013, le chantier s’est concentré sur l’analyse des élévations extérieures. Le relevé pierre à pierre a été effectué sur 353 m2 de murs. La tour (11,15  x 15,15 m) est conservée sur une hauteur maximale de 12,10 m. L’état de conservation des élévations extérieures est hétérogène, mais suffisant pour comprendre les grands principes de construction qui ont été employés à son édification.

 

Les élévations extérieures

Comme pour l’intérieur, le parement est constitué de moellons calcaires grossièrement taillés, issus des couches du Muschelkalk supérieur (t5). On retrouve ponctuellement dans le parement un calcaire alvéolé et une dolomie. On remarque enfin dans les parties les plus hautes l’emploi de grès vosgien rouge, peut-être le fruit d’un remaniement. Les assises des élévations extérieures sont très régulières. Le gabarit moyen des pierres (20,2 x 8,6 cm) est sensiblement supérieur à celles du parement intérieur (18,6 x 8,3 cm). Les angles du bâtiment sont chainés par du grès à Voltzia (Lg.48 à 63 cm, lg 22 à 42 cm, ht. 26 à 30 cm). Chaque changement de pierre dans la chaine d’angle est souvent l’occasion de réaliser une assise de réglage.

Le parement est très régulier, on observe quelques dédoublements d’assises dans la seconde moitié de l’élévation. Les assises de réglages sont surtout bien visibles dans le blocage. L’analyse du parement et des niveaux de réglages démontre que nous sommes face à un chantier sans standardisation, où la logique de construction est simplement conditionnée à l’arrivage des pierres. En d’autres endroits des élévations, les assises de réglages se remarquent dans le parement soit par l’emploi de pierres plus fines, soit par deux rangs plus gros de part et d’autre du niveau de réglage.

Les trous de boulin observés sur le parement intérieur en 2012 se retrouvent sur le parement extérieur puisqu’ils sont traversant pour l’immense majorité d’entre eux. Plusieurs sont bouchés par une ou plusieurs pierres en façade. Quatre nouveaux trous ont toutefois été comptabilisés, portant le total à 105. Leur section, carrée, avoisine toujours les 10 à 12 cm, et leur ordonnancement reste très régulier.

Les mortiers se composent principalement de sable et de nodules de chaux. À 8 m de hauteur, un négatif de végétaux imprégné dans le mortier témoigne d’un arrêt saisonnier du chantier. Enfin, un pré-enduit a été observé de façon très sporadique.

TOUTES LES UM EXTERIEUR

La tourelle semi-circulaire

La tourelle semi-circulaire accolée à la face sud permettait l’accès à la tour d’habitation.  Elle mesurait 10 m de haut, pour un diamètre de 3,70 m. L’épaisseur des murs oscille entre 90 et 96 cm, ce qui ménage un espace intérieur de 1,80 m. Elle est saillante de 2,40 m. Elle est munie d’un parement intérieur et d’un parement extérieur dont le gabarit des pierres est identique à celui des pierres de la tour seigneuriale. Elle est correctement chainée et ancrée à cette tour, leur construction est donc simultanée. Trois petites fentes donnaient un peu d’éclairage dans la cage d’escalier. La fréquence des assises de réglages varie entre 34 cm et plus de 60 cm. L’étude macroscopique des mortiers permet d’identifier trois liants différents. Les niveaux de réglage sont en corrélation avec l’utilisation de mortiers spécifiques, ce qui implique une réflexion d’ensemble sur les considérations techniques inhérentes à la construction de cette tourelle.

 

Le sondage

Le sondage (3 x 3 m) pratiqué sous la cheminée au sein du bâtiment n’a pas permis de répondre à toutes les interrogations initiales. Nous avons toutefois pu mettre en évidence le niveau de sol composé par une terre rouge indurée relativement plane remplie d’inclusions de charbons de bois et de chaux. Les fondations de la tour présentent un ressaut de 22 cm de large qui se prolonge sur 40 à 50 cm de profondeur jusqu’à atteindre le sol géologique calcaire. Sur les parties hautes du sondage, nous avons retrouvé une couche d’incendie où l’apparence de poutres brulées apparait assez nettement. Mêlées à de nombreuses tuiles plates, il pourrait s’agir des vestiges de la toiture effondrée du bâtiment.

DSC_0240

Le sondage a révélé un mobilier relativement pauvre. Seules les couches de remblais au-dessus du niveau de sol initial ont livré du mobilier archéologique. Nous retenons essentiellement quatre tessons céramiques à pâte grossière, qui s’apparentent à des fragments de pot globulaire ou de cruche à fond lenticulaire, vraisemblablement antérieurs au XIIIe siècle. Un carreau d’arbalète présente une tête à profil pyramidal de section carrée typique des formes en usage aux Xe et XIe siècles. L’immense majorité des tuiles découvertes sont plates. La diversité dans la typologie des trous de fixation, des ergots et du gabarit des tuiles induit réfections et remplacements au cours des siècles. Le sondage n’a livré qu’un seul fragment de tegula, dans une couche d’effondrement.

Carreau arbalète

La vidéo de la conférence « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde » est disponible

Retrouvez la vidéo de la conférence « Autopsie d’une reine mérovingienne : Arégonde », prononcée le jeudi 3 avril à la M.S.H. Lorraine par Patrick Périn, conservateur général honoraire du patrimoine et directeur honoraire du Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye, et Véronique  Gallien  anthropologue au CEPAM et à l’INRAP.

45e congrès de la SHMESP : « Apprendre, produire, se conduire. Le modèle au Moyen Âge »

Le 45e Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public se tiendra  l’Université de Lorraine du 22 au 25 mai prochain sur le thème : « Apprendre, produire, se conduire. Le modèle au Moyen Âge ». La 4e session (vendredi 23 mai), intitulée “Les savoir-faire et leur transmission” donnera lieu à plusieurs communications sur les pratiques de l’écrit mais également sur l’archéologie des techniques et de l’architecture médiévale :

  • 14h15 : Danielle Arribet-Deroin (Université Paris I Panthéon Sorbonne)

« La transmission des savoir-faire et des pratiques d’une innovation technique : le ‘modèle’ du procédé indirect d’élaboration du fer et son expansion à la fin du Moyen Âge »

  •  14h40 : Maxime L’Héritier (Université Paris VIII-ÉA 1571) et Arnaud Timbert (Université Lille III-IRHIS)

« De la reproduction à la réinterprétation des modèles dans l’architecture : quel usage du métal à l’époque gothique ? »

  •  15h05 : Vianney Muller (jeune chercheur, Université de Lorraine / HISCANT-MA)

« Le patrimoine castral de la famille de Neufchâtel-Bourgogne : quelle place pour les modèles ? »

 

Le programme complet de ce congrès est disponible sur le site de la SHMESP :  http://www.shmesp.fr/spip.php?article344

Actualité de la Recherche de l'Université de Lorraine en Archéologie