Les fouilles de l’École française d’Athènes à Philippes (10 février)

Première conférence accompagnant l’exposition du centenaire des fouilles de l’École française d’Athènes à Philippes.

Philippes_Nancy_conférences

Michel Sève, professeur émérite d’histoire grecque à l’université de Lorraine, présentera une conférence sur

les fouilles de l’École française d’Athènes à Philippes,

le mercredi 10 février,

de 17h00 à 18h30

en salle A 226 sur le Campus Lettres et Sciences Humaines, 23 boulevard Albert 1er à Nancy.

Michel Sève est notamment l’auteur du Guide du forum de Philippes (avec Patrick Weber, Athènes, 2012) et de l’album photographique de l’exposition, 1914-2014 PHILIPPES – ΦΙΛΙΠΠΟΙ – PHILIPPI – 100 ans de recherches françaises – 100 χρόνια γαλλικών ερευνών  – 100 years of french research (Athènes, Melissa, École française d’Athènes, 2014).

Exposition : Philippes 1914-2014. Cent ans de recherches de l’École française d’Athènes

L’Université de Lorraine accueille, du 5 février au 4 mars, dans le hall d’entrée du 91 Libération, l’exposition commémorant le centenaire des fouilles de l’École français d’Athènes à Philippes, en Macédoine orientale (Grèce).

Philippes_Nancy_exposition

Cité macédonienne devenue colonie romaine, après la bataille opposant sous ses murs, en 42 av. J.-C., Octave et Marc Antoine à Brutus et Cassius, la ville de Philippes doit son développement à l’époque chrétienne en grande partie au prestige de fondation apostolique qu’elle acquiert au passage de l’apôtre Paul en 49 apr. J.-C. Ville stratégique sous l’Empire byzantin, elle est définitivement abandonnée après la conquête ottomane, au XVe s. Mais la mémoire du site n’est jamais perdue : si les voyageurs en rapportent régulièrement des descriptions, l’exploration scientifique en commence avec la mission de Macédoine de Léon Heuzey, envoyé par Napoléon III pour étudier les champs de bataille des guerres civiles de la fin de la République romaine. La première mission réalisée sous l’égide de l’École française d’Athènes est la prospection épigraphique de l’archéologue nancéien Paul Perdrizet, en 1899, qui rapporte du site les toutes premières photographies. Mais il faut attendre 1914 pour que débutent des fouilles, aussitôt interrompues par le déclenchement de la guerre.

 

L’exposition organisée dans le cadre de la célébration des cent ans de recherches de l’École française d’Athènes à Philippes présente des photographies, des plans, des fac similés des carnets de fouilles ainsi qu’une maquette du centre monumental de la ville chrétienne. La matière en provient du riche fonds d’archives de l’École française d’Athènes, mais aussi du fonds Paul Collart, membre suisse de l’École française et auteur de nombreuses missions à Philippes entre 1927 et 1935. L’exposition vise à retracer l’histoire des fouilles et des recherches de l’École française d’Athènes à partir de 1914. Elle se compose de trois sections principales : la première présente l’histoire de Philippes, le site et les précurseurs, la deuxième l’histoire des fouilles, passant en revue les secteurs, les monuments, le mobilier découvert et les essais de restitution, et la troisième les hommes, c’est-à-dire les conditions de vie des fouilleurs et, plus généralement, celles des habitants de la région. L’exposition se clôt par une présentation de l’actualité du site et des perspectives de recherche. Εlle s’accompagne d’une projection sur le contexte historique et sur les conditions de vie en France et en Grèce dans la première moitié du XXe s, à l’époque des fouilles de l’École française.

Les documents graphiques et photographiques utilisés pour l’exposition ont dans leur majeure partie été réunis par Michel Sève, professeur émérite d’histoire grecque à l’Université de Lorraine, qui les a publiés dans le deuxième volume de la collection « Patrimoine photographique » de l’École française d’Athènes :

Michel Sève, 1914-2014 PHILIPPES – ΦΙΛΙΠΠΟΙ – PHILIPPI – 100 ans de recherches françaises – 100 χρόνια γαλλικών ερευνών  – 100 years of french research, Athènes, Melissa, École française d’Athènes, 2014, 280 p., 197 fig. 35 €.

Les rituels de la crémation dans le monde romain

Image 27Onzième et dernière conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 8 décembre 2015 à 18h, salle A226

par Henri Duday (CNRS, UMR 5199 PACEA)

Duday_VueGénérale06B L’étude anthropologique des sépultures secondaires à crémation s’est principalement focalisée sur une approche quantitative des restes humains. Il est apparu que la masse était un paramètre préférable au décompte des fragments : masse totale des os humains contenus dans le réceptacle funéraire, représentation relative des différentes régions anatomiques dans l’ensemble du dépôt, puis dans chacune des passes de démontage, ce qui renseigne sur les modalités de la crémation et la manière dont a été réalisée la collecte des os brûlés sur l’aire de combustion.
Duday_Stèle02CDes travaux récents sur les nécropoles de la Porta Nocera à Pompéi et de la Via Triumphalis à Rome, plus accessoirement sur celles de Classe à Ravenne et de Cumes, ont été l’occasion de mettre en œuvre une voie encore peu explorée dans de tels contextes, à savoir la recherche systématique des liaisons ostéologiques de deuxième ordre (collage de fragments jointifs, appariement d’os symétriques, appartenance à un même ensemble pathologique) qui permettent d’identifier des fragments osseux se rapportant au même individu. Les tests ont été réalisés –  et des résultats significatifs obtenus – entre divers compartiments de la même tombe ou d’un même monument, entre différentes tombes d’un même mausolée ou d’un même enclos funéraire et même entre des mausolées différents. Il a aussi été possible d’établir une relation de complémentarité entre les résidus d’un bûcher restés en place et le contenu d’une tombe, de dégager les critères spécifiques qui caractérisent le produit du curage d’une aire de crémation et de reconnaître ce qui paraît être une « sépulture d’attente ». Enfin, il est apparu que certaines fosses « à cendres » énigmatiques étaient liées à des tombes.
Au-delà des informations cumulées que livre l’analyse quantitative, ces données éclairent d’un jour nouveau certains aspects du « fonctionnement funéraire » dans les nécropoles romaines.

La main du peintre. Peindre et dorer les figurines en terre cuite à l’époque hellénistique

Image 37

Deuxième conférence                                                                                                  autour du musée archéologique de l’université de Lorraine

La main du peintre. Peindre et dorer les figurines en terre cuite à l’époque hellénistique

Image 32

par Brigitte Bourgois, conservatrice en chef du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF) et Violaine Jeammet, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre

mercredi 2 décembre 2016      18 heures

Campus Lettres et Sciences humaines, 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY

salle A104

 

Image 31La polychromie sur les figurines en terre cuite de la Grèce antique est attestée depuis longtemps mais, contrairement à la grande sculpture et à l’architecture, elle n’est devenue objet d’étude approfondie que fort récemment. Aussi les travaux menés dans ce domaine par le musée du Image 33Louvre et le C2RMF depuis plus de quinze ans font ils figure de pionniers en croisant observation de la surface par vidéomicroscopie et analyses de pigments. C’est ainsi que nous sommes aujourd’hui en mesure de mieux appréhender et caractériser les techniques de peinture et de dorure utilisées par les artisans du monde grec hellénistique et d’apprécier les subtilités d’un art véritablement pictural (nuances chromatiques, effets de clair-obscur, éclat de la dorure etc.). Au-delà de l’examen matériel, cette étude permet également de poser la question du statut des artisans….et des œuvres.

Cette conférence fait suite à celle qui a été présentée par Anne Coulié, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, le  14 octobre 2015 (voir http://arula.hypotheses.org/1400).

Informations sur le musée : http://www.univ-lorraine.fr/le-musee-archeologique

Affiche de la manifestation : Affiche conférence -2015_12_02_La main du peintre

Évolution des pratiques funéraires dans les nécropoles de Cumes : de Kymè à Cuma

Image 27

Dixième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 1er décembre 2015 à 18h

par Gaël Brkojewitsch (Metz Métropole, Pôle d’archéologie préventive)

Brkojewitsch_CumesD35ballon3_12TBLight
La ville de Cumes, décrite par Strabon (V, 4, 4-5) comme la plus ancienne colonie grecque, est située à 25 km de Naples sur la côte tyrrhénienne, face à l’île d’Ischia. Depuis 1993, la Surintendance archéologique de Naples et Caserta a porté un projet de recherche (Kymè). Le Surintendant a suscité la collaboration de trois instituts de recherche : l’Università Federico II, l’Università L’Orientale et le Centre Jean Bérard. La première institution s’est vue confier les fouilles du forum, la seconde celles des remparts et des quartiers d’habitation et la dernière, une recherche plus ample sur les abords de la ville.

Image 27Au nord des remparts de la ville, les contextes s’échelonnant de l’âge du Fer (les tombes des Opikoi) jusqu’au Moyen Âge, ont permis de travailler sur la chronologie et la topographie du site, sur sa sédimentologie et l’évolution de son environnement sur une longue durée.

La fouille minutieuse de plusieurs quartiers funéraires visait à décrire l’évolution de l’architecture et des pratiques funéraires. Les travaux n’ont pas ciblé pas uniquement les monuments des notables : ils cherchaient à appréhender dans le détail l’ensemble des vestiges, les tombes d’aristocrates comme celles des personnages plus modestes, ce qui aboutit à une compréhension fine de l’organisation des espaces funéraires.

Forcément pluridisciplinaire, l’étude d’une nécropole complexe et stratifiée a nécessité l’intervention de nombreux spécialistes (géoarchéologue, céramologue, carpologue, anthracologue, chimiste et anthropologue) dont une partie des résultats sera présentée. Ces travaux permettent de porter un regard nuancé sur les pratiques funéraires dans cette région.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_12_01_Brkojewitsch

GD 42 ou le Pythion de Délos

Image 27

Neuvième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 24 novembre 2015 à 18h

par Agnès Febvey (université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)

Image 21

Le sanctuaire d’Apollon à Délos accueillit en son sein, dès la fin du IVe siècle, un bâtiment consacré à Apollon Pythien, désigné dans les comptes du sanctuaire sous le nom de Pythion. Sa localisation a longtemps fait problème, car elle était liée à celle du Kératôn, l’édifice abritant l’Autel de cornes. Maintenant, cependant, que l’emplacement de ce dernier est connu de façon certaine, l’identification du Pythion semble probable : il correspondrait à l’édifice ionique construit par les Athéniens au ive s., dont les vestiges sont visibles au Nord-Ouest de la plaine du sanctuaire. On appelle traditionnellement ce bâtiment GD 42 d’après le numéro qu’il porte dans le Guide de Délos. Notre connaissance des vestiges de cet édifice est complétée par sept inscriptions du IVe siècle émanant d’une commission de magistrats, les naopes, qui fut créée à l’occasion de la construction de l’édifice. Le Pythion de Délos, quant à lui, nous est connu grâce à une documentation épigraphique assez riche, qui permet d’obtenir du monument une image certes fragmentaire, mais définie par quelques détails architecturaux remarquables. Cette connaissance partielle du Pythion est la seule qui autorise la comparaison avec les résultats de l’étude architecturale de l’édifice GD 42, afin d’affirmer ou d’infirmer l’identité des deux monuments.

Image 25

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_24_Febvey

Les pratiques de dépôt de mobilier (sanctuaires, nécropoles, habitat) au second âge du Fer

Image 27

Huitième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 17 novembre 2015 à 18h

par Stéphane Marion (SRA Lorraine, UMR 8546 AOROC)

Image 32

Dans les sociétés sans texte, connues uniquement par l’archéologie, l’étude des faits religieux se limite à celle des rites dans leur dimension matérielle. Pour le second âge du Fer, les objets impliqués dans ces pratiques livrent une série d’indices matériels susceptibles d’être décryptés par l’archéologie. En partant des contextes rituels les plus évidents (nécropoles et sanctuaires) nous montrerons que l’étude du mobilier permet de restituer des processus rituels. En se basant sur les contextes, la sélection des objets et les traces laissées sur les objets eux-mêmes, il est possible de mettre en évidence des pratiques spécifiques. Elles se retrouvent également dans des contextes plus ambigus (dépôts isolés et habitat) ce qui permet d’y voir des dépôts de nature rituelle. La présentation portera essentiellement sur les récentes avancées réalisées dans l’étude du mobilier métallique.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_17_Marion

Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine

Image 27

Septième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 10 novembre 2015 à 18h

par Marie-Dominique Nenna (directrice du Centre d’Études Alexandrines, USR 3134)

Nenna_SH_01

Si les dispositifs liés à la commémoration des morts restent mal connus dans les nécropole de surface alexandrines à quelques exceptions près, en revanche, l’aménagement d’hypogées collectifs dès le iiie siècle av. J.-C., notamment dans la nécropole occidentale, a entraîné la création de dispositifs particuliers pour honorer les défunts placés dans les loculi ou les niches ou bien, pour les privilégiés, dans des lits funéraires ou des sarcophages. Au sein même des hypogées ou en surface ont été creusés des triclinia pour les repas funéraires et des pièces dotées de bancs dont le rôle doit être précisé ; en outre des points d’eau (citernes et puits) ont été mis à la disposition de tous ou d’un groupe plus restreint. Tables et autels (taillés ou construits) prennent également place dans certains hypogées ; ils n’ont pas bénéficié d’études spécifiques, et on se propose ici d’en examiner la variété typologique, à laquelle font écho les séries abondantes des petits autels (ou encensoirs ?) en pierre et en céramique, découverts en masse dans les nécropoles alexandrines.

Nenna_SidiGaber_02

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_10_Nenna

Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos

Image 27

Sixième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 3 novembre 2015 à 18h

par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

Image 3

On se souvient de l’engouement polémique suscité à la fin des années
1970 et au début des années 1980 par les publications de M. Détienne, de St. Georgoudi et de J.-P. Vernant sur « la cuisine du sacrifice ». Ces discussions, limitées alors au monde grec, restèrent très historiques et anthropologiques et ne touchèrent pas le monde de l’archéologie. Celui-ci s’avisa du profit qu’on pouvait tirer des analyses archéozoologiques et paléobotaniques que plus tardivement, grâce aux travaux de protohistoriens français, comme J.-L. Brunaux, qui s’associèrent à des spécialistes de la faune ancienne, comme P. Méniel. C’est d’abord J. Scheid, puis W. Van Andringa, qui comprirent tout le profit qu’on pouvait tirer de ces nouvelles approches et initièrent, pour le monde romain, une véritable archéologie des pratiques religieuses. Ils établirent ainsi le lien très étroit entre le sacrifice et la consommation publique ou privée de la viande, prolongeant, d’une certaine manière, les hypothèses de St. Georgoudi et de J.-P. Vernant.

Marc_Thasos_P1010646 - détailAu même moment, la mise au jour d’un macellum, au sud du centre monumental de Thasos, fournissait des bases archéologiques solides à ces réflexions. Si la découverte d’un macellum d’époque impériale, dans le prolongement de l’espace politique et religieux de l’agora, n’apportait rien, en soit, de vraiment nouveau, le fait que celui-ci prolongeait un édifice daté du tout début de l’époque hellénistique, de même plan et probablement de même fonction, repose de manière nouvelle la question de l’origine de ce type monumental.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_11_03_Marc

SÉMINAIRE « ARCHÉOLOGIE DE LA RELIGION ET DU RITE » : programme actualisé

Image 27

Le programme du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » fait l’objet de quelques modifications dans la deuxième moitié du semestre :

03.11.15     Du nouveau sur la cuisine du sacrifice ? Thysia, hestiatoria et macellum à Thasos, par Jean-Yves Marc (université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède)

10.11.15     Archéologie du culte funéraire dans l’Alexandrie hellénistique et romaine, par Marie-Dominique Nenna (CNRS, Centre d’Études Alexandrines, USR 3134)

17.11.15     Les pratiques de dépôt de mobilier (sanctuaires, nécropoles, habitat) au second âge du Fer, par Stéphane Marion (SRA Lorraine, UMR 8546 AOROC)

24.11.15     GD 42 ou le Pythion de Délos, par Agnès Febvey (université de Lorraine, EA 1132 Hiscant-MA)

01.12.15     Évolution des pratiques funéraires dans les nécropoles de Cumes : de Kymè à Cuma, par Gaël Brkojewitsch (Metz Métropole, Pôle d’archéologie préventive)

08.12.15     Les rituels de la crémation dans le monde romain, par  Henri Duday (CNRS, UMR 5199 PACEA)

Toutes les séances auront lieu en salle A 104, sauf la dernière communication , le 8 décembre, qui aura lieu en salle A 226.

Programme actualisé : Séminaire Archéologie religion_rite_Programme actualisé

Temples proto-archaïques crétois : où est l’autel ?

Image 27

Cinquième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 13 octobre 2015 à 18h

par Jérémy Lamaze (université de Lorraine, EA 1132 – HISCANT-MA)

Image 12

Si, d’une manière générale, dans les sanctuaires grecs la présence du temple n’est pas indispensable, celle d’un autel est primordiale pour l’accomplissement des rites. Or, plusieurs édifices crétois d’époque géométrique et orientalisante (ca VIIIe-VIIe s. av. J.-C.), reconnus comme des temples, sont à l’évidence dépourvus de ce genre d’aménagement. En réponse à cette spécificité, les spécialistes ont avancé l’idée que les foyers découverts à l’intérieur de ces édifices remplissaient une fonction similaire à celle des autels en plein air qui caractérisent les sanctuaires grecs et destinés au sacrifice animal. À partir des contextes de Prinias (pseudo « temple A »), de Dréros (Delphinios) et de Kommos (« temple B »), que nous comparerons à une série de monuments crétois, nous tenterons de replacer ces exemples parmi d’autres temples contemporains du monde grec. Nous verrons que les édifices cultuels crétois du Premier Âge du fer n’en sont pas à une spécificité près, eu égard au reste de la Grèce : point de péristasis, ni de colonnade, avant l’époque romaine sur l’île, par exemple. Trop souvent laissées de côté, les analyses ostéologiques, ainsi que le mobilier associé, seront à la base de notre propos pour tenter de résoudre cette apparente contradiction, d’autant que l’absence d’un réel dépôt votif et/ou d’un symbole de culte – éléments qui constituent les critères d’identification d’un temple – permet légitimement de remettre en cause l’hypothèse cultuelle pour nombre de ces contextes.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_10_13_Lamaze

 

Les vases du Dipylon : des fragments à l’atelier. Conférence autour du musée archéologique de l’université de Lorraine

Image 37

L’UFR Sciences sociales et humaines-Nancy organise un cycle de conférences dans le cadre d’un projet destiné à développer le musée archéologique de l’université de Lorraine en un musée-école qui bénéficiera directement aux étudiants des formations aux métiers du patrimoine et à plusieurs autres filières de sciences humaines et sociales.

Le projet « MUS-ARCHÉO. L’Antique au présent. Autour du musée archéologique de l’université de Lorraine » – opération réalisée avec le concours financier du Conseil régional de Lorraine – a pour objectif de concevoir ce musée comme un outil pédagogique, scientifique. Une plateforme pédagogique transversale associe l’enseignement des sciences humaines et sociales aux sciences exactes nécessaires à la recherche en Patrimoine et en Archéologie. Les étudiants sont acteurs du projet sous la forme de plusieurs actions : gestion muséale, conservation préventive-restauration, muséographie-scénographie, médiation culturelle et métiers du patrimoine. Des expositions semestrielles sont organisées.

Dans ce cadre sont organisées des conférences, présentées par des professionnels du Patrimoine et des Musées, en adéquation avec l’offre de formation proposée en sciences humaines et sociales et avec les collections conservées dans le musée, sur le campus Lettres et Sciences humaines à Nancy. Pour des informations sur le musée, voir http://www.univ-lorraine.fr/le-musee-archeologique

Image 38

Deux conférences sont d’ores et déjà au programme ce semestre, dont celle que présentera :

Anne Coulié, conservatrice en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre,

le  14 octobre 2015 à 18h, salle A104 au Campus Lettres et Sciences humaines, 23 boulevard Albert 1er, 54015 NANCY

Affiche : Affiche conférence -2015_10_14_ Les vases du Dipylon

 

Recherches archéologiques dans les sanctuaires du monde égéen : sanctuaires et temples de Kythnos

Image 27

Quatrième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 6 octobre 2015 à 18h

par Alexandros Alexandros Mazarakis-Ainian (université de Thessalie, Volos)

Capture d’écran 2015-10-05 à 13.37.41

Plusieurs sanctuaires de la capitale antique de l’île de Kythnos, dans les Cyclades (Grèce), nous sont connus par la prospection intensive qui fut conduite durant de nombreuses années. Au moins quatre sanctuaires ont été identifiés à l’intérieur de la cité, ainsi qu’un sanctuaire suburbain, à petite distance en dehors des murailles. La plupart semblent avoir été fondés au début de l’époque archaïque (vers 700 av. J.-C.) et tous furent fréquentés au moins jusqu’à la fin de l’époque hellénistique. Au sommet de l’acropole fut identifié un sanctuaire de Déméter, très probablement un Thesmophoreion et lié à l’époque classique au sanctuaire d’Éleusis. Un deuxième complexe religieux est en cours de fouille depuis 2015 en contrebas de l’acropole, qui comprend deux bâtiments monumentaux, celui du Sud comportant deux compartiments distincts et un autel à l’extérieur, alors que le bâtiment Nord pourrait être une stoa. Un troisième sanctuaire devait se trouver au sommet de la colline Nord de la cité antique. À l’extrémité nord du Plateau médian, les fouilles de 2002-2006 ont dégagé dans sa totalité un quatrième sanctuaire qui comprenait un temple bâti sur une terrasse monumentale et deux autels ; seule la petite chambre arrière – l’« adyton » du temple – était bien préservée et était pleine d’offrandes précieuses datant du début du VIIe s. av. J.-C. jusqu’à la fin de l’époque classique et provenant de régions très variées, souvent lointaines, du monde méditerranéen, ce qui suggère un rayonnement important du sanctuaire en question : relevons entre autres une centaine de bijoux en or, une quantité plus grande de bijoux en argent, des centaines d’offrandes en bronze, os ou ivoire, corail, verre, ambre, faïence, pierres semi-précieuses, des dizaines de vases entiers ou presque entiers provenant surtout des îles des Cyclades (notamment Paros), de l’Ionie du Nord, de Corinthe et d’Athènes. Un deuxième groupe d’offrandes semblables et de la même gamme chronologique a été exhumé dans un dépôt votif avoisinant.

Capture d’écran 2015-10-05 à 13.38.02

Alexandros Mazarakis-Ainian présentera les données de la prospection de surface et de la fouille, qui permettent de réviser nos perceptions concernant le sanctuaire grec aux époques archaïque et classique. Le matériel recueilli est d’une richesse exceptionnelle pour un lieu de culte d’une île des Cyclades qui n’était pas renommée durant l’Antiquité pour sa prospérité économique. L’objectif est d’essayer de saisir la nature du culte, le statut et l’identité des dédicants, et quelques-unes des pratiques dédicatoires dans le sanctuaire, afin de le placer dans le contexte des sanctuaires contemporains du monde égéen.

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_10_06_Mazarakis-Ainian2

 

Les animaux sur le site celtique du Mormont : des dépôts d’ossements aux pratiques

Image 27

Troisième conférence organisée dans le cadre du séminaire « Archéologie de la religion et du rite » à l’université de Lorraine

mardi 29 septembre 2015 à 18h

Patrice Méniel (UMR ARTeHIS, Université de Bourgogne) présentera les résultats des recherches qu’il a conduit sur les animaux sur le site celtique du Mormont (Suisse, Vaud, vers 100 av. notre ère).

mormont crane

 

Les restes animaux recueillis dans plus de 200 fosses se présentent sous forme d’ossements, de parties de corps, de corps incomplets ou complets. Les mammifères domestiques sont au nombre de 335, dont 174 bœufs, 59 porcs, 55 caprinés, dont 20 chèvres et 19 moutons, 40 chevaux et 7 chiens. Les oiseaux et les mammifères sauvages sont très rares. Ces animaux ont fait l’objet de divers traitements. Certains ont été découpés, d’autres animaux non. Ces derniers ont été retrouvés sous forme de squelettes, parfois incomplets. La répartition des diverses formes de dépôts révèle une organisation d’ensemble, avec des amas culinaires en dehors de la zone centrale, alors que les squelettes sont nombreux dans cette zone (mais pas dans son centre) ; quant aux crânes, présents au nord-est et absents au sud-ouest, ils permettent de scinder le site en deux parties. L’interprétation, encore prématurée à ce stade des analyses menées sur les autres mobiliers, aborde diverses hypothèses, comme celle d’un lieu de culte ou d’un camp de réfugiés, d’assiégés ou d’un groupe en transit.

dépôt Mormont

Affiche de la manifestation : Séminaire Archéologie religion_rite_15_09_29_Méniel